100%.svg

Dictionnaire infernal/6e éd., 1863/Belzebuth

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Henri Plon (p. 89-90).
◄  Bélus
Benedict  ►

Belzébuth ou Belzebub ou Beelzebuth, prince des démons, selon les Écritures[1] ; le premier en pouvoir et en crime après Satan, selon Milton ; chef suprême de l’empire infernal, selon la plupart des démonographes. — Son nom signifie seigneur des mouches. Bodin[2] prétend qu’on n’en voyait point dans son temple. C’était la divinité la plus révérée des peuples de Chanaan, qui le représentaient quelquefois sous la figure d’une mouche, le plus souvent avec les attributs de la souveraine puissance. Il rendait des oracles, et le roi Ochozias le consulta sur une maladie qui l’inquiétait ; il en fut sévèrement repris par le prophète Elisée.

Belzebuth

On lui attribuait le pouvoir de délivrer les hommes des mouches qui ruinent les moissons.

Presque tous les démonomanes le regardent comme le souverain du ténébreux empire ; et chacun le dépeint au gré de son imagination. Milton lui donne un aspect imposant, et une haute sagesse respire sur son visage. L’un le fait haut comme une tour ; l’autre d’une taille égale à la nôtre ; quelques-uns se le figurent sous la forme d’un serpent ; il en est qui le voient aussi sous les traits d’une femme.

Le monarque des enfers, dit Palingène, in Zodiaco vitæ, est d’une taille prodigieuse, assis sur un trône immense, ayant le front ceint d’un bandeau de feu, la poitrine gonflée, le visage bouffi, les yeux étincelants, les sourcils élevés et l’air menaçant. Il a les narines extrêmement larges, et deux grandes cornes sur la tête ; il est noir comme un Maure : deux vastes ailes de chauve-souris sont attachées à ses épaules ; il a deux larges pattes de canard, une queue de lion, et de longs poils depuis la tête jusqu’aux pieds.

Les uns disent de plus que Belzébuth est encore Priape ; d’autres, comme Porphyre, le confondent avec Bacchus. On a cru le trouver dans le Belbog ou Belbach (dieu blanc) des Slavons, parce que son image ensanglantée était toujours couverte de mouches, comme celle de Belzébuth chez les Syriens. On dit aussi que c’est le même que Pluton. Il est plus vraisemblable de croire que c’est Baël, que Wiérus fait empereur des enfers ; d’autant mieux que Belzébuth ne figure pas sous son nom dans l’inventaire de la monarchie infernale.

On voit dans les Clavicules de Salomon que Belzébuth apparaît quelquefois sous de monstrueuses formes, comme celle d’un veau énorme ou d’un bouc suivi d’une longue queue ; souvent, néanmoins, il se montre sous la figure d’une mouche d’une extrême grosseur. Il s’est montré à Faust « habillé en bœuf, avec deux oreilles effroyables, des cheveux peints de toutes couleurs et une queue de dragon[3] ». Le maréchal de Retz l’a vu en léopard. Quand il est en colère, ajoute-t-on, il vomit des flammes et hurle comme un loup. Quelquefois enfin Astaroth apparaît à ses côtés, sous les traits d’un âne.

Ill dict infernal p0104-90 belzebuth figure.jpg
Une des figures de Belzébulh
  1. Notre-Seigneur Jésus-Christ même lui donne ce nom (saint Matthieu, ch. xn, v. 24 ; saint Luc, ch. xi, v. 15). Les scribes reprochaient au Seigneur qu’il chassait les diables au nom de Belzébuth, prince des démons.
  2. Démonomanie des sorciers, liv. IV, ch. m.
  3. M. François Hugo, le Faust anglais.