Discussion:L’Oiseau d’orage

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

violette voilette ?

Critique[modifier]

  • La Revue politique et littéraire : revue des cours littéraires... : Mouvement littéraire

[1]

La femme, le mari, l'amant !… Oui, certes ; et je n'ai pas besoin de vous présenter ces trois personnages types du roman contemporain. Ah ! comme ils ont tout galvaudé, les romanciers contemporains ! et les plus poignantes aventures et les plus douloureuses complications des pauvres destinées humaines, comme ils en ont fait de vains ingrédients littéraires ! et toute la vie, comme ils l'ont profanée !… Ces reproches ne s'adressent pas, du reste, à Mme Marcelle Tinayre, et justement son beau livre témoigne de l'émouvante intensité que reprennent les thèmes connus dès qu'un sincère et probe écrivain les traite avec la respectueuse simplicité qui convient. Il fallait du courage pour s'attaquer à ce sujet. Mme Tinayre ne s'est point acharnée à les renouveler artificiellement, au moyen d'intrigues ingénieuses et de subtiles inventions ; c'est à force de vérité qu'elle nous présente comme toute nouvelle cette vieille histoire. Les personnages sont vigoureusement tracés. La noblesse du mari n'est ni emphatique ni ridicule, mais il impose par sa dignité, par sa droiture. L'amant n'est, en somme, qu'un jeune misérable, empêtré de littérature et criminel avec une lâche inconscience : « il s'amusait, comme un gamin, à jeter des cailloux dans une eau claire, content de la troubler, affirmant ne point la salir » ; il est sauvagement égoïste dans sa manière d'éluder les responsabilités ; il est tout à fait odieux, -- et probablement très « comme dans la vie ». La femme est très vivante, vraie, et digne de pitié, profonde, charmante… Le drame, rapide et passionné, se lie et se dénoue d'une façon naturelle et juste. Quand à la thèse, Mme Tinayre n'a point commis l'erreur de la présenter sous une forme abstraite, mais elle résulte normalement des circonstances posées ; elle ne vaut que pour les personnages particuliers que voici, dans ce cas spécial, -- et c'est ainsi le genre de thèse, en effet, qui sied à un roman

… André Beaunier

  • [2] N° 274. Marcelle TINAYRE, L’Oiseau d’orage. Paru en 1901. Histoire trouble et malfaisante de l’adultère d’une femme et de ses suites, sans aucune intervention de l’idée du devoir.