Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Pot

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Portique <
Index alphabétique - P
> Poteau
Index par tome

POT, s. m. Les architectes du moyen âge ont placé parfois à l’intérieur des édifices religieux, dans les parements des murs, des pots acoustiques de terre cuite, probablement pour augmenter la sonorité des vaisseaux. Nous avons fréquemment constaté la présence de ces pots dans les chœurs des églises des XIIe et XIIIe siècles. Plusieurs archéologues ont fait les mêmes observations. Ces poteries sont généralement engagées dans la maçonnerie, ne laissant voir à l’intérieur que leur orifice au nu du mur. Elles sont placées à différentes hauteurs et parfois en quinconce, mais particulièrement près des angles. Il en existe dans l’abside carrée de l’église de Montréale (Yonne), dans l’église de Saint-Laurent en Caux, à l’abbaye de Montivilliers, dans les églises de Contremoulins près Fécamp, de Perruel près Périers-sur-Andelle (arrondissement des Andelys). La Normandie est peut-être la province où ces poteries acoustiques ont été le plus fréquemment employées pour donner de la sonorité aux chœurs, mais on en trouve aussi dans des monuments de Provence, et notamment dans l’église de Saint-Blaise, à Arles. Dans une Notice sur le couvent des Célestins de Metz, M. Bouteiller, membre de l’Académie impériale de Metz, cite un passage très-curieux d’une chronique de ce monastère, écrite vers la fin du XVe siècle, et dans laquelle il est question de ces poteries acoustiques. À l’année 1432, page 133 du manuscrit, on lit :

« En cest année dessus dit, au mois d’aoust le vigile de l’Assumption Nostre-Dame, aprez ceu que frere Ode le Roy, priour de seans, fuit retournez du chapitre gral dessus dit, il fit et ordonnoit de mettre les pots au cuer de l’eglise de seans, portant qu’il avoit vu altepart en aucune eglise et pensant qu’il y fesoit meilleur chanter et que il ly rèsonneroit plus fort. Et y furent mis tuis en ung jour on point tant douvrier quil souffisoit. Mais ie ne scay si on chante miex que on ne fesoit. Et cest une chose à croire que les murs en furet grandement crolley et deshochiet et becop de gens qui viennent seans sont bien merveillez que y soie fait. Et dixent aucune foix qui valeoit mieux quil furet apresent dehors, portant que bon pensoyt-il seroit là mis pour en prendre et jouyr à plaisir aux foux[1]. »

Efficace ou non, il est certain que ce mode de sonorité était admis pendant le moyen âge. Parfois aussi, et notamment dans l’église de Montréale citée plus haut, des poteries acoustiques ont été noyées dans les reins des voûtes, l’orifice des pots étant tourné vers l’intérieur.

M. Mandelgren, archéologue suédois, qui a publié un très-curieux ouvrage sur les monuments scandinaves du moyen âge, a constaté dans la plupart des églises relevées par lui, un grand nombre de ces poteries incrustées dans les murs et les voûtes, soit en Suède, soit en Danemark. Est-ce là une tradition antique ou scandinave, puisqu’en Normandie on trouve quantité de ces poteries ? Nous nous garderons de décider la question. En Russie, beaucoup d’églises dans le style pseudo-byzantin possèdent également des pots acoustiques. Cet usage aurait-il été transmis à la Russie par les grecs byzantins ?

  1. Voyez, dans les Annales archéologiques, t. XXII, p, 294, l’article de M. Didron sur les poteries acoustiques.