Encyclopédie méthodique - Atlas, T01/Analyse des cartes

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Panckoucke (1p. 1-65).
Atlas encyclopédique-T1-3-A.jpg


ANALYSE


DES CARTES


DE CET ATLAS.


__________________________________
PREMIÈRE PARTIE.
__________________________________


On a des Atlas de différentes étendues & de divers formats : il y en a de pays particuliers dont les cartes ont depuis 4 pieds de Paris, jusqu’à 5 ou six pieds au degré du méridien. Les cartes de France de l’Académie des Sciences, ont 3 pieds 11 pouces 6 lignes 7 points au degré sur les cuivres, & completteront incessamment une suite de 180 feuilles papier grand-aigle ; cela feroit 1170 feuilles du format de l’Encyclopédie, sur la France seule. Les Anglois publient les Comtés d’Angleterre, dont l’échelle est de 5 pieds 7 pouces 6 lignes 9 points, ou d’un fathom au degré. L’image du terrain y est double de celle des cartes de l’Académie. On ne peut se livrer ici à un tel développement ; ce seroit rendre la partie beaucoup plus grande que le tout.

L’Encyclopédie est un palais majestueux, assez spacieux pour que chaque objet, qui concerne les sciences & les arts, y ait son appartement d’une grandeur suffisante, pourvu qu’une partie


quelconque ne soit pas trop disproportionnée à la vaste étendue de ce palais, & n’y occupe pas trop d’espace. On a cru être utile au plus grand nombre, en composant cet Atlas de 120 cartes du format in -4°. de l’Encyclopédie, avec quelques cartes de supplément, sans compter les cartes de la Géographie physique. On verra dans ces tableaux tous les lieux de quelque importance. Les lecteurs qui désireront de plus amples détails, soit autour de leurs demeures, soit par curiosité ou par d’autres motifs, pourront recourir à quelques-uns des morceaux qu’on a consultés, & qu’on indiquera dans ces préliminaires.

Dans l’analyse fommaire que l’on va donner des cartes de cet Atlas, on commencera par les plus particulières, parce qu’elles entreront nécessairement comme parties intégrantes, dans les plus générales. On suivra, dans ce compte, à peu près l’ordre de la construction de chacune.

A
Article premier.

On a sur l’Italie plusieurs déterminations astronomiques de longitude & de latitude, on ne les a point employées sans examen. Dans la Table alphabétique, qui va suivre, de la différence des méri-


diens entre Paris & les principaux lieux de l’Italie, avec leur latitude, on y fera entrer plusieurs points fondés sur des combinaisons géographiques. Les premières seront distinguées des autres par un * astérique.


NOMS DES LIEUX. Diff. des Mérid. Latitude.
* D.°...M.', 10". * D.°...M.', 10".
Ajaccio, (Ifle de Corfe) * 41°...54', 3.
Cap Colonne, (Royaume de Naples.). * 15°...15', 0. * 39°...2', 6.
Ancône, (Etat de l’Eglife.) * 11°...11', 0. * 43°...37', 9.
Aotjst, (Piémont.) * 1°...3', 4.
Barri, (Royaume de Naples.) * 14°...20', 0. * 41°...17', 5.
Bologne, (Etat de l’Eglife.) * 9°...2', 0. * 44°...30', 0.
Bonifacio, (Corfe.) * 6°...42', 7. * 41°...24', 5.
Brescia, (Etats de Venife.) * 7°...50', 0.
Brindisi, (Royaume de Naples.).. * 15°...36', 4. * 40°...51', 6.
Cagliari, (Sardaigne.) * 6°...46', 1. * 39°...19', 8.
Calvi, (Corfe.) * 6°...33', 0. * 42°...32', 6.
Cap Colonne, (Royaume de Naples.). * 15°...15', 0. * 39°...2', 6.
Cap Comino, (Sardaigne.) * 7°...28', 2.
Cap Corse ou Negro * 42°...58', 7.
Cap del Alice, (Royaume de Naples.). * 15°...12', 4. * 39°...27', 6.
Cap de la Melle, (République de Gènes.) * 43°...58', 0.
Cap de Leuca, (Royaume de Naples.). * 16°...8', 1. * 40°...4', 1.
Cap Passaro, (Sicile.) * 12°...58', 1. * 36°...40', 5.
Cap Tavolaro, (Sardaigne.) * 38°...53', 3.
Cap Stilo, (Royaume de Naples.).. * 14°...37', 1. * 38°...29', 4.
Cesena, (Etat de l’Eglife.) * 44°...8, 4.
Chamberi, (Savoie.) * 3°...36', 6. * 45°...31', 9.
Civita Vecchia, (Etat de l’Eglife.). * 9°...26', 6. * 42°...5', 4.
Como, (Milanès.) * 6°...42', 0. * 45°...44', 2.
Corse, (Ifle) Pointe fud * 41°...21', 6.
Crema, (Etats de Venife.) * 7°...31', 0.
Crémone, (Milanès.) * 7°...39', 5.
Domo d’Ossola, (Piémont.) * 5°...57', 5. * 45°...59', 0.
Faenza, (Etat de l’Eglife.) * 44°...17', 3.
Ferrare, (Etat de l’Eglife.) * 9°...18', 2. * 44°...50', 2.
Florence, (Tofcane.) * 8°...57', 0. * 43°...46', 7.
Gaéta, (Royaume de Naples.) * 11°...10', 5. * 41°...14', 2.
Gènes * 6°...37', 0. * 44°...25', 1.
Golfe de Palme, (Sardaigne.) * 38°...59', 4.
Isle de S. Pierre, au fort Charles. {Idem.) * 6°...3', 1. * 39°...9', 1.
Isle de Sardaigne, (Pointe nord.).. * 41°...14', 5.
Livourne, (Tofcane.) * 8°...0', 0. * 44°...33', 0.
Lodi, (Milanès.).. * 7°...11', 0.
Luques, (République.) * 8°...11', 5. * 43°...51', 0.
Malte, Isle, (à la Valette.) * 12°...8', 5. * 35°...54', 0.
Manfredonia, (Royaume de Naples). * 13°...31', 8. * 41°...43', 0.
Mantoue * 8°...26', 2. * 45°...11', 0.
NOMS DES LIEUX. Diff. des Mérid. Latitude.
* D.°...M.', 10". * D.°...M.', 10".
Maretimo, Isle, (Pointe fud-oueft.)}} * 9°...45', 1. * 38°...2', 2.
Palerme, (Sicile.) * 11°...8', 6. * 38°...9', 3.
Milan, (Duché de) * 6°...51', 0. * 45°...28', 2.
Modene, (Duché de) * 8°...36', 5. * 44°...38', 8.
Monaco, (Piémont.).. * 43°...43', 7.
Monstiers, (Savoie.) * 4°...11', 5. * 45°...29', 3.
Naples * 11°...54', 0. * 40°...50', 4.
Nice, (Piémont.) * 4°...56', 2. * 43°...42', 0.
Orbitelo, (Tofcane.) * 8°...54', 8. * 42°...26', 1.
Otrante, (Royaume de Naples.). * 16°...10', 4. * 40°...25', 0.
Padoue, (Etats de Venife.) * 9°...31', 5. * 45°...22', 7.
Palerme, (Sicile.) * 11°...8', 6. * 38°...9', 3.
Parme, (Duché de) * 7°...59', 0. * 44°...45', 8.
Paula, (Royaume de Naples.).. * 13°...54', 3. * 39°...28', 4.
Pavie, (Mantouan.) * 6°...50', 5. * 45°...9', 2.
PÉrinaldo, (Piémont.) * 5°...20', 0. * 43°...53', 3.
Pise, (Tofcane.) * 8°...3', 0. * 43°...43', 1.
Plaisance, (Duché de) * 7°...22', 0. * 45°...4', 0.
Policastro, (Royaume de Naples.). * 13°...18', 9. * 40°...7', 3.
Il Promontorio, (Etats de Venife.) * 11°...44', 0. * 44°...47', 1.
Ravenne, (Etat de l’Eglife.) * 9°...52', 7. * 44°...25', 1.
Regio, (Duché de Modène.) * 8°...17', 5. * 44°...46', 3.
Rimini, (Etat de l’Eglife.) * 10°...14', 7. * 44°...3', 7.
Ripatransone, (Royaume de Naples.) * 11°...26', 6. * 43°...0', 4.
Rome * 10°...9', 5. * 41°...54', 0.
Saint-Jean de Morienne, (Savoie.) * 4°...2', 0. * 45°...21', 0.
Salerne, (Royaume de Naples.).. * 12°...25', 2. * 40°...37', 3.
Saluces, (Piémont.) * 5°...10', 6. * 44°...40', 4.
Sienne, (Tofcane.) * 9°...3', 3. * 43°...22', 0.
Syracuse, (Sicile.) * 13°...7', 3. * 37°...3', 0.
La Specia, (République de Gènes.). * 7°...26', 0. * 44°...11', 7.
Suze, (Piémont.) * 4°...50', 3. * 45°...9', 7.
Tarente, (Royaume de Naples.). * 14°...59', 2. * 40°...44', 5.
Terracina, (Etat de l’Eglife.).. * 10°...54', 6. * 41°...18', 8.
Trapano, (Sicile.) * 38°...3', 5.
Trigno, rivière, (à l’embouchure.) * 42°...12', 8.
Turin, (Piémont.) * 5°...19', 6. * 45°...4', 2.
Venise * 9°...56', 5. * 45°...27', 1.
Vérone, (Etats de Venife.) * 8°...36', 7. * 45°...26', 4.
Vicence, (Etats de Venife.) * 9°...10', 5.
Urbino, (Etat de l’Eglife.) * 10°...18', 8. * 44°...43', 6.

Afin que l’on puisse apprécier ici, le degré d’exactitude que comportent les déterminations, appuyées sur des combinaisons géographiques, on fixera d’abord la longueur de l’ancien mille romain, vu qu’on s’en est servi pour vérifier l’échelle des cartes qu’on a employées dans ces combinaisons, spé-


cialement quand on n’avoit pas deux latitudes observées, en des points situés convenablement sur ces cartes, pour effectuer cette vérification, & ensuite on apportera quelques exemples de ces combinaisons.

Il y a 75 milles romains dans un degré de latitude ; une échelle de ces milles fe trouve prefque fur toutes les cartes de la mer Méditerranée, cela prouve qu’on les y employé fréquemment ; c’eft encore aujourd’hui le mille de Gènes, c’eft auffi celui de la partie méridionale de l’Italie, d’ailleurs il y a 3 de ces milles dans la lieue commune de France, de 15 au degré ; le mille commun d’Allemagne, de 15 au degré, en renferme 5, &c.

Ce mille étoit de 5000 pieds romains, ou de 3 000 pas géographiques, par conféquent le degré contient 375000 pieds romains ; mais quelle étoit la longueur de ce degré ?

Le Mekias, qui fignifie mefure ou le nilomètre, eft une colonne de marbre tenant à un édifice de même nom, placé dans l’ifle Rodda, au milieu du Nil, près du vieux Caire.. Cette colonne eft divifée en dwakh, drâh ou coudées ; ce devakh, appliqué à mefurer les crues du Nil, eft antérieur au règne de Séfoftris ; ainfi ce drâh a bien 4000 ans d’antiquité, malgré cela il n’a pu varier, ni par les injures répétées du temps, ni par des changemens de domination, vu les conféquences. Il déterminoit l’abondance des récoltes, Se régloit l’impôt fur les terres ; fi les eaux s’elevoient à 16 drâh ou coudées, il y avoit pleine récolte : lorfque la crue du fleuve ne montoit qu’à 12 coudées, il y avoit famine ; & fi les eaux furpaffoient 18 devakhs, elles limitoient les femailles, en féjournant trop fur les terres, & caufoient en outre de grands ravages.

Un modèle exact de cette antique coudée nous a été communiqué, il donne à cette coudée, mefurée plufieurs fois avec le plus grand foin, 1P. 8r. 6lig. 5per. 11/24 du pied de Paris, ou 0, T2852487 en fraction décimale de la toife. Le devakh eft 400 fois dans le côté de la bafe de la grande pyramide d’Egypte, fïtuée au couchant, & non loin du Caire. Ce côté ou ftade eft 500 fois dans le degré, felon Ptolémée, Marin de Tyr, Strabon, Moyfe de Korene, &c. ; ainfi cette coudée eft 100000 fois dans le degré du méridien : or, 0, T 2852487 X 20000Q produifent pour ce degré, 57049T ; en conféquence, le mille romain, qui en eft la 75me. partie, vaut 760T. 2/3 ; l’ancien pied romain devoit donc être de 10 pouces 11 lignes 5 points, & 1/16 du pied de Paris.

La coudée du nilomètre eft à l’ancien pied romain comme 375000 eft à 100000, ou comme 35 eft à 8. Les élemens de ce rapport ont été énonces ci-deffus.

Si cette conclufion avoit befoin de preuve, on pourrait l’adminiftrer. Le pied de Caftille eft la moitié du devakh, ce pied eft par conséquent de 10 pouces 3 lignes 2 points, & 11/16 du pied de Paris, Le pied efpagnol étoit divisé originairement


en 16 doigts, parce que le drâh en a toujours eu 32. Dans le Code des loix de Caftille [Lev IV.], fi on lit que la paffada aya cinco pies de oms mefurado y el pie quinze dedos, c’eft qu’en comparant ce pied efpagnol au pied romain, celui-là n’a que 15 doigts de celui-ci ; or les feize quinzièmes du pied de Caftille valent 10 pouces 11 lignes 5 points & 1/16, c’eft exactement le pied romain.

L’aune de Paris eft de 4 pieds romains ; mais, le quart de l’aune drapière qui doit égaler ce pied eft de 131 lignes & 2/5, tandis que le quart de l’aune mercière eft de 131 lignes & 1/7 ; la différence de ces pieds eft de 11/33 de ligne ; le pied romain véritable eft de 131 lignes & 4/9, ou très-peu moins, c’eft pourquoi des 11/33 de ligne de différence, on en ajoutera 2/45 au pied qui fe déduit de l’aune drapière, & l’on en ôtera 17/63 de celui qui fe conclut de l’aune mercière ; en conféquence, afin d’égaler ces aunes à 4 pieds romains, il ne faudrait augmenter la première que de 8/45 de ligne, & diminuer la féconde d’une ligne & 5/63. Il eft très-peu de mefures d’un ufage habituel, qui confervent plus exactement, la longueur du pied romain que l’aune de Paris, furtout celle des drapiers.

L’ancien mille romain étoit de 8 ftades olympiques, il y avoit des ftades de différentes longueurs ; (Pithagore, Aulugelle,) mais chacun contenoit 600 pieds. Le ftade olympique étant la 8.me partie du mille romain, eft de 95T 1/12, par conféquent le pied grec, qui en eft la 600.me partie, eft de 11 pouces 4 lignes 11 points. On dira un mot fur les autres mefures itinéraires principales, à mefure qu’elles fe préfenteront.

Voici maintenant quelques exemples des combinaifons qu’on a promifes.

Pour vérifier la longimde de Turin, on s’eft appuyé fur Grenoble & fur Embrun, dont la longitude & la latitude font connues par les mefures de l’Académie. On a trouvé qu’il y avoit en droite ligne de Grenoble à Turin 79,’Miles 3 : 80, M 3 : 81 M 5 : 82, M 5 : 82, M 8 : 83, M 0 : 85 M 6 : & d’Embrun à Turin 56Miles 5 : 57, M 3 : 57 M 5 : 58, M 8 : 59 M 3 : 59, M 3 : 61 M 2, l’échelle des cartes qui ont donné ces diftances, ayant été vérifiée ou corrigée, comme on en a prévenu.

La fomme de ces diftances, en affemblant toujours la plus grande avec la plus petite, eft de

79, 3 + 61, 2 = 140, 5.

80, 3 + 59, 3 = 139, 6.

81, 5 + 59, 3 = 140, 8.

82, 5 + 58, 8 = 141, 3.

82, 8 + 57, 5 = 140, 3.

83, 0 + 57, 3 = 140, 3

85, 6 + 56, 6 = 142, 2. La fomme moyenne peut être de 140/* 6. La différence entre les mêmes diftances, en affortiflant toujours les moindres avec les moindres, eft de

79>3

80, 3

81, 5

82, 5

82, 8

83, 0,

85, 6

56, 6 = 21, 7.

57, 3 = 2 3 » ° 57>5 = M, ° 58, 8 = 23, 7.

! 9>3 = *3>î

59, 3 = 2 3>7 61, 2 = 24, 4.

La différence commune peut être de 23, ^ 6 : c’eft pourquoi la diftance de Grenoble à Turin fera, d’après les fept diftances fournies par les cartes, de 1 J2lt±l^ = Sz M, 1, ôc’celle d’Embnrn à Turin fera de ! £li^Li= 5 8 M, 5.

Ces diftances font plus courtes, chacune d’environ un demi-mille, qu’il ne faudroit pour atteindre jufqu’à la longitude de Turin, qui eft, félon les obfervations, par 5.° 20/0, &c par 45. ° 04^2 de latitude, tandis que Grenoble, la terre étant applatie feulement d’~, eft par 3. ° 22^9 de longitude, & fa latitude eft de 45. 1 1^9 ; en même temps qu’Embrun eft dans la même hypothèfe, félon le calcul de M. Maraldi, par 4° 08, 1 de longitude, & par 44° 3 4’, i de latitude ; mais ce qui favôrife la longitude obfervée de Turin, c’eft que fur la grande carte de l’Académie, on trouve pour Embrun environ trois quarts de minute de degré de plus en longitude.

Quand bien même des diftances prifes ou eftimées parmi de très-hautes montagnes, pourroient atténuer le réfultat des obfervations faites à Turin, la longitude de cette ville ne feroit trop forte que d’environ 3" de temps, & même fi l’appla finement de la terre n’eût pas obligé de diminuer la longitude de Grenoble de 3" en temps, & celle d’Embnrn de 1" ~, la longitude de Turin feroit parfaitemeat exacle. On peut conclure de là que la longitude de Turin, qui eft de o 21’20", pourroit fe réduire, fans inconvénient, à 2.1’18 ou 19". Au refte, quand on eft fi près de la vérité, elle femble fuir devant nous.

On déterminera, dans un fécond exemple, la pofition de Saluces. La longitude de Nice eft de 4° 56’, 2, & fa latitude eft de 43. 32-’, o ; la différence des méridiens, entre Turin &c Nice, eft de 5.° 19’, 7 — 4.° 56’2 = 23’, 5.. La différence en longitude entre Nice & Saluces eft, félon les cartes, de 14’, 3 : 14’, 4 : 14’, 6 : 14’, 7 : 14’, 8 : 1 4’, 9, & 1 5’, o. Cette différence, entre Saluces & Turin y eft de 9’, 1 ; 9’, 1 : 9’, 1 9’, 3, : 9’, 3 : 9^4 & 9’, 5. On a formé de ces différences les fept rapports r • 14. ?. 14, 4. I4i6. 14, 7. 14.3.’4, 9. 15.0 fmvans, — J : — : — : — : — : jg : —L— s, en égalant la fomme des termes de chacun à 23’, 5, par la règle de compagnie, & en affortiflant les termes, on en tirera le rapport unique — : par conféquent la longitude de Saluces eft, par cette voie, de 4. 56’, 2 4— 14^4 = 5. io’, 6. Pour découvrir la hauteur polaire de Saluces, on prendra les différences en latiuide entre Nice èc Saluces pour antécédent, & les différences en latitude entre Saluces & Turin pour conféquent, & l’on aura, en affortiflant les termes, les rapports fuivans, ^ s : m : &* ; Π? 1 J ; 5 —^— 8 • ^ • &*, ’23, 1 • 23, 4 • 23, 5 • 23, 7 • 24, 1 • 24, 1’25, 7’ égalant la fomme de l’antécédent & du conféquent de chaque rapport à 8 1 2, qui eft la différence en latitude entre Turin tk Nice, & en affortiflant les termes, on aura ^ : ^ : # ; 5 —^ • ^ ; ’23’, 6 • 23’, 7 • 23’, 7 • 23’, S • 23’, 9 *

— £ ; — r d’où l’on extraira le rapport unique s — ^ des différences en latitude’; donc la hauteur 23, o

du pôle de Saluces eft de 45. 04’, ! — 13’, 8 = 44. 40’, 4.

On va préfentement s’occuper de la longitude de Chamberi, en la rapportant d’abord à celle de Crémieu, &c à celle de Genève, qui eft de 3.° 48’, 6 ; les différences en longitudes, combinées entre ces ! points, donnent 38’, 5 & 13’, 9. La longitude de Crémieu étant de 2° 5 5’, 2, celle de Chamberi fera de 3. 33^, 7.

Chamberi étant référée à Crémieu & à Embrun^ les différences en longitude combinées, ont données 38’, 7 & 34 /, i, la longitude d’Embnrn étant de 4. o8’7 1, celle de Chamberi fera de 3, ° 33’, 9, Faifant dépendre la longitude de Chamberi de celles de Grenoble & de Genève, les différences ers longitude étant combinées, ont fait trouver 13’, 7 & 1 2’, o, Grenoble étant par 3, ° 22’, 9 y Chamberi fera par 3. 3 6 f, 6.

En rapportant la longitude de Chamberi à Grenoble & à Embrun, les différences combinées ont données 14^0 & 31’, 2, la longitude de Chamberi fera de 3 ° 22’, 9 + i4’, o = 3. 36’, 9, En référant la longitude de cette ville à Crémieu & à Grenoble, les différences analyfées fe font trouvées de 4 1’, 6 & 1 3’, 9’; ainfi la longitude de Chamberi eft, par cette voie, de 3. 36’, 8 r on doit conclure du détail précédent la vraie longitude de Chamberi de 3. 36, 6 ± i’, 4. Il convient actuellement de trouver la latitude de la même ville. Dans cette intention on a analyse les différences en latitude entre Genève, Crs. mieu &£ Chamberi d’une part^ &c entse Turib 7 Embrun, Grenoble & Chamberi de l’autre. Pour abréger, on a mis ces différences avec les latitudes


réfultantes de chacune Table fuivante.


Genève.. -"’, 1 Cremieu. ■’^ 1 Genève.. .. 40’ 4 Cremieu. .. 12’ 7 Genève.. .. 40’ 3 Cremieu. . 12’ O •. 33’, o s.. 30’, 1 t • • Ï7’, 7 M.. 2o’, O Turin.. Turin.. Embrun.. Embrun.. Grenoble….. Grenoble… pour Chamberi, dans la Latitudes rèfultantes, •45-° 37’,’ « 34’, 3 31’, 8 3°’ » 7 l l’, 9 3i’, 4 4S45454545Moyenne 45. 3i’, 9 + i’, 2.


D’après ces combinaifons, il refte une incerti-. tude fur cette hauteur du pôle, laquelle peut aller de 45-°33’; 2 < l 45-°3°’5 8.

On a détermine, avec le même loin, la longitude & la latitude des autres points combinés de la Table ; on a quelquefois enchaîné 5, 6, 7, ou 8 pofitions enfemble, fur —tout lorfque les points, bien obfervés, fe ibnt trouvés affez éloignés pour permettre de placer entre eux plufieurs ftations.

On ne s’étendra pas davantage, quant à préfent, fur cet objet. Lorfque l’on commence un long voyage, il faut fe ménager, fi l’on veut avoir la force de le finir ; d’ailleurs on reviendra plufieurs fois fur cet objet.

Pour donner un exemple des projetions que nous employons dans les cartes particulières, on a choifi fur l’Italie, pour parallèle de projection, celui qui eft à 4i.°3o’de latitude, parce qu’il partage cette région par le milieu. Si un degré du méridien eft exprime par le finus total, en cette forte 1.° 00000 ; le degré du parallèle, en fuppofant la terre fphérique, le fera par le cofinus de la latitude ; c’eft dans cette circonflance o.° 74S96 = 44, w’"" 9341 ou minutes d’un grand cercle terrtilre. On prendra ici pour bafe du triangle de projeclion, l’arc d’un degré du parallèle, fitùé à 41, ° 30’c’e hauteur polaire, alors les deux méridiens rectilignes, qui parleront par les extrémités de cet arc d’un degré, depuis ce parallèle jufqu’a leur concours au pôle apparent, feront, l’un &c l’autre, la cotangente de la latitude ; cela fe verroit à l’infection de la mappemonde, projetée fur le plan d’un méridien, & dont celui du milieu feroit prolongé ; car en traçant fur le premier méridien de cette mappemonde par la latitude du parallèle de projeftiôn, la tangente de la diftance au pôle, qui eft la cotangente de la latitude, elle fera évidemment le rayon de ce parallèle. Le triangle de projection a deux angles droits fur fa bafe ; pour trouver l’angle P, formé par la rencontre des deux méridiens au pôle apparent, on fera l’analogie la plus ordinaire de la Trigonomé-


trie ; la cotangente de la latitude eft au finis total ^ qui eft celui de l’angle oppoié, comme le cofinus de la latitude, c’eft l’arc d’un degré du parallèle, eft au finus de l’angle oppofé P = c £~, en faifant le finus total R égal à l’unité : mais par les premières notions de la Trigonométrie, cette expreffion eft une de celle du finus de la latitude, qui, dans cette occafion », eft égal à o.° 66262 = 39^75 72.

Pour, exprimer en degrés du méridien la cotangente de la latitude, qui eft le rayon ç du parallèle, on dira tang.p : cof.lat. ::fin. total : ? = C —B^ ?’, qui, dans cet exemple, fera de ? ! i2 4 _2_ ==64.°, 76, ce o°, 01156— nombre de degrés étant réduit en minutes fera de 3885’, 8. Les cartes particulières de l’Italie dans cet Atlas ont toutes, pour échelle, fur les deffins, 2 pouces f, au degré de latitude ; ainfile rayon de projeûion y aura 155 pouces <f lignes. Ce rayon eft trop grand pour qu’il puiffe fervir commodément à décrire les parallèles ; c’eft pourquoi on procédera de la manière fuivante.

Sur une feuille de papier de grandeur fuffifante, on mènera une droite au milieu dans toute fa longueur ; ce fera le méridien fiftié dans ce cas à io.° de longitude orientale de Paris : on divifera ce méridien en degrés de latitude, chacun de 2 pouces ~, ils feront numérotés au crayon par des chiffres, depuis 35. jufqu’à 47., en allant du bas vers le haut ; enfui te par les hauteurs de 3 6.°, 41.° 30’, & de 47. on tracera légèrement des perpendiculaires à ce méridien. Pour divifer chacune de ces perpendiculaires en degrés des parallèles, dont elles font les tangentes, on a vu que l’angle p. = 39’, 7572, & que fa tan » gente eft de o.°, 01156^-, il eft facile de trouver que tang. 2/>. — tang, p. = o, 01 1 57 : tang. 3/7., — tangente zp. = o, o 1 1 58 : tang. 4/ ». — tang. 3/7. = 0, 01 159 : tang. jp. — tang. 4/ ?. = o, 01 160 : tang. 6p. — tang. 5/>. = o, o 1 1 6 1 : & que tang. jp. — tang. 6p. = 0, 01163. La tangente de p. & les différences des tangentes dont on vient de s’occuper, expriment les valeurs fucceffives des degrés des parallèles, dont l’origine eft fur le méridien du milieu ; valeurs qui font relatives à celle de l’angle p. ; pour obtenir ces valeurs, en minutes d’un degré du méridien, on dira R : f ::tang. p. : x = ? X tang./7., en faifant toujours le finus total égal à l’unité. La valeur de x montre qu’on doit multiplier la tangente de p. & les différences des tangentes précédentes par f = 3886’, afin d’avoir en minutes d’un degré de grand cercle les degrés fucceffifs des parallèles, dont l’origine eft fur le méridien du milieu, faifant les multiplications indiquées, on aura progreffivement fur la tangente du parallèle de projedion 44^9 ; 45’, o ; 45’, o ; 45^0 ; 45’, 1, 45’, 1 ^ ; 45’, 2. Dans la partie inférieure de la carte à 3 6.° de latinide, le rayon du parallèle augmente de 5. j = 330’; c’eft la partie du méridien comprife entre le parallèle de projeftion & celui de 3 6.° ; ce rayon efl:alors de 3886’+ 330’= 4216’, & dans la partie fupérieure, à 47. de hauteur, ce rayon diminue de 330’; parce que le parallèle de 47. approche plus du pôle apparent où eft le centre, que le parallèle de projection de 5. ~; ainfi ce rayon fe réduit à 3886’— 330’=3556’. Calculant avec ces nouveaux rayons, les degrés de parallèles, en minutes & dixièmes de minute de grand cercle fur les tangentes, on trouvera qu’ils font à 36° de 48’, 7 ~ : 48’, 8 : 48^, 8 148’, 9 : 48’, 9 : 48’, 9, & 49^0, on verra de même qu’ils font fur la tangente du parallèle— 47. de 41’, 1 141’, 1 141’, 2 : 4i’, 2 : 4 i /, 2 : 4i /, ^, & de 41’, 4.

On tracera une échelle de dixme, dont le degré du méridien, qui eft ici de i8 s —~, contiendra 600 parties ; ce font les dixièmes de minutes que renferme un degré de grand cercle.

Enfuite on portera à droite & à gauche du méridien du milieu 487 £ parties de l’échelle, fur la perpendiculaire ou tangente qui pafle par 3 6° de latitude : 449 fur celle qui eft par la hauteur de 41. 30’, & 411 fur celle qui eft tracée par 47.° de hauteur polaire. Ces parties font les dixièmes de minutes d’un grand cercle comprifes dans un degré du parallèle aux latitudes indiquées ; elles ont été trouvées ci — deffus. Par les points marqués à l’extrémité de ces parties, ainfi portées, on tracera un méridien à droite, & un à gauche de celui du milieu ; enfuite on portera 488, 450 & 411 parties prifes de même fur l’échelle, refpeftivement, fur les tangentes tracées à 36. °, à 41. ° 3o’, &à47." delatitude, depuis les méridiens qu’on vient de tracer à l’orient & à l’occident, & par les extrémités de ces diftances, on tracera deux nouveaux méridiens. On continuera de même à porter 488, 489, 489, 489, & 490 parties de l’échelle, fur la perpendiculaire tracée à 3 6.° de latinide ; à porter 450 ; 450 ; 45 1 ; 45 1 & 452 parties, fur la tangente tracée à 41. 30’de hauteur, & à porter 411 ; 412 ; 412 ; 413 &c 414 parties de l’échelle, fur la tangente tracée à 47.° de latitude, puis l’on tracera par les points correfpondans de nouveaux méridiens. Ayant placé fur la carte tous les méridiens qu’elle peut admettre, traçons —y les arcs circulaires des parallèles. L’angle/ », étant de 39’, 7572, en le prenant 7 fois, on a 4. 38’, 3 ; la fécante extérieure de cet angle, prife dans les tables, eft fec —R= 0, 003 29 » ma ^ s I e rayon f, pour le parallè’e de projection, eft de 3 886’; ainfi on trouvera la fécante extérieure x, exprimée en minutes pour la carte d’Italie, en difant R : fec — R ::f : ^=0, 00329x3886’. = 12’, 7836. Lorfque les angles font petits, les fécantes extérieures fuivent la raifon des quarrés des angles ; c’eft pourquoi pour jp. ayant 1 2’, 8 ; pour 6p. on aura 7X7 : 6x6 :: 1 %’, 8 : 9’, 4 ; pour jp., on obtiendra ~ X 1 2’, 8 = 6’, y. pour 4p. il viendra £| x 12’, 8=4’, 2 ; pour 3/j., on trouvera ~ x 1 2’, 8 = 2’, 3 ^ : pour ip., on découvrira ^x ii’, 8=i’, o ; & pour/ ;., on aura A i.° du parallèle de projection, à droite & à gauche du méridien du milieu, on portera vers le nord fur les méridiens qu’on y a tracés, 3 parties de l’échelle, depuis la tangente qid paffe par4i.° 30’ de latitude : à 2. de ce parallèle, à les compter toujours du milieu de la carte, on portera fur les méridiens qui y paffent, 10 parties de l’échelle & vers le nord : à 3. ° de ce parallèle, tant à l’orient qu’à l’occident, on portera 23’— parties fur les méridiens toujours vers le nord, & en partant conftamment de la tangente : à 4., à droite & à gauche du milieu de la carte, on portera fur les méridiens 42 parties : à 5. °, on y en portera 6 5 : à 6.°, on y portera 94 parties, & à 7., on y en portera 1 28. Si l’on enchaîne de fuite par des droites tous les points que l’on vient de marquer fur les méridiens, au nord de la tangente de projection, oh aura 14 côtés d’un polygone régulier infcrit au cercle, qui contiendroit plus de 543 de ces côtés, lefquels fe confondraient, à très-peu près, avec la circonférence du cercle circonfcrit ; par conféquent on peut prendre la portion du périmètre du polygone que l’on vient de décrire, pour l’arc cherché du parallèle. Afin de décrire les arcs des parallèles qui panent par 41. & par42.° de latitude, on prendra un demidegré ou 300 parties fur l’échelle, que l’on portera fur les méridiens, au deffous & au deffus du parallèle de 41° 30’, qui vient d’être décrit, & l’on joindra ces nouveaux points par des droites, afin d’avoir les parallèles demandés. Pour obtenir les autres parallèles, on prendra fur l’échelle un degré ou 690 parties, que l’on portera depuis le parallèle de 41.° fur les méridiens, 5 fois vers le haut, & depuis le parallèle de 41 degrés, on portera la même ouverture 5 ou 6 fois fur les méridiens vers le bas ; enfuite on liera les points correfpondans par des droites qui donneront les parallèles défirés. On auroit pu décrire les parallèles de 47° & de 3 6.°, comme on a décrit celui de 41. ° 30’, alors les fécantes extérieures, exprimées en minutes dvi méridien, auraient été relatives aux rayons de ces parallèles, conféquemment, afin d’obtenir ces fécantes pour 47°, on multipliera celles qu’on a employées par IHI, & afin d’avoir ces fécantes à 3 6.° de hauteur, on multipliera celles dont on a fait ufage par ±f£|. Par exemple, la plus grande fécante iz’, 8 qu’on ait employée, deviendra 11’, 7 à 47.° & 1 3’, 9 à 3 6.°, & ainfi des autres à proportion. Les méridiens font en ligne droite fur la carte d’Italie, parce que dans environ n.° de hauteur qu’elle contient, les cofinus des latitudes qui expriment les degrés des parallèles, font à très-peu près en progreffion arithmétique ; mais fi la carte avoit beaucoup plus de hauteur, les méridiens y feraient néceffairement courbes, fur-tout vers les extrémités orientales & occidentales de la carte ; alors il faudrait porter fur les arcs des parallèles, la valeur des degrés de ces mêmes parallèles, afin d’avoir par leurs extrémités divers points par où les méridiens courbes doivent paffer. On commencera par s’entretenir des cartes particulières de l’Italie de l’Atlas Encyclopédique ; elles font toutes de même échelle fur cette région, C’eft la carte du Royaume de Naples & de celui de Sicile, en deux feuilles, qui en a déterminée la longueur ; le haut de l’Abruzze ultérieure y touche au cadre fupérieur, & l’Ifle de Malte touche à l’inférieur ; l’échelle qui en eft réfultée a, fur les deffois, z8 lignes f au degré.

