Dictionnaire de l’administration française/ASILES DE VINCENNES ET DU VÉSINET

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

ASILES DE VINCENNES ET DU VÉSINET. 1. Ces deux établissements sont destinés aux ouvriers et ouvrières en convalescence. Ils furent construits et organisés d’après un décret du 8 mars 1855. Ils dépendent du ministère de l’intérieur et sont administrés chacun par un directeur assisté d’une commission administrative. Il y a un économe, un aumônier et des médecins.

2. L’asile de Vincennes reçoit temporairement, pendant leur convalescence : 1° les ouvriers blessés ou atteints de maladies en travaillant dans des chantiers de travaux publics du département de la Seine ; 2° les ouvriers faisant partie d’une société de secours mutuels qui a fait en leur faveur un abonnement avec l’asile ; 3° les ouvriers employés chez des industriels qui ont fait un abonnement semblable ; 4° les ouvriers sortant des hôpitaux du département de la Seine ou envoyés par les bureaux de bienfaisance ; 5° des ouvriers et autres convalescents moyennant un prix de journée. Les ouvriers de la première catégorie sont admis gratuitement. La durée moyenne du séjour à l’asile est de 21 jours.

3. Les voies et moyens pour subvenir aux dépenses sont : 1° un prélèvement de 1 p. 100 sur le montant des travaux publics exécutés dans le département de la Seine ; 2° la part attribuée sur la fondation Montyon à chaque ouvrier convalescent sortant des hôpitaux de Paris ; 3° le produit des abonnements et des prix de journée de séjour ; 4° une subvention annuelle sur les fonds de l’État ; 5° les loyers de plusieurs maisons dont l’asile est propriétaire et dans lesquelles les ouvriers peuvent se loger à des prix modiques.

4. Dans l’asile du Vésinet sont reçues : 1° les ouvrières convalescentes faisant partie d’une société de secours mutuels qui a fait en leur faveur un abonnement avec l’asile ; 2° les ouvrières travaillant chez des industriels qui ont fait un abonnement semblable ; 3° les convalescentes envoyées, soit par les hôpitaux du département de la Seine, soit par les bureaux de bienfaisance ; 4° toutes autres convalescentes du département, moyennant un prix de journée. La durée moyenne du séjour est de 23 jours ; les entrées atteignent leur maximum pendant les mois d’août, septembre et octobre, et décroissent notablement pendant l’hiver. Il y a une crèche de six berceaux.

5. Il est pourvu aux dépenses au moyen des ressources suivantes : 1° le prélèvement précité de 1 p. cent sur le montant des travaux publics exécutés dans le département de la Seine ; 2° une subvention annuelle provenant du legs Montyon ; 3° le produit des abonnements et des prix de journée de séjour ; 4° la rente d’un legs de 20,000 fr. faite par M. Aubert, ancien chef de bureau à l’imprimerie nationale ; 5° une subvention sur les fonds de l’État.

L. Smith.