100%.png

Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Dent-de-scie

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Décoration <
Index alphabétique - D
> Devis
Index par tome

DENT-DE-SCIE, s. f. Terme employé pour indiquer un genre d’ornement que l’on voit naître au XIe siècle et qui est fort usité pendant le XIIe, surtout dans les provinces de l’Île-de-France, de la Normandie et de l’Ouest. Les dents-de-scie servent à décorer particulièrement les bandeaux, les corniches et les archivoltes.

Sculpture.dent.de.scie.XIe.siecle.png


Les plus anciennes sont habituellement larges, formant des angles droits, et portant une faible saillie (1). Bientôt elles se serrent, deviennent aigües(2), se détachent vivement sur un fond parallèle à leur face A, ou sur un fond taillé en biseau B.

Sculpture.dent.de.scie.XIIe.siecle.png


Vers la fin du XIIe siècle, les angles rentrants et saillants sont tronqués D. Quelquefois, lorsque les dents-de-scie de cette époque ont une petite dimension, particulièrement dans les monuments de l’Ouest, elles sont taillées encore à angles droits G. Les dents-de-scie doublées ou chevauchées sont taillées ainsi que l’indique la figure 3, de façon à présenter un rang de pointes passant sur l’autre.

Sculpture.dent.de.scie.png


Dans les archivoltes, souvent plusieurs rangs de dents-de-scie sont superposés, s’alternant et formant les sailles indiquées en E.

Conformément à la méthode employée par les architectes du moyen-âge, chaque rang de dents-de-scie était pris dans une hauteur d’assise, les joints verticaux tombant dans les vides. Comme ces ornements étaient taillés avant la pose et que les appareilleurs ne voulaient pas perdre de la pierre, il en résultait que les dents-de-scie étaient souvent inégales en largeur, puisqu’il fallait toujours comprendre un certain nombre de dents entières dans une pierre, quelle que fût sa longueur. Mais ces irrégularités ne paraissent pas avoir préoccupé les architectes ; il faut dire cependant qu’elles sont beaucoup plus prononcées dans les édifices bâtis avec parcimonie, comme les églises de village, par exemple, que dans des monuments importants. Les dents-de-scie appartiennent bien au moyen âge ; rien dans les édifices romains ne pouvait donner l’idée de cet ornement, qui donne tant de vivacité aux profils, aux bandeaux, et qui fait si bien valoir les parties nues de l’architecture (voy. bâtons-rompus, zigzags).