Dictionnaire des sciences philosophiques/2e éd., 1875/Adélard

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Dictionnaire des sciences philosophiques
par une société de professeurs et de savants

ADÉLARD, de Bath, vivait dans les premières années du xiie siècle. Poussé, comme lui-même nous l’apprend, par le désir de s’instruire, il vi­sita la France, l’Italie, l’Asie Mineure ; et, de re­tour dans sa patrie, sous le règne de Henri, fils de Guillaume, consacra ses loisirs à propager parmi ses contemporains les vastes connaissances qu’il avait acquises. Son nom est naturellement associé à ceux de Gerbert, de Constantin le Moine, à ces laborieux compilateurs qui introduisirent en Europe la philosophie arabe. On lui doit des Questions naturelles, imprimées sans date à la fin du xive siècle ; un dialogue encore inédit, in­titulé de Eodem et Diverso, qui, sous la forme d’une fiction ingénieuse, renferme une éloquente apologie des études scientifiques, une Doctrine de l’Abaque, une version latine des Éléments d’Euclide, et plusieurs autres traductions faites de l’arabe. Il est fréquemment cité par Vincent de Beauvais, sous le titre de Philosophus Anglorum. M. Jourdain, dans ses Recherches sur l’o­rigine des traductions d’Aristote (in-8, Paris, 1819), a donné une analyse étendue du de Eodem et Diverso. X.