§• I.

la Savoie, le Piémont, le Mont — Ferrât & la République de Gènes, avec les Duchés de Milan & de Parme. N°. 57,

LES lieux de l’Italie, contenus dans la Table de la différence des méridiens entre Paris, avec leur hauteur de pôle, & qui fe font trouvés dans ! e champ de cette carte, ayant été placés fur la projedïion, on a affujetti à ces points les meilleurs détails. On pvoit principalement la carte de l’Italie de M. d’Anyslle en deux feuilles ; la carte de Piémont & de $avoie, dédipe à Madame Royale, par Thomafo Porgomo ; celle de M. Jaillot ; la Savoie de J^*Mayer ? & celle de M. Sanfon, en deux feuilles ; la carte du Piémont & du Mont-Terrat, de M. Delifie ; les vallées du Piémont ou des Vaudois, par MM. Jacques Cantelli, Ottens, Nolin ; la République de Gènes, par MM. Chaffrion, Rofli, Jaillot, Bellin, dans YHiJloire des Révolutions de Gènes, &c. Le duché de Milan, de MM. Frattino, Giov ? Antonio Magini, Bonnacina, Jaillot, Homann ; les duchés de Parme & de Plaifance, de MM. Baratteri, Magini, Homann, Nolin.

On n’a pu que choifir & prendre un extrait dans ces grands morceaux combinés, puis on l’a fait paffer fur la carte N°. 57 de l’Atlas Encyclopédique. Pour arrêter la pofition d’Aouft, on s’eft appuyé fur celles de Chamberi & de Milan ; la longinide & la latitude de cette dernière ville font fondées fur les obfervations multipliées du P. la Grange. On a trouve que Gènes étoit 1 4’de degré, à l’oueft de Milan, par nombre de cartes combinées ; Milan eft à 6° 51, 0 de longitude, conféquemment Gènes fera, à très-peu près, par 6.°37’, o. Le mille de Piémont, ainfi que la lieue Gauloife, eft de 50 au degré, fi comme le mille romain, il eft de 5000 pieds, celui de Turin, ou le pied Luitprand, ( nom d’un roi Lombard,) fera au pied romain, comme 75 eft à 50, ou comme 3 eft à 2 ; en conséquence, il vaudra 1 6 pouces 5 lignes z points du pied de Paris ; c’eft la coudée romaine. Mais fi ce mille étoit de huit ftades, le ftade valoit 600 pieds dans l’antiquité, pour lors ce mille ferait de 4800 pieds Luitprand, il y aurait Z40000 de ces pieds dans un degré de grand cercle terreftre, tandis qu’il y a 375000 pieds romains dans le même efpace ; alors le pied Luitprand feroit les

— I ou les — ; du pied romain, il auroit un pied 5 pouces 1 ligne 4 points ■— du pied de Paris : c’eft la braffe de Mantoue. Cette dernière évaluation devrait donner la longueur du pied de Turin ; mais le P. Beccaria l’évalue à 1 pied 6 pouces 1 1 lignes 8 points, du pied de Roi. La première valeur, qui eft la coudée romaine, répond à fort peu près an pied aliprand de Milan’.

Dans le duché de Milan, le mille eft de 66 fan degré, il eft les neuf huitièmes du mille romain ; c’eft le milliaire d’Egypte, compofé de 10 ftades nautiques. C’eft le mille qu’emploient Hérodote, Marin de Tyr, &c. Si par analogie au mille romain, celui du Milanèz étoit de 5000 pieds, chacun ferait les neuf huitièmes du pied romain, & vaudrait 1^. o p. t*. io p ". —j ; ce pied eft le fixième du trabuc de Milan ; mais fi ce mille étoit de 8 ftades, le ftade ayant 6co pieds, ce mille contiendrait 4800 pieds, dont chacun feroit les Q du pied romain, & vaudrait if. o r. io’if. o r ". ; c’eft le pied de Venife, fe-. Ion M, Criftiani ; il eft les j du devakh. C « Ce mille eft en ufage en Tofcane, c’eft auffi la mefure itinéraire dans les provinces Vénitiennes, du moins dans celles qui font voifines du Milanez.

§. II.
L’État de Venife, avec les Duchés de Mantoue & de Modène. N°. 56.

Après avoir pofé les points déterminés dans la Table des villes de l’Italie, on a affujetti à ces mêmes points les cartes dont 0 : 1 devoit faire ufage. On avoit pour le Mantouan Si le Duché de Modène les cartes de MM. Magini, Jaillot, Nolin, Homann ; les environs de Mantoue, par M. de Beaurain ; celles de la république de Venife, des mêmes auteurs, & celles de Covens & Mortier ; la Poléfme de Rovigo, & le diocèfe de Padoue, par M. Clarici ; le Vicentin de M. Angelo-Novello ; le Breffan de M. Léone-Pallavacino, en 6 feuilles, &c. C’eft d’après un extrait de ces divers morceaux, qu’on a conftruit la carte N°. 5 6 de l’Atlas Encyclopédique.

Après avoir arrêté, entre Milan & Bologne, les points de Lodi, Plaifance, Crémone, Parme, Regio & Modène ; après avoir encore fixé, entre Milan & Venife, les points de Créma, Brefcia, Vérone, Vicence & Padoue ; on a déterminé la pofition de Mantoue, en la rapportant à quatre points des deux fuites précédentes. On a obtenu, toutes réductions faites, entre Brefcia & Mantoue 36’, o en longitude,.& io’, 7 entre Mantoue & Vérone ; on a vu enfuite qu’entre Mantoue ek Régio, il s’y trouvoit 8’, 7, & qu’il y avoit io’, 3 entre Mantoue & Modène ; de ces quatre différences on tire la longitude de Mantoue de 8.° 26’, 2.

On vient de s’appuyer fur Modène ; fa polition eft fùre, étant fondée fur des opérations trigonométriques du P. Riccioli, qui a trouvé entre Modène & Ferrare 3 2 M, 6 ; entre Ferrare & Bologne %4 M, 7, & 20 M, 1 entre Bologne & Modène. Si ces opérations avoient befoin de preuve on la trouveroit dans la latitude de Modène obfervée de 44° 38’, 8 par le même Père.

De Venife à Triefte, il y a en ligne droite 7 1 à 72 mi’les ; la hauteur polaire de cette dernière nous a été indiquée de 45° 51’, 5, elle paroît un peu forte ; mais cet excès ne va pas à deux minutes. Avec la latitude de Venife, quieftde45.° 27^1, on a obtenu la différence en longitude entre ces villes, de 1.° 3 6’, 5 ; la longitude de Venife eft de 9. 56’, 5 ; elle a été référée, à l’aide des difîances, à toutes les longitudes obfervées des environs, comme font celles de Vérone, Modène, Bologne, ferrare, Rnvene, Padoue, &c.

De Triefte à Pola, vers le fud de l’Iftrie, les iti-


néraires comptent 77 Oit 78 milles romains, qui valent 62 milles géographiques, milles dont on fe fert conftamment dans cette Analyfe ; cette diftance doit diminuer d’environ un quinzième, parce que la route fe détourne pour paiTer à Parenzo ; air.ii de Triefte à Pola, il y a 5 8 milles, ou à très-peu près, ils s’y trouvent complètement fur notre carte.

De Pola à Ancône, Pline compte 1 2o M., qui valent 960 ftades ; mais Pline qui ne s’occupe que du nombre, & non de la valeur des ftades, doit être interprêté ; cette route étant parcourue à la mer, on s’y fervoit du ftade d’Arthémidore, dont 10 entroient dans le mille romain. M. Danville a prouvé, dans fon Traité des Mefures Itinéraires, l’exiftence de ce ftade, même fur terre. Les 96a ftades de Pline ne valent donc ici que 96 milles romains ou 76, 8 milles géographiques, ils fe trouvent fur notre carte depuis Ancône jufqu’à l’entrée du petit golfe de Pola.

Pour aflujettir la partie du nord de l’état de Venife, on s’eft appuyé fur divers points extérieurs à l’Italie, on en fera mention dans l’analyfe de l’Autriche & de la Suiffe.

Il refte à s’entretenir des mefures itinéraires de l’état de Venife ; le pied de cette ville doit être l’élément de ces mefures. Ce pied, fuivant Hérigonius, eft, mefure de Paris, de i F. z p. y’s. f s. Il vaut, félon Snellius, i J ou très— peu moins. Suivant M. Criftiani, il eft de i p. o. io" s., & félon M. de la Lande, il eft de i p. oS. tf*. 8’". ~ à très-peu près.

A l’imitation du mille romain, fi celui de Venife contient 1000 pas de 5 pieds chacun ; ce mille fera, félon Hérigonius, de Ç)<)O t.t, & il y en aura 57au degré ; il fera de 978 toifes, félon Snellius, & il y en aura 58 }au degré, il fera de 89 i r. f, fuivant M. Criftiani, & il y en aura précifément 64 au degré ; il fera de 8S9 7 ". 7, fuivant M. de la Lande, & il y en aura auffi 64 au degré, ou à fort peu près.

Mais fi ce mille étoit de 8 ftades comme le mille romain, & que chaque ftade valût éoo pieds, ainfi que dans l’antiquité, alors ce mille vénitien ne contiendroit que 4800 p:eds, il y auroit 60 de ces milles au degré, fïlon Hérigonius ; il y en auroit environ 60, félon Snellius ; 66 f, félon M. Criftiani, & 66 | ou à fort peu près, félon M. de la Lande.

Il refaite de là que le mille de Venife, fous le premier afpe£t, peut être de 57}, de 58 j, ou de 64 au degré ; fous le fécond, dans la marine vénitienne, il eft de 60 au degré, des cartes hydrographiques du moins le témoignent; ainfi le pied d’Hérigonius, qui eft de 288000 au degré, auroit Heu dans la marine vénitienne, & cet habile Mathématicien ne l’a évalué plus long qu’il ne doit être que de 3 points. Mais, en général, dans les provinces de cet Etat le mille y eft de 66 y au degré ; l’échelle des cartes de M. Magini & celles de quelques autres y font conformes ; c’eft le mille Afiatique, c’elt celui d’Egypte, c’eft le mille nautique ; il a été d’un ufage fort étendu dans l’antiquité. Le pied vénitien de M. Criftiani, qui en eft l’élément, eft 320000 fois dans le degré. En outre, la brafTe pour les draps, à Venife, eft de 166666 j au degré ; il y a 2500 de ces brafles au mille de 66 T au degré. Cette braffe eft de 2 pieds ; ainfi il y a 3 3 3 3 3 3 ~ de ces pieds au degré. C ette dernière meiiire reviendra plufieurs fois dans la fuite.

§. III.
Etat de l’Eglife & Duché de Tofcane. N°. 55.

La partie qui contient l’état de l’Eglife, eft une réduction de la carte des PP. Maire & Bofcovich, en 3 feuilles ; en l’affujettiffant aux points obfervés, elle ne s’eft nullement déformée, & cela devoit être, étant un fruit de la mefure de l’arc du méridien, que ces habiles Mathématiciens ont exécutés entre Rome & Rimini. En s’accordant avec les obfervations modernes, cette carte n’eft pas moins conforme aux connoiffances que l’on peut puifer dans l’antiquité. Pline, par exemple, fait la largeur de l’Italie, depuis les bouches du Tibre, dans la mer de Tofcane, jufqu’à l’embouchure de l’Aternum dans la mer Adriatique, près de Pefcara ; il fait cette longeur de 136 mille pas, qui valent 108 f milles géographiques. En mefurant les huit diftances dans laquelle la largeur totale 108 f eft divifée par les itinéraires, on y trouve 6 mille de plus, parce que ces intervalles s’écartent à droite & à gauche de la ligne droite, ou du plan vertical. On a étudié qu’ils s’écartent aufli du plan horizontal, en montant &c en defeendant environ trois fois moins en général que dans l’autre fens ; ainfi ce feroit de cette part 2 milles 1/4 : l’agrégée de ces deux écarts de la ligne droite eft de 9 milles, en ôtant cette fomme de la diftance itinéraire 108 f milles, il reftera 99 milles 1/2 ; c’eft la diftance qui fe trouve fur notre carte entre les deux termes indiqués.

A l’égard de la partie qui renferme la Tofcane, on a choifi la carte de Tobie Mayer : la réputation méritée de ce favant Aftronome & Géographe, lui a valu cette préférence. La liaifon de la Tofcane avec l’état de l’Eglife, des PP. Maire & Bofcovich n’a pas été fans difficulté ; les méridiens & les parallèles de la Tofcane, voilins de l’état du Saint


Siège, fe font affez tourmentés ; mais en s’âppuyant d’une part fur divers points de la carte géométrique de l’état du S. Siège, & de l’autre, « fur les pofitiops déterminées de la Tofcane 6c des pays voilins, on eft parvenu à tracer, fur la Toicane de M. Mayer, les méridiens & les parallèles d’une manière convenable, puis on en a fait paffer l’extrait fur notre carte. Si l’on eût choifi un autre type, la carte de Magini, par exemple, elle fe feroit beaucoup plus défo mée que l’autre, laquelle ayant été publiée 48 ans après, M. Mayer a profité des acquittions que la Géographie a faite, dans cet intervalle, fur cette partie de l’Italie.

§. IV.
Les Ifles de Corfe & de Sardaigne, N°. 54.

Après avoir placé les pofitions déterminées, ce numéro eft une combinaifon de trois cartes pour chacunes de ces Mes, fçavoir pour la Corfe, d’une qui a été levée par les ordres de la République de Gènes, publiée par M. Jaillot ; une autre par M.Bellin, qui fe trouve dans l’Hiftoire des révolutions de Corfe ; une troifLme, dreffée par les ordres de M. de Maillebois, mife au jour par M. Robert.

A l’égard de la Sardaigne, elle eft également le fruit de la combinaifon de trois cartes ; fçavoir une, levée par des Ingénieurs Piémontois, publiée par M. le Rouge ; une autre publiée par les héritiers d’Homann ; pour la troifième, on a cru devoir choifir celle qui fe trouve fur la Méditerranée, de M. Grognard ; on à vérifié ou rectifié l’échelle de chacune de ces cartes, par le moyen des obfervations de latitudes faites par M. de Chazelles & par le P. Feuillée, & on les a toutes afiiijetties au vrai méridien. On s’eft apperçu que celle de rifle de Corfe, levée par les ordres de la République de Gènes, n’étoit orientée qu’à la bouflble, & que la verge d’échelle de 1 5 milles d Italie, qui eft égale à celle des 5 grandes lieues de France qui l’accompagne, font pour la première des milles de Gènes de 75 au degré, & pour la fèco : de des lieues communes de Fiance de 25 au degré.

On demandera fans doute, fur quel fondement eft appuyée la longitude de ces Iilcs, ou ce qui revient au même, quelle eft la bafe de leur liaifon, avec quelques points du continent voifin ? En voici le précis. Dans les Mémoires de l’Acad. Roy. des Sciences, an. 1722, fuivant les obfervations de M. le Marquis de Salvago, de Gènes fur l’Idc de Corfe, combinées avec celles de M. de la Hire, d’Amibes fur la même Ifle, il en réfulteque Calvi eft 3 ou 4’de d. gré à l’occident deXïènes ; or, Gènes eft à 6.° 36 ou 37’de longitude, par conféquent Calvi eft par 6° 33’, 0.

Il conviendroit encore d’avoir au moins, un point de longitude dans l’Ifle de Sardaigne. Pour cela, après avoir vérifié ou corrigé l’échelle de dix cartes différentes, on a eu dix fois la diftance de Naples à Cagliari, & dix fois celle de Gagliari à Palerme. Voici ces diftances avec leurs différences.

146™"" ; ; ; 249. • 2*0. <~i 252. . ^. <n 254. 255. .. k.. 256. Sa 259. .. 263. .. Palerme. Différence. 2I0 M.. .. 36 M. 212.. . 36. 213.. . 36. 214.. . 36. 2l6.. 36. 217.. 37 ■ 219.. 36. 219.. • 37 • 220.. 39 • 221.. • 42. Dlff. moy. 36.

Pour obtenir la fomme moyenne, on a toujours ajouté la plus grande diftance de la première colonne avec la plus petite de la féconde, & l’on a eu cette fomme de 470 milles ; par conféquent la diftance de Naples à Cagliari eftde 47 °^ 3 =253, & celle de Cagliari à Palerme eft de ^Zlzi_ == 2, 17 snilles.

Sur les diftances de Naples à Cagliari, on n’a point touché à celles qu’ont donné les cartes de la Méditerranée, de MM. Grognard, Bellin, Olivier, ni à celle de Yltalia de M. DelHle ; les échelles de ces cartes, fur cet efpace, ont paru exactes, y ayant compenfation entre les deux moyens de vérification dont on a prévenu. On n’a point touché, par la même raifon, aux diftances entre Cagliari & Palerme, qu’ont procuré les cartes de M. Delifle fur Xltalïa, ni à celle de l'Italia de M. Robert, ni h celle de l’Italie de M. Jaillot, ni à celle de la Méditerranée de M. Olivier.

La diftance 253 milles, depuis Naples, qui eft à 40. 50’, 3 de hauteur, jufqu’à Cagliari, qui eft par la latitude de 39° 19’, 8 donne, la terre étant applatie, pour la différence en longitude, entre ces villes, 5. o8’, 0 ; or la longitude de Naples eft de 11.° 54’, 0 ; par conféquent, celle de Cagliari fera de 11.° 54’, 0 — 5.° o8’, 0 = 6.° 46’, 0. La diftance 217 milles de Cagliari à Palerme, dont la latitude eft de 38.° 09’, 3 donne dans la même hypothèfe, pour la différence en longitude entre ces villes, 4. 22’, 8 : la longitude de Palerme étant de 11, ° 08’, 6,


celle de Cagliari fera de 6.° 45’, 8 ; d’autres combinaifons analogues ont fait conclure la longitude de Cagliari de 6.° 46’, 1, en prenant le milieu entre divers réfultats.

En conféquence des longitudes de Calvi & de Cagliari, on a fixé celle de Bonifacio. Pour cela on a fuivi la méthode qu’on a employé fur Saluces. Les différences des méridiens, entre Calvi & Bonifacio, & entre Bonifacio & Cagliari, fe font finalement trouvées de 9^7 & de 3’, 4, d’où fuit la longitude de Bonifacio de 6.° 42’, 7.

L’Ille de éaint-Pierre, à la côte fituée au Garbino de la Sardaigne, eft par la hauteur de 39. 09’, 1 » obfervée par le P. Feuillée. Depuis le fort Charles de cette Me jufqu’à Cagliari, il y a 39% 1 félon a> diftances, &C Cagliari eft plus au nord que ce fort de 10’, 8, félon dix indications ; conféquemment les 39 M, 1 donnent pour différence en longitude entre ceslieux, 43 /, ij ainfi le fort Charles eft par 6.° 03’, o de longitude.

Ce fort eft plus nord que le cap Tavolaro, fitué au fud de la Sardaigne de 1 5’, 8 ; cette quantité eft extraite de neuf indications ; ainfi ce cap a 3 8.° 53’, 3 de latitude. On a encore cherché la pofition géographique de quelques points de ces Mes ; on les trouvera dans la Table de la différence des méridiens qui précède.

On n’a pas oublié d’enchaîner l’ifle de Corfe avec la Tofcane. Pline indique la diftance de Vada jufqu’en Corfe, de 62 milles-pas, c’eft 496 ftades ; mais de quel ftade eft-il queftion ? c’eft celui d’Arthémidore, ou plutôt c’eft le ftade nautique. La mefure itinéraire des Tofcans eft encore aujourd’hui le mille nautique de 66 f au degré ; & ce mille étoit compofé de 10 ftades ; ainfi il y en avoit 666 § au degré. Il étoit les ^, & celui d’Arthémidore, les ? du ftade olympique; les 496 ftades nautiques de Pline, fe réduifent à 44 6 f ftades olympiques, ou fi ces ftades étoient d’Arthémidore, ils ne vaudraient que 396 f ftades olympiques. Les premiers valent 44 f milles géographiques, & les derniers en valent 39:ceux-là fe trouvent, en effet, entre Vada & la Giraglia, écueil & tour vers la pointe du cap Corfe, & celle-ci mefure la plus courte diftance, de la Giraglia jufqu’à la côte de Tofcane. En forte que fi Pline, a eu en vue d’exprimer la plus courte diftance, de Tille de Corie à la côte de Tofcane, ce n’étoit point de Vada qu’il falloit partir, & alors fon ftade aurait été celui d’Arthémidore; mais s’il s’agit en effet de la diftance^de Vada à cette Me, comme il le dit lui-même, c’eft le mille nautique qu’il a employé.

On ne peut guère quitter ces ifles qu’on n’ait affuré, au moins en abrégé, leurs dimenfions principales. La plus grande largeur du levant vers le portent de l’Ifle de Corfe, eft tout au plus de 89’^, 5, félon 1 1 diftances, prîtes fur des cartes préparées pour cet effet.

La plus grande largeur de la Sardaigne, du levant vers le ponent eft, au plus de 77% 5, prife d’après dix cartes.

La plus grande hauteur de la Corfe, û’OJIro vers Tramor.una, jufqu’à la tour de Giraglia, eft exactement de ioo v, 5, & la plus grande hauteur de la Sardaigne, depuis le cap Tavolaro jufqu’à celui de la Tefta, eft exactement de 141% 7.

La moindre largeur du détroit de Ronifacio, placé entre les Mes de Corfe & de Sardaigne, eft de y « 11, 2, félon dix cartes différentes. La carte de M. Olivier porte cette largeur jufqu’à iy M, 3. Cet habile pilote n’a pu élargir li considérablement ce canal, fans anticiper fur la hauteur de la Corfe & fur celle de la Sardaigne.

§. V.
Le Royaume de Naples & celui de Sicile. N°. 52 & 53.

On a déterminé les diftances les plus effentielles, d’après les itinéraires de Jérufalem, d’Antonin, & : la table Théodoiienne, d’après les auteurs de l’antiquité les plus accrédités, tels que font Pto’émée, Strabon, Pline, Diodore de Sicile, Denis d’Halicarnaffe, ôcc. & quelques auteurs modernes, tels que Cluvier, Ortélius, &c. On a combiné les diftances qu’ils donnent & leurs récits avec les meilleures cartes modernes, telles que font celles de MM. Magini, d’Anvilîe, de l’Ifle, Jaillot, Zannoni, Camozio, Bulifon, Cantelli, Homann, &c. auxquelles on a joint les cartes marines de MM. Bellin, Olivier & Grognard.

On eft parti de Terracina, dans l’Etat du Saint-Siège, dont la longitude eft de io.° 54’, 6, la teire étant applatie, & fa latitude de 41.° 18’, 8. La diftance de cette ville jufqu’à Naples, eft de 53 », 1, & la latitude de cette dernière étant de 40° 50’, 3, cela fait obtenir la différence en longitude entre ces villes de 5 9’, 4 ; par ce moyen la longitude de Naples eft de 1 1.° 54’, o, elle eft d’ailleurs confirmée parle réfultat de nombre d’obfervations.

Enfuite, ayant mené une droite du fond du golfe de Gaè’te, jufqu’à la pointe la plus fud, de l’Ifle Procida, on a trouvé que cette ligne ou corde ayant 10, la flèche ou l’enfoncement du golfe vers l’eft étoit de 3. Après cela, on a cherché la diftance qui traverfe l’Italie, depuis le bord du golfe de Gacte jufqu’à l’embouchure du Trigno ; on l’a trouvée de 73 « , 7, d’après plusieurs diftances : on en a Souvent employé jufqu’à 10 ou 1 1 en pareil cas.


Depuis Naples jufqu’à Salerne, il y a i~/ M, o] Se leur différence en latitude eft de 13’, o ; cela donne leur différence en longitude de 3 1, 2, Naples étant par 1 1.° 54’, o, Salerne fera par 1 2. 25’, 2.

Sur la carte du royaume de Naples, en 4 feuilles, que l’on prend principalement pour type, defïinée par M. Zannoni, aux frais & par ordre du Roi des DeuxSiciles ; il n’y a, entre Naples & Salerne, que 23’ », 3, & que 9, 7 de différence en latitude, cela peut venir de ce que le plan que M. Zanr.oni aura réduit, avoit une échelle trop longue.

De Salerne à Manfredonia, il y a 83^, 0 ; mais entre les deux golfes du nom de ces villes, il n’y a que j^ M, o ; fur ces diftances, la carte de M. Zannoni eft très-exacte.

De Salerne à Tarente, il y a 1 1 j M, 1 ; Tarente a pour latitude 40. 44’, 5, & Salerne 40° 37’, 3 ; avec la diftance connue, cela donne la différence en longitude de 2° 34’, o : la longitude de Salerne eft de 1 2. 2 5’, 2 ; ainfi celle de Tarente eft de 1 4. 5 9’; 2.

De Salerne à Policaftro, il y a exactement 50% 8 ; la latitude de Policaftro eft de 40. 07’, 2, cela donne la différence en longitude entre ces deux villes, de 53’, 7 ; par conféquent, la longitude de Policaftro eft de 13.° ! S’, 9.

L’intervalle qui fépare Policaftro de Tarente eft de 85^, 2, lequel avec la différence des latitudes, donne celle des longitudes de 1.° 40’, 3 ; ainfi la longitude de Tarente eft encore de 14° 59’, 2.

Depuis Tarente jufqu’au cap de Leuca, il y a 66 yi, 3, très-fûrement ; la latitude de ce cap eft de 40° 04’, 1, d’après nombre d’indications & plufieurs combinaifons de diftances. La différence de haute ur entre ces lieux avec la diftance, donnent la différence en longitude de i.° 08’, 9:partant la longitude de ce cap eft de 16. 08’, 1.

Suivant dix indications, on a trouvé que la ville d’Otir.nte, étoit plus orientale que le cap de Leuca, de 2’, 3 ; par conféquent, cette ville eft par 16. io’, 4; fà latitude eft d’ailleurs de 40. 25’, o.

Avant d’arrêter divers points de la côte orientale du Royaume de Naples, il conviendront d’avoir, vers le milieu de ce rivage, un point fur lequel on pût s’appuyer. On a déjà la diftance 83", o de Salerne à Manfredonia, en recherchant foigneufement la latitude de cette dernière ville, on l’a trouvée de 41. ° 43’, 6. Ayant aufli celle de Salerne de 40. 37’, 3, cela fuffit pour obtenir i.° 06’, 6 de différence en longitude entre ces lieux. La longitude de Salerne étant de n.° 25’, 2, celle de Manfredonia fera de 1 3. 3 i’, 8, ainii la différence en longitude, entre cette ville & Otrante, eft de 2. 38’, 6.

Enfuite on a cherché fcrupuleufement, les différences particulières des méridiens, entre Otrante & Brindisi, entre Brindifi & Barri, & entre cette dernière ville & Manfredonia ; tant d’après les anciens itinéraires que fur les meilleures cartes, dont


on a vérifié ou rectifié les échelles, & ayant trouvé neuf fois chaque diftance, en affortiffant les termes, on a eu ce qui fuit :

Otrante.. ’Brindisi.. 31’, 2 : 33 > 1 Barri… 74’, 8 : 75’; 2. Manfredonia 45 » * : 47 >i 33’, 1 : 33’, 6 : 3 3’, 6 : 3 4’, 6 : 35^9 76’, o : 76’, 6 : 76’, 7 : 76’, 7 : 76’, 9 47’, 6 : 48’, o : 48’, 1 : 48’, 7 : 49’, 3 36’, 2 77’, 3 49’, 8 37, 4 79’, «  50’, 6 151’, 2 : ij5’, 6 : 156’, 7 : 158’, z : 158’, 5 : i6o’, o : 162’, 1 : 163’, 3 : 167’, 1

Egalant chaque colonne à 158’, 6, il viendra en ordonnant les termes.

Otrante..

Brindisi.. 3 2, 7 : 33, 5

Barri 75 » 1 : 75,’

Manfredonia 47’4 : 4S’° 33, 6 75, * 33, 7 : 33, 7 : 34, 3 : 35, 1 76, 0 : 76, 7 : 76, 8 : 76, 8 35, * : 35, 5 76, 9 : 78, 5 48, 3 : 48, 4 155, 2 : 156, 6 : 156, 9 : 157, 9 : 158, 6 : 159, 3 : 160, 1 : 160, 4 : 162, 4

Prenant un milieu, on obtiendra pour les différences cherchées 34’, o : 76’, 4, &c 48’, 2.

La longitude de Manfredonia étant de 1 3. 3 1’, 8, celle de Barri fera de 1 3. 3 i’, 8 4— 48’, 2 = 14. 2o’, o, & celle de Brindifi fera de 14. 20’, o + i.° 16’, 4 = 1 5. 36’, 4. Des combinaifons moins directes &


plus laborieufes, ont fait à peine varier d’une minute les longitudes de ces villes.

Pour en découvrir la latitude, on a obtenu 8 fois la différence de hauteur, entre Tarente, Brindifi, Barri & Manfredonia, & l’on a trouvé,

Tarente.. Brindisi.. *’ Barri… 2 3, Manfredonia 22, — : 6, 2, 6, 4 6, 5 5 M, 5 24, 5 : M, 8 3 ", 3 M>5 :26, 5 7, 9 : 8, 0 11, 1 1 1 M, 9 : 26, 6 2 5>7 • 27, 8 26, 3 : :28, 1 * 9 :28 46, 8 : 53, 0 : 56, 4 : 57, 8 : 59, 4 : 61, 5 : 65, 5 : 69, 9

Egalant la fomme des termes de chaque colonne à 59’, 1, ordonnant les termes, & prenant le milieu dans chaque rangée, on trouvera à très —peu près 7’, 1 : 25^9, &c 26’, 1 pour ces différences. La latitude de Manfredonia étant de 4 1.° 43’, 6, celle de Bar— fera de4i.° 43’, 6 — 26’, 1 =41.° 17’, 5, & celle de Brindifi fera de 41. 17’, 5 — 25’, 9 = 40.° 51’, 6.

Par d’autres combinaifons, Brindifi eft montée jufqu’à 40.° 52’, 3, & Barri eft defcendue jufqu’à 41. 16’, 9 ; ïinfi il y aune incertitude fur la hauteur polaire de chacune de ces deux villes d’envi-


ron les deux tiers d’une minute.

Pour s’écarter encore davantage de la route qu’on femblûit vouloir fuivre, on s’élèvera jufqu’à l’état de l’Eglife, dans l’intention de fixer la latitude de la bouche du Trigno. Ripatranfone, fur cette côte, dans l’état du St. Siégea43*-.°oo’, 4 de latitude, & Manfredonia eft par la"hauteur de 41. 43’, 6 ; la différence de ces hauteurs eft de i.°i 6’, 8 ; les différences particulières en latitude, entre ces lieux, font infcrites dans la petite table fuivante, telles que les ont fait avoir fept des meilleures cartes préparées.

Manfredonia . Emb. du Trigno RiPATRANSONE. 26, 0 28, 1 28, 6 29, 2 2 9’3 30, 2 3*, 7 38, 2 :46, 3 :47, 5 ’47, 6 48, 2 • Ji,.8 ’53, 9 64 » * : 74, 4 : 76, 3 : 76, 8 : 77, 5 : 82, 0 : 86, 6, Egalant la fomme des termes de chaque colonne à 76’, 8 ; on aura, en affortiiîant,

28, 3 : 18, 9 : 29, 0 : 29, 0 : 29, 0 : 29, 2 : 31, 1. 45 >7 : 47*6 : 47, 8 : 47, 8 : 47, 8 : 47, 9 : 48, 5.

D’où par un milieu arithmétique, dans chaque rangée, on a 29’, 2, & 47’, 8.

La latitude de Manfredonia eft de 41° 4-$’, 6 ; ainfi celle de la bouche du Trigno eft de 41. 43’, 6 —f— 29’, 2 = 42. 12’, 8 invariablement.

On retournera préfent. ment au golfe de* Pclicaftro. La plus courte diftance de ce golfe à celui de Tarente eft de 36 milles, félon huit d : ftances ; la Méditerranée de M. Grognard y en fait compter 64.

Depuis Cétraro jufqu’au golfe de Tarente, il y a 28% 3, félon fept indications de cette diftance, M. Grognard y en fait compter 54.

La plus grande largeur du pied de la botte, pied auquel on compare cette partie de l’Italie ; cette largeur depuis le cap, proche & au defliis d’Amanthea, jufqu’au cap del Alice, eft de 58*’, 6, fuivant dix données au moins. M. Grognard y en fait Compter 80.

Le plus étroit du col du golfe de Tarente, à partir du rivage vers Cariati jufqu’à la pointe de Crutaro, en la terre d’Otrante, eft de 48 M, 5 ; MM. Zannoni & Grognard y en font compter 53", 5 ; tandis que MM. Delifle & Bellin y en confomment à peine 41.

Le cap del Alice eft plus au ponent que le cap Colonne de 2’, 6 en longitude, félon 8 indications différentes. MM. Olivier & Bellin placent le cap del Alice, au moins 8’, 3 au levant du cap Colonne ; au contraire M. d’Anville place le premier de ces caps 1 o’, o, au ponent du dernier, & M. Grognard 7’, 7 aufliau ponent du cap Colonne ; ce cap eft par la latitude de 39.°o2’, 6.

Du cap Colonne au cap Stilo, il y a 47 M, o ; M. Olivier n’y en laifleroit compter que 29, o, tandis que M. Zannoni y en coniomme 55, o.

La latitude du cap Stilo eft de 3 8.° 29’, 4, d’après dix indications ; M. Zannoni ne fait cette hauteur que de 38. 19’, 5, ôc M. Olivier la fait 38. 36^0.

Du golfe de Squillace au golfe de Sainte-Euphémie, il y a 1 6 M, o, ou très-peu plus ; M. Grognard y en met 30. C’eft l’endroit de la Calabre ultérieure, le plus refterré par la mer.

Du cap Stilo au cap Vaticano il y a 43", 1 ; M, d’Anville y compte 7 milles de moins, & M. Grognard 7 milles de plu: ;.

Du cap Vaticano au volcan de Stromboli, qui perpétuellement en éruption, 6c qui fert de [/ ;. aux navigateurs, il y a 34 milies, M. d’An


ville y met 9 milles de moins, & M. Grognard 9 milles de plus ; cet habile pilote aura pu prendre aifément, des milles de 7 5 au degré pour des milles de 60.

Le plus étroit du pied, au deflbus du cap Stilo, eft de 27 milles, d’après 7 diftances; M. Bellin ri’y en compte que 18.

