Dictionnaire infernal/6e éd., 1863/Socrate

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henri Plon (p. 613).
◄  Smyrne
Soleil  ►

Socrate. Les anciens, qui trouvaient les grandes qualités surhumaines, ne les croyaient pas étrangères à l’essence des démons. Il est vrai que les démons chez eux n’étaient pas pris tous en mauvaise part. Aussi disaient-ils que Socrate avait un démon familier ; et Proclus soutient qu’il lui dut toute sa sagesse[1]. Peut-être les hommes trouvaient-ils leur compte à cet arrangement. Ils se consolaient d’être moins vertueux que Socrate en songeant qu’ils n’avaient pas un appui comme le sien.


  1. Proclus, De anima et dæmone. Naudé, Apologie.