Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Billettes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bienfaiture <
Index alphabétique - B
> Biseau
Index par tome

BILLETTES, s, f. C’est un terme de blason pour désigner de petits parallélogrammes posés sur le champ ou les pièces principales de l’écu. En architecture, on entend par billettes une série de petits parallélogrammes ou portions de cylindres séparés par des vides, et dont les rangs plus ou moins nombreux chevauchent. Cet ornement se rencontre très-anciennement sur les tailloirs des chapiteaux, autour des archivoltes, sur les bandeaux. Nous trouvons déjà des billettes taillées sur des membres d’architecture de la période mérovingienne. Parmi les fragments de cette époque découverts sous le sol de la partie romane de l’église de Poissy, s’est rencontré un tailloir décoré de billettes que nous donnons ici (1).

Billettes.Poissy.png
Mais c’est surtout pendant les XIe et XIIe siècles que cet ornement prend une grande importance dans la décoration des membres moulurés des édifices. Les archivoltes, bandeaux et corniches des monuments de cette époque, reçoivent une ou plusieurs rangées de billettes, presque toujours cylindriques.
Billettes.Saint.Etienne.Nevers.png

La fig. 2 représente l’un des bandeaux extérieurs de l’église Saint-Étienne de Nevers décoré d’un rang de billettes (XIe siècle), et la fig. 3 l’une des corniches extérieures de l’église de Saint-Sernin de Toulouse, qui en contient plusieurs.

Billettes.Saint.Sernin.Toulouse.png
Les coupes des deux figures font voir comment sont taillés ces ornements, qui, malgré leur simplicité, donnent une grande richesse aux membres d'architecture auxquels ils sont appliqués, en leur laissant leur fermeté. C'est surtout dans les provinces du Centre et du Midi, dans le Poitou et la Saintonge, que les billettes sont employées par rangées nombreuses, au XIIe siècle. En Normandie et dans l'Île de France, l'emploi des billettes est fréquent à la même époque; mais il est rare qu'elles se présentent en rangs répétés, et qu'elles couvrent les bandeaux, archivoltes et corniches, comme dans les provinces du centre. Les billettes alternent avec des moulures et n'ont guère qu'une importance secondaire. Comme exemple de ce que nous avançons ici, nous donnons (4) l'une des archivoltes des fenêtres de la tour Saint-Romain de la cathédrale de Rouen sur lequel les billettes à une seule rangée alternent avec des surfaces plates et des boudins sans ornements.
Billettes.cathedrale.Rouen.png
Dans ce cas, les billettes, comme les besants, les boutons, les perles (voy. ces mots), ne font que rompre la monotonie des moulures fines et à peu près égales, répétées. Les billettes disparaissent avec les dernières traces de l’architecture romane.