Arrivé dans la partie la plus méridionale de l’Italie, il feroit très — avantageux d’avoir la longitude de Mefline. Sa latitude a été obfervée par M. de Chazelles, de 3 8.° 1 1’, 2. Le même aftronome a obfervé celle de Palerme de 3 8.° 09’, 3, & par une éc’.ipfe du premier fatellite de Jupiter, qu’il y obferva en 1699, & l^ a eu & correfpondanee à Gréenvich ( d’Anville, An. Géog. de Fit.), Païenne feroit par ii.° 16’, o de longitude : mais fc : oit-il prudent de fe tenir à une détermination, fondée fur une feule obfeivation d’un fatellite de Jupiter fur-tout ?

Depuis Mefline jufqu’à Palerme, il y a en ligne droite 1 1 o M, 4, tant d’après dix cartes différentes, qu’en fidvant les itinéraires romains. Cette diftance donne 1 40’, 2 de longitude entre ces villes, la terre étant fuppofée applatie comme on l’a dit.

De Palerme à la pointe fud-oueft de l’Ifle Maretimo, il y a 66 AI, o ; la latitude du milieu de cette Ille eft de 3 8.° 03’, o ; mais à la pointe du fud-oueft elle ne fera que de 3 8.° 02’, 2, & celle de Palerme eft de 3 8.° 09’, 3 ; tout cela donne la différence en longitude, entre ces lieux, de i.° 23’, <j.

De l’oueft de Maretimo au cap Bon, il y a 7 1 Af, 5 ; la latitude de ce cap eft exactement de 37. 06’, 4, celle de la pointe oueft de Maretimo eft de 3 8.° 02’, 2 ; cela fait avoir la différence en longitude de 56’, 3.

Des plans particuliers des environs de Tunis & de Carthage, ont fait juger que du cap Bon à Tunis il y a 55, 7 de différence en longitude, ÔC que la latitude de cette ville eft de 36.°45’, 5.

Tunis eft par la longitude de 7. 53’, 1, fuivant la fin d’une éclipfe de fioleil, obfervée par M. le baron de Thot en 1778. Ce phénomène promet beaucoup plus de précifion que n’en comporte l’éclipfe d’un fatellite de Jupiter.

La longitude de Tunis étant de… 7.°53 /, 1. 55’>7

Celle du cap Bon fera de 8.° 48’, 8. 56’, 3.

Celle du fud-oueft de Maretimo de 9. 45’, 1.

Celle de Palerme de… ii."oS’, 6. 2. 20’, 2.

Et celle de Mcffine de 13.° 28’, 8. On trouvera dans la table des longitudes & latitudes des principaux lieux de l’Italie, les autres points de la Sicile fur lesquels on s’eft appuyé ; mais on ne peut quittter Meffine, fans tirer quelques conféquences de fa détermination.

La diftrince de Meffine au cap de Leuca eft de 167^, 3, d’après neuf bonnes cartes, dont on a vérifié ou reûifîé les échelles. Les latitudes de Meffine & du cap de Leuca étant connues, on trouvera leur différence en longitude de 2. 39’, 3, laqutlle étant ajoutée à la longitude de Meffine, donne celle du cap de Leuca de 16. 08’, 1, comme ci-deffus.

On a encore arrêté la pofition de Paula, en s’appuyant fur xMeffine & fur Poiicaftro : on a auffi pofé Stramboli, relativement à divers points de la côte de Sicile ; ce volcan eft à très —peu près au nord du cap Mélazzo, c’eft la place qu’il occupe fur les meilleures cartes ; on voit Stromboli de tant d’endroits, que fa pofition exacte n’a rien de furprenant.

La diftance du Stromboli au cap Vaticano, a donné la pofition de ce cap en longitude ; les points de Policaftro, de Paula, du cap Vaticano & de Meffine, ont fervi à affujettir la côte occidentale de la Calabre, & conféquemment la côte orientale, par des diftances multipliées entre des points de l’une & de l’autre côte, diftances qui aboutiffent la plupart à des caps dont la latitude eft connue.

La longitude de Malte, a paru exactement indiquée dans la conneiffance des temps ; cette longitude y eft moindre de 3 ou 4’de degré, que félon les obfervations du P. Feuillée, ce changement eft dû à des obfervations postérieures ; la Valette, capitale de l’Ifle de Malte, étant ainfi pofée, eft enchaînée par plufieurs relèvemens avec la côte de Sicile.

On ne s’accorde pas de même avec la différence en longitude de 5.° 1 8’, 2, eftimée par le P. Feuillée, entre le golfe de Palme, au Garbino de la Sardaigne, & Malte ; on y trouve ici 36’de plus ; car, quand on auroit égard à l’applatiflement de la terre, dans cette différence, elle fe réduiroit à 5.° 1 6 ou 1 7’, & on l’a trouvée ici de 5. 52 à 5 3’. Il fuffit, pour produire ces 3 G’de plus, que cet habile aftronome ait eftimé l’angle de fa route d’Oftro vers Levante trop petit de 2. 30’, & cela étoit très-poffible.

Des écarts de cette efpèce font affez communs. M. le chevalier de Fleurieu, voyage de l’Ifis, dit qu’une erreur de deux degrés, dans un relèvement 1i la bouffole, eft la précifion fur laquelle on peut compter ; cet écart, fondé fiir l’expérience, eft donc ordinaire ; mais M. Wales, troifième voyage de Cook, étend cette erreur plus loin en certains


cas ; félon lui, les écarts moyens des bouflbles, font de 5 ou 6.°, & il apporte des exemples ou ces erreurs vont à 3, 4, 5, 6, 7, 6c même jufqu’à 10 degrés.

D’ailleurs le P. Feuillée, faifant route vers le Syroco ~ di Levante, avoit à gauche le Stromboli, Volcano, l’Etna, ôcc. Ces volcans ont de l’affinité avec l’aiguille de la bouffole ; fa partie aimantée a dû être pouffée du nord vers l’eft, par l’affluence du courant magnétique, vers ces terres pyriteufes ou volcaniques, & ce mouvement a dû occalîcnner, du moins en partie, la différence de deux degrés & demi, qui fe trouve dans l’angle de la route de ce fçavant Minime.

Sur cette direction l’action a dû être la plus grande, vers 9. de longitude, depuis 3 8.° & quelques minutes jufqu’à 37. & environ un quart de latitude, parce qu’alors la force perturbatrice agiffoit perpendiculairement fur la direction de l’aiguille ; tandis qu’en prolongeant ce même rumb au delà de Malte jufqifà 35. de hauteur, & entre 13 & 14 degrés de longitude, cette force n’auroit point eu d’effet fur la variation, attendu que cette puiffance auroit agi fuivant la longueur de l’aiguille ou autrement, fon aûion auroit été parallèle à celle du courant magnétique.

Pline fait la diftance de Malte à Camarina, de 84 milles pas, qui valent 672 ftades, lefquels doivent être ou nautiques, ou d’Arthémidore : dans le premier cas ils égaleroient 60 { milles géographiques,’& dans le fécond ils en vaudroient feulement 5 3 ~. Portant la première diftance de la vieille citée, nommée Rabatto, jufqu’en Sicile, elle paffera au-delà de Camarina de plus de 2 milles, & voudrait que cette ville fût plus à l’eft ; portant la féconde depuis Malte, elle mefure exactement fur notre carte,’la plus courte diftance entre Rabatto & la côte de Sicile ; afin qu’elle atteignît l’extrémité indiquée par Pline, il faudrait augmenter cette diftance d’environ 3 milles, ou que Camarina fût plus à l’oueft, alors cette diftance de <j} M, f entrerait en Sicile, & ne fe terminerait plus au rivage le plus proche de cette Ifle.

Les cartes, N os. 52 & 53, dont ont vient de donner l’analyfe font, pour le N°. 5 2, la réduction de la carte de l’.fle & Royaume de Sicile, de M. le comte de Schmettau, le ée en 1719, 1720 & 1721, par ordre de l’empereur Charles VI. On a été obligé d’y faire mouvoir fur Meffine, pour centre, les parallèles circulaires de Ponente vers Ma&ftro de 4 à 5. ; c’eft-à-dire, jufqu’à ce que la ville de Païenne feit defeendue à fa hauteur cbfervée ; les méridiens ont fait un mouvement angulairç analogue— de OJùv vers Garbino ; enfuite on 3 affujetti, fans aucune altération, cette excellente carte aux points qu’on a diicutés, puis on en a fait paffer l’extrait fur la nôtre. Le N°. 5 3 reconnoît pour prototype le Royaume de Naples, en 4 feuilles, de M. Zannoni, on l’a préalablement affujetti aux points qui ont été arrêtés ci-devant, puis on a fait paffer l’extrait de cette belle carte fur la nôtre. On n’a qu’un mot à dire de la carte générale d’Italie, N°. 51 ; elle elt la réduction de celles qui en contiennent le détail. Pour donner une notice des mefures en ufage dans le Royaume de Naples, en Sicile & dans Fille de Malte, on obfervera que le Palme de Naples, de Palerme & de Malte elt de 436200 au degré moyen du méridien ; la Brajfa y eit compofée de deux palmi ; le Paffb y eft de 7 j palmi, il eu de 58160 au degré ; conféquemment le mille des environs de Naples eu de 58 — 4 T au degré. La Canna de ce Royaume elt, comme en beaucoup d’autres régions, de 8 palmi. On doit néanmoins convenir, que bien que la longueur de ce palme foit le réfultat de 9 indications différentes, qui donnent à ce palme 9 pouces 5 lignes du pied de Paris, il relte une incertitude de 3 lignes & f fur cette détermination ; ainli ce palme peut avoir 9 pouces 5 lignes •4— 3’*, 8. Ces limites comprennent les palmes de Marfeille, de Gènes, de Sardaigne, & celui de Rome pour les marchands ; ce palme eft dans le degré depuis 451380 jufqu’à 421031 fois. Ce palme peut donc être de 432000 au degré, alors la braffe feroit de 216000, & ie pas de 57600 au même degré : en ce cas, le mille des environs de Naples ftroit de 57 } au degré. Si ce palme, ainiî que celui de Gènes, étoit, comme cela peut être de 450000 au degré, la braffe y feroit 225000, & le pas 60000 fois ; le mille des environs de Naples feroit précifément le mille commun moderne d’Italie de 60 au degré. On préférera le palme de 432000 au degré, cette mefure élémentaire vaut 9 pouces 6 lignes du pied de Paris. Article II. §. I. Les Ijles Britanniques, N°. 73." Elles fe fondent principalement, fur les obfer-" vations en longimde, &c en latitude des lieux qui fe trouvent inicrits, avec le réfultat de quelques combinaifons, dans la Table qui va fuivre. §. II. l’Angleterre, N°. 74 & 75, s’appuye fur les cartes de MM. Moll & Senex, Ogilby, Tobie Mayer, Jefferys, Seale, Roque, Kitchin, &c. L’extrait de ces cartes, combiné avec les itinéraires, a produit les deux feuilles fur l’Angleterre, de l’Atlas Encyclopédique. On dira un mot de ces itinéraires dans la fuite. §. III. Pour l’Ecosse, N°. 76, on avoit les cartes de MM. Elphinfton & James Dorret:on a fuivi, prefque par-tout cette dernière, parce qu’elle s’eit trouvée conforme à nos réfultats. §. IV. Pour l’Irlande, N°. 77, on avoit les cartes deMM.Grierfon, Jefferys, Pratt & Roque ; on a préféré celle de M. Jefferys, comme étant plus nouvelle, & aufïï parce qu’elle a’paru très-foignée. On a affujetti toutes ces cartes, ainfi que leurs réductions, aux pofitions comprifes dans la table de la différence des méridiens, entre Paris &c les principaux lieux des Mes Britanniques, avec leur latitude. NOMS DES LIEUX. Austorpe, près de Léeds,… Beakihead, ( Angleterre.)… Berwick., (Jdem.) Bristol, ( Idem.) Cambridge, (Mv ; ; .) CANTORBFRI, ( Idem.)… Cap C lear, (Irlande.)… Cap Cornwall, ( Angleterre.). Cap Denis, ( Iile Ronalc’fa du Nord.) Cap Lizard, ( Idem.)… ’avan, ( Irlande.) Cork., ( Idem.) Dif des Mini. Latitude. D. M. 10". D. M. 10". 3 • • 45 » 7* 2.. 01, 5 50 • • 47,

55 . • i7 ? 6 4 • • 55, 1 5 1 .. 28,

2..15, 7 5* .. 12, 9* 1..10, 3 5 1 • • i7>

11.. 51’, 5i .. 12,


50 .. 11,

59 .. 22, 9 7 • 3 1 > • 6 * 49 • • 57, 5 » 9. • 46, 7* .. 10.. 48, 2 5 1 • • 45 >

Douvres NOMS DES LIEUX. Douvres, Tuviï™ Dublin, ( Irlande.) Edenbourg, ( Ecofle.) Edistone, Fanal, ( Angleterre.).. Est — Dercham, ( Idem.) Exeter, ( Idem.) FALMOUTH, {Idem.) Glascow, (Ecofle.) Greenwïch, ( Angleterre.) Haukhill, (Ecofle.) Isle d’Aurigni, au nord-eft Isle Sorligues, oueft de St. Marys… Kirk-Newton, ( Ecoflç.) Land’s — End, ( Angleterre.)… LÉEDS, ( Idem.) Leicester, ( Idem.) Leskeard, ( Idem.) Lincoln, ( Idtm.) LlVERPOL, ( Idem.) Londonderri, ( Irlande.) Londres, ( Angleterre.) Manchester, ( Idem.) MlNEHEAD, ( Idem.) NEUCASTLE, ( Idem.) NORWICH, ( Idem.) Oxford, ( Idem.) Plymouth, ( Idem.) Pointe de Hartland, ( Idem.)… Port-Land, pointe flid, ( Idem.).. Portsmouth, ( Idem.) Ramhead, ( Idem.) Ste. Agnès, ( Ifles Sorlingues.)… St. Davids, ( Principauté de Galles.). Shirburn, Castle, ( Angleterre.).. Start — Point, ( Idem.) Swansey, ( Principauté de Galles.).. Unst, Isle, pointe nord, ( Ifle Sehetland.) Yarmouth, ( Angleterre.) York, ( Idem.) Diff. des Merid. D. M. 10". 01, o^ 03, I 40, 6 29, 2, M » ° «  45 » 3 34, 7*

! 9> 5* 

27, 4 «  5°, 7 43, °* 06, o 45, 4* 2 7, 4 40, 8* 47 » °*

  • 5> 8 *
  • 5> 3*

29, 2 44, o 03, o 34, U 26, o 41, 6 44, 4 22, 8, 25, 8 52, o 24, 3 J 7, 5 «  55, 7 11, 0 45, ° 34, 3 20, 5 Latitude. D. M. 10". 5 1 5 1 53 55 5° 5 1 5° 50 55 5 1 55 49 49 55 5° 53 5* 53 53 54 5i 53 5i 55 5* 5 1 5° 5 1 5° 5° 5° 49 5i 5 1 50 5i 60 5* 53 07, 8* 07, 4 21, 2 56, 8. 12, 0 40, 3* 44, ° 08, o 5 1 » 6 * 2-8, 7 » 57, 6 * 44, 5 58, 4 54, 5* 06, 7 48, o # 37, o 15 » ° 26, 8* 57, 5 31, J * 3°, o 13, 6 03, o 4i, 5 44, 9* 26, o 08, o 30, 4 49, 4* 22, 5 56, 4 5 6, 3 39, 4* 08, 9 40, 2 43, ° 43, ° 59, ° Voici préfentement quelques exemples des combinaifons, dont les réiultats font entrés dans la table précédente. Entre le château de Douvres & Portfmouth, il y a 3. 22’, 8— i.°oi’, = 2.° 21’8. Or, d’après les cartes de MM. Seale, Kitchin, Rcque, Halley, Collins, Ogilby, Jefferys, Bellin, ayant pris les différences en longitude entre le château de Douvres & Beaki-head, & entre ce cap & Portfmouth, on a trouvé, toutes réductions faites, ces différences de 59’, 3, & de i.° 22’, 5. Le château de Douvres, qui eft lié à Calais par des opérations trigonométriques, eft par i.° 01, o oueft de Paris ; par conféquent Beaki-head, eft par 1, ° o i’, + 5 9’, 3 = 2.°oo /, 3. Maïs fi l’on comptoit de la ville de Douvres, & non du château, Beaki-head ferait par i.°oi’, 5 de longimde.

Les différences en latitude, entre ces lieux, fe font trouvées, félon les mêmes cartes, de 20’, 8 entre Douvres & Beaki-head, & de 2/, 4 entre Beaki-head & Portfmouth. Le château de Douvres étant par 51. 07^8 de latitude, Beaki-head fera par yo.° 47’, o.

De Pcrtfmouth, dontla latitude eftdeyo. 49’, 4, & la longitude de 3. 22’, 8, par le garde-temps de M. Harriffon ; allant de là au cap Lizard, dont la latitude eft de 49. 5 7’, 5, & la longitude de 7. 3 1’, 6, félon l’éclipfe de foleil & le paffage de Vénus de 3 769, en fixant en route les pofitions de Portland & de Starpoint. On a trouvé, d’après dix cartes, dont les échelles ont été rectifiées ou vérifiées, les différences refpecYrves fuivantes, 8 1’, 6 : 71’, 3, & 95’, 9, d’où l’on a eu la longitude de Portland de 3.°22 /, 8, + i.°ii’, 6, = 4. c 44 /, 4, & celle de Starpoint de 4. 44’, 4, + 1° 1 1’, 3=5° 55’, 7. Les différences en latitude, entre les mêmes points, fe font trouvées refpecfivement de 19’, o : ai’, 5 : ii’, 4 ; c’eft pourquoi Portfmouth étant par la hauteur de 50. 49’, 4, celle de la pointe ïud de Portland, fera de 50. 30’, 4, &c celle de Starpoint de 50. 08’, 9.

Les différences en longitudes, entre le cap Lizard, Lands-end, & l’oueft de l’Ifle S.’Marys des Sorlingues, fe font trouvées, finalement, de 3 4’, 4 & de de 44’, 7 ; ainfi la longitude de Lands-end efl, par cette voie, de 7. 3 i’, 6 4— 34’4 = 8.° 06’, o, & celle de la pointe oueft de l’Ifle S.’Marys efl de 2>’.° 06’, o + 44’, 7=8.° 50’, 7. La latitude de cette pointe, conclue d’après quatorze indications, eft de 49. 5^, 4.

Le feu de S., c Agnès eft environ i’, 4 plus oueft 6c 2’, o plus fud que cette pointe de S. r Marys ; ainfi le fanal de S." Agnès a de longitude 8.° 52’, 1, & 49. 56’, 4 de latitude. M. Cook, 3 e. Voyage, lui trouve 49. 57’, 5 ; mais M. Maskeline, Briush Mariner’s Guide ne l’a fait que de 49. 56’, o. M. Cook place ce feu 43 — w, 9 à l’oueft du cap Lizard ; il raccourcit trop cet efpace, il compte ï 1 où il faudrait probablement compter 13. Ce célèbre navigateur n’a vu ce fanal qu’en paffant, & ce n’eft que d’après un feu ! témoignage du Gardetemps qu’il s’tft décidé. Nous faifions, en 1763, dans le petit Neptune Anglois, cette diftance de 45 M, 2 ; Greenville Collins l’évaluoit, en 1723, à 48 M, o ; Thomas Kitchin la comptoit, en 1766, de ac, 1 ", 6 ; M. Bellin la jugeoit, en 1757, de 51 M, 6 ; Juhn Ogilby, en 1 759, l’effimoit de 53*, 3 ; le doct « ur HaHey, en 1702, la f iifoit de 54" ; M. Gaule, dans fa carte de la Manche, en 1774, la jugeoît de 57 M ; M. Maskeline, dans le British Mariner’s Guide, en 1763, la fait de 57^ 7 ; Herman Mollla donne de 64", 6 ; M. l’abbé Dicquemare la préfumoit, en 1772, dans fa carte du Ponent, de 74 M, 2. On eft vivement follicité à abandonner les deux dernières diftances, elles s’écartent trop des autres ; parmi les 9 qui reftent on trouve 5 2 miUes, non par un milieu arithmétique, mais par une autre voie que l’on préfère ; ces 5 2 milles valent à cette hauteur 1, ° 20’, 6 ; or, la longitude du cap Lizard étant de 7° 31’, 6, celle du fanal de S." Agnès fera de 8.° 52’, 2, la même que ci-devant, mais par une —méthode différente.

Du cap Lizard on eft allé à Oxford, dans l’intention d’arrêter en route les pofitions de la pointe de Hartland, de Minehead & de Briftol. Les différences en longitude fe font trouvées, toutes réductions faites, de 50’, 1 : 57’, 7 : 49’, 1 & 8o’, 2, & celles de latitude, de 70’, 5 : 5’, 6 : 14’, 4, & de 16’, 9 ; cela donne les déterminations fuivantes. Longitude. Latitude.

Pointe de Hartland. 6. c 41’, 5 : 51. 08’, o Minehead 5. 43’, 8 : 51. 1 3’, 6

Bristol 4. 54’, 7 : 51. 28’, o

En référant Briftol à Liverpol & à Oxford, on a trouvé Briftol par 4. 55’, o de longitude ; la différence des méridiens, entre Oxford &c briftol, eft de i.° 2, 4’, 4, félon fix bonnes cartes, dont les échelles ont été vérifiées ou rectifiées, cela donne à Biiitol 4. 58’, 9 ; ainfi on s’arrêtera, avec afiez de confiance, à 4. 5 5’, 2 pour la longitude de cette ville. On a trouvé, par le même moyen, entre Oxford & S. r Davids, 3. 49’, 8 de différence en long’.tude, cela donne la longitude de S.’Davids, de 7. 24’, 3. Elle eft bien de cette quantité fur r.otre carte, parce qu’on eft très-affure que le cap Carnfore de l’Irlande n’eft pas à plus de 44 milles de la ville de S.’Davids. Malgré cela, on a rapporté la ville de S.’Da. ids au cap Lizard & à la pointe de Hartland ; au cap Lizard 6c à Minehead ; au cap Lizard & à Briftol ; r.u cap Lizard & à Oxford j au cap Lizard & à Liverpol ; à Briftol, en y ajoutant la différence en longitude, prife d’après plufieurs cartes, dont les échelles avoient été vérifiées, & la plupart rectifiées ; le réfultat a été que S.’Davids a 7. 9’, 2 de longitude, & 5 i.° 56’, 3 de latitude. Ces réfultats différent entre eux d’un quart de degré ; l’obfervation du paffage de Vénus, &c celle du commencement de l’éclipfe de foleil, en 1769, donneroient-e’les la longitude de G. van en Irlar.de, trop grande de plufieurs minutes ? L’habileté de l’obfervateur, M. Mafon, ne permet guère de le fbupçonner.

On a encore été de Londres à Yarmouth, en panant par Cambridge, par Eft-Dereham, & par Nonrich, & l’on a déterminé les pofitions fuivantes de ces villes, avec le même foin qu’aupavarant. Longitude. Latitude.

Cambridge… 2. 15’, 7 : 52° 12’, 9 Est-Dereham… i.° 24’, o : 52. 40’, 3 Norwick i.° 03’, o : 5 1.° 41’, 5

Yarmouth… o.° 34’. 3 : 52. 43’, o On étoit étayé, dans cette recherche, par les obfervations faites à Cambridge, qui lui donnent 2. 14’, 8 de longitude, &par celles d’Eft-Dereham, qui la veulent à 1.° 24’, 2, fuivant l’obfervation du paflage de Vénus & celles de l’éclipfe de foleil en 1 769. Les diftances prifes fur fept cartes, foigneufement analyfées, paroiflent vouloir que Cambridge foit d’environ une minute plus à l’occident que ne l’indiquent les obfervations de M. Ludlam. Ces exemples paroiflent devoir fuffire. Les Anglois ont l’itinéraire de John Ogilby ; il renferme les routes exprimées en milles flatués par Henri VII, & en milles d’ufage, lefquels font chacun de douze quarantaines ou ftades olympiques ; c’eft le mille commun d’Angleterre & d’Ecofle ; c’efî aufïï la lieue Gauloife, laquelle vaut 1141 toifes. Le mille ftatué d’Henri VII eft antérieur au règne de ce prince ; car ce mille eft celui de Y lur Britanniarum d’Antonin. Ce mille légal eft de huit ftades, chacun defquels devoit contenir 600 pieds bretons d’Antonin ; ainfi ce mille renfermoit originairement 4800 de ces pieds ; d’ailleurs ce mille eft fixé à 1760 yards ou verges, chacune de 3 pieds de Londres, ou à 5280 de ces pieds ; en conféquence le pied de Londres étoit les jj~, ou les — du pied breton d’Antonin ; mais quelle étoit la longueur de ce pied ?

On compte communément 69 7 milles ftatués au degré, c’eft 556 ftades ; or il y a im ftades d’Ariftote auflî dans un degré ; car ce philofophe dit, dans fon Traité du Ciel, que les mathématiciens de fon temps attribuoient 400000 ftades à la circonférence de la terre, & les ingénieurs Diognète & Bœton ont fuivi cette mefure dans les marches d’Alexandre ; donc le ftade breton d’Antonin eft double de celui d’Ariftote, & il y a 333333 T pi e ds bretons d’Antonin au degré ; ainfi il vaut i p. o p. $ !’e, io r ". 4— du pied de Paris ; d’ailleurs il y a 200000 drâhs ou pics d’Egypte dans ce degré ; ainfi le pied breton d’Antonin eft les } pe ce pic. Le pied de Londres étoit, dans ce tempslà, comme on l’a vu, les ~ du pied breton d’Antonin, conféquemment le pied de Londres étoit alors les X 77 = les 77 du pic d’Egypte ; il étoit contenu 366666 j fois dans le degré, & devoit valoir 1 1 pouces 2 lig. 5 P ". ~f du pied aftuel de Paris. Ce pied anglois étoit plus court que celui d’aujourd’hui, de ~ de ligne du pied de Paris ; mais fi ce mille ftatué, qui eft précifément de 69 f au degré, étoit de mille pas, fon nom l’indique aflez ; ces pas feroient chacun de 4 P. 1 i p. i’is. çf".~ du pied de Paris. Le pied é’émentaire ou ! a 5 e. partie de ce pas, eft de 1 r*. 9 ». 1 1^". ~ de la même mefure ; c’eft le ché impérial de la Chine, c’eft auflï l’ancien pied danois ; il eft de 347222 ~ au degré. En général, 25 milles ftatués répondent à iS milles d’ufage ; on en doit excepter les environs de Londres, où les milles communs font de 60 au lieu de 50 au degré.’

Le mille, en Irlande, eft de 320 perches de 21 ; pieds chacune, félon l’échelle des cartes particulières de cette Ifle, c’eft-à-dire, que ce mille eft de 6720 pieds, qui, vraifemblablement, font anglois ; le pied de Londres eft les rh de la toife de France ; ainfi ces 6720 pieds, s’ils font anglois, valent 105 i r., & il y auroit 54 § de ces milles dans un degré. Si l’on employoit dans cette évaluation l’ancien pied de Londres, il feroit les tj de notre toife, le mille d’Irlande vaudroit 1045 toifes ~, & il feroit de 54 ~ au degré ; cela indique fuffifamment qu’il y en avoit primitivement 5 5 | au degré, &c qu’ils étoient chacun de 10 ftades bretons d’Antonin, alors ce mille ne feroit que de ioij T, & le pied de Dublin n’auroit valu que 1 i p. o « *. o p ». j de celui de Paris ; il auroit été de 55 | X 6720 = 373 3 3 3 7 au de g ré > & feroit les ~~r = ~ du pied romain, ou les ~ du devakh, du pic, ou de l’aune du Caire ; de plus fi ce mille, conformément à fa dénomination, eft de 1 000 pas, chacun fera de 6 F. i p. n’*. i r ". j, &c le pied qui en eft l’élément fera de i p. % p. 9’*, 5 7 " 1. |, c’eft le pied de Ferrare ; il y en a 277777’— au degré, il eft les tj du pic ou de l’aune d’Egypte.

Article III.

§. I. Les treize Cantons de la Suljfe, &c. N°. 58. On avoit pour conftruire cette carte celle de la Suifle, en deux feuilles, de M. Conrad— Gyger, publiée en 1657 ; celle de M. Scheuchzer, docteur en médecine, & profefleur en mathématiques, publiée en 1 7 1 2 en 4 feuilles d’aigle, à Zurich ; celle du célèbre profefleur Tobie Mayer, en une feuille, par les héritiers d’Homann, en 1 7 5 1 ; celle de M, De= liile, en une feuille } publiée en 1 7 j 5 ; le laç de Ge-C i| nève & les pays drconvoifins, par M. Ph. Buache, en 1740 ; le pays des Grifons, par M. Veineck, par M. Cluvier, par M. Volfer, &c. Des cartes particulières des treize Cantons, & d’autres des pays de leurs alliés & des pays de leurs fujets, par divers auteurs, tels que font MM. Bruchner, Valler, Merveilleux, &c. ANALYSE On a afïïijetti ces cartes aux points déterminés, par obfervations, &c à ceux qu’on a arrêtés par combinaifons ; ils font infcrits les uns &c les autres dans la table fuivante, de la différence des mérid ens entre celui de Paris & quelques lieux de la Suiife, avec leur latitude. NOMS DES LIEUX. Basle… BORMIO. Chiavenna. COIRE. Genève. IvERDUN.. Lausanne.. SlON… Villeneuve. Zurich. Diff des Mirid. M. 10" 14’, » 5°’. 3 01, 4 08’, 6 4 S’, 6 18’, o 16’, 5 59 » °

? /, 8 

Latitude. D. M. 47-’ 46 46 46 46 46 46 46 4 6 47 33’ 2 5 51, 8 12, 2, 46, S » 3 1 > 1* otS-, o 22, 4 22, o » Pour donner quelques exemples des points combinés, inférés dans cette table, on va expofer d’abord comment on a arrêté la pofition de Villeneuve, fituée à l’extrémité orientale du lac de Genève. Pour cela, d’après neuf bonnes cartes, on a pris les diftances de Genève à Laufanne, &c de Laufanne à Villeneuve, en fûppofant pour chaque carte la diftance de Genève à Villeneuve de 2000 parties ; la fomme des diftances de Genève à Laufanne, & de Laufanne à Villeneuve, s’efî:trouvé » de 2495 ; en procédant, comme ci-devant, à l’égard des diftances entre Grenoble 7 Turin & Embrun. On a formé de ces diftances —ci neuf rapports; on a égale la fomme des termes de chacun à 249 5, & en affortiffant les termes, on a trouvé J 53, 6. I 54, o 154, 1. 154 » *. J 54, 4. r 54, 4 94>4 94>5 95* 1 95’1 Cette fuite renferme le rapport unique,. 95> 95>3 154, 4.

  • Ï5’°.

I55, 1 95=4 * 95>5’ 95, 9 i54, 4 95, Connoiffant la valeur relative des côtés du triangle formé entre Villeneuve, Genève & Laufanne, ces côtés font fuppofés de 2000 : 1 544 : & 951. On a cherché les angles de ce triangle : celui qui a fon fommet à Laufanne, eft de io4.°oi’, 4 : celui qui a fa pointe à Villeneuve, eftde 4".° 30’, 2, & celui dont le fommet eff fur Genève, a 27. 28’, 4. Afin de trouver la longueur abfolue de ces côtés, il feroit avantageux d’avoir la différence en latititnde entre Villeneuve & Genève. Les cartes combinées la font trouver de io’, 4. Pour s’en affiner davantage, on s’eft informé à une perfonne très-ii ftruite, du pays même, & à qui la géographie de la Sliiffe eft très-familière, elle a répondu que la latitude de Villeneuve étoit de 46. 22’, 25 « +. i 5 » qu’elle ne pouvoit pas répondre d’une plus grande exactitude ; attendu que l’aftronomie n’avoir pas encore prononcé définitivement fur la latitude de ce lieu ; mais que M. Schuckbrugk, fçavant anglois, avoit obfervé avec foin la latitude de Genève de 46. 12’12", il y a peu d’années. En fûppofant donc la différence de hauteur entre Villeneuve & Genève de io’, 2, les 2000 parties fe réduiront, 135 w, o ; les 1 544 à 17™ o, & les 9 5 1 à i6 w, 65 ; conféquemment la différence en longitude entre Genève & Laufanne fera de 27’, 9, & cette différence entre Laufanne & Villeneuve fera de2i’, 3. La longitude de Genève étant de 3.°48’, 6, celle de Laufanne fera par 4. 16’, 5, &c celle de Villeneuve fera par 4. 37’, 8. Les obfervations faite > à Laufanne, donnent 8’| de plus en longitude ; ces obfervations ont pu être référées à Genève, dont la longitude que l’on faifoit dans ce temps-là de 4., a dû diminuer d’environ n’, par une fuite néceflaire des opérations Géodéiiques, relatives à la carte de France. On a fait des combinaifons analogues aux précédentes fur Bormio, Chiavenua & Coire. Les longitudes n’ont pas différé, entre divers réfultats, de plus de 3’, & les moyens qu’on a employés affurent, du moins, que les longitudes de ces points font plutôt fortes que foibles. Quant aux latitudes, celle de Coire peut paraître forte : cependant elle eft le réfultat des originaux par lefquels on a dû fe laifler guider ; on les a auparavant affujettis principalement aux latitudes de Como & de Zurich. Les cartes de MM. Scheuchzer 6k ; Gyger ont donné la latitude trop forte. M. Delifle a trouvé la même que nous, & les autres originaux ont fait trouver un peu moins.

Au refte, dans les pays de hautes montagnes, il eft difficile d’obtenir des diftances exactes, à caufe des détours fréquens auxquels on eft oblige de s’affujettir ; c’eft pourquoi on ne ferait point étonné fi fur cette ville on s’étoit écarté de peu de minutes des hauteurs qu’on peut y obferver. Pour aflujettir plus furement les matériaux de cette carte, on a emprunté les points déterminés des pays circonvoiiins. La France en a fourni avec profulion depuis l’Alface jufqu’en Franche-Comté ; on peut voir dans l’Analyfe de l’Italie, qui précède, ceux que la Savoie, le Piémont & l’Etat de Venife ont pu procurer, on a extrait du Tyrol les points de Glurentz, de Lindau, &c. ; on fera mention de ces lieux en traitant de 1 Allemagne, de même que de quelques points de la Souabe dont on s’eft fervi.

