Double Rêve

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Poèmes et Rèveries d’un Paien mistiqeLibrairie de « l’Art indépendant » (p. 151-152).




DOUBLE RÈVE


 
J’ai cru q’on m’enfermait au couvent : c’est un rève !
Je suis morte, il est mort aussi : je bénis Dieu !
Là-bas, sur sa tombe une ombre se lève :
Viens, mon bien-aimé, viens me dire adieu.

— J’ai cru q’on m’enchaînait dans la tour, sur la pière,
Seul, loin d’èle et du jour ; mais non, ce cachot noir,
C’était mon tombeau dans le cimetière.
Qe Dieu soit béni, je vais la revoir !

— C’est toi ! Je savais bien qe tu m’aurais suivie,
Tu me l’avais promis. Cète félicité
Q’on nous refusait pendant notre vie,
La mort nous la rend pour l’éternité.

— Je rèvais de prison, et toi de monastère :
Un baiser ! oublions et mon rève et le tien.
Dieu, qui sépara nos cœurs sur la tère,
Les unit au ciel : je le savais bien !

— Écoute ! un son de cloche a retenti : c’est l’eure
Du dernier jugement pour tous les trépassés ;
Faut-il nous qiter sitôt ? — Non, demeure :
Q’importe le ciel ? restons embrassés ! —


La cloche du matin sonne pour la prière ;
A travers les bàrreaus glisse un rayon du jour,
Tous deus à la fois ouvrent leur paupière,
Èle en sa cèlule, et lui dans la tour.