Mozilla.svg

Dits de Watriquet de Couvin/Li Tournois des Dames

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Note sur cette édition

Pour ne pas surcharger le texte, nous avons mis les appels de note concernant les variantes dans la marge de droite, les notes concernant le vocabulaire se situent à la fin du texte.

XVIII.

LI TOURNOIS DES DAMES

ou
LES PARABOLES DE VERITE[1]



----




En l’an de la grace greigneur
Mil et .CCC. Nostre Seigneur
Vint et sept, ou milieu d’octembre,
[2]A Montferrant, si qu’il me membre,
[3]5Em Blesois iere avec le conte,
Devant cui je contai maint conte,
Mains biaus examples et mains dis,
Fais de nouvel et de jadis.
[4]Biaus est cis liex à deviser,
10C’on i puet d’assez près viser
Grans praieries et vingnobles ;
Bons y est li pays et nobles,
Li hostiex riches et massis
A .ij. liues de Loire assis,

15Qui court entre Biausse et Saloigne ;
La haute forest de Bouloigne,
Où il a mains parfons destours,
Li avironne tout entours,
Si a tant de cers et de pors,
20Dains et chevriaus, qu’il n’est depors
Ne deduis qui ou pays faille,
Ne je ne sai forest qui vaille
Pour chacier tant com cele fait,
Car bestes saillent si à fait
25De touz costez, quant on i chace,
[5]Que tant en est plaisans la chace
[6]Et li deduis biaus à oïr,
Que chascuns s’en puet esjoïr ;
Cers et senglers y a sans nombre.
30Et qui voudroit trouver bel ombre
En esté, au douz jolif tans,
Voist ou parc, tant est delitans
Et plains de si grant melodie
En avril quant li bois verdie,
35Que nulz croire ne le porroit,
Qui le douz roussignol orroit
[7]Chanter en icelle saison
D’avril ; toute fait la maison
Et le parc du son retentir,
40Et de haut chanter, sanz mentir,
Vaincre se lairoit à envis
Del orieul et du mauvis ;
De chanter n’a onques sejour
Toute nuit, et quant voit le jour
[8]45Au matin et l’aube esclairie,
Lors renforce son chant et crie :

« Fier, fier, ochi, ochi, ochi ! »
Li mauvis respont : — « Vez le chi
[9]Oprimes le temps qui m’agrée
50Et la saison plus desirée
D’amie et de loial ami. »
Je ne sai d’autrui, mais à mi
Semble de l’ostel et de l’estre
[10] Ce soit fins paradis terrestre,
55Tant est de melodie plains.
Li cochevis amoureus plains
Et souspirs va souvent nonchant
Devant sa femele. En son chant
De douz langage, à haute alaine
60Crie : — « Or sui hors de la vilaine
Saison froide laide d’yver
Qu’en terre muerent tout li ver.
[11]Ainssi se deduit et envoise ;
Et puis i refont si grant noise
65 Cil autres oiselés menus,
Qu’il n’est hons jœnes ne chanus
Grant deduit n’i poïst avoir,
Et bien i paie son devoir
Li chardonnereuls, bien s’i vent
70De chanter menu et souvent,
Le col tendu, le bec as nues.
Les mesenges n’i sont pas mues,
[12]Les losturgnes ne li pinchons,
Ainz chantent seur les espinchons
75Et seur les branches jour et nuit ;
N’est nus qui tiex deduis anuit,
S’il a de Dieu amer envie,
Puis qu’il li donne espace et vie

De cognoistre et savoir cest somme,
80Que Diex tout ce a fait pour homme ;
Ne n’est riens qui ne s’i acline
Et li roitiaus onques n’i fine
De chanter yver et esté.

Mais qui n’a en la sale esté,
85Encor n’a nulle riens veü,
Car il n’est pas d’omme seü
Ne de nulle autre creature
[13]C’on puist recouvrer tel pointure
Qu’en la grant chambre et en la sale,
90Qui n’est pas petite ne sale
Pour asseoir plenté de gent.
Li dois est besantez d’argent
Et pointurez de vermeillon,
Et tant fait bel ou paveillon
95C’uns rois ne devroit pour manoir
Souhaidier nul autre manoir
[14]Que Monferrant dont je parole.
[15]Là estoie ainssi qu’à l’escole
De celui qui à mon mestier
[16]100Mainte fois m’a eü mestier.
[17]En la saison froide diverse
D’yver, que la fueille reverse
Des bois, des vingnes, des vergiés,
[18]Là estoie ensi assegiés
105Comme uns gourpilz en sa tesniere,
Ne du feu en nulle maniere
Esloignier point ne me vouloie,
Et si vous di bien que j’avoie

Souvent et menu achoison
110De mengier crasse venoison.
J’en estoie trop bien servis
Et si avoie à mon devis
Bon vin fort et à lie chière ;
Je n’osasse en nulle maniere
115Souhaidier à estre plus aise.
Si com li ors en la fournaise,
Com plus y est et plus s’afine,
Ainssi ere en vie si fine
Qu’en mal ne poïsse finer.

120Un jour estoie après disner
Alez, pour moi esbanoier,
Ou paveillon haut apoier
En une tornelle petite,
[19]De verrieres painte et escripte,
125Belle et gente et de riche atour ;
Si vi .i. tournoi tout entour
Pourtrait et paint en la verriere,
Dont j’oi merveille moult très fiere,
Combien que li veoirs fust biaus ;
130Car cis tournois et cis cembiaus
Dont ci vous sui avamparliers,
De dames contre chevaliers
Estoit touz ordenez et fais ;
Mais merveilleus estoit li fais
135Et orribles à esgarder,
Car si mal couvrir et garder
Chascuns chevaliers se savoit
Que force ne pooir n’avoit
De soi desfendre vers sa dame.
140A euls seroit honte et disfame

S’en disoie la verité,
Tant estoient à grant vilté
Et au destroit mis et tenus,
Et si très maubailli, que nus
145A paines le saroit conter.
Il se lessoient desmonter
Si vilment jus de leur destriers
Que li aucun par leur estriers
Se traïnoient à la terre ;
150Ce sembloit une mortel guerre.
Cil qui plus fier erent com roy
Ne metoient en euls conroy
[20]De desfendre ne achoison,
Ainçois fianchoient prison
155Ou il se laissoient morir.
Et quant ainssi vi seignorir
Celles qui obeïr devoient
Et qu’ensi leur seigneur avoient
Aterré et au dessouz mis,
160Grant merveille à mon cuer en mis
Et i pensai moult longuement
Que ce pooit estre et comment
Une dame sans autre esfort
Metoit à outranche .i. si fort
165Chevalier et desconfisoit ;
Ceste œvre moult m’esbahissoit
Comment ce pooit avenir.
Tant i pensai que soustenir
Ne me poi plus, ançois me couche
170Seur mon bras (n’i oi autre couche),
Si fui si qu’entre dor et veille
Touz raviz. Or orrés merveille
Qu’ilec en ce penser m’avint.


[21]A moi une dame là vint
175Où j’estoie, en celle tornelle,
Qui moult gracieuse iert et belle
De cors, de membres et de vis,
Mais il me fu moult bien avis
Qu’elle fust tristre et esmarie,
180Et nonpourquant moult devint lie
Quant ileuc me vit en ce point ;
[22]Car à moi vint, ne targa point,
Et moult très debonnairement
Demanda de mon errement,
[23]185Que je là faisoie et qui iere,
Et si me dist : — « A quel matere
Penses tu, compains, biaus amis ;
Di moi qui en ce point t’a mis
Que tu ne dors ne tu ne veilles. »
190— « Par foi, dame, ce sont merveilles
Telles qu’ains si grandes ne vi,
[24]Comment ont tel fait asouvi
[25]Ces dames qui en gardecors,
[26]Sans armeüres ont les cors
195Fors seulement que d’un escu.
Moult en ai le cuer irascu,
Trespensé et moult esmari,
Car chascune a chi son mari
Mis à merchi et abatu
200Des chevaus, et si bien batu
Qu’il ont tout prison fianchie.
Qui saroit que ce senefie,
Volentiers dire li orroie. »
[27]— « Biaus compains, se je chi avoie

205.I. poi avec toi de repos,
Je t’en diroie mon propos
Et de quanque il en fu onques. » —
Lors li dis : — « Douce dame, adonques
Sariés vous dont de ce parler ?
[28]210— « Freres, je m’en puis miex mesler »,
[29]Dist elle, « et sanz nul mesdire,
Que cilz qui n’en saroit voir dire,
Mais n’i puis pas si tost entendre. » —
Adont li dis je sanz atendre,
215Quant delez moi se fu assise :
— « Douce dame, s’en nulle guise
Me vouliez dire vostre non,
Vostre pays ou vo renon
Ou le lieu où voudriés estre,
220Je vous diroie après mon estre,
Qui je sui et de quel affaire
Et que je sui chi venuz faire. » —
Lors me respont sanz contredit :
— « Certes, biaus compains, à ton dit
225Et à toi me veul otryer.
Or m’enten, et sanz detryer
Le te dirai et sans menchonge.
Je ne sui pas Fable ne Songe,
[30]Ainz te di à briez mos gitez
230Que je sui dame Veritez
De Dieu et du monde clamée,
Mais poi sui de pluseurs amée.
A paille aconte on riens à mi ;
Je n’ai ne parent ne ami
235Qui m’ainme ne honneur me face ;
Chascuns si m’esloigne et esface

De son cuer et hors de sa court
[31]Que je croi, à brief terme et court,
Li plus gros s’en repentiront,
240Car à Dieu jà sanz moi n’iront
Li roy, li prince ne li conte
Qui or ne tiennent de moi conte ;
[32]Je voi poi qui m’ainme et honneure,
A paines sui entr’eus une heure
245Qu’en bas et à vilté tenue ;
Et meïsmes la gent menue
Me chacent hors de leur maison,
Et pluseur prelat sanz raison
M’ont banie de leur ostel,
250Si que le siecle voi mais tel
Si felon et d’envie plain
Que pluseur ne m’osent à plain
Honnorer ne acompaignier,
[33]Ne nus ne m’i veult adaignier.
[34]255Il m’ont près tout le dos tourné,
Si voi si le mont bestourné
[35]Que plus n’i puis estre, ainz m’en fui
Ensus d’eus en aucun refui,
Où la gent aient de moi cure ;
260Car avec Fausseté l’oscure,
Qui toute honneur fait reverser,
Ne puis estre ne converser.
Et tout ce me fait Couvoitise
Mauvaise, qui touz maus atise ;
265Elle m’a ceste œvre brassée ;
Par li sui je si deboutée

