Dictionnaire des sciences philosophiques/2e éd., 1875/Abel (jacques-frédéric de)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Dictionnaire des sciences philosophiques
par une société de professeurs et de savants

ABEL (Jacques-Frédéric de) n’est pas un philosophe très-original ni d’une grande réputation ; mais ses écrits et son enseignement ont servi à répandre la science, et il faut lui laisser le mérite d’avoir su apprécier l’importance de la psychologie à une époque où cette branche de la philosophie n’était pas en faveur. Il naquit en 1751, à Vayhingen, dans le royaume de Wurtemberg. Dès l’âge de 21 ans, c’est-à-dire en 1772, il fut nommé professeur de philosophe à l’école dite de Charles, a Stuttgart. Appelé en 1790 à l’université de Tubingue en qualité de professeur de logique et de métaphysique, il fut bientôt enlevé à sa chaire pour être chargé (sous le titre ridicule de pédagogiarque) de la direction générale de l’éducation dans les gymnases et dans les écoles du royaume de Wurtemberg. Enfin il mourut en 1829, a l’âge de 79 ans, avec le titre de prélat et de surintendant général, après avoir fait partie de la seconde chambre des États. De Abel a beaucoup écrit tant en latin qu’en allemand ; mais ses ouvrages, encore une fois, ne renfermant aucune vue originale, nous nous contenterons de les nommer. Voici d’abord les titres des ouvrages latins : de Origine characteris animi, in-4, 1776 ; de Phœnomenis sympathies in cor pore animait conspicuis, in-4, 1780 ; Quomodo suavitas virtuti propria in alia objecta derivari possit, in-4, 1791 ; de Causa reproductionis idearum, in-4, 1794-95 ; de Conscientia et sensu interno, in-4, 1796 ; de Sensu interno, in-4, 1797 ; de Conscientiœ speciebus, in-4, 1798 ; de Fortitudine animi, in-4, 1800. Les écrits suivants ont été publiés en allemand : Introduction à la théorie de l’âme, in-8, Stuttgart, 1786 ; des Sources de nos représentations, in-8, ib., 1786 ; Principes de la métaphysique suivis d’un appendice sur la critique de la Raison pure, in-8, ib., 1786 ; Plan d’une métaphysique systématique, in-8, 1787 ; Essai sur la nature de la raison spéculative pour servir à l’examen du système de Kant, in-8, Francfort-sur le-Mein, 1787 ; Éclaircissements sur quelques points importants de la philosophie et de la morale chrétienne, in-8, Tubingen, 1790 ; Recherches philosophiques sur le commerce de l’homme avec des esprits d’un ordre supérieur, in-8, Stuttgart, 1791 ; Exposition complète du fondement de notre croyance à l’immortalité, in-8, Francfort-sur-le-Mein, 1826. Ce dernier ouvrage n’est que le développement d’une dissertation d’abord publiée en latin : Disquisitio omnium tam pro immortalitate quam pro mortalilale animi argumentorum, in-4, Tubingue, 1792. Nous ne parlons pas de divers petits écrits étrangers à la philosophie.