Les Suifles, originairement Gaulois ou Celtes, furent fournis aux Romains, aux Bourguignons, aux Allemands, aux Francs. Leurs mefures en longueur doivent avoir rapport à quelques-unes de celles de ces nations ; en effet, à Bâle il y a le pied qu’on pourrait nommer d’Europe, & le pied du Suiffe. On évaluoit en Europe les diftances itinéraires par quarts-d’heures ( M. Pau£ton, Métrologie ) ; il y en avoit 80 dans un degré ; c’eft le mille d’Europe ou la migérie d’Efpagne ; ce mille devoit être de 8 ftades de 600 pieds chacun ; ainli le degré du méridien contenoit 384000 de ces pieds ; tel eft celui de Bâle ; il vaut io p. 8 ?. 4 f ". 5— du pied de Paris. D’ailleurs, û ce mille contenoit 1000 pas géographiques, comme il femble que cela doit être, chacun égalera l’aune de Bretagne. Ce pas étant de < ; pieds, fera e^a£tement le pied de Caftille. On fe fert du pied romain à Zurich ; mais à Berne &c prefque dans toute la Suifle, on fait u£ £e il

du pied du Suifle ; il y en a 3 70 3 70 dans un degré.

Les très —grandes lieues de Suifle font de 8 au degré ; ainli elles font chacune de 10 milles d’Europe, ou de 48000 pieds de Bâle. Il y a aufli des lieues helvétiques de 10 au degré, qui reconnoiffent la même origine que les précédentes ; car elles font de 8 milles d’Europe, ou de 3 8400 pieds de Bâle. Il y a encore des lieues de 1 2 au degré, ou de 3 2000 des mêmes pieds ; chacune de ces lieues eft compofee de 2 fiunden ; cette dernière menue, qui eft de 24 au degré, ou de 16000 pieds d’Europe, eft le tiers de la très —grande lieue. Le ftunde doit être pour un françois la lieue commune de Suifle. On fe fert dans quelques cantons du mille commun d’Allemagne ; il eft compofé de 5 milles romains ; ainfi le pied de Zurich en eft: l’élément. Le pied du Suifle, qui eft de 1 1 ?. 1*. 1’. du pied de Paris, eft les ~l de la coudée d’Egypte, il ne paraît pas être l’élément des mefures itinéraires de la Suifle. Il ne l’eft même que rarement de l’aune ; car à Bienne, à Broug, à Bâle, à Berne, c’eft le drâh du Caire qui eft l’aune, ou à très-peu près ; celle de Bienne cV de Broug paraît trop grande feulement de ~, & les autres paroiflent trop petites de la même quantité, afin qu’elles foient de 200000 au degré. L’aune à Lentzburg, à Zurich, à Vintherthur, à Zoffingen, à Saint-Gall, eft de deux pieds grecs, ou de 180000 au degré; l’aune à Neufchatel, à Vevai, à Yverdun, à Laufanne, & peut-être aufli à Genève, eft: de 4 pieds de Caftille, elle eft de 1 00000 au degré ; l’aune à Bâle, compofee de trois braches, eft de fix pieds d’Efpagne, ou de deux varres de Caftille ; elle eft de 66666 f au degré. Par conséquent la grande lieue en Suifle, de 8 au degré, a 25000 aunes de Berne, 22500 aunes de Zurich, &c 12500 aunes de Neufchatel. La lieue helvétienne de 10 au degré contient 20000 aunes de Berne, 18000 aunes de Zurich, &C 10000 aunes de Laufanne ; la lieue de 12 au degré renferme 15000 aunes de Zurich, &c le ftunde de 24 au degré contient 7500 aines de la même ville.

Article IV.

Le Royaume d’Efpagne & celui de Portugal, N°. depuis 44 jufqud 50.

On a eu pour conftruire cette carte, l’Efpagne, par Keflel Gérard, d’après les obferv.-tions d’André d’AImada, prpfèffetir à Coimbre; I Efpagne &: le Portugal, en 4 feuilles, par L.illot 1716; l’Efpagne par Rodi igue-Mv 3 ndcz.-Sylva, que G. Dcliile a fuivie ; les cartes de Nolin, qui forment un Atlas fur ces états ; l’Efpagne & le Portugal, par C. Infelin, 2 feuilles, 171 3 ; le Royaume d’Aragon, par M. d’Anville, qui a fuivi l’état préfent de l’Efpagne de M. l’Abbé Vayrac ; l’Efpagne & le Portugal, par les héritiers d’Homann ; le Royaume de Se ville, par F. Loblet, en 4 feuilles, 1748 ; la Catalogne, par Apariçio, en 4 feuilles ; les détails de l’Efpagne, par M. Lopez. Le Portugal, par Seccus, par Texeyra, par No-ANALYSE lin, par J. B. de Caftro, par dom Pedro Rodriguez, par Campo-Manes, par Bailleul, 2 feuilles ; cartes générales & particulières de Portugal, par Luiz Gaetano de Lima ; carte de Portugal, par M. Bellin, par T. Jefferys, en 6 feuilles, par Rizzi-Zannoni ; on a encore fur l’Efpagne & le Portugal, la première partie d’Europe de M. d’Anville. Voici la table des longitudes & latitudes des lieux fur lefquels les cartes de l’Efpagne ôc du Portugal font fondées. NOMS DES LIEUX. Alicante, ( Royaume de Valence Almérie, ( Royaume de Grenade. Aveiro, ( Portugal.).. Barcelone, ( Catalogne.) Barlingues, Mes, au fort. Barre de Gibraleon, ( Andaloufie.) Bayonne, ( Gafcogne. ^. Bragança, (Portugal. ;. Cadix, ( Andalouiie.). Caminha, ( Portugal.). Cap Creus, ( Catalogne.) Cap Espichel, ( Portugal.) Cap Finistère, ( Galice.) Cap Fizeron, ( Portugal.) Cap Machicaco, ( Bifcaye.) Cap Martin, ( Royaume de Valence.) Cap Mondego, ( Portugal.) Cap Oropeso, (Royaume de Valence.) Cap Ortegal, ( Galice.)… Cap de Penas, ( Afturies.).. Cap la Rocque, ( Portugal.).. Cap Sainte-Marie, ( Portugal.). Cap Saint-Vincent, ( Portugal.) Cap Ouest d’Yvice, ( ïïle d’Yviça.) Carthagène, ( Royrume de Murcie.) Ceuta, ( Afrique, Efpagne.) Coïmbre, ( Portugal.).. Collioure, ( Rouflîllon.). Entrée de la Guadiana.. Fontarabie, ( Guipufcoa.) Fort Saint-Philippe, ( Ifle Minorque.) Gibraltar, ( Andaloufie.)… Isle au N. O. des Barlingues.. Lagcs, ( Portugal.) Lisbonne, ( Portugal.)… Madrid, ( Nouvelle CafHll ?.). Malaga, ( Royaume de Grenade.)

?, ; ifUNDA CE DOVRO, (Portugal.) 

Dif des Midi. D. M. 10 e’ Latitude-M. 10" 2 4 10 o 1 1 9 3 1 1 1 1 1 1 5 1 11 2 10 8 1 1 10 1 1 1 3 7 10 o 9 4 1 7 1 1 4 E 9 7* 5 o 3 2 6 9 E o 38 36 40 4 1 39 17 43 41 36 4i 42 38 41 39 4 ? 38 40 40 43 43 38 36 37 38 37 35 40 42 37 43 39 36 39 37 38 40 36 4 » o -* o 5 5 U 8 5 3 7 2 6* 4 6 8 4* 6 5# 7 o 8, 7 4* o 9 6 3 » U 9 NOMS DES LIEUX. Monte Colib re, (Ifle) Palamos, ( Catalogne.) Palma, ( Ifle Maiorque.)… Pointe S. Ander, ( Afturies.)… Porto, ( Portugal.) Rio Ebro, Isle auN. E. ( Catalogne.) Rio Mondego, ( Portugal.)… Setuval, ( Portugal.) Sines, ( Portugal. } Tanger, ( Afrique. ;…… Tolède, ( Nouvelle Caflille.)… Valence, ( Royaume de Valence.). Vigo, ( Galice.) Villa de Condé, ( Portugal.).. Dif. des Mirid. D. M. 10" 3°. 7 44, oE 6 10 1 1 1 1 8 6 2 10 IO 30, 2 35 » 8 30, 1 04, 1 16, 6 15, o 10, o 02, 8 39 » o 47, 3* 42, o Latitude. M. 10’ 39 41 39 43 41 40 40 38 37 35 39 39 42 41 58, 5 50, o 3 5, °. 29, 2 10, 4 43, 9 01, 4 M, 3 47, 4 44, 6 52, o

  • 9, 7*

J 3, 3* 2 3, 3 §. I. Côte fepttntnona.lt d’Efpagne. Dans la table précédente, les pofitions fondées fur des obfervations aflronomiques, font délignées à l’ordinaire par un aftérifque *. A l’égard des pofitions combinées, on eft parti de Bayonne, fnée par la carte des triangles, ayant ici toutefois égard à l’aplatiffement de la terre. La longitude de cette ville eft de 3. 49’, 3, & fa latitude de 43. 29^4 ; la longitude du cap Finiftère eft de 1 1.° 38’, 7, & fa latitude de 42. ° 52’, 5 ; cette détermination eft fondée fur les rapports des horloges marines, conduites par M. le chevalier de Fleurieu, par MM. Verdun de la Crenne, le chevalier de Borda & Pingre, fur leurs obfervations & fur celles de M. de Bory. La différence en longitude, entre Bayonne & le cap Finiftère, eft de 469’, 4. Ayant affujetti à cette quantité les différences particulières en longitude, prifes chacune d’après fept des meilleures cartes, on a eu les nombres de minutes qu’on a placé entre les points fuivans : Rayonne Cap Machicaco… Pointe Saint-Ander. Cap Pênas Cap Ortegal Cap Finistère 84’ 4 84’, 7 90’ » 7 = 9i’ 9’ 91’ 2 : 94’ 8. ioi’, 2 60’ , 6 : 65’, 9 : 67’ 8 : 70’ 9 ■ 7 —, 2 : 7 » #, 5 : 76’, 4 85’ , 8 102’, 6 102’ , 8 104’ , 4 m’ , 8 1 12’ , 0 117’, 3 02’ 5 : 108’, 2 : 1 10’

1 io’ 2 : 1 io’ 6 : n 4’ 3 h8’, q 82’ 9 : ■90’, 7 : 91’ 1 : 9i’ 3 92’ >3 • 97’ 2. IQl’, 4 Prenant une efpèce de milieu, on aura, pour ces différences 91’, 7, 69’, 2, 105, 7, 1 10’6, & 92’, 2 ; d’où Auvent les longitudes de ces points, infcrites dans la table précédente. La latitude du cap Ortegal eft, fuivant les obfer-Bayonne Cap Machicaco… Pointe Saint-Ander. Cap Pênas Cap Ortegal vations de M. de Bory, de 43. "46’, 6 ; celle de Bayonne étant de 43. 29^4, leur différence eft de 17’, 2 ; égalant à ce nombre les différences particulières en latitude, entre les points fuivans, on aura : + 5, » 5 8 •• 5, 9 6, 0 : 6, 8 : 7, 0 : 8, ï — 2, 1 : —- 4, 3-— 4, 6 : -- 6, 4 : — 8, 5 : — 8, 9 : — 16, 4 + 10, 5 ", 3

12, 2 :

12, ï : 12, 7 : 12, 9 : 17, 3 + 2, 8 : 3, 1

4, 6 :

5, 7 : 6, 4 : 6, 4 : 7, 8 En faifant fubir diverfes transformations à ces différences, tendantes à rapprocher de l’égalité celles de chaque rangée, on a obtenu finalement 6, 1 f — 6, 3 : 1 2, 2 & < ?, 2, d’où l’on a tiré les latitudes de ces points, inférées dans la table. i §. II. Côte occidentale cTEfpagne & de Portugal, depuis le cap Finijlere jufquà Cadix. La longitude du cap Finiftère étant de 1 1.° 3 8’, 7, celle du cap la Rocque, aui fera établie dans peu, eft de 1 1.° 54’, 6 ; leur différence eft de 1 5’, 8. La latitude obfervée de Vigo eft de 42. 13’, 3, & celle du cap la Rocque eft eftimée de 3 8.° 44’, 6 ; leur différence totale eft de 208’, 7. En diftribuant, entre divers points choifis, les différences particulières en longitude & en latitude, félon neuf cartes vérifiées ou rectifiées, on a trouvé les différences fuivantes : Diff. en Long. Diff. en Lai. Cap Finistère.. Vigo Caminha Villa de Condé. Porto Aveiro Cap Mondego.. R. Mondego… Cap Fizeron… CAr la Rocque. — 5 1.4. + 05’, 8. — 11’, 1. — 06’, 2. + n’, 5+ 17’, 8. — 03, o. + 3 i*. 4+ 18’, 439) 2 2l’, 2. 18’, 7-I 2’, 9. 3 1’ » o. 29’, 7. °7’i 339’, 6. 3/ » *. On a extrait les longitudes & les latitudes des points entre lefquels fe trouvent ces différences ; ils font inferits dans la table. Le cap la Rocque eft plus nord que Lisbonne de 2’, 3, fuivant onze cartes combinées ; or Litbonne eft par la latitude obfervée de 3 8.° 42’, 3 : ainfi celle du cap la Rocque eft telle qu’on l’a marquée ci-devant. Le cap Fizeron eft plus fud que l’Iflot le plus nord des Barlingues, de 7’, 1, félon onze cartes vérifiées ou rectifiées ; & félon quelques remarques nautiques, la latitude du même cap eit de 39. 2 1’, 8 ; car ce cap gît par rapport au cap la Rocque, au N. N. E. 2° N. à la diftance de 39™, 7 l’un de l’autre. D’ailleurs les différences en latitude entre l’embouchure de la rivière Mondego, le cap Fizeron & le cap la Rocque font, d’après neuf des meilleures cartes, fans les préparer, de 40’, 5 tk. de 36’, 3, & en les préparant de 39’6, &c 37’, 2 ; ainfi le cap Fizeron eft par la latitude qu’on lui a affignée. La différence en longitude, entre ces caps, eft de 18’, elle eft indiquée par des relèvemens ; on a auffi trouvé la même par les cartes combinées & préparées ; car entre ces points on a les différences en longitude oc en latitude fuivantes. Y S E Diff. en Long. Diff. en Lai. 13’, 8… :.* :… 48’, 3. 16’, 3 X… 41’, o. 16’, 3 X… 41’, o. 17’, 2 x 38’, 8. » / » 7 X… 37’, 7. 18’, o X… 37’, 1. 191 3 x… 34’, 6. 20’, O… X… 33’, 4. 21’, 7 x… 30’, 8. 26’, o X… 25’, 7. 37, 2 = 668 w ". On a affemblé les moindres longitudes avec les plus grandes latitudes, afin d’avoir des produits plus égaux, & en faifant les multiplications indidiquées, on a eu dix rectangles, dont le moyen eft 66%*’"’. Les parties élémentaires de ce reftangle ont chacune en longueur un mille ou une minute de latitude, & en largeur une minute de longitude ; en divifant 668 par 37’, 2, le quotient eft 17’, 96. On a conclu les longitudes & les latitudes entre les points choifis, depuis le cap Fin’.ftère jufqu’au cap la Rocque, avec le même foin qu’on a pris pour arrêter le cap Fizeron ; cet exemple doit fuffire pour faire connoître la méthode des rectangles que l’on vient d’employer. Avant de quitter le voiiinage des caps la Rocque & Fizeron, il convient d’arrêter la pofition des Illes Barlingues ; l’Jflot le plus nord de ces Mes eft, fuivant les remarques & les relèvemens d’habiles navigateurs, i’, 2 plus à l’eft que le cap la Rocque ; & le fort des Barlingues, finie à la côte orientale de la principale de ces Mes, eft i ;, 3 plus à l’eft que v l’Mot le plus nord ; c’eft pourquoi la longitude de ce fort eft de 1 1.° 5 2’, o. Sa latitude obfervée eft de 3 9. 25’, 8 ; l’Iflot du nord-oueft fe trouve placé 3’, 1 plus nord que le fort. On a formé un triangle entre Lisbonne, le cap Efpichel & le cap la Rocque, & l’on a trouvé, fuivant neuf cartes préparées, que la diftance entre Lisbonne & le cap la Rocque étoit de n M, 1 ; celle du cap la Rocque r.u cap Efpichel, de 25’"", 2, &C celle du cap Efpichel à Lisbonne de 2 1 M, 7 ; cela donne 27’en longitude entre Lisbonne & le cap la Rocque ; 15’, 6 entre le cap la Rocque cV le cap Efpichel, &c ii’, 4 entre le cap Ffpichcl & Lisbonne, la pofition du cap Efpichel eft arrêtée par ce moyen. On a auffi déterminé la pofition de Sétuval par un triangle formé entre Lisbonne, le cap Efpichel & Sétuval, dont les côtés ont été conclus comme les précédais, La diftance de Lsbpnnc au cap Efpichel chel eft vernie de 21% 7 ; celle de Lisbonne à Sétuval s’eft trouvée de iy M, 9, &c celle du cap Efpichel à Sétuval a été de 17 M, 5. Le méridien de Lisbonne parle entre Sétuval & le cap Efpichel, de manière que ce cap gît à l’égard de Lisbonne, au S. S. O. i.° 38’O. Cela fe déduit du premier triangle, qui s’appuye far la latitude de Lisbonne & fur celle du cap la Rocque ; & il fuit de celui-ci que Sétuval gît, à l’égard de Lisbonne, au S. S. E., 2. 57’E., d’où l’on conclut Sétuval plus orientale que Lisbonne de 1 o’, 9, &C plus fud de 1 8’, o.

Le cap S.’Vincent eft par la latitude de 3 7. o 3’, 4, félon plufieurs indications & quelques combinaifons ; l’Iflot à la pointe de ce cap eft plus fud de x’, 5. Ce cap eft en même temps par n.° 21’, 4 de longitude, d’après le témoignage des horloges marines, dirigées par M. le chevalier de Fleurieu & M. Pingre ; par MM. de Verdun de la Crenne, le chevalier de Borda & Pingre ; le tout étant rapporté à Lisbonne & à Cadix.

La diftance de Sétuval au cap S,’Vincent eft de Si M ; en menant une droite de Sétuval au cap Saint-Vincent, fur neuf cartes différentes, & faifant cette ligne de 8 1 M, o, on trouve que la ville de Sines eft 3’u, 3 à l’eft de cette ligne, ces } M, 3 valent 4’, a, du parallèle ; prenant, fur les mêmes cartes, la diftance Cap Saint-Vincent…

Cap Sainte-Marie…

Entrée de la Guadiana.

Barre de Gibraleon…

Cadix

La différence en latitude, entre le cap S.’Vincent & Cadix, eft de 3 1’, 2 ; on a diftribué entre les points précédens, les différences prifes neuf fois, & Ton a obtenu celles qui fe trouvent dans la* féconde colonne ci-deffus. La latitude du cap S. ce Marie s’eft rencontrée la même, par les divers moyens qu’on a employés ; il n’en eft pas de même d^ celle de l’entrée de la Guadiana, ni de celle de la barre de Gibraleon ; il nous paroît que ces deux latitudes ne peuvent pas être plus petites, quoique l’enfemble de nos cartes la donne plus foible de 4’, & même on ne feroit pas furpris fi, par la fuite, de bonnes obfervations les augmentoient shacune de quelques minutes,

§. III. Côte cTEfpagne., depuis Cadix jufqtià Colliouxe.

On a combiné, de diverfes manières, les obfer▼ations agronomiques faites à Cadix ôc à Gibralde Sines au cap Saint — Vincent & à Sétuval, On trouve qu’il y a du cap S.’Vincent à Sines 44 M, 4 &c —$6 M, 9 de Sines à Sétuval. La différence en longitude, entre le cap S. 1 Vincent & Sétuval eft de 5’, 8 ; la ligne qui joint ces deux points, s’éloigne vers l’orient, à la hauteur de Sines, du méridien du cap S.’Vincent, de 3’, 2 en longitude, & la ville de Sines s’écarte de cette même ligne de 4’, 2 auffi à l’orient ; ainfi la ville de Sines eft plus orientale que le cap S.’Vincent de 7’, 4 ; en conféquence, la longitude de Sines eft de 1 1.° 15’, o. Cette ville eft à l’orient du cap S.’Vincent de 7’, 4, qui valent 5", 8, & fa diftance à ce cap eft de 44^, 4 ; c’eft l’hypothénufe d’un triangle rectangle, dont l’un des deux autres côtés eft de 5 M, 8 ; ainli le troiftème, qui eft la différence en latitude entre ces deux lieux, eft de 44’, o ; par conféquent la latitude de Sines eft de 37. 03’, 4 —f— 44^0, = 37-°47’, 4.

Allons maintenant du cap S.’Vincent à Cadix en fuivant la côte ; la différence des méridiens entre ces lieux eft de 1 1.° 2 2’, 4 — 8.° 34’, 8 = 1 67’, 6, égalant à ce nombre les différences en longitude, prifes neuf fois entre divers points choifis dans l’intervalle des deux ftations, on a trouvé les quanti" tés négatives de la première colonne ci-deflbus. Dijf en Long.

Dijf. en Lot,

— 64’, 4 ■ •

• ~ ftfc

— 3^, 7 • •

. + 14, 9 — 34, 0…

. + c/, 5.

— 36’, 5..

. — 42’, O

tar ; on a trouvé 28 fois la fomme de ces longitudes &c 28 fois leur différence ; leur fomme & leur différence moyenne font 16. 07’, o & 62’, 6, d’où l’on conclut la longitude de Cadix "-’° 7 ° + ^ = 8.° 34’, 8, & celle de Gibraltar de’6 —°°7’.°-i-l*6 = 7.° 32’, 2. Toutes nos cartes combinées donnent moins de 62’, 6 pour la différence des méridiens de ces villes ; cela fait préfumer que la longitude da Gibraltar peut être un peu foible ; en effet les obfervations fur cette place ne font pas auffi nombreufes, & ne s’accordent pas autant que celles qu’on a faites fur Cadix. La pofition de cette dernière ville, après avoir ofcillé long-temps, paroît enfin bien déterminée.

La latitude de Gibraltar eft de 3 6.° oc/, o, feloa le témoignage de diverfes perfonnes, très — intelligentes, qui ont été au dernier fiége de cette place. Le lieutenant Jardine ne l’a néanmoins trouvée que de 3 6°. 04’, 7 par des kauteiirs de Jupiter 6c du D cœur du Scorpion ; mais la méthode ingénieufe que M. Jardine a fuivie, où faute d’horizon il a employé l’image tremblante de l’aftre, réfléchie par l’eau, ne comportoit peut-être pas toute la precifion défirable, à caufe que le mouvement angulaire de l’image eft naturellement double de celui de la furface réfléchiflante. D’après nombre de différences en latitude, égalées & aflbrties, on a trouvé finalement entre Gibraltar, Malaga & Almérie, qu’il y avoit refpectivement 36’, 9 & 5’, 4 ; ainfi Malaga eft par la hauteur de 36. 45’, 9, & Almérie par 36. 5 1’, 3 ; cette dernière eft confirmée par celle de la Roquette, obfervée de 36. 50’, 5 par le P. Feuillée. Ce fort eft vers le fud-oueft d’Almérie, à environ un mille de diftance. Le même P. a obfervé celle de Carthagène, de 37. 36’, 1 au port ; vers le milieu de la ville, elle fera de 37. 36’, 5. Depuis Carthagène jufqu’à Collioure, on a arrêté d’après huit données au moins, les latitudes d’Alicante, de Valence, du cap Oropefo, de l’embouchure de Rio-Ebro à l’Iflot au nord-eft ; de Barce-Icn : , de Palamos, ■& : du cap Creus. On ne s’eft pas contenté de rapporter les différences en latitude, à Collioure & à Carthagène, où il y a des obfervations fùres ; on a aufli référé ces différences à Palamos, où les navigateurs ont pris hauteur plufieurs fois, & à Carthagène ; à Carthagène & à Barcelone, où la latitude obfervée paroît trop grande ; à Valence, qui eft, félon Harris, par 39. 30’, , &c à Carthagène, à Valence &c à Barcelone ; à Valence &c à Palamos, à Valence &c à Collioure. Par ce moyen, on a obtenu quatre fois la différence en latitude entre chaque heu, dont le milieu a donné ce qui fuit, à partir de Gibraltar. Gibraltar Malaga Almérie Carthagène a l i c a n t e Valence Cap Oropeso Rio Ebr o Barcelone Palamos Ca p C REUS COLLIOU RE Ces différences en latitude, infentes Dif en Lai. Viff. en Long 36’. 9 • • 3 6.9 . = • S » ’, ?’ 5’ 4 • (, (, 7 ’S. 4 • = • nV, 4 45’ 2. 3 787 • 41’. 1 . = . 8 3’, 8 ï » ’ 1 • ’839 • f » ’, 1 . = • 3ï’, 3, 61’ 1 ■ 6 1 1 • 6 ".’ . = . io’, oO 33’ 5 • ’’63 • 3 3’. i • = • 34’, 7 4°’ » 7 • ■ 39î . = . 34’, 2 37’ .7 • 3 "6 4 . = . 81’, 8 28’ , 4 1 48 S " 2 8’ » 4 . = • ï*’ » 3 17’ » 5 4 i’ • DM . = . 16’, 4 M’ >3 • 1 4’, 3 . = • M’ » îO dans la première colonne, doivent être fort exafles & peuvent fervir de hauteur aux reflangles que l’on va indiquer. On a difpofé, par ordre, pour chaque intervalle, les différences en longitudes, prifes fur huit cartes, rectifiées avec foin, & l’on a pofé à côté, dans un ordre renverfé, les différences en latitude reefifiées de même, procédant précisément comme entre les caps la Rocque Si. Fizeron ; puis faifant les multiplications, on a eu huit rectangles, dont on n’a confervé, fur chaque efpace, que celui qui tenoit le milieu. Ces rectangles érant divifés par la latitude vraie, qui convient à chacun, ont donné les différences en longitudes entre ces points. Cela fe voit par extrait dans la féconde colonne ci-à-côté. Cette méthode eft fimple & fùre, lorfque l’on connoît bien l’un des côtés du rectangle ; fi cela n’eft pas, on cherchera plufieurs fois le côté que l’on délire, afin d’employer avec confiance, pour divifeur, la quantité moyenne qu’on aura trouvée. Le réfultat fera d’autant plus fur, que le divifeur fera plus grand, par rapport au quotient ; autrement il faut découvrir, avec tout le foin poflîble, le moindre côté, lorfqu’il doit être divifeur. Le reûangle, entre Malaga & Almérie, eft dans une circonftance défavorable, aufli la petite différence de hauteur a-t-elle exigé le plus grand foin. On a principalement égalé à 41’, 3 les différences en latitude, entre Gibraltar, Malaga & Almérie ; ces 41’, 3 font la différence entre les latitudes d’Almérie 6c de Gibraltar. On a eu aufli égard aux giflemens &C aux diftances qui fe trouvent entre ces points. On ne doit point diflimuler qu’on a plutôt pris plus que moins en longitude, entre Gibraltar & Carthagène, dans l’intention de fe rapprocher de la longitude obfervée de cette dernière ville, indiquée 33.° oo’, o Occ. dans l’état du ciel de M. Pingre, 1757. Quoique la longitude de Gibraltar foit préfumée foible, on n’a pu atteindre pour Carthagène qu’à 3. 04’, 3. En examinant la côte dont on s’occupe, on voit qu’il ferait avantageux d’avoir la pofltion du cap Martin. On a formé, dans cette vue, un triangle entre Alicante, Valence & le cap Martin, &c l’on a trouvé, d’après huit cartes différentes & plufieurs combinaifons, la diftance d’Alicante à Valence, de 63^, o ; celle de Valence au cap Martin, de 53^’, 2, & celle du cap Martin à Alicante de 39*’, 8 ; l’angle de ce triangle, qui a fon fommet fur Alicante, eft de 57. 07, & par rapport à Alicante, Valence gît au N. 7. 16’, O, en vertu des déterminations précédentes ; en conféquence, le cap Martin gît à l’égard d’Alicante, au N. E. 4. 5 1’, E. L’arc du p, rallèle, entre le méridien d’Alicante Cv le cap Martin, eft de 30 M, 4, ou de 39’, 1 en longitude, &c Parc du méridien, entre ce cap & Alicante, eft de 25’, 7 ; par conféquent, la pofition de ce cap eft déterminée.

Dans l’intention d’avoir la pofition du cap, fiftié au S. O. de l’Ifle d’Ivice, ce cap eft très-proche de l’Me Vedran, on a mené de Valence, du cap Martin & d’Alicante, des droites à ce cap d’Ivice ; cela forme autour du cap Martin, trois triangles, y compris celui dont on vient de parler. Les diftances du cap S. O. d’Ivice à Valence, au cap Martin &c à Alicante, font refpeclivement de 8 z M, 2, de 3 4 M, 5, & de 69% 3. On a pris pour les conclure toutes les précautions dont on eft capable. Le triangle extérieur, formé entre Valence, le cap d’Ivice Se Alicante, a fon angle fur Valence de 55. 07’, auquel ajoutant 7. 16’, parce qu’Alicante gît, par rapport à Valence, au S. 7. 16’E, on aura 62. 23’ pour l’angle du S. à l’E., formé entre le méridien de Valence, Si la droite qui s’étend de cette ville au cap d’Ivice ; cela met ce cap 3 8’, 1 plus au S. que Valence, & 72*’, 8 plus à l’Eft fur le parallèle, ou i.° 33’, 8 à l’Eft de cette ville. Ce cap feroit bien déterminé, fi le giflement d’Alicante, à l’égard de Valence, étoit démonftrativement le S. 7. 1 6’E ; mais félon diverfes routes, qu’on tient de l’Efpagne, ce-giflement s’étend depuis 6° 13’, jufqu’à 8.° 27’. Cette différence entière de 2. 14’, dans le giflement, fait varier la latitude du C. S. O. d’Ivice de 2’, 8 : ainfi la hauteur aflignée au cap d’Ivice, peut être fort exafte ; elle peut aufli différer du vrai de i’, 4.

Il y a encore un point remarquable, près de cette côte, auquel on s’arrêtera, c’eft Monte-Colibre ; fa diftance au cap Oropefo eft de 26 M, 1, & fa diftance jufqu’au N. E. de l’embouchure de Rio-Ebro, eft de 45**, 4. Les deux points auxquels on rapporte Monte-Colibre, ont été arrêtés ci-devant, &c l’on trouvera aifément que Monte-Colibre eft feulement de o’, 7 plus occidental, & de 45’, 4 plus méridional, que l’Ifle fituée au N. E. de l’entrée de Rio-Ebro. Le giflement de l’entrée de cette rivière, par rapport à Oropefa, félon diverfes routes déjà mentionnées, eft le N. 34. 1 3’, E. +_ 2 —° J §’; celui auquel on a été conduit, eft le N. 3 2.°4o’E, comme il eft renfermé dans les limites précédentes, il peut être réputé convenable ; d’ailleurs un changement de quelques degrés, dans la polition refpedive, de l’entrée de Rio-Ebro & de Monte-Colibre, ne cauferoit, dans ce cas, qu’une augmentation infenfible, dans la latitude de ce dernier point. §. IV. Recherches fur la longitude de Madrid. Ayant fini le tour de l’Efpagne, il eft à propos de fixer dans l’intérieur de ce Royaume, au moins, la polition « ÉOgraphique de fa Capitale. Entre les indications qwe fourniflent les obfervations aftronomiques fur la longitude de Madrid, il y a encore une incertitude de près d’un quart de degré. En raffemblant fur cette ville, toutes les obfervations qu’on a pu découvrir, ayant trait à la longitude de Madrid, on eft parvenu à obtenir douze conclufions toutes admifllbles. On les a divifées en deux fuites ; l’une contenant les fix plus grandes, & l’autre les fix plus petites. On a opéré fur ces deux fuites de la même manière que fur les diftances de Grenoble à Turin, &c fur celles de Turin à Embrun ; on a trouvé pour la fomme commune d’un terme de chaque fuite, 1 1.° 45’, o, & pour la différence commune de deux de ces termes 14’, 2. La moitié de cette fomme eft de 5. 52’, 5, & la moitié de la différence eft de 7’, 1, d’oii il fuit qu’en général la longitude de Madrid, félon toutes les obfervations aftronomiques qu’on a pu réunir, tendantes à ce but, eft de 5. 52’, 5 +_ /, 1 = 5° 59’, 6, ou 5. 45’, 4 ; ce font là les limites entre lefquelles doit être la vraie longitude de cette ville. Pour favoir de laquelle de ces limites cette longitude doit approcher davantage, on a enchaîné cette longitude à celles de Valence, de Collioure, de Carthagène & de Bayonne, plus orientales que Madrid d’une part ; & de’l’autre à celles du cap Finiftère, d’Aveiro, de Lisbonne & de Cadix, plus à l’occident que Madrid ; le tout ayant été analyfé, fur-tout d’après des cartes générales de l’Efpagne. On a d’abord trouvé, entre Valence, Madrid & le cap Finiftère les dix rapports fuivans, dont la fomme des termes de chacun a été égalée à 5 39’, 7, différence totale en longitude, entre le cap Finiftère & Valence ; puis en aflbrtifl’ant les termes, il eft venu i8 3’, 6. i8j’, 7. i86 /, 5, i88’, 4. 194’, 4. 195’, 9. 19^7. 196^, 7. 20q^6_ # 207’, 6 332’, 1 « 339’, 1 » 343’, 2 * 343’, 2 * 343’, 8 Le milieu, entre chaque rangée, eft’^/—. Entre Valence, Madrid & Aveiro ô Nova-Bragança, la différence totale en longitude étant de 490’, 3, on a découvert, de la même manière que çi-deflus, le rapport unique —rr.

345’ » 3’35 I’>3’35 1’* 2’354’, o’35^, 6 Entre Valence, Madrid &c Lisbonne, la différence totale en longitude étant de 5 28’, 5, on a trouvé de même le rapport unique ^rf.

Entre Valence, Madrid Se Cadix, la différence Dij totale des longitudes étant de 35 j 7, 8, on a obtenu ! de même le rapport unique — f 9 ] |. Les quatre différences précédentes des méridiens, entre Valence & Madrid, étant de 193’, 9 : 197’, 8 : 199’, 3 : & 103’, 9, le milieu, félon la méthode que l’on préfère, eft de 197’, 8, donc la longitude de Madrid eft, par cette voie, de z.° 39’, o + 3.° i 7’, 8 = 5. 5 6’, 8.