Et chacie hors de cest monde.
Or quier je aucun lieu net et monde
Où demourer em pais peüsse,
270Et compaignon en qui j’eüsse
Fiance, qui o moi venist
Et compaignie me tenist
[36]Je sai le droit chemin par cuer. » —
[37]Dont oi je grant mervelle au cuer
275Quant Verité ainssi oï
[38]Parler, mais de ce m’esjoï
Qu’aprochie me fu si près.
[39]Adont li demandai après
Qu’elle, selon s’entencion,
280Me deïst l’exposicion,
Le voir et le mistère tout
De ce tournoi fel et estout
[40]Qui ert illec pourtrais et pains.
[41]Lors me dist : — « Amis, biaus compains,
285Le voir et la glose en saras
Par ainssi qu’en couvent m’aras
[42]Que tu seras de ma mesnie. »
[43] — « Dame, n’est drois que vous desdie,
Du tout me met en vostre garde. »
290— « Compains, dont dist elle, or pren garde.
[44]Selonc le vrai entendement,
[45]Tu vois à l’encommencement
De l’enfant, quant au monde vient
En vie, moult lie en devient
295Premiers la mere et puis li peres,

[46]Et se sa jonesce comperes
A l’asemblée des tournois,
[47]C’est raisons, je le recognois.
Grant bruit i font cors et nakaires
[48]300Et trompeurs, mais ne targe gaires
Que li tournois se fiert ensemble.
Et ainssi, à cui qu’il le semble,
[49]Est il des ames et des chars,
Soit des larges ou des eschars :
305Tant que desouz aige les voie,
Je pren leur jonesce et leur joie,
[50]Leur enfance et l’asemblement
Des tornois. Vous vées comment
Il n’ont que joie en leur jonesce :
310Chars ne mort point l’ame ne blesce,
C’est touz reviaus de leur enfance.
Mais quant viennent à cognoissance,
Dont i commence li estris
Qui fu d’Eve et d’Adam pestris ;
315La chars à l’ame se combat
Tantost, moult y a grand debat.
Après la joie d’assembler
Veulent le tournoi resembler,
Car li uns fiert sus l’autre et maille,
320Et com plus, ce te fais fermaille,
Se batent fort et aigrement,
Tant ont plus d’amonnestement
De l’un faire à l’autre moleste
Du monde, qui leur amonneste
325De quanqu’il puet le mal à faire,

Si comme hons ot crier et braire
Ces poursivans et ces hyraus ;
Nient plus roy, duc, comte, amiraus
N’i sont espargné que poure homme.
330Le monde te compere et nomme
A ces hyraus grans et meneurs,
Qui amonnestent les honneurs
Et de l’un l’autre adomagier
Sont tout nonceur et messagier.
[51]335Li uns le dit à l’autre et porte,
Et ainssi li mondes enorte
Tenchons, batailles et descors
Touz jours entre l’ame et le cors
[52]Pour eulz en tourment envoier.
340Les dames c’on voit tournoier
Chi si bien et de si grant forche
Que son seigneur chascune esforche
Et jusqu’à outrance le mainne,
C’est la chars qui est souveraine
345De l’ame, tant qu’à male fin
Le trebusche et met, ce t’afin ;
Et li chevalier que tant blasmes,
Certes, freres, ce sont les ames
Des chaitis qui vaincre se laissent
350A leur charoignes et se paissent
Des deliz et des vanitez
Dont nuit et jour sont encitez,
Temptez du monde et enheudiz.
Si con font hyraut, qui touz diz
355Sont entait des biaus cops noncier,
Ainssi li chetif cors ont chier
Ce que li mondes leur promet,
Et l’ame dolente ne met

Point de paine à lui revengier,
360Ne ne veult pechié desdaignier.
Seignorir doit et elle sert ;
C’est grant pitiez, qu’elle desert
Que la chars la met à merci,
Ainssi con tu le vois ici.
365Ces fors chevaliers aterrez
Hors de foi sont et desperez ;
Point ne se metent à desfense
Vers leur fames ; chascuns ne pense
Fors à li lessier couvenir.
370Ainssi ne puet on pas venir
A la grace Dieu ne des sains.
Il sont armé, haitié et sains,
Mès ce n’est que de lascheté
Qu’ensi sont à terre geté
375Li pluseur, mat et desconfis.
Or en soies certains et fis
[53]Que la haute honneur n’aquerront
Cil qui ou servage cherront
De leur chars ne des grans pechiez,
380Ainz en sousferra les meschiez
La lasse ame, et la grant doulour.
Elle comparra la folour,
Ainssi con tu le pues veoir,
De ce que si poi de pooir
[54]385Mist en lui garder et desfendre
Et à bien faire. Or pues entendre
Comment la chars par trop pechier
Fait l’ame en enfer trebuschier
[55]Et les desconfit par l’envie

390D’avoir l’onneur du monde en vie,
Les grans richesses et le cri.
Il ne leur chaille d’Antecri,
De torment ne d’aversité,
Mais qu’il puissent estre habité
[56]395Ou cri du monde et du bobant,
Dont vanitez les va lobant.
Hé, las, chaitif, pourquoi le font ?
Pour la joie qui si tost font
Perdent celle de paradis
400Qui ne faut à ans ne à dis.
Il en eslisent du pieur ;
Trop croient ou cri du crieur
Hyraut : monde, qui les semont
D’eus plus em plus monter le mont
405D’orgueil, d’envie et d’avarice ;
Dont il font que fol et que nice,
L’eure de mot ne saveront
Que jus en desavaleront.
Cil qui sont ou plus haut planté,
410Bien sont de leur chars enchanté
Li pluseur, dont l’example en vois.
Trop ont la criée et la vois
De ce monde hyraut creüe ;
La chars a l’ame decheüe,
[57]415Ce sont cis chevaliers cheüs
Que chi vois mors et decheüs
Em pechié et jus desmonté
Par la char. — Or t’ai voir conté
De ce tournoi de point en point.
420Compains, or ne l’oublie point,
Met le à ton cuer et le retien

Et à l’ame sauver te tien,
Ne la lai mie desconfire
A la char, qui adès la tire
425Et enorte à faire pechié.
Et s’ensi te voi entechié,
La compaignie o moi t’otrie.
[58]Or me di, et si ne ment mie,
Ton non et de ton couvenant,
430Puis s’irons querir maintenant
Lieu où je puisse demorer. »
— « Dame, bien doi Dieu aourer,
Qui par sa grace o vous m’avoie.
[59]Or en alons, toute la voie
435Le dirai et sanz refuser ;
D’autre mestier ne sai user
Que de conter biaus dis et faire ;
Je ne me mesle d’autre affaire.
Watriquet m’apelent aucun
440De Couving, et près que chascun,
[60]Et sui sires de Verjoli. »

Tout ainssi en parlant o li
M’acheminai et sans arest,
S’entrames en la grant forest
445Sitost que de l’ostel partimes,
[61]Et la voie à destre tenimes,
Tout en parlant, le grant sentier,
Chascuns moult liez de cuer entier :
Elle moult lie quant le voir
450De mon non li oi fait savoir,
Et je liez pour sa compaignie
Que nus preudons n’a desdaignie,

Si m’en ting à bon eüré
Qu’ensi m’ot Diex aventuré
455Que, pour amender mon usaige,
De compaignie bonne et saige
M’ot acointié et pourveü.
— « Compains, dist-elle, or as seü
La verité toute et la glose
460Du tournoi. Encor mainte chose
Verras à plain et à demi
Ains que tu te partes de mi,
Où tu feras poi de demeure.
Or en alons à la bonne heure. »


Ci commence la parabole du Pont perilleus.


465Ainssi le grand chemin ferré
Avons ensemble tant erré,
Elle à pié et je sans cheval,
Que nous trouvames en .i. val
Un pont très noble, riche et gent,
470Où maint grant pueple avoit de gent
Qui tout erent là demorant ;
S’estoit la riviere courant
Desouz ce pont, si merveilleuse,
Si parfonde, noire et hideuse,
475Que c’estoit une orribletez ;
Et li pons desus estoit tez
Qu’il n’ot si bel en nul pays.
Mais je deving touz esbahys
Quant je vi de ce pont de piere
480L’uevre si tres riche et si chiere,
De si gente et noble fachon,
Et j’oi veü que li machon
Et li ouvrier communaument
L’orent fait sus un fondement

485De mort bois qui riens ne valoit.
Nonpourquant chascuns y aloit
Et venoit aussi asseür
Que fortune ne meseür
Ne redoutoient tant ne quant ;
490Et s’en cheoient li auquant
Et versoient chà .i., chà deus ;
En ce flun parfont et hideus
Leur escot payer en aloient.
Et cil qui à l’ueil les veoient
495Ainssi tumber à tel meschief,
Les oublioient de rechief ;
Tantost ne leur en souvenoit.
Chascuns seur che pont maisonnoit ;
Li un tours, maisons et chastiaus,
500Sales de pierre et à crestiaus ;
Li autre, de lonc et de lé,
Y avoient amoncelé
Touz les biens qu’il porent avoir.
[62]Onques pont si garni d’avoir
505N’oi mais veü en tout mon tans,
Mais il estoit cent mille tans
Plus perilleus que je ne di,
Car à veoir moult entendi
Les piliers, qui prés tout affait
510Erent pourri d’yave et desfait ;
Onques ouvriers paine endurer
Ne volt au fondement murer,
Ains erent toutes les ataches,
Poutres et piliers et estaches
515De sec bois mauvais et pourri,
Si qu’entor de paour couri

Ensus, quant trop l’oi aprochié,
Et ai tantost harou huchié,
Et pris à trembler de paour.
520— « Compains, Dieu et ses sains aour »,
Dist Veritez, « et que te faut ?
Or me di, se Diex te consaut,
Fai moi veritable respons :
T’a or bien esbahi cis pons,
525En es tu bien esmerveilliez ? »
— « Dame, oïl voir, or me veuillez
Dire pour Dieu que ce puet estre.
Ce pont à destre et à senestre
Voi de pierre si bien pavé
530Et si richement atravé
[63]De maisons, chastiaus et dongons —
[64]Montferrant que nous eslongons
Ne fu onques si biaus d’assez —
Que tiex .xx. en a amassez
535Et fais seur ce pont touz en route,
[65]Et si voi que chascune est route
Des estaches qui le soustiennent :
[66]Je ne sai comment il s’i tiennent
Ne comment nus manoir y ose,
540Car c’est trop perilleuse chose.
Il semble adès qu’il doit cheoir,
Vous le povez à l’ueil veoir ;
Aussi font il chascuns l’esgarde,
Mais il ne s’en donront de garde
545Qu’il leur charra tout en .i. mont.
Et quant paours ne les semont
De ce pont perilleus widier,

