Dictionnaire infernal/6e éd., 1863/Kobold

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Henri Plon (p. 392).
◄  Kobal
Kojozed  ►

Kobold, esprit de la classe des lutins. « C’est un petit nain étrange, de forme rabougrie, avec des habits bariolés, un bonnet rouge sur la tête. Honoré par les valets, les servantes et les cuisinières de l’Allemagne, il leur rend de bons offices ; il étrille leurs chevaux, il lave la maison, tient la cuisine en bon ordre et veille à tout.

 
Kobold
 
Qu’on ne s’avise pas de le négliger. Si c’est une cuisinière, rien ne lui réussit ; elle se brûle dans l’eau bouillante ; elle brise la vaisselle ; elle renverse ou gâte les sauces ; et quand le maître du logis la gronde, elle entend le Kobold rire aux éclats derrière elle. S’il a reçu quelque insulte, la scène devient plus tragique, il verse dans les plats du poison ou du sang de vipère ; quelquefois même il tord le cou à l’imprudent valet qui l’a harcelé[1]. » — Il est de la famille des Cobales et des Coboli ; peut-être leur tige. Voy. ces mots.


  1. Article signé XX, dans l’Ami de la religion, octobre 1844.