Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/ALAIN

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 205).

ALAIN. s. m. Alanus. Nom d’homme usité sur-tout en France & en Angleterre, depuis la conquête de Guillaume. Il y a trois Ducs & quatre Comtes de Bretagne qui ont porté le nom d’Alain qui est très-commun dans cette province, dit de Valois dans sa Notice de France, parce que Aëtius y envoya Eocharic leur Roi avec sa Cavalerie, pour retenir dans le devoir les peuples de l’Armorique, auxquels dans la suite les Alains se mêlerent, ne faisant plus qu’un peuple avec eux.

Alain, s. m. Alanus. Nom de peuple de la Sarmatie d’Europe. Josephe, qui parle des Alains dans son VIIe Liv. de la guerre des Juifs, dit qu’ils étoient Scythes ; & Ptolomée les place dans la partie de la Scythie, qui est en-deçà du mont Imaüs, & d’autres dans la partie qui est au-delà de la même montagne. Cependant Lucien, dans son Toxaris, & Lucain , dans sa Pharsale, Liv. X. v. 455, les distinguent des Scythes.

Quam non violasset Alanus,
Non Scytha, non fixo qui ludit in hospite Maurus.

Josephe dit qu’ils habitoient sur le Tanaïs, & sur le Palus Méotide. Claudien le dit aussi, Liv. I. contre Rufin ; & Procope, Liv. IV. de l’Histoire des Goths, dit que les Alains, nation libre & toujours alliée aux Perses contre les Romains & leurs autres ennemis, occupent tout ce qui s’étend depuis le mont Caucase jusqu’aux portes Caspiennes. Sidonius Apollinaris les appelle aussi les habitans du Caucase dans l’Ep. I. du IVe Liv. Caucasigenas Alanos. Josephe confirme ce que vient de rapporter Procope ; car au VIIe Liv. de la guerre des Juifs, il dit que sous Vespasien les Alains ayant obtenu passage du Roi des Hircaniens, ravagerent la Médie. Martial semble les placer dans la Sarmatie , Liv. Vn. Ep. 29, en leur donnant des chevaux Sarmates : Nec te Sarmatico transit Alanus equo. Et Pacat, qui en parle deux fois dans le Panégyrique de Théodose, les joint toujours aux Goths & aux Huns. Ammien-Marcellin prétend que les Alains sont ceux qu’on appeloit auparavant Massagétes. Les Alains qui avoient ravagé la Médie sous Vespasien, ravagerent l’Empire au commencement du Ve siècle ; & s’étant joints aux Vandales, aux Suéves, & aux Goths, ils pénétrerent jusque dans les Gaules, prirent Mayence, Vormes, Amiens, & plusieurs autres lieux, passerent en Espagne & jusque dans l’Afrique. On prétend que ce fut Stilicon qui les appela ; qu’alors ils avoient quitté le Tanaïs, & demeuroient sur le Danube. Ceux qui resterent dans la Gaule, se diviserent en deux bandes. L’une se plaça le long de la Loire, sous la conduite du Roi Eocharic ; & l’autre sur le Rhône, dans le territoire de Valence, sous Sangiban. Ce furent les premiers qu’Aëtius envoya dans l’Armorique. Lucien dit que les Alains parloient la même langue que les Scythes, qu’ils n’en différoient que par les cheveux qu’ils portoient courts. Procope dit que les Alains étoient Goths. Il y a dans le Turquestan une ville nommée Alan, qui donne son nom à une province, où sont les villes de Bilcan & de Caoubari. M. D’Herbelot croit qu’apparemment c’est de-là que sont sortis les Alains. Le P. Lobineau prétend que ce nom d’Alain est un nom propre fort usité en Bretagne dans tous les temps ; qu’il peut venir de l’ancien mot Breton Allan, expliqué par celui d’Extrà, ou dehors, dans le Dictionnaire de Davies ; & que dans ce sens il signifieroit étranger. Mais ce mot n’est en Bretagne que depuis qu’Aëtius y eut envoyé une armée d’Alains pour tenir ce peuple dans le devoir. Ils s’y établirent, & c’est de-là que ce nom y devint commun. Si c’étoit les Bretons ou Armoriques qui eussent donné ce nom aux Alains, comment Josephe, Lucain, Lucien, & tant d’autres, les nommeroient-ils ainsi avant que les Armoriques eussent jamais connu aucun Alain ? Voyez sur les Alains la Notice des Gaules de M. de Valois, & Grotius dans l’Histoire des Suéves, des Goths & des Vandales. Lucain appelle Alanie le pays des Alains.