Par foi, je n’en sai que cuidier ;
Merveille ai pourquoi il le font,
550Car si très orrible et parfont
Voi le val et grant la riviere,
Que je ne sai en quel maniere
Estre y osent ne converser ;
Car je les i voi reverser
555L’un devant l’autre et sans respas,
Et si ne s’en chastient pas.
Ce sont gent avuglée et fole,
Quant sour ce pont, dont si s’afole
Li fondemens de touz costez,
560Ont tant fait de riches ostez.
Je ne sai à quel fin ce tourne,
Car chascuns aussi s’i atourne
Con s’il deüst touz jours durer.
C’est merveilles qu’asseürer
565S’i osent une heure de jour ;
Or i cuident faire sejour,
Ce m’est avis, moult longuement.
Il n’ont entr’eus cure comment
Li mondes voist ; fol sont et yvre
570Qui ne maisonnent à delivre
Et asseür, hors de peril.
Or les prendra cis gons au bril,
[67]Il ne saront l’eure de mot. » —
Et quant ainssi escouté m’ot
575Veritez, elle a respondu
— « Amis, ainz c’on voie fondu
[68]Ce pont, ne que touz se depiece,
Porra durer une grant piece,
Selonc ce qu’à Dieu en plaira ;
580Mais aincois mains cuidiers charra

De ceus qui sus sont et demeurent,
Pour ce que leur temps i labeurent
Seur fondement que ne vaut riens
Et dont pourriz est li mairriens ;
585C’est uns perilz trop merveilleus.
De ce pont, qui si perilleus
Est à estre et à converser
Qu’il semble adès qu’il doit verser,
Le mistere t’esponderai,
590Et bien dire à touz l’oserai
Que c’est li mondes vraiement,
Où li uns reverse ensement
Devant l’autre à mort et trespasse
Sans respasser, en poi d’espasse.
595Moult est du cors la vie briés,
Et l’ame sent les encombriés
De ses grans pechiez et la paine
En teniebres où on l’en maine
Par celle eve hideuse et rade.
600Nonpourquant, haitié ne malade,
A paines nus ne s’en chastie,
Ainz a chascuns maison bastie
Où plus peril et meschief voient.
[69]Il semble que il se desvoient
605A escient ; adès i cuident
[70]Demorer, ne point ne se wident
D’estat de pechié ne de vice.
Pluseur n’ont amour ne service
Fors au monde, c’est chose aperte,
[71]610Et si ne leur tourne qu’à perte :
Tout perdent de quanqu’il i metent,
Tu le vois, cil qui s’entremetent
De faire sour ce pont maison,

Où drois ne s’assent ne raison ;
615De quanc’ont assemblé, tout laissent,
Et cil qui demeurent s’em paissent.
Tant qu’il sont seur le pont manant
Moult sont lié de ce remanant,
Poi leur est du pays estrange
620Où cil en vont nu et sans lange,
Qui n’i ont maison ne buiron,
De late ne de cheviron
N’i sont pas leur ostiex convers,
Mais en enfer, qui est ouvers,
[72]625Trebuschié en la grant chaudiere,
A quoi on puet ceste riviere
Et la valée comparer
Où leur mesfais vont comparer.
Cil qui seur ce grant pont s’assemblent,
630A saint Thomas pas ne resemblent,
Qui l’ostel à .i. roy jadis
Edefia em paradis
De son tresor qu’il ot en garde.
Eüreus qui à ce prent garde
635Et qui là fait son edeffisse :
[73]Tampès, tonnoirre ne esclisse
Ne le puet ardoir ne abatre ;
Mielz s’i puet asseür embatre
Et demorer sanz nul desfaut,
640Quant cis mondes chà jus li faut,
Qu’en ceuls maisonnés seur ce pont,
De quoi nus pleges ne respont
Qu’il farde ou esfondre en poi d’eure,
Et cis qui le basti s’en pleure
645Les pechiez sanz fin et gemist,
Las, pour quoi cors et ame mist

[74]A ce pont faire où il n’a point
De fondement. Or t’ai apoint
Le monde et comparé à lui,
650Mais à paines voit on nullui
Qui voie à cest example goute,
[75]Car gent grosse et menue toute,
Qui seur ce pont font leur passage,
Ne redoutent point le domage
655Où pechiez les trebuschera,
Quant Diex par mort les huchera.
Adont lairont il tout à fait
Quanqu’il aront sus ce pont fait,
Que je t’ai comparé au monde.
660Dont est ce douleurs et vergonde
A ceuls qui si l’aiment et croient
Que de lui servir ne recroient,
Ains i font quanqu’il leur semont.
Compains, or en alons amont ;
665Lai ce pont, qui touz est quassez
Et pourris ; tu verras assez
De merveilles, ains que jours passe,
Se Diex temps t’en donne et espasse ;
[76]Moult sui lie quant t’ai trouvé,
[77]670Ainssi ai ton estre esprouvé.


Ci commence la parabole des .ij. mortoires (B. mortuaires) de bestes si comme vous orrez ci après.


Lors partimes d’ilec atant ;
Contremont le tertre esbatant
En alames sanz arrester
Et laissames ce pont ester
675D’ordure et de vanité plain,

Si trouvames haut ens ou plain,
Qui n’iert pas perreus ne rubestes,
Deus grandes mortoires de bestes,
Esparses parmi la champaigne :
680L’une de grans destriers d’Espaigne,
De grans bues, vaches et pourchiaus ;
Moult ot crasse charoigne en chiaus,
Dont li chemins faisoit depart.
Et la mortoire d’autre part,
685Ou champ qui biaus iert et forbis,
Celle n’estoit que de brebis,
Maigres moutons et pourcelez,
S’en erent moult li moncelez
Pour et petit envers les grans.
[78]690Si fui moult du veoir engrans
Les cras bues et les vaches mortes,
Dont il y ot de pluseurs sortes,
Grans chevaus, pors, truies et vers ;
Touz en estoit li champs couvers
695Des bestes qui mortes gisoient.
Et li oisel qui les mengeoient,
Corbiaus et chien d’aval les champs,
Erent si maigre et si meschans,
Si très pale et descoulouré
700Con s’adès eüssent plouré,
N’i faisoient fors que languir
De l’une sus l’autre randir,
Ne n’i pooient encraissier.
Et vous di que jà mais laissier
705Celles pour autres ne vousissent ;
Jà cil chien ne les guerpesissent
Ne oisel, pour autres mengier,
Et si erent si en dangier

N’i pooient saoulez estre.
710Et as maigres moutons à destre,
Pourcelez, brebis et oigniaus,
[79]Sont chien si cras touz et oisiaus,
[80]Si haitié et si en bon point
[81]Qu’as crasses ne tournoient point ;
715Celle moult leur abelissoit,
Car chascuns si s’en encraissoit
Que ne vousissent autre avoir.
Or fui moult engrans du savoir
De cest affaire le mistere.
720— « Biaus compains, c’est bien chose clere
Dist Veritez, « je t’aseüre,
Pluseurs voient ceste aventure
En cest monde, et à pluseurs gens
Est moult cis moustres biaus et gens
725Se il i vouloient entendre.
Mais nenil ; il n’i font que tendre
Touz jours à amasser avoir
N’il n’en pueent leur soul avoir ;
Il n’ont onques joie asouvie.
[82]730Ainssi est d’eus, ne mescrois mie,
Con tu vois de ces oisiaus maigres
Et de ces chiens ; il sont si aigres
Sour les grans avoirs et richesces,
Les seignories, les hautesces
735Et les grans honneurs de ce monde ;
N’onques en eus tant n’en habonde
Qu’il en puissent estre asouvis,
Ainz muerent sus de fain touz vis
Ne n’endurent à avaler
740Ne de leur mains lessier aller.

Nus avoirs ne leur puet souffire ;
Li uns i sache, l’autre i tire,
Adès i vivent entendant.
Li mondes leur fait entendant
745Qu’il n’est riens qui ses deduis vaille.
[83]Tu le vois, nus ne se travaille
[84]Fors qu’as grans avoirs à aquerre ;
Autre labour ne font en terre,
En autre dieu ne sont creant
750Et si te di bien et creant,
Com plus ont, tant leur souffit mains ;
Adès ont il wides les mains,
De biens qu’il aient n’ont leesce.
Et tout ce fait l’ordre destresce
755Et avarice la punaise,
Qu’il n’ont onques de nus biens aise
Ne n’osent leur mons abaissier
Ne eulz d’aumosnes encraissier,
D’abstinences ne d’œvre faire
760Ne chose qui à Dieu puist plaire.
Tant sont angoisseus et destroit
Qu’adès cuident il à l’estroit,
Que terre leur doie faillir ;
Leur avoir n’osent assaillir,
765N’ont joie ne deduit du leur ;
Adès vivent sus à douleur
Et amaigrissent sus leur biens.
Tel gent sont comparé aus chiens
[85]Qui sont si maigre, et as oisiaus,
[86]770Qu’il n’ont que cuir, noirs et ossiaus
Seur ces grans charoignes et crasses.
Compains, or vien avant et passes

A ces autres par de dechà,
Pour l’example oïr qui piecha
775Est au monde manifestés.
Biaus est li misteres et tés
Qu’il est à touz ceulz profitans
Qui en ce lieu sont habitans.
Si te dirai, or escoutons,
[87]780Pour quoi seur ces maigres moutons,
Pourchelez, brebis et aignel,
Sont chien si cras et cil oisel,
Et il mainent si bonne vie
Qu’il n’ont d’autre mengier envie.
785Frere, ainssi vivent ou service
De Dieu gent sanz mal et sanz vice,
Sanz convoitise et sanz amer,
Ne n’ont soing que de Dieu amer.
Il ne croient pas en leur pances
790N’en leur avoir, mais em penances,
En jeuner et en oroisons.
Là gist toute leur garisons ;
Ce leur souffit ; de ce se paissent,
Miex que d’autre avoir s’en encraissent.
795Ces maigres charoignes petites
Que cil oisel cras ont eslites,
Se tu de moi entendre esploites,
Ce sont les griés voies estroites
Que li cors sueffre, et li martire
800Pour l’ame espurgier, qui s’atire,
Quanqu’elle puet, à Dieu servir
Pour sa grant gloire deservir ;
Ou desir de sa grace avoir
S’encraissent et non d’autre avoir ;

805Ce les paist et ce les souffit
Dont uns mauvais se desconfit.
Leur souffisance et leur clamour
Toute ont mise en la Dieu amour ;
Tout sont de la grace Dieu plain.
810Aussi con nous veons à plain
Ces cras chiens seur ces maigres bestes,
Qui point n’ont tournées les testes
Vers les crasses ne tant ne quant,
Ainssi se paissent li auquant
815Pour la Dieu amour, et aucunes,
[88]De griés penances et de junes
Et font, d’orer et d’abstinence,
De gloire en paradis semence,
Et ont si plaine souffisance
820De toute riens, qu’il n’ont doutance
De tourment mondain ne de mort.
Touz leur cuers en Dieu se remort
Et d’abstinences se norrissent,
Ne point leur pourpos ne guerpissent ;
825Ens ou Dieu service ont touz mis
Leur cuers, et le monde sousmis,
Ne d’autre avoir ne leur souvient.
Mais poi sont cil cui il avient ;
Dont c’est domages et pitez
830Que touz li mondes n’est itez
Que je t’ai dit de celle gent,
Car bel se gouvernent et gent
Et je prise moult leur maintien.
Compains, prens i garde et te tien
835Au meilleur pour l’ame sauver ;
Cis examples te puet laver
De couvoitise et d’avarice ;

Se tu n’as moult le cuer novice,
Assez i pues de biens aprendre.
840Or t’en vien et, sans plus atendre,
Tu verras en celle autre lande
Une merveille assez plus grande
Et à veoir moult desguisée.
— Bien estes sage et avisée,
845Dame Verité, et sans doute
Moult très volentiers vous escoute,
Et bel vous fait oïr parler.
Or nous esploitons de l’aler,
S’il vous plest, et hastons nostre oire ;
850Bons est vostre conseuls à croire.


