Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/AVENANT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 630-631).
◄  AVENAGE
AVENAY  ►

AVENANT, ANTE. adj. Qui a bonne grâce & bon air. Aptus, concinnus. C’est un homme fort avenant, qui est bien reçu par-tout. Cette femme est extrêmement avenante. Il n’est que du style familier.

Avenant. s. m. Vieux mot. Mérite, prix, valeur. Poës. du Roi de Nav.

Avenant, ou A l’avenant. adj. formé d’un gérondif du verbe avenir. Si accidat, si contingat. Le cas avenant de la vacance, de la mort. Style de contrats & d’actes publics.

Il signifie aussi, rapport, convenance. Il dépense beaucoup, mais il gagne à l’avenant, à proportion. Æquâ proportione. Style de conversation bourgeoise.

Avenant, en termes de Coutume, est la légitime & contingente portion du patrimoine auquel une fille peut succéder ab intestat. Legitima patrimonii portio quæ ad puellam pertinet. Le plus que l’avenant est la quatrième partie de ladite portion que les père & mère nobles, avant le mariage de leur fils aîné, peuvent donner en faveur de mariage, ou autre don de noces, à leur fille aînée, ou autre premièrement mariée. Ragueau. On appelle en Normandie, mariage avenant, la portion, & la légitime d’une fille, qui montre d’ordinaire au tiers de la succession paternelle & maternelle pour toutes les filles ensemble. Art. 249 de la Coutume de Normandie.