Dictionnaire topographique, historique et statistique de la Sarthe/CHAPELLE-DU-BOIS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CHAPELLE-DU-BOIS (la), Capella de Bosco, seu Nemoris : voir pour l’étymologie du surnom, hist. ecclés. Commune cadastrée, du canton et à 6 kilom. 1/2 N. O. de la Ferté-Bernard ; de l’arrondissement et à 2 1 kil. 1/2 N. N. O. de Mamers ; à 3 y kil. N. E. du Mans. Autrefois du doyenné de la Ferté-Bernard, archidiaconé de Montfort-le-Rotrou ; diocèse et élection du Mans ; dans la contrée appelée Fertois.

descript. Bornée au N., par Bellou-le-Trichard (Orne) ; au N. E. et à l’E., par Pré val ; auS., par S.-Antoine-de-Rochefort ; à l’O., par Dehaut ; de forme elliptique, s’allongeant du N. O, au S. E., où elle se termine en pointe ; son diamètre.

populat.

Mouv. décenn.

hist. ecclés. versai, au centre, de 3 U ™ mnne e ivJ la moitié de sa S. de la longueur de a r^ e ^^ àeo presbytère, stras.* » ïtï tafv ? Sr £

cher en (fèche ; cimetière y attenant au S. et à 1 E., clos

  • ZZà. De 97 ^^jffïtfïS ?,

S TJSTCTS S t>our g m Yoir’su 7 r cette popusemblée le dimanche le plus proche 4, *, £*£ L-u dans cette paroisse. * « *’•„ >, rO du vallon de

Tout le terrain qui constitue le pi at au ^^™ était la rivière de Même, au ttt, _ N O. de 1= * erte^ * u fo’rêt de anciennement couvert de bois et fa sa. [partie ae Hallais ou de Goyelte ( voir ce P* « m £%.%égHse de jusqu’aux hauteurs qui dominent, au « . £, g k.-Antoine-de-Rochefort faubourg de’* * er £ Sfe t U CW ; Ue U | : D ebaut ^Ç^^^^ Chapelle-Gâtinelle. Tout ce plat eau, sans être t dénudé, a été considérablement defr ch, « est ^ as « kïewk as « at < » de 9 kil. de ce qu’elle s’avançait jadis au & K e fc ^

hist féod. La seigneune de paroisse et ^ chapdles dénommées à l’alinéa P.^^’X’^" * fut réunie aux autres l’O— n’en plus former qu m, se ^ Bretêche, hameau au S. du bourg, a • » * "™, comme nous l’avons expliqué a l’article Champagne.

nosol. Cette commune était autrefois sujette aux épidémies, ainsi que le témoignent des observations médicales d’épidémies dyssentériques ou catharrales, de 1779, 1788 et 1789. Sans être mal-sain, son sol élevé, assez couvert, argileux et compacte, conserve longtemps l’humidité ; et celui du vallon de Moire, au N. N. E., étroit, marécageux et froid, sont propres à occasionner des affections morbifiques. Cependant elle est une des communes du département qui, depuis 130 ans, ont vu le nombre de leurs habitans s’accroître dans une plus grande proportion.

hydrogr. La commune est arrosée au N., par le ruisseau de Moire, qui la sépare de celle de Bellou-le-Trichard (Orne). — Moulin à blé de la Marche, sur ce ruisseau.

géolog. Sol assez plat, élevé, formant à l’E. et à l’O., deux coteaux qui s’étendent du N. N. O. au S. et dominent les vallons de la Même, de Dehaut et de l’Huisne. Terrain argileux à la surface, dans lequel sont empâtés des cailloux roulés et le silex corné : on rencontre au-dessous la marne blanche, à i5 et 18 mètres de profondeur. cadastk. Superficie totale, de 1, 654 hectares, 22 ares, 33 centiares, divisée ainsi qu’il suit : — Terr. labourables, 1,377 nect « 44 ar. 5g cenliar. ; en 5 class., de 4 f* 5o c., 9, 18, 23 et 27 f. — Jardins, 20-62-07 ; 3 cl. : 27, 36, 45 f. — Prés, 39-25-10 ; 3 cl. : 12, 24, 36 f. — Pâtur., 29-41- 20 ; 3 cl. : 9, i5, 24 f. — Vergers, pépinières, 8-32-6o ; 3 cl. : 18, 21, 27 f. — Taillis, 1 i4~35-4o ; 3 cl. : 9, 12, i5 f. — Landes, 3-3o-io ; à ( f. 5o c. — Terr. vaines et vag., 0-58-90 ; à 1 f . — Mares, 0-75-10 ; à 1 f . — Etangs, 0-49-70 ; à 21 f. — Sol des bâtim., 19-22-73 ; en masse, 5ig f. 09 c. Objets non imposables : Rout. et chem., 38-53-o4«  — Ruiss., 1-9 1-80. = 271 maisons, en 7 class., de 4 à 4$ f- — ’2 forges de maréch., ensemble 3o f. — 1 moulin, 120 f.

Le Total du Revenu imposable, est de 3i,oio f. 77 c.

contrib. Foncier, 5,3 1 5 f. ; personn. et mobil., 696 f. ; port, et fen., 161 f . ; i5 patentés : dr. fixe, 73 f. 5o c. ; dr. proport., 21 f. Total, 6,166 f. 5o c. — Perception de Saint-Aubin-des-Coudrais.

cultur. Terrain argileux, compacte, un peu froid, ayant besoin d’être marné et fumé abondamment, et dans lequel la chaux employée en compôts produirait d’excellens effets. On y cultiverait alors avec succès, froment, orge, moins d’avoine, peu de seigle ; chanvre et trèfle abondamment ; pommes de terre. Arbres à cidre, peu à noyau. Elèves de bêtes à cornes, de porcs, de moutons. — Assolement quadriennal, dans lequel on emploie assez généralement la marne. 10 fermes, 90 bordages, tous à une charrue.

comm. agric. Exportation d’une partie des çéréaks. ; graine de trèfle, chanvre et ni ; jeunes >* » **£ ! £’££■. ,.„. „. ^^ncaux • veaux et cochons de lait ; porcs gras, u » Gd e etlS bois de chauffage ; volailles menues denrée, Un porc gras, une génisse ( jeune vache), et plusieurs pa nuets de fil, paient le fermage d un bordage.

comm. industr. Deux ou trois métiers a toile, pour par ticuliers, extraction de la marne ; une tuilerie.

march. freq. La Ferté-Bernard, Connétable

rout et chem. Roule de la Ferte-Bernard a IVlamcis, passant’d’ns le bourg, tracée* désirée depuis longtemps restant à faire en entier depuis la Fertè, u qui S —Côme_ dc-Vair ; chemin de Bonnetable au lhe.1 et JNogenl : le Rolrou, fort mauvais en hiver, comme tous les chemins v.cinaux de cette contrée.

habitat. et lieux remarq. Ceux dc, a cites, et 1 ^ ferme, qui annonce un ancien établissement / e cha"tç.

établ. publ. Mairie, succursale ; débit de tabac. Bureau de poste aux lettres à la Ferté-Bernard. Le notaire qui ava. S a résidence dans celte paroisse, P’f flirté denTla du bailliage des Chapelles, l’a transférée a la Ferte, depuis révolution..