Ci commence la parabole du lyon et de l’aignel, comment l’aignel estrangle le lyon.


Atant d’ileuc ainssi tornames ;
Sans arrest nous acheminames
Devant nous la voie tout droit,
Et à ces choses là endroit
855Tout en alant pensai assez,
Mais ains qu’il fust prime d’assez
Ne matinée auques creüe,
[89]Enmi une grant lande herbue,
Tout le chemin que nous preïsmes,
860Une bataille illeuc veïsmes
D’un aignel encontre .i. lyon ;
[90]Ce fu droite amiracion
[91]De resgarder celle merveille,
Qu’ains mais n’oi veü la pareille.
865Grant piece s’erent combatu,

Car li aigniaus ot abatu
Le lyon ou champ desouz lui,
Dont merveilles esbahis fui
Et pensai mout, ce vous afin,
870Comment à outrance et à fin
Cis aigniaus le lyon metoit
Et seur sa pance li montoit
A. ij. piez, et pour estrangler
L’avoit fait en terre enangler
875S’esgardai d’eus moult longuement
La bataille et l’ordenement,
Mais touz dis en avoit le pis
Li lyons, car droit seur son pis
Li estoit li aigniaus montez.
880Lors priai que m’en fust contez
A verité touz li affaires,
Li moustres et li examplaires,
Comment c’estoit et par quel guise
Celle grant beste iert à fin mise
885Ensement par celle petite.
— « Dame, pour Dieu, qu’il m’en soit dite
Veritez, grant merveille en ai ;
A bonne heure à vous assenai,
Car moult y ai de bien apris.
890A ces mos Veritez m’a pris
Par la main et puis me dist : « Freres,
De ce fait est biaus li misteres
Assez plus c’on ne porroit dire,
Si n’est pas folz cilz qui s’i mire
895Et qui à droit i veult penser.
Ainssi set Diex de mort tenser
Les siens au besoing, et aidier
Mielz qu’il ne sèvent souhaidier
De leur besoignes s’entremet,
900Et cis qui de cuer paine i met,

Diex aide à soustenir son droit.
Prouver le poons chi endroit
Et de l’example estre touz fis
[92]Au lyon qui est desouz mis
905D’un aignel et mis à outrance ;
C’est bien droite senefiance.
Ainssi avient, qui que le conte,
Soit de roy, de duc ou de conte :
Quant, par orgueil qui le sorprent,
910Guerre à tort sour autrui emprent
Et croit trop son felon corage,
Mainte fois li tourne à domage
Sa fole erreurs et à meschief,
Combien que il venist à chief
[93]915De plus grant emprise cent tans.
Si ne doit nus estre asentans,
Tant voie haut sa queue luire,
A autrui grever ne destruire,
S’à juste cause ne le fait,
920Car lui ou les siens en desfait
Et en est audesouz tournez
Maintes fois ses tours bestournez,
Et de son cop mesme s’abat.
Quant par son grant orgueil s’embat
925Seur autrui par sa foie emprise
Et plus son pooir que Dieu prise,
Si qu’il n’a arroi ne mesure
Ne ne prent garde à mespresure
Qu’il en prengne amende de lui,
930Ne il n’a fiance qu’en lui
Et en son pooir seulement, —
Je te di qu’à lui est briément
A droit comparez li lyons

Qui est desconfis. Et li hons
935Qui à son droit maintenir pense
Et Dieu apele en sa desfense
Et du tout sa fiance i met,
Si que de riens ne s’entremet
Que droiture et raisons n’i soit,
940Ne orgueilz point ne le deçoit
Qu’adès ne soit humbles et douz
Envers son seigneur et à touz
Ceuls qui droit et raison entendent,
Ne tout si fait à el ne tendent
945Fors au plaisir de Dieu touz dis, —
Cilz est li drois aignelez dis
Et comparez, qui par fortune
A desconfit mille contre une
Ce grant lyon qu’il a outré.
950Bel moustre nous en a moustré
Diex, qui à point en sait ouvrer
Et force au foible recouvrer.
Or a cis aignelez estort
Le lyon, qui à son grant tort
955L’assailli de fole aatise,
S’a tant ses drois de grace aquise
Envers Dieu, qu’il est au desseure ;
Si con tu vois, il le deveure
Devant nous et a desconfi.
960C’est drois examples, ce t’afi,
A touz grans princes et à roy,
Qui, sans mesure et sans arroy,
Sanz atemprance et à tort fait,
Ont moult tost entrepris tel fait
965Par leur sorcuidance et leur force,
Que Diex, em poi d’eure d’esforce,
Leur force a tost au bas tornée ;
Par fortune l’a bestornée,

Qui en petit d’eure se tourne ;
970Diex moult tost au bas les atourne.
Ainssi est il de ceuls souvent
Qui toute ont leur fiance ou vent,
Qui poi vaut, c’est en leur pooir,
Là où Diex ne les puet veoir
975Longuement, quant il se mesfont
Et tort à mendre d’eus en font ;
Car Diex ne les fait pas seigneurs
De son pueple en terre et greigneurs
Pour euls destruire et à fin metre,
980Ainz les a fais pour entremetre
D’eulz gouverner bien et à point,
Ne d’autre achoison n’i a point :
Ce prueve à toutes et à touz.
Mais poi i pense li estouz,
985Felons, orgueilleus et despers,
Qui plus est à mal faire apers
Qu’à droit n’à raison maintenir,
Si n’en puet à bon chief venir,
Nes que ne fist cis lyons fors.
[94]990Il ne croit pas que ses esfors
Viengne de Dieu, ne sa puissance ;
A paine a il nule fiance
Qu’en sa force et en sa grant mise ;
Riens n’a de sa cure en Dieu mise,
995Ainz cuide de soi seignorir.
Et Diex, qui puet faire couvrir
Son pooir partout en poi d’eure,
Contre soi esploite et labeure,
Et si de son orgueil l’espluche
1000Mainte fois que il le trebusche
Et desconfit sans redrecier.

Ainssi se set Diex adrecier
Des grans mauvais et les confont,
Pour ce que leur devoir ne font
1005Et veulent le tort soustenir ;
[95]Et ce voit on bien avenir
C’un petit de gent moult de fois,
Cui drois gouverne et bonne fois,
En desconfisent .xij. tans
1010Qu’il ne sont ; n’en soies doutans,
Souvent ceste fortune avient.
Dont vois tu bien que il convient
A touz nobles de haut afaire
Qu’il se gardent de tort à faire
[96]1015A mendre d’eus, où que il soient,
Ne tant en leur pooir ne croient
Que nulz par orgueil s’en mespasse,
Car Diex labeure en poi d’espasse,
Qui ne puet nul tort consentir.
1020Chascuns le doit en soi sentir,
S’à nul bien faire est clerveans,
Qu’au monde n’est riens pis seans
Ne que Diex tant hée et desprise
Qu’il fait orgueil et fole emprise.
1025Dont n’est pas sages qui l’emprent
Et qui garde à l’aignel ne prent,
Qui par force d’umilité
A terre a ce lyon geté,
Que je te compere à orgueil.
1030L’orgueilleus de mauvais acueil,
Qui en nul bien ne s’esvertue,
Or vois tu c’uns aigniaus le tue
A son droit et met à merci.
Compains, or nous partons de ci ;

1035Encor verras, or ne t’anuit,
Maintes choses ainçois la nuit ;
Nous n’avons plus ichi que faire,
Je t’en ai tout conté l’afaire. »


Ci commence la parabole de la riviere qui est hors de son chanel.


Ainssi celle grant voie et lée
1040Errames, tant c’une valée
Assez près d’ilecques trouvames,
Et tout belement l’avalames,
Tant que nous venismes ou fons,
Qui moult estoit biaus et parfons
1045Et larges de très grant maniere.
Si trouvames une riviere
Moult très grande et si bien corant
Roidement, que li demorant
Entour lui s’en doloient touz ;
[97]1050Tant estoit roides et estous
Ses cours que tout engloutissoit ;
Si tost que hors de rive issoit,
Ne laissoit biaus prez à destruire
Ne grans vignobles, et moult nuire
1055Pooit as terres ahannables ;
Tant iert ses cours adomagables
C’on n’osoit entour demorer,
[98]Vingnes ne terres labourer,
[99]Tout ne destruisist sanz atendre.
1060Pour qu’elle s’i peüst estendre,
Partout vouloit prendre et partir,
N’on ne pooit si fort bastir
Entour li moulins ne estans,
[100]Que ses roides cours conquestans

1065N’eüst tantost desrachiné,
Esrachié et tost affiné,
Ne riens entour lui ne duroit.
Moulins et estans desmuroit,
Courtilz, jardins et arbrissiaus ;
1070Basses rivieres et ruissiaus
Aünoit et engloutoit toutes.
Tant ot de manieres estoutes
Pour le pays adomagier,
[101]Qu’à paine y pooit on nagier,
1075Tant fust li tans clers ne seris,
Qu’en l’eure ne fussent peris,
Se par fortune n’eschapoient ;
[102]Car en petit d’eure exsipoient
Les nés et tournoient à perte ;
1080Seur une isle d’yaue couverte
Brisoient, ou saur une roche ;
Plus tost c’uns quarriaus ne descoche,
Perissoient sanz nul secours.
Moult estoit perilleus ses cours
1085Tant qu’elle ainssi se tampestoit,
Car nulz asseür n’i estoit,
Ainz faisait moult à redouter.
Lors m’alai tantost acouter
Delez Verité pour savoir
1090De tout ce l’example et le voir,
A quelle fin ce devoit tendre,
Car moult estoie de l’entendre
Couvoiteus et très desirans.
— « Freres, c’est li princes tirans »,
1095Dist Veritez, « qui adès tire
N’à nul bon arroy ne satire ;

