Dictionnaire infernal/6e éd., 1863/Hippomancie

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Henri Plon (p. 336).

Hippomancie, divination des Celtes. Ils formaient leurs pronostics sur le hennissement et le trémoussement de certains chevaux blancs, nourris aux dépens du public dans des forêts consacrées, où ils n’avaient d’autre couvert que les arbres. On les faisait marcher immédiatement après le char sacré. Le prêtre et le roi ou chef du canton observaient tous leurs mouvements, et en tiraient des augures auxquels ils donnaient une ferme confiance, persuadés que ces animaux étaient confidents du secret des dieux, tandis qu’ils n’étaient eux-mêmes que leurs ministres. Les Saxons tiraient aussi des pronostics d’un cheval sacré, nourri dans le temple de leurs dieux, et qu’ils en faisaient sortir avant de déclarer la guerre à leurs ennemis. Quand le cheval avançait le pied droit, l’augure était favorable ; sinon, le présage était mauvais, et ils renonçaient à leur entreprise.