Dictionnaire touareg – français/T

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par André Basset, Imprimerie nationale de France (p. 1876-1922).
◄  S
  ►

T 

at vn. prim. ; conj. 17 « ar » ; (ioută, ioutâ, éd iat, our iouté) ‖ être accru (être augmenté) ; s’accroître (s’augmenter) ‖ peut avoir pour suj. des p., des an., ou des ch. ‖ se dit de tout ce qui est capable de s’accroître en quoi que ce soit, p. ex. en nombre, grandeur, dimensions, beauté, force, vertu, méchanceté, laideur, richesse, pauverté, intensité, prix, valeur, dignité, quantité, etc. ‖ se dit, p. ex., de p., d’an., de maisons, de tentes, de champs, de puits, de fusils, qui s’accroissent en nombre ; de p. qui s’accroissent en beauté, vertu, richesse ; d’an., de blé, de beurre, qui s’accroissent en prix, en quantité, en valeur ; de la beauté, de la bonté, de la dignité, de la richesse de qlq’un qui s’accroissent ; de la pluie, du vent, qui s’accroissent ; des eaux qui s’accroissent dans un cours d’eau, un puits, une outre, un vase ; du blé qui s’accroit dans un vase, dans un sac ; de la nourriture ou de la boisson qui s’accroissent dans un lieu, dans un récipient ; etc.

sit ⵙⵜ va. f. 1 ; conj. 175 « sir » ; ω (iessoŭta, iessoûta, éd isit, our iessouta) ‖ accroître.

tât ⵜⵜ vn. f. 6 ; conj. 224 « târ » ; (itât, our itit) ‖ être hab. accru ; s’accroître hab.

sât ⵙⵜ va. f. 1.6 ; conj. 224 « târ » ; ω (isât, our isit) ‖ accroître hab.

sâta ⵙⵜⴰ va. f. 1.10 ; conj. 239 « sâra » ; ω (isâta, our isiti) ‖ m. s. q. le pr. ‖ plus us q. le pr.

ăt sm. nv. prim. ; (pl. ătten ⵜⵏ) ‖ fait d’être accru ; fait de s’accroître.

tîtit ⵜⵜⵜ sf. nv. prim. ; (pl. tîtîtîn ⵜⵜⵜⵏ) ‖ m. s. q. le pr. ‖ peu us.

ăsîti ⵙⵜⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isîtîten ⵙⵜⵜⵏ), daṛ sîtîten ‖ fait d’accroître.

tăsîtit ⵜⵙⵜⵜ sf. φ (pl. tisîtîtîn ⵜⵙⵜⵜⵏ), daṛ tsîtîtîn ‖ supplément (ch. supplémentaire ; ch. qui accroît ce qu’on a déja) ‖ une tăsîtit peut se composer d’une ou de plusieurs p., an., ou ch. en nombre et de valeur qlconques ‖ se dit, p. ex., d’un renfort d’h. pour faire un travail ou une expédition guerrière, d’un renfort d’un an. de bât pour porter un bagage, du supplément d’une chèvre ou d’une poule pour préparer un repas à des hôtes, du supplément d’une corde prêtée ou donnée pour faire un travail, du secours d’un briquet ou d’un couteau prêtés pour faire un petit voyage ou un travail, etc. ‖ peut qlqf. se traduire par « renfort ; secours ».

ti ⵜⵉ sm. α (pl. tei ⵜⵉ) ‖ père ; mon père ‖ ti signifie « père ; mon père » ; tei signifie « pères » et ne signifie pas « mes pères » ‖ ti et tei appartiennent à la classe des subs. α, c. à d. qu’ils exigent après eux l’emploi de la forme irrégulière des pr. pers. affixes dép. des noms ; de plus, ces 2 mots présentent, dans leur emploi avec les pr. af. dép. des noms, d’autres particularités. v. i (é) ‖ p. ext. « frère du père (frère de père et de mère du père, ou de père seulement, ou de mère seulement) ; beau-père (épouse de la mère, autre que le père, marié à la mère après le père) » ‖ ti s en ti « père de lui du père ; père de lui de mon père » signifie « grand’père paternel ; mon grand’père paternel » ‖ ti s em ma « père d’elle de la mère ; père d’elle de ma mère » signifie « grand’père maternel ; mon grand’père maternel » ‖ v. ⵎⵗⵔ imṛar, amṛar.

tîtat ⵜⵜⵜ (Ăir) sf. (pl. tîtâtîn ⵜⵜⵜⵏ) ‖ filet à larges mailles ‖ non us. dans l’Ăh.

ătou ⵜⵓ sm. (pl. ătoûten ⵜⵜⵏ) ‖ poudre (mélange très inflammable servant à lancer les projectiles) ‖ se dit de toutes les poudres à fusil, à canon, à mine, etc. ‖ on ne fabrique pas de poudre dans l’Ăh.

t pr. af. rég. dir. des v. ; 3e p. ms. ‖ lui ‖ v. i (é).

tet ⵜⵜ pr. af. rég. dir. des v. ; 3e p. fs. ‖ elle ‖ v. i (é).

ten ⵜⵏ pr. af. rég. dir. des v. ; 3e p. mp. ‖ eux ‖ v. i (é).

tenet ⵜⵏⵜ pr. af. rég. dir. des v. ; 3e p. fp. ‖ elles ‖ v. i (é).

êt pr. af. rég. dir. des v. ; 3e p. fs. (forme irrégulière) ‖ elle ‖ v. i (é).

ta ‖ v. oua.

tâ-reṛ ‖ v. oua.

ta ‖ v. oua.

ta-h ‖ v. oua.

ta-i-deṛ ‖ v. oua.

ta-dĭ ‖ v. oua.

ta-dĭ-h ‖ v. oua.

t-în ‖ v. oua.

t-în-deṛ ‖ v. oua.

ta-n-dĭ ‖ v. oua.

ta-n-dĭ-h ‖ v. oua.

ta-n-d-în ‖ v. oua.

ta-n-d-în-deṛ ‖ v. oua.

ti pr. indéfini ‖ v. i pr. indéfini.

ⵜⴱ teb ⵜⴱ sm. (s. et pl.) ‖ « teb » ; mot sans signification figurant le son d’une tape ‖ ex. ietĕk ĕblal, imă teb ⁒ est tombée verticalement la pierre, elle a dit « teb » (la pierre est tombée, elle a fait « teb ») ‖ syn. de deb ‖ v. ⵜⴾ tek.

toubbet (Ta. 2) ⵜⴱⵜ va. prim. ; conj. 97 « doubet (Ta. 2) » ; (iettoŭbbet, iettoûbbet, éd ittoubbet, our iettoubbet) ‖ taper avec la main ouverte ‖ a aussi le s. pas. « être tapé avec la main ouverte » ‖ peut avoir pour suj. une p. ou la main. Peut avoir pour rég. dir. une p., un an., ou une ch. ‖ se dit, p. ex., d’un h. qui tape avec la main ouverte sur sa cuisse, son genou, une partie qlconque de son corps, sur la cuisse, l’épaule, une partie qlconque du corps d’une p. ou d’un an., pour n’importe quel motif, si faiblement ou si fortement que ce soit ; d’un h. qui tape avec la main ouverte une ch. qlconque, livre, étoffe, vêtement, peau, etc. pour n’importe quel motif, p. ex. pour en faire sortir la poussière. N’a pas le sens « souffleter (donner un soufflet à) » ‖ fig. « saisir [une p. ou un an.] », le suj. étant une p. ou un an. D. ce s. est syn. d’ermes avec cette différence qu’ermes peut avoir pour suj. et rég. dir. des p., des an., ou des ch. Peu us. dans ce s.

settebbet (Ta. 2) ⵙⵜⴱⵜ va. f. 1 ; conj. 134 « seġġereffet (Ta. 2) » ; (istebbet, iesîtebbet, éd isettebbet, our istebbet) ‖ faire taper avec la main ouverte ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. au s. act.

tîtebboût (Ta. 8) ⵜⵜⴱⵜ va. f. 16 ; conj. 255 « tîġreffoût (Ta. 8) » ; (itîtebboût, our itetebbout) ‖ taper hab. avec la main ouverte ‖ a aussi le s. pas. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sîtebboût (Ta. 8) ⵙⵜⴱⵜ va. f. 1.16 ; conj. 255 « tîġreffoût (Ta. 8) » ; (isîtebboût, our isetebbout) ‖ faire hab. taper avec la main ouverte ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ătabbou ⵜⴱⵓ sm. nv. prim. ; φ (pl. itebboûten ⵜⴱⵜⵏ), daṛ tebboûten ‖ fait de taper avec la main ouverte ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être tapé avec la main ouverte » ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsettebbou ⵙⵜⴱⵓ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettebboûten ⵙⵜⴱⵜⵏ), daṛ setteboûten ‖ fait de faire taper avec la main ouverte ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

tebteb ⵜⴱ⵿ⵜⴱ va. prim. ; conj. 99 « bereġ » ; (ittĕbteb, iettîbteb, éd iettebteb, our ittebteb) ‖ taper à plusieurs reprises ‖ a aussi le s. pas. « être tapé à plusieurs reprises » ‖ peut avoir pour suj. et rég. dir. des p., des an., ou des ch. ‖ signifie taper à plusieurs reprises n’importe comment, fortement ou faiblement, avec la main, le pied, la tête, un instrument, etc. ‖ se dit, p. ex., d’un h. qui tape à plusieurs reprises un clou avec un marteau, une porte avec la main (pour qu’on lui ouvre ou qu’on lui dise d’entrer), sa cuisse avec la main, la joue ou l’épaule de qlq’un (pour caresser), la tête ou le dos d’un an. (pour caresser), le sol avec son pied (de colère, ou pour un autre motif) ; d’un an. qui tape à plusieurs reprises le sol ou autre ch. du pied ou de la tête ; d’une branche ou d’un objet suspendu qui tapent à plusieurs reprises qlq. ch. (par suite du vent, ou pour une autre cause), d’un marteau qui frappe à plusieurs reprises un clou ; etc. ‖ peut qlqf. se traduire par « tapoter » ‖ diffère de tektek « frapper légèrement à plusieurs reprises [une ch.] (pour faire tomber une substance en poudre ou de la poussière attachées à ses parois) ».

settebteb ⵙⵜⴱ⵿ⵜⴱ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (istebteb, iesîtebteb, éd isettebteb, our istebteb) ‖ faire taper à plusieurs reprises ‖ se c. av. 2 acc.

tâtebtâb ⵜⵜⴱ⵿ⵜⴱ va. f. 7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâtebtâb, our itetebtib) ‖ taper hab. à plusieurs reprises ‖ a aussi le s. pas.

sâtebtâb ⵙⵜⴱ⵿ⵜⴱ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtebtâb, our isetebtib) ‖ faire hab. taper à plusieurs reprises ‖ se c. av. 2 acc.

ătebteb ⵜⴱ⵿ⵜⴱ sm. nv. prim. ; φ (pl. itebtîben ⵜⴱ⵿ⵜⴱⵏ), daṛ tebtîben ‖ fait de taper à plusieurs reprises ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être tapé à plusieurs reprises ».

ăsettebteb ⵙⵜⴱ⵿ⵜⴱ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettebtîben ⵙⵜⴱ⵿ⵜⴱⵏ), daṛ settebtîben ‖ fait de faire taper à plusieurs reprises.

ⵜⴱ tebet (Ta. 1) ⵜⴱⵜ va. prim. ; conj. 104 « deret (Ta. 1) » ; (ittĕbet, iettîbet, éd iettebet, our ittebet) ‖ appliquer [un médicament en poudre] ‖ a aussi le s. pas. « être appliqué » ‖ ne peut avoir pour suj. qu’une p. Ne peut avoir pour rég. dir. qu’un médicament pour l’usage externe consistant en une matière en poudre. La p. ou l’an. auxquels le suj. applique le rég. dir. se mettent en datif. La partie du corps, la plaie, le mal auxquels le suj. applique le rég. dir. se mettent soit au datif, soit à l’abl. ; quand ils sont à l’abl., ils sont accompagnés d’une prép. qui est hab. foull « sur » ou daṛ « dans » ‖ se dit d’une p. qui applique n’importe quelle matière en poudre servant de médicament pour l’usage externe, telle qu’iodoforme, poudre de riz, tabac en poudre, verre pilé, sable, cendre, etc. sur une plaie ouverte, ou sur une peau malade mais sans plaie, à une p. ou à un an.

settebet (Ta. 1) ⵙⵜⴱⵜ va. f. 1 ; conj. 133 « sedderet (Ta. 1) » ; (istebet, iesîtebet, éd isettebet, our istebet) ‖ faire appliquer ‖ se c. av. 2 acc.

tâtebât (Ta. 5) ⵜⵜⴱⵜ va. f. 11 ; conj. 241 « tâderât (Ta. 5) » ; (itâtebât, our itetebit) ‖ appliquer hab. ‖ a aussi le s. pas.

sâtebât (Ta. 5) ⵙⵜⴱⵜ va. f. 1.11 ; conj. 241 « tâderât (Ta. 5) » ; (isâtebât, our isetebit) ‖ faire hab. appliquer ‖ se c. av. 2 acc.

atbi ⵜⴱⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. itbîten ⵜⴱⵜⵏ), daṛ ĕtbi (ătbi), daṛ ĕtbâten ‖ fait d’appliquer ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être appliqué ».

ăsettebi ⵙⵜⴱⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettebîten ⵙⵜⴱⵜⵏ), daṛ settebîten ‖ fait de faire appliquer.

ăsettebou ⵙⵜⴱⵓ sm. φ (pl. isetteba ⵙⵜⴱⴰ), daṛ setteba ‖ médicament en poudre (médicament en poudre pour l’usage externe consistant en une matière en poudre) ‖ se dit de toute matière en poudre servant de médicament pour l’usage externe, p. ex. d’iodoforme, de poudre de riz, de tabac en poudre, de verre pilé, de sable, de cendre, etc.

ⵜⴱ ateb ⵜⴱ va. prim. ; conj. 66 « aġer » ; ρ (ioutĕb, ioutâb, éd iateb, our ioutib) ‖ ramener de côté [une ch.] (en la poussant ou en la tirant) ‖ a aussi le s. pas. « être ramené de côté » ‖ ne peut avoir pour suj. qu’une p. Ne peut avoir pour rég. dir. qu’une ch. pouvant être ramenée de côté en étant poussée ou tirée, avec la main ou un instrument, su la surface où elle repose sans quitter celle-ci ‖ se dit, p. ex., d’un peu de sable formant bosse à la surface du sol, qu’on ramène de côté en le poussant ou le tirant, avec la main ou un instrument, sans qu’il quitte le sol ; de grains, de dattes, de vêtements, de menus objets qlconques, éparpillés sur une natte, un tapis, un meuble, qu’on ramène de côté, en les poussant ou les tirant, vers un, 2, ou plusieurs points de la surface sur laquelle ils sont, sans qu’ils quittent cette surface ; de légumes qui entourent un morceau de viande sur un plat, qu’on ramène de côté en les poussant ou les tirant d’un ou de plusieurs côtés sans qu’ils quittent le plat ‖ p. ext. « relever entièrement [un vêtement ou une partie considérable d’un vêtement] (en en ramenant irrégulièrement une moitié sur l’autre ou une partie considérable sur le reste) ». Se dit, p. ex., d’une p. vêtue d’une tunique tombant jusqu’aux pieds qui la relève à hauteur du milieu du corps en en attachant le bas à sa ceinture ; d’une p. vêtue d’un burnous qui le relève en ramenant sur sa tête ou sur ses épaules le bord inférieur de derrière ; d’une p. vêtue d’un pantalon touareg, tombant jusqu’aux pieds et retenu à la taille par un lacet passant dans une coulisse, qui le relève en la tirant intérieurement sous la coulisse, de manière à en faire passer une partie audessus du lacet et à la rejeter en dehors, en un pli plus ou moins large retombant extérieurement audessus du lacet sur tout le pourtour de celui-ci ‖ d. le s. « relever entièrement [un vêtement ou une partie considérable d’un vêtement] », est syn. d’eksem.

siteb ⵙⵜⴱ va. f. 1 ; conj. 172 « siġer » ; ρ (iessoŭteb, iessoûteb, éd isiteb, our iessouteb) ‖ faire ramener de côté ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. au s. act.

tâteb ⵜⵜⴱ va. f. 6 ; conj. 228 « tâġer » ; (itâteb, our ititeb) ‖ ramener hab. de côté ‖ a aussi le s. pas. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sâtâb ⵙⵜⴱ va. f. 1.7 ; conj. 233 « sâġâr » ; (isâtâb, our isitib) ‖ faire hab. ramener de côté ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ăttab ⵜⴱ sm. nv. prim. ; (pl. ăttâben ⵜⴱⵏ) ‖ fait de ramener de côté ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être ramené de côté » ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsîteb ⵙⵜⴱ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isîtîben ⵙⵜⴱⵏ), daṛ sîtîben ‖ fait de faire ramener de côté ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ⵜⴱ outab ⵜⴱ ✳ va. prim. ; conj. 71 « ouksaḍ » ; (ietoŭb, ietoûb, éd ioutab, our ietoub) ‖ pratiquer la pénitence au sujet de [un péché] (avoir le regret d’[un péché] avec le ferme propos de ne plus le commettre) ‖ p. ext. « pratiquer la pénitence au sujet de [une ch. illicite (dont on ne s’est pas abstenu antérieurement)] (s’abstenir, en vue de Dieu, de [une ch. illicite (dont on ne s’est pas abstenu antérieurement)]) ; pratiquer la pénitence au sujet de [une ch. illicite (dont on s’est abstenu antérieurement)] (s’abstenir, en vue de Dieu, de [une ch. illicite (dont on s’est abstenu antérieurement)]) ; pratiquer la pénitence au sujet de [une ch. licite] (s’abstenir, en vue de Dieu, de [une ch. licite]) » ‖ p. ext. « vivre dans la pénitence (vivre dans l’abstention, en vue de Dieu, de tout péché et de toute ch. illicite ; vivre dans l’abstention, en vue de Dieu, de tout péché, de toute ch. illicite, et de certaines ch. licites) (n.) ».

souteb ⵙⵜⴱ va. f. 1 ; conj. 163 « soudel » ; ρ (iessoŭteb, iessoûteb, éd isouteb, our iessouteb) ‖ faire pratiquer la pénitence au suj. de ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

soutab ⵙⵜⴱ vn. f. 1 ; conj. 167 « soukan » ; (iessoŭteb, iessoûteb, éd isoutab, our iesouteb) ‖ m. s. q. le pr. ‖ peu us.

toûtâb ⵜⵜⴱ va. f. 18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (itoûtâb, our itoutab) ‖ pratiquer hab. la pénitence au suj. de ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

soûtoûb ⵙⵜⴱ va. f. 1.18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (isoûtoûb, our isoutoub) ‖ faire hab. pratiquer la pénitence au suj. de ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

soûtâb ⵙⵜⴱ va. f. 1.18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (isoûtâb, our isoutab) ‖ m. s. q. le pr. ‖ peu us.

tetoubt ⵜⵜⴱ⵿ⵜ sf. nv. prim. ; (pl. tetoûbin ⵜⵜⴱⵏ) ‖ fait de pratiquer la pénitence au suj. de ‖ a t. les s. c. à c. du prim. ‖ signifie aussi « pratiquer de la pénitence (d. tous les s. du prim.) ; pénitence (d. tous les s. du prim.) ; vie dans la pénitence (d. tous les s. du prim.) ».

ăsoûteb ⵙⵜⴱ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isoûtoûben ⵙⵜⴱⵏ), daṛ soûtoûben ‖ fait de faire pratiquer la pénitence au suj. de ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ⵜⴱ tâba ⵜⴱⴰ (espagnol) sf. (pl. tâbiouin ⵜⴱⵓⵏ) ‖ tabac ‖ se dit de tout tabac, en feuilles, en poudre, à priser, à fumer, à chiquer, etc.

ⵜⴱⴱ etbeb ⵜⴱⴱ vn. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (itbĕb, itbâb, éd itbeb, our itbib) ‖ se serrer dans ses vêtements (en ne leur laissant rien de flottant et en les retroussant plus ou moins) ; être serré dans ses vêtements (d. le s. ci. d.) ‖ se dit des h. et des f. qui, pour l’exécution d’un travail manuel, pour une course rapide, pour le combat, se ceignent sur leurs vêtements d’un ceinture simple ou d’une ceinture faisant non seulement le tour de leur taille mais passant aussi sur leurs épaules, en retroussant plus ou moins leurs vêtements et en ne leur laissant rien de flottant, de manière à être très libres de leurs mouvements.

setbeb ⵙⵜⴱⴱ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (issĕtbeb, iessîtbeb, éd isetbeb, our issetbeb) ‖ faire se serrer dans ses vêtements.

tâbbeb ⵜⴱⴱ vn. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (itâbbeb, our itebbeb) ‖ se serrer hab. dans ses vêtements.

sâtbâb ⵙⵜⴱⴱ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtbâb, our isetbib) ‖ faire hab. se serrer dans ses vêtements ; être hab. serré dans ses vêtements.

ătabab ⵜⴱⴱ sm. nv. prim. ; φ (pl. itebâben ⵜⴱⴱⵏ), daṛ tebâben ‖ fait de se serrer dans ses vêtements ; fait d’être serré dans ses vêtements.

ăsetbeb ⵙⵜⴱⴱ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetbîben ⵙⵜⴱⴱⵏ), daṛ setbîben ‖ fait de faire se serrer dans ses vêtements.

ⵜⴱⴾ ettabouk ⵜⴱⴾ (turc) sm. (pl. ettaboûken ⵜⴱⴾⵏ) ‖ caisse ; boite de forme cubique ou rectangulaire ‖ se dit de caisses de toute matière et de toute dimension, avec ou sans couvercle ‖ signifie aussi « petit sac plat, en peau, de forme particulière, se suspendant au côté, servant à mettre la poudre et les balles (ar. « zeṛbounia ») » ‖ d. le s. « caisse ; boite de forme rectangulaire », est syn. d’essendoûḳ et moins us. que lui ‖ d. le s. « petit sac plat », est syn. d’ezzeṛbounia et plus us. que lui.