Entre Coluoure, Madrid & le cap Finiftère, la différence des méridiens, depuis le premier jufqu’au dernier de ces points, eft de 743’, 6 ^pour la divifer convenablement, on a obtenu le rapport final 397’, 0

34e’, 6 •

Entre Collioure, Madrid & Aveiro, la différence totale des méridiens eft de 694’, 2, & le rapport, réfultant des différences particulières eft de — °*,’* r 190’, 4 •

Entre Collioure, Madrid StLisbonne, la différence totale des méridiens eft de 731’, 4, & le rapport réfultant des différences particulières eft de 12211 r 3 2i’, 6 •

Entre Collioure, Madrid & Cadix, la différence en longitude, depuis la première jufqu’à la dernière de ces villes, eft de 5 59’, 7, & le rapport final entre les différences partielles, eft de ~~. Ainfi, par ces quatre combinaifons, la différence des méridiens entre Collioure & Madrid, eft de 397’, o : 402’, o : 403’, 8 & 409’, 8, dont le milieu eft 401’, 1. En conféquence, la longitude de Collioure étant de 44’, 9 orientale, celle de Madrid fera par ce moyen de 6.° 41’, i_ 44’, 9= 5.° 57’, 2. La différence des méridiens, entre Carthagène & le cap Finiftère, eft de 5 14’, 2 : entre Carthagène, Madrid & le cap finiftère, le rapport extrait des différences particulières en longitude eft de — — La différence en longitude entre Carthagène & Aveiro, eft de 465’, o : entre Carthagène, Madrid & Aveiro, le rapport tiré des différences partielles des méridiens eft de —^—

29 !’, 6’

La différence en longitude, entre Carthagène & Lisbonne, eft de 503’, 2 ; entre Carthagène, Madrid & Lisbonne, le rapport provenant des différences particulières des méridiens eft de — 7i’4 J29’, 8*

La différence des méridiens, entre Carthagène & Cadix, eft de 330’, 5 : entre Carthagène, Madrid & Cadix, le rapport provenant des différences particulières des méridiens eft de ~~. Les quatre différences en longitude qu’offre cette combinaifbn font 160 8 : 169’, 4 : 17,’, 7 & l ? ^ 4. Lc miIicu er.treccs différences efl de 170’, 1 • coJ’Jqucmir.ent la longitude de Madrid fera de 3. 04’, 3 4— l.* 50^ t = 5-° 54’, 4 Il y a 469’, 4 en longitude, entre Bayonne & le cap Finiftère, & les différences des méridiens, entre Bayonne, Madrid & le cap Finiftère, préfentent pour rapport final Jlg-.

Il y a 420’, o en longitude, entre Bayonne & Aveiro, & les différences des méridiens entre Bayonne Madrid & Aveiro, offrent ^37^— P°ui" unique rapport.

Il y a entre Bayonne & Lisbonne 458’, 2 poiir différence des méridiens, & les différences en longitude, entre Bayonne, Madrid & Lisbonne, font découvrir le rapport unique’r / 6. H y a, entre Bayonne & Cadix, 28 5’, 5 en longitude, & les différences des méridiens, entre Bayonne, Madrid & Cadix, font obtenir I3 ? ;’pour unique rapport. Les quatre différences des méridiens, entre Bayonne &c Madrid, font 132’, 5 : 133’, 1 : 133’, 9 & 137’, 6 ; le milieu eft 133’, 4 : par conféquent la longitude de Madrid eft de 3.°49’, 3 + 2.° I 3 /, 4=6. c 02’, 7.

11 refte encore à faire dépendre la pofition de Madrid de quelques points de la côte du Nord, & de quelques — uns de la côte du Sud, points qui doivent avoir été mis en place’, ci— devant, & qui aient à peu-près la même longitude que Madrid. Pour cela, ayant fait paffer fur nos cartes originales le firième degré de longitude 30’, 2 à l’Eft d* la pointe S. 1 Ander, & 33’, 5 auffi à l’Eft de Malaga, on a trouvé, en prenant un milieu, que Madrid étoit à 1 Orient de ce méridien de 4’, 9, ou que fa longitude étoit, par cette voie, de Les quatre différences en longitude, entre le cap Finiftère & Madrid, font trouver 346’, 6 pour différence commune, d’oii fuit la longitude de Madrid de 5. 52’, 1 • ; celles entre Aveiro & Madrid donnent pour différence moyenne 292’, o, & la longitude de Madrid de 5. ° 57’, 3 : celles entre Lisbonne 6v Madrid offrent pour différence commune 323’, 6, d’où l’on déduit la longitude de Madrid de 6.° 03’, 9 ; celles entre Cadix &c Madrid préfentent pour différence commune 157’, o, laquelle donne j.° 57’, 8 pour la longitude de Madrid.

En réunifiant à ces neuf données, les feize que l’on peut extraire des quatre paires de points combinées, auxquelles on a comparé Madrid ; en y ajoutant encore les longitudes de cette Capitale, extraites des cartes affujetties à la pointe de S.’Ander & a Malaga, on a conclu, par un milieu, la longitude exacte de cette ville de 5. 57’, o. Il fcmbleroh fiuVre de là que la longitude de Lifbonne feroit trop grande.

Il paroîtroit encore que la longitude de Carthagène feroit trop foible ; on l’a déjà laiflé foupçonner ; ôc l’on a dû voir en même temps que fi l’on n’a pas fait cette longitude plus grande, c’etoit pour s’éloigner moins de l’obfervation aftronomique faite à Carthagène.

Ordinairement, on a aflujetti aux points déterminés ci-devant, les trois originaux qui ont paru les meilleurs ; on les a divifés en carreaux ou trapèzes, chacun de fix minutes en latitude de hauteur, & de fix minutes en longitude de largeur ; cette étendue des trapèzes eft relative à la grandeur du degré de la carte. Quand quelques contrées afïïfetties aux points déterminés, s’éloignoient trop feniïblement fur les trois originaux, on les a affujetties à la latitude & à la longitude moyennes, qu’offroient les trois emplacemens différens, donnés par les originaux, & dans ces endroits on a recommencé le carroyement ; ailleurs, on a pris les latitudes & longitudes moyennes des autres lieux, fans retracer de nouveaux trapèzes. Voilà les attentions avec lefquelles ont été drefTées les cartes, N° 5. 45, 46, 47, 48, 49 & 50 ; elles font toutes drefTées for la même échelle. La carte générale de l’Efpagne & du Portugal N°. 44 eft une réduction fuccinte de celles qui précèdent immédiatement.

A l’égard des mefures itinéraires de cette vafte prefqu’Ifle, il y a la lieue légale de Caftille de 26 f au degré ; elle eft de trois migerias. La migerie eft le mille d’Europe de 80 au degré, elle contient 7 1 3 toiles + ■£■§, &c vaut d’ailleurs 5000 pieds de Caltille, dont chacun eft de 1 o pouces 3 lignes 2 points, & —f§ ; c’eft la moitié de la coudée du Nilomètre, comme on l’a dit.

Par ordre de Ferdinand VI, le 14 Février 175 1, il fut arrêté que 7 pieds de Caftille étoient égaux à 6 pieds de Paris ; cela fait le pied de Caftille de i<y. 3 « °. f ». 7, il eft plus grand que celui qui dépend de la coudée du Mekias de —-.

On ne pouvoit exprimer en moindres nombres le rapport du pied de Caftille au pied de Paris ; en énonçant ce rapport par celui de 104 à 89, ou par celui de 513 3439, on auroit obtenu un peu plus de précifion ; mais les habiles commifiaires qui ont indiqué le rapport de 7 à 6, auront vu que tout autre n’auroit pas été fi commode ni fi facile à retenir ; d’ailleurs celui qu’ils ont choifi ne fait trop grand le pied de Caftille que d’f de ligne du pied de Paris.

On doit évaluer la plupart des diîrances afligr.écs entre les villî-s d’Efpagne, dans l’Itinéraire d’Antonin, par la migerie ; nonobftant que le P. Burnct Jéfuite % ait découvert depuis que le pied, dont 1 500a fonfîa lieue légale, étoit le pied romain ; cette lieue égaleroit celle de France de 25 au degré, mais ca qid peut avoir lieu dans quelques cantons, ne demande pas à être généralifé ; la même évaluation „ par migeries, a aufîi Heu dans d’autres contrées de l’Europe. L’Efpagne a en outre des lieues de ouatre migeries, ainfi que le témoignent Sepidveda, Gruter, Mariana &c Référé ndius ; c’eft précifément la lieue marine de 20 au degré.

Quant à la lieue marine d’Efpagne, de 17 £ au degré, elle n’a fans doute été en ufage que parce qu’elle eft moyenne, entre la lieue marine Hollandoife & la lieue Efpagnole de 4 migeries, qui eft la lieue marine Franc oife & Angloife ; celle-là étant de 1 5 au degré, & celle-ci de 20.

Il y a encore en Efpagne depuis 1766 une grande lieue Itinéraire, de 8000 varas ou aunes de Caftille ; un degré du méridien vaut 1 6 f de ces lieues ; elles indiquent les diftances, fur les grandes routes, par des colonnes ; cette mefure qui vaut 3 lieues Gauloifes reftitue probablement la vraie longueur de la lieue précédente, dont on pouvoit antérieurement ignorer les élémens ; car la longueur de la lieue de 177 au degré, eft à celle de 1 6 f au degré, comme 20 eft à 2 1, longueurs qui ne différent pas fort fenfiblement.

En Portugal, les marins comptent 1 8 lieues au degré ; on a fans doute jugé cette mefure commode, vu que 3 de ces lieues répondent à 10 minutes du méridien ; cette lieue contient 20000 pieds grecs, ou 3 3 3 3 y orgyes, & en mefures Portugaises, elle renferme 28333 Palmos : 9444 Covados : 5667 Faras : 2833 Braças : il ne paroît pas qu’elle ait été réglée par le Gouvernement. Il y a ^ioto braffes Portugaifes au degré, & 59 de ces brafles valent 66 toifes Françoifis ; d’ailleurs 17 brafles Portugaifes répondent à 20 or, gyes Grecques. Article V.

§. I. V Empire £ Allemagne.

Les cartes générales que l’on a voit fous les yeux, pour former quelques combinaifons, font la carte d’Allemagne des héritiers d’Homann, celle du docteur Eifenfchmid, en quatre feuilles ; la carte critique d’Allemagne, de Tobie Mayer, 1750 ; celle de l’Al’emagne, de l’Académie de Berlin 1762 ; l’Atlas élémentaire de l’Empire d’Allemagne, en treize feuilles in — 4., y compris la carte générale, par M. l’abbé Couttalon, 1774 ; ce. bon ouvrage eft le premier, en France, où l’en ait fait ufage de la Géographie de M. Eufching. Lespcftes d’Allemagne de M. Heger ; les 66 feuilles qui ont parues, de la carte de M. Jaeger, en 81 feuilles, & quelques cartes Fr ?.nçoifes, telles que celle de M. Delifle, celle de M. Jaillot 171 3, la première partie d’Europe, de M. Danville, &c. Voici une Table de la pofition des lieux, fuf lefquels font établis les détails géographiques de l’Allemagne, & ceux des Provinces-Unies ; on apportera enfuite quelques exemples des points qu’on a combinés. NOMS DES LIEUX. Alkmaer, ( Hollande.). Amsterdam, ( Hollande.) Anvers, ( Brabant Autrichien.) Augsburg, (Suabe.).., Benetek, ( Bohême.).. Berg-Op-Zoom, ( Provinces — Unies.) Berlin, ( Brandebourg.) Brandebourg Braunau, ( Bavière.).. Breda, ( Provinces — Unies.) Brème, ( Baffe —Saxe.).. Breslau, ( Silcfie.)… Bri ges, ( Flandre Autrichienne.) Brunswich, ( Baffe-Saxe.). Bruxelles, ( Brabant.). Butzbach, ( Weteravie.) L Camin, ( Poméranie Pruffienne.) Cassel, ( Heffe.)… Charleroi, ( Comté de Namur Cillei, ( Cercle d’Autriche.) Clagenfurth, ( Stirie.). Colberg, ( Poméranie Pruffienne.) Cologne, (Bas-Rhin.).. Courtrai, ( Flandre Autrichii Crems, ( Autriche.)… Cremsmunster, ( Autriche.) Custrin, ( Brandebourg.). Dantzik, ( Pruffe.)… Darmstadt, ( Heffe.).. Delft, ( Hollande.)… Dessau, (Haute-Saxe.).. Deux-Ponts, ( Haut — Rhin.) Dillingen, ( Suabe.).. Dixmude, ( Flandre Autrichienne Donavert, ( Bavière.).. Dresde, ( Mifnie.)… Durlach, ( Marquifat de Bade Elbe, [ Emb ? C. Sud. ].. Embden, ( Ooft-Friie.).. Enchuisen, ( Hollande.). Eysenach, ( Turinge.).. f rancfort, ( fur le Mein.) Francfort, ( fur l’Oder.). Diff. des Mérid. D. M. 10’ Latitude. D. M. 10". 38’ zi 11 16 "-9 3 1

  • 5

18 35 05 06 1 1

! 9 

S° 2-7 4* l 9 16 44 06 49 49 -4 °3 3ï 21 19 V J 7 34 01 4 3 ci 58 CD 17 4 1 57 07 zi NOMS DES LIEUX. Freysing, ( Bavière.)… Fribourg, (Brifgau.) Furnes, ( Flandre Autrichienne.). Gand, ( Flandre Autrichienne.). Giessen, (Heffe.) Glurentz, ( Tirol.) Goès, ( Zélande.) Goslar, ( Baffe — Saxe.)… Gottingue, (Baffe-Saxe.)… Gratz, (Stirie.)…… Greipswald, ( Poméranie Suédoife.) Grossen, ( Brandebourg.)… Guben, ( Luface.) Haerlem, ( Hollande.)… Halberstadt, ( Baffe —Saxe.).. Hall, ( en Saxe.) Hamburg, ( Baffe —Saxe.)… Hanau, (Haut-Rhin, Vétéravie.). Hanovre, (Baffe —Saxe.)… Haye, [la] (Hollande.)… Heidelberg, ( Palatinat du Rhin.) Helder, Village (Hollande.)… Ingolstadt, ( Bavière.)… Inniken, (Tirol.) Inspruk, (Tirol.) Kiel, ( Holftein.) Konigsberg, ( Pruffe.) Laubach, ( Carniole.) Lavamtjnd, ( Carinthie.)… Lavenburg, (Baffe-Saxe.)… Leyde, ( Hollande.) LÉypsig, (Mifnie.) Liège, ( Weftphalie.) Lindau, ( Lac de Confiance.)… Lintz, ( Autriche.) Louvain, ( Brabant Autrichien.).. Lubèk, ( Baffe — Saxe.) Luxembourg, (Pays-Bas Autrichien.) Maestricht, ( Provinces — Unies.). Magdeburg, (Baffe —Saxe.)… Malines, ( Brabant Autrichien.).. Manheim, ( Palatinat du Rhin.).. Mayence, (Bas —Rhin.) Middelbourg, (Zélande.)… Mons, ( Hainaut Autrichien.)… Munich, ( Bavière.) Munster, ( "Weftphalie.)… Namur, (Pays-Bas Autrichien.).. Dif. des Mèrid. D. 7 1 1 9 9 9 7 18 12 II 8 2 10 3 7 11 M. 10" 22’, S 3°, 4* 19, 6 23, 6 02, 2 33 » 4 06, 1 30, 2, 04, o 18, 5 46, 5 24, 1 17, o* 41, 7 36, 9 35> 2 32, 6 M, ** 55, 5 19, 2 La’.iiude. 01, 7 57, 5 03 » 9 49 » 7 16, 7 26, 2 27, 4 17, 6 06, 3, 01, 3* J 5> 7 19, 6 V-, 8 22, 1 24, 2 49, 5 21, 5 19, 1 08, 8 05, 4* 36, 8 16, 9 37, 1 11, 6 16, 7 24, 8 D. 47 5’ 5 1 5o 46 5 1 5i 5i 47 54 5i 5i 5* 5 1 5 1 53 5° 5 1 5 1 49 53 48 46 47 54 54 4 6 46 53 5 1 5 1 5° 47 48 5o 53 49 50 5* 5 1 49 49 5 1 5° 48 5 1 5° M. 15’, ** 59, 8 » 04, 2* 03, 3* 36, 3 4i, 9 3°, 3ï 58, o » 3 1, 9* 04, 3 04, 5 03, o 57, 6 * 22, 2 56, 6i 3°, 6 * 34, 6 # 08, 1* 21, 3 » 04, 2 » M, 8 » 01, 4 4<5, 5# 41, 7 15, ° 22, 4 43, °# 02, o » 47, 1 25, o 08, 8 21, 5* 39 » 5* 34, 3 18, 6 » 53, 4* 5 1, » 37, o 49, °, 09, 9i* 01, 8 # 28, 3 » 59, 4 29, o » 2-7, 2 * °9, 3 54, o 28, 5 NOMS DES LIEUX. Diff. des MèriJ. Latitude. D. M. 10". M. 10" Neubourg, ( Bavière.).. Neustadt, ( Autriche.)…, Nieuport, ( Flandre Autrichienne.) Nuremberg, (Franconie.).. Offenbourg, ( Suabe.)… Osnabrlck, (Wtitphalie.).. Ostende, ( Flandre Autrichienne Paderborn, ( "Weltphalie.). Passau, ( Bavière.)… PÉTAU, ( Stirie.) Phiusbourg, ( Haut— Rhin.). Pollingen, ( Bavière.)… Prague, (Bohème.)… Rastadt, ( Suabe.)… Ratisbonne, ( Bavière.).. Rostok, ( Meklenbourg. }.. Roterdam, (Hollande.)… Rotweil, ( Suabe.)… RugeNwald, ( Poméranie Pruffienne, Sagan, ( Siléiie.)… Saltzboi rg, ( Bavière.) SchwÉtzingen, (Palatinat du Rhin.) Shabs, ( Tirol.) Spire, (Haut-Rhin.) Stade, ( Baffe —Save.)… Stargard, (Poméranie Pruffienne.) Sterzingen, ( Palatinat du Rhin.) Stettin, (Poméranie Pruffienne.) Stolpe, ( Poméranie Pruffienne.) Stralsund, ( Poméranie Suédoise.) Straubing, ( Bavière.). Stuttgard, ( Wirtemberg Tongres, ( Weftphalie.) Tournai, ( Flandre Autrichienne.) Trêves, ( Bas — Rhin.). TrIESTE, (litrie.)… Tubingen, (Sijabe.).. Waserbourg, ( Bavière,) Wesel, ( Duché de Clèves.) Wezlaer, ( Heffe.).. Vienne, ( Autriche.).. "Wismar, ( Meklenbourg.) WlTTEMBERG, ( en Saxe.) Ulm, (Suabe.)… Wolfenbuttel, ( Baffe r Sas WORMS, (Haut— Rhin.). Lïtrecut, ( Provinces — Uni ? ! W urtzbourg, ( Fiv.nconie.) Ypres, (Flandre Autriehî ) ) ) o 8 5 5 o 6 1 1 6 8 I 2 5 9 io 2 6 x 3 T 3 10 6 9 6 6 12 9 il ’4 ii io 6 3 i 4 I I 6 9 4 47 5 1 49 4* y* 5 1 48 46 49 47 5° 48 49 Ï4 5 1 48 54 5 1 47 49 46 49 n 63 46 53 54 54 48 48 5° 5° 49 45 4S 48 5 1 5° 41 53 5 1 48 5 1 49 5 1 49 5° 44 » 5°’ °7 » a 7> 28, 18, i4> 40, 36, 3 Z > 48, 04, 5 1, 00, °5> 54, °3,

  • 7>

4*9 43, 2 3, 41 » l 9t 36, J 9, 47 » 22, 3 1 » 18, 56, 46, 48, 36, 47, 49, 5 2, 05, 37, 36, 12, 5*, 5*, M » ij. 37, 06, 46, En En Baffe-Saxe on a formé un triangle entre Bremen, Hamburg, & le cap Bake ou Dunen, fitué au fud de l’embouchure de l’Elbe ; on a trouvé, d’après dix données au moins, qu’il y avoit en ligne droite de Bremen à Hamburg <j^ M, 2, de Hamburg au cap Dunen 58", 1, & de ce cap à Bremen <jj M, 7. Ce triangle a donné les différences en longitudes qu’on a attribuées à ces points, en fuppofant exacte toutefois la latiftide de Bremen ; on expo fera dans peu comment on les a arrêtés. Afin de pouvoir apprécier l’exactitude que peut comporter ce triangle, on va dire comment on l’a déterminé. Pour cela, on nommera g le côté qui s’étend de Hamburg au cap Bake ; m celui qui mefure la diftance du cap Bake à Bremen, &cp celui qui va de Bremen à Hamburg.

On a d’abord pris un milieu entre les diftances g qu’ont données les dix cartes que l’on employé ici, non en prenant un moyen arithmétique, dans lequel la plus difparate des diftances participeroit autant que celle qui le feroit le moins. La moyenne arithmétique ne doit avoir lieu que lorfqu’il n’y a que deux quantités, ou lorfqu’en ayant plusieurs, elles font en proportion arithmétique ; on a donc trouvé par un milieu, fuivant notre méthode g = 58" 2:on a trouvé de même m = 5 5* 7, 8cp = » * » *■, , ,

Enfuite on a cherche la fomme de deux côtés quelconques de ce triangle ; pour obtenir ces fommes plus égales, on a mis la plus grande diftance de l’un avec la plus petite de l’autre, ou bien, pour les ajouter, on a écrit les unes en férié afcendante, & les autres en férié defcendante ; puis on a pris le milieu entre les fommes, toujours fuivant notre méthode; car, pour prendre un fimple milieu arithmétique, il auroit été inutile de difpofer les diftances en fériés, & l’on a trouvé g + m= 1 13", 7 ; g+p = 1 iz M, 3, & m —(-/> = 1 1 o M, 4. Après cela, on a pris la différence de deux de ces côtés ; afin d’avoir ces différences plus égales, on a écrit les diftances qui exprimoient le plus grand côté en progreffion, on a mis au deffous, dans le même ordre, les diffances qui exprimoient l’autre côté ; puis on a ôté l’une des fuites de l’autre, & en prenant un milieu, on a trouvé £ — ^=3, 9’, g — ot = z, 1:&/ « — pz=zi, 6. La plus grande de ces différences devroit égaler la fomme des deux autres ; les données actuelles n’ont pas fait atteindre complètement à cette préciiîon. Les trois fommes g+w, £+/>&/ « —[-^renferment deux fois le périmètre du triangle ; par conféquent ce périmètre = —^— — — —= 168, 2.

La fomme de deux côtés, avec leur différence, donnent ces mêmes pôtésj ainCg ; =— â-~i-^^_ 57 M, 8, &m=&te*î=à j, », 9 & plus, g = SSça^ 5 8 « , 1, &c P = « 1*3= ! *= ï4 », %; en outre m = 12îl^±É = 5 6 M, o, & p = 1 10", 4-1, 6 M

1— = H » 4-,

Deux des fommes de deux côtés chacune, moins la troifième fomme, donnent une différence, laquelle vaut deux fois le côté oppofé à la troifième fomme ; ainfi g=’ « ’7+’J^- » —°ji. = 5 ? m 8. m _ 113, 7 + 110, 4-1 12, 3 M g 111, 3 + 110, 4-1 13, 7 = 54^, 5. Cette dernière manière de découvrir chaque côté, eft renfermée en d’autres termes dans les précédentes ; c’eft un double emploi ; mais il eft à très-peu près fans conféquence dans cette occafion.

En réunifiant les quatre valeurs de chaque côté qu’on vient de trouver, à ceux des dix cartes dont on a fait ufage, on aura quatorze triangles différens ; ils devroient être égaux ; & ils ne font pas parfaitement femblables. En joignant enfemble les trois moindres côtés g, m, p ; enfuite ceux qui font immédiatement plus grands, ainfide fuite ; égalant le périmètre de chacun de ces quatorze triangles, à 168, z, & affortiffant de nouveau, on a eu finalement, en prenant un milieu, g= 58, 1:mz=. 55, 8, &/’= 54>3-,

On a formé de même, dans la Weftphalie, un triangle entre Munfter, Ofnabruk & Paderborn. La latitude de Munfter, d’après dix cartes, eft au moins de 5 1.° 54’, o ; celle de Paderborn eft au moins de 51. 40’, 9, & celle d’Ofnabruk eft tout au plus de 5 2. 18’, 4. En affujettiffant à ces hauteurs le triangle dont il s’agit, on a trouvé la différence en longitude entre Munfter & Ofnabruk, de 24.’, 6, 6c entre Ofnabruk & Paderborn, de 4z’, 1. La moindre longitude de Paderborn, qu’on ait pu extraire des dix cartes dont on a fait ufage, eft de 6.° Z3’, 4 ; conféquemment la longitude d’Ofnabruk fera de 6.° 23’4 — 4 z’, 1 = 5. 41’, 3, & celle de Munfter fera de 5. 4^3 — Z4’, 6= 5. i6’, j. Quoiqu’on ait pris à tâche d’avoir ces longitudes foibles, on pourrait, û elles ne font pas exactes, les trouver par la fuite encore plus occidentales, chacune d’environ 3 minutes ; cela viendrait de ce que les cartes, en Weftphalie, dilatent en général les efpaces, & que le triangle qu’on vient d’employer pourrait participer, mais fort peu, à cette extenfion. Quant à la latitude, celle d’Ofnabruk, par la même raifon, peut être trop forte d’environ 2 minutes; il y a à peu près la même incertitude fur celles de Munfter & de Paderborn.

On eft allé d’Alcmaer à Hamburg, en panant E par Embden & par Bremen ; on a trouve entre ces villes les différences en longit. &c en latit. fuivantes. Dff. en Longit. Dff— en Latit. Alcmaer., 8 + gy 8> Embden. _ _ £, ^ —r ^ j^ ^ Bremen.. ?, + > / Hamburg. 75’’;’3 Alcmaer eft par z.° 18’, 7 de longitude, & par 52° 38’, 7 de latitude, ielon les mefùres & les obfervations de Snellius ; ces mefures ont été revues par M. Mufchenbroek ; d’ailleurs cette pofition a été référée à Berg-Op-Zoom, à Leyde & à Amfterdam, villes dont les longitudes & les latitudes font déterminées. La longitude de Hamburg eft de lorfque le befoin l’a exigé, delà méthode des rectangles qu’on a fait connoitre ; ces divers moyens ont indiqué que la différence en longitude, entre Alcmaer ôi Embden, pourrait croître de o’, 6, &C que celle de Bremen à Hambu : g pourrait diminuer de la même quantité ; que celle d’Hamburg à Kiel pourrait diminuer de o’, 6, & que celle de Kiel à Lavemburg pourroit croître de o’, 3 ; que celle de Lubek à Wifmar pourrait augmenter de o’, 5, Si que celle de Roftok à Stralfund, pourroit diminuer de 1’, o ; la variation fur les autres intervalles eft infeniible. La latitude de Bremen pourroit baiffer de o’, 4 y alors le triangle dor.t on a parlé étant aflùjetti fur 7°. 3 5’, 2, & fa latitude de 53. 34’, 6 ; cette Ion— I ce point & fur Hamburg, ferait, fur ce dernier, jitudé fe conclut de l’obfervaticn de l’éclipfe de Soleil de 1764, calculée en France &en Angleterre. La latitude de cette ville a été donnée par M. Griichow ; les différences précédentes fourniffent les longituies 6c les latitudes d Embden & de Bremen, telles qu’on les a inférées dans la Table de la pofition des lieux de l’Allemagne. De Hamburg on s’eft tranfporté à GreipfVald en Poméranie ; en dirigeant fa route fur Kiel, Lawenburg, Lubek, Wifmar, RoftJc & Stralfund. On a d’abord arrêté la pofition de Greipf-Vald, en la référant à Hamburg & à Dantzig ; parmi les longitudes que les cartes ont fait obtenir par ce moyen, à cette ville, on y a joint la longitude obfervée de n.° 17’, 5, qui fe trouvent dans les Tables Aftronomiqucs de Berlin, & la longitude auffi obfervée, de 1 1.° 04’, ^, qu’on lit dans ïa Connoiflance des Temps : en prenant un milieu, félon notre métbode entre toutes ces données, on a obtenu n.° 18’, < ;. La latitude de Grei ; — LVald a été comptée de 54. 04’, 5, comme dans la Connoiflance des Temps, quoiqu’on ait été tenté de la prendre de 54. 05’, 2, telle que le profeffeur André Mayer l’a obfervée en 1753. Les différences en longitudes Se en 1-titudcç, entre les villes nommées ci-defTus, fe font trouvé s comme il fuit. Diff. en Lor.git. Hamburg. Kiel… Lawenburg, Lubek… W 1 s m A r.. Rostok.. Stralsund. Greii’svald Pour obtenir c ? s différences, on s’eft fervi de la méthode qu’on a employée fur la côte feptentrîonale de l’Efpagne 6c ailleurs ; on a auili fait ufage, 14, 5 2 7 > 9 6’, 6 5 5 ; 1 46’, 5 58) 3 14, 5 + + + I + + Diff. en L.i 47’, 3-6’, comme centre, un mouvement angulaire de l’oueft vers le lud, d’environ 3 2’, 6c cette rotation diminuerait la latitude du cap Dunen d’environ o’, ■). J’ai lu, dans quelqu’ouvrage, que la latitude de Lubek avoit été obfervée de 53. 50’, 4, aucune de nos cartes ne la donne fi foible ; elle eft dans la Table précédente de 53. 51’, 1, & une de nos comb n^ifons la fait monter jufqu’à 53. 5 1’, 8, de foite qu’il y a une incertitude de o’, 7 fur cette hauteur ; le même doute fe prolonge à peu près fur Wifmar, Roftok, Stralfund, & même fur Greipf-Wd, où le profefftur André Mayer l’a obfervée en 1753, de 5 3. 05’, 2, & la Connoiflance des Temps, fur des obfervations poftérieures, fans doute, la compte de 53.° 04’, 5. De Greiplwald, on s’eft tranfporté jufqu’à Dantzig, en parlant par Stettin, Camin, Stargard, Colberg, Rugeivyalde & Stolpe. La longitude de Dantzig eft de 16° 18’, 5, & fa latimde de 54. 22’, 2 ; cette longitude eft fondée fur l’es obfervations d’Hevelius, fur des obfervations plus modernes, & fur la coinbinaifon de nos cartes, référées aux points les plus proches, où il y a eu des obfervations aftronomiques de longitude, ou des opérations Géodéfiques ; tels font GreipfVald, Cuftrin, Groflcn,. Pofnanie & Warfovie ; cette longitude paraît déterminée, par ces moyens réunis, à moins d’un, quart de minute de degré près. Voici les différences en longitudes &c en latitudes entre les villes mentionnées ci-deflùs. Diff. en Longit. Diff. en L. : titi 66’, .P. % 34’, 104 1 Gretpsvald. S T E T T 1 N. Camin.. Stargard. Colberg.. rugenwalde Stolpe… Dantzig. ► 9 . — 42’, r. 3 .. W, 75 . — 29’, 0. 5 47’, 0. 8 2l’, I » 6 .. 3’; 9. 4 r • r 9 » U On a arrêté ces différences avec autant de foin que les précédentes ; & l’on obfervera que la différence en longitude, entre GreipfVald &c Stettin, pourroit être plus grande de o’, 7, & que celle qui €Ït entre Stettin & Camin pourroit être moindre de o’, 2 ; les autres différences peuvent être trop grandes chacune d’une quantité infeniible.

La différence en latitude, entre Colberg & Rugenwalde, peut être plus forte ; mais elle eft une irrite de nos combinaifons & de quelques hauteurs obfervées, qui peuvent n’avoir pas toute la précision néceffaire.

On a parcouru, avec affez de foin, la côte occidentale de la mer d’Allemagne, depuis Alkmaer jufqu’à l’embouchure de l’Elbe, & la côte méridionale de la mer Baltique, depuis Kiel jufqu’à Dantzig, parce que ces parties font prefque dépourvues d’obfervations aftronomiques de longitude & de latitude, & que celles de longitudes qui y ont été faites font peu fûres, n’ayant pas encore été répétées fuffifamment.

Mais à peu près depuis 51° 20’, jufqu’à environ 5 2. 35’, de latitude, des aftronomes habiles, des membres de l’Académie de Berlin, &c des favans de quelques Univeriités, en ont fait connoître liiffifamment, tant par des obfervations aftronomiques que par des opérations géodéfiques ; les principales ont été combinées, difcutées & inférées dans la Table précédente.

On a arrêté fur le Rhin les villes de Coblentz, Cologne, Dufferdorp, Wefel & Nimègue, par des combinaifons peu étendues, mais qui ont paru fufEfantes. Dans les dix-fept provinces des Pays-Bas on eu" p.ïffablement riche en points déterminés, tant ceux qui font appuyés fur des obfervations, que ceux qui font fondés fur des opérations trigonométriques.

Comme on a intention de ne s’arrêter que fur des contrées où le flambeau de l’Aftronomie n’a encore éclairé que peu d’endroits, on peut afiurer qu’en Bohème la poiïtion de Prague n’eft rien moins que fure. Sans avoir égard à la pofition de cette capitale, on a affujetti les cartes pour la Bohème aux pofitions déterminées, tant au nord qu’au fud de ce Royaume, comme font au feptentrion Leipfig, "Wirtenberg, Guben, Sagan, Breflau, & au midi, Paffart, Crems, Vienne, Presburg. La ville de Prague s’eft trouvée tout au plus par 1 i.° 03, 7 l de longitude ; cependant les obfervations de Ticho-Brahé placent cette ville à 12. 25’, o ; les Tables de Berlin font cette longitude de 12. 17’, 5, & la Connoiffance des Temps la met par 1 2. 07’, ^ ; toutes ces longitudes font trop fortes. L’habile Mayer, dans fa carte critique, ne place cette ville qu’à n.° 59’, o, & l’on préfume que celle que l’on adopte ici, fçavoir ii.°q$’, j, eu au moins affez grande.

