Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Montoir

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Moellon <
Index alphabétique - M
> Mortaise
Index par tome

MONTOIR, s. m. Degré assez élevé pour permettre de monter à cheval sans l’aide de l’étrier. Il n’y avait pas de cour de château, d’hôtel ou d’hôtellerie sans un ou plusieurs montoirs. Il y en avait pour les femmes et pour les hommes, et les perrons qui jouent un rôle si important dans l’habitation seigneuriale étaient accompagnés de montoirs. Les chevaux et mules étaient dressés à aller au montoir, c’est-à-dire à se tenir assez près de ces degrés pour que le cavalier pût se mettre facilement en selle. Un cheval qui n’allait pas au montoir était réputé vicieux. On comprend que pour un homme pesamment armé, le montoir était une nécessité, et sans montoir un chevalier, à l’époque où les armures étaient d’un poids très-considérable, ne pouvait guère enfourcher son cheval.

Montoir.Hotel.Tremoille.Paris.png

Il y avait au Louvre de Charles V un montoir pour le roi et un pour la reine. Nous avons vu l’un de ces montoirs (1) dans la cour de l’hôtel de la Trémoille, à Paris, rangé le long du mur de la façade du fond à côté du perron. Ce montoir, taillé dans un seul bloc de pierre, se composait de trois degrés ; le dernier formant un petit palier.

Le perron du château de Pierrefonds était accompagné, à droite et à gauche du degré principal, de deux larges montoirs (voy. Perron ). Devant les hôtelleries, il y avait toujours en dehors un montoir de pierre et dans la cour plusieurs montoirs de bois, sortes d’escabeaux que l’on déplaçait au besoin. Les montoirs étaient garnis de tapis pour les jours de cérémonie dans les châteaux et palais. À l’extrémité des lices, pendant les tournois, on disposait des montoirs pour les combattants, et alors se mettre en selle sans le secours du montoir était considéré comme un acte de druerie.