ⵜⴱⵔ tôber ⵜⴱⵔ (latin « october ») sm. (s. s. pl.) ‖ octobre (mois d’octobre du calendrier julien) ‖ p. ext. « époque de la moisson d’automne » ‖ v. tallit.

ⵜⴱⵗ tétebeḳ ⵜⵜⴱⵈ sf. φ (pl. titebeṛîn ⵜⵜⴱⵗⵏ), daṛ tătebeḳ (tĕtebeḳ), daṛ tĕtebeṛîm ‖ selle de méhari à pommeau en forme de croix ‖ syn. de tărik ‖ très peu us.

ⵜⴱⵗ ettabeṛ ⵜⴱⵗ ✳ sm. (pl. ettabiṛen ⵜⴱⵗⵏ) ‖ sceau ; cachet ‖ signifie aussi « marque de fabrique ».

ⵜⴱⵗ tătbeḳḳit ‖ v. ⴱⴾ beket (Ta. 3).

ⵜⴱⵜ etbet ⵜⴱⵜ ✳ vn. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (itbĕt, itbât, éd itbet, our itbit) ‖ être certain ‖ peut avoir pour suj. des p., des an., ou des ch. ‖ etbet présente cette particularité que, quand il n’est pas employé unipersonnellement, il ne peut pas se traduire mot à mot en français : etbĕteṛ, tetbĕted, etc., etbâteṛ, etc., éd etbeteṛ, etc. ne signifient pas « j’ai été certain, tu as été certain, etc., je suis certain, etc., je serai certain, etc. », mais « il y a eu certitude à mon sujet, il y a eu certitude à ton sujet, etc., il y a certitude à mon sujet, etc., il y aura certitude à mon sujet, etc. ». Quand etbet est unipersonnel, il se traduit m. à m. par « il est certain » ‖ ex. tetbâted foull ăsîkel ? – etbâteṛ innîn ekkîṛ Tăouat ⁒ y a-t-il certitude à ton sujet pour le voyage ? – il y a certitude à mon sujet que je vais au Touat (est-il certain que tu vas voyager ? – il est certain que je vais aller au T.) = aġenna itbât daṛ Ăhaggar ⁒ la pluie il y a certitude à son sujet dans l’Ăh. (il est certain qu’il a plu dans l’Ăh.) = ihanân en Bêdé etbâten daṛ Tămaṅṛaset ⁒ les tentes de B. il y a certitude à leur sujet dans T. (il est certain que les tentes de B. sont à T.) = itbât innîn éd ekkeṛ Tit ⁒ il est certain que j’irai à T. = itbât innîn Dâssin teglă ⁒ il est certain que D. est partie ‖ signifie aussi « être vérifié ; être confirmé ; être certifié ». D. le s. « être vérifié », se dit de tout ce qui est capable d’être vérifié par n’importe quel moyen, expérience, calcul, questions répétées, etc. ‖ syn. de leken et moins us. que lui. Leken a exactement les mêmes sens qu’etbet, s’emploie com. lui et présente les mêmes particularités que lui en ce qui concerne sa traduction en français ; leken est le mot d’origine touaregue, etbet le mot d’origine ar., qui expriment la même idée ‖ peu us.

setbet ⵙⵜⴱⵜ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (issĕtbet, iessitbet, éd isetbet, our issetbet) ‖ rendre certain [qlq. ch.] (pour soi-même ou pour un autre) ‖ peut avoir pour suj. une p., un an., ou une ch. A pour rég. dir. la ch. que le suj. rend certaine. La p. pour laquelle le suj. rend une ch. certaine se met au dat. ‖ peut souv. se traduire par « acquérir la certitude de ; donner la certitude de » ‖ ex. tessĕtbeted ăsîkel ? – essĕtbeteṛ innîn éd ekkeṛ Tăouat ⁒ as-tu acquis la certitude du voyage ? – j’ai acquis la certitude que j’irai au Touat (as-tu la certitude que tu iras en voyage ?. – j’ai la certitude que j’irai au T.) = Kenân issĕtbet ihanân en Bêdé daṛ TitK. a acquis la certitude des tentes de B. dans T. (K. a acquis la certitude que les tentes de B. sont à T.) = Dâssin tessĕtbet i tĕmeṭṭ in aġenna daṛ ĂhaggarD. a donné la certitude à ma f. de la pluie dans l’Ăh. (D. a donné à ma f. la certitude qu’il a plu dans l’Ăh.) = tăkat tâ-reṛ tessîtbet âk innîn Moûsa ious-ed ⁒ ce bruit de voix confus te donne la certitude que M. est arrivé ici ‖ signifie aussi « vérifier ; confirmer ; certifier ».

tâbbet ⵜⴱⵜ vn. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (itâbbet, our itebbet) ‖ être hab. certain ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sâtbât ⵙⵜⴱⵜ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtbât, our isetbit) ‖ rendre hab. certain ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ătabat ⵜⴱⵜ sm. nv. prim. ; φ (pl. itebâten ⵜⴱⵜⵏ), daṛ tebâten ‖ fait d’être certain ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsetbet ⵙⵜⴱⵜ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetbîten ⵙⵜⴱⵜⵏ), daṛ setbîten ‖ fait de rendre certain ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ⵜⴱⵜⴱ tebteb ‖ v. ⵜⴱ teb.

ⵜⴷ é̆tad ‖ v. ⵓⴷ é̆ouad.

ⵜⴹ outtaḍ ⵜⴹ vn. prim. ; conj. 71 « ouksaḍ » ; (iettoŭḍ, iettoûḍ, éd iouttaḍ, our iettouḍ) ‖ être assoupli par battage (le suj. étant un cuir ou une peau) ‖ p. ext. « être assoupli par battage et torsion ; être assoupli par torsion », le suj. étant un cuir ou une peau ‖ après avoir tanné les cuirs et les peaux, on les assouplit. On assouplit hab. les cuirs et les peaux épaisses par battage, qlqf. par battage accompagné de torsions, rarement par torsions seules ; ces opérations sont exprimées par outtaḍ ; on peut assouplir par ces moyens n’importe quelles peaux, épaisses ou minces, on ne s’en sert hab. que pour les peaux épaisses. On assouplit hab. les peaux minces en les frottant entre les mains, opération exprimée par foufferet (Ta. 2) ‖ fig. « avoir la peau assouplie [de coups] (être roué [de coups]) (le suj. étant une p.) » ‖ d. le s. « être assoupli par battage », diffère d’afel « être tanné (être préparé avec du tan) » ‖ d. le s. « avoir la peau assouplie [de coups] », est syn. d’afel.

soutteḍ ⵙⵜⴹ va. f. 1 ; conj. 162 « soukseḍ » ; (iessoŭteḍ, iessoûteḍ, éd isoutteḍ, our iessoutteḍ) ‖ assouplir par battage ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

toûttâḍ ⵜⵜⴹ vn. f. 18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (itoûttâḍ, our itouttaḍ) ‖ être hab. assoupli par battage ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

soûttoûḍ ⵙⵜⴹ va. f. 1.18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (isoûttoûḍ, our isouttouḍ) ‖ assouplir hab. par battage ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

touttaṭ ⵜⵜⵟ sf. nv. prim. ; (pl. touttâḍîn ⵜⵜⴹⵏ) ‖ fait d’être assoupli par battage ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsoutteḍ ⵙⵜⴹ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isouttoûḍen ⵙⵜⴹⵏ), daṛ souttoûḍen ‖ fait d’assouplir par battage ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ⵜⴼ soutef ⵙⵜⴼ va. f. 1 ; conj. 163 « soudel » ; ρ (iessoŭtef, iessoûtef, éd isoutef, our iessoutef) ‖ cracher [n’importe quoi qui est dans la bouche, solide ou liquide] ‖ peut avoir pour suj. une p. ou un an. Peut avoir pour rég. dir. tout ce qu’il est possible de cracher, un aliment, un morceau de viande ou de pain, un liquide, du lait, de l’eau, une ch. qlconque qui est dans la bouche, du tabac, de la salive, du sang, un crachat, etc.

soûtoûf ⵙⵜⴼ va. f. 1.18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (isoûtoûf, our isoutouf) ‖ cracher hab.

ăsoûtef ⵙⵜⴼ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isoûtoûfen ⵙⵜⴼⵏ), daṛ soûtoûfen ‖ fait de cracher.

tesoûtift ⵜⵙⵜⴼⵜ sf. φ (pl. tisoûtâf ⵜⵙⵜⴼ), daṛ tsoûtâf ‖ crachat.

ⵜⴼⵍ ătafâla ‖ v. ⴼⵍ efel.

ⵜⴼⵏ étîfen ⵜⴼⵏ sm. φ (pl. itîfnen ⵜⴼⵏⵏ ; fs. tétîfent ⵜⵜⴼⵏ⵿ⵜ ; fp. titîfnîn ⵜⵜⴼⵏⵏ), daṛ ătîfen (ĕtîfen), daṛ tîfnen, daṛ tătîfent (tĕtifent), daṛ tĕtîfnîn ‖ nègre (libre ou esclave) ne parlant ni le touareg ni l’arabe mais un des idiomes soudanais compris sous le nom de tétîfent ‖ diffère d’ăounnan et d’éhati.

tétîfent ⵜⵜⴼⵏ⵿ⵜ sf. φ (s. s. pl.), daṛ tătîfent (tĕtifent) ‖ nom d’un certain groupe d’idiomes soudanais (nom collectif sous lequel sont compris un certain nombre d’idiomes parlés par les peuples nègres du Soudan).

ⵜⴼⵏ é̆tefen ⵜⴼⵏ sm. ‖ natte d’afeżou (se plaçant verticalement et servant de paravent) ‖ syn. d’é̆seber ‖ mot ancien qui n’est plus us. du tout.

ⵜⴼⵔ atfer ⵜⴼⵔ sm. φ (pl. itefrân ⵜⴼⵔⵏ), daṛ ĕtfer (ătfer), daṛ tefrân ‖ partie antérieure du pied (doigts et reste du pied jusqu’à la cheville, celle-ci exclue) (chez les p.).

ⵜⴼⵜⴼ teftef ⵜⴼⵜⴼ ✳ va. prim. ; conj. 99 « bereġ » ; (ittĕftef, iettîftef, éd ietteftef, our itteftef) ‖ casser menu (briser en petits morceaux) ‖ a aussi les s. pas. et pron. « être cassé menu » et « se casser menu » ‖ peut avoir pour suj. des p., des an., ou des ch. Peut avoir pour rég. dir. tout ce qui peut se casser menu, p. ex. des herbages secs, des dattes sèches, du sel, des morceaux de bois, des mottes de terre, des objets en bois, porcelaine, verre, etc. ‖ fig. « mettre en pièces (rompre entièrement) [des p., des an., des ch.] ». Peut avoir pour rég. dir., p. ex., une p. ou un an. qu’une cause qlconque rompt entièrement com. santé. une p. que les pillages de l’ennemi, la sécheresse, des dépenses excessives, la maladie, une cause qlconque rompent entièrement com. fortune, des guerriers que l’ennemi met en pièces dans un combat, un troupeau que la sécheresse rompt entièrement, réduit presqu’à néant, un vase qu’on brise, etc. ‖ fig. « abîmer ; gâter ». Peut avoir pour rég. dir. la santé d’une p. ou d’un an., une ch. qlconque capable de se gâter ou de s’abîmer, p. ex. un vêtement, une outre, une peau, etc. ‖ v. ⴷⴳⴷⴳ degdeg ‖ très peu us.

setteftef ⵙⵜⴼⵜⴼ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (isteftef, iesîteftef, éd isetteftef, our isteftef) ‖ faire casser menu ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. au s. act.

tâteftâf ⵜⵜⴼⵜⴼ va. f. 7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâteftâf, our iteteftif) ‖ casser hab. menu ‖ a aussi les s. pas. et pron. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sâteftâf ⵙⵜⴼⵜⴼ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâteftâf, our iseteftif) ‖ faire hab. casser menu ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ăteftef ⵜⴼⵜⴼ sm. nv. prim. ; φ (pl. iteftîfen ⵜⴼⵜⴼⵏ), daṛ teftîfen ‖ fait de casser menu ‖ a aussi les s. pas. et pron. « fait d’être cassé menu » et « fait de se casser menu » ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsetteftef ⵙⵜⴼⵜⴼ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetteftîfen ⵙⵜⴼⵜⴼⵏ), daṛ setteftîfen ‖ fait de faire casser menu ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ⵜⴶ ătaġa ⵜⴶⴰ (Ăir, Ăd.) sm. φ (pl. itaġân ⵜⴶⵏ ; fs. tătaġat ⵜⵜⴶⵜ ; fp. titaġâtîn ⵜⵜⴶⵜⵏ), daṛ taġân, daṛ tĕtaġâtîn ‖ hom. libre appartenant à une classe particulière intermédiaire entre les ămeṛid et les esclaves ‖ les ătaġa passent pour descendre d’un croisement d’ămeṛid et d’esclaves. Il n’y en a pas dans l’Ăh. Il en existe dans l’Ăd. et l’Ăir ; leur condition y est misérable.

ⵜⴶ teġi ⵜⴶⵉ pi. exclam. ‖ ouste ! (va-t-en ! allez-vous-en !) (en parlant à un chien ou à des chiens) ‖ se dit à des chiens ou à des p. qu’on traite com. des chiens ‖ syn. de seġi ‖ a le même sens que le v. mouss ; en diffère un peu par son emploi ; est plus exclusivement réservé aux chiens que mouss ; ne se dit presque jamais à des p.

ⵜⴳ tăg ‖ v. ioui.

ⵜⴳⵎⵜⴳⵎ tegemtegem ⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎ vn. prim. ; conj. 42 « lekeslekes » ; (itgemtegem, ietîgemtegem, éd itgemtegem, our itgemtegem) ‖ aller à tout petits pas (de la démarche propre aux vieillards) ‖ se dit proprement de p. et surtout des vieillards ‖ se dit p. ext. des chameaux ‖ v. ⵂⵍ ahel « courir ».

settegemtegem ⵙⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (istegemtegem, iesîtegemtegem, éd isettegemtegem, our istegemtegem) ‖ faire aller à tout petits pas.

tîtgemtegîm ⵜⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎ vn. f. 13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîtgemtegîm, our itetgemtegim) ‖ aller hab. à tout petits pas.

sîtgemtegîm ⵙⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎ va. f. 1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isîtgemtegîm, our isetgemtegim) ‖ faire hab. aller à tout petits pas.

ătgemtegem ⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎ sm. nv. prim. ; φ (pl. itgemtegîmen ⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎⵏ), daṛ é̆tgemtegîmen ‖ fait d’aller à tout petits pas.

ăsettegemtegem ⵙⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettegemtegîmen ⵙⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎⵏ), daṛ settegemtegîmen ‖ fait de faire aller à tout petits pas.

ătegemtegam ⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. itegemtegâmen ⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎⵏ ; fs. tătegemtegamt ⵜⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎ⵿ⵜ ; fp. titegemtegâmîn ⵜⵜⴳⵎ⵿ⵜⴳⵎⵏ), daṛ tegemtegâmen, daṛ tĕtegemtegâmîn ‖ hom. qui va à tout petits pas (de la démarche propre aux vieillards) ‖ p. ext. « an. qui va à tout petits pas ». Ne se dit que des chameaux.

ⵜⴶⵏⵏ ti ġĕnîn ‖ v. .

ⵜⵂⵂ ettehouhou ‖ v. ⵂⵂ ihohân.

ⵜⵂⵍⵍ ettehlil ⵜⵂⵍⵍ ✳ sm. (pl. ettehlîlen ⵜⵂⵍⵍⵏ) ‖ petit livre servant de talisman.

ⵜⵉ âtei ⵜⵉ ✳ sm. (s. s. pl.) ‖ thé.

ⵜⵉⵜ ătieti ⵜⵉⵜⵉ sm. φ (pl. itietien ⵜⵉⵜⵉⵏ), daṛ ĕtietien ‖ petit oiseau de couleur café au lait claire (ressemblant à la tégeḍiṭ en sik, mais un peu plus grand qu’elle) ‖ v. ⵏⴳⵔⵎⵉ ăṅgermei.

ⵜⵉⵜⵉ teitei ⵜⵉⵜⵉ va. prim. ; conj. 99 « bereġ » ; (ittĕitei, iettîitei, éd ietteitei, our itteitei) ‖ enfoncer à coups de marteau [un piquet, un clou] ‖ a aussi le s. pas. « être enfoncé à coups de marteau » ‖ peut avoir pour rég. dir. tout piquet qu’on enfonce à coups de marteau n’importe où, dans le sol, dans un mur, etc., ou tout clou qu’on enfonce à coups de marteau n’importe où, dans un mur, une planche, etc. ‖ ce avec quoi le suj. enfonce le rég. dir. peut être un marteau, un maillet, ou n’importe quoi en tenant lieu, une pierre, un morceau de bois, etc. ‖ p. ext. « enfoncer à coups de marteau les piquets d’[une tente, d’une tenture qlconque servant de velum et se tendant au moyen de petits piquets et de cordes] ; dresser (tendre) [une tente, une tenture qlconque servant de velum et se tendant par un moyen qlconque remplaçant les petits piquets et les cordes] ».

settiti ⵙⵜⵜⵉ va. f. 1 ; conj. 132 « seddeṛideṛi » ; (isteitei, iesîteitei, éd isettiti, our isteitei) ‖ faire enfoncer à coups de marteau ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. au s. act.

tâteitâi ⵜⵜⵉⵜⵉ va. f. 7 ; conj. 231 « tâdenkâi » ; (itâteitâi, our iteteiti) ‖ enfoncer hab. à coups de marteau ‖ a aussi le s. pas. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sâteitâi ⵙⵜⵉⵜⵉ va. f. 1.7 ; conj. 231 « tâdenkâi » ; (isâteitâi, our iseteiti) ‖ faire hab. enfoncer à coups de marteau ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ăteiti ⵜⵉⵜⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. iteitien ⵜⵉⵜⵉⵏ), daṛ teitien ‖ fait d’enfoncer à coups de marteau ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être enfoncé à coups de marteau » ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsettîti ⵙⵜⵜⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettîtien ⵙⵜⵜⵉⵏ), daṛ settîtien ‖ fait de faire enfoncer à coups de marteau ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

tăsettîtî ⵜⵙⵜⵜⵜ sf. φ (pl. tisettîtai ⵜⵙⵜⵜⵉ), daṛ tsettîtai ‖ petit piquet (de 0m,20c à 0m,30c de long, en bois ou fer) ‖ se dit des petits piquets qu’on enfonce n’importe où, dans le sol pour dresser des tentes ou des abris provisoires, dans les murs pour y suspendre des objets, etc.

ⵜⵋⵔ ettajir ⵜⵋⵔ ✳ sm. (pl. ettajîren ⵜⵋⵔⵏ, ettoujjâr ⵜⵋⵔ) ‖ négociant (commerçant en gros) ‖ très peu us.

ⵜⴾ tek ⵜⴾ sm. (s. et pl.) ‖ « tek » ; mot sans signification exprimant un arrêt brusque, une fin brusque, une fin complète ‖ ex. a s ennĭṛ aouâ-reṛ i Kenân, innă tek ⁒ ce que dans j’ai dit ceci à K., il a dit « tek » (lorsque j’ai dit ceci à K., il a fait « tek » ; lorsque j’ai dit ceci à K., il s’est tu net) = ihaḍân ouî-reṛ, oûdi innă tek ⁒ ces nuits-ci, le beurre a dit « tek » (ces jours-ci, le beurre a fait « tek » ; ces jours-ci, il n’y a plus de beurre de tout) = a s nous ihanân, Biska ibdĕd tek, innă « our é akieṛ » ⁒ ce que dans nous sommes arrivés aux tentes, B. s’est arrêté « tek », il a dit « je ne dépasserai pas » (lorsque nous sommes arrivés aux tentes, B. s’est arrêté net, il a dit « je n’irai pas plus loin ») ‖ syn. de zek et de zet ‖ v. ⵜⴱ teb ; ⴷⴱ deb.

toukket (Ta. 2) ⵜⴾⵜ va. prim. ; conj. 97 « doubet (Ta. 2) » ; (iettoŭkket, iettoûkket, éd ittoukket, our iettoukket) ‖ faire « tek » (s’arrêter court sans faire un pas de plus (dans la marche) ; s’arrêter court sans dire un mot de plus (dans des paroles) ; être complètement fini (être sans qu’il en reste rien de tout) (le suj. étant des p., des an., des ch. dont il n’y a plus du tout qlq. part)) ‖ d. le s. « s’arrêter court (dans la marche) », se dit de p. ou d’an. qui s’arrêtent court pour n’importe quelle cause. D. le s. « s’arrêter court (dans des paroles) », se dit de p. qui se taisent brusquement sans ajouter un mot, pour une cause qlconque. D. le s. « être complètement fini », se dit, p. ex., d’hom. dont il n’y a plus du tout dans un lieu parce qu’ils sont tous en expédition ou en voyage, de chameaux dont il n’y a plus du tout qlq. part parce qu’ils sont tous en caravane, d’eau dont il n’y a plus du tout dans un puits, de blé, de beurre, d’étoffe, dont il n’y a plus du tout chez qlq’un, etc. ‖ syn. de zoukket (Ta. 2) empl. d. ce s. Le v. zoukket (Ta. 2) a tous les sens de toukket (Ta. 2), mais il en a d’autres que toukket (Ta. 2) n’a pas.

settekket (Ta. 2) ⵙⵜⴾⵜ va. f. 1 ; conj. 134 « seġġereffet (Ta. 2) » ; (istekket, iesîtekket, éd isettekket, our istekket) ‖ faire faire « tek ».

tîtekkoût (Ta. 8) ⵜⵜⴾⵜ vn. f. 16 ; conj. 255 « tîġreffoût (Ta. 8) » ; (itîtekkoût, our itetekkout) ‖ faire hab. « tek ».

sîtekkoût (Ta. 8) ⵙⵜⴾⵜ va. f. 1.16 ; conj. 255 « tîġreffoût (Ta. 8) » ; (isîtekkoût, our isetekkout) ‖ faire hab. faire « tek ».

