75%.svg

Dictionnaire historique et critique/11e éd., 1820/Vers

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

◄  Avant-propos
Index alphabétique — A
Discours préliminaire  ►
Index par tome


VERS
GRAVÉS AU BAS DU PORTRAIT DU DUC D’ORLÉANS, RÉGENT,
DANS QUELQUES EXEMPLAIRES DE L’ÉDITION DE 1720.

Cesse de t’affliger, ô France !
Assez et trop long-temps ont duré tes malheurs ;
Tes trésors épuisés, tes peuples sans finance,
Assez et trop long-temps ont fait couler tes pleurs ;
Ouvre ton cœur à l’espérance,
Par un rare bienfait ton destin va changer :
Philippe voit tes maux, cesse de t’affliger.

Ce prince généreux, sensible à tes alarmes.
Va tarir pour jamais la source de tes larmes.
Vois comme, par ses soins, en métal transformé,
Le papier enrichit le Français alarmé ;
Vois ce pays lointain d’où renaît l’abondance ;
Vois renaître à la fois la douce confiance ;

Vois ce riche palais, où, sur un fonds certain,
Tout ce peuple, à l’envi, court assurer son gain ;
Vois les arts en honneur ; vois partout la Sagesse
Animer du Régent la vigilante adresse :
Tels sont, sous son pouvoir, les essais inouïs
Du nouveau règne de Louis.

H.-P. DE LIMIERS.