Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe/BRIOSNE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  BRETTE
BROUASSIN  ►

BRIOSNE, BRIONE, BRIONNE, Brionis ; dénomination qui peut venir ou de la plante du même nom, qui croissait peut-être abondamment dans ce lieu ; ou du mot grec Bryon, qui veut dire mousse, ce qui serait d’autant plus probable, que la terre seigneuriale de cette paroisse portait ce dernier nom. Commune du canton et à 2 kilom. O. S. O. de Bonnétable ; de l’arrondissement et à 19 kilom. 1/2 S. de Mamers ; à 24. kil. N. N. E. du Mans. Autrefois du doyenné de Bonnétable, de l’archidiaconé de Montfort ; du diocèse et de l’élection du Mans. — Distances légales, 2, 23 et 28 kilomètres.

descript. Bornée au N., par Terrehaut ; à l’E., par Bonnétable ; au S., par Torcé et Beaufay ; à l’O., par Courcemont et Sables ; cette commune a un diamètre d’environ 3 kil. du N. au S., et 2 kil. de l’E. à l’O. — Le bourg situé sur la partie inférieure d’un monticule, au N. de la commune, se compose d’une vingtaine de maisons formant comme les deux côtés d’un triangle, dont le cimetière, clos de murs, forme la base. — Église vendue et détruite pendant la révolution. Deux jolies maisons bourgeoises dans le bourg, nommées Bellevue et Réveillon.

populat. De 24 feux jadis, on en compte actuellement 101, qui se composent de 242 individus mâles, 261 femelles. Total, 503, dont 104 dans le bourg.

Mouv. décenn. De 1803 à 1812, inclusiv. : mar., 27 ; naiss., 153 ; déc., 103. - De 1813 à 1822 : mar., 34 ; naiss., 138 ; déc, 110.

hist. ecclés. L’église, dédiée à S.-Georges, avait été construite dans le 17.e siècle. La chapelle du cimetière est dédiée à S.te-Anne ; on y célèbre l’office divin deux fois par an. L’assemblée tient le dimanche le plus proche du 20 millet. La cure était à la présentation de l’évêque du Mans. Aujourd’hui Briosne est réuni à Bonnétable pour le spirituel ; le cimetière conservé, sert néanmoins aux inhumations des habitans.

hist feod. La seigneurie de Briosne, attachée à la terre de la Mousse, appartenait, au commencement du 16.e siècle, à la famille de S.-Mars : nous avons vu à l’article Beillé, qu’Ambroise de S.-Mars, seigneur de Bresteau, l’était aussi de la Mousse. Renée de S.-Mars, sa fille, porta cette terre dans la maison de Laval, par son mariage avec Jean de Laval de Bois-Dauphin ; elle passa ensuite dans celle des Joli de Fleuri, magistrats considérés du parlement de Paris, par l’acquisition que fit François Joli des terres et seigneuries des grande et petite Mousse et de Brione, dans le 17.e siècle : elle y est restée jusqu’à la révolution. Le château de la Mousse, tombé en ruines, avait haute et moyenne justice, dont les assises tenaient dans une grosse tour qui subsiste encore à la ferme de ce nom.

Salomon de Brione signa à l’acte de fondation du prieuré de la Fontaine-S.-Martin, par Foulques d Anjou, en 1117. Ce Salomon était-il de notre Brione, ou de la famille des Briône de Normandie ? C’est ce que nous n’oserions assurer, quoique ayant des motifs de pencher pour la première supposition.

hist. civ. Les registres de l’état civil de cette commune commencent au 1.er janvier 1673.

antiq. On découvrit vers 1822, dans le pré de S.te-Anne peu éloigné du bourg, à 2 pieds de profondeur, un mur très-difficile à couper, des cendres dans lesquelles étaient mêlés des morceaux de briques à rebords, de couleur jaune-rougeâtre ; et des fragmens de poterie, d’un gris-bleuâtre. Une excavation voisine de ce lieu, semblait avoir dû fournir l’argile employée à leur fabrication.

hydrogr. Le ruisseau de Tripoulain, qui passe à Bonnétable, sépare cette commune de celle de Briosne et arrose celle-ci au N. E. Quatre étangs qui y existaient, ont été desséchés et mis en prairies. — Moulins de la Boche, à blé : d’Eclopar, à tan, sur le Tripoulain.

géolog. Minéral. Terrain secondaire et d’alluvion, montueux à l’E. et au S. O. On rencontre, sous ses sables très-mobiles, une roche de glauconie sableuse contenant abondamment l’Orbitolite concave ; marne blanche ; sur quelques points de la surface du sol, de l’argile ; des géodes qui affectent la forme d’Alcyonites.

divis. des terr. En labour, 600 hectares ; prés et pâtures, 50 ; vignes, 35 ; bois taillis, 30 ; pinières, 25 ; chemins, cours d’eau, sol des propriétés bâties, etc., 150 ; total, 690 hectares environ.

contrib. Foncier, 3,135 f. ; pers. et mobil., 278 f. ; port. et fen., 98 f. ; 2 patentés : dr. fixe, 9 f . ; dr. proport., 22 f. 40 c. ; Total, 3,542 f. 40 c. — Perception de Bonnétable.

cultur. Sol sablonneux, peu fertile, dans lequel on cultive froment, seigle, orge, avoine à-peu-près en égale proportion ; chanvre, trèfle, pommes de terre et autres légumes ruraux. Arbres à fruits, marronniers, vignes ; élèves de chevaux, de bêtes à cornes, de moutons et de porcs. Quelques ruches d’abeilles. — Assolement triennal. 4 fermes principales, au lieu de 11 autrefois ; 65 bordages ; 30 charrues.

comm. agric. Grains, graine de trèfle, chanvre et fil ; fruits et cidre, vin de peu de qualité ; poulains, jeunes bestiaux, moutons et agneaux, chevreaux ; porcs jeunes et porcs gras ; laine, cire et miel ; beurre, volailles, menues denrées.

comm. industr. Fabrication de quelques pièces de toiles, dites communs et canevas, de commande pour les particuliers qui fournissent le fil.

march. fréquent. Bonnétable.

rout. et chem. La partie de la route départementale n.°1, de Bonnétable au Mans ; et le chemin de Bonnétable à Ballon, traversent la commune du N. E au S. et au S. O.

habit. et lieux remarq. Outre ceux cités dans le cours de cet article, nous désignerons la Mussandière, ancien fief, ferme aujourd’hui, comme la Mousserie ; la Prévôterie ; la Haute-Tasse, qui indique un monticule boisé, au S. S. O. du bourg ; le Tertre, autre ferme, également sur un monticule, etc.

établ. publ. Mairie. Bureau de poste aux lettres à Bonnétable.