ătakkou ⵜⴾⵓ sm. nv. prim. ; φ (pl. itekkoûten ⵜⴾⵜⵏ), daṛ tekkoûten ‖ fait de faire « tek ».

ăsettekkou ⵙⵜⴾⵓ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettekkoûten ⵙⵜⴾⵜⵏ), daṛ settekkoûten ‖ fait de faire faire « tek ».

ⵜⴾ teket (Ta. 1) ⵜⴾⵜ va. prim. ; conj. 104 « deret (Ta. 1) » ; (ittĕket, iettîket, éd ietteket, our itteket) ‖ marteler légèrement à sa surface [une pierre (de manière à en rendre la surface rugueuse)] ‖ a aussi le s. pas. « être martelé légèrement à sa surface » ‖ se dit surtout des meules dormantes et des pierres ovoïdes qui servent à évaser le grain sur les meules dormantes, qu’on martèle légèrement à leur surface, avec une pierre dure ou un morceau de fer, pour les rendre un peu rugueuses.

setteket (Ta. 1) ⵙⵜⴾⵜ va. f. 1 ; conj. 133 « sedderet (Ta. 1) » ; (isteket, iesîteket, éd isetteket, our isteket) ‖ faire marteler légèrement à sa surface ‖ se c. av. 2 acc.

tâtekât (Ta. 5) ⵜⵜⴾⵜ va. f. 11 ; conj. 241 « tâderât (Ta. 5) » ; (itâtekât, our itetekit) ‖ marteler hab. légèrement à sa surface ‖ a aussi le s. pas.

sâtekât (Ta. 5) ⵙⵜⴾⵜ va. f. 1.11 ; conj. 241 « tâderât (Ta. 5) » ; (isâtekât, our isetekit) ‖ faire hab. marteler légèrement à sa surface ‖ se c. av. 2 acc.

atki ⵜⴾⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. itkîten ⵜⴾⵜⵏ), daṛ ĕtki (ătki), daṛ ĕtkîten ‖ fait de marteler légèrement à sa surface ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être martelé légèrement à sa surface ».

ăsetteki ⵙⵜⴾⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettekîten ⵙⵜⴾⵜⵏ), daṛ settekîten ‖ fait de faire marteler légèrement à sa surface.

tăsettekout ⵜⵙⵜⴾⵜ sf. φ (pl. tisetteka ⵜⵙⵜⴾⴰ), daṛ tsetteka ‖ objet servant à marteler à sa surface une pierre (objet qlconque pouvant servir à marteler légèrement la surface d’une pierre).

tektek ⵜⴾⵜⴾ va. prim. ; conj. 99 « bereġ » ; (ittĕktek, iettîktek, éd iettektek, our ittektek) ‖ frapper légèrement à plusieurs reprises [une ch.] (pour faire tomber une substance en poudre ou de la poussière attachés à ses parvis) ‖ a aussi le s. pas. « être frappé légèrement à plusieurs reprises » ‖ peut avoir pour suj. une p., la main, le doigt, l’ongle, un petit instrument. Peut avoir pour rég. dir. une ch. qlconque, p. ex. une caisse ou une boite qui ont contenu de la farine, une tabatière qui a contenu du tabac, de la viande ou du pain qui ont été posés sur le sable ou la cendre, etc. ‖ v. ⵜⴱ teb, tebteb.

settektek ⵙⵜⴾⵜⴾ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (istektek, iesîtektek, éd isettektek, our istektek) ‖ faire frapper légèrement à plusieurs reprises ‖ se c. av. 2 acc.

tâtektâk ⵜⵜⴾⵜⴾ va. f. 7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâtektâk, our itetektik) ‖ frapper hab. légèrement à plusieurs reprises ‖ a aussi le s. pas.

sâtektâk ⵙⵜⴾⵜⴾ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtektâk, our isetektik) ‖ faire hab. frapper légèrement à plusieurs reprises ‖ se c. av. 2 acc.

ătektek ⵜⴾⵜⴾ sm. nv. prim. ; φ (pl. itektîken ⵜⴾⵜⴾⵏ), daṛ tektîken ‖ fait de frapper légèrement à plusieurs reprises ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être frappé légèrement à plusieurs reprises ».

ăsettektek ⵙⵜⴾⵜⴾ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettektîken ⵙⵜⴾⵜⴾⵏ), daṛ settektîken ‖ fait de faire frapper légèrement à plusieurs reprises.

ⵜⴾⵛⵍ tekch-oulli ‖ v. ⴾⵛ ekch.

ⵜⴾⵍ touklet (Ta. 2) ⵜⴾⵍⵜ vn. prim. ; conj. 97 « doubet (Ta. 2) » ; (iettoŭklet, iettoûklet, éd ittouklet, our iettouklet) ‖ être réuni en masse (être réunis tous sans exception) ; se réunir en masse (d. le s. ci. d.) ‖ ne peut avoir pour suj. que des p. ‖ se dit des h., des f. et des enfants, qlq. soit la cause de leur réunion ‖ syn. de ṭoubet (Ta. 2) et de kourbet (Ta. 2) ‖ v. ⴹⴱ ṭoubet (Ta. 2).

ătâklou ⵜⴾⵍⵓ sm. nv. prim. ; φ (pl. itoûkloûten ⵜⴾⵍⵜⵏ), daṛ toûkloûten ‖ fait d’être réuni en masse ; fait de se réunir en masse.

ⵜⴾⵍ tétakelt ⵜⵜⴾⵍ⵿ⵜ sf. φ (n. d’u. et col.) (pl. titakelîn ⵜⵜⴾⵍⵏ), daṛ tătakelt (tĕtakelt), daṛ tĕtakelîn ‖ nom d’une plante qui produit une courge comestible ‖ signifie aussi « courge comestible produite par la tétakelt » ‖ la tétakelt, vidée et desséchée, sert à faire divers objets, vases, bouteilles, plats, etc. ; elle ne sert pas à faire des violons.

étakel ⵜⴾⵍ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. itakelen ⵜⴾⵍⵏ), daṛ ătakel (ĕtakel), daṛ takelen ‖ m. s. q. le pr. ‖ peu us.

ăteklas ⵜⴾⵍⵙ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. iteklasen ⵜⴾⵍⵙⵏ), daṛ teklasen ‖ nom d’une plante qui produit une courge non comestible ‖ signifie aussi « courge non comestible produite par l’ăteklas » ‖ l’ăteklas, rare dans l’Ăh., abonde au Soudan ‖ l’ăteklas, vidé et desséché, sert à faire divers objets, vases, bouteilles, plats, violons. Tous les violons de l’Ăh. sont faits d’un morceau demi-sphérique d’ăteklas ‖ p. ext. « violon (monocorde, en usage dans l’Ăh.) ». D. ce s., est syn. d’imżad, d’ăżiou, de dîdi, d’ătelkas, d’elkas. v. ⵎⵥⴷ imżad.

ătelkas ⵜⵍⴾⵙ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. itelkasen ⵜⵍⴾⵙⵏ), daṛ telkasen ‖ m. s. q. le pr.

elkas ⵍⴾⵙ sm. (pl. elkasen ⵍⴾⵙⵏ) ‖ courge non comestible appelée ătelkas vidée, desséché et convertie en calebasse de forme demi-sphérique de moyenne dimension propre à faire un violon ‖ p. ext. « violon (monocorde, en usage dans l’Ăh.) ». D. ce s., est syn. d’imżad, d’ăżiou, de dîdi, d’ăteklas, d’ătelkas. v. ⵎⵥⴷ imżad.

ⵜⴾⵍ tekkel ‖ v. ⵓⴾⵍ ouekkel.

ⵜⴾⵍⵍ éteklel ⵜⴾⵍⵍ sm. φ (pl. iteklelen ⵜⴾⵍⵍⵏ), daṛ ăteklel (ĕteklel), daṛ teklelen ‖ terrain plat (étendue de terrain absolument plate ayant plus de 100 mètres de diamètre, avec ou sans végétation) ‖ tout terrain absolument plat ayant plus de 100 mètres de diamètre, qu’il ait à peine davantage ou qu’il ait des centaines de kilomètres de longueur, avec ou sans végétation, avec ou sans eau, avec ou sans habitants, est un éteklelv. af, asiaf ; ⵏⵥⵔⴼ tăneżrouft.

ⵜⴾⵍⵙ ăteklas ‖ v. ⵜⴾⵍ tétakelt.

ⵜⴾⵏⵜⴾ tekenteket (Ta. 1) ⵜⴾⵏ⵿ⵜⴾⵜ va. prim. ; conj. 46 « ferekket (Ta. 1) » ; (itkenteket, ietîkenteket, éd itkenteket, our itenteket) ‖ vanner (en inclinant le van vers le bas et en le secouant très légèrement, de manière que les matières les plus fines restent dans la partie haute du van et que les plus grossières se rassemblent dans sa partie basse) [de la farine ou une matière en poudre] ‖ a aussi le s. pas. « être vanné (d. le s. ci. d.) » ‖ v. ⵓⵍ ăoul, teouilet (Ta. 1).

settekenteket (Ta. 1) ⵙⵜⴾⵏ⵿ⵜⴾⵜ va. f. 1 ; conj. 133 « sedderet (Ta. 1) » ; (istekenteket, iesîtekenteket, éd isettekenteket, our istekenteket) ‖ faire vanner ‖ se c. av. 2 acc.

tîtkentekît (Ta. 7) ⵜⵜⴾⵏ⵿ⵜⴾⵜ va. f. 16 ; conj. 254 « tîtreġġît (Ta. 7) » ; (itîtkentekît, our itetkentekit) ‖ vanner hab. ‖ a aussi le s. pas.

sîtkentekît (Ta. 7) ⵙⵜⴾⵏ⵿ⵜⴾⵜ va. f. 1.16 ; conj. 254 « tîtreġġît (Ta. 7) » ; (isîtkentekît, our isetkentekit) ‖ faire hab. vanner ‖ se c. av. 2 acc.

ătkenteki ⵜⴾⵏ⵿ⵜⴾⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. itkentekîten ⵜⴾⵏ⵿ⵜⴾⵜⵏ), daṛ ĕtkentekîten ‖ fait de vanner ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être vanné ».

ăsettekenteki ⵙⵜⴾⵏ⵿ⵜⴾⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettekentekîten ⵙⵜⴾⵏ⵿ⵜⴾⵜⵏ), daṛ settekentekîten ‖ fait de faire vanner.

sekenseket (Ta. 1) ⵙⴾⵏⵙⴾⵜ va. prim. ; conj. 46 « ferekket (Ta. 1) » ; (iskenseket, iesîkenseket, éd iskenseket, our iskenseket) ‖ syn. de tekenteket (Ta. 1) ‖ peu us.

sessekenseket (Ta. 1) ⵙⵙⴾⵏⵙⴾⵜ va. f. 1 ; conj. 133 « sedderet (Ta. 1) » ; (issekenseket, iesîkenseket, éd isessekenseket, our issekenseket) ‖ syn. de settekenteket (Ta. 1).

tîskensekît (Ta. 7) ⵜⵙⴾⵏⵙⴾⵜ va. f. 16 ; conj. 254 « tîtreġġît (Ta. 7) » ; (itîskensekît, our iteskensekit) ‖ syn. de tîtkentekît (Ta. 7).

sîskensekît (Ta. 7) ⵙⵙⴾⵏⵙⴾⵜ va. f. 1.16 ; conj. 254 « tîtreġġît (Ta. 7) » ; (isîskensekît, our iseskensekit) ‖ syn. de sîtkentekît (Ta. 7).

ăskenseki ⵙⴾⵏⵙⴾⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. iskensekîten ⵙⴾⵏⵙⴾⵜⵏ), daṛ ĕskensekîten ‖ syn. d’ătkenteki.

ăsessekenseki ⵙⵙⴾⵏⵙⴾⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isessekensekîten ⵙⵙⴾⵏⵙⴾⵜⵏ), daṛ sessekensekîten ‖ syn. d’ăsettekenteki.

ⵜⴾⵔ ătakôr ⵜⴾⵔ sm. φ (pl. itkâr ⵜⴾⵔ), daṛ ĕtkâr ‖ partie extrême et renflée (nœud extrême) ‖ se dit de toute extrémité renflée de corde, de ficelle, de fil, de bâton, de tige métallique, etc., p. ex. d’un nœud fait à l’extrémité d’une corde, d’une ficelle, ou d’un fil, d’une pomme de canne, d’un pommeau d’épée, des extrémités renflées de certains bracelets de femme formés d’une tige de métal en forme d’anneau entrouvert ‖ p. ext. « bouton (en peau, étoffe, soie, fil, matière textile qlconque) ». v. ⵔⴶ areġ, etreġ, tăsetrek ‖ p. ext. « pomme (en peau, bourrée de chiffons, ayant un manche flexible en peau) servant à battre du gros tambour appelé eṭṭebel » ‖ Ătakôr n Ăhaggar « partie extrême et renflée de l’Ăh. (nœud extrême de l’Ăh.) » signifie « massif montagneux central du pays des Kel-Ăh. (massif de forme ovale, dont l’altitude varie entre 2.000 et 3.000 mètres, et qui est compris entre 23° et 23° 30′ lat. N. et 2° 50′ et 3° 40′ long. E.) ». Ătakôr s’emploie souv., par abréviation, d. le s. d’Ătakôr n Ăhaggar. v. ⵂⴳⵔ ăhaggar, Ăhaggar ‖ d. le s. « pomme [de canne] ; pommeau [d’épée] », est syn. de tătakort, de tăkerkabbout et d’éṛef.

tătakort ⵜⵜⴾⵔ⵿ⵜ sf. φ (pl. titkâr ⵜⵜⴾⵔ), daṛ tĕtkâr ‖ pomme [de canne] ; pommeau [d’épée] ‖ v. ci-dessus ătakôr.

ⵜⴾⵙ étekes ⵜⴾⵙ (Ăd.) sm. ‖ élargissement de vallée où, la pente étant faible, les eaux stationnent et produisent une belle végétation (ar. « mậder ») ‖ syn. d’éteṛes (Ăh.) ‖ non us. dans l’Ăh.

ⵜⴾⵜ touketen ‖ v. tăkat.

ⵜⴾⵜⴾ settektek ⵙⵜⴾⵜⴾ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (istektek, iesîtektek, éd isettektek, our istektek) ‖ chuchoter (dire à voix basse à l’oreille (act.) ; parler bas à l’oreille (n.)).

metektek ⵎⵜⴾⵜⴾ va. f. 2 ; conj. 42 « lekeslekes » ; (imtektek, iemîtektek, éd imtektek, our imtektek) ‖ se chuchoter réc. l’un à l’autre.

metektak ⵎⵜⴾⵜⴾ va. f. 2 ; conj. 42 « lekeslekes » ; (imtektak, iemîtektak, éd imektak, our imtektak) ‖ m. s. q. le pr.

sâtektâk ⵙⵜⴾⵜⴾ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtektâk, our isetektik) ‖ chuchoter hab.

tîmtektîk ⵜⵎ⵿ⵜⴾⵜⴾ va. f. 2.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîmtektîk, our itemtektik) ‖ se chuchoter hab. réc. l’un à l’autre.

tîmtektâk ⵜⵎ⵿ⵜⴾⵜⴾ va. f. 2.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîmtektâk, our itemtektak) ‖ m. s. q. le pr.

ăsettektek ⵙⵜⴾⵜⴾ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettektîken ⵙⵜⴾⵜⴾⵏ), daṛ settektîken ‖ fait de chuchoter.

ămtektek ⵎ⵿ⵜⴾⵜⴾ sm. nv. f. 2 ; φ (pl. imtektîken ⵎ⵿ⵜⴾⵜⴾⵏ), daṛ ĕmtektîken ‖ fait de se chuchoter réc. l’un à l’autre.

ămtektak ⵎ⵿ⵜⴾⵜⴾ sm. nv. f. 2 ; φ (pl. imtektâken ⵎ⵿ⵜⴾⵜⴾⵏ), daṛ ĕmtektâken ‖ m. s. q. le pr.

étîktâk ⵜⴾⵜⴾ sm. φ (pl. itîktâken ⵜⴾⵜⴾⵏ), daṛ ătîktâk (ĕtîktâk), daṛ tîktâken ‖ syn. d’ăsettektek ‖ signifie aussi « chuchotement ; paroles dites à voix basse à l’oreille ».

ⵜⴾⵜⴾ tektek ‖ v. ⵜⴾ teket (Ta. 1).

ⵜⵈ touḳḳet (Ta. 2) ⵜⵈⵜ va. prim. ; conj. 97 « doubet (Ta. 2) » ; (iettoŭḳḳet, iettoûḳḳet, éd ittouḳḳet, our iettouḳḳet) ‖ toquer (de manière à lui faire « toc-toc ») [un mortier (en y pilant qlq. ch.) ; qlq. ch. (en le pilant dans un mortier)] ‖ a aussi le s. pas. « être toqué » ‖ peut avoir pour suj. une p. ou un pilon. Ne peut avoir pour rég. dir. qu’un mortier ou son contenu ‖ peu us.

tîteḳḳoût (Ta. 8) ⵜⵜⵈⵜ va. f. 16 ; conj. 255 « tîġreffoût (Ta. 8) » ; (itîteḳḳoût, our iteteḳḳout) ‖ toquer hab. ‖ a aussi le s. pas.

ătaḳḳou ⵜⵈⵓ sm. nv. prim. ; φ (pl. iteḳḳoûten ⵜⵈⵜⵏ), daṛ teḳḳoûten ‖ fait de toquer ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être toqué ».

setteḳḳet (Ta. 2) ⵙⵜⵈⵜ va. f. 1 ; conj. 134 « seġġereffet (Ta. 2) » ; (isteḳḳet, iesîteḳḳet, éd isetteḳḳet, our isteḳḳet) ‖ faire des appels de langue à [un chien] ‖ ne peut avoir pour suj. que des p. et pour rég. dir. que des chiens.

sîteḳḳoût (Ta. 8) ⵙⵜⵈⵜ va. f. 1.16 ; conj. 255 « tîġreffoût (Ta. 8) » ; (isîteḳḳoût, our iseteḳḳout) ‖ faire hab. des appels de langue à.

ăsetteḳḳou ⵙⵜⵈⵓ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetteḳḳoûten ⵙⵜⵈⵜⵏ), daṛ setteḳḳoûten ‖ fait de faire des appels de langue à.

ⵜⵈ éteḳ ‖ v. ⵜⵗ éteḳ.

téteḳḳeout ‖ v. ⵜⵗ éteḳ.

ⵜⵆⵎ etk̤em ⵜⵆⵎ ✳ va. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (itk̤ĕm, itk̤âm, éd itk̤em, our itk̤im) ‖ rendre malade d’une indigestion ‖ a aussi les s. pas. et pron. « être malade d’une indigestion » et « se rendre malade d’une indigestion » ‖ très peu us.

ebk̤em ⴱⵆⵎ va. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (ibk̤ĕm, ibk̤âm, éd ibk̤em, our ibk̤im) ‖ m. s. q. le pr. ‖ très peu us.

