Dictionnaire infernal/6e éd., 1863/Huns

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Henri Plon (p. 348).
◄  Hunéric
Huppe  ►

Huns. Les anciens historiens donnent à ces peuples l’origine la plus monstrueuse. Jornandès raconte [1] que Philimer, roi des Goths, entrant dans les terres gétiques, n’y trouva que des sorcières d’une laideur affreuse ; qu’il les repoussa loin de son armée ; qu’elles errèrent seules dans les déserts, où des démons s’unirent avec elles. C’est de ce commerce infernal que naquirent les Huns, si souvent appelés les enfants du diable. Ils étaient d’une difformité horrible. Les historiens disent qu’à leurs yeux louches et sauvages, à leur figure torse, à leur barbe de bouc, on ne pouvait s’empêcher de les reconnaître pour enfants de démons. Besoldus prétend, après Servin, que le nom de Huns vient d’un mot tudesque, ou celtique, ou barbare, qui signifie puissants par la magie, grands magiciens. Bonnaire dit, dans son Histoire de France, que les Huns, venant faire la guerre à Cherebert, ou Caribert, furent attaqués près de la rivière d’Elbe par Sigebert, roi de Metz, et que les Francs furent obligés de combattre contre les Huns et contre les spectres dont ces barbares avaient rempli l’air, par un effet de la magie ; ce qui rendit leur victoire plus distinguée. Voy. Ogres.

  1. De rébus gothicis.