Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/AJUSTER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 202-203).
◄  AJUSTEMENT
AJUSTEUR  ►

☞ AJUSTER. v. a. Qui vient du latin justum facere, rendre juste. On le dit dans ce sens des poids & des mesures. On ajuste un boisseau, un minot, une balance sur l’étalon. On ajuste les poids. Æquare, ad legitimum pondus exigere.

Ajuster, signifie aussi, accommoder une chose de manière qu’elle convienne à une autre. Aptare, componere. On ajuste une pièce à une porte, une barre de fer à une fenêtre. On ajuste un couvercle à une boîte.

☞ C’est encore rendre une chose propre à servir selon sa destination, la mettre dans un état convenable pour bien faire son effet. On ajuste un ressort. On ajuste une arquebuse pour tirer.

Ajuster. Terme de Maître d’Armes. C’est porter justement son coup où l’on veut donner. Dirigere. Il fait bien ajuster son coup.

On dit en termes de Manége, ajuster un cheval ; pour dire, lui enseigner ses exercices. Ajuster un cheval sur les voltes à toutes sortes d’airs. Instruere, erudire.

On dit aussi en termes de Monnoie, Ajuster les flans ou les carreaux recuits. Rudes nummos ad legitimum pondus exigere. C’est les couper, les limer, pour leur donner le juste poids qu’ils doivent avoir quand ils sont trop pesans, & les rejeter quand ils sont trop légers. Le Prévôt distribue les flans aux ouvriers & aux tailleresses, pour les ajuster aux poids des espèces. Ils se servent de certains poids appelés déneraux, pour les peser ; & de limes en manière de rapes, avec des cannelures par angles entrans & sortans appelés escovennes, pour limer les plus pesans, jusqu’à ce qu’ils soient conformes aux déneraux. Boizard. Cela s’appelle Ajuster la brève, Voyez Brève.

Ajuster. Terme de Chasse. Les Chasseurs disent, il ajuste le gibier ; pour signifier, qu’il se prépare à le tirer juste, à ne point manquer son coup.

Ajuster. Terme de Bijoutier. Remplir les vides d’une pièce, tabatière, ou autre, de morceaux de pierres fines, de cailloux, de coquillages, &c. Et pour ainsi dire, la marqueter.

Ajuster, se dit aussi dans les Manufactures de soie, des lisses qui ne doivent être ni plus élevées, ni plus basses que l’ouvrage ne le comporte.

Ajuster, embellir par des ajustemens. Ornare, decorare. On ajuste une maison, un cabinet, un jardin. Cette maison est bien ajustée.

☞ En parlant de l’embellissement qui consiste dans la parure. On le dit particulièrement des femmes. Cette femme de chambre ne peut ajuster sa maîtresse à son gré. Les femmes sont des années à s’ajuster. Mulieres dum comuntur, annus est.

Ajuster. Terme de Fleuriste. Je viens d’ajuster un œillet. C’est en arranger les feuilles, de manière qu’au défaut de l’ordre naturel, elles se trouvent chacune si bien disposées, que l’œillet en est plus large, à cause de l’extrémité de leur cosse, qui a été un peu courbée. L’on s’applique à ce travail, lorsque cette fleur est toute épanoüie, & que les pétales ne sont pas placés dans un bel ordre. Lig. Floris alicujus folia eleganter disponere.

Ajuster. Ce mot se prend aussi ironiquement, pour maltraiter, mal accommoder. Malè habere, excipere. Moliére a ajusté de toutes pièces Messieurs les Médecins. Vous voilà ajusté comme il faut. Votre habit est bien ajusté ; le voilà tout couvert de boue. Expression familière.

Ajuster, avec le pronom personnel, signifie aussi, se mettre en posture, se préparer à faire quelque action d’adresse, comme pour tirer le mousquet, porter une botte, courre la bague. Componere se, Accingere se. S’ajuster sur les étriers. S’ajuster pour tirer au blanc, pour courre la bague, pour frapper la boule au mail.

Ajuster, se dit figurément en choses morales. Il y a long-temps que ces parens plaidoient ensemble ; enfin un ami les a ajustés, les a accommodés. Reducere, Revocare ad concordiam. On dit en ce sens populairement, Ajustez vos flûtes, à des musiciens dont les instrumens ne sont pas d’accord, ou à des gens qui ont ensemble quelque contestation, ou à une personne qui se prépare à faire quelque chose, ou qui l’avoit commencée sans être tout-à-fait préparé, & qui s’arrête faute de quelque disposition. On le dit au propre dans le premier cas, & par métaphore tirée de la musique dans les deux autres.

Il signifie encore, convenir de quelque condition. Pacisci, transigere. Ces deux Marchands se sont enfin ajustés pour entreprendre une telle manufacture, ils sont convenus de leurs conditions. On dit encore ajuster ; pour dire, concilier, faire convenir. Conciliare, componere. On ne sauroit ajuster ensemble Dieu & le monde. Arn. Comment ajustez-vous ensemble la dévotion & la coquetterie ? Comment ajustez-vous, comment conciliez-vous ces deux passages contraires ? Ces conjoints sont d’une humeur douce, ils s’ajustent bien ensemble.

On dit en ce même sens, cela s’ajuste mal au dessein que vous avez. Ablanc. Il faut que votre volonté s’ajuste à la sienne. Ce qui s’exprime par le verbe latin congruere. On dit aussi, s’ajuster au temps ; pour dire, s’accommoder au temps. Servire tempori. Il faut s’ajuster au temps. Mol.

On dit ajuster une pièce au théâtre, pour dire, la rendre propre au théâtre. On le dit aussi figurément, pour dire, raconter une chose, en la tournant à sa fantaisie, pour servir au dessein qu’on a. Il ajuste au théâtre tout ce qu’il dit, il tourne tout ce qu’il dit à sa fantaisie, suivant ses vues. Expression familière.

AJUSTE, ÉE. part. Il a la signification de son verbe.

On dit proverbialement & ironiquement qu’un homme a été bien ajusté, mal ajusté, qu’il a été ajusté comme il faut, ajusté de toutes pièces ; pour dire, qu’il a été fort maltraité ; soit en sa personne, soit en ses biens. Malè habitus, exceptus.