Dictionnaire infernal/6e éd., 1863/Sexe

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Plon (p. 609).
◄  Sévère
Shamavedam  ►

Sexe. On prétend aussi reconnaître d’avance, à certains symptômes, le sexe d’un enfant qui n’est pas né. Si la mère est gaie dans sa grossesse, elle aura un garçon ; si elle est pesante du côté droit, elle aura un garçon. Si elle se sent lourde du côté gauche, elle aura une fille. Si elle est pâle et pensive, elle aura une fille. Albert le Grand donne à entendre qu’il naît des garçons dans un ménage où l’on mange du lièvre, et des filles dans une maison où l’on fait cas de la fressure de porc. Voici autre chose : Ems possède deux sources, la Bubenquelle et la Maegdenquelle, qui, selon les gens du pays, ont une vertu merveilleuse : en buvant de la première, on est sûr d’avoir des garçons, et en buvant de l’autre, d’avoir des filles. Croyez cela et buvez… du johannisberg ou du champagne[1].


  1. Jacquemin, Fragments d’un voyage en Allemagne.