Drogoman seiner

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Drogoman seiner
Romania2 (p. 425-426).

I Drogoman seiner, s’agues bon destrier
En fol plag foran intrat mei guerrier :
C’aqui mezeis cant hom lor me mentau
Mi temon plus que caillas esparvier,
E non preson lor vida un denier,
6 Tan mi sabon fer e salvatg’ e brau.

II Cant ai vestit mon fort ausberc doblier
E cent lo bran quem det En Gui l’autrier,
La terra crola per aqui on vau ;
E non ai enemic tan sobrancier
Que tost nom lais las vias el sentier,
12 Tan me dopton can senton mon esclau.

III D’ardimen vail Rotlan et Olivier,
E de domnei Berart de Mondesdier ;
Car soi tan pros per aco n’ai bon lau,
Que sovendet m’en venon messatgier
Ab anel d’aur, ab cordo blanc e nier,
18 Ab tals salutz don totz mos cors s’esjau.

IV En totas res semble ben cavalier ;
Sim soi, e sai d’amor tot son mestier
E tot aisso c’a drudari’ abau,
C’anc en cambra non vitz tan plazentier
Ni ab armas tan mal ni tan sobrier ;
24 Don m’ama em tem tals que nom ve ni m’au.

V E s’eu agues caval adreit corsier,

Suau s’estes lo reis part Balaguier
E dormis se planamen e suau ;
Qu’eul tengr’ en patz Proens’ e Monpeslier,
Que raubador ni malvatz rocinier
30 Nol rauberan mais Autaves ni Crau.

VI E sil reis torn’ a Tolosa el gravier,
E n’eis lo coms e siei caitiu dardier,
Que tot jorn cridon : Aspa ! et Orsau !
D’aitan me van qu’eu n’aurail colp premier,
E i ferrai tan queis n’intraran doblier,
36 Et eu ab lor, qui la porta nom clau.

VII E s’eu consec gelos ni lauzengier
C’ab fals conseil gaston l’autrui sobrier
E baisson joi a presen et a frau,
Per ver sabran cal son li colp qu’eu fier :
Que s’avian cors de fer o d’acier
42 No lur valra una pluma de pau.

VIII Na Vierna, merce de Monpeslier,
En raina sai amaretz cavalier,
45 Don jois m’es mais cregutz per vos, Deu lau.


La traduction suivante est celle de Paul Meyer, 1873.


I. Seigneur Drogoman, si j’avais un bon destrier, mes ennemis se trouveraient en une mauvaise passe ; car à peine ont-ils entendu mon nom, qu’ils me craignent plus que les cailles l’épervier, et ils n’estiment pas leur vie un denier, tant ils me savent fier, sauvage et féroce !

II. Quand j’ai vêtu mon fort haubert double, et ceint l’épée que Gui m’a donnée naguère, la terre tremble sous mes pas ; et je n’ai ennemi si orgueilleux qui ne me laisse promptement chemin et sentier, tant on me redoute quand on entend mon pas.

III. Pour la hardiesse, je vaux Rolant et Olivier, pour la galanterie Berart de Montdidier. Ma prouesse me vaut si bonne renommée, que souvent il me vient des messagers, avec un anneau d’or, avec un cordon blanc et noir, avec des saluts qui me remplissent le cœur de joie.

IV. En toutes choses, je me montre chevalier. Aussi le suis-je, et je sais tout ce qui convient à druerie, car jamais vous ne vîtes si charmant en chambre [de dame], ni, les armes à la main, si terrible ni si puissant ; et pour cela m’aime et me redoute tel qui ne voit ni ne m’entend.

V. Et si j’avais un cheval qui fût bon coursier, le roi [Alphonse] vivrait tranquille vers Balaguer, et dormirait doucement et paisiblement, car je lui main tiendrais en paix la Provence et Montpellier ; tellement que brigands et cavaliers de rencontre ne lui dévasteraient pas l’Autaves ni la Crau :

VI. Et si le roi marche sur Toulouse, dans la grève, et si le comte en sort avec ses misérables dardiers qui ne cessent de crier Aspa ! Ossau ! je me vante de porter le premier coup, et j’y frapperai de telle façon qu’ils rentreront deux fois plus vite, et moi avec eux si on ne me ferme pas la porte.

VII. Et si j’atteins quelqu’un de ces jaloux, de ces intrigants qui en dessous attaquent la supériorité d’autrui, et, ouvertement comme en cachette, abaissent joie, vraiment ils sauront quels sont les coups que je frappe, car leur corps fût-il de fer ou d’acier, ce ne leur vaudrait une plume de paon !

Dame Vierna, la merci de Montpellier, et vous seigneur Rainier, maintenant vous aimerez un chevalier, et de ce que par vous mon bonheur s’est accru, je rends grâces à Dieu.