ⵜⵍ ettel ⵜⵍ va. prim. ; conj. 27 « eddel » ; (ittĕl, ittâl, éd ittel, our ittil) ‖ 1. enrouler [une ch. flexible A] (sur une ch. B, à une p., un an., une ch.) ; 2. enrouler (entourer de qlq. ch. d’enroulé) ; 3. mettre com. enveloppe [une ch. flexible A] (sur une ch. B) ; 4. envelopper [une ch. B] (au moyen d’une ch. flexible A) ‖ a aussi le s. pas. et pron. « 1. être enroulé ; 2. être enroulé ; 3. être mis com. enveloppe ; 4. être enveloppé » et « 1. s’enrouler ; 2. s’enrouler ; 3. se mettre com. enveloppe ; 4. s’envelopper » ‖ d. le s. 1., peut avoir pour suj. une p., un serpent, une plante grimpante. Ne peut avoir pour rég. dir. qu’une ch. flexible capable d’être enroulée sur qlq. ch. ou sur elle-même. Ce sur quoi le suj. enroule le rég. dir. est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. foull « sur ». Si ce sur quoi le suj. enroule le rég. dir. fait partie d’une p., d’un an., ou d’une ch., ceux-ci se mettent au datif. Se dit, p. ex., d’un h. qui enroule une corde, une ficelle, un fil, sur un bâton ou sur eux-mêmes, qui enroule une bande sur une blessure ou un membre malade, qui enroule une étoffe sur sa tête com. turban ; d’un serpent qui enroule son corps sur une branche ou sur lui-même ; d’une plante grimpante qui enroule sa tige sur qlq. ch. ou sur elle-même ; etc. ‖ d. le s. 2., peut avoir pour suj. une p., un serpent, une plante grimpante, ou le ch. flexible qui entoure le rég. dir. en s’enroulant autour de lui. Peut avoir pour rég. dir. toute ch. capable d’avoir qlq. d’enroulé autour de soi. Ce au moyen de quoi le suj. entoure le rég. dir. est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. s (es) « au moyen de ». Si ce que le suj. entoure de qlq. ch. d’enroulé fait partie d’une p., d’un an., ou d’une ch., ceux-ci se mettent au datif. Se dit, p. ex., d’un h. qui entoure un bobine de ficelle ou de fil enroulés sur elle, qui entoure une blessure ou un membre malade de bandes enroulées sur eux, qui entoure sa tête d’un turban enroulé sur elle ; d’un serpent qui entoure une branche de son corps enroulé sur elle ; d’une plante grimpante qui entoure un arbre de sa tige enroulée sur lui ; etc. ‖ d. le s. 3., ne peut avoir pour suj. qu’une p. Peut avoir pour rég. dir. toute ch. flexible capable de servir d’enveloppe à un objet, p. ex. un morceau d’étoffe, de peau souple, de papier. Ce sur quoi, autour de quoi, le suj. met le rég. dir. com. enveloppe est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. foull « sur » ; cela peut être toute ch. capable d’être enveloppée dans qlq. ch. de flexible, p. ex. un paquet, un meuble, un fusil, une selle, un livre, un vêtement plié, etc. ‖ d. le s. 4., peut avoir pour suj. une p. ou la ch. flexible qui enveloppe le rég. dir. Peut avoir pour rég. dir. toute ch. capable d’être enveloppée dans qlq. ch. de flexible, p. ex. un paquet, un meuble, un fusil, une selle, un livre, un vêtement plié, etc. Ce au moyen de quoi le suj. enveloppe le rég. dir. est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. s (es, se) « au moyen de » ; cela peut être toute ch. flexible capable de servir d’enveloppe à un objet, p. ex. un morceau d’étoffe, de peau souple, de papier ‖ au s. pron., signifie p. ext. « se déverser (se jeter) [dans une vallée, un ravin, un cours d’eau, la mer] », le suj. étant une vallée, un ravin, un thalweg avec ou sans eau, un cours d’eau. Ce dans quoi le suj. se déverse est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. daṛ « dans » ; le point où le suj. s’y déverse est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. ṛour « auprès de ». (Ex. Sêrsouf ittĕl daṛ Tămaṅṛaset ṛour ĕṛrenS. s’est déversé dans T. auprès du village (la vallée de S. se jette dans celle de T. au village [de Tămaṅṛaset])) ‖ p. ext. « embarasser (rendre indistinct, rendre presqu’ incompréhensible) [la langue, les paroles, ce qu’on dit] (par suite d’une prononciation incomplète, confuse, presqu’ inarticulée) », le suj. étant une cause accidentelle qlconque, p. ex. la maladie, le délire, le demi-sommeil, etc. Ne s’emploie pas pour exprimer un défaut de prononciation habituel ; ne s’emploie que pour exprimer la prononciation presqu’ inarticulée d’agonisants, de p. dormant à demi ou étant dans un autre état accidentel qui rend leurs paroles inintelligibles ou presqu’ inintelligibles. Diffère de ce qu’exprime tăkîlseout « lourdeur de langue (défaut consistant à avoir la langue com. lourde et épaisse et à ne pouvoir prononcer les mots qu’à demi) » ; la tăkîlseout est un défaut habituel ‖ d. le s. « se déverser », est syn. d’enfer.

soutel ⵙⵜⵍ va. f. 1 ; conj. 163 « soudel » ; (iessoŭtel, iessoûtel, éd isoutel, our isessoutel) ‖ 1. faire enrouler ; 2. faire enrouler ; 3. faire mettre com. enveloppe ; 4. faire envelopper ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. au s. act.

nemettel ⵏⵎⵜⵍ vn. f. 2bis ; conj. 42 « lekeslekes » ; (inmettel, ienîmettel, éd inmettel, our inmettel) ‖ être enroulé réc. l’un avec l’autre ; s’enrouler réc. l’un avec l’autre.

nemettal ⵏⵎⵜⵍ vn. f. 2bis ; conj. 42 « lekeslekes » ; (inmettal, ienîmettal, éd inmettal, our inmettal) ‖ m. s. q. le pr.

sennemettel ⵙⵏⵎⵜⵍ va. f. 2bis.1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (isnemettel, iesînemettel, éd isennemettel, our isnemettel) ‖ enrouler l’un avec l’autre ; faire s’enrouler l’un avec l’autre.

tâttel ⵜⵜⵍ va. f. 6 ; conj. 226 « tâddel » ; (itâttel, our itettel) ‖ 1. enrouler hab. ; 2. enrouler hab. ; 3. mettre hab. com. enveloppe ; 4. envelopper hab. ‖ a aussi les s. pas. et pron. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

soûtoûl ⵙⵜⵍ va. f. 1.18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (isoûtoûl, our isoutoul) ‖ 1. faire hab. enrouler ; 2. faire hab. enrouler ; 3. faire hab. mettre com. enveloppe ; 4. faire hab. envelopper ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

tînmettîl ⵜⵏⵎⵜⵍ vn. f. 2bis.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itînmettîl, our itenmettil) ‖ être hab. enroulé réc. l’un avec l’autre ; s’enrouler hab. réc. l’un avec l’autre.

tînmettâl ⵜⵏⵎⵜⵍ vn. f. 2bis.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itînmettâl, our itenmettal) ‖ m. s. q. le pr.

sînmettîl ⵙⵏⵎⵜⵍ va. f. 2bis.1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isînmettîl, our senmettil) ‖ enrouler hab. l’un avec l’autre ; faire hab. s’enrouler l’un avec l’autre.

oûtoûl ⵜⵍ sm. nv. prim. ; (pl. oûtoûlen ⵜⵍⵏ) ‖ 1. fait d’enrouler ; 2. fait d’enrouler ; 3. fait de mettre com. enveloppe ; 4. fait d’envelopper ‖ a aussi les s. pas. et pron. « 1. fait d’être enroulé ; 2. fait d’être enroulé ; 3. fait d’être mis com. enveloppe ; 4. fait d’être enveloppé » et « 1. fait de s’enrouler ; 2. fait de s’enrouler ; 3. fait de se mettre com. enveloppe ; 4. fait de s’envelopper » ‖ a t. les s. c. à c. du prim. ‖ p. ext. « point d’enveloppement (point de déversement, débouché) [d’une vallée dans une autre plus grande ou dans la mer] ». Signifie embouchure d’une vallée (d’un ravin, d’un thalweg, d’un cours d’eau) dans une autre plus grande, dans un lac, ou dans la mer. D. ce s., est syn. d’é̆nêfar, d’ésaoui et d’oûhoûf. v. ⵂⴼ ehef, oûhoûf.

ăsoûtel ⵙⵜⵍ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isoûtoûlen ⵙⵜⵍⵏ), daṛ soûtoûlen ‖ 1. fait de faire enrouler ; 2. fait de faire enrouler ; 3. fait de faire mettre com. enveloppe ; 4. fait de faire envelopper ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ănmettel ⵏⵎⵜⵍ sm. nv. f. 2bis ; φ (pl. inmettîlen ⵏⵎⵜⵍⵏ), daṛ ĕnmettîlen ‖ fait d’être enroulé réc. l’un avec l’autre ; fait de s’enrouler réc. l’un avec l’autre.

ănmettal ⵏⵎⵜⵍ sm. nv. f. 2bis ; φ (pl. inmettâlen ⵏⵎⵜⵍⵏ), daṛ ĕnmettâlen ‖ m. s. q. le pr.

ăsennemettel ⵙⵏⵎⵜⵍ sm. nv. f. 2bis.1 ; φ (pl. isennemettîlen ⵙⵏⵎⵜⵍⵏ), daṛ sennemettîlen ‖ fait d’enrouler l’un avec l’autre ; fait de faire s’enrouler l’un avec l’autre.

ăsâtel ⵙⵜⵍ sm. φ (pl. isoûtâl ⵙⵜⵍ), daṛ soûtâl ‖ 1. objet propre à entourer de qlq. ch. d’enroulé [une blessure ; un membre malade] (p. ex. bande, linge, etc.) ; 2. objet propre à envelopper [un paquet ; un objet mobilier] (p. ex. morceau d’étoffe, de peau souple, de papier, etc.) ‖ d. le s. 1., peut souv. se traduire par « bande » ; d. le s. 2., peur souv. se traduir par enveloppe ‖ ce qu’un ăsâtel entoure ou enveloppe se met au gén.

ételli ⵜⵍⵉ sm. φ (pl. itellân ⵜⵍⵏ), daṛ ătelli (ĕtelli), daṛ tellân ‖ bandeau étroit (s’enroulant autour de la tête pardessus tout le reste de la coiffure et servant à maintenir toute la coiffure) (chez les hom.) ‖ se dit d’un étroite bande d’étoffe, d’un ruban, d’un cordon, ou d’un faisceau de fils d’or ou de soie qui est pardessus tout le reste de la coiffure d’un h., de qlq. nombre de turbans et de bandeaux que celle-ci se compose ‖ p. ext. « bandeau étroit (s’enroulant autour de la tête immédiatement sur la voile de front et servant à le maintenir) (chez les hom.) ». D. ce s., est syn. d’ăsâded.

ămestelli ⵎⵙ⵿ⵜⵍⵉ sm. φ (pl. imestellân ⵎⵙⵜⵍⵏ ; fs. tămestellit ⵜⵎⵙ⵿ⵜⵍⵜ ; fp. timestellâtîn ⵜⵎⵙ⵿ⵜⵍⵜⵏ), daṛ mestellân, daṛ tmestellâtîn ‖ adolescent (hom. qui a depuis peu atteint la puberté, c. à d. qui est entre 14 et 25 ans) ‖ on appelle les adolescents ămestelli parce que c’est lorsque les h. atteignent la puberté qu’ils commencent à porter le voile de front et de bouche et l’ételli ‖ syn. d’ămâouad.

titlîn ⵜⵜⵍⵏ sf. (s. s. pl.), daṛ titlîn ‖ bandeaux de tête de couleurs alternées (chez les h.) ‖ se dit de bandeaux de couleurs alternées, que les h. se font sur la tête en manière de turban, avec des étoffes de 2 couleurs pliées de façon à faire une série de minces bandes dont les couleurs sont alternées.

etteli ⵜⵍⵉ sm. (pl. ettelîten ⵜⵍⵜⵏ) ‖ bague formée d’un joue de métal s’enroulant plusieurs fois autour du doigt ‖ l’etteli peut être en n’importe quel métal.

tăttoult ⵜⵜⵍ⵿ⵜ sf. (pl. tăttoûlîn ⵜⵜⵍⵏ) ‖ gland avec longues franges placé à l’extrémité de droite de la sangle de méhari ‖ la sangle de méhari et la tăttoult sont touj. en poil de chèvre dans l’Ăh.

émetelé ⵎⵜⵍⵉ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. imetelîten ⵎⵜⵍⵜⵏ), daṛ ămetelé (ĕmetelé), daṛ metelîten ‖ nom d’une plante persistante.

semmetel ⵙⵎⵜⵍ vn. f. 2.1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (ismetel, iesîmetel, éd isemmetel, our ismetel) ‖ être assis les jambes croisées (à la turque) ; s’asseoir les jambes croisées (à la turque) ‖ syn. de sennekref.

sâmetâl ⵙⵎⵜⵍ vn. f. 2.1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâmetâl, our isemetil) ‖ être hab. assis les jambes croisées ; s’asseoir hab. les jambes croisées.

ăsemmetel ⵙⵎⵜⵍ sm. nv. f. 2.1 ; φ (pl. isemmetîlen ⵙⵎⵜⵍⵏ), daṛ semmetîlen ‖ fait d’être assis les jambes croisées ; fait de s’asseoir les jambes croisées.

temetilt ⵜⵎⵜⵍ⵿ⵜ va. prim. ; conj. 99 « bereġ » ; (ittĕltel, iettîltel, éd ietteltel, our itteltel) ‖ signifie aussi « position consistant à être assis les jambes croisées (à la turque) » ‖ syn. de tenekrift.

teltel ⵜⵍ⵿ⵜⵍ va. prim. ; conj. 99 « bereġ » ; (ittĕltel, iettîltel, éd ietteltel, our itteltel) ‖ enrouler à plusieurs reprises (enrouler en faisant plusieurs tours) [une ch. flexible A] (sur une ch. B, à une p., un an., une ch.) ‖ a aussi les s. pas. et pron. « être enroulé à plusieurs reprises » et « s’enrouler à plusieurs reprises » ‖ peut avoir pour suj. une p., un serpent, une plante grimpante. Peut avoir pour rég. dir. toute ch. flexible capable d’être enroulée à plusieurs reprises le rég. dir. est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. foull « sur ». Si ce sur quoi le suj. enroule à plusieurs reprises le rég. dir. fait partie d’une p., d’un an., ou d’une ch., ceux-ci se mettent au datif. Se dit, p. ex., d’un h. qui enroule à plusieurs reprises une corde, une ficelle, un fil, sur un bâton ou sur eux-mêmes, qui enroule à plusieurs reprises une bande sur une blessure ou un membre malade, qui enroule à plusieurs reprises une étoffe sur sa tête com. turban ; d’un serpent qui enroule à plusieurs reprises son corps sur une branche ou sur lui-même ; d’une plante grimpante qui enroule à plusieurs reprises sa tige sur qlq. ch. ou sur elle-même ; etc.

setteltel ⵙⵜⵍ⵿ⵜⵍ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (isteltel, iesîteltel, éd isetteltel, our isteltel) ‖ faire enrouler à plusieurs reprises ‖ se c. av. 2 acc.

meteltel ⵎⵜⵍ⵿ⵜⵍ vn. f. 2 ; conj. 42 « lekeslekes » ; (imteltel, iemîteltel, éd imteltel, our imteltel) ‖ être entortillé ensemble (être enlacé ensemble sans pouvoir se séparer ; être enchevêtré) ; s’entortiller ensemble (d. le s. ci. d.) ‖ peut avoir pour suj. des cordes, des ficelles, des fils, des lanières, des bandes d’étoffe, des lianes, des plantes grimpantes, des serpents, tout ce qui est capable d’être entortillé ensemble. Ce avec quoi le suj. est entortillé est à l’abl. et accompagné de d (ed) « avec », à moins que tout ce qui est entortillé ensemble ne soit sujet ‖ fig. « être enlacé ensemble », le suj. étant 2 ou plusieurs p. de même sexe ou de sexes différents serrées les unes contre les autres très familièrement, p. ex. l’une ayant le bras sur l’épaule d’une autre, l’une ayant le genou sur le genou d’un autre, etc., com. font souv. les jeunes Touaregs assis ensemble dans un endroit abrité du soleil très restreint ‖ fig. « être enlacé ensemble (accomplir ensemble l’acte sexuel) », le suj. étant un h. et une f. ‖ fig. « être enlacé ensemble (être étroitement uni ensemble) (par le mariage, un commerce amoureux illégitime, l’amour, une grande amitié) », le suj. étant des p. de sexes différents ou de même sexe ‖ fig. « être enlacé ensemble (être lié ensemble) (par des relations amicales étroites ou non) », le suj. étant des p. de même sexe ou de sexes différents ‖ fig. « être enlacé ensemble (avoir des relations ensemble) (com. compagnons, connaissances, ou par un motif qlconque) », le suj. étant des p. de même sexe ou de sexes différents ‖ fig. « être enlacé ensemble (par des affaires d’argent, par des affaires matérielles) », le suj. étant des p. ‖ fig. « être enlacé ensemble (être occupé l’un avec l’autre) », le suj. étant des p., des an., des ch. Ce avec quoi est occupé le suj. peut être une p., un an., une ch., un travail, une affaire, etc. ‖ fig. « être entortillé (être enchevêtré ; être embrouillé) », le suj. étant des paroles, un écrit, une affaire, un compte, etc. Se dit de paroles, d’écrits, d’affaires, etc. embrouillés pour une cause qlconque ‖ fig. « s’entortiller ensemble (s’embarasser l’un dans l’autre) », le suj. étant les pieds d’une p. ou d’un an. qui marchent.

meteltal ⵎⵜⵍ⵿ⵜⵍ vn. f. 2 ; conj. 42 « lekeslekes » ; (imteltal, iemîteltal, éd imteltal, our imteltal) ‖ m. s. q. le pr.

semmeteltel ⵙⵎⵜⵍ⵿ⵜⵍ va. f. 2.1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (ismeteltel, iesîmeteltel, éd isemmeteltel, our ismeteltel) ‖ entortiller ensemble ; faire s’entortiller ensemble ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 2.

tâteltâl ⵜⵜⵍ⵿ⵜⵍ va. f. 7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâteltâl, our iteteltil) ‖ enrouler hab. à plusieurs reprises ‖ a aussi les s. pas. et pron.

sâteltâl ⵙⵜⵍ⵿ⵜⵍ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâteltâl, our iseteltil) ‖ faire hab. enrouler à plusieurs reprises ‖ se c. av. 2 acc.

tîmteltîl ⵜⵎ⵿ⵜⵍ⵿ⵜⵍ vn. f. 2.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîmteltîl, our itemteltil) ‖ être hab. entortillé ensemble ; s’entortiller hab. ensemble ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 2.

tîmteltâl ⵜⵎ⵿ⵜⵍ⵿ⵜⵍ vn. f. 2.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîmteltâl, our itemteltal) ‖ m. s. q. le pr.

sîmteltîl ⵙⵎ⵿ⵜⵍ⵿ⵜⵍ va. f. 2.1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isîmteltîl, our isemteltil) ‖ entortiller hab. ensemble ; faire hab. s’entortiller ensemble ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 2.1.

ăteltel ⵜⵍ⵿ⵜⵍ sm. nv. prim. ; φ (pl. iteltîlen ⵜⵍ⵿ⵜⵍⵏ), daṛ teltîlen ‖ fait d’enrouler à plusieurs reprises ‖ a aussi les s. pas. et pron. « fait d’être enroulé à plusieurs reprises » et « fait de s’enrouler à plusieurs reprises ».

ăsetteltel ⵙⵜⵍ⵿ⵜⵍ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetteltîlen ⵙⵜⵍ⵿ⵜⵍⵏ), daṛ setteltîlen ‖ fait de faire enrouler à plusieurs reprises.

ămteltel ⵎ⵿ⵜⵍ⵿ⵜⵍ sm. nv. f. 2 ; φ (pl. imteltîlen ⵎ⵿ⵜⵍ⵿ⵜⵍⵏ), daṛ ĕmteltîlen ‖ fait d’être entortillé ensemble ; fait de s’entortiller ensemble ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 2.

ămteltal ⵎ⵿ⵜⵍ⵿ⵜⵍ sm. nv. f. 2 ; φ (pl. imteltâlen ⵎ⵿ⵜⵍ⵿ⵜⵍⵏ), daṛ ĕmteltâlen ‖ m. s. q. le pr.

ăsemmeteltel ⵙⵎⵜⵍ⵿ⵜⵍ sm. nv. f. 2.1 ; φ (pl. isemmeteltîlen ⵙⵎⵜⵍ⵿ⵜⵍⵏ), daṛ semmeteltîlen ‖ fait d’entortiller ensemble ; fait de faire s’entortiller ensemble ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 2.1.

ămeteltel ⵎⵜⵍ⵿ⵜⵍ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. imeteltelen ⵎⵜⵍ⵿ⵜⵍⵏ), daṛ meteltelen ‖ nom d’une plante persistante ‖ l’ămeteltel est une liane ; il croît hab. au pied des arbres, grimpe le long de leurs troncs, et s’entrelace avec leurs rameaux.

semmetlou ⵙⵎⵜⵍⵓ vn. f. 2.1 ; conj. 131 « sebbedi » ; (ismetleou, iesîmetleou, éd isemmetlou, our ismetleou) ‖ bavarder (parler beaucoup en ne disant que des ch. insignifiantes) ‖ est touj. employé en mauvaise part.

sâmetlâou ⵙⵎⵜⵍⵓ vn. f. 2.1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâmetlâou, our isemetliou) ‖ bavarder hab.

ăsemmetlou ⵙⵎⵜⵍⵓ sm. nv. f. 2.1 ; φ (pl. isemmetliouen ⵙⵎⵜⵍⵓⵏ), daṛ semmetliouen ‖ fait de bavarder.

ăsemmetlaou ⵙⵎⵜⵍⵓ sm. n. d’é. f. 2.1 ; φ (pl. isemmetlaouen ⵙⵎⵜⵍⵓⵏ ; fs. tăsemmetlaout ⵜⵙⵎⵜⵍⵓⵜ ; tisemmetlaouîn ⵜⵙⵎⵜⵍⵓⵏ), daṛ semmetlaouen, daṛ tsemmetlaouîn ‖ hom. bavard.

teloutelou ⵜⵍⵜⵍⵓ vn. prim. ; conj. 45 « ġemiġemi » ; (itleouteleou, ietîleouteleou, éd itloutelou, our itleouteleou) ‖ syn. de semmetlou.

tîtloutelou ⵜⵜⵍⵜⵍⵓ vn. f. 12 ; conj. 245 « tîheḍeḍi » ; (itîtloutelou, our itetloutelou) ‖ syn. de sâmetlâou.

ătloutelou ⵜⵍⵜⵍⵓ sm. nv. prim. ; φ (pl. itlouteliouen ⵜⵍⵜⵍⵓⵏ), daṛ ĕtlouteliouen ‖ syn. d’ăsemmetlou.

ătelaoutelaou ⵜⵍⵓⵜⵍⵓ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. itelaoutelaouen ⵜⵍⵓⵜⵍⵓⵏ ; fs. tătelaoutelaout ⵜⵜⵍⵓⵜⵍⵓⵜ ; fp. titelaoutelaouîn ⵜⵜⵍⵓⵜⵍⵓⵏ), daṛ telaoutelaouen, daṛ tĕtelaoutelaouîn ‖ syn. d’ăsemmetlaou.

ⵜⵍ toûtela ⵜⵜⵍⴰ (Ăd., Ăir) sf. (pl. toûtelaouîn ⵜⵜⵍⵓⵏ) ‖ hache ‖ syn. de tâḍeft (Ăh.) ‖ très peu us. dans l’Ăh.

ⵜⵍⴱⵜⵍⴱ telebteleb ⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱ vn. prim. ; conj. 42 « lekeslekes » ; (itlebteleb, ietîlebteleb, éd itlebteleb, our itlebteleb) ‖ parler avec une volubilité excessive et en mangeant les mots.

settelebteleb ⵙⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (istelebteleb, iesîtelebteleb, éd isettelebteleb, our istelebteleb) ‖ faire parler avec une volubilité excessive et en mangeant les mots.

tîtlebtelîb ⵜⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱ vn. f. 13 ; conj. 13 « k̤ouk̤ou » ; (itîtlebtelîb, our itetlebtelib ‖ parler hab. avec une volubilité excessive et en mangeant les mots.

sîtlebtelîb ⵙⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱ va. f. 1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isîtlebtelîb, our isetlebtelib) ‖ faire hab. parler avec une volubilité excessive et en mangeant les mots.