Quant aux pofitions fituées dans le voifmage dur Danube &c fur ce fleuve, on a confulté le voyage en Allemagne de M. Cafiini de Turi, où il fe trouve une belle fuite de triangles, qui s’étend depuis les frontières de France jufqu’à Tyrnaw en Hongrie. Il réfulte de cette vafte fuite, que la perpendiculaire au méridien de l’Obfervatoire de Paris, s’étendanf. jufqu’au méridien de Vienne, ou même jufqu’à celui de Tyrnaw, fait avec le premier vertical de Paris, un angle de l’eft vers le fud, de 21’, f ou k très-peu près. Cela fe déduit de ce qu’on n’en conclut la latitude de Vienne que de 48. ° 09’, 3, tandis qu’on l’aobfervée de 48. ° 12’, 8, & de ce que l’on n’en obtient la latitude de Tyrnaw que de 48. 20’, o, lorfqu’onl’a obfervée de 48. 23’, 5. On a dû augmenter les latitudes qu’on a obtenues de cette chaîne de triangles de 3’7, à la distance de Vienne à Paris ; mais à mefure que cette diftance a diminué, on a dû augmenter d’une moindre quantité les latitudes extraites de cette chaîne. La longitude de Vienne eft de 14° oi’, o, félon cette fuite, & on l’a trouvée, par nombre d’obfervations de M. l’Abbé Hell, de 14. 02’, 7 ; c’efl i’, 7 qu’on devroit répartir proportionnellement fur les longitudes depuis Paris, ce qui exigeroit qu’on les augmentât chacune de —j-. On a eu égard à ces petites aberrations, dans la détermination des lieux qu’on a empruntée de ce voyage important. Dans le cercle d’Autriche, on a arrêté, il y a environ 1 5 ans, par des combinaifons fort étendues, entre Triefte & Vienne, la ville de Laubach, dont la latitude a été obfervée, les villes de Cilley, de Pétau & de Grctz, où des obfervations pofté| rieures à ces combinaifons en confirment le réfultar. On a encore déterminé, par de femblables moyens, les pofitions de Lavamund & de Clagenfurt ; celles d’Inniken, de Shabs, de Sterzingen Se de Glurentz, &c. ayant eu attention que les extrémités de chaque fuite de pofitions fuirent fondées fur des obfervations fûres. Il refte à dire peu de chofes fur les cartes particulières de cet Atlas qui concernent l’Allemagne ; on citera feulement les fources abondantes &c quelquefois fort pures où l’on a puifé, l’extrait que l’on en a pris eft très-fuccinâ ; on pourroit en tirer des cartes 60 fois plus grandes que celles de nos détails, fans épuifer ces fources ; ce qui montre furtout la profufion avec laquelle les Allemands ont dreffé des cartes de tentes les contrées de leur pays. L’on doit être déjà prévenu qu’on a affujetti les matériaux de chacune de nos cartes de détails, aux Eij lieux renfermés dans la Table des pofitions qu’on a arrêtées de cet Empire.

§. IL Le Cercle d’Autriche, N°. 69.

Il eu dû principalement à la carte de ce cercle du favant Tobie Mayer ; on a de plus confulté l’Archiduché. d’Autriche, celle deVifcher, réduite en deux feuilles, par J. B. Homann, à Nuremberg ; le Duché de Stirie, de Wifcher, réduit en une feuille par Homann ; le Duché deCarinthie, deHolzvurm, corrigé & : augmenté par Homann ; le Duché de Carniole du Baron de Walvaffor, d’après la carte d’Homann ; on a aufïï fur le même Duché, vu une petite réduction de la grande carte de Floriantfchitfch, en douze feuilles, publiée à Laubach en 1744 ; fur la partie méridionale du Comté deTyrol, on a vu la carte de M. Sperg en 4 feuilles 1761 ; l’évêché de Trente, fuivant le même, par les héritiers d’Homann, 1771 ; fur tout ce Comté, l’Atlas du Tyrol, par Anich & Hueber, en 2 1 feuilles, à Vienne, chez Mansfeld, 1773 ; & fur le Marquifat de Eurgau, on a confulté la caite de Striedbeck, d’Ausburg, & celle du capitaine Michal. §. III. Le Cercle de Suabe, N°. 68. Il eft appuyé fpécialement fur la carte de Hafms, en 1743, dans laquelle cet habile pro teneur a corrigé celle de Michal, en 9 feuilles, & fur celle de Kollefels, en 8 feuilles ; on a en outre confulté la Suabe de Janfonius ; celle de Sandrart, copiée par Mérian ; le lac de Confiance de Seutter d’Augsburg ; le cercle de Suabe, par MM. Sanfon ; la carte de Wagner, augmentée par Bartholomari : la carte fondamentale de Hurter, publiée par Bodenehr & Striedbeck ; celle de Guil. Delifle, en 1704 ; la réduct on, en une feuille, par Matthieu Seutter ; de la caite de la Prévôté d’Elltangen, en 4 feuilles, par l’arcbitéâe A. F. Prahl ; le plan de l’abbaye & de .la ville de Kempten, gravé par Bodenehr, à Augf1 urg, d’après le deffein de Thanner en 1737 ; le Duché de Wurtemberg, de Gadner, par Mérian, inféré dans la Topographie de la Suabe ; le même Duché de Jean Mayer, publié en 1710 par J. B. Homann, en 2 feuilles ; le Margraviat de Bade & de H ; : chberg, levé par Jean Moreîl & Daniel Beuch, réduit en petit par Ulric Millier ; le Comté d’Œttingen, de M. F. Cnopf, par les héritiers d’Homann ; la fo et & la Seigneurie de Mindelheim ; on avoit treore fous les yeux, pour les environs du Rhin, h ; carte de France de l’Académie Royale des Sciences.

§. IV. Le Cercle de B avare, N°. Idem.’ Il a pour modèle principalement la carte de ce cercle ; l’Archevêché de Saltzburg &£ le Duché de Bavière d’Appian, avec des augmentations ; ces trois cartes font du fonds des héritiers d’Homann. On a de plus confulté le Cercle & le Duché de Bavière, par Buna, en 9 feuilles ; la carte de l’Académie de Berlin, en 4 feuilles, 1766 ; les environs de Munich, par les héritiers d’Homann, en 1743 ; l’Evêché de Freyling, par Seutter ; & les Seigneuries de Sulzburg Se de Pyrbaum, de Tobie Mayer, en 1748.

§. V. Le Cercle de Franconie, N°, 65. Ce cercle doit fon exiftence à la carte des frères Conrad lung’de Nuremberg, en 1683 ; au cercle de Franconie de J. B. Homann ; au même cercle de Gùffefeld, par les héritiers d’Homann ; à la carte des portes de Franconie, par Homann, en 4 feuilles, 1779 ; à l’Evêché de Bamberg &C à celui de Wiirtzburg du même auteur. On a de p’us confulté la Principauté de Culmbach ou de Bareith, par M. F. Cnopf, en 2 feuilles, 1763 ; l’Evêché d’Aichtett, par J. B. Homann ; la Principauté d’Onolzbach, ou d’Anfpach, par Wetter, en 4 feuilles, ou par Seutter, en une feuille, 1754 ; les environs de Nuremberg, de Cnopf, en 1764 ; le Comté d’Henneberg, de J. G. Kiiflel, chez les héritiers d’Homann, 1743 ; la portion que l’Ele&eur de Saxe pofsède au Comté d’Henneberg, par Schenk, 1755 ; la Principauté de Hohenlohe, de J. C. Chapuzet, par les héritiers d’Homann, 1748 ; le plan du Château de Carlsberg & de fes environs, du même, en une feuille ; le Comté d’Erbach, dans l’hiitoire de la maifon de ce nom, par Schneider ; la Seigneurie de Limburg, par ordre des Seigneurs, chez les héritiers d’Homann, & la ville Impériale de Vindsheim, avec toutes fes dépendances, ckc. par les mêmes héritiers.

§. VI. Cercle de la Haute-Saxe. N.° 63 & 64. La partie méridionale de ce cercle, s’appuie en général fur la carte des héritiers d’Homann, en 1734, corrigée par Zolmann & Ziirner ; fur la partie méridionale de ce cercle de GiifTeteld, par les mêmes héritiers, 1783 ; & la partie feptentrionale, N°. 64, eft due prefqu’entièrement aux cartes de Dankert & d’Homann ; on a en outre jeté un coup-d’œil fur l’Atlas de l’Eleclorat de Saxe, de M. Ziirner, curé de SkafTi, publié par Pierre Schenk d’Amitcrdam, en 70 feuilles. On a confulté la carte de la Mifnie, par le profefleur Franz, d’après Ziirner, chez les héritiers d’Homann, 1762 ; on a eu fous les yeux les états de la maifon Electorale de Saxe, en 15 feuilles, 1763, par M. Pétri, ingénieur & lieutenant-colonel au fervice de PriuTe ; les environs de Drefde, à 4 ou 5 milles de dirtance, par le même, en 11 feuilles ; on a confulté la nouvelle carte des portes de l’Electorat de Saxe, par Ziirner, corrigée portérieurement. Le roi Augufte, en 1721, fît planter des bornes milliaires fur le bord des chauffées de cet Elecforat, qui indiquent les milles de portes ; ces milles font chacun de 16000 aunes de Drefde, &c une de ces aunes vaut 1 pied 10 pouces du Rhin, ( Géographie de Biifching) ou o, T 29534. On a de plus confulté le cercle Electoral de Saxe, par les héritiers d’Homann, 1752 ; le Duché fupérieur de Saxe du nouvel & du moyen âge, par Zolmann, 1732, chez les mêmes héritiers ; le Landgraviat de Thuringe, par J. Mellinger’; ce Landgraviat, corrigé par Lefier en 1738 ; la Thuringe orientale, en 2 feuilles, 1 747 ; le Margraviat de Mifnie, de J. M. Franz ; ces trois dernières cartes fe trouvent chez les héritiers d’Homann ; le cercle de Léipfig, par Schreiber ; l’évêché de Naumburg— Zeitz, de J. G. Schreiber, ou la copie des héritiers d’Homann ; la Marche de Brandeburg de Gundling, gravée à Berlin en 2 feuilles ; la vieille Marche de Gundling, par Bush ; Schleven l’a réduite pour les almanachs de Berlin ; la moyenne Marche, gravée à Berlin en petit format ; la nouvelle Marche, par Schleven, en deux formats, pour des almanachs différens à Berlin ; cette Marche fur la cinquième feuille de la grande Pologne, gravée par Kanter ; la Principauté d’Eyfenach, par les héritiers d’Homann ; les Principautés de Gotha, de Coburg & d’Altenbourg, par J. B. Homann ; les Principautés précédentes, par Schreiber ; leBaillage d’Attenburg &c le Baillage de Rhonnenburg, par Schenk ; les Baillages qui confinent à la Thuringe vers le couchant, par les héritiers de Schreiber ; les pays que pofledent la maifon de Saxe-Saalfeld ; les Baillages de Querfurt, de Juterboch & de Dahme, par Schenk. On a jeté un regard fur la Poméranie d’Eilhard Lubin, nouve’le édition en dcuze feuilles, 1758 ; Lotter l’a réduite en fix feuilles ; Lubin avoit lui-même réduit fa carte en 1 feuille, elle a été copiée maintes fois:on a confulté l’Ifle de Rugen de Lubin, corrigée par le colonel Jean Himmérich, publiée par Schenk, & copiée par Homann; le Tkeatrum bellï, in Pomtrania citeriori, " en 4 feuilles, par l’Académie de Berlin, en 1761 & 1 76 2 ; la Poméranie Suédoife & la Principauté de Rugen, fondées fur des obfervations artronomiques & iur des dimenlïons géométriques du profefleur André Mayer, chez Lotter, àAugsburg, 1763^3. Principauté d’Anhalt de Schuchart, améliorée en 1 746 ; autre édition, corrigée & augmentée en 1 7 5 7, par Schvedt de Cœten, dans les Mémoires hiftoriques & généalogiques de la maifon d’Anhalt, par Samuel Lenz, gravée par Puchel, de Léipfig ; la Principauté d’Halberrtadt de Rièfe, corrigée par Tobie Mayer, chez les héritiers d’Homann, 1750 ; le Comté deMansfeld, par Tobie Mayer, en 1750, corrigé en 175 1, par le prédicateur Biring ; le Comté de Stolberg, de J. F. Penther, appuyée, pour la majeure partie, fur des mefures géométriques ; la partie du Voitgland que pofledent les comtes’de ReiuT ; le Comté de Schcenburg, de Jean-Paul Trenkmann, en 1760 ; & le Comté de Honrtein, avec les Seigneuries de Lora & de Klettenberg, 176 1 ; les quatre dernières cartes font du fonds des héritiers d’Homann.

§. VII. Le Cercle de la Baffe— Saxe, N°. 62. Après avoir imité, en général, les cartes d’Homann, de Lotter & d’Ottens, cartes qui ont paru les moins défeâueufes de ce cercle ; aucune ne difpenfoit abfolument de confulter le Duché de Magdeburg de Gundling, quoiqu’inexact ; celui d’Homann, d’après le deflîn d’un ingénieur moins défectueux: Singularia Magdeburg., de Samuel Walther, 011 font des cartes de quelques contrées de ce Duché ; la defcription du Cercle de la Saale, par Dreyhaupt, pour la partie fupérieure de ce Cercle ; l’Eledtorat d’Hanovre, deJefferys, de Lotter, 1762, & autres ; mais toutes ces cartes font fort imparfaites; les Duchés de Bremen & de "Werden, de M. Pitt, par Schenk & Y/alk ; ces Duchés, par ordre du comte Kcenigfmark, de Jean Gorries, capitaine, par Blaeu ; il y en a beaucoup de copies. La carte de ces Duchés, par l’Académie de Berlin, ornée des armes de ce Duché, en 2 feuilles, 1767. La Principauté de Luneburg ou de Zelle, d’Auguftin Gotlob Bohémien, 1765 ; le cours de POhra & la forêt de Drcemling, par Walther, dans les Mémoires dit Duché de Magdeburg ; l’Intendance de Bardewick & de Pattenfee, dans la defcription de la ville de Luneburg &c de la Collégiale de Bardewick, par Schlœpken ; la partie de la forêt du Harz, qui dépend de la Principauté de Grubenhagen, par les héritiers d’Homann:Tabula. Geographica mendionallum rcgionum Brunfvico-Luneburgïum, 1 762 ; le Duché de BrunfVich ; ces trois dernières font du riche fonds des héritiers d’Homann ; ce Duché d’Etienne Swart, & autres, renfermant plufieurs particularités intéreflantes; la fituation géographique du territoire d’Empire méridional de BrunfVich, par le profefTeur Franz, chez les héritiers d’Homann ; le Baillage de Wéferlingen, dans les mémoires fur le Duché de Magdeburg, par Walther ; ce Baillage manque dans la Principauté d’Halberliadt, de Rièfe ; les Duchés de Meklenburg ( Schwerin &c Guftrow,) de François, de Witt, de Covens & Mortier, d’Homann, d’Ottens & de Seutter, cartes qui font toutes bien imf >arfaites ; le Meckienburg, de l’Académie de Berin, en 4 feuilles ; les Duchés de Slefwig & de Holftein, par Jean Meyer, en 1 3 feuilles particulières, & une carte générale, dans la defcription de ces Duchés, de Gafpar Dankwert ; elle a été réduite en une feuille par plufieurs ; l’Evêché de Hildesheim, de D. Jean Gigas, par Blaeu, & enfuite par plufieurs autres ; on n’a pas pu fe procurer ce bel Evêché-, que l’on aiTure très-exaft, par Jean Chriftophe Rofenthal, confeiller aulique ; on a confulté cet Evêché, par Gérard Jufle Arenhold, Secrétaire de l’Eleûorat de BrunfVich, chez les héritiers d’Homann. Jean-Baptiile Lauenftein a de plus drefTé une carte de cet Evêché, qui a pour titre, Diœcejîs Hildejheimenfis medii cevi ; le Duché de Saxe-Lauenbiirg, par Jean-Chriftian Homann 1729 ; la Prévôté BaiUagère de Mcellin, dans les Mémoires concernant la Seigneurie & Prévôté de Mcellin, 1740 ; & la Seigneurie de Jever, fur l’Ollfrife, de Jean-Chriftian Homann, 1730, Sec.

§. VIII, Le Cercle de Wefiphalie. N°. 61, On a fuivi principalement pour ce Cercle la carte des héritiers d’Homann, de 176 1, & celle de Jefferys ; on a auffi confulté la province d’Qltfrife, les Evêchés de Munfter & d’Ofnabruck, les Comtés d’Oldenburg, de Démenhorit, de Linge n & de Diépholz, du même géographe Anglois ; l’Evêché de Munlter, de Jean Gigas, aux frais de Blaeu, copié plufieurs fois, & imité de nouveau en 1757, par les héritiers d’Homann ; cet Evêché, en 2 feuilles, par Jaillot ; les Duchés de Clèves, de Juliers & de Berg, avec le Comté de Mark, en 2 feuilles, par Jaillot, imités & corrigés par les héritiers d’Homann ; le Comté de la Mark, par Jaillot, 1700 ; le Duché de Berg, par le même, en 1700 ; l’Evêché de Paderborn, par Jean Gigas, augmenté & joint aux Monumcnr.i Padcrborncnfia ; cette très-bonne carte fut copiée parles héritiers d’Homann, en 17^7 ; la carte de cet Evêché, de F, B. S. à V., plus grande, & peut-être meilleure encore que la précédente, gravée à Hamburg, par Pingeling le jeune ; l’Evêché de Liège, parWifcher, en 3 feuilles, qui divifent ce diocefe en parties, feptcnfionale, pioyenne & méridionale ; cet Evêché équivalant à 4 feuilles, par le P. Criftophe le Maire, Jéfuite ; l’Evêché d’Ofnabruck, de Jean Gigas, corrigé par Jean-Henri Meufchen, chez les héritiers d’Homann ; la Principauté de Minden, dont la majeure partie fe voit fur le plan de la bataille de Minden, ou de Todtenhaufen, du capitaine Bauer, gravé à Brunfwich par A. A. Beck ; la Principauté de W’erden, du capitaine Jean Gorries, par Blaeu, & copiée par plufieurs ; la Principauté & Maifon de Naffau ( en Wétéravie) de Jean-Jacques Stetter, par Wifcher, & copiée par Homann ; la Principauté de Naflan, du même ; rOitfrife-d’Ubbo-Emme, corrigée & augmentée par Ehrenreich-Gérard Coldewey, publiée par Jean-Chiiftian Homann, en 1730 ; la Principauté de Meurs, de A. Heurt, par Covens &c Mortier ; le Comté de Schauenburg, dans i’Almanach de Schauenburg— Lippe ; les Comtés d’Oldenburg & de Delmenhorft, de Jean Conrad Mufcuhis, dans la Chronique deHamelmann ; ces Comtés, par Muntink, dans la Defcription hil torique de Winkelmann ; cette même carte, qui reparut à Augsburg en 1769, chez Seutter, avec des triangles imaginaires ; ces Comtés, par Hunrich, chez les héritiers d’Homann, 1763 ; le C omté de la Lippe, par Tobie Conrad Lotter ; ce Comté, dans I’Almanach cité de Schauenburg— Lippe ; le Comté de Bentheim, du docteur Jean Wefterberg, par Walk &C Pierre Schenk ; le Comté de Pyrmont, du cap’taine Overheide, dans la Defcription des eaux de Pyrmont, du docleur J. P. Seip, & chez les héritiers d’Homann ; de plus le bas-Comté de Catzenelnbo-, gen, auffi chez les héritiers d’Homann. §. IX. Le Cercle du Bas — Rhin, ou des quatre Electeurs, N. 65.

Il a fur-tout pour bafe la carte de ce cercle, de Jaillot, en 4 feui’les ; on a de plus confulté les plans des diftricîs de l’Archevêché de Mayence, inférés dans Novœ Archiep>Jcopatus Mopintinï Tabulée, de Nicolas Perfon ; cet Archevêché, par Jean-Georges Walther, de Francfort, en 2 feuilles ; fur la même partie, les cartes ele Wifcher, de F. de Witt, de Seuter ; Circulas Rhen.inus inferior & Elechratus Moguntinus t par les héritiers d’Homann ; le territoire d’Erfort, chez les mêmes héritiers, 1762 ; la carte plus exacte de l’Abbé Baillius ; l’Archevêché de Trêves, de Gérard Mercator ; cet Archevêché, par Jaillot, en 2 feuilles ; cet Archevêché, de Jean-Georges Walther, en 2 feuilles ; l’Eleclorat de Cologne, île Jean Gigas, par Blaeu ; cet Eleclorat, du P. Zittart, Jéfuite, réimprimé en 1757, par les héritiers d’Ho- » mann, & le Palatinat du Rhin, par Jean-Georges. Walther, en 2 feuilles,. §. X. Le Cercle du Haut-Rhin. N°. Idem. Il eft appuyé, en général, fur la bonne carte de ce Cercle, par Gérard Valk ; on a vu en outre 1 Evêché de Vomis, des héritiers d’Homann, 1752 ; celui de Spire, des mêmes, 1755 ; ces deux diocèfes ont de grands défauts ; on a aufïï confulté l’Evêché de Fulde, de "Wolfgang Regrev/il, par Blaeu, celui de J. B. Homann, en 2 feuilles ; la carte de l’ancien Buchaw, inférée dans la Collection des Traductions de Fulde, par Schannat ; celle que cet auteur a mife dans l’Ouvrage intitulé, Dioccefis Fuldenjis, la Heffe, par ordre du Landgrave Guillaume, 1 586, levée par Mercator, père & fils ; il en exifte beaucoup de copies. La Heffe, de M. Carlet de la Rofière, capitaine de dragons, en 4 feuilles, 1761 ; celle de M. Malccot, en 4 feuilles, levée en grande partie fur fes obfervarions ; celle des héritiers d’Homann, corrigée en 4 feuilles ; celle de l’Académie de Berlin, auffi en 4 feuilles, avec des notes propres à rectifier la pofition des lieux ; carte topographique de la Heffe, par Bauer en 1762 ; celle du pays de Heffe-Darmftadt & des environs, par C. M. Pronner, en 6 feuilles, chez les héritiers d’Homann ; la Principauté de Hersfeld, parSchenk & par Walk ; le Comté de Waldek, de Nicolaï, très —bonne carte, chez les héritiers d’Homann ; le Comté de Hanau-Miinzenberg, de Frédéric Zolmann, par J. B. Homann, 1728 ; & la Seigneurie de Hanau-Lichîenberg, fur l’Alface, auffi des héritiers d’Homann. §. XI. Les Pays-Bas Autrichiens avec les Sept Provinces-Unies, N°. 59,

Ils font appuyés principalement fur la carte des dix-fept Provinces des Pays-Bas, de Tobie Mayer, auffi habile aftronome que favant géographe ; on a confulté, en outre, la carte de Friex, en 24 feuilles, 1709 ; il y en a des copies & des réductions ; telle elt celle de Stutter, en 24 feuilles in-4. ; celle de Mortier, avec les Mes de Sééland & une partie du Comté de Hollande, en 28 feuilles z/2-4., que Hermann Mol, en Angleterre, a réduite en 2 feuilles ; le Duché de Brabant, par Blaeu, en 5 feuilles, corrigé par Wifcher ; ce Duché, par G. Delifle 1705, & par Jaiilot, 1720 ; les environs d’Anvers en 3 feuilles, par le môme ; le Duché de Limbourg, de Wifcher, de F. de Witt & de Jaiilot, 1693. Le Duché de Luxembourg, par Wifcher, par de Witt & par Homann ; ce Duché, en 4 feuilles, par Jaiilot, 1704 ; les environs de Luxembourg, en 3 feuilles, par le même ; le Comté Je Flandre, par Seutter ; ce Comté, par Jaiilot, e 1 2 feuilles, 1729 ; les détails de ce Comté, par Wifcher y en 6 fcuilles ; le Diocèfe de Tournai, de Bernard Capellîer, pafteur de S. 1 Léger ; Jaiilot 1726 ; plufieurs châtellenics &c diftricts, par de Beaurain, Bailleul, le Rouge, Jaiilot & Infelin, le Comté de Hainaut, par G. De ifie, 1706 ; par Jaiilot, 1720 ; par Homann & par Robert, 1764 ; le Comté de Namur, par de Witt, par Wifcher, par les héritiers d’Homann, 1746 ; ce Comté, par Jaiilot, en 1 2 feuilles ; quelques Diftricts, par divers auteurs ; &:les Pays-Bas Autrichiens, par M. le comte de Ferraris, en 25 feuilles, 1777.

A l’égard de la Hollande, ainfi nommée en généiaî, on a confulté la carte des Provinces-Unies, de G. Delifle, laquelle a été copiée par Covens &c Mortier ; le pays de Gueldre, de W. A. Bachienne, prédicateur de Kuylenburg, par Covens & Mortier ; les parties méridionales & fcptentrionales de la Hollande, par Wifcher ; la Zéelande, par les frères Hattinga ; la Province d’Utrecht, par Bernard du Roi, chez Schenk ; la Frife, de F. Halma, àUtrecht, chez C. Kribber ; l’Overyffel, de N. Tenhave ; améliorée par de Witt, chez Covens Se Mortier ; la même carte corrigée par Ottens ; le pays de Groningue, de F. de Witt, chez Covens & Mortier ; le même pays, par Ottens ; la contrée de Drente, par de Witt, chez Covens & Mortier ; & cette même contrée encore, par Schenk & Walk* §. XII. La Bohème & la Luface. N.° 66. Cette carte s’appuye, pour la Bohème, fur la carte de J. Chriftophe Miiller, capitaine de Génie, en 25 feuilles, à Augsburg, 1720 ; les planches, par ordre fpécial, en ont été brifées ; de là vient que cette carte eft fort rare ; mais il y en a maintes réductions, dont plufieurs renferment divers changemens, qui montrent que l’original n’a pas atteint toute la perfection poffible ; c’eft pourquoi on a en outre confulté la Bohème, d’Egide Sadeler, 1620 ; la Bohème, en 2 feuilles, de Maurice Wogt, religieux de l’ordre de Cîteaux, dans l’abbaye de Piaffe. A l’égard de la Luface, elle fe fonde fur la carte de Mortier, en 2 feuilles, d’après les 8 feuilles des Margraviats de la Luface, de l’Atlas Saxon ; on ne s’fcft pas arrêté à ce fetil prototype, on a confulté les deux petites cartes de la haute & de la baffe-Luface, publiées par Samuel Groffer, dans fes Mémoires fur ce pays ; on a vu la carte générale de la Luface, dans l’Atlas portatif de Weigel ; on a de plus confulté la haute-Luface, de Schreiber, parles héritiers d’Homann 1732, la baffe-Luface, publiée par les mêmes héritiers, en 1768; & l’on a auffi jeté un regard fur les différens cercles 7 qu’on a publiés de ces Marquifats, §. XIII. Le Duché de Sillfit & le Marquifat de Moravie. N.° 67.

La Siléfie reconnoît pour type la réduction de l’Atlas de Siléfie, par Covens & Mortier, qui n’efl fans doute pas exempte de fautes, & cela n’a rien d’étonnant. J. C. Millier fut chargé, en 1721, par l’Empereur Charles VI, de cet Atlas ; la mort de cet Ingénieur interrompit ce travail, l’Empereur y employa l’Ingénieur Vieland en 17x3, aux frais des Princes & Etats de la Siléfie ; Wieland mourut, & laifTa l’ouvrage imparfait : M. Scubarth l’acheva. Les héritiers d’Homann, qui en furent éditeurs, corrigèrent fur les deffins, qui n’étoient pas encore gravés, l’échelle & la graduation faufTes de "Wieland, & firent des corrections fur les planches déjà gravées ; les fautes de "Wieland ne purent entièrement difparoître de celles-ci. L’édition fut commencée en 1736, & interrompue en 1740 par la guerre, 011 le Roi de Pruffe obtint la majeure partie de la Siléfie. Ce prince confentit à la publication de cet Atlas, en 1750, fans permettre qu’il fût corrigé fur le terrain même ; ainfi, lorfque cet Atlas parut en 175 1, les fautes de Wieland au moins, qu’on n’avoient pu anéantir, y réitèrent. On a été porté en conféquence à confulter la Siléfie de Martin EfVig, en 4 feuilles ; elle efl dans le Thcatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius, 6k dans le Spéculum orbis geograpliicum de Cellarius ; cette carte, corrigée & perfectionnée, fe trouve dans les dernières éditions de la Cofmographie de Munfter, & dans l’Atlas de Blaeu ; on a confulté la Siléfie de Jonas Scultetus, publiée en Hollande par plufieurs ; les cartes particulières de Breflau, de Grotkau ou de Neifîè, de Lignitz, d’Œls, de Wolau & de Glogau, suffi par Scultetus ; les Principautés de Jauer 6c de Schweidnitz, de Frédéric Khunow, par Blaeu & Janion, enfuite par Schenk & Walck, avec corrections ; ces Principautés de Godefroi-Kœhler ; la Province de Siléfie, avec les Royaumes & Terres adjacentes, 1626 ; cette province, par Schenk, Homann, Covens & Mortier, 2. e édition ; la Principauté de Tefchen, de Jean Nigrinws, copiée par Schenk ; le Comté de Glatz, de Tobie Mayer, chez les héritiers d’Homann, 1747. Durant la fufpenfion de l’Atlas de Siléfie, le graveur Schleuen, de Berlin, publia 16 cartes de demi —feuille chacune, des Principautés de ce Duché & une carte générale ; ce recueil, dont le mérite furpafle de beaucoup les défauts, a au/îi été confulté. Quant au Marquifat de Moravie, il s’appuye fur la réduction des 9 feuilles de la Moravie, du capitaine Millier, par Covens cv Mortier ; mais comme il y avoit, avant cet Ingénieur, des cartes paflables, & d’autres afîéz. bonnes de ce Marquifat, on a confulté la Moravie de Paul Fabricius, corrigée par plufieurs gentilshommes lettrés du pays ; on la trouve dans le Théâtre du monde d’Ortelius ; elle a été réimprimée entr’autres par Gérard Mercator ; celle de Coménius, meilleure que la précédente, publiée entr’autres par Fifcher ; & celle plus exade encore, qui efl dans la Germanie Autrichienne de Granellius. On a confulté avec avantage, fur les divers états de cet Empire, la Géographie de M. Bûfching ; l’Allemagne y eil fi bien décrite, qu’on a dû profiter du jour que cet auteur y a répandu. A l’égard de la carte générale de cet Empire, N.° 60, elle efl l’extrait fuccinft des morceaux particuliers qui en contiennent le détail.

On va maintenant dire un mot des mefures itinéraires de cette vafte région ; la mefure la plus ufitée dans cet Empire, efl le mille commun d’Allemagne, de 1 5 au degré ; il a ordinairement 20000 pieds germains de long ; ainfi il y a 300000 de ces pieds dans le degré ; ce pied efl : les f du devakh, ou pic du Caire, & vaut, en pied de Paris, i^. i p. 8’if. 3’". f. Si ce mille commun efl de mille mefures, comme fon nom l’indique, chacune vaut 20 pieds germains, ou 22 p. y. io’i ?. i p’. de Paris ; c’eft une perche propre à l’arpentage, laquelle efl en général de 2 ruthen, ou roues d’Allemagne.

Il y a aufïï dans cet Empire des milles de 12 ~ au degré ; ce mille efl de deux rafles germaniques ; il répond à 2 lieues communes de France, ou à 4 lieues gauloifes ; mais fi ce mille germain étoit de 6 milles d’Europe, il feroit de 1 3 j au degré ; il y a de ces milles en Allemagne, en Hongrie, &c. Pour établir ces afTertions, on remarquera que Thwrocz, dans fes Chroniques Hongroifes, dit que la diftance de Thuln, petite ville fur le Danube, jufqu’à Vienne, efl de 3 rafles ; cet efpace, en Clivant les détours du chemin, efl fur les cartes, de 13680 toifes, dont le tiers efl la rafle dont il s’agit ; elle efl 1 2 fois — dans le degré.

Sur diverfes cartes de Hongi ie, il y a une échelle de 1 3 ~ milles au degré ; ce mille efl de deux lieues légales de Caflille. Il y a au (h, fur plufieurs de ces cartes, une échelle de 1 3 milles au degré ; on verra par la fuite les fondemens de cette mefure. Dans un G’.ofïaire manuferit de Hondius, on a trouvé que meil wegts, un mille de chemin, contient 60 gevinden ; la gevinde renferme 60 ruthen, tours de roues ou verges, chaque verge contient 7 ~ ellcn, aunes, conféquemment ce mille à 27000 aunes ; ce font des pieds. De favans Allemands attribuent la même divifion à l’ancien mille Saxon ( d’Anville, mef. itinér.) ; ii ce mille cil de 1 2 ~ au degré, comme il y a apparence ; il efl de 27384 pieds dç Paris, Paris, & l’aune cfui en eft l’élément, eft de 1 p. o’. i lis. de la même mefure. Cette aune eft le pied de Dordrecht & celui de la Brille. Cependant fi ce mille étoit de 1 5 au degré, comme il contient 22820 pieds de Paris, l’aune y feroit de ro ?. i Us. 8 f ".f du même pied. Ce feroit celui d’Utrecht, d’Oftende, de Bruxelles, de Cologne, d’Heidelberg & de Gand. En Saxe, fous le roi Augufte, en 1722, le mille de pofte ou de police fut fixé à 2000 ruhtcn, ou à 1 6000 dlen de Drefde ; fi cette aune eft les —^ du pied du Rhin, ( fuivant M. Biifching), ce mille contiendra 4725 toifes, & fera de 12 —^ au degré ; ainli le mille Saxon doit être réputé de 1 2 dans le degré ; srlors l’aune de Drefde fera 192000 fois dans le même efpace, & vaudra 1 p, cf. 4’*. 8 P ". f de Paris ; c’eft deux pieds d’Europe ou de Bâle. La Saxe n’eft pas la feule partie de cette région qui ait un tel mille. Sur la carte de Bohème, par Millier, les heures de chemin y font de 1 2 au degré ; mais cette mefure n’eft pas unique dans ce Royaume. En 1268, fous le règne de Primiflas-Ottocar, le mille y fut fixé à 60 longueurs de terrain, qui répondoknt à 4755 pas géométriques ; ( d’Anviiie, mef. itinér.) or le pied aftuel de Bohème, félon le P. Liefganig, Jéfuite, eft les ^ J — de la toife ; ainfi le pas géométrique eft les y| de cette toife ; cela donne un mille de 1 5 f, ou en nombre entier de 16 au degré.

L’aune de Brsbant, dont l’ufage eft fort étendu, étant de 160000 au degré, eft l’élément naturel de ce mille, lequel contient 10000 de ces aunes, dont chacune eft de 2 pieds & ~ de Caftille. Quant à l’aune de Bohème, elle eft plus longue que 2 pieds de Prague d’environ ~. Ce pied, qui eft le pied romain, ni l’aune ne paroiffent pas être le principe actuel des milles de ce Royaume.

En corrigeant la carte de l’Autriche, par"Yifcher, dont les diftances y font dilatées, à peu près dans le rapport de 24 à 1 9, il y a un mille de 2 heures, fur deux échelles différentes ; ces échelles étant réduites dans le rapport indiqué, donnent un milie de 1 2 au degré, & un autre de 16 ; on en pounoit adopter un moyen qui feroit de 14 au degré. Le pied de Vienne en Autriche eft de 3 5 2000 au degré, 6c Ton fait de très-bonne part que le pied y eft à l’aune comme n eft à 27, & que le klafeer, qui eft la toife de Vienne, y eft à l’aune comme 9 eft à 22 ; cela donne inconteftablement, pour la longueur de cette aune, 2 pieds —rr de cette ville ; en conféquenee cette aune eft de 143407 ~~ au degré. Le mille autrichien, de 16 au degré, eft de 1000 perches, chacune de 22 pieds de cette ville ; le mille de 14 ou peu plus au degré, y eft de 25000 pieds, & celui de 1 z au degré y eft de 1 2000 aunes, ou peu moins. Au refte, le pied ainfi que l’aune de Vienne, paroilïent avoir une origine grecque. En ^diminuant le pied de cette ville d’-^, on auroit le pied grec ; & ii l’on en diminuoit l’au 1e feulement d’Hi •> e U e feroit 144000 fois dans le degré, & auroit 2 pieds ~ grecs de long. Philippe Appian, habile mathématicien, a fixé dans fa carte de Bavière, en 1 5 68, un mille de 1 2 au degré ; on en a ufé de même dans la Suiffe, la Suabe, le bas-Rhin, &c. Dans la Suabe & ailleurs, il y a auiîi le mille commun d’Allemagne ; le pied romain, qui en eft le principe, le voit à Augsburg dans toute fa pureté. Il y. a deux aunes différentes dans cette ville ; l’une qui contient 1 pied & f romain ; c’eft la petite aune de S. 1 Malo, elle eft 1 5000 fois dans le mille commun d’Allemagne ; l’autre eft de 2 pieds romains, c’eft la demi-aune de Paris ; elle eft auiîi 150C0 fois dans le mille de 12 &c ~ au degré. Si l’on eût, dans l’évaluation du mille Saxon, employé l’aune de Géra, ville aux comtes de Reuff, en haute Saxe, dans le Vogtlang, cette aune furpaffe de fort peu de chofe la coudée du nilomètre, qui vaut o, T 28525 ; le mille, compofé de 16009 aunes, feroit de 1 2 ~ au degré. Job de Magdebourg, en 1 560, meïiirant la diftance des principaux lieux de la Saxe, fixa le mille à 1500 ruhten ou à 1 2000 ellen ; fi l’on employé l’aune de Drefde, cela fournit un mille de 1 6 au degré ; Ôç fi l’on fait ufage de l’aune de Géra, elle donne un mille de 16 au degré. Dans le premier cas, ce mille germanique feroit de 5 milles européens ; & dans le dernier, ce mille feroit de 3 lieues gauloîfes. A Berlin, dans le Brandeburg, l’aune eft de 166666 f au degré ; elle eft de 2 pieds de Moravie ; le mille de 1 6 f— au degré contient 10000 de ces aunes. Le pied de Berlin, c’eft le pied grec) eft à l’aune de cette ville, comme 25 eft a 54.

En Siléfie, félon les cartes qui en ont été levées, le mille eft de 1500 perches, ou de n 250 aunes ; ainfi, dans ce Duché, une perche contient 7 aunes ~. L’aune de Siléfie eft 192000 fois dans le degré ; divifant ce nombre par 1 1 250 aunes, que contient ce mille, il viendra i-j M + —^ au degré. Cette mefure eft fmgulière ; il doit y avoir erreur dans fes élémens ; il y a probablement 16 milles ôc f de Silélie au degré ; pour cela ilfuffiroit qu’il y eût 1440 perches de 8 aunes de Siléfie dans ce mille ; ou mieux, fans doute, il faudroit qu’il y eût 1 500 perches de 7 aunes de Pologne dans ce même mille, aunes qui font de 180000 au degré, bu de 2 pieds grecs chacune. Cette mefure n’eft vraifemblablement pas la feule qui foit en ufage en Siléfie ; car on y a joint fur les cartes une échelle de milles communs d’Allemagne. En Moravie, le pied eft de 3 3 3 3 1 3 au degré ; F c’eft le pied breton d’Antonin, lequel vaut i p. 0x6896, mefiire de Paris. Il y a, clans ce Marquisat, un mille qui, comme ceux d’Allemagne, contient 20000 pieds d’Olmutz ; ce mille eft de 16 f au degré. L’aune de Moravie eft les f de celle de Paris, laquelle eft de 4 pieds romains ; ainfi l’aune d’Olmutz eft de 140625 au degré ; il y a dans ce Marquifat, comme en Silène, un mille de 1 1 2.50 aunes, ou de 1500 ruhun ; c’eft pourquoi, en d vilant 140625 par 1 1250, le quotient 12 £ indique le nombre de fois que ce mille eft dans le degré ; ainfi on retrouve encore exa&ement, dans les menues de la Moravie, le mille de 16 f— & celui de 12 — au degré. Le mille rhinlandique eft de 2000 roeden ou roues, de 1 2 pieds du Rhin chacune ; ce mille contient donc 24000 de ces pieds. Le pied du Rhin vaut les •5^9 de la toife ; par conféquent les 24000 pieds produifent, pour ce mille, 3866 toiles —■, il y a 14 —| de ces milles, dans le degré moyen du méridien. Les navigateurs de ces parages, ont jugé commode de compofer leur mille de 4 minutes de latitude, ou de 1 5 au degré ; c’eft le mille commun d’Allemagne. Ce mille marin Hollandois & Flamand étant, comme le rhinlandique, de 24000 pieds, il y a 360000 de ces pieds dans un degré ; c’eft le pied grec, lequel eft à celui du Rhin à très-peu près, comme 121 eft à 1 23. De plus il y a, dans les Provinces-Unies, un mille de 1500 roeden, ou de 18000 pieds du Rhin ; ( Snellius Emftojlhencs Batavus.) ii le pied ANALYSE grec en étoit l’élément, ce nulle feroit de 10 a* degré ; mais il n’eft contenu que 19 fois & f dans le même efpace. Au Duché de Luxembourg, la lieue eft de 28 au degré, elle paroît être moitié du mille de la baffe-Autriche, lequel eft probablement de 14 tj au degré ; cette lieue peut valoir le tiers de huit milles romains. Article VI. §. I. Le Royaume de Prujfe, N.° 71 ; & celui de Pologne, avec le Duché de Lithuanie, N.° JZ. Les cartes général es, qu’on a employées d’abord pour fe diriger font, la Pologne, de Dahlberg, dans l’ouvrage de Puffendorf, de rébus gejlis Caroli Guftavi. Celle de Guillaume Delifle, 1703 ; la Pologne d’Homann, ad mentem Starowoljîn ; celle de Tobie Maver, 1750 ; la Pologne, fur la 3. e partie d’Europe de M. d’Anville ; celle de A. Rizzi Zannoni, en 25 feuilles, 1772. Polonia propria tanquam Phlonici provincia pritparia, 1772, chez les héritiers d’Homann. La carte générale & itinéraire de la Pologne, par Covens èc Mortier, 1781, On va faire précéder une table des pofitions, fur lefquelles ces deux cartes font appuyées ; enfuite coproduira quelques exemples des combinaifons qu’on a exécutées » NOMS DES LIEUX. Dantzig, Kamienteck, Kiow, ( Ukraine.)… Kcenigsberg, ( Pruffe.).. Krylow, ( Nouvelle Ruine.) Posxanie, , Riga, ( Livonie.)… Smolensko, ( Ruflie.).. "WARSOV3E, "NVlLNA, Diff. des Mérid. D. M. 10". D. M. Latitude, 16. 2-4 28 18 5°

  • 5

21 20 18 13 18’, « ’, 34’, 16’, 3o’, 01’, 16’, 36’, 39’, 09, 5448 5° H 48 rH P 54 22’, 56, 24, 43> 44 > 17, 56, Ï°j i4> 4i > Tî y a fur Kcenigsberg, Riga & Wilna, des obfervations aft onomiqncs de longitude. Dans l’intention de’es vérifier, on a forme un triangle entre ces villes ; en le traitant comme cc’rei oui a été conftruit entre Hambnrg, Bremen eV. le cap Dunen, on a trouvé la diftanec entre Konïgsberg & NV ilna, de 169", 4 ; celle entre Kw.igsb.-rg fié Riga, de i6j" 2 ; & celle de Riga Vilna, de i-y r’7. Connoiffant les latitudes de ces tiois points, le triangle a fait découvrir, ayrnt égard à Papplatiflement de la terre, la différence en longitn le entre V œnigsbcrg & Riga, de 2. 59’, 8, entre Riga & : V :.-, a, de 1.° 5 2/, 6, & roi fëqtiemment entre Kcenigsberg 6c Vilna, de 4. $i’, 4* Les Tables agronomiques de Berlin, établiffent les îongitucLs de ces|lièux comme il fuit, Kcenigsberg y eft par 1 8.° 07’, 5 ; Riga, par 2 1.° 38’, o, & Wilna par 23. 07’, 5.

Suppofant d’abord Kcenigsberg par 1 8.° 07’, 5, Riga feroit par 1 8.° 07’, 5 + 2. 59’, 8 = 2 1.° 07’, 3, & "Wilna par 2i.°07’, 3 + i.° 52’, 6 = 22.° 59’, 9. Wilna étant par obfervations à… 23.°07’, 5, on auroit en conféquence Riga, par zj.° 14’, 9, & Kcenigsberg, par iS. ^’, 1.

Par un travail bien antérieur à celui-ci, fur les obfervations du profefftur Grifchow, faites en 175 5 à Arensburg, Dager-Crt, Riga &:Revel, on en avoit conclu avec foin, la longitude de Riga de 21. 15’, 5 ; conféquemment Kœnigsberg feroit par 18. 15’, 7, & Wilna par 23° 08’, 1. En référant Kœnigsberg à Dantzig, qui eft, fuivantd’exa &es obfervations, par 1 6.° 1 8’, 5 ; & à Warfovie, qui eftauffi, par obfervations, à 18. 39’, 9, on a trouvé Kœnigsberg par 18. 19’, 2; ainfiRiga feroit par 21. ° 19’, o, & Wilna par 23. n’, 6. La tomme des longitudes de Kœnigsberg, Riga & "Wilna, étant de 62. ° 53’, o ; félon les Tables citées, on auroit encore Kœnigsberg, par 1 8.° 20’, 3 ; Riga par 21° 20’, 1, & Wilna par 23.° ! 2’, 7. Enfin Riga étant, par obfervaticns, à 21. 9 38’, o, on auroit Kœnigsberg à 1 8.° 38’, 2, &Wilnaà 23. 3o’, 6. Kœnie ; sberg, par ces fix combinaifons, en prenant un milieu fuivant notre méthode, eft au moins par 18. 16’, 7 ; Riga par 21. 16’, 5 ; & Wilna par 2 3.°09 /, 1. On ne préfume pas que l’erreur de ces conclurions, s’il y en a, puifle s’écarter fenliblement du vrai.

Les cartes levées géométriquement, ne peuvent être que particulières ; elles doivent leur principal mérite à l’emploi rigoureux des règles de la trigonométrie ; ces cartes doivent être & font en effet très-rares, & fi elles occupent un vafte terrain, on ne peut répondre de n’y avoir lien omis d’important ; ainfi ne vouloir, en cartes géographiques, que l’image fidelle du local, eft une chimère ; c’eft pourquoi il convient de chercher ce qui peut le mieux y fuppléer.

De nombreux matériaux, font propres à répandre plus de richefles dans les détails, ck à obtenir plus de préciiion dans les cartes ; par rapport au dernier objet, on a déjà laiffé voir quelques légers échantillons, des ufages multipliés & étendus que l’on peut en extraire, fie l’on en produi.a encore quelques •autres dans la fuite.

Vers le midi de la Pologne, on a formé un triangle entre Vienne en Autriche, Kamienïeck & Kiov, qui, en le traitant comme ceux qui précèdent, a fait découvrir la diftance aérienne entre Vienne &Kio"Wj de 584% o ; celle de Vienne à Kamienieck, de 4 1 1 w, 7 ; &C celle de Kamienieck à Kiow, de 1 8 5 AJ, 5. La latitude de Kamienieck a été trouvée de 48. 50’, 9 ; mais ce n’etoit, pour ainft dite, qu’en partant ; en la rapportant à celles d’Yafli & de Vienne, on l’a conclue de 48. 56’, 7 ; la latitude de Kiev a été obfervée de 50. 30’, o, de 50. 26’, 2, & de 50. 24’, 8 ; on s’en tient à cette dernière. Ces hauteurs polaires, avec celle de Vienne, ont fervi à placer convenablement le triangle dont il s’agit, lequel a donné entre Vienne & Kamienieck io.° 20’, 1 de longitude, & entre Kamienisck & Kiow 4. 1 1’, 8, ( voyei la Table ci-defTus.)

Le peu d’obfervations qui ont été faites à Kamienieck, tendantes à en découvrir la longitude, paroiffent la donner trop foible, & le petit nombre de celles de même efpèce qu’on a faites à Kiov, femblent donner la longitude de cette ville trep forte ; en effet, ces obfervations feroient compter entre ces lieux 4. 37’, 5 en longitude, tandis qu’on ne trouve ici que 4. 11’, 8.

Pour déterminer la pofition de Krilcw, fituée S droite, & près du Dnieper, dans l’angle au fud-efi que forme les limites de la Pologne, on a rapporté cette pofition à Kiow, à Kamienieck & à Yafîi, & l’on en a conclu la longitude de cette ville, au moins’ de 30. 30’, & fa latitude, au plus de 48. 44’. Pour achever de fixer la partie orientale de la Pologne, on arrêtera la pofition de Smolensko. Cette ville eft à la Ruffie, mais voiline de la Lithuanie, &£ fur le Dnieper ; elle eft propre à déterminer le cou:* de ce fleuve; elle peut & doit d’ailleurs fervir à préparer les originaux pour la Pologne. On a d’abord cherché les différences en longitude entre Smolensko & Kiow, & l’on a trouvé 60’, o : 6i’, 3 : 6i’, 3 : 6i’, 9 : 62’, o : 62’, 2 : 62’, 7 : 63’, 1, & 63’, 5. On a de même découvert les différences en latitude, entre ces villes, de 261’, 1 : 261’, 5 : 263’, o : 264’, 5 : 266’, 1 : 267’, 8 : 269’, 5 : 271’, 2, & 273’, o. Ces élémens feront connoître, à l’égard de Kiow, l’angle de pofition de Smolensko. Pour cela, on divifera, par gradation, les moindres différences en longitude, par les moindres différences en latitude ; enfuite on multipliera les quotiens, par le coiïr.us de la latitude moyenne, laquelle eft ici de 52° 38’; chacun de ces produits ferais tangente de l’angle cherché, que l’on trouvera répondre, dans cette circonftance, à 8.° 05’, 5. Cet | angle a fon fommet fur Kiow, & a pour l’un de fes côiés le méridien de cette ville ; ainfi Smolensko eft, ù regard de Kiov 3 au nord 8.° 05’, < ; à l’eft ; mais Fij a terre étant applatie, cet angle vaudra 8.° o6’, 6. L’opération que l’on vient de décrire eft indiquée par’a formule tang. a =’•" *, dans laquelle k défigne la différence en longitude, h la différence en latitude, & a l’angle déliré.

On a cherché, en outre, les différences en longitude & en latitude entre Wilna & Kiow ; puis en procédant comme ci-deffus, on a trouvé, ayant ■i à Papplatiffement de la terre, que Wilna gifioit, par rapport à Kiov/, au nord 37. 45’, vers î’oueft. Pour tenir compte de cet appîatùTement, il a fuffi de diminuer de 6 minutes la latitude moyenne vers cette hauteur ; ainfi on a pris le connus de ■[2.° 27’, au lieu de celui de 52. 33’. De ces angles de positions & des différences entre les hauteurs, on a extrait la longihide & la latitude de Smolensko, tcî’cs qu’elles font indiquées dans la table précédente. Il paroirroit que la différence des méridiens, entre "W ilna & Smolensko, étant exprimée par 3 3, celle entre "Wilna & Kiov/, le feroitpar 28, & celle entre Kkrw & Smolensko le feroit par 5. Ces expofans pourraient fervir dans la fuite, fi une de ces différences venoit à changer, à recevoir, par exemple, une foible augmentation.

On a afu.’jetti les originaux qu’on a employés, aux points où il y a des obfcrvations, & à ceux que l’on vient de dilcuter ; on s’ell même appuyé fur des pcf rions ainfi déterminées, mais empruntées dans les états les plus voiiins. Outre les cartes générales déjà mentionnées, on a encore eu feus les yeux la Pn ffe, de Gafpard Hcnnefeerg, 1656 ; celle de l’Ac: demie de Berlin, en 6 feuilles, 1763. Sur les dépendances de la Pologne Se de la Ruifie, on a encoie confulté le Grand —Duché de Lithuanic, du P. Nie-Precki,.Téfuite, chez les héritiers d’Homann ; la carte de Janfon, gravée par les foins du prince Radzhril, 161 3 ; la Courlande & la Sémigalîie, d’Adelphe Groot, père & fils, chez Homann, fous le nom de Barnikel ; l’Ukraine, par le Vaffeur de Beauplan, en 8 feuilles.

Les N. os 7i tkyi, font chacun l’extrait de trois des meilleures cartes, fur lefquelles il n’a pas été néceffaire de recommencer les trapèzes préparatoires. Pour terminer cette feélicn, il relie à traiter, rn peu de mots, des mefures itinéraires des pays dont on s’y eft entretenu. Le pied de Kœnigsberg, comme celui de Berlin, cil le pied grec, il eft 360000 lois dans le degré ; l’aune de Kœnigsberg eft de 2 j kds d’Europe, qui eft celui de Bâle, cette aune tft de 192000 au degré ; le mille de 16 au degré, t ! de 12000 aunes de Pruffe ; & le mille commun d’Allemagne, de 15 au degré, contient 24000 pieds de Kœnigsberg ; les perches, qui doivent entrer dans ce dernier mille, font chacune de 4 orgyes grecques ; & les perches du premier font chacune de 12 aunes de Pruffe.

Le pied de Thorn eft le pied romain, l’aune eft eft la même en cette ville qu’à Kœnigsberg ; ainfi le mille commun d’Allemagne, contient 25000 pieds de Thorn.

Le pied de Dantzig eft le pied d’Europe, ou celui de Bâle, il eft 384000 fois dans le degré ; l’aune de cette ville eft comme celle de Kœnigsberg, de 2 pieds d’Europe; ainfi le mille de 16 au degré contient 24000 pieds de Dantzig.

A l’égard des mefures itinéraires de la Pologne, le pied de Cracovie, eft de 312500 au degré, il vaut i p. i p. i tte. &". | du pied de Paris ; &c l’aune dans ces états, eft de 2 pieds grecs, ou de 180000 au degré. La lieue commune de ce Royaume eft de 20 au degré ; elle renferme 15625 pieds de Cracovie, ou 9000 aunes de Pologne ; le quart de cette lieue, qui eft le mille d’Europe, contient 3906 ~ pieds de Cracovie, ou plutôt 1 125 aunes du pays ; le pied de Cracovie, ne paroît pas être l’élément des mefures itinéraires de cette région ; ce pied n’appartient donc à ce Royaume, qu’à titre de conquête, & il ne s’y fera naturalifé, qu’après l’établilîement des mefures itinéraires. Le ■werft moderne de Rulîie eft de 3000 de ces pieds. Si l’on le permet une petite excurfion, dans un des pays le plus voilin, comme feroit la Livonie, on y verra qu’à Riga, l’aune eft la coudée du nilomètre ; elle eft 200000 fois dans le degré, &c le pied de cette ville, qui eft aulîi celui d’Egypte, y eft la moitié de l’aune ; ainfi la lieue commune en Curlande, en Sémigalîie, en Samogitie & en Lithuanie, lieue qui eft de 20 au degré, contient 20000 pieds de Riga, ou 10000 aunes de cette ville.

Article VII.

§. I. Le Royaume de Danemark, N°. 78:ceux de Suéde, de Danemark & de Norvège, N.° 79. Les cartes dont on s’eft aidé, font celle de Burœus de Loo ; celle du Danemark, par Jean Meyer ; ce Royaume, par Guillaume de Lille 1710 ; la carte de Pontoppidam, dans fon Théâtre Danois, laquelle a plus de réputation que d’exaftintde ; celles que GafpardDankVei th a joint à fa defcriptiondesDuchés deSlefwich tk. de Holftein ; la cartegénérale du Danemark à Copenhague 1765 ; diverfes provinces de ce Royaume, publiées par ord.e du Gouvernement jufqu’en 1776 ; la Norvège de Homann, corrigée par Martin Hubner, Profeffcur de Copenhague; ce Royaume de O. A. Wangcnftcin, Capitaine d’Artillerie -1761. Pour la Suède, on a lu carte des Etats du Nord, d’André Burseus, qu’on a déjà citée ; les cartes publiées depuis 1 742, par le comptoir géographique de Stokholm, spécialement la carte générale de la Suède, de la Finlande & du Nortland, en 1 747 ; & les diverfes provinces de ce Royaume, à Stokholm, par ordre du Roi, en 6 feuilles. Le golfe de Finlande & fes environs, avec une partie de la Mer Baltique, depuis Stokholm jufqu’à Pétersburg, J par Tobie Mayer, 2 feuilles, 175 ; 1 ; la Scandinavie ou les Couronnes du Nord, chez les héritiers d’Homann ; les Couronnes du Nord, par G. de Lifte, 2 feuilles, 1706 ; la Scandinavie, par Jaillot, 1708 ; enfin, la féconde partie d’Europe, par M. d’Anville. Voici, comme à l’ordinaire, la Table de la position des lieux fur laquelle les cartes N° s. 78 ôc 79 font affiles. NOMS DES LIEUX. Dijf. des Mêrid. Latitude. D. M. 10" M. Abo, ( Finlande.) Anholt, Isle au Fanal, ( Danemark.) Bergen, ( Norvège.) Cajaneburg, (Suède.) Calmar, ( Suède.) Cap Cullen, ( au Fanal.)… Cap Derneus, ( Norvège.)… Cap Nord, ( Laponie.)… Cariskrona, (Suède.)….. Christiania, (Norvège.). *.. Christianstadt, ( Skanie.)… Copenhague, ( Danemark.)… Drontheïm, (Norvège.)… FljEchrœ ;, Isle, Gothenburç, ( Suède.)… Hamersfort, (Norvège.).. Helseneur, ( Sééland.) Helsingborg, ( Skanie. }… Helsingsfors, (Finlande.)… Hernosand, ( Angermanie.)… Hitroe, Isle, Kola, ( Laponie Ruffienne.)… Landscrona, ( Skanie.)… Laurvig, (Norvège.) Lunden, ( Skanie.) Malmoe, ( Skanie.) Niding, Isle, ( au Fanal.)… Pello, ( Laponie.) Pointe de Skagen, ( Jutland.).. Stokholm, ( Suède.) Stromstadt, ( Bohus-land.)… Titis-ness, ( Laponie.) Tqrnea, ( Botnie.) Vardhus, ( Laponie Danoife.).. Wingoe, ( à la Pyramide.)… LÎpsal, ( Suède.) Uraniburg, ( Danemark.)… Utsiers, Rochers 19" 9 3 M 14 10 4

  • 3

13 7 5 9 11 10 10 12 x 5 4 30 10 7 10 10 9 21 8 » 5 8 1 1 21 28 9 10 7* 1 5 6, o 2 7 °* 7 o 2 °* 5 o 3* 8’ 60 56 60 64 56 36 57 71 56 59 56 55 63 58 57 70 5<î 56 60 62 58 68 55 59 55 55 57 66 57 59 58 67 65 70 57 59 55 59 1 9 3* î 5* 7 o 5* 6* 6 Il va fuîvre quelques exemples des combinaifons qu’on a exécutées. D’après fix indications préparées en vérifiant ou rectifiant les cartes, on a trouvé, i°. entre Lunden & Carlskrona, & x°. entre Carlskrona &c Stokholm, les différences, en longitude, f » ; ™nt P Q. I 3 8’ » 7 = I 43’ » ° : M4’ » » : * I 44 / » 4 •’ liuvantes..", _/ o. T.-f, ,../ ; / o.., _/■ » «  140, 8. 145, 3 : 140, 0. 147, 2 •

145’, 5 : 154’, 8.

148’, 5 : 158’, x.

Egalant la fomme des différences des méridiens, de chaque co’onne à 291’, 3, qui eft la différence en longitude entre Stokholm & Lunden, il viendra, 144’, 1 : 144’, 1 : 144’, 2 : 144’, 3 : 146’, 7 : 146’, 8 : 147’, o : 147’, ! : 144’, 6.

147’, 2. f

Le milieu, entre chaque rangée, eft de T, ^/’^’ 47 ° La longitude de Lunden eft de io.° 51’, 4 : -ainfi, celle de Carlskrona fera de io.° 5 i’, 4 + 2. 24’, 3 = i 3.°i5 /, 7.

Les différences en latitude, entre Lunden, Carlskrona & Stokholm, font, d’après les mêmes , 26’, 8 : 27’, s : 28’, 3 : 29’, 1 : moyens, de l8 ? /j0. l8g/ ^. ^j. ^g. 30’, o : 30’, 9.

^92’, 2 ; 193’-. 7 Si Ton égale chaque colonne à 218’, 9, & que l’on prenne le milieu entre chaque rangée, on aura en affortiiTant :

144’, 5

147’ » l

28

190

,’7 ; la latitude de Lunden eft de *{.° 41’, 6 ; , 2

ai’nfi, celle de Carlskrona fera de 55. 41’, 6 428’, 7= 5 6 —° I0’>3 On a trouvé la latitude de Carlskrona, depu s 56., 09’, 5 jufqu’à 5 6.° 1 2’, o ; de plus, la hauteur du pôle de Lunden, obfervée affez récemment, eft de 5 15.° 41’, 6 ; mas, fuivant les opérations de M. Picard, en 1 67 1, cette hauteu r feroit de 5 5.° 42’, 1 ; d’où l’on concilierait la lat ude de Carlskrona de 5 6.° 10’, 8 ; ainfi, l’incertit ide de cette hauteur eft des — ; d ! une minute.

Il convient affez, préfent’.ment, de s’entretenir en peu de mots du détroit. u Suncl. M. Picard, qu’on a déjà cité, a donné les moyens aftrononrr ques & trigonométriques, d’en fixer les principaux points ; ( Recueil d’Obfervations faites en plufieurs voyages, &c., folio, Imprimerie Royale 1693.) tels font Hellingor ou Helfeneur, Uraniburg, Landfcrone, Copenhague, Ma’moe, Lunden, &c. : on les a inférés dans la Table qui eft ail commence* ment de cette fcdtion. Si l’on a imprimé, dans un ouvrage accrédité, que la latitude de Hellingor é’oil plus faible de 5 minutes qu’on ne l’a trouvée ici, c’eft qu’on n’aura pas, < ; cet égare], piiify dans les meilleures fources ; car, fuivant M. Picard, le clocher d’Helfeneur gît, à l’égard d’Uraniburg, au Nord 1 9. 5 8’, 8 Ouefl, à la diftance de 77s 2 toifes ; cela place Helfeneur, par la hauteur qu’on lui a affignée, dans la Table précédent..-. La longitude de ces points dépend de celle de Copenhague, que l’on a cru devoii compter de io.° 14’, o. M. Picard la trou voit de io.° 32’, 1, fur la fin du dernier ficelé ; enfuite, la Connoiffance des Temps, durant nombre d’années, l’a faite de io.° 25’, 2 ; MM. de Verdun, le Chevalier de Borda & Ping^é l’ont jugée, d’ap’ès leurs p"oprcs obfervations, en 1772, de io.° 07’, 5 ; Kepler, ceLégiflateur en Afironomie, la jugeoit, entre Paris & Uraniburg, de 40 minutes en temps ; cela faifoit entre Paris 6c Copenhague 3 9’, 3 1 " de tem ps. ou o.° 5 2’, 8. Enfin, d’après huit fuites d’obfervations t ue nous avons recueillies, Copenhague feroit p ; r 1 o.° io’, o ; io.° 12’, o ; io.° 13’, o ; io.° 1 3’, 1 ; ic.° 14’, 1 ; io.° 14’. 5 ; io.° h’, o& io.° 15’, 5. Voilà l’extrait de la plupart des obfei votions, qui ont fait d^iner à Copenhague io.° 14’, o de longitude. La moindre largeur du détroit de Sund eft, fuivant le célèbre Ticho, de 79"îo aunes danoifes, qui, ftlon M. Picard, valent 2< ; So toifes ou x M y de 60 au degré. En effet, ctt Académicien a trouvé lui-même 2698 toifes entre le clocher d’Helfeneur & la tour de l’ég’ife d’Hclfingor, lefqueUes valent, I à très-peu près, z M j, diftance plus grande que la I précédente d’environ £ de mille, comme cela doit | être.

En quittant ce fameux détroit, on s’arrêtera en-I core, à déterminer les diftances de Titis-Nefl à Her-I nofand & à Tornéa. Cette pointe eft fituée liir la côte occidentale de la Laponie, au No:d-Oit(.ft& affez près de Sergcn. La fomme des diftances de Titis-NcfT à Hernofand & à Tcrnea eft, d’après 6 I données, de 567 milles, Scieur différence eft de 39 ; j cela donne 303 milles d’Hernofand à Titis-NcfT,

! & 264 milles de Tornéa à Titis-NefT, La latitude 

de cette pointe eft, félon 8 indications différentes, I à fort peu près, de 67. 23’, o, Hernofand & Tornéa étant fixées par nombre d’obfervations fûtes, on en a conclu, avec les diftances précédentes, la longitude de Titis-Ncff de n.° 25’, o, li paraîtra peut-être, qu’on a un peu trop confommé de hauteur vers le Nord-Eft de la Laponie, entre 2^.° &L 1S. de longitude, 6c entre c6.° &Ç 70. 08’, 5 de latitude, cela nous a été indiqué; mais en fe repofant fur les obfervations faites à Wardhus, au Cap de Nord, ÔVc. en a cru devoir fe biffer diriger parles originaux qu’on avoit choiris & adoptes, comme ayant paru les meilleurs. D’ailleurs, l’ouvrage qui feroit foupçonner ctue hauteur trop grande, place le détroit du Sund 5 minutes trop au Sud.

On préfumera peut-être qu’ici la ville de Drontheim eft trop feptentrionale, vu que M. de Lifle, dans fa carte des Couronnes du Nord, met cette ville par 63° 12’; mais en revanche ce Géographe pofe le Cap Derneus plus de 17’, trop Sud ; & Û, dans le Brijlish Mariner s guide, Drontheim eft par 6 3.° 26’, 2, les cartes citées ci-deflus, & encore d’autres dont on n’a point parlé, veulent cette latitude en général plus grande, comme feroit 63. 40’. M. d’Anvil’e, féconde partie d’Europe, place cette ville par 64. io’, d’autres la veulent par 64. 1 5’, & Ponfoppidam la fait même monter jufqu’à 65° 20’,:elle eft dans cette carte-ci par 63. 40’. Il y a peu de chofe à dire, fur les mefures itinéraires de la Scand navie ou des Couronnes du Nord. La nouvelle aune de Danemark, qui eft de 2 pieds de Copenhagu ;, eft moindre que l’ancienne ; la nouvelle eft de 177 1 40 au degré ; la litue de Danemark eft de 1 2000 aunes, ainfi cette liaie eft de 14 |4 au degré. Si l’aune a&uelle de Copenhague, étoit diminuée feulement de 4 lignes fV du pied de Paris, elle vaudrait 1 pied 10 pouces 9 lignes 10 points de ce pied, & elle feroit 1 80000 fois dans le de^ré moyen du méridien ; alors il y auroit précifément, 15 milles de 12000 aunes danoifes dans ce deg-é. Les Marins de Danemark font, en effet, leur mille de 1 5 au degré, & femblent par-là exciter implicitement le Gouvernement, à réduire l’aune danoife à la valeur rapportée ci-deffus ; fi cela étoit, la demi-aune ou le pied de Copenhague, feroit exactement le pied grec.

A Stokholm on fe fert du pied romain, & l’aune y eft de deux de ces pieds ; c’eft la demi-aune de Paris. La lieue de Suède a 18000 aunes eu 36000 pieds de Suède ; or, le degré renferme 375000 de ces pieds ; divif nt ce dernier nombre par 36000, on trouvera qu’il y a précifement 1 o lieues — fuédoifes au degré. Cette lieue contient 10 weifts de Ruffie, lequel eft de 3600 pieds Romains ou Suédois ; ce Veift eft par conféquent dâ 104 ~ au degré.

On compte ordinairement 10 lieues f— Suédoifes pour un degré ; la lieue de 10 n— à ce degré eft à celle de 10 j auffi au degré, comme 625 eft à 624 ; ainfi, elles peuvent être réputées égales ; la première, 10 —, eft exacte ; la féconde, 10 f } eft fous une exprefîion un peu plus fimple. Article VIII.

§. I. Le Royaume de France, depuis le N°. i jufauau N°. 43 inclujivtmeit ;.

Les cartes générales qu’on a principalement confultées, font ; la France par Gouvernemens généraux, de Guillaume de Lifle, 1703 ; la France par Gouvernemens Militaires, par Parlemens & Cours Supérieures, par Maîtrifes des Eaux & Forêts, par Cours des Aydes, par Chambres des Comptes, par Intendances & par Généralités ; ces 6 cartes font de M. Robert, 1742; la France divifée par Dépa:temens des Secrétaires d’Etats, de Ph. Buache, 1 746 ; la France divifée en Provinces &c en Généralités, par M. d’Anville, 1780 ; la France, avec les routes des Poftes, par Jaillct; carte des triangles de la France, avec une Table des pofitions calculées, par M. Maraldi, 1744 : les cartes précédentes font en une feuille.

La France, par Généralités, 2 feuilles, Jaillot ; la France, par Gouvernemens militaires, 28 feuilles, M-4., Julien 175 1 ; la France, par Provinces Eccléfiaftiques, 4 feuilles, Jaillot, 1736. Carte générale ces fleuves, des rivières & des principaux ruuTeaux de la France, avec les canaux actuellement conftruits, 2 feuilles, 178 1, Dupain Triel. On va maintenant préfenter pour chacune des cartes de détails fur la France, par ordre alphabétique, & ordinairement, pour chaque Gouvernement, une table de la polition des principaux lieux, tant en longitude qu’en latitude ; comme font les capitales des Provinces & des principaux pays ; les Parlemens & les Confeils Souverains ; les Généralités ; les Archevêchés ck. Evêchés ; les Cours & Hôtels des Monnoies ; les principaux Ports de mer ; les Univerfités & les Académies ; enfuite on fera l’énumération des originaux qu’on a confultés. mw §. II. Flandre Françoise, Picardie, Artois, Is le —de —France t et Champagne, N°. 33. TABLE POUR LA FLANDRE FRANÇOISE. NOMS DES LIEUX. Cambrai… Douai… dunkerque., Gravelines., Lille… Maubeuge. Valenciennes. Diff. des Merid. D. M. 10". Latitude. M. 53’ 44. 5E 6E 02, 12, 4E 4O 44, 38, iE oE K 11, 4 E 10, 5 22’, 1 02, o 59, o 37, 8 16, 5 21, 4 POUR LA PICARDIE ET L’ARTOIS. NOMS DES LIEUX. Abbeville. Amiens… Arras… Boulogne. Calais… Cuise… PÉRONNE… Saint— Omer. Saint —Quentin. Diff. des Mini. Latitude. M 10" 30’ 2O ^.. 02, iO 49 • •

  • ï,

iE 50.. 43, 1 O 50.. 10, oO 50.. 17, 1 E 49 • • 36, oE 49 • • °5, oO 50.. 57, 2 E 49 • ■ 07 53 ; 17, 43’ 57, 53, 55, 44, 50, POUR LIS LE DE FRANCE. NOMS DES LIEUX. Beauvais Brie-Comte-R.obert C respi en Valois Compiegne Dourdan Fontainebleau Laon Mantf.s M : — un NOYON mn^ ■■.ini i..,. m, — nri — ai Diff. des Mini. D. M. Latitude. D. 15’, 30 49° • 16, 3t 48. 3 2 ■> 5^ 49 •

  • 9 1

6E 49 • 19, 3 48. ii, 8E 48. 17, at 49 • 37, 1 O 48. 19, 4 E 48. 40, 6E 4 ■. M. 10" 26’, o 41, 5 14, 3

  • 5, °

31, 8 H) 4 33 » 9 59, 4 3i, 4 34, 6 Paris NOMS DES LIEUX. Paris, à l’Obfervatoire. Pontoise Senlis Soissons Versailles Diff. des Mcrid. M. oo M : 59 : O 30 oE 1E 80 Latitude. 48 49 49 49 48 5°> °3, "1 22, POUR LA CHAMPAGNE. NOMS DES LIEUX. Dif. des Mend. D. M. Latitude. M. Chalons… Chaumont… JoiNVILLE… Langres… Meaux Provins… Rethel… Reims Sedan Sens Troyes Vitri-le-François. ci’, 7 E 48° • • 57’, 8 ! 49, 5 48 .. 06, 3 48, 48 . 26, 5 58, 7 47 • 5 2, 3 3*> 5 46 • 17, 6 57, 3 48 • 33, 6j 01, 9 49 • 3°, 7 42, 5 49 • H, 6 37, 49 • 42, 5 56, 7 48. • ", 9 44, 5 48. . 18, ’4, 5 48. • 43. » 6 Ces pofitions, de même que toutes celles qui dépendent de la France, ont été conclues, d’après les diftances, à la méridienne de l’Obfervatoire, &c à celle de la perpendiculaire à cette méridienne, perpendiculaire qui paffe par l’Obfervatoire. On a îîîppoie dans ces calculs PapplatiiTement de la terre de ~. De plus, on a pris quelques-unes de ces pofitions, fur la grande carte de l’Académie, qu’on a préalablement affujettie au ciel, & cela pour anéantir le doute, lorfqu’on ne s’accordoit pas avec les points qui ont été publiés dans différens ouvrages. A l’égard des cartes particulières d* ce Recueil fur la France, outre les cartes générales que l’on vient de citer, on avoit principalement fous les yeux, pour ce Numéro, la Flandre, l’Artois, le Cambrefis, le Comté de Namur, le Brabant & les frontières de ces Provinces, en 24 feuilles, levée par ordre de Louis XIV, publiée fous le nom de Friex, 1709. Les Comtés de Flandre, deHainaut, d’Artois, de Cambrefis, de Namur ; le Duché de Brabant, &c. pour les campagnes du maréchal de Luxembourg, augmentée des campagnes du Roi, par Robert, 1744. Le Comté de Flandre, par Définie, 1704 ; ce Comté, par Homann ; ce Comté en 1 feuilles, par Jaillot, 1729. Les Chfitellenies de Lille & d’Ypres, en 2 feuilles, par Bailleul ; les environs de Lille, par le même, 1708 ; les Comtés de Hainaut, de Namur & de Cambrefis, par Debile, 170e ; le Hainaut & le Cambrefis, par Jaillot, 1720. La Picardie & l’Artois, la Flandre francoife, le Hainaut françois & le Cambrefis, par Robert, 1759 ; le Gouvernement de Picardie, avec l’Artois, 4 feuilles, par Jaillot, 17 17. La partie méridionale du Gouvernement de Picardie, dreffée fur les opérations géométriques de M. Lefperon, par Delifie, 171 2 ; la carte d’Artois & des environs, par Debile, 1 71 1 ; le refTort du Confeil provincial d’Artois, 1 t feuilles, par Jaillot, 1741 ; l’Artois, dreffé fur de nouveaux Mémoires, par F. Conftantin de Saint-Alexis, carme déchaufTé, 4 feuilles 1 741 ; la Généralité d’Amiens, par Homann, 1746 ; la Généralité de Paris, en 4 feuilles, par Jaillot, 1725 ; la Prévôté & Vicomte de Paris, par Débile, 171 1 ; les environs de Paris en 4 feuilles, par Jaillot ; Idem 4 feuilles, par du Vivier ; idem 9 feuilles, par Rouflel ; les environs de Paris, en 9 feuilles, par de la Grive ; la Généralité de Soiflbns, par Jaillot, 1 723 ; le Diocèfe de Senlis, levé par M. Parent, de Guillaume Delifle, 1709 ; le Diocèfe de Beau vais, fur les Mémoires de M. Sellier, par Delifle, 17 10. La Champagne & les pays voifins, en 2 feuilles, par Delifle, 171 3 ; le Gouvernement de Champagne, en x feuilles, par Jaillot, 1717 ; le Gouverne^ ment de Champagne, de R. de Vaugondy, par la Marche, 1781, le Diocèfe de Meaux, en 2 feuilles, de M. Chevalier, par Jaillot, 17 1 7 ; l’Archevêché de Sens, de M. Pabbé Outhier, en 2 feuilles, par Jaillot, 175 1. §. III. Normandie et Mai n e — P e rch e, N. 34. TABLE De la Pofition agronomique dts P oint t pour la Normandie. NOMS DES LIEUX. Diff des Mérid. D. Alençon Argentan Avranches Bayeux Caen Caudebec Cherbourg coutances Dieppe domfront EvREUX GlSORS GûURNAY Granville Havre-de-Grace… isle cers lSLE CHAUSEY Isi.e Jersey, à Saint— Hc Hier. Isle Pelée Isle Saint— Marcou… Lisieux Mont Saint-Michel… Neubourg….,. Pont l’Evêque….. quillebeue Rouen Srtz Verneuil Vire. M..0". L adiude. D. M. ICV" 2° — 14’ 7°28. • M’, 2 . 21 2 48. • 44, 3 • 41, 8 48. . 41, 3 • . 02, 1 49 «  . 16, 2 • 41 1 49 < . 11, 1 • 3<> 6 49 • 3 1, 3 • 57 > 2. 49 • 3*> 3 . 46 5 49 • . 02, 1 • • M > 5 49 • 55> 2. • 59

48 • 35, r . 1 1 , 1 49 . 01,

• 33 6 49 . 16,

, 36 » 7 49 • 19, 3 • 56 2 48. • 5°, 2 • » 3 5 49 . 20, 4 • 43 > 7 49 . 26, 4 . 09 9 4 8 • r-> 4 . 22 3 49 — J 5> 3 • 54 3 49 • 40, 3 . 28 9 49 • » 2 9> 2 . 06 5 49 . 08, 3 • 5°6 4 » • 3 », 1 . 26 > 49 . 08, 2 . 09

48 . 18, 1 .. 48 6 49 ». z8 r 1 • "4 4 49 .. 26, 2 . 09 7 48 ., 6, 1 . 24 » 6 48 • 44, 3 • • >3 4 48 . 50, DES CARTES. POUR LE MAINE ET PERCHE. S* emosBi NOMS DES LIEUX. Belesme Chateauneuf, (Timerais.) Laval Le Mans Mamers…*… Mayenne Mortagne Diff. des Mcrid. D. M. io". 46’, 4’ 05 » 7 05, 8 08, 2 57 » 9 57 » «  47 » 3 Latitude. On avoit, fur ces Provinces, la grande carte de Normandie, levée par le Vafleur de Beauplan, dédiée au Roi en 1667. La Normandie divifee par pays ou contrées, de G. de Lille, 171 6 ; le Duché de Normandie, par Homann, 1741 j le Gouvernement {jénéral de Normandie, divifé en trois Générales, 2 feuilles, par Jaillot, 171 9 ; idem, avec une Table méthodique, par Robert, 1758 ; le Gouvernement de Normandie, par M. de Vaugondy, chez la Marche, 1778. Le Diocèfe de Bayeux, en 2 feuilles, par M. l’Abbé Outhier, 1736. Le Diocèfe de Coutances, avec les Ifles de Jerfey, par G. Mariette de la Pagerie, 4 feuilles, 1689. Le Dioçw’i’e de Lifieux, en 2 feuilles, par d’Anville.Le Diocèfe de Séez, de Fr. L. de la Salle, par Jaillof ! ; 171 8. L’Archevêché de— Rouen, par M. Frémont de Dieppe, 6 feuilles, Jaillot, 1715. Plufcurs cartes des Ifles Jerfey, Grenefey, Aurigné, Cers, &c., par Bellini, Beaurain, Longchamps, F. G. M. Ingénieur Anglois. Le Maine ôc Perche, l’Anjou, la Touraine & le Saumurois, dans l’Atlas de Boudet, 1753 ; les Provinces du Maine & du Perche, par M. de L:fle, 1719; le Diocèfe du Mans, par MM. Maréchal, Prêtre, & Jacques Prévôt, Archidiacre de Montfort, 4 feuilles, Jaillot, 1706. Avant la carte de cet Evêché, on avoit peu de détails fur le Maine & Perche. §. IV. L RRAI N E ET ALSACE. N°. }5 «  TABLE De la Pofuion agronomique des Points pour la Lorraine, k BaRRO IS & les Trois-Évéchés. NOMS DES LIEUX. Diff. des Mêrid. D. Bar-le-Duc Bitche….. Clermont en Argonne. Longwi luneville… Marsal Metz, MlRECOURT… M. 1 o" 49’ » Î J 05 » 5 43 » 7 25, 6 09, 1 16, 2 49 » » 47 » 7 Latitude. D. 48 49 49 49 49 M. 10" .. 46’, 1 .. 03, 2 .. 06, i .. 31, 6 • • 35 » 6 • • 47 » ï .. 07, 2 .. 18, 3 5S tSSSS m Gij NOMS DES LIEUX. Dif des Mirii. Latitude. D. M. 10". M. montmedi… Nanci Plombières… pont-a-mousson. Remiremont. Sarre-Louis… Saint —Diez… Thionville… Toul Verdun… 01, 3 5° » 7 07, 2 43 » o x 5 » » 24, 8 35 » 7 49, 6 39 » 9 02, 1 49 48 47 48 48 49 48 49 48 49 • 3 1 » ° • 4i> 5 • 58 » * • 54 » 5 .01, 0

M>, 9

• 17 » 4.21, 6 . 40, 5 • 09 » 4 POUR L’A L SA C E. NOMS DES LIEUX. BÉFORD… Colmar… Ensisheim… Fort-Louis, (te) Haguenau… Huningue… Landau… mulhausen… Neu-Brisack. Phalsbourg. Philisbourg. Saverxe… schlestadt… Strasbourg… Weissembourg.. Dif. des Mérid. I). M. 10 e’ 3 1 » 4 01, o 00, 7 42, 8 26, 6 14 » 3 46, 1 59 » 7 11 » 4 55 » » 06, 8 01, 2 c6, 7 ZJ, o 35 » 9 Latitude. M. 47 48 47 48 48 47 49 47 48 48 49 48 48 48 49 38’ » 3 04, 8 52, o 48, o 48, 7 35 » 6 11 » 7 44, 8 01, 1 46, o 13 » 9 44 » 4 i5 » 5 34 » 7 02, 2 Pour conftruire la carte c’e ces Gouvernemens, on a consulté les pays fitués entre le Rhin, la Sarre, la Mofellf & la balTe-AHi.ce, en 6 fur lies, par Jaillot, 1705 ; les Duchés de Lorraine & de Bar, avec le temporel des Evêcliés de Metz, Toul & Verdun, en 6 feuilles, Jaillot, 1743 » 1a Lorraine & le Duché de Bar, par Homann ; idem, dans l’Atlas de Bottdct, 1756 ; il y a, dc.rr, cette dernière, la divilion en baillagc, que le Roi de Pologne, Staniflas, Duc de Lorraine, a créée en Juin. i75iL’Alfacc, de Frédéric Meyer, Architecte de B8 ! e, corrigée en 1703 ; la haute & la bafle-Aliace, en 2 feuilles, par Homann, 1744 ; idem, en 2 feuilles, par Jaillot, 1707 ; idem, en 3 feuilles, dis P. Laguille, par Doufelker; les environs du Rhirr r depuis Confiance jufqu’à Maycnce, en 9 feuilles, par le Rouge* §• V. La Bretagne. N 5. 36. TABLE De la. Pojition des Lieux en Longitude & en Latitude pour la Bretagne. tt NOMS DES LIEUX. Ancenis Bellisle., ( au moul. de Lomaria.) Brest croisic. ( le) DlNAN Dol Grouais, Isle ( à Salnt-Tugdi.). Nantes Orient, (l’) Ouessant, Isle ( au Fanal.).. Quimper Rennes Saint —Brieuc Saint-Malo Saint —Pol de Léon, Tréguier Vannes Vitré Dif des Mirid. Latitude. M. io’ D. • • 30’, 7°" 47° • .. 24, 9 .. 49, 2 47 • 48. .. 50, 6 . • 22, 3 ..05, 2 .. 46, 3 47 • 4 s. 48. 47 • .. 52, 9 47 • .. 41, 3 .. 22, 8 47 ■ 48. .. 25, 9 47 • ..01, 0 ^8. .. 02, 1 .. 21, 3 .. 18, 9 • — 33. 9 48. 48. 48. 48. .. 05, 2 .. 32, 5 47 • 48. M. 10". . 21’, 8 • 17, 3 • ", 9 • l 7, 7 • 2 7, 3 • 33, * • 3 » > 1 • 13, 2 . 44, 6 • 18, 5 . 5§ 5 4 . 06, 8 • 3 * » 4 • 39, o . 41, o . 46, 8 • 39, 2 . 07, 6 par Ogée, Vaugondy Nantes, pa Evêché de 1772 ; Gouvernement de Bretagne, Je , 1778, chez la Marche ; Evêché de r G. Lambilly, Jéfiùte, Jaillot, 1706 j Vannes, par Jaillot. On a eu au moins à ccnfulter, fur cette Province, les cartes fuivantes. La Bretagne, par Nolin, 1703 ; idem, par Jaillot, 1706 ; idem, avec une Table méthodique, par Robert, 1758 ; carte géométrique de la Province de Bretagne, 4 feuilles, §. VI. OrLEANOIS, TOURAINE, BeRRI ET NlVERNOIS. N 9. 37. TABLE DE LA POSITION DES LIEUX POUR L’ORLÉANOIS, POUR LA T O U RA I N E. NOMS DES LIEUX. Diff. des Métii. L mode. D. M. 10". D. M. 10 ». i û.. 20’, 4 °2.. 05, 7 I.. 20, 3 I.. 38, 4 47° • 47 • 47 • 47 • . 24’, 9 • 10, 3 . 07, 6 • 13 » 7 P U R L E B E R R I. NOMS DES LIEUX. Diff. des Mirid. ■ Latitude. D. M. 10". D. M. 10". o°.. 03’, 4 E .. 14, iE .. 20, 80 .. 30, 2E 47° 46. 46. 47 • 05’, • 53, 1 • 5 6 » 9 . 20, POUR LE N I V E R N I S^ NOMS DES LIEUX. Diff. des Mirid. La titude. D. M. 10". D. M. ! 0". o°.. 42’, o E 1.. j5, 6 1.. 10, 9 1.. 06, 1 .. 47, 3 .. 49, 2 .. 46, 9 1.. 24, 6 47 • 47 • 47 • 4 6. 47 • 46. 46. 47 • 10, 5 04, 2 . 27, 6 | 5°, 4 22, 2 59> * 47 » 6 28, 4 LES cartes dont on a fait quelqu’ufage font cellescu Gouvernement général d’Orléans, par Jaillot, 172 1 ; Généralité d’Orléans, par de Lifle, 1718 ; idem, par Jaillot, 1719 ; Diocèfe de Blois, par Jaillot ; idem, par Sanfon. Diocèfe de Chartres, par Jaillot ; idem, par Sanfon, en 2 feuilles, 1660. Diocèfe d’Orléans, par Sanfon, 1653. Généralité de Tours, en 2 feuilles, par d< Lifle, 1 7 2 1 ; idem, en 2 feuilles, par Jaillot, 1 7 1 1 ; Archevêché de Tours, par Sanfon, 1 694. Berri, Nivernois & Bourbonnois, avec une Table méthodique, par Robert, 1759. Généralité de Bourges, par Jaillot, 1707 ; Archevêché de Bourges, en 4 feuilles, par Sanfon, 1656. Diocèfe de Nevers # par Sanfon, 1665. $. VII. Bourgogne, Franche-Comté et LrQNJVCis, TABLE De la Pejîtion des Lieux pour la Bourgogne & jes Annexes ». NOMS DES LIEUX. Autun AUXERRE AUXONE Belley Bourg, en Bresse.. Chalons sur Saône.. Charolles Chatillon sur Seine. Dijon Gex Maçon… Semur en Auxois. Trévoux… Dif. des Merid. Latitude, D. M. io". D. M. 10". i° ■ • 57’, 7 E 46° . 56’ 7 i I 4, I 47 • 47) 9 3 • 02, 9 47 . 1 1 4 3 • 2. 2. 1. .21, 0 53, 3 3°, 9 56, 3 45 4 6 46 46 • 45 1 . 12 . 4 6 . 26 5 . 5 » 9 2 2. • x 4, ° 47 • 5 1 9 2. 3 • 2. . 41, 8 • 43, 3 . 29, 8 47 4 6 46 ■ • *9 .. 20 .. 18 4 » 4 . 4 I 2. • 59, 9 . 26, 2 47 45 .. 29 .. 56 » 7 » 6 POUR LA FRANCHE COMTÉ. Dif. des Mi Latitude. NOMS DES LIEUX. I). Besançon… Dole Gray….., Lons— le-Saunier. Saint-Claude.. Salins… Vesoul… M. • 41’, s 1 • 09, 4 . 15. 1 . 1, , 8 • 31, 7 D. 47 e 47 47 a6 a6 46 47 M. 13’, § 05, 7 26, 9 4°, •) 2 3, 3 5 6 » 4 37 » 9 POÎ/iJ LE LYONNOIS, FOREZ ET BEAUJOLOIS. NOMS DES LIEUX. Dif des Mirîd. Latitude. D. M. 10". M, Feurs… Lyow… Mont-Brisson.

;  ? ^vne… 

S int-Etten^e. VtUri-FR » N HE. E • • 53 » 1 .. 29, 2 • • 4J » } ? • • 44, 1 .. 02, 9 • • z >>

45^ 4 ? 45 46 45 45 44, 7 45— 9 36, 7 02, j 59 » 7 Les cartes que l’on avoit préfentes, font les fuivantes. Gouvernement général du Duché de Bourgogne & de la Breffe, 2 feuilles, par Jaillot, 170S ; Duché de Bourgogne, en 2 feuilles, par de Lille, 1709. Le Diocèfe d’Autun, en 2 feuilles, par Sanfon, 1659. Diocèfe d’Auxerre, par Sanfon 1660. Diocèfe de Dijon, par Defventes, 1 746. Gouvernement général du Comté de Bourgogne, en 1 feuilles, par Jaillot. Comté de Bourgogne, en 4 feuilles, papier gr.-aigle, par Queret 1748. Archevêché de Befançon, en 4 feuilles, pai Sanfon, 1658. Gouvernement général du Lyonnois, en 2 Veuilles, par Jaillot, 1721 ; Gouvernement général & militaire du Lyonnois, 2 feuilles, par Nolin. Généralité de Lyon, par Homann, 1761 ; A chevêche de Lyon, en 4 feuilles, par Sanibn, 1660. §. VIII. Asjou, Poitou s Aunis et Saintonge — Angoumois. N a. 39. TABLE de la Pojidon des principaux Lieux pour L Anjou & le Saumurois. NOMS DES LIEUX. Angers. La. Flèche. Mirebeau. Saumur.. Diff. ies Mirld. Latitude. ■ D. M. 10". D. M. 10". 2°. 2. 2 I . 24, 3 . 09, 1 • *4> 4 47° 47 46 47 .. 28’, 2 .. 41, 8 .. 46, 9 • • M ? 4 POUR LE P O L T O U. NOMS DES LIEUX. Diff. des Mirld. Y). M. 10". Latitude. D. M. Chatelleraut… fontenai-le-comte. Ilse— Dieu… LOUDUN Luçcn Niort NoiRMOUTIERS… Partenay… poitiers Sables d’Olonne.. 47 » 5 08, 2 39, 7 » 5> 3 29, 8 47, 9 34, a 59, 5 07, o 4 6° 46 46 47 46 46 47 46 46 46 49, * 28, 1 4*> 4 00, 8 2 7> 3 ’9. 4 00, 1 38, 8 35, ° 2 9, 9 POUR l’A U N IS. NOMS DES LIEUX. Diff. des Mirid. M. lia". Brouagf Ilse d’Aix Ilse de Réz, ( Tour des Baleines.)… Ilse d’Oléron, ( au Fanal.) Il^e Madame Rochefort Rochelle, (la.) Saint— Martin, ( Iflc de Réz)… 2 3> 30, 44, 16, •7,

  • 9>

41, Lsntudt. D, M. 10’ 45 46 46 46 4* 45 46 46 50’, 2 00, 3 14, 8 c ;, o 57, 6 55, 8 09, 4 12, 3 /W/l POUR LA SAINTONGE ET UANGOUMOIS. NOMS DES LIEUX. 17 Ansoulême COGNAC ROYAN Saintes Saint — Jean — d’Angéli On a conful.é, fur ces Provinces, la carte d’Anjou, par Loyer, Ingénieur, 1654. Carte particulière d’Anjou & de Touraine, par Guil. de Lille, 17 20. Diocèfe d’Angers, par Sanfon, Poitou & Aunis, Saintonge & Angoumois, avec une Table méthodique, par R. de Vaugondi, 1759. Province de Poitou & pays d’Aunis, par Jaillot ; 1732. Généralité de la Rochelle, par Jaillot, 1722. Evêché de Luçon, par Sanfon, 1679. Evêché de Poitiers, en 2 feuilles, par le même. Evêché de la Rochelle, par Sanfon, 168 2. Evêché d’Angoulême, par le même, §. IX. Marche, Limosik, Auvergne et Bourbonnois. N°. 40. TABLE de la Pojiiion agronomique des Lieux pour la Marche. NOMS DES LIEUX. . Diff. des Msrîd. Latitude. D. M. 10". D. M. 10". o°.. 09’, 7°’ ,. 28, 2 1.. 15, 1 45° • • 57’, 5 46.. 10, 2 46..12, 9 P U R L E L I M S I N. NOMS DES LIEUX. . », —. Diff. des Mérii. Latitude. D. M. 10". o°.. 48’, *° 1.. 04, 6 .. 34, D. M. 10". 45 • • 09 » 5 45 • • 49, 9 45 • • 16, POUR L’AUVERGNE. NOMS DES LIEUX. Diff. des Mirid. Latitude. D. M. 10". D. M. 10". o°.. 06’, 5 E 1.. 03, 44° • • 55’, 6 45 • • 17, 6 .., H NOMS DES LIEUX. Clermont Evaux, ( Combrailles.) Issoire Mont-d’Or pui de dome… RlOM….<,.. Saint —Flour… Sermur, ( Franc— Aleu.) Thiers…… Vic-le-Comte… Diff. des Mérid. •D. M. îo". D. 45 » ° 09, o 55, ° 28, 7 37, 7 46, 7 41, 4 °5> 9 11, 6 54, 6 45^ 45 45 45 45 45 45 45 45 45 Latitude. M. ter . 46’, 8 . 10, 6 • 34, o • 3*i 7 . 46, 4 • 53, 8 . 01, 9 . 58, 6 • 5 1, 5 . 38, 9 POUR LE BOURBONNOIS. NOMS DES LIEUX. Diff. des Mérid. D. Bourbon-l’Archambaut. mont-luçon… Moulins Souvigni… * M. 10". 43, 3’ 16, o 59, § 5 1, 4 Latitude. fe^ D. 46° 46 46 46 M. 10". 35’, 4 20, 4 34, 1 3*> * On avoit, pour aider à fe conduire fur ces Provinces, les cartes qui fuivent. Marche, Limoiin Se Auvergne, de l’Atlas de Boudet, 1753. Généralité de Limoges, par Jaillot, 171 9 ; Diocèfe de Limoges, par Nolin. Province d’Auvergne, copie exacle de celle de Dufretnt, en 167a, par Jaillot. Généralité deRiom^, par Jaillot, 1 7 1 5. Berri, Nivernois & Bourbonnois, avec une TabJe méthodique, par Robert, 1759. Généralité de Moulins. , par Jaillot, 1 700. §. X. Guyenne et Gascogne, Béarn et Basse-Navarre, N* 7. 4t. TABLE de la Pojiiioii des principaux Lieux, peur la Guienne st Gascogne^ NOMS DES LIEUX. Acqs ou Dax. Agen… Aire… Albret… Auch… Bayonne… Bazas… Bl.AYE… Diff. des Mérid. D. M. 10". 43, 8 3 5, 7 5 1, °t 45, ° 4y » > 3 1, 7 59, 9 o. L atitvJt. D. M. 10" 43 44 43 44 43 43 44 45 • 4 1 —, 5 . ii, 2 . 42, o . 09, 8 . 38, 8 • 19, 4. . 26, 2 • 07, 6 wm*m+*oamja. NOMS DES LIEUX. Diff. des Mérid. D. M. 10". Bordeaux Cahors Castelnau-de-Magnoac. CONDOM Gabaret GOURDON Lectoure Lespare L’iSLE-JOURDAIN… LOMBEZ Mauléon MlLHAUD MlRANDE montauban Mont de Marsan… NÉRAC PÉRIGUEUX RODEZ Saint — Bertrand… Saint — Gaudens… Saint— Jean de Luz… Saint— Lizier Saint —Sever Sarlat Tarbes tête de buch….. Tour de Cordouan.

  • >.

• 54’, o. • 53, I. • 49, I. • 57, 2. • 19, O. • 57, I • 4i, 3 • . 16, i • J 5, i . 25, 3 • • *3, o. • 44, i • 55, . • 59, 2. • 53, 2. . 01, I . 36, O. • 14, I . 46, I . 36, 3 ■ • 59, i .11, 2. • 54, I . 07, 2. . 16, 3 • • 17 3 3 • . 29, 9 9 of 5 7 3 4 5 o 6E 7 1 of 2 6 3E 7 7 4 o 6f 9 Latitude. 44 44 43 43 43 44 43 44 43 43 43 44 43 44 43 44 45 44 43 43 43 43 43 44 43 43 45 M. 10". 5°’, 3 26, 1 17, 7 58, o 57, 1 44, 3 56, 1 18, 6 36, 6 28, 6 H, t °5, 9 31, o 01, 3 5 6, 3 08, 6 11, 2 10, 9 01, 7 06, 3 2 3, 3 00, 2 45, 3 53, 4 14, 1 39, <5 35, 3 POZ/# Z£ BÉARN ET LA BASSE NAVARRE. NOMS DES LIEUX. Lescar MORLAS Oléron Orthez Pau…….. Saint-Jean Pied-de-Port, Saint-Palais Diff. des Mérid. Latitude. D. M. 10". D. M. 10". 2°. •45’, 9°43° 1 2. • 35, 8 43 . 20, 6 2 • 55, 43 .11, 3 3 • °6, 5 43 . 29, 3 2,. • 4i, 4 45 • 17, 7 3 • 34, 1 43 • 09, 4 3 • . 21, 7 43 • 19, 3 Dans cette Table on a marqué d’une f, les pofiiîons qui vienHent de nos combinaifons & non des Sources citées, parce qu’elles ne font pas publiques. On a eu pour guide, en clreffant ce N°., les garjes fuivantes. Gouvernement général de Guyenne & Gafcogne, en 3 feuilles, par Jaillot, 1733 ; Guyenne & Gafcogne, Béarn &c Navarre, en 2 feuilles, par de Lille, 171 2 & 1714 ; Guyenne Se Gafcogne, Bearn & Navarre, dans l’Atlas de Bou~ det, 3 feuilles, 1752 ; Queici & Rouergue, du H ij mcme Atlas J I75J— Les Monts Pyrénées, en 8 1 par lemême. Le Diocèfe d’Agen, par Sanfon, 1679 ; feuilles, par l’habile Ingénieur Rouffel. Le Diocèfe L’Archevêché d’Auch, par le même ; & le Diocèie de Périgueux, par Sanibn, 1 679 ; celui de Sarlat, | de Comminges, par Jaillot. §. XI. Languedoc, Roussillon et Comté de Foix. N°. 42. ’TABLE des principales Pojîtions Agronomiques pour le Lan gu e d Cm NOMS DES LIEUX. Agde Aiguës-Mortes, (au Fanal.) Alais.—.. Albi Alet Beaucaire Beziers Bourg Saint —Andéol… Carcassone Castelnaudari Castres Cette, ( au Fanal.)… Lavaur Le Puy Limotjx Lodève Mende Mirepoix Montpellier Narbonne Nismes Pont Saint-Esprit… Rieux Saint— Papoul….*.. Saint-Pons Toulouse Viviers Usés Diff. des Mèrid. D. M. 10" Latitude. M. 07’, 9E 51, lE 44, 1E II, 20 05, oO 18, 5E 52, 4E 18, 4E 00, 8E 22, 80 05, 3O xi, 8E 31, oO 33 » ° E 07, 2O 59, 8E 09, 3E 27, 80 32, 4E 40, oE 00, 8E 18, 6E 07, 9O 18, 2O M, 3 e 53, 60 20, 9E 05, oE 43° ■ • 19’, 43 • • 34, 44 • . 07, 43 • • 55, 42. • 59 » 43 • • 4 « , 43 • . 20, 44 • . 22, 43 • • I2, 43 ■ . 19, 43 • • 37, 43 • • 2 3, 43 • • 4°, 45 • . 02, 43 • . 03, 43 • • 44, 44 • • 30, 43 • • ou 43 • • 36, 43 • . 11, 43 • . 50, 44 • • M, 43 • • l 1> 43 • . 20, 43 • . 29, 43 • • 36, 44 • . 28, 44 • . 00, POUR LE ROUSSILLON. NOMS DES LIEUX. Collioure Elne Mont Louis • Perpignan. Port Vendres (à la Paroiffe.) Ville —Franche Pif. des Mtrid. D. 44 9 E. 38, 6 13, 60 34, ° E 46, 7 01, 9 D. Latitude. M. 10" 42^ 42 42 41 42 4 1 3= 35 ; 3° ; 42, 3 1’ 35’ « fi POUR LE COMTÉ DE F O I X. 61 NOMS DES LIEUX. Foix.. Mazères. Pamiers.. Saverdun. Tarascon. Diff. d ; s Mérid. D. M. Latitude. M. 43 » 9 39 5 6 43 5 6 45, 6 43 » 6 O. 4* L 43 43 43 42 57’, 8 15, o 07, 1 J3> 9 51, o On avoit, pour compofer cette carte, celles qui fuivent. Le Languedoc, par Jean Cavalier, Ingénieur du Roi ; Languedoc & Roumllon, avec une Table méthodique, par Robert, 1759 ; Languedoc, en 2 feuilles, par Jaillot, 1721. Généralités de Touloufe & de Montauban, en 4 feuilles, par Jaillot. ■Les Sevennes, par Nolin, 1703. L’Archevêché d’Albi, en 4 feuilles, par Sanfon, 1709. Diocèfe de Beziers, de Gauthier, Architecte, par de Lille, 1708. Diocèfe de Caures, par Jaillot, 1700. Diocèfe de Lavaur, de M. Trinquier, Curé, sar Jaillot. Diocèfe de Montpellier, par Jaillot, 1706. Diocèfe de Narbonne, de Guillaume Lafont, par de Lille, 1704. Diocèfe de Nifmes, du fieur Ga’ithîer, Architecte, par Nolin, 1698. Evêché de Perpignan, par Sanfon. Diocèfe duPuy, parle même, 1670. Diocèfe de Touloufe, par Jaillot, 1705. Diocèfe d’Ufès, du fieur Gauthier, par Nolin. §. XII. Provence et Dauphin é. N°. 43. TABLE de la Pojîtion des principaux Lieux pour la Provence & fes Enclaves, NOMS DES LIEUX. Diff. des Mérid. D. M. 10" Latitude. M. I0 « . Aix Antibes Apt Arles Avignon Barcelonnete Barème Barjols Brignoles Carpentras Castellane Cavaillon COLMARS Digne Draguignan Forcalquier Fréjus Glandève ( à Entrevaux) Grasse Hières.. 3°. .05’ , 9 E 43°. • 3i’, 4 • • 47 > 5 43 • • 34, 3 • ■ 03 > 5 43 • . 52, 2. • 17 > 5 43 • . 40, 2. . 28 3 43 • • 57, 4 • . 18

44 • • 2 3, 4 • . 01 , 8 43 • • 57, 3 • . 40 2 43 • • 33, 3 • • 43 > 3 43 • . 24, 2. . 42 3 44 • • °3, 4 • . 10 > 3 43 • . 50, 2. • 41 4 44 ■ . 50, 4 • • 17 . 6 44 • .11, 3 • • 541 44 • • °5, 4 • . 08.

43 • • 3*, 3 • . 26. 7 43 • • 57, 4 • . 23, 7 43 • • M, 4 • . 28 2 43 • . 56, 4 • • 35, 1 43 • • 39, 3 • . 47. 4 43 • • °7, .iiiiiiiiai 1 k ■jS* NOMS DES LIEUX. Diff. des Mini. Latitude. D. M. 10" D. M. 10" La Ciotat Lambesc LORGUES. Marseille Moustiers Mont Sainte —Victoire. Mont Ventous… Orange Riez Sainte-Marguerite, Ilse. Saint-Paul Saint-Tropez SÉnÈ’Z Seyne, SlSTERON Tarascon Toulon Tour de Bouc Tour de Planier…, Tour de Saint-Genest. Vaison, Vence i6’, 2 55, 1 oi, 4 pi, 5 .53 ; 3.

  • 4, 4

56, 1

  • ï « 4

45 » ° 4*> 4 46, 9 18, 4 04, 1 01, 2 35 » 3 19, 1 35, 8 38, 8 53> 5 19, o 41, o 46, 4 43 43 43 43 43 43 44 44 43 43 43 43 43 44 44 43 43 43 43 43 44 43 POUR LE D A U P H 1 N É. NOMS DES LIEUX. Bourg d’Oisans Briançon Chartreuse ( la Grande).. Crémieu. Die.., ,.,….. Embrun Gap Grenoble Le Buis, ( Baronnie.) Lesdigutères, ( Bourg.)… Pont Beauvoisin Pont de Royans MÉvillons, (Baronnