Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/BARBEAU

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 757-758).
◄  BARBÉ
BARBÉCIAN  ►

BARBEAU. s. m. Poisson d’eau douce qui est de la figure des carpes, mais mollasse & peu estimé. Barbus. Quelques-uns l’appellent aussi mullus, & veulent que ce soit le mullus des Anciens. Les œufs de barbeau sont venimeux & dangereux, à ce que dit Matthiole : & en effet ils dévoient l’estomac par haut & par bas. Sa chair est blanche, molle & flegmatique, & il n’est bon que quand il est de moyen âge. On l’appeloit autrefois ; bar d’où vient que les armes de Bar se blasonnent encore par deux bars adossés, qui sont des barbeaux. Il est ainsi nommé à cause de ses barbes ou moustaches qu’il a à chacun des côtés de la gueule. A Bordeaux on l’appelle surmulet.

Barbeau, est aussi une petite fleur bleue qui croît dans les blés. On l’appelle aussi bluet. Cyanus. Voyez Bluet.