ătlebteleb ⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱ sm. nv. prim. ; φ (pl. itlebtelîben ⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱⵏ), daṛ ĕtlebtelîben ‖ fait de parler avec une volubilité excessive et en mangeant les mots.

ăsettelebteleb ⵙⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettelebtelîben ⵙⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱⵏ), daṛ settelebtelîben ‖ fait de faire parler avec une volubilité excessive et en mangeant les mots.

ătelebtelab ⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. itelebtelâben ⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱⵏ ; fs. tătelebtelabt ⵜⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱ⵿ⵜ ; fp. titelebtelâbîn ⵜⵜⵍⴱ⵿ⵜⵍⴱⵏ), daṛ telebtelâben, daṛ tĕtelebtelâbîn ‖ hom. qui parle avec une volubilité excessive et en mangeant les mots.

ⵜⵍⴱ atleb ⵜⵍⴱ sm. φ (pl. itelben ⵜⵍⴱⵏ), daṛ ĕtleb (ătleb), daṛ telben ‖ abcès produit par la maladie du ver de Guinée ‖ le sing. atleb et le pl. itelben signifient tous 2 p. ext. « maladie du ver de Guinée » ‖ ahed n ĕtleb « fil à coudre mince d’atleb » signifie « ver de Guinée » ‖ chez la p. atteinte par le ver de Guinée, tantôt il se forme en seul abcès d’où il sort un ver, tantôt il se forme plusieurs abcès (parfois jusqu’à 30 ou 40) de chacun desquels sort un ver ; chacun des abcès desquels sort un ver s’appelle atleb. La plupart des Kel-Ăh. regardent le ver de Guinée non com. un ver, mais com. un fil inanimé ‖ le ver de Guinée est très rare dans l’Ăh. ; il ne s’y voit que chez des p. qui ont contracté cette maladie au Soudan.

ⵜⵍⵉ tălia ⵜⵍⵉⴰ (Soudan) sf. (col. s. n. d’u. et sans pl.) ‖ vermicelle ‖ syn. d’eddeoueida ‖ très peu us.

ⵜⵍⴾⵙ ătelkas ‖ v. ⵜⴾⵍ tétakelt.

ⵜⵍⴾⵜⵍⴾ telektelek ⵜⵍⴾⵜⵍⴾ vn. prim. ; conj. 42 « lekeslekes » ; (itlektelek, ietîlektelek, éd itlektelek, our itlektelek) ‖ trottiner (du trottinement spécial aux chiens) ‖ ne se dit proprement que des chiens ‖ se dit p. ext. des p. ; dans ce cas, est un terme de dérision, par lequel on compare la façon de marcher de qlq’un au trottinement d’un chien ‖ v. ⵂⵍ ahel « courir ».

tîtlektelîk ⵜⵜⵍⴾⵜⵍⴾ vn. f. 13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîtkektelîk, our itetlektelik) ‖ trottiner hab.

ătlektelek ⵜⵍⴾⵜⵍⴾ sm. nv. prim. ; φ (pl. itlektelîken ⵜⵍⴾⵜⵍⴾⵏ), daṛ ĕtlektelîken ‖ fait de trottiner ‖ signifie aussi « trottinement (spécial aux chiens) (manière de trottiner (spéciale aux chiens)) ».

ătelektelak ⵜⵍⴾⵜⵍⴾ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. itelektelâken ⵜⵍⴾⵜⵍⴾⵏ ; fs. tătelektelak ⵜⵜⵍⴾⵜⵍⴾ ; fp. titelektelâkîn ⵜⵜⵍⴾⵜⵍⴾⵏ), daṛ telektelâken, daṛ tĕtelektelâkîn ‖ hom. qui trottine du trottinement spécial aux chiens.

ⵜⵍⵆⴳ telk̤ig ⵜⵍⵆⴳ ✳ sm. (pl. telk̤îgen ⵜⵍⵆⴳⵏ) ‖ poudre d’amorce (qui se met dans le bassinet d’un fusil à pierre ou d’un pistolet à pierre).

ⵜⵍⵍ ettelal ‖ v. ⵍⵍ ilal.

ⵜⵍⵍⴾ teloulek ⵜⵍⵍⴾ vn. prim. ; conj. 52 « keroukeḍ » ; ρ (itlalek, ietîlalek, éd itloulek, our itlalek) ‖ aller lentement et silencieusement (le suj. étant une p., un an., le vent, un ruisseau, un cours d’eau) ‖ p. ext. « s’en aller lentement et silencieusement », le suj. étant une p. ou un an. ‖ p. ext. « répandre lentement et sans bruit des mensonges » ‖ v. ⵂⵍ ahel « courir ».

setteloulek ⵙⵜⵍⵍⴾ va. f. 1 ; conj. 138 « sekkeroukeḍ » ; ρ (istelalek, iesîtelalek, éd isetteloulek, our istelalek) ‖ faire aller lentement et silencieusement ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

tîtloûloûk ⵜⵜⵍⵍⴾ vn. f. 14 ; conj. 249 « tîkroûkoûḍ » ; (itîtloûloûk, our itetloulouk) ‖ aller hab. lentement et silencieusement ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sîtloûloûk ⵙⵜⵍⵍⴾ va. f. 1.14 ; conj. 249 « tîkroûkoûḍ » ; (isîtloûloûk, our isetloulouk) ‖ faire hab. aller lentement et silencieusement ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ătloûlek ⵜⵍⵍⴾ sm. nv. prim. ; φ (pl. itloûloûken ⵜⵍⵍⴾⵏ), daṛ ĕtloûloûken ‖ fait d’aller lentement et silencieusement ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsetteloûlek ⵙⵜⵍⵍⴾ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetteloûloûken ⵙⵜⵍⵍⴾⵏ), daṛ setteloûloûken ‖ fait de faire aller lentement et silencieusement ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ătelâlak ⵜⵍⵍⴾ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. itelâlâken ⵜⵍⵍⴾⵏ ; fs. tătelâlâk ⵜⵜⵍⵍⴾ ; fp. titelâlâkîn ⵜⵜⵍⵍⴾⵏ), daṛ telâlâken, daṛ tĕtelâlâkîn ‖ hom. qui répand lentement et sans bruit des mensonges.

ⵜⵍⵍⵗ tătelouleṛet ⵜⵜⵍⵍⵗⵜ sf. φ (pl. titelouleṛetîn ⵜⵜⵍⵍⵗⵜⵏ), daṛ tĕtelouleṛetîn ‖ libellule (insecte vulg. appelé « demoiselle »).

ⵜⵍⵓ semmetlou ‖ v. ⵜⵍ ettel.

ⵜⵍⵓⵜⵍⵓ teloutelou ‖ v. ⵜⵍ ettel.

ⵜⵍⵗ telouṛet (Ta. 2) ⵜⵍⵗⵜ vn. prim. ; conj. 57 « beroumet (Ta. 2) » ; π ρ (itlaṛet, ietîlaṛet, éd itlouṛet, our itlaṛet) ‖ être acajou clair (être couleur acajou clair) (le suj. étant un chameau) ‖ le part. prés. est très peu us. ; on se sert hab. du part. passé sing. et plur. pour exprimer les sens du participe passé et du participe présent.

tîtloûṛoût (Ta. 8) ⵜⵜⵍⵗⵜ vn. f. 16bis ; conj. 257 « tîdoûboût (Ta. 8) » ; (itîtloûṛoût, our itetlouṛout) ‖ être hab. acajou clair.

tetteloûṛet ⵜⵜⵍⵗⵜ sf. nv. prim. ; (pl. tetteloûṛetîn ⵜⵜⵍⵗⵜⵏ) ‖ fait d’être acajou clair ‖ signifie aussi « acajou clair (couleur acajou clair) (en parlant de la robe d’un chameau) ».

atlaṛ ⵜⵍⵗ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. itlaṛen ⵜⵍⵗⵏ ; fs. tatlaḳ ⵜⵜⵍⵈ ; fp. titlaṛîn ⵜⵜⵍⵗⵏ), daṛ ĕtlaṛ (ătlaṛ), daṛ ĕtlaṛen, daṛ tĕtlaḳ (tătlaḳ), daṛ tĕtlaṛîn ‖ chameau acajou clair.

ⵜⵍⵗⵜⵍⵗ teleṛteleṛ va. prim. ; conj. 42 « lekeslekes » ; (itleṛteleṛ, ietîleṛteleṛ, éd itleṛteleṛ, our itleṛteleṛ) ‖ parler à tort et à travers et en mal (sur le prochain) ‖ syn. de ḍelefḍelef ‖ v. ⴹⵍⴼⴹⵍⴼ ḍelefḍelef.

tîtleṛtelîṛ ⵜⵜⵍⵗⵜⵍⵗ vn. f. 13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîtleṛtelîṛ, our itetleṛteliṛ) ‖ parler hab. à tort et à travers et en mal.

ătleṛteleṛ ⵜⵍⵗⵜⵍⵗ sm. nv. prim. ; φ (pl. itleṛtelîṛen ⵜⵍⵗⵜⵍⵗⵏ), daṛ ĕtleṛtelîṛen ‖ fait de parler à tort et à travers et en mal.

ăteleṛtelaṛ ⵜⵍⵗⵜⵍⵗ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. iteleṛtelâṛen ⵜⵍⵗⵜⵍⵗⵏ ; fs. tăteleṛtelaḳ ⵜⵜⵍⵗⵜⵍⵈ ; fp. titeleṛtelâṛîn ⵜⵜⵍⵗⵜⵍⵗⵏ), daṛ teleṛtelâṛen, daṛ tĕteleṛtelâṛîn ‖ h. qui parle à tort et à travers et en mal (sur le prochain).

ⵜⵍⵙ setteles ⵙⵜⵍⵙ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (isteles, iesîteles, éd isetteles, our isteles) ‖ faire aller à l’amble (faire aller à l’allure ordinaire de l’amble) [un chameau qu’on monte] (act.) ; aller à l’amble (aller à l’allure ordinaire de l’amble) (le suj. étant une p. montant un chameau, ou un chameau monté ou en liberté) (n.) ‖ syn. de sellouen ‖ v. ⵂⵍ ahel « courir ».

sâtelâs ⵙⵜⵍⵙ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtelâs, our istelis) ‖ faire hab. aller à l’amble (act.) ; aller hab. à l’amble (n.).

ăsetteles ⵙⵜⵍⵙ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettelîsen ⵙⵜⵍⵙⵏ), daṛ settelîsen ‖ fait de faire aller à l’amble ; fait d’aller à l’amble.

ăsettelas ⵙⵜⵍⵙ sm. n. d’é. f. 1 ; φ (pl. isettelâsen ⵙⵜⵍⵙⵏ ; fs. tăsettelast ⵜⵙⵜⵍⵙ⵿ⵜ ; fp. tisettelâsîn ⵜⵙⵜⵍⵙⵏ), daṛ settelâsen, daṛ tsettelâsîn ‖ hom. qui fait touj. aller son méhari à l’amble (h. qui, au lieu d’aller au pas, sur son méhari, com. c’est la coutume, va hab. et sans motif à l’amble).

tétalist ⵜⵜⵍⵙ⵿ⵜ sf. φ (pl. titelisîn ⵜⵜⵍⵙⵏ), daṛ tătalist (tĕtalist), daṛ tĕtelisîn ‖ amble (allure ordinaire de l’amble) (en parlant d’un chameau) ‖ p. ext. « temps d’amble (temps plus ou moins long pendant lequel on va sans interruption à l’amble) (en parlant d’un chameau) ».

ⵜⵍⵜ ettelâta ‖ v. ⵜⵏⵜ ettenâta.

ⵜⵍⵜⵍ teltel ‖ v. ⵜⵍ ettel.

ⵜⵎ outtoûm ⵜⵎ sm. (pl. outtoûmen ⵜⵎⵏ) ‖ petite place à demi-trouée (dans une étoffe) ‖ se dit d’une petite place à demi-percée, une partie des fils étant entière et l’autre coupée, dans une étoffe neuve ou vieille, ayant une cause qlconque, usure, accident, insectes, teinture, etc.

ⵜⵎ ettâm ⵜⵎ nom de nombre card. ; ms. ; α μ (fs. ettâment ⵜⵎⵜ) ‖ huit ‖ voir l’emploi des noms de nombre card. à ⴾⵔⴹ keraḍ.

ⵜⵎⵎ ettemmim ‖ v. ⵜⵎⵏ ettemmin.

ⵜⵎⵏ ettemmin ⵜⵎⵏ ✳ sm. (pl. ettemmînen ⵜⵎⵏⵏ) ‖ ablution religieuse (obligatoire avant la prière canonique musulmane) faite avec du sable ou une pierre.

ettemmim ⵜⵎⵎ sm. (pl. ettemmîmen ⵜⵎⵎⵏ) ‖ m. s. q. le pr. ‖ peu us.

ⵜⵎⵏ itmânen ⵜⵎⵏⵏ sm. φ (pl. s. s.), daṛ ĕtmânen ‖ bande de peau ornée de longues franges de peau (qui s’attache le long du côté de droite ou de gauche de la selle de méhari pour femme) ‖ Illustration from Foucauld’s Dictionnaire touareg, page 1903.png l’itmânen (fig. α) est une bande de peau brodée et ornée, de même longueur AB que la siège de la selle de méhari pour femme, et de 0m,05c à 0m,20c de large, à laquelle sont cousues de longues franges en peau. On attache au siège de la selle, qui est carré, 2 itmânen, l’un le long de son bord droit, l’autre le long de son bord gauche. Chaque itmânen est muni de 2 cordons, AA′ et BB′, destinés à l’attacher l’un au coin antérieur, l’autre au coin postérieur du côté du siège. Les franges ont hab. 0m,50c à un mètre de long ‖ diffère d’iżżemân « cordelette de peau à laquelle sont cousues de longues franges de peau (qui s’attache autour du siège de la selle de méhari pour femme) ». L’iżżemân (fig. β) a la longueur MN du pourtour du siège de la selle de méhari pour femme ; il entoure le siège tout entier et s’attache au milieu du devant du siège au moyen de 2 cordons MM′ et NN′ dont sont munies ses extrémités. Les franges de l’iżżemân ont hab. 0m,50c à un mètre de long.

ⵜⵎⵗⵙ Tămâṛĕs ⵜⵎⵗⵙ ⁂ sm. (s. s. pl.) ‖ np. d’hom. ‖ nom lég. ‖ d’après d’anciennes légendes de l’Ăh., il exista autrefois, parmi les Touaregs, 6 hommes qui furent des saints. Ils vécurent en des temps antiques, avant l’introduction de l’islam chez les Touaregs. Ils s’appelaient Tămâṛĕs, Bouṛdân, Iâsoûd, Oueṛdas, Noûfana, Ṛâdes. Les Kel-Ăh. des siècles passés les avaient en grande vénération et les invoquaient pour obtenir ce qu’ils désiraient ; aujourd’hui ils sont tombés en oubli ; il n’y a plus à avoir connaissance d’eux que qlq. personnes âgées des familles nobles.

ⵜⵏ tenet (Ta. 1) ⵜⵏⵜ va. prim. ; conj. 104 « deret (Ta. 1) » ; (ittĕnet, iettînet, éd iettenet, our ittenet) ‖ polir (rendre uni et luisant par frottement) ‖ a aussi le s. pas. « être poli » ‖ peut avoir pour suj. une p. ou un instrument servant à polir. Peut avoir pour rég. dir. toute ch. capable d’être polie par frottement au moyen d’un instrument, p. ex. du métal, du bois, de l’ivoire, une peau, un cuir, etc. ‖ fig. « polir (rendre absolument net et com. poli en le lavant parfaitement) [son visage] », le suj. étant une jeune femme. D. ce s., tenet (Ta. 1) est une expression élogieuse. Peu us. d. ce s. ‖ v. ⵙⵍ ésali, eslel.

settenet (Ta. 1) ⵙⵜⵏⵜ va. f. 1 ; conj. 133 « sedderet (Ta. 1) » ; (istenet, iesîtenet, éd isettenet, our istenet) ‖ faire polir ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. au s. act.

tâtenât (Ta. 5) ⵜⵜⵏⵜ va. f. 11 ; conj. 241 « tâderât (Ta. 5) » ; (itêtenât, our itetenit) ‖ polir hab. ‖ a aussi le s. pas. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

atni ⵜⵏⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. itnîten ⵜⵏⵜⵏ), daṛ ĕtni (ătni), daṛ ĕtnîten ‖ fait de polir ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être poli » ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsetteni ⵙⵜⵏⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettenîten ⵙⵜⵏⵜⵏ), daṛ settenîten ‖ fait de faire polir ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ăsettenou ⵙⵜⵏⵓ sm. φ (pl. isettena ⵙⵜⵏⴰ), daṛ settena ‖ polissoir (instrument qlconque servant à polir ; objet qlconque pouvant servir à polir) ‖ signifie aussi « polissoir (petite latte de bois confectionnée exprès pour servir au polissage des peaux) ». Se dit de petites lattes de dimensions variables, dont les plus petites ont 0m,03c de large.

ⵜⵏ tătanout ⵜⵜⵏⵜ sf. φ (pl. titna ⵜⵜⵏⴰ), daṛ tĕtna ‖ longue et forte aiguille (servant à coudre des semelles aux pieds des chameaux et à les saigner au boulet) ‖ certaines tătanout ont un œil ; d’autres n’en ont pas.

tistent ⵜⵙ⵿ⵜⵏ⵿ⵜ sf. (pl. tistânîn ⵜⵙ⵿ⵜⵏⵏ), daṛ tistânîn ‖ alène fine (poinçon fin à manche en bois) ; poinçon fin (avec manche qlconque ou sans manche) ‖ le fer de la tistent a environ 0m,001mm à 0m,002mm de diamètre ‖ v. ⵏⴷⵍ êndel.

stenfous ⵙ⵿ⵜⵏⴼⵙ sm. (pl. stenfassen ⵙ⵿ⵜⵏⴼⵙⵏ) ‖ aiguille à coudre (ordinaire, fine ou grosse) ‖ diffère de tesoubla « grande aiguille de tapissier (ayant environ 0m,15c à 0m,20c de long) » ‖ diffère de tătanout « longue et forte aiguille (servant à coudre des semelles aux pieds des chameaux et à les saigner au boulet) ».

ⵜⵏ ten ‖ v. t.

ⵜⵏⴱ tenba ⵜⵏ⵿ⴱⴰ (Soudan) sm. (s. et pl.) ‖ sandales de luxe (d’une espèce particulière) ‖ le tenba se fabrique au Soudan ; v. sa forme à ⵐⵂⵔ té̆ñhert ‖ syn. de tisellebâtîn et beauc. plus us. que lui ‖ tâded tenba : v. ⴷⴷ aded.

tenba-tenba ⵜⵏ⵿ⴱⵜⵏ⵿ⴱⴰ sm. (s. et pl.) ‖ m. s. q. le pr.

ⵜⵏⴱⵔ étenber ⵜⵏ⵿ⴱⵔ sm. φ (pl. itenberen ⵜⵏ⵿ⴱⵔⵏ), daṛ ătenber (ĕtenber), daṛ tenberen ‖ van circulaire (en osier ou en joue) ‖ syn. de téseit et d’éteouêl ‖ peu us.

ⵜⵏⴹⴹ tenḍeḍ ‖ v. ⵜⵏⴳⴹ teṅgeḍ.

ⵜⵏⴳⴹ teṅgeḍ ⵜⵏ⵿ⴳⴹ sm. (s. s. pl.) ‖ bonheur [à une p., un an., une ch.] ! ‖ ne s’emploie que com. exclamation, pour exprimer que c’est un bonheur pour des p., des an., ou des ch. que telle ou telle ch. soit arrivée, ou que ce sera un bonheur pour eux si elle arrive. Peut hab. se traduire par « heureux … ! » ‖ teṅgeḍ est touj. suivi d’un mot au datif, son régime. Si son rég. est un subs., un pr. relatif, un pr. indéfini, ceux-ci sont accompagnés de la prép. du datif. Si son rég. est pr. affixe, celui-ci est, non pas le pr. af. dépendant des noms, mais le pr. affixe rég. dir. des verbes ‖ ex. teṅgeḍ i Biska ! iġrĕou amis ⁒ bonheur à B. ! il a trouvé un chameau (heureux B. ! il a reçu un chameau) = teṅgeḍ i oulli ! ichkân ellân t ⁒ bonheur aux chèvres ! des herbes le sont (heureux les chèvres ! il y a de l’herbe) = teṅgeḍ i ăkâl ! Mess-îneṛ ikf ê eṅġi ⁒ bonheur au pays ! (heureux le pays !) Dieu lui a donné de l’eau courante provenant de pluies récentes = teṅgeḍ âk kout teġrĕoued tămeṭ tâ-reṛ ! ⁒ bonheur à toi si tu as trouvé cette f. ! (heureux seras-tu si tu obtiens cette f. !) = teṅgeḍ i koud nĕieṛ eddoûnet in ! ⁒ bonheur à moi si j’ai vu mes gens ! (heureux serai-je si je vois les miens !) = teṅgeḍ âsen koud iġ ĕṅġi ! ⁒ bonheur à eux si s’est faite de l’eau courante provenant de pluies récentes ! (heureux seront-ils s’il se produit de l’eau courante provenant de pluies récentes !).

tenḍeḍ ⵜⵏ⵿ⴹⴹ sm. (s. s. pl.) ‖ m. s. q. le pr.