[103]Tout veult à lui traire et tirer
Sans soi de raison atirer ;
Pitié n’a ne misericorde
1100De nullui, ne il ne s’acorde
A nul bien dire nule fois ;
En lui n’est loiautez ne fois,
Charitez ne autre vertus ;
N’est aournez ne revestus
[104]1105De nulles meurs de bon afaire ;
Tant li plaist malices à faire
Qu’à paine est riens qui li eschappe
[105]Que tout partout ne pregne et happe ;
Où avenir puet et haper,
1110N’est riens qui li puist eschaper,
Fors mort cui il n’eschapera,
Car en soursaut le hapera
Quant plus plaine ara sa hapée ;
Nes la piaus n’en iert eschapée
1115Du mal tirant qui tout englout.
Tant a cuer couvoiteus et glout
Et l’orde avarice tant gloute
Qu’en tout liu n’a riens qu’il n’engloute
Et tout trait el fons de sa nasse.
1120Quanque li poures hons amasse,
Tout le renglout et le menjue
[106]Par celi qui o lui se jue :
C’est faussetez c’on li conseille,
Qui en court de maint prince veille.
1125L’omme ainssi destruit, ce me semble,
Qui près de lui l’avoir assemble,
Que tu vois ces prez esrachiés,
Ces vignobles et ces vergiés,

Ces jardins qui tant erent biaus.
1130Ainssi comperent leur cembiaus
La poure gent, et leur outrages,
Que tu vois que li grans orages
Destruit ces prés, et li maus tans,
Que pechiez destrempe et Sathans,
1135Et fait en mains liex grant contraire.
Mais Diex, qui tout ce sueffre à faire,
[107]N’est mie consentans du fait
Du mal tirant, qui tout à fait
Sa gent desrachine et esface
1140Ne n’a mesure en riens qu’il face ;
Tant voie à meschief poure gent,
Ne leur remaint or ne argent
Ne heritaige à engagier.
Mal fait souz tel voisin logier,
1145Dist Veritez, et demourer,
Qui ne font que gens devourer
[108]Et destruire par le faus tour
Des mauvais consilleurs d’entour,
[109]Qui ront .i. grant fouc de bediaus
[110]1150Et sergens qui ou nombre d’iaus
[111]Sont si maistre et si haut crieur
Que li poure en ont le pieur.
Tel gent gouvernent les tirans,
Dont li mondes est empirans
1155Et empire de jour en jour ;
Car il ne prendent nul sejour
De mal faire et mal consillier,
Dont le pueple font essillier

Par le tirant qui les destruit
1160Et eulz à tout mal faire estruit
Et les embat en grant meschief.
Diex l’a fait de son pueple chief
[112]Pour lui ou droit chanel tenir
De raison et droit maintenir
1165Et eulz bons examples moustrer,
Mais assez poi li chaut d’outrer
Les commans de son creatour ;
[113]Lou se fait en lieu de pastour.
Garder les doit, or les deveure,
1170Et poi ens ou chanel demeure
Où Diex l’a mis : c’est de droiture.
[114]Poi l’en chaut et poi met sa cure
A bien faire, ne point n’estrive
[115]A pechié, mais tost se desrive
1175De raison faire où Diex l’a mis.
Poi li chaut d’estre à Dieu amis,
Ne s’en fait pas drus ne privez.
Li princes qui est desrivez
Ainssi de droiture et d’onnour,
1180Qui n’entent raison ne clamour
Ne ne met soi n’autrui à point,
C’est la riviere où il n’a point,
Si con tu vois, de seürté.
Moult est en grant maleürté
1185Li hons qui souz tel voisin maint ;
Moult s’en duelent maintes et maint.
N’est riens tant grieve au pueple ou monde
Que mauvais chiés où il habonde
Plenté d’avarice et d’orgueil ;
1190Car quant il s’est mis en l’escueil

De hayne et de felonnie,
Moult a en poi d’eure honnie
La gent qui souz lui maint et marche.
Si con tu vois qu’en ceste marche
1195Riens ne demeure où la riviere
Se puist estendre, en tel manière
Est la gent destruite et gastée
Par mauvais prince et tampestée
Et tournée à confusion.
1200Et la droite devision
De ces nés que tu vois perir
Seur ces grans isles et ferir
A ces roches d’yaue couvertes,
Freres, ce sont les granz povertes,
1205Les grans tourmens et li meschiés
D’enfer, où cil sont trebuschiés
Qui trop en tel seigneur se fient ;
Quar riens nulle ne contredient
Qu’il li voient faire ou emprendre ;
1210Tout li sueffrent, sanz lui reprendre.
Quanqu’il veult faire ou achever,
N’osent point à lui estriver
Recheveur, baillif ne prevos :
[116]Nuls d’iaus n’a tant le cuer devos
1215Qu’il contredient riens qu’il veulle ;
Jà soit ce que raisons s’en dueille
Et que nus drois ne s’i asente ;
Chascuns suit sa trace et sa sente ;
Tout mal faire li enheudissent
1220Et enortent, puis se perissent
Ou malice et ès grans forfais
Qu’il ont ou nombre de lui fais.
S’avient ainssi d’eus, c’est sanz doute,

Comme de la nef qui se boute
1225Ou peril où elle s’afondre ;
Ainssi couvient perir et fondre
Les faus consilleurs et mauvais,
Qui labeurent ou puant vais
D’avarice ou de couvoitise,
1230Qui touz maus esprent et atise
Et fait perir l’ame et le cors.
Frere, si voir que le recors,
Tout cil vont em paine greigneur,
Qui ou nombre de leur seigneur,
[117]1235En son conte et en sa puissance,
Font au pueple grief et pesance,
Tant de paine et tant de douleur
A souffrir du cors et du leur,
Qu’à paine est riens qui leur demeure.
1240Et pour ce que son temps labeure
Li faus couvoiteus à tel vice,
Perist et afondre ou service
Du tirant prince à cui il sert.
Ainssi selonc ce qu’il desert,
[118]1245Li mondes son loier li paie,
Et mors, qui em brief temps l’apaie.
Quant il miex cuide estre asseür,
Vient fortune atout meseür,
Qui l’enverse à terre et cravente.
1250Si comme orage et vens qui vente
Et tampès fait perir ces nés,
Perist s’ame ; à male heure est nés
Hons qui trop ou conduit se fie
Du tirant prince. — A ceste fie
1255Ne t’en dirai orendroit plus ;
Bien orras parler du sorplus,

Se le voir en veuls enquester.
Alons ent sans plus arrester
Tout ce chemin la droite coste,
1260Lonc la riviere ; enchiés .i. oste
Qui moult a le cuer esbaudi,
Vendrons à l’eure de midi,
Que il sera temps de disner. »
— « Dame, bien me doi acliner
1265A faire tout vostre voloir,
Jà mais riens n’aroie à doloir
Tant que fusse en vostre conduit,
Ainz y ai joie et grant deduit,
Et si puis moult de bien aprendre,
1270A ce que je vous oi reprendre,
Pour avoir vie pure et monde.
Poi vaut li bobans de cest monde,
Bien l’ai par l’aignelet prouvé
C’avons sus le lyon trouvé ;
1275Foulz est qui pour ce Dieu oublie.
Qu’il a force et grant seignorie.



----

NOTES

XVIII. — LI TOURNOIS DES DAMES.

(p. 231)




Ce morceau, qui est, après le no 1, le plus long de notre recueil, présente une suite de paraboles religieuses ou morales, savoir : 1. Le tournoi des dames (il représente la lutte de la chair contre l’âme) ; — 2. Le pont périlleux (folle est la confiance dans la durée de cette vie) ; — 3. Les deux mortoires de bestes (les richesses de ce monde ne rassasient point) ; — 4. Le lion et l’agneau (Dieu soutient les humbles) ; — 5. La rivière qui déborde (conséquences funestes d’un gouvernement mauvais). Le poëte se trouvait par une journée d’hiver, dans le pavillon d’une tour du château de Montferant et était occupé à réfléchir sur la signification d’une verrière, représentant un combat victorieusement livré par des dames contre leurs chevaliers, quand il s’endormit. Dans son sommeil, dame Vérité, chassée de partout, vient à lui et l’engage à la suivre. Après lui avoir fait saisir le sens caché sous le singulier tournoi peint sur la verrière, elle s’achemine avec lui ; en route, divers phénomènes viennent frapper l’attention du poëte et sollicitent de la part de son guide d’instructives et édifiantes interprétations. Tel est le cadre où se trouvent enchâssées les cinq paraboles. Mais l’entrée en matière est précédée elle-même d’une description assez longue des lieux où l’auteur a eu sa vision : c’est Monferrant, un château dans le comté de Blois, à deux lieues de la Loire, où il séjournait avec le comte, comme il le dit lui-même, en octobre 1327. Les charmes du site, les richesses du château, les giboyeuses forêts qui l’entourent font l’objet des 120 premiers vers, qui revêtent ainsi le caractère d’une dédicace au seigneur, au service duquel Watriquet était attaché.

4. J’ai vainement cherché après la mention d’un château de Monferant dans les livres et les cartes ; cependant les indications topographiques de la part de l’auteur, ne font pas défaut. Il était situé à deux lieues de la Loire, entre la Beauce et la Sologne, dans la forêt de Bologne (vv. 14-16). Cette désignation s’applique parfaitement au magnifique domaine de Chambord dans l’arrondissement et à trois lieues Est de Blois (dép. de Loir-et-Cher), où le château construit sous François Ier a remplacé l’ancienne résidence des comtes de Blois ; aussi n’ai-je plus hésité à placer là notre Montferant (qui se lit très-bien Monferaut dans le ms. de Bruxelles), quand, sur la carte no 108 du dépôt de la guerre de France, j’eus découvert, à une lieue environ du dit château et au fond du parc, dans la Forêt de Boulogne, la désignation d’un « Pavillon de Monfraut. »
15-16. Biausse, Beauce ; Salogne, Sologne. Cette forme Salogne est probablement la plus étymologique, car le primitif me semble être salix (saule). Le nom géographique de Bologne ou Boulogne, si répandu en France, ne reposerait-il pas sur un primitif boule = lat. betula ; ce qui appuie cette supposition, c’est la racine bed dans Bedonia, nom latin de la rivière la Boulogne (Loire Inférieure). On sait d’ailleurs que betula est un mot latin d’origine gauloise[119].
17. Destour, défilé, fond. — 18. Notez avironner consiniit avec le datif (li). — 24. A fait, à souhait.
30. Ombre était masculin dans l’ancienne langue.
42. Orieul ou oriol, prov. auriol ; du lat. aureolus. Le mot, par l’agglutination de l’article, s’est transformé en loriol, puis loriot.
69. S’i vent, y paie de sa personne ; synonyme de paier son devoir (v. préc.) — 73. Losturgne ; ce nom d’oiseau m’est inconnu
74. Espinchon, diminutif de espine, arbre à épines.
79. Somme, maxime, vérité, employé comme masculin[120], est digne de note : ou faut-il écrire c’est somme et y voir la cheville ordinaire « en vérité » ?
82. Roitiel, primitif immédiat de roitelet. La succession des formes est roi, roiet, roietel (roitel), roitelet.
88. Recouvrer, rencontrer, trouver ; pointure, peinture.
90. Déjà Adenès le Roi s’est permis cette mauvaise cheville, Cléomades, 2825-6 :

Qu’il est venus en une sale
Qui n’estoit ne laide ne sale.


