100%.png

Dictionnaire infernal/6e éd., 1863/Cecco d’Ascoli

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Plon (p. 147-148).

Cecco d’Ascoli ( François Stabili, dit), professeur d’astrologie, né dans la Marche d’Ancône, au treizième siècle. Il se mêlait aussi de magie et d’hérésie. On dit, ce qui n’est pas certain, qu’il fut brûlé en 1327, avec son livre d’astrologie, qui est, à ce qu’on croit, le commentaire sur la sphère de Sacrobosco [1].

Il disait qu’il se formait dans les cieux des esprits malins qu’on obligeait, par le moyen des constellations, à faire des choses merveilleuses. Il assurait que l’influence des astres était absolue, et reconnaissait le fatalisme. Selon sa doctrine, Notre-Seigneur Jésus-Christ n’avait été pauvre et n’avait souffert une mort ignominieuse que parce qu’il était né sous une constellation qui causait nécessairement cet effet…… ; au contraire, l’Antéchrist sera riche et puissant, parce qu’il naîtra sous une constellation favorable. Cette doctrine stupide fut condamnée en 1327.

Ill dict infernal p0164-148 cecco d ascoli.jpg

« Une preuve que Cecco était fou, disent Naudé et Delrio, c’est : 1° qu’il interprète le livre de Sacrobosco dans le sens des astrologues, nécromanciens et chiroscopistes ; 2° qu’il cite un grand nombre d’auteurs falsifiés, comme les Ombres des idées de Salomon, le Livre des esprits d’'Hipparchus, les Aspects des étoiles, d’Hippocrate, etc. »

On demandait un jour à Cecco ce que c’était que la lune ; il répondit : « C’est une terre comme la nôtre, ut terra terra est. »

On a beaucoup disputé sur cet astrologue, connu aussi sous le nom de Cecus Ascutan, et plus généralement sous celui de Chicus Eseulanus. Delrio ne voit en lui qu’un homme superstitieux, qui avait la tête mal timbrée. Naudé, ainsi que nous l’avons noté, le regarde comme un fou savant. Quelques auteurs, qui le mettent au nombre des nécromanciens, lui prêtent un esprit familier, nommé Floron, de l’ordre des Chérubins, lequel Floron l’aidait dans ses travaux et lui donnait de bons conseils ; ce qui ne l’empêcha pas de faire des livres ridicules.

  1. Commentarii in sphœram Joannis de Sacrobosco. In-fol. Bàle, 1485.