ⵜⵏⴶⵔ touṅġer ⵜⵏ⵿ⴶⵔ vn. prim. ; conj. 95 « doukkel » ; (iettoŭṅġer, iettoûṅġer, éd iettouṅġer, our iettouṅġer) ‖ être envenimé (le suj. étant une blessure, une plaie, un abcès) ; s’envenimer (d. le s. ci. d.) ‖ se dit d’une blessure, d’une plaie, d’un abcès qui s’enveniment à n’importe quel degré et pour n’importe quelle cause ‖ syn. d’enfeḍ ‖ v. ⵏⵜⵍ entel.

setteṅġer ⵙⵜⵏ⵿ⴶⵔ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (isteṅġer, iesîteṅġer, éd isetteṅġer, our isteṅġer) ‖ envenimer.

tîteṅġoûr ⵜⵜⵏ⵿ⴶⵔ vn. f. 13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîteṅġoûr, our iteteṅġou) ‖ être hab. envenimé ; s’envenimer hab.

sîteṅġoûr ⵙⵜⵏ⵿ⴶⵔ va. f. 1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isîteṅġoûr, our iseteṅġour) ‖ envenimer hab.

ătouṅġer ⵜⵏ⵿ⴶⵔ sm. nv. prim. ; φ (pl. iteṅġoûren ⵜⵏ⵿ⴶⵔⵏ), daṛ teṅġoûren ‖ fait d’être envenimé ; fait de s’envenimer.

ăsetteṅġer ⵙⵜⵏ⵿ⴶⵔ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetteṅġîren ⵙⵜⵏ⵿ⴶⵔⵏ), daṛ setteṅġîren ‖ fait d’envenimer.

ⵜⵏⵉ têné ‖ v. ⵏⵉ nai-aḍân.

ⵜⵏⴾⵂ ătenkeh ⵜⵏ⵿ⴾⵂ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. de div. et p. n. itenkehen ⵜⵏ⵿ⴾⵂⵏ), daṛ tenkehen ‖ fruit produit par le leouliouen ‖ l’ătenkeh est comestible ; il est de la grosseur d’une grosse datte ; il se forme dans les racines du leouliouen.

ⵜⵏⴾⵍ tounkel ⵜⵏ⵿ⴾⵍ vn. prim. ; conj. 95 « doukkel » ; (iettoŭnkel, iettoûnkel, éd iettounkel, our iettounkel) ‖ être dérobé aux regards ; se dérober aux regards ‖ peut avoir pour suj. des p., des an., ou des ch. ‖ se dit de tout ce qui est dérobé aux regards d’une manière qlconque et pour n’importe quelle cause ‖ v. ⴼⵔ effer.

settenkel ⵙⵜⵏ⵿ⴾⵍ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (istenkel, iesîtenkel, éd isettenkel, our istenkel) ‖ dérober aux regards ; faire se dérober aux regards.

metenkel ⵎⵜⵏ⵿ⴾⵍ vn. f. 2 ; conj. 42 « lekeslekes » ; (imtenkel, iemîtenkel, éd imtenkel, our imtenkel) ‖ être réc. dérobé aux regards l’un de l’autre ; se dérober réc. aux regards l’un de l’autre ‖ peut avoir pour suj. des p., des an., ou des ch.

metenkal ⵎⵜⵏ⵿ⴾⵍ vn. f. 2 ; conj. 42 « lekeslekes » ; (imtenkal, iemîtenkal, éd imtenkal, our imtenkal) ‖ m. s. q. le pr.

tîtenkoûl ⵜⵜⵏ⵿ⴾⵍ vn. f. 13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîtenkoûl, our itetenkoul) ‖ être hab. dérobé aux regards ; se dérober hab. aux regards.

sîtenkoûl ⵙⵜⵏ⵿ⴾⵍ va. f. 1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isîtenkoûl, our isetenkoul) ‖ dérober hab. aux regards ; faire hab. se dérober aux regards.

tîmtenkîl ⵜⵎ⵿ⵜⵏ⵿ⴾⵍ vn. f. 2.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîmtenkîl, our itemtenkil) ‖ être hab. réc. dérobé aux regards l’un de l’autre ; se dérober hab. réc. aux regards l’un de l’autre.

tîmtenkâl ⵜⵎ⵿ⵜⵏ⵿ⴾⵍ vn. f. 2.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîmtenkoûl, our itemtenkal) ‖ m. s. q. le pr.

ătounkel ⵜⵏ⵿ⴾⵍ sm. nv. prim. ; φ (pl. itenkoûlen ⵜⵏ⵿ⴾⵍⵏ), daṛ tenkoûlen ‖ fait d’être dérobé aux regards ; fait de se dérober aux regards.

ăsettenkel ⵙⵜⵏ⵿ⴾⵍ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettenkîlen ⵙⵜⵏ⵿ⴾⵍⵏ), daṛ settenkîlen ‖ fait de dérober aux regards ; fait de faire se dérober aux regards.

ămtenkel ⵎ⵿ⵜⵏ⵿ⴾⵍ sm. nv. f. 2 ; φ (pl. imtenkîlen ⵎ⵿ⵜⵏ⵿ⴾⵍⵏ), daṛ ĕmtenkîlen ‖ fait d’être dérobé aux regards l’un de l’autre ; fait de se dérober réc. aux regards l’un de l’autre.

ămtenkal ⵎ⵿ⵜⵏ⵿ⴾⵍ sm. nv. f. 2 ; φ (pl. imtenkâlen ⵎ⵿ⵜⵏ⵿ⴾⵍⵏ), daṛ ĕmtenkâlen ‖ m. s. q. le pr.

metenkal ⵎⵜⵏ⵿ⴾⵍ sm. (pl. metenkâlen ⵎⵜⵏ⵿ⴾⵍⵏ) ‖ lieu où ce qui est est dérobé aux regards (lieu propre à dérober une p., un an., ou une ch. aux regards ; lieu tel que la p., l’an., ou la ch. qui y sont dérobés aux regards) ‖ les metenkel sont très divers, selon ce qui est à cacher et ceux aux regards desquels on veut le cacher. Une large vallée, un massif étendu de montagnes peuvent être des metenkal propres à dérober des populations nombreuses avec leurs troupeaux aux yeux d’ennemis ou de voyageurs ; une poche peut être un metenkal pour dérober aux regards une lettre ou un autre petit objet.

ⵜⵏⴾⵔⵔ ătenkerir ⵜⵏ⵿ⴾⵔⵔ sm. φ (pl. itenkerîren ⵜⵏ⵿ⴾⵔⵔⵏ), daṛ tenkerîren ‖ coussinet d’étoffe s’appliquant sur le front (sous le voile de front des hom.) ‖ l’ătenkerir est un coussinet de 6 à 8 centimètres de long et 4 à 6 centimètres de large, qui s’applique sur le haut du front, sous le voile de front et les turbans, de manière à relever ceux-ci et à les incliner un peu en avant, en donnant à la coiffure la forme d’un diadème ‖ syn. de tădebânat.

ⵜⵏⵔ ătanoûr ⵜⵏⵔ ✳ sm. φ (pl. itnâr ⵜⵏⵔ), daṛ ĕtnâr ‖ four (en terre cuite) ‖ l’ătanoûr sert à faire cuire toute sorte d’aliments. Il y a des ătanoûr dans l’Ăj., il n’y en a pas dans l’Ăh. ‖ très peu us.

ⵜⵏⵗ téteṅṛi ⵜⵜⵏⵗⵉ sf. φ (pl. titeṅṛiouîn ⵜⵜⵏⵗⵓⵏ), daṛ tăteṅṛi (tĕteṅṛi), daṛ tĕteṅṛiouîn ‖ testicule (d’hom. ou d’an.) ‖ signifie aussi « fruit de la tăboûraḳ » ‖ d. le s. « testicule », est syn. de tekażżat et de tékereoureout et beauc. moins us. qu’eux ‖ d. le s. « fruit de la tăboûraḳ », est syn. d’ăboûraṛ et beauc. moins us. que lui ‖ peu us.

ⵜⵏⵙ Ta-nnes ‖ v. oua.

ⵜⵏⵜ ettenâta ⵜⵏⵜⴰ ✳ sf. (pl. ettenâtetîn ⵜⵏⵜⵜⵏ) ‖ mardi.

ettelâta ⵜⵍⵜⴰ sf. (pl. ettelâtetîn ⵜⵍⵜⵜⵏ) ‖ m. s. q. le pr. ‖ peu us.

ⵜⵏⵜ tenet ‖ v. t.

ⵜⵓ itaou ⵜⵓ va. prim. ; conj. 83 « itaou » ; (ittou, iettîou, éd itaou, our ittou) ‖ oublier (perdre le souvenir de [une p., un an., une ch.] ; laisser par inadvertance [une p., un an., une ch.] ) ‖ peut avoir pour suj. une p. ou un an. Peut avoir pour rég. dir. une p., un an., une ch., un fait, une acte, etc. ‖ itaou s’emploie assez souv. accompagné de la particule în (hîn) « là-bas » signifiant l’éloignement, la dépossession ; elle n’ajoute rien au sens. Il ne s’emploie jamais accompagné de la particule ed (d, id, hid) signifiant le rapprochement, l’acquisition. — În (hîn), n’ajoutant rien au sens, constitue une longueur inutile ; il est touj. plus élégant de ne pas le mettre que de le mettre ‖ ex. Koûka, tettouet tet ?K., l’as-tu oubliée ? = Koûka, tettouet tet-în ? ⁒ m. s. q. le pr. = ettoueṛ aoua hi tennĭd ⁒ j’ai oublié ce que tu m’as dit = ettoueṛ-în aoua hi tennĭd ⁒ m. s. q. le pr. = ettoueṛ tăkoûba hin ṛour Biska ⁒ j’ai oublié mon épée chez B. = ettoueṛ-în tăkoûba hin ṛour Biska ⁒ m. s. q. le pr.

setou ⵙⵜⵓ f. 1 ; conj. 114 « setou » ; (isteou, iesîteou, éd isetou, our isteou) ‖ faire oublier ‖ se c. av. 2 acc.

nemettou ⵏⵎⵜⵓ vn. f. 2bis ; conj. 43 « melelli » ; (inmetteou, ienîmetteou, éd inmettou, our inmetteou) ‖ s’oublier réc. l’un l’autre.

touetteou ⵜⵓⵜⵓ vn. f. 3 ; conj. 190 « toueksen » ; (ittouetteou, ietîouetteou, éd iettouetteou, our ittouetteou) ‖ être oublié.

touettaou ⵜⵓⵜⵓ vn. f. 3 ; conj. 190 « toueksen » ; (ittouettaou, ietîouettaou, éd iettouettaou, our ittouettaou) ‖ m. s. q. le pr.

tâtâou ⵜⵜⵓ va. f. 7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâtâou, our itetiou) ‖ oublier hab.

tîtâou ⵜⵜⵓ va. f. 18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (itîtâou, our ititaou) ‖ m. s. q. le pr.

sâtâou ⵙⵜⵓ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtâou, our isetiou) ‖ faire hab. oublier ‖ se c. av. 2 acc.

tînmettou ⵜⵏⵎⵜⵓ vn. f. 2bis.12 ; conj. 245 « tîheḍeḍi » ; (itînmettou, our itenmettou) ‖ s’oublier hab. réc. l’un l’autre.

tîtouettou ⵜⵜⵓⵜⵓ vn. f. 3.12 ; conj. 245 « tîheḍeḍi » ; (itîtouettou, our itetouettou) ‖ être hab. oublié.

tîtouettâou ⵜⵜⵓⵜⵓ vn. f. 3.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîtouettâou, our itetouettaou) ‖ m. s. q. le pr.

tetaout ⵜⵜⵓⵜ sf. nv. prim. ; (pl. tetaouîn ⵜⵜⵓⵏ) ‖ fait d’oublier ‖ signifie aussi « oubli ».

astou ⵙ⵿ⵜⵓ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. istiouen ⵙ⵿ⵜⵓⵏ), daṛ ĕstou (ăstou), daṛ ĕstiouen ‖ fait de faire oublier.

ănmettou ⵏⵎⵜⵓ sm. nv. f. 2bis ; φ (pl. inmettiouen ⵏⵎⵜⵓⵏ), daṛ ĕnmettiouen ‖ fait de s’oublier réc. l’un l’autre.

ătouettou ⵜⵓⵜⵓ sm. nv. f. 3 ; φ (pl. itouettiouen ⵜⵓⵜⵓⵏ), daṛ ĕtouettiouen ‖ fait d’être oublié.

ătouettaou ⵜⵓⵜⵓ sm. nv. f. 3 ; φ (pl. itouettaouen ⵜⵓⵜⵓⵏ), daṛ ĕtouettaouen ‖ m. s. q. le pr.

ⵜⵓ tâttaout ⵜⵜⵓⵜ sf. (pl. tâttaouîn ⵜⵜⵓⵏ) ‖ erminette (sorte de hache de charpentier).

ⵜⵓⵉ ettaouiet ⵜⵓⵉⵜ ✳ sf. (pl. ettaouietîn ⵜⵓⵉⵜⵏ) ‖ protection divine (protection accordée par Dieu) ‖ syn. d’ămiar et d’ettaouil et plus us. qu’eux ‖ peu us.

ettaouil ⵜⵓⵍ sm. (pl. ettaouîlen ⵜⵓⵍⵏ) ‖ m. s. q. le pr. ‖ très peu us.

ⵜⵓⵉⵜⵓⵉ teouiteoui ⵜⵓⵉⵜⵓⵉ vn. prim. ; conj. 45 « ġemiġemi » ; (itoueiteouei, ietîoueiteouei, éd itouiteoui, our itoueiteouei) ‖ marcher en sautillant (de la démarche sautillante propre aux oiseaux) ‖ se dit proprement des oiseaux ‖ se dit p. ex. des p. et de qlq. quadrupèdes tels que les gazelles et les antilopes, quand ils marchent en sautillant ‖ v. ⵂⵍ ahel « courir ».

setteouiteoui ⵙⵜⵓⵜⵓⵉ va. f. 1 ; conj. 132 « seddeṛideṛi » ; (isteoueiteouei, iesîteoueiteouei, éd isetteouiteoui, our isteoueiteouei) ‖ faire marcher en sautillant.

tîtouiteoui ⵜⵜⵓⵜⵓⵉ vn. f. 12 ; conj. 245 « tîheḍeḍi » ; (itîtouiteoui, our itetouiteoui) ‖ marcher hab. en sautillant.

sîtouiteoui ⵙⵜⵓⵜⵓⵉ va. f. 1.12 ; conj. 245 « tîheḍeḍi » ; (isîtouiteoui, our isetouiteoui) ‖ faire hab. marcher en sautillant.

ătouiteoui ⵜⵓⵜⵓⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. itouiteouien ⵜⵓⵜⵓⵉⵏ), daṛ ĕtouiteouien ‖ fait de marcher en sautillant ‖ signifie aussi « marche sautillante (marche consistant à marcher en sautillant) (d. le s. ci. d.) ».

ăsetteouiteoui ⵙⵜⵓⵜⵓⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetteouiteouien ⵙⵜⵓⵜⵓⵉⵏ), daṛ setteouiteouien ‖ fait de faire marcher en sautillant.

ăteouaiteouai ⵜⵓⵉⵜⵓⵉ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. iteouaiteouaien ⵜⵓⵉⵜⵓⵉⵏ ; fs. tătateouaiteouait ⵜⵜⵓⵉⵜⵓⵉⵜ ; fp. titeouaiteouaîn ⵜⵜⵓⵉⵜⵓⵉⵏ), daṛ teouaiteouaien, daṛ tĕteouaiteouaîn ‖ hom. qui marche en sautillant.

ⵜⵓⵍ teouilet (Ta. 1) ‖ v. ⵓⵍ ăoul.

ⵜⵓⵍ ettaouil ‖ v. ⵜⵓⵉ ettaouiet.

ⵜⵓⵍⵗⵉⴷⵏ tâouel-iṛeiden ‖ v. ⵓⵍ aoul « avoir l’œil sur ».

ⵜⵓⵍⵜⵓⵍ teoueltouel ⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍ vn. prim. ; conj. 44 « helouen » ; (itouelteouel, ietîouelteouel, éd itoueltouel, our itouelteouel) ‖ être enflé démesurément ; enfler démesurément (n.) ‖ ne se dit que des enflures maladives du corps des p. ou des an. Se dit de toute enflure maladive démesurée, qu’elle provienne de maladie, de blessure, de morsure ou de piqûre venimeuse, etc. ‖ fig. « être enflé démesurément (dans ses paroles) (parler avec une abondance démesurée, sans discernement et d’une façon déplaisante) » ‖ v. ⵂⴹⴹⵉ heḍeḍi.

setteoueltouel ⵙⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍ va. f. 1 ; conj. 126 « zehhelouen » ; (isteouelteouel, iesîteouelteouel, éd isetteoueltouel, our isteouelteouel) ‖ enfler démesurément (act.) ; faire enfler démesurément ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

tîtoueltouîl ⵜⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍ vn. f. 13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîtoueltouîl, our itetoueltouil) ‖ être hab. enflé démesurément ; enfler hab. démesurément (n.) ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sîtoueltouîl ⵙⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍ va. f. 1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isîtoueltouîl, our isetoueltouil) ‖ enfler hab. démesurément (act.) ; faire hab. enfler démesurément ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ătoueltouel ⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍ sm. nv. prim. ; φ (pl. itoueltouîlen ⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍⵏ), daṛ ĕtoueltouîlen ‖ fait d’être enflé démesurément ; fait d’enfler démesurément (n.) ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsetteoueltouel ⵙⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetteoueltouîlen ⵙⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍⵏ), daṛ setteoueltouîlen ‖ fait d’enfler démesurément (act.) ; fait de faire enfler démesurément ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ăteouelteoual ⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍ sm. n. d’é. prim. ; φ (pl. iteouelteouâlen ⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍⵏ ; fs. tăteouelteoualt ⵜⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍ⵿ⵜ ; fp. titeouelteouâlîn ⵜⵜⵓⵍ⵿ⵜⵓⵍⵏ), daṛ teouelteouâlen, daṛ tĕteouelteouâlîn ‖ hom. démesurément enflé (dans ses paroles) (h. qui parle avec une abondance démesurée, sans discernement et d’une façon déplaisante).

ⵜⵓⵔ etouĕr ⵜⵓⵔ va. prim. ; conj. 29 « edouĕl » ; (itouĕr, itouâr, éd itouĕr, our itouir ‖ 1. entonner [un liquide ou une matière solide en fragments ou en poudre] (dans un récipient tel que bouteille, outre, sac, etc., à orifice étroit ou large) ; 2. entonner [un récipient tel que bouteille, outre, sac, etc., à orifice étroit ou large] (d’un liquide ou d’une matière solide en fragments ou en poudre) ‖ a aussi le s. pas. « 1. être entonné ; 2. être entonné » ‖ d. le s. 1., ce dans quoi le suj. entonne le rég. dir. est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. daṛ « dans ». D. le s. 2., ce dont le suj. entonne le rég. dir. est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. s « au moyen de » ‖ dans l’Ăd. et l’Ăir, etouĕr signifie « serrer (mettre de côté pour conserver) » ; il n’a pas ce sens dans l’Ăh. ‖ v. ⴹⵏⵉ eḍni.

setouĕr ⵙⵜⵓⵔ va. f. 1 ; conj. 152 « sedouĕl » ; (issĕtouer, iessîtouer, éd isetouĕr, our issetouer) ‖ 1. faire entonner ; 2. faire entonner ‖ se c. av. 2 acc.

metouer ⵎⵜⵓⵔ vn. f. 2 ; conj. 99 « bereġ » ; (immĕtouer, iemmîtouer, éd iemmetouer, our immetouer) ‖ 1. être entonné d’un récipient dans un autre (être versé par entonnement d’un récipient dans un autre) (le suj. étant un liquide ou une matière solide en fragments ou en poudre) ; 2. être entonné l’un au moyen de l’autre (être rempli l’un au moyen du contenu de l’autre versé par entonnement) (le suj. étant des récipients tels que bouteilles, outres, sacs, etc.).

semmetouer ⵙⵎⵜⵓⵔ va. f. 2.1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (ismetouer, iesîmetouer, éd isemmetouer, our ismetouer) ‖ 1. entonner d’un récipient dans un autre ; 2. entonner l’un au moyen de l’autre.

tâgger ⵜⴳⵔ va. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (itâgger, our itegger) ‖ 1. entonner hab. ; 2. entonner hab. ‖ a aussi le s. pas.

sâtouâr ⵙⵜⵓⵔ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtouâr, our isetouir) ‖ 1. faire hab. entonner ; 2. faire hab. entonner ‖ se c. av. 2 acc.

tâmetouâr ⵜⵎⵜⵓⵔ vn. f. 2.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâmetouâr, our itemetouir) ‖ 1. être hab. entonné d’un récipient dans un autre ; 2. être hab. entonné l’un au moyen de l’autre.

sâmetouâr ⵙⵎⵜⵓⵔ va. f. 2.1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâmetouâr, our isemetouir) ‖ 1. entonner hab. d’un récipient dans un autre ; 2. entonner hab. l’un au moyen de l’autre.

ătaouar ⵜⵓⵔ sm. nv. prim. ; φ (pl. iteouâren ⵜⵓⵔⵏ), daṛ teouâren ‖ 1. fait d’entonner ; 2. fait d’entonner ‖ a aussi le s. pas. « 1. fait d’être entonné ; 2. fait d’être entonné ».

ăsetouer ⵙⵜⵓⵔ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetouîren ⵙⵜⵓⵔⵏ), daṛ setouîren ‖ 1. fait de faire entonner ; 2. fait de faire entonner.

ămetouer ⵎⵜⵓⵔ sm. nv. f. 2 ; φ (pl. imetouîren ⵎⵜⵓⵔⵏ), daṛ metouîren ‖ 1. fait d’être entonné d’un récipient dans un autre ; 2. fait d’être entonné l’un au moyen de l’autre.

ăsemmetouer ⵙⵎⵜⵓⵔ sm. nv. f. 2.1 ; φ (pl. isemmetouîren ⵙⵎⵜⵓⵔⵏ), daṛ semmetouîren ‖ 1. fait d’entonner d’un récipient dans un autre ; 2. fait d’entonner l’un au moyen de l’autre.

ăsetouer ⵙⵜⵓⵔ sm. φ (pl. isetouâr ⵙⵜⵓⵔ), daṛ setouâr ‖ récipient propre à ce qu’on y entonne qlq. ch. (récipient tel que bouteille, outre, sac, etc., à orifice large ou étroit, dans lequel on peut entonner des liquides ou des solides en fragments ou en poudre).

ⵜⵔ etter ⵜⵔ va. prim. ; conj. 27 « eddel » ; (ittĕr, ittâr, éd itter, our ittir) ‖ demander [de Dieu] dans la prière [qlq. ch.] (demander [de Dieu] [qlq. ch.] en le priant (au moyen de prières vocales ou mentales qlconques)) ‖ ce que le suj. demande de Dieu dans la prière est rég. dir. ; cela peut être n’importe quoi. Le mot qui signifie Dieu est à l’abl. et accompagné d’une prép. qui est hab. s « de chez ; de » ou ṛour « de chez » ‖ etter i « demander dans la prière pour » signifie « demander dans la prière [qlq. ch.] pour (en faveur de) [une p., un an., une ch.] ». Etter daṛ « demander dans la prière dans » signifie « demander dans la prière [qlq. ch.] contre [une p., un an., une ch.] » ‖ ne s’emploie qu’en parlant de demandes adressées à Dieu en le priant ; ne se dit pas de prières adressées à des hommes, ni de prières adressées à Dieu sans avoir pour but de demander qlq. ch. ‖ diffère de mouhed « réciter en priant [une ou plusieurs des prières musulmanes appelées ămoud] » ‖ diffère d’eṛled « adorer [Dieu] (d’une manière qlconque, au moyen d’actes de latrie qlconques) » ‖ diffère de ġeinen « supplier (demander avec des douces paroles [une p.] (passer avec des douces paroles [une p.]) » ‖ v. ⴶⵉⵏⵏ ġeinen.

tâtter ⵜⵜⵔ va. f. 6 ; conj. 226 « tâddel » ; (itâtter, our itetter) ‖ demander hab. [de Dieu] dans la prière.

té̆ttirt ⵜⵜⵔ⵿ⵜ sf. nv. prim. ; (pl. tittar ⵜⵜⵔ), daṛ tittar ‖ fait de demander [de Dieu] dans la prière ‖ p. ext. « prière faite à Dieu pour demander ». Se dit de toute prière, vocale ou mentale, longue ou courte, faite pour demander à Dieu n’importe quoi. D. ce s., le pl. tittar est syn. d’elfâtik̤en et beauc. plus us. que lui ‖ p. ext. « prière à Dieu (qlconque, vocale ou mentale, qui n’est pas un ămoud) ». v. ⵎⴷ ămoud.

ⵜⵔ etrou ⵜⵔⵓ va. prim. ; conj. 14 « emdou » ; ω (itră, itrâ, éd itrou, our itré) ‖ 1. être héritier de [une qualité ou un défaut héréditaires] (de ses parents ou de ses ancêtres) ; 2. être héritier de [ses parents ou ses ancêtres] (dans une qualité ou un défaut héréditaires) ‖ peut avoir pour suj. une p. ou un an. Peut avoir pour rég. dir., d. le s. 1., n’importe quelles qualités ou défauts physiques ou moraux dont il est possible d’hériter de ses ascendants ; les ascendants dont le suj. hérite d’une qualité ou d’un défaut sont à l’abl. et accompagnés d’une prép. qui est hab. ṛour « de chez » ou daṛ « de dans ». Peut avoir pour rég. dir., d. le s. 2., le père, la mère, un ou plusieurs ascendants à un degré qlconque ; la qualité ou le défaut dans lesquels le suj. est héritier de ses ascendants sont à l’abl. et accompagnés d’une prép. qui est hab. daṛ « dans » ‖ se dit, p. ex., d’un h. qui est héritier de la bonté, de la méchanceté, de l’intelligence, de la sottisse, de la beauté, de la laideur, du courage, de la poltronnerie, de la force, de la faiblesse, des belles mains, du grand nez, de la vilaine bouche, de tel ou tel de ses ascendants ou de plusieurs de ses ascendants ; se dit d’un h. qui est héritier de tel ou tel de ses ascendants dans la bonté, la méchanceté, etc.

toûrrou ⵜⵔⵓ va. f. 5 ; conj. 223 « moûddou » ; (itoûrrou, our itourrou) ‖ 1. être hab. héritier de ; 2. être hab. héritier de.

tăterraout ⵜⵜⵔⵓⵜ sf. nv. prim. ; φ (pl. titerraouîn ⵜⵜⵔⵓⵏ), daṛ tĕterraouîn ‖ 1. fait d’être héritier de ; 2. fait d’être héritier de.

é̆teri ⵜⵔⵉ sm. (s. s. pl.) ‖ héritage (consistant en une ou plusieurs qualités ou défauts héréditaires).

ⵜⵔ atri ⵜⵔⵉ sm. φ (pl. itrân ⵜⵔⵏ), daṛ ĕtri (ătri), daṛ ĕtrân ‖ étoile ‖ se dit de toutes les étoiles et de tous les astres dont l’apparence est à peu près celle des étoiles, c. à d. de tous les astres excepté le soleil, la terre et la lune ‖ atri oua n teserriṭ « étoile celle de la ligne » et atri oua n ămellaouṛ « étoile celle de la queue » signifient « comète » ; la 2de expression est peu us. à cause du sens indécent qu’a qlqf. émellaouṛatri itoûḍoun « étoile tombant » signifie « étoile filante » ‖ le pl. itrân s’emploie p. ext. pour désigner collectivement certaines étoiles, com. Orion, Aldébaran, les Pléiades, Sirius, etc., qui cessent de paraître au ciel de l’Ăh. au commencement de l’été et y reparaissent successivement à mesure que l’été s’avance ; itrân signifie non qlq. unes de ces étoiles mais leur collection entière. Ihaḍân n ĕġmoḍ n ĕtrân « nuits de la sortie des étoiles » et ihaḍân n ĕtrân « nuits des étoiles » sont des expr. syn. qui signifient « nuits de la réapparition des étoiles (surdites) au ciel de l’Ăh. (période de temps pendant laquelle les étoiles (surdites) réapparaissent successivement au ciel de l’Ăh.) » ; ces expressions indiquent la dernière partie de l’été. v. ⵔⵥ erż ; ⴾⵔⴼ kereffet (Ta. 2).

tatrit ⵜⵜⵔⵜ sf. φ (pl. titrâtîn ⵜⵜⵔⵜⵏ), daṛ tĕtrit (tătrit), daṛ tĕtrâtîn ‖ grande étoile (étoile particulièrement brillante) ‖ se dit des étoiles particulièrement brillants, qu’elles fassent ou non partie d’une constellation ‖ p. ext. « étoile du matin (Venus) ». D. ce s., est syn. de tatrit ta n toufattatrit ta n toufat « grande étoile celle du matin » signifie « étoile du matin (Venus) » ‖ p. ext. « taie (tache blanche sur la cornée de l’œil) (chez les p. ou les an.) ».

teriteri ⵜⵔⵜⵔⵉ vn. prim. ; conj. 45 « ġemiġemi » ; (itreiterei, ietîtereiterei, éd itriterei, our itreiterei) ‖ être parsemé sans ordre çà et là (com. les étoiles sont parsemées dans le ciel) ‖ se dit, p. ex., d’arbres, d’arbrisseaux, qui sont parsemés çà et là dans une vallée, une plaine, un jardin ; de maisons, de jardins qui sont parsemés çà et là dans le ciel ; de ch. qlconques qui sont parsemés sans ordre çà et là sur une surface de manière à l’étoiler en qlq. sorte.

setteriteri ⵙⵜⵔⵜⵔⵉ va. f. 1 ; conj. 132 « seddeṛideṛi » ; (istereiterei, iesîtereiterei, éd isetteriteri, our istereiterei) ‖ parsemer sans ordre çà et là.

tîtriteri ⵜⵜⵔⵜⵔⵉ vn. f. 12 ; conj. 245 « tîheḍeḍi » ; (itîtriteri, our itetriteri) ‖ être hab. parsemé sans ordre çà et là.

sîtriteri ⵙⵜⵔⵜⵔⵉ va. f. 1.12 ; conj. 245 « tîheḍeḍi » ; (isîtriteri, our isetriteri) ‖ parsemer sans ordre çà et là.

ătriteri ⵜⵔⵜⵔⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. itriterien ⵜⵔⵜⵔⵉⵏ), daṛ ĕtriterien ‖ fait de parsemer sans ordre çà et là.

ⵜⵔ tîtâr ⵜⵜⵔ sf. (pl. s. s.) ‖ fourreau (d’épée, de poignard, etc.) ‖ se dit des fourreaux d’épées, de sabres, de poignards, de toutes dimension et matière ‖ p. ext. « étui (de fusil, de livre, de lunettes, de ciseaux, de couteau, etc.) (en peau, étoffe, papier, métal, carton, matière qlconque) » ‖ v. ⵍⵙ els, élessi.

ⵜⵔⴱ etreb ⵜⵔⴱ vn. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (itrĕb, itrâb, éd itreb, our itrib) ‖ être leste (faire les ch. rapidement et vivement) ‖ se dit des p. et de certains an. com. les chats, les souris, etc.

setreb ⵙⵜⵔⴱ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (issĕtreb, iessîtreb, éd isetreb, our issetreb) ‖ rendre leste.

târreb ⵜⵔⴱ vn. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (itârreb, our iterreb) ‖ être hab. leste.

sâtrâb ⵙⵜⵔⴱ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtrâb, our isetrib) ‖ rendre hab. leste.

ătarab ⵜⵔⴱ sm. nv. prim. ; φ (pl. iterâben ⵜⵔⴱⵏ), daṛ terâben ‖ fait d’être leste.

ăsetreb ⵙⵜⵔⴱ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetrîben ⵙⵜⵔⴱⵏ), daṛ setrîben ‖ fait de rendre leste.

ⵜⵔⴷ terd ⵜⵔⴷ pi. interj. ‖ fi ! (interj. exprimant le dégoût, la répugnance, ou le mépris) ‖ syn. d’êḳ et moins us. que lui ‖ exprime un dégoût moins grand qu’effô « pouah ! ».

ⵜⵔⴼⵙ tarfest ⵜⵔⴼⵙ⵿ⵜ ✳ sf. φ (pl. tirfas ⵜⵔⴼⵙ), daṛ tĕrfest (tărfest), daṛ tĕrfas ‖ truffe ‖ l’Ăh. produit des truffes en très petit nombre, toutes blanches.

ⵜⵔⴶ etreġ ‖ v. ⵔⴶ areġ.

tereġġet (Ta. 1) ‖ v. ⵔⴶ areġ.

ⵜⵔⵉⵜⵔⵉ teriteri ‖ v. ⵜⵔ atri.

ⵜⵔⴾ etrek ⵜⵔⴾ vn. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (itrĕk, itrâk, éd itrek, our itrik) ‖ donner un coup de poing [à une p., un an., une ch.] ; donner des coups de poing [à une p., un an., une ch.] ‖ ce à quoi le suj. donne un coup de poing se met au datif.

setrek ⵙⵜⵔⴾ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (issĕtrek, iessîtrek, éd isetrek, our issetrek) ‖ faire donner un coup de poing ; faire donner des coups de poing.

nemetrek ⵏⵎⵜⵔⴾ vn. f. 2bis ; conj. 42 « lekeslekes » ; (inmetrek, ienîmetrek, éd inmetrek, our inmetrek) ‖ se donner réc. l’un à l’autre des coups de poing.

nemetrak ⵏⵎⵜⵔⴾ vn. f. 2bis ; conj. 42 « lekeslekes » ; (inmetrak, ienîmetrak, éd inmetrak, our inmetrak) ‖ m. s. q. le pr.

târrek ⵜⵔⴾ vn. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (itârrek, our iterrek) ‖ donner hab. des coups de poing.

sâtrâk ⵙⵜⵔⴾ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtrâk, our isetrik) ‖ faire hab. donner des coups de poing.

tînmetrîk ⵜⵏⵎⵜⵔⴾ vn. f. 2bis.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itînmetrîk, our itenmetrik) ‖ se donner hab. réc. l’un à l’autre des coups de poing.

tînmetrâk ⵜⵏⵎⵜⵔⴾ vn. f. 2bis.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itînmetrâk, our itenmetrak) ‖ m. s. q. le pr.

ătarak ⵜⵔⴾ sm. nv. prim. ; φ (pl. iterâken ⵜⵔⴾⵏ), daṛ terâken ‖ fait de donner un coup de poing ; fait de donner des coups de poing.

ăsetrek ⵙⵜⵔⴾ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetrîken ⵙⵜⵔⴾⵏ), daṛ setrîken ‖ fait de faire donner un coup de poing ; fait de faire donner des coups de poing.

ănmetrek ⵏⵎⵜⵔⴾ sm. nv. f. 2bis ; φ (pl. inmetrîken ⵏⵎⵜⵔⴾⵏ), daṛ ĕnmetrîken ‖ fait de se donner réc. l’un à l’autre des coups de poing.

ănmetrak ⵏⵎⵜⵔⴾ sm. nv. f. 2bis ; φ (pl. inmetrâken ⵏⵎⵜⵔⴾⵏ), daṛ ĕnmetrâken ‖ m. s. q. le pr.

tăterrik ⵜⵜⵔⴾ sf. φ (pl. titerrâk ⵜⵜⵔⴾ), daṛ tĕterrâk ‖ coup de poing.

ⵜⵔⴾⵎ tăterkemt ‖ v. ⵔⴾⵎ roukmet (Ta. 2).

ⵜⵔⵎ etrem ⵜⵔⵎ va. prim. ; conj. 26 « eksen » ; (itrĕm, itrâm, éd itrem, our itrim) ‖ descendre [une vallée, un ravin, un thalweg] (le suj. étant une p., un an., une ch., des eaux courantes) (act.) ; aller en aval (aller vers l’aval) (le suj. étant une p., un an., une ch., une vallée, un ravin, un thalweg, des eaux courantes) (n.) ‖ p. ext. « aller vers l’Ouest (n.) », le suj. étant une p., un an., une vallée, un ravin, un thalweg, des eaux courantes. Ce sens vient de ce que le massif montagneux de l’Ăh., point culminant du Sahara central, est entouré, au N., à l’E. et au S. de régions moins élevées que lui, mais hautes et montagneuses, tandisqu’à son W. le terrain descend rapidement et constamment pendant plusieurs centaines de kilomètres ; en outre, presque toutes les vallées qui prennent leur source dans le massif central de l’Ăh. portent leurs eaux vers l’W. ou vers le SW. ‖ fig. s’emploie dans certaines expressions où entre aussi le v. ġeouei « remonter [le cours d’une vallée] ; aller en amont » ; dans la plupart de ces expr., etrem et ġeouei réunis signifient « aller et venir ». (Ex. eġġĕoueieṛ etrĕmeṛ daṛ ĕṛrem ⁒ je suis allé en amont je suis allé en aval dans la ville (je suis allé et venu dans la ville, j’ai fait des allées et venues dans la ville)) ‖ fig. « être divulgué (de tous côtés) (le suj. étant une nouvelle, un secret, une p. (entendue dans le sens « les secrets d’une p. »)) » ‖ fig. ġeouei et etrem, ayant pour suj. Dieu et pour rég. dir. une p., s’empl. au fig. pour rappeler à qlq’un la présence de Dieu, dans des phrases com. celle-ci « Dieu te remonte et te descend (Dieu te parcourt de part en part, te pénètre tout entier, voit le fond de ton âme) ». (Ex. itrĕm kai Ialla, iġġĕouei kai ; teslĭd i aouâ-reṛ, miṛ kala ? ⁒ t’a descendu Dieu, il t’a remonté ; as-tu entendu ceci, ou non ? (Dieu voit le fond de ton âme ; as-tu entendu ceci, oui ou non ?)) ‖ d. les s. « descendre (act.) ; allet en aval (n.) » diffère d’outrar « aller en descendant [un terrain (qlconque)] par une pente douce (n.) ». Outrar exprime une descente par une pente douce, etrem une descente par une pente qlconque si douce ou si rapide qu’elle soit : on peut touj. remplacer outrar par etrem, mais non inversement ‖ d. le s. « aller en aval (aller vers l’aval) (n.) », est syn. d’iñhou « s’en aller en descendant et en glissant (s’en aller en descendant) (le suj. étant une p., un an., une vallée, un terrain, un thalweg, des eaux courantes) » ‖ d. le s. « aller vers l’Ouest (n.) », est syn. d’outrar et d’iñhou ‖ d. le s. « être divulgué », est syn. de ġeouei, d’effi et d’enfer.

setrem ⵙⵜⵔⵎ va. f. 1 ; conj. 150 « seksen » ; (issĕtrem, iessîtrem, éd isetrem, our issetrem) ‖ faire descendre (se c. av. 2 acc.) ; faire aller en aval (se c. av. 1 acc.) ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

târrem ⵜⵔⵎ va. f. 5 ; conj. 220 « kâssen » ; (itârrem, our iterrem) ‖ descendre hab. (act.) ; aller hab. en aval (n.) ‖ a t. les s. c. à c. du prim. ‖ s’empl. au fig., ayant pour suj. un mot signifiant « respiration », d. le s. d’« aller hab. en aval (descendre hab. (c. à d. monter et descendre, aller et venir)) », en parlant des p. et des an. pour signifier qu’ils vivent ou ne vivent pas. Se dit de p. et d’an. en bonne santé ou malades ; se dit surtout de p. ou d’an. mourants pour exprimer qu’ils respirent encore ou ont rendu le dernier soupir. (Ex. Mîmi, itârrem d es ounfas ? – kala, ou d es iterrem ; aba tetM., va en aval dans elle la respiration ? – non, elle ne va pas en aval dans elle ; il n’y a plus d’elle (M., la respiration va-t-elle et vient-elle en elle ? – non, elle ne va et vient plus en elle ; elle est morte)).

sâtrâm ⵙⵜⵔⵎ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtrâm, our isetrim) ‖ faire hab. descendre (se c. av. 2 acc.) ; faire hab. aller en aval (se c. av. 1 acc.) ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

atroum ⵜⵔⵎ sm. nv. prim. ; φ (pl. itroûmen ⵜⵔⵎⵏ), daṛ ĕtroum (ătroum), daṛ ĕtroûmen ‖ fait de descendre ; fait d’aller en aval ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsetrem ⵙⵜⵔⵎ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetrîmen ⵙⵜⵔⵎⵏ), daṛ setrîmen ‖ fait de faire descendre ; fait de faire aller en aval ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ătaram ⵜⵔⵎ sm. φ (pl. itermân ⵜⵔⵎⵏ), daṛ termân ‖ aval (côté vers lequel on descend un cours d’eau) ‖ ătaram présente cette particularité que son rég. peut se mettre au gén. ou au dat., le sens étant différent, selon celui des 2 cas qui est employé ; (ex. nĕieḳ ḳ ătaram en ferġân ⁒ je l’ai vu aval des jardins (je les ai vu dans l’aval des jardins, c. à d. dans la partie aval des jardins) = nĕieḳ ḳet ătaram i ferġân ⁒ je l’ai vue aval aux jardins (je l’ai vue en aval pour les jardins (par rapport aux jardins), c. à d. je l’ai vue en aval des jardins, hors des jardins et en aval d’eux)).—Quand le rég. d’ătaram est un pr. af., s’il doit être au gén., on empl. le pr. af. dépendant des noms ; s’il doit être au dat., on empl. le pr. af. rég. ind. des verbes ; (ex. ăfaraġ, ikk ătaram ennît ⁒ le jardin, il est allé aval de lui (le jardin, il est allé dans son aval, c. à d. dans sa partie aval) = ikk ătaram âk ⁒ il est allé aval à toi (il est allé en aval pour toi (par rapport à toi), c. à d. il est allé en aval de toi, en aval du lieu où tu es) = ăfaraġ, ikk ătaram âs ⁒ le jardin, il est allé aval à lui (le jardin, il est allé en aval pour lui (par rapport à lui), c. à d. le jardin, il est allé en aval de lui, hors de lui et en aval de lui)) ‖ p. ext. « ouest » ‖ eddoûnet oui n ătaram, kel-ătaram : v. ⴼⵍ afella ‖ v. ⵏⴶ denneġ, émeineġ.

ⵜⵔⵔ outrar ⵜⵔⵔ va. prim. ; conj. 71 « ouksaḍ » ; (ietroŭr, ietroûr, éd ioutrar, our ietrour) ‖ aller en descendant [un terrain (qlconque)] par une pente douce (le suj. étant une p., un an., une ch., des eaux courantes) (act.) ; aller en descendant [dans un terrain (qlconque)] par une pente douce (le suj. étant une p., un an., une ch., une vallée, un ravin, un thalweg, des eaux courantes) (n.) ; aller en descendant en pente douce (le suj. étant en terrain qlconque, contrée, région, espace de terrain petit ou grand) (n.) ‖ p. ext. « aller vers l’Ouest » (n.), le suj. étant une p., un an., une vallée, un ravin, un thalweg, des eaux courantes. v. ⵜⵔⵎ etrem ‖ d. le s. « aller en descendant par une pente douce (act.) ; aller en descendant par une pente douce (n.) », diffère d’etrem « descendre (act.) ; aller en aval (n.) » et d’iñhou « s’en aller en descendant et en glissant (s’en aller en descendant) (le suj. étant une p., un an., une vallée, un ravin, un thalweg, des eaux courantes) », qui expriment une descente par une pente qlconque si douce ou si rapide qu’elle soit. v. ⵜⵔⵎ etrem ‖ d. le s. « aller vers l’Ouest (n.) », est syn. d’etrem et d’iñhou.

soutrer ⵙⵜⵔⵔ va. f. 1 ; conj. 162 « soukseḍ » ; (iessoŭtrer, iessoûtrer, éd isoutrer, our iessoutrer) ‖ faire aller en descendant par une pente douce (se c. av. 2 acc.) ; faire aller en descendant par une pente douce (se c. av. 1 acc.) ; faire aller en descendant en pente douce (se c. av. 1 acc.) ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

toûtrâr ⵜⵜⵔⵔ va. f. 18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (itoûtrâr, our itoutrar) ‖ aller hab. en descendant par une pente douce (act.) ; aller hab. en descendant par une pente douce (n.) ; aller hab. en descendant en pente douce (n.) ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

soûtroûr ⵙⵜⵔⵔ va. f. 1.18 ; conj. 260 « toûksâḍ » ; (isoûtroûr, our isoutrour) ‖ faire hab. aller en descendant par une pente douce (se c. av. 2 acc.) ; faire hab. aller en descendant par une pente douce (se c. av. 1 acc.) ; faire hab. aller en descendant en pente douce (se c. av. 1 acc.) ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

toutrart ⵜⵜⵔ⵿ⵜ sf. nv. prim. ; (pl. toutrârîn ⵜⵜⵔⵔⵏ) ‖ fait d’aller en descendant par une pente douce ; fait d’aller en descendant par une pente douce ; fait d’aller en descendant en pente douce ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsoutrer ⵙⵜⵔⵔ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isoutroûren ⵙⵜⵔⵔⵏ), daṛ soutroûren ‖ fait de faire aller en descendant par une pente douce ; fait de faire aller en descendant par une pente douce ; fait de faire aller en descendant en pente douce ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

tăsetterarout ⵜⵙⵜⵔⵔⵜ sf. φ (pl. tisetteroura ⵜⵙⵜⵔⵔⴰ), daṛ tsetteroura ‖ terrain en pente descendante et douce.

isoutrâr ⵙⵜⵔⵔ sm. φ (pl. s. s.), daṛ soutrâr ‖ m. s. q. le pr.

ⵜⵔⵜⵔ terter ⵜⵔ⵿ⵜⵔ va. prim. ; conj. 99 « bereġ » ; (ittĕrter, iettîrter, éd ietterter, our itterter) ‖ forcer à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant [une p. ou un an.] (forcer à marcher (ou à courir) plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant [une p. ou un an.]) ‖ a aussi le s. pas. « être forcé à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant » ‖ peut avoir pour suj. une p., un an., une cause qlconque.

setterter ⵙⵜⵔ⵿ⵜⵔ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (isterter, iesîterter, éd isetterter, our isterter) ‖ faire forcer à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant ‖ se c. av. 2 acc.

meterter ⵎⵜⵔ⵿ⵜⵔ vn. f. 2 ; conj. 42 « lekeslekes » ; (imterter, iemîterter, éd imterter, our imterter) ‖ être forcé à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant ‖ syn. du prim. au s. pas.

metertar ⵎⵜⵔ⵿ⵜⵔ vn. f. 2 ; conj. 42 « lekeslekes » ; (imtertar, iemîtertar, éd imtertar, our imtertar) ‖ m. s. q. le pr.

semmeterter ⵙⵎⵜⵔ⵿ⵜⵔ va. f. 2.1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (ismeterter, iesîmeterter, éd isemmeterter, our ismeterter) ‖ forcer à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant ‖ syn. du prim. au s. act.

tâtertâr ⵜⵜⵔ⵿ⵜⵔ va. f. 7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâtertâr, our itetertir) ‖ forcer hab. à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant ‖ a aussi le s. pas.

sâtertâr ⵙⵜⵔ⵿ⵜⵔ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâtertâr, our isetertir) ‖ faire hab. forcer à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant ‖ se c. av. 2 acc.

tîmtertîr ⵜⵎ⵿ⵜⵔ⵿ⵜⵔ vn. f. 2.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîmtertîr, our itemtertir) ‖ être hab. forcé à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant.

tîmtertâr ⵜⵎ⵿ⵜⵔ⵿ⵜⵔ vn. f. 2.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (itîmtertâr, our itemtertar) ‖ m. s. q. le pr.

sîmtertîr ⵙⵎ⵿ⵜⵔ⵿ⵜⵔ va. f. 2.1.13 ; conj. 246 « tîdekkoûl » ; (isîmtertîr, our isemtertir) ‖ forcer hab. à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant.

ăterter ⵜⵔ⵿ⵜⵔ sm. nv. prim. ; φ (pl. itertîren ⵜⵔ⵿ⵜⵔⵏ), daṛ tertîren ‖ fait de forcer à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant ‖ a aussi le s. pas. « fait d’être forcé à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant ».

ăsetterter ⵙⵜⵔ⵿ⵜⵔ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettertîren ⵙⵜⵔ⵿ⵜⵔⵏ), daṛ settertîren ‖ fait de faire forcer à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant.

ămterter ⵎ⵿ⵜⵔ⵿ⵜⵔ sm. nv. f. 2 ; φ (pl. imtertîren ⵎ⵿ⵜⵔ⵿ⵜⵔⵏ), daṛ ĕmtertîren ‖ fait d’être forcé à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant.

ămtertar ⵎ⵿ⵜⵔ⵿ⵜⵔ sm. nv. f. 2 ; φ (pl. imtertâren ⵎ⵿ⵜⵔ⵿ⵜⵔⵏ), daṛ ĕmtertâren ‖ m. s. q. le pr.

ăsemmeterter ⵙⵎⵜⵔ⵿ⵜⵔ sm. nv. f. 2.1 ; φ (pl. isemmetertîren ⵙⵎⵜⵔ⵿ⵜⵔⵏ), daṛ semmetertîren ‖ fait de forcer à aller plus vite qu’on ne peut, précipitamment et en trébuchant.

ⵜⵔⵜⵔ tătourtourt ⵜⵜⵔ⵿ⵜⵔ⵿ⵜ (dial. Berb. séd. Ṛ. et Ġ.) sf. φ (pl. titourtoûrîn ⵜⵜⵔ⵿ⵜⵔⵏ), daṛ tĕtourtoûrîn ‖ pigeon (sauvage ou domestique) (de sexe qlconque) ; tourterelle (de sexe qlconque) ‖ v. ⴷⴱⵔ tédebirt ; ⵏⴳⵔⵎⵉ ăṅgermei ‖ non us. dans l’Ăh.

ⵜⵔⵣ terezzet (Ta. 1) ⵜⵔⵣⵜ vn. prim. ; conj. 46 « ferekket (Ta. 1) » ; (itrezzet, ietîrezzet, éd itrezzet, our itrezzet) ‖ sauter vivement et rapidement (de haut en bas) ‖ peut avoir pour suj. une p. ou un an. L’an. ou la ch. du haut desquels le suj. saute sont à l’abl. et accompagnés d’une prép. qui est hab. foull « de sur » ou daṛ « de dans ». La ch. sur laquelle ou dans laquelle le suj. saute est à l’abl. et accompagnée d’une prép. qui est hab. foull « sur » ou daṛ « dans » ‖ ne se dit que de sauts rapides de haut en bas ‖ v. ⴳⴷ egged.

zetterezzet (Ta. 1) ⵣⵜⵔⵣⵜ va. f. 1 ; conj. 133 « sedderet (Ta. 1) » ; (izterezzet, iezîterezzet, éd izeterezzet, our izterezzet) ‖ faire sauter vivement et rapidement.

tîtrezzît (Ta. 7) ⵜⵜⵔⵣⵜ vn. f. 16 ; conj. 254 « tîtreġġît (Ta. 7) » ; (itîtrezzît, our itetrezzît) ‖ sauter hab. vivement et rapidement.

zîtrezzît (Ta. 7) ⵣⵜⵔⵣⵜ va. f. 1.16 ; conj. 254 « tîtreġġît (Ta. 7) » ; (izîtrezzît, our izetrezzit) ‖ faire hab. sauter vivement et rapidement.

ătrezzi ⵜⵔⵣⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. itrezzîten ⵜⵔⵣⵜⵏ), daṛ ĕtrezzîten ‖ fait de sauter vivement et rapidement.

ăzetterezzi ⵣⵜⵔⵣⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. izetterezzîten ⵣⵜⵔⵣⵜⵏ), daṛ zetterezzîten ‖ fait de faire sauter vivement et rapidement.

ⵜⵔⵥⵎ ăterżim ⵜⵔⵥⵎ sm. φ (n. d’u. et col.) (pl. de div. ou p. n. iterżâm ⵜⵔⵥⵎ), daṛ terżâm ‖ nom d’une plante non persistante.

ⵜⵗ étaḳ ⵜⵈ sm. φ (pl. iteḳḳen ⵜⵈⵏ), daṛ ăteḳ (ĕteḳ), daṛ teḳḳen ‖ rocher à pic un peu surplombant ‖ syn. d’é̆kkaḍ ‖ v. ⴾⴹ é̆kkaḍ.

téteḳḳeout ⵜⵜⵈⵓⵜ sf. φ (pl. titeḳḳeouîn ⵜⵜⵈⵓⵏ), daṛ tăteḳḳeout (tĕteḳḳeout), daṛ tĕteḳḳeouîn ‖ trou naturel profond, à orifice circulaire, dans une paroi de rocher verticale.

ⵜⵗⵛ témeteḳḳecht ⵜⵎⵜⵈⵛ⵿ⵜ sf. φ (pl. timeteḳḳechîn ⵜⵎⵜⵈⵛⵏ), daṛ tmeteḳḳechîn ‖ gecko des murailles ‖ syn. d’ămeżżeregga ‖ v. ⴾⵍⴾⵍ ăkelkel, témekelkelt.

ⵜⵗⵉ teṛiiet (Ta. 1) ⵜⵗⵉⵜ vn. prim. ; conj. 48 « geḍiiet (Ta. 1) » ; (itṛeiiet, ietîṛeiiet, éd itṛiiet, our itṛeiiet) ‖ marcher en allongeant le pas instinctivement (marcher au pas, en allongeant le pas instinctivement) (le suj. étant une p. ou un an.) ‖ se dit d’une p. à pied ou d’un an. monté ou en liberté, qui instinctivement, d’eux-mêmes, en s’en rendant compte ou non, pour une cause qu’ils connaissent ou non, allongent machinalement le pas. L’allongement du pas exprimé par teṛiiet (Ta. 1) est instinctif et machinal ; on ne peut donc pas le déterminer à volonté chez une p. ni chez un an. ; diverses causes peuvent le produire, p. ex. la nuit, le froid, l’odeur de l’eau, l’odeur du pâturage, etc. ‖ v. ⵂⵍ ahel « courir ».

setteṛiiet (Ta. 1) ⵙⵜⵗⵉⵜ va. f. 1 ; conj. 135 « seggeḍiiet (Ta. 1) » ; (isteṛeiiet, iesîteṛeiiet, éd isetteṛiiet, our isteṛeiiet) ‖ faire marcher en allongeant le pas instinctivement ‖ ne peut pas avoir pour suj. une p. Peut avoir pour suj. une cause telle que la nuit, le froid, l’odeur de l’eau, l’odeur du pâturage, etc.

tîtṛiiît (Ta. 7) ⵜⵜⵗⵉⵜ vn. f. 16 ; conj. 254 « tîtreġġît (Ta. 7) » ; (itîtṛiiît, our itetṛiiit) ‖ marcher hab. en allongeant le pas instinctivement.

sîtṛiiît (Ta. 7) ⵙⵜⵗⵉⵜ va. f. 1.16 ; conj. 254 « tîtreġġît (Ta. 7) » ; (isîtṛiiît, our isetṛiiit) ‖ faire hab. marcher en allongeant le pas instinctivement.

ătṛiii ⵜⵗⵉ sm. nv. prim. ; φ (pl. itṛiiîten ⵜⵗⵉⵜⵏ), daṛ ĕtṛiiîten ‖ fait de marcher en allongeant le pas instinctivement.

ăsetteṛiii ⵙⵗⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetteṛiiîten ⵙⵜⵗⵉⵜⵏ), daṛ setteṛiiîten ‖ fait de faire marcher en allongeant le pas instinctivement.

ⵜⵗⵉ étaṛei ⵜⵗⵉ sm. φ (pl. itaṛeien ⵜⵗⵉⵏ), daṛ ătaṛei (ĕtaṛei), daṛ taṛeien ‖ calvitie ‖ ex. Kenân iġ étaṛeiK. fait calvitie (K. est chauve) = Kenân il étaṛeiK. a calvitie (K. est chauve) = lân étaṛei ⁒ ils ont calvitie (ils sont chauves) ‖ syn. de tăselsela et plus us. que lui.

tétaṛeit ⵜⵜⵗⵉⵜ sf. φ (pl. titaṛeîn ⵜⵜⵗⵉⵏ), daṛ tătaṛeit (tĕtaṛeit), daṛ tĕteṛeîn ‖ m. s. q. le pr.

ⵜⵗⵎ etteṛâm ⵜⵗⵎ ✳ sm. (col. s. n. d’u.) (pl. de div. etteṛâmen ⵜⵗⵎⵏ) ‖ grain (col.) (de céréale qlconque) ‖ se dit du grain de n’importe quelle céréale en quantité qlconque ‖ syn. d’âlloun et beauc. moins us. que lui.

ⵜⵗⵓ téteḳḳeout ‖ v. ⵜⵗ éteḳ.

ⵜⵗⵔ teṛiret (Ta. 1) ‖ v. ⵗⵔ iṛar.

atṛer ‖ v. ⵗⵔ iṛar.

ⵜⵗⵙ atṛas ⵜⵗⵙ sm. φ (pl. itṛasen ⵜⵗⵙⵏ), daṛ ĕtṛas (ătṛas), daṛ ĕtṛasen ‖ canne (bâton droit et léger d’1m,25c de long et de 0m,015 à 0m,02c de diamètre, proprement arrangé et destiné à ce qu’on s’appuie sur lui en marchant) ‖ l’atṛas peut être garni de métal à une ou aux 2 extrémités, ou ne pas l’être ‖ v. ⴱⵔ aber, tăboûrit.

ⵜⵗⵙ éteṛes ⵜⵗⵙ sm. φ (pl. iteṛsân ⵜⵗⵙⵏ), daṛ ăteṛes (ĕteṛes), daṛ teṛsân ‖ élargissement de vallée où, la pente étant faible, les eaux stationnent et produisent une belle végétation (ar. « mậder ») ‖ syn. d’ésaoui empl. d. ce s. ‖ diffère d’ăṛerṛoûr « élargissement très grand de vallée, à sol uni et dur, en plaine (lieu où une vallée prend une largeur extrême, et où son sol devient uni et dur, avec ou sans végétation, dans une région de vastes plaines) » ; diffère d’émeḳḳêrṛer « m. s. q. le pr. » ‖ diffère d’ăha « vallon à fond en pente très faible » ‖ v. ⴶⵏⵜⵔ ăġentour.

téteṛest ⵜⵜⵗⵙ⵿ⵜ sf. φ (pl. titeṛsîn ⵜⵜⵗⵙⵏ), daṛ tăteṛest (tĕteṛest), daṛ tĕteṛsîn (teṛsîn) ‖ dim. du pr.

ⵜⵗⵙ tetôṛest ⵜⵜⵗⵙ⵿ⵜ sf. φ (pl. titôṛesîn ⵜⵜⵗⵙⵏ), daṛ tĕtôṛesîn (tôṛesîn) ‖ fesse (os et chairs) (chez l’h. et chez les an.) ‖ reġeh es tôṛesîn : v. ⵔⴶⵂ reġeh ‖ v. ⵍⵗ ăllaṛ, êleṛ.

ătôṛes ⵜⵗⵙ sm. φ (pl. itôṛesen ⵜⵗⵙⵏ), daṛ tôṛesen ‖ grosse fesse ‖ expr. de dérision. Ne s’empl. que com. terme de moquerie pour exprimer qu’une p. a de grosses fesses.

ⵜⵗⵜⵗ teṛteṛ ⵜⵗⵜⵗ va. prim. ; conj. 99 « bereġ » ; (ittĕṛteṛ, iettîṛteṛ, éd ietteṛteṛ, our itteṛteṛ) ‖ casser menu (briser en tout petits morceaux) ‖ a aussi les s. pas. et pron. « être cassé menu » et « se casser menu » ‖ peut avoir pour suj. des p., des an., ou des ch. Peut avoir pour rég. dir. tout ce qui peut se casser menu, p. ex. des herbages secs, des dattes sèches, du sel, des morceaux de bois, des mottes de terre, des objets en bois, porcelaine, verre, etc. ‖ fig. « mettre en pièces (rompre entièrement) [des p., des an., des ch.] ». Peut avoir pour rég. dir., p. ex., une p. ou un an. qui une cause qlconque rompt entièrement com. santé, une p. que les pillages de l’ennemi, la sécheresse, des dépenses excessives, la maladie, une cause qlconque rompent entièrement com. fortune, des guerriers que l’ennemi met en pièces dans un combat, un troupeau que la sécheresse rompt entièrement, réduit presqu’à néant, un vase qu’on brise, etc. ‖ fig. « abîmer ; gâter ». Peut avoir pour rég. dir. la santé d’une p. ou d’un an., une ch. qlconque capable de se gâter ou de s’abîmer, p. ex. un vêtement, une peau, une outre, etc. ‖ syn. de rouffet (Ta. 2) et de degdeg ‖ v. ⴷⴳⴷⴳ degdeg.

setteṛteṛ ⵙⵜⵗⵜⵗ va. f. 1 ; conj. 122 « seddekkel » ; (isteṛteṛ, iesîteṛteṛ, éd isetteṛteṛ, our isteṛteṛ) ‖ faire casser menu ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. du prim. au s. act.

tâteṛtâṛ ⵜⵜⵗⵜⵗ va. f. 7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (itâteṛtâṛ, our iteteṛtiṛ) ‖ casser menu hab. ‖ a aussi les s. pas. et pron. ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

sâteṛtâṛ ⵙⵜⵗⵜⵗ va. f. 1.7 ; conj. 230 « târeġâh » ; (isâteṛtâṛ, our iseteṛtiṛ) ‖ faire hab. casser menu ‖ se c. av. 2 acc. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ăteṛteṛ ⵜⵗⵜⵗ sm. nv. prim. ; φ (pl. iteṛtîṛen ⵜⵗⵜⵗⵏ), daṛ teṛtîṛen ‖ fait de casser menu ‖ a aussi les s. pas. et pron. « fait d’être cassé menu » et « fait de se casser menu » ‖ a t. les s. c. à c. du prim.

ăsetteṛteṛ ⵙⵜⵗⵜⵗ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isetteṛtîṛen ⵙⵜⵜⵗⵏ), daṛ setteṛtîren ‖ fait de faire casser menu ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

émeteṛteṛ ⵎⵜⵗⵜⵗ sm. φ (pl. imeteṛteṛen ⵎⵜⵗⵜⵗⵏ), daṛ ămeteṛteṛ (ĕmeteṛteṛ), daṛ meteṛteṛen ‖ agama colonosum (Duv.) ‖ v. ⴾⵍⴾⵍ ăkelkel, témekelkelt.

ⵜⵜ settiti ⵙⵜⵜⵉ va. f. 1 ; conj. 141 « seġġioui » ; ω (istata, iesîtata, éd isettiti, our istata) ‖ soupeser [un enfant, un petit an., une ch.] (avec la main ou avec les 2 mains, pour en connaître le poids) ‖ fig. « éprouver (mettre à l’épreuve) [une p., un an.] (de manière à connaître par expérience ce qu’ils sont) ; sonder [une p.] (chercher à connaître les intentions secrètes d’[une p.]) ».

mesetiti ⵎⵙⵜⵜⵉ m. f. 1.2 ; conj. 54 « reġiġi » ; (imsetata, iemîsetata, éd imsetiti, our imsetata) ‖ s’éprouver réc. l’un l’autre (d. le s. ci. d.) ; se sonder réc. l’un l’autre (d. le s. ci. d.).

sâtâta ⵙⵜⵜⴰ va. f. 1.10bis ; conj. 240 « tâfâta » ; ω (isâtâta, our isetiti) ‖ soupeser hab. ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

tîmsetîti ⵜⵎⵙⵜⵜⵉ m. f. 1.2.14bis ; conj. 250 « tîrġîġi » ; (itîmsetîti, our itemsetiti) ‖ s’éprouver hab. réc. l’un l’autre ; se sonder hab. réc. l’un l’autre.

ăsettîti ⵙⵜⵜⵉ sm. nv. f. 1 ; φ (pl. isettîtîten ⵙⵜⵜⵜⵏ), daṛ settîtîten ‖ fait de soupeser ‖ a t. les s. c. à c. de la f. 1.

ămsetîti ⵎⵙⵜⵜⵉ sm. nv. f. 1.2 ; φ (pl. imsetîtîten ⵎⵙⵜⵜⵜⵏ), daṛ ĕmsetîtîten ‖ fait de s’éprouver réc. l’un l’autre ; fait de sonder l’un l’autre.

ⵜⵜ toutta ⵜⵜⴰ sm. (pl. touttâten ⵜⵜⵜⵏ) ‖ jeu consistant à avancer en sautillant en étant presqu’assis sur les talons ‖ ce jeu est un jeu d’enfants, surtout de petites filles.

ⵜⵜ tâtt ‖ v. ⴾⵛ ekch.

ⵜⵜ tet ‖ v. t.

ⵜⵜⵉ toutia ⵜⵜⵉⴰ ✳ sm. (pl. toutiaten ⵜⵜⵉⵜⵏ) ‖ sulfate de zine.

ⵜⵜⵔ étetter ⵜⵜⵔ sm. φ (pl. itetteren ⵜⵜⵔⵏ), daṛ ătetter (ĕtetter), daṛ tetteren ‖ rangée (rang ; suite [de p., d’an., de ch.] rangés sur une même ligne) ‖ syn. d’ămoûtei empl. d. ce s. et plus us. que lui.

ⵜⵟ tiṭ ‖ v. tiṭ.

ⵜⵥ teżża ⵜⵥⴰ nom de nombre card. ; ms. ; α μ (pl. teżżâhet ⵜⵥⵂⵜ) ‖ neuf ‖ voir l’emploi des noms de nombre card. à ⴾⵔⴹ keraḍ.