92. Dois paraît bien exprimer ici, non pas table à manger comme d’habitude, mais bien voûte, plafond (cp. Nois, 138). Ces deux anciennes significations peuvent l’une et l’autre se ramener au lat. discus en tant que surface plane ; 1’s radical ne permet pas de recourir, pour le sens voûte ou toit, au germanique deck, decke, tegumentum, laquear. — Besanté, semé de besants ; cp. Berthe aux grands pieds : Le label au mainsné d’argent l’on besanta.
100. Avoir mestier, être utile, rendre service.
102 Reverser, tomber. — 104. Assegié, assis, accroupi ; signification omise dans les dictionnaires
113. A lie chière, (offert) de bonne grâce. — 119. Finer en, arriver à.
123. Tornelle, petite tour (voy. Du Cange, sous tornella) ; ce mot accuse pour type latin une forme dérivative turrinella.
124. Escript est synonyme de peint ou pourtrait. — 131. Avamparlier, parfois amparlier (cp. Jean de Condé, notes, II, p. 336, v. 864), traduit le praelocutor de la basse latinité ; avocat, défenseur. Ici il exprime l’action de parler avec intérêt de qqch. ; avant se rencontre souvent avec ce sens dans Froissart.
152-3. « Ne se mettaient ni en état ni en mesure de se défendre. »
154. Fiancer prison, se rendre (cp. v. 201). — 156. Seignorir, avoir le dessus ; en parlant de choses, le mot signifie être magnifique.
170. Dor, substantif verbal de dormir (cp. estor de estormir) ; je le vois pour la première fois.
184. Errement, comme couvine, couvenant (v. 429), estre (v. 220), affaire (v. 221), exprime les circonstances de position concernant une personne.
192. Assouvir, exécuter, voy. Miroir as Dames, 732.
193. Gardecors, voy. Baud. de Condé, notes, p. 388. — 195. Le de devant un escu ne répond pas à la construction ; l’auteur a fait son vers comme s’il y avait « qui ne sont armée que ». — 197. Trespensé, soucieux.
207-8. Adonques et dont font redondance. — 218. Renon, voy. Miroir as Dames, 124.
219. Je rappelle à l’occasion de ce vers que notre auteur traite indifféremment les désinences verbales ions, iez (imparfait et conditionnel) tantôt de monosyllabiques (cp. v. 209, 217), tantôt de dissyllabiques (comme ici, p. 5, 122 ; 48, 160 ; 210, 355). Il en est de même du mot nient (dissyll. p. 49, 198, monosyll. p. 71, 193). Le monosyllabisme, toutefois, prévaut.
243. Poi = rarement. — 245. Omission du verbe sui.
252. A plain, franchement, ouvertement. — 254. Adaignier, estimer ; c’est l’opposé de desdaignier (v. 360).
279. Entencion, intelligence. — 286. Par ainsi que, à condition que.
304. Mauvaise cheville pour faire une rime à chars (corps).
305. Desouz aige, en bas âge. — 306. Prendre, ici = rapprocher, comparer. — 311. Nous dirions « que leur enfance ».
310. Faire fermaille, affirmer ; expression curieuse.
324. Du monde, à cause du monde. Le monde attise la lutte, comme font les hérauts et les poursuivants d’armes dans les joûtes.
326. Hons, on. — 330. Nommer qqch. a (avec) qqch., dans le sens de comparer, est curieux.
350. Charoigne n’avait pas anciennement, comme on voit, un sens aussi vil que de nos jours.
353. Enheudir, que je cherche vainement dans les glossaires, signifie engager, exhorter, conseiller, comme il appert par le v. 1219, où il est associé à enorter ; cette signification se prête également ici (cp. encités qui l’accompagne). Roquefort renseigne bestes enheudies c.-à-d. « retenues par des heudes, qui sont des liens qu’elles ont aux pieds de devant ». On connaît encore le terme heut, heudure, poignée de l’épée (anglo-sax. hilt, v. haut-ail. helza ; dans la Chanson de Roland on a enheldir, pourvoir une épée d’une garde), mais au fond de ces mots il y a la racine germanique halten, tenir, retenir, qui semble à première vue étrangère à l’idée représentée par le mot auquel nous avons à faire. Dans une chronique du Corpus chronic. fland. III, 373, on trouve le diminutif enheudeler accouplé avec bareter, tromper, et dans Baudouin de Sebourg enheudissement, tromperie. Gachet (p. 387b de son Glossaire) cite ces mots, mais il ne les explique pas. Voici donc quel parti je prendrai jusqu’à meilleur informé. Heut, retinaculum, lien, a donné enheuder, enheudir, enheudeler, enchaîner, enlacer, surprendre, tromper (ces sens conviendraient parfaitement à notre passage) ; puis du sens « surprendre qqn. par ruse » s’est dégagé, par une conversion de régimes qui n’est pas rare, le tour enheudir une chose à qqn., la lui insinuer adroitement, l’y engager, qui évidemment est l’acception attachée au mot au v. 1210.
355. Entait, d’ordinaire = entier (voy. Ortie, 155), ici = entièrement adonné, empressé ; cp. notre tout à qqch.
369. Lessier convenir, laisser faire, ne point résister.
392. Le subjonctif chaille n’a pas de raison ; il faudrait l’indicatif chaut (cp. V. 1166). Voy. sur la confusion des deux formes, l’observation de Burguy, II, p. 27.
394. Estre habité à, être en possession de. Du bobant p. ou bobant est évidemment une faute du copiste (voy. les Varr.).
403. Hiraut et monde font un dans le sens de la parabole ; cp. v. 413.
407. De mot renforce la négation comme pas, goutte, etc. ; cp. v. 573.
408. Desavaler est une mauvaise et inutile composition, faite par assimilation à descendre, desmonter.
415. Ce sont = c’est-à-dire. — Cis p. cist (nom. plur.).
417. La flexion s ou z appliquée au nom. plur. était, à l’époque de notre auteur, une faute en voie de se constituer en règle, mais celle de l’absence de l’s à l’accusatif pluriel, comme ici dans desmonté, est une licence moins fréquente, coupable surtout à côté des formes correctes mors et decheüis du vers précédent. Nous la retrouvons dans les participes des vv. 1065-6.
434. Toute la voie, dans toute son étendue, au complet ; la variante porte la droite voie, c.-à-d. d’une manière véridique, sans mentir.
436-441. Voy. l’Introduction. — 454. Aventurer qqn., le favoriser, lui faire avoir la chance de ; signification remarquable. — 455. Usage, manière de vivre.
470. Pueple de gent, multitude de personnes.
490. Et si, et pourtant.
498. Maisonner, bâtir (v. 613, faire maison). Roquefort, d’après Borel, cite les deux jolis vers suivants du Blason des Fausses amours :

Vieillesse acquiert, bastit, maisonne.
Jeunesse du bon temps se donne.

500. Crestel, créneau ; dérivé de creste, crête. — 508. Entendi, intentus fui, je cherchai. — 514. Estache ou estaque, mot encore conservé dans les patois, support, étai ; de là estocade.
533. Atraver, couvrir de constructions ; comme entraver, ce verbe (omis dans Roquefort) vient du lat. trabes, poutre.
535. En route, en état de pourriture ; route est un subst. participial, tiré du latin ruptus (fr. rout, fém. route, v. suiv.), rompu, décomposé, corrompu ; le même primitif a donné (ce fait a échappé aux étymologistes) le flamand rot (putris et putredo) et l’angl. to rot, pourrir.
543. Esgarde, observation, remarque. — 544. S’en donner de garde (plus souvent s’en donner garde), y faire attention, s’en soucier ; cp. Miroir aus princes, 67, et Cigogne, 127.
553. Converser, séjourner, demeurer, cp. vv. 262 et 587. — 555. S’en chastier (cp. v. 601), en tirer exemple pour s’amender. — 558. S’afoler, se gâter. — 578. A delivre, en sûreté, sans péril.
572. Prendre au bril, prendre à l’improviste, est une locution que je cherche vainement dans les lexiques du vieux français ou dans les glossaires de patois. Il est permis de rapprocher le mot bril du verbe néerl. (popul.) brillen, dont les significations sont ainsi indiquées par Weiland : tourmenter, surprendre ; Kiliaen (qui l’identifie avec breidelen, brider) le traduit par refrenare ; Schuermans (Algemeen Vlaamsch Idiotikon) l’interprète ainsi : 1° v. n. être ébahi, 2° v a. tromper, duper. Ce bril est indépendant de bril, lunette.
573. De mot, renforcement de la négation, voy. v. 407.
576. Fondre prend souvent, même dans la langue moderne, l’acception générale de s’écrouler, s’ébouler, être renversé. Elle se dégage naturellement de celle de répandre, verser, qui est le sens dominant du mot latin. Cp. l’inverse dans verser, d’abord tourner, tomber (v. 588. puis répandre.
580. Cuidier, illusion, folle confiance. — 582. Leur temps, pendant leur vie.
606. Widier (vider) s’emploie neutralement pour partir ; c’est un raccourcissement de l’expression — « vider une place, vider les lieux. » L’emploi du réfléchi se widier est étymologiquement fautif et sans doute l’effet d’une assimilation au terme se partir (litt. se séparer).
616. Demeurent, survivent. — 619. Poi leur est, = pot leur touche, ils se soucient peu. Cp, Miroir aus princes, 128:Il ne li ert riens de.
621. Buiron, buron, petite maison (« a poor cottage », dit Cotgrave), manque dans Roquefort ; il était cependant d’un fréquent usage et figure même encore dans Littré. C’est un dérivé du tudesque bur, maison (all. mod. bauer, principalement usité p. cage d’oiseau) ; en Normandie, bur se dit encore pour habitation ; dans le dialecte rouchi, buiron s’applique au panier à claires-voies, dans lequel on conserve le poisson d’eau douce.
622. Cheviron, chevron, prov. cabiron, rouchi cheviron, picard caveron.
636. Pour le masc, tampés, voy. ma note Baud. de Condé, p. 398. — Esclisse n’a rien à faire avec esclipse, comme écrit le ms. de Bruxelles ; c’est une variété de escliste, esclistre, éclair (en rouchi éclitre), que Diez ramène au vieux Scandinave glitra, refléter ou à l’angl. glisten, briller. Je ne suis pas de l’avis du philologue allemand, en ce qui concerne son étymologie, qui me semble pécher contre les règles. Le mot, selon moi, se rapporte plutôt au verbe esclicer, fendre, qui est l’all, schlitzen, schleissen (vieux haut-all. sclizan, p. slizan). L’éclair fend les airs, et le mot éclat appliqué à la lumière n’a pas d’autre origine. Dans cette supposition, il faut considérer notre forme esclisse comme la forme normale du mot.
643. Ces verbes au singulier ne s’accordent plus avec le pluriel ceuls (c.-à-d. edefisses) du v. 641. — Apoint, défini, expliqué.
674. Laisser ester, ne plus s’en occuper. — 679. Mortoire, charnier, abattoir, de morir (partic. mort) pris dans son sens actif de tuer.
683. Faire depart, partager en deux ; donc : « que le chemin traversait au beau milieu. »
685. Forbi appliqué à champ frappe d’abord, mais le verbe fourbir se disait anciennement pour nettoyer en général (voyez l’historique dans Littré). Froissart applique le mot au pansement des plaies (éd. Kervyn, t. V, p. 291). C’est donc ici un équivalent de « bien soigné ».
693. Vers, pluriel de ver = lat. verres, verrat.
697. Aval n’exprime pas toujours une direction descendante ; il s’emploie souvent pour un mouvement indéterminé dans un vaste espace, ville, champ, bois ; cp. Berthe aux grands pieds, XXIX : D’aler aval le bois Moult durement esploite ; Froissart dit fréquemment : aval la ville. Cp. plus loin p. 285, v. 55, d’aval le pays. — 698. Meschans, misérable.
701-2. Il y a ici un vice de construction : « Ils ne faisaient que languir (à force) de randir (se jeter) de l’une sur l’autre. » Il manque une préposition devant l’infinitif ; le de sert à la fois pour randir et pour l’une ( cp. Conestable, 50). Ou randir serait-il employé activement avec le sens d’attaquer ? « d’attaquer (de s’acharner à) l’une après l’autre ».
708. En dangier, maigrement tenu, à courte ration.
713. Ce vers fournit une excellente démonstration étymologique pour notre subst. moderne embonpoint. Les chiens ne se sentaient bien satisfaits, bien portants et « en bon état », que parce qu’ils étaient bien nourris.
715. Ici encore l’auteur se montre négligent ; le rapport de cele n’est pas indiqué ; il pensait à chair, mais le mot ne parait pas dans toute la période qui précède.
722. Ceste aventure ; nous dirions : ce fait ou ce phénomène.
732. Aigre ou enaigri rend souvent chez les trouvères notre mot âpre, dans « âpre au gain, à la curée » ; notez encore sa liaison avec la préposition sour (sur).
729 et 737. Asouvi, voy. la note p. 419 (v. 732).
739. Avaler, laisser tomber, abandonner. — 747. Notez le double à : à les les grans avoirs à aquerre, voy. pl. loin, Escole d’amour. 79.
754. Destrece, étroitesse de cœur, égoisme.
757. Mons = monceaux. « Et n’osent réduire (abaissier) leurs monceaux d’or. »
761. Destroit, au figuré, soucieux, anxieux (cp. angoisse de angustia (étroitesse). Dans le vers suivant, à l’estroit signifie également « avec angoisse ».
766. Sus, dessus ; cp. v. 738.
770. Noirs p. ners (nerfs) est probablement un lapsus de copiste ; car ce serait une forme contraire aux règles phonologiques françaises ; l’e latin ne prend jamais le son oi devant deux consonnes. Je n’ai jamais rencontré ni noirs (nervos), ni soirs (servos) ou çoirs (cervos). Aussi le ms. B. porte-t-il ners. — Ossiaus, plur. régime de ossel, petit os, primitif immédiat de osselet.
773. De devant dechà est une vraie superfétation ; du reste il y a aussi deux de dans le terme dedans (de-de-ens).
779. Cet escoutons à la première personne du pluriel n’est peut-être au fond pas plus illogique que l’interjection voyons ; toutefois il me semble avoir ici sa raison d’être dans le besoin de la rime.
781. Ici nous voyons dans aignel le cas-régime pluriel rendu par la forme du nominatif pour concorder avec le nominatif oisel de la rime ; cette incorrection est rare chez notre auteur ; il est plutôt coutumier du contraire, c.-à-dire d’appliquer l’s de flexion où il n’en faut pas. Ainsi au v. 711 il a mis correctement aigniaus, mais au v. suivant le nominatif pluriel oisel (cp. vv. 782 et 796) a dû, pour la rime, se transformer en oisiaus.
792. Garison s’applique à tout ce qui sert à rendre la vie sauve : subsistances, ressources.
797. Esploitier, pr. déployer son activité, ici = être empressé, y trouver de l’intérêt ; V. 848, s’esploitier. se dépécher.
805. Ce les souffit ; plus haut. v. 794, ce leur souffit (cp. aussi v. 751). Ce changement de régime n’est pas arbitraire, peut-être ; souffire, traité en verbe actif, prend l’acception de soutenir, sustenter, et forme ainsi opposition avec le verbe desconfire qui suit.
807. Souffisance, satisfaction, plaisir (v. 819. richesse, abondance) ; clamour, prétention.
815. Aucunes forme le parallèle féminin du masculin li auquant du vers précédent.
817-18. « Et par la prière et l’abstinence, ils jettent le fondement (font semence) de leur gloire en paradis. »
822. Se remordre, ici = s’amordre, s’attacher.
838. Novice confond parfois sa signification avec celle de nice, insensé (qui vient de nescius). — 843. Desguisé, étrange, extraordinaire.
836-7. « Mais longtemps (d’asses, de beaucoup) avant qu’il ne fût prime (six heures du matin) et que la matinée fût quelque peu (auques) avancée (creüe). »
864. La confusion entre ains et ainc était constante du temps de notre auteur ; je laisse donc subsister ici et ailleurs l’orthographe ains. Dailleurs cette forme peut se justifier par elle-même ; ains mais peut se traduire par « jamais auparavant. »
868. Merveilles est un adverbe, = à merveille. — 874. Enangler, serrer, litt. encogner.
876. Ordenement, manière de faire.
888. Assener a, 1° se diriger vers ; 2° arriver à, tomber sur, rencontrer. Voy. sur le verbe assener, employé dans ces sens, mon étude spéciale sur le mot dans la Revue de linguistique de Paris, janvier 1868.
917. Cette expression proverbiale est digne de note ; queue paraît se rapporter à la traîne des hauts personnages.
922. Ses tours bestournez, sa coupable entreprise. — 940. Decevoir, suivi de que… ne, empêcher par une folle illusion.
946. « Celui-là est vraiment l’agneau en question (dis) et qui fait l’objet de ma comparaison (comparez). »
943. Mille contre une est une locution numérique signifiant « avec la plus grande facilité » et tirée, sans doute, de la phrase : cela arrive mille fois contre une.
953. Estordre qqn., conversion de la tournure s’estordre à qqn., se dégager de, se sauver.
955. Aatise, variété de aatie, acharnement, vivacité ; cp. la double forme sotie et sotise, amendie et amendise. — 965. Sorcuidance, outrecuidance.
965. Esforce, forme féminine de esfors (v. 990), force, puis exercice de force, effort.
973. C’est = c’est-à-dire, à savoir ; cp. vv. 1123 et 1171. — 978. Greigneur, puissant.
979. Euls se rapporte à peuple. — 980. Entremetre est dit absolument p. s’occuper. — 981. Achoison, raison, motif.
985-6. Sur despers et apers, voy. ma note dans Jean de Condé, II, p. 395, et plus haut Arbre royal, v. 279. — 989. Nes que, pas plus que.
993. Mise, 1° dépense, de metre = dépenser, 2° l’argent dépensé ou à dépenser, 3° comme ici, l’argent, la richesse en général.
995. De soi, de sa propre autorité, par son propre mérite.
996. Faire couvrir, faire disparaître. Cet emploi neutre de couvrir est remarquable ; je ne pense pas qu’il se rencontre autrement qu’à l’infinitif, où la tournure réfléchie est généralement négligée.
998. Contre soi est peu correct ; le sens réclame contre lui. Cp Fontaine d’amour, 131.
999. Espluchier, comme espurgier, nettoyer, dépouiller. — 1002. S’adrecier de, se faire justice.
1017. Se mespasser de qqch., en abuser ; je n’ai pas encore rencontré le terme. Dans le sens neutre, je trouve mespasser, faire un faux pas, trébucher ; ainsi Jean de Condé, II, p. 53, v. 135, et p. 310, v. 177.
1030. De mauvais acueil, de mauvais procédés. Cette signification du mot acueil se rapporte au verbe acueillir dans son sens ancien de — suivre une route, se conduire ».
1042. Belement, doucement. — 1043. Fons, fond ; voyez sur l’s final de ce mot (cp. V. 1119), ma note Jean de Condé, I, p. 459.
1048. Roide est souvent confondu avec rade.
1050. Estout, impétueux, appliqué à des choses (ici au courant d’une rivière), est intéressant à relever.
1055. Terres ahanables, terres de culture.
1056. Adomageable ; la terminaison able a ici le même sens actif, comme dans secourable, aidable et autres.
1059. Suppléez la conjonction que au commencement du vers.
1060. Pour que, pour peu que. — 1061. Partir, avoir sa part.
1063. Estans ne sont pas des estangs, (étangs) dans le sens actuel et général du mot, mais des digues. Le mot ne représente donc pas, à vrai dire, le latin stagnum, mais le subst. verbal de estanchier, arrêter, empêcher. — 1066. Affiner, pr. mettre à fin, détruire. — 1069. Le verbe desmuroit ne s’adapte plus bien aux choses nommées ici
1071. Nous avons à peu d’intervalle engloutissoit (v. 1051) et engloutoit. Le premier, forme inchoative, répond à l’infinitif engloutir ; l’autre, forme simple, à l’infinitif engloutre (cp. englout. v. 1115). — Aüner, ici absorber.
1074. Nagier, naviguer. — 1076. Le sujet de fussent est latent dans le pronom indéterminé on (v. 1074).
1078. Exsipoient (A. exipoient) et esquipoient (leçon de B.) sont identiques ; la première forme présente cs au lieu de sc. transposition remarquée dans plusieurs cas (cp. lasque de laxus = lacsus, tasca ou tâche de taxa). Mais quel est le sens de esquiper ? Généralement, dans les auteurs du moyen âge, le verbe signifie se mettre en mer, quitter le rivage, mais en notre endroit il s’y attache manifestement l’idée d’aller en dérive, d’être entraîné par les flots, à moins de comprendre ainsi : « Car à peine les bateaux avaient-ils quitté la rive qu’ils tornoient à perte. »
1080. Je m’aperçois qu’ailleurs j’ai imprimé yave p. yaue ; qu’on me pardonne cette inconséquence, car, en fait, je ne sais comment on prononçait.
1082. Descochier. neutre, être décoché. — 1095. Tirer, tirailler, tourmenter ; employé ici pour faire un jeu de mot avec tirans (tyran).
1096. À deux vers de distance nous rencontrons deux acceptions courantes du verbe s’atirer ; se tourner, tendre, incliner vers, et se pourvoir de (v. 1088). Ce ne sont d’ailleurs pas les seules. Atirer, dans son acception neutre de tirer (tendre) vers, dégage aussi celle de s’efforcer ; de son sens actif : tirer à soi, attraire, rassembler ce qu’il faut pour une entreprise quelconque (d’où attirait), découle celui de « arranger, disposer, ajuster, vêtir », et de là celui de « se vêtir, se pourvoir ». Le mot est dans presque toutes ses applications l’équivalent de atourner.
1113. Hapée, terme collectif pour « les choses hapées, les trésors amassé ».
1130. « Le pauvre peuple expie leurs fêtes (c’est le sens qu’a ici cembiaus) et leurs excès (outrages) absolument comme on voit ces prés dévastés par l’orage et la tempête. »
1134. Que se rapporte à ces prés. — Destremper, en parlant de la terre amollie et ravagée par des pluies d’orage, est un terme convenable et employé encore aujourd’hui (bien que Littré ait omis cette application du mot). Ici le mot, par le sens de la parabole, confond cette acception physique avec sa valeur morale « mettre en désordre, troubler », inhérente encore à l’anglais distemper.
1143. Engagier, mettre en gage. L’ancienne langue ne connaissait pas les sens déduits donnés au mot dans l’usage actuel ; elle ne s’en servait qu’au sens juridique.
1149. « Qui à leur tour ont » ; telle est la valeur de ront (re-ont). — Fouc, multitude.
1150. Ou nombre d’iaus, en leur nom. Cette traduction est constatée par la répétition de l’expression aux vv. 1222 et 1234. Elle ne peut s’expliquer que de deux manières : ou nombre est revêtu ici de la valeur de compte ( « à leur compte, à leur charge » )[121], ou le mot représente une variété formale du lat. nomen, nominis (analogue à l’espagnol nombre = nomen, lumbre = lumen). L’admission de la dernière explication — bien qu’une transformation de mn en mbr ne soit pas tout à fait insolite dans le domaine français (cp. lamina devenu lambre, qui est le primitif de lambris) — me semble un peu hasardée.
1159. Malgré la concordance des mss., je soupçonne dans destruit une faute de copiste pour estruit, à prendre dans le sens de « établit, institue ». et rimant avec le même mot pris dans son acception « instruit, enseigne » ou « autorise ».
1163. Chanel, forme variée de chenal, chenel, qui est restée dans l’angl. channel. — Lui est réfléchi et ne se rapporte pas, comme le prouve le v. 1170, au subst pueple. D’ailleurs l’auteur aurait plutôt, pour ce rapport, employé le pluriel eulz (cp. v. 1165). — 1166. Outrer peut tout aussi bien ici signifier accomplir qu’outrepasser.
1174. Se desriver, se détourner. Desriver exprime le contraire d’arriver (venir à rive) ; l’un marque l’approche, l’autre l’éloignement. Dériver, (dans ses acceptations actuelles a, pour l’étymologiste quelque peu scrupuleux, deux origines distinctes : l’une est le latin de-rivare dont le radical est rivus et qui a donné le sens « détourner du cours naturel », etc. ; l’autre, notre vfr. des-river, dont le radical est rive (lat. ripa), et qui a produit l’acception « quitter le rivage. » Le subst. de notre dériver est derive, éloignement, qu’il est tout à fait inutile, comme la font de Chevallet et Littré, de disjoindre de dériver en le rattachant à l’angl. drive (pousser) ; c’est fortuitement que le mot anglais, en langage maritime, se rencontre avec le sens du mot français. — Quant à la variante de B : descive, voy. ma note Baud. de Condé, p. 402.
1177. Drus, nom. de dru, drut, fidèle, = all. trût, traut, Adèle.
1190. Escueil, voy. mes notes, Jean de Condé II, pp. 368 et 395.
1193. Marche, forme non inchoative pour marchist, de marchir, être voisin. — 1194. Marche, subst., contrée.
1198. Tampester, tourmenter. — 1200. Devision = devise, exposition, explication ; de deviser, détailler, exposer point pour point.
1204. Le poète n’a pas heureusement agencé sa phrase ; les misères qu’il énumère ne représentent pas les « nés », comme sa construction le ferait supposer, mais les récifs contre lesquels ces nés vont se heurter (ferir).
1210. Sueffrent ; l’ancienne langue disait, dans le sens de permettre, souffrir qqch. à qqn. Notre verbe passer, dans la tournure « je lui passe telle chose », est analogue à l’ancien souffrir, et confirme l’étymologie passari (fréquentatif de pati), que l’on est forcé d’admettre pour plusieurs acceptions du verbe passer, (Voy. ma note Jean de Condé, I, p. 440).
1213. Je ne pensais pas que le mot receveur, comme appellation de fonction, montât si haut.
1214. Devos’, disposé. Voy. pour la forme du mot, pl. h., Miroir aus princes, 340.
1219. Enheudir, voy. v. 353. — 1221. Malice, masculin, comme souvent.
1222. Pour nombre, ici, comme v. 1234, voy. pl. h. v. 1150.
1228, Le mot vais m’embarrasse ; faut-il y voir le primitif de vaissel, ou une forme variée de gué, lat. vadum (vais se trouve avec cette traduction, dans Roquefort, mais sans exemple), ou enfin un correspondant masculin de vase, bourbier ? Je ne sais à quoi me décider ; la dernière interprétation me satisferait le plus, si le mot est constaté.
1232. « Aussi vrai que je l’expose. » Pour l’adjonction de l’s à la 1re pers. du sing. dans recors, voy. Miroir aus Dames, 929.
1235. En sa puissance, de son autorité.
1238. Du leur, de leurs biens. Cp. dit du Roi, 60 : de cors et de chatez.
1240. Son temps, durant sa vie. — 1246. Apaier, mettre en repos, ou rendre quitte.
1260. En chiés (= chez) ; cette combinaison rappelle l’origine du mot chez, savoir casa (maison), ou plutôt un correspondant masculin du subst. latin. Voy. Diez, Et. Wôrt, II, 247.


----

  1. 1 Fol. 126 v° à 150 v°. Collationné avec B. fol. 1 à 37 v° et A. fol. 1. — Se trouve en outre dans la copie de Gerard.
  2. B. Monferaut.
  3. B. Blerois.
  4. B. li lieus
  5. B. est belle.
  6. AB. à veïr.
  7. B. en la douce s.
  8. B. esclarcie.
  9. B. Or primes.
  10. Ce sont.
  11. B. deduist.
  12. B. lostorgnes.
  13. B. painture ; de même au v. 93 painturez.
  14. B. Monferaut.
  15. B. aussi qu’à.
  16. m’a eust.
  17. B. et diversse.
  18. B. aussint.
  19. paintes.
  20. Ne desfendre.
  21. B. yluec vint.
  22. B. tarda.
  23. B. qui g’iere.
  24. B. assevi.
  25. cui en.
  26. AB. M’ont le cuer fait tant (B. moult) irascu.
  27. se omis.
  28. Mon ms. a bien p. miex; je corrige d’après AB.
  29. B. nul mal dire.
  30. Mon ms. et A. ont itez, B. gitez.
  31. B. terme court.
  32. AB. G’i voi.
  33. ne me.
  34. A. Ainz m’ont. — B. les dos.
  35. 256-57 AB:
    Et quant si le voi bestorné,
    Ne puis estre au monde, ains m’en fui.
  36. AB. Car bien sai la voie par cuer.
  37. AB. Adont oi grant joie à mon cuer.
  38. B. et moult m’en esjoï. — A. Parler à moi, mont m’esjoï.
  39. AB. Et puis li.
  40. A. Qui iluec iert.
  41. AB. Certes, dist elle, b. c.
  42. AB. Qu’o moi vendras par compaignie.
  43. AB. Dame, je ne vous desdi mie.
  44. AB. Se tu as bon entendement.
  45. B. Regarde à…; A. Reg. le enc.
  46. Et sa jonesce je c.
  47. AB. je le te connois.
  48. AB. Et trompes m. n. tarde g.
  49. armes (leçon acceptable, si la forme ames n’était constamment suivie dans le ms.).
  50. B. à l’asemblement ; A. et l’as.
  51. B. dist.
  52. B. en tormenz.
  53. Qui la ; AB. Que jà.
  54. AB. en li sauver.
  55. Mon ms. et B. ont les, en rapport avec les chevaliers ; la construction et le sens font préférer la, qui est, en effet, la leçon de A.
  56. AB. Ou hui du m. et ou b. (leçon évidemment préférable).
  57. A. cil.
  58. B. et ne me ment.
  59. B. la droite voie.
  60. B. vert joli.
  61. B. Et la voie droite ; A. Et la v. au destre.
  62. garnis. — B.
    Onques pons si garnis d’avoir
    Ne fu mais veüz à mon tanz.
  63. dangons
  64. esloingnons
  65. toute (participe de tolre, enlever). J’ai corrigé route (rupta, rompue) d’après AB., comme plus adapté au sens et amenant une rime plus riche.
  66. se tiennent.
  67. B. Qu’il n’en saront.
  68. tout ce depiece.
  69. devoient.
  70. se omis.
  71. Et se.
  72. B. trebuschent (leçon préférable).
  73. B. esclipse.
  74. A ce point.
  75. et omis.
  76. B. liez quant ci t’ai tr.
  77. AB. Ainssi et ton.
  78. Si fu.
  79. B. et touz oisiaus.
  80. B. Si asazé ( A. ahaitié) et en b. p.
  81. B. touchoient.
  82. B. nel mescrois.
  83. nus n’est tr. ; A. nus ne s’i tr.
  84. et à aq.
  85. Mon ms. et A ont aigre (contraire au sens).
  86. noirs, AB. ners.
  87. Je laisse la faute aignel (p. aigniaus) par considération de la rime oisel, qui est correcte.
  88. B. De granz ; A. penances et jeünes.
  89. Enmie.
  90. B. grant p. droite.
  91. lappareille ; AB. sa pareille.
  92. AB. desconfiz (répond mieux à la rime).
  93. cent ans.
  94. pas omis.
  95. B. vois tu.
  96. quil qui soient ; AB. quil quil soient.
  97. B. rades (leçon préférable).
  98. et terres.
  99. Touz.
  100. B. rades ; A. raides.
  101. AB. y osoit on.
  102. B. esquipoient ; A. exipoient.
  103. B. à soi.
  104. nulle.
  105. ne prent ; B. ne prengne et grappe.
  106. celui… le jue.
  107. AB. au fait.
  108. A. leur faus tour.
  109. B. Qui ont.
  110. Et les s., B. Et li s. J’ai adopté la leçon de A. qui seule satisfait à la mesure. Quant à au nombre de p. au nom de (cp. vv. 1222 et 1234), voy. mes Notes.
  111. li maistre ; AB. si maistre.
  112. B. droit chemin.
  113. AB. Leu.
  114. B. li chaut.
  115. B. descive.
  116. d’iaus omis.
  117. B. A son conte.
  118. 1245-46 B. li donne : l’assomme
  119. Naturellement je tiens à part les Bologne notoirement issus de Bononia, mot dont j’ignore l’origine.
  120. Si ce genre est constaté, la forme sommes, que nous avons relevée, au dit des Quatre siéges, 214, est moins étrange.
  121. 123Au v. 1234 l’expression est, en effet, suivie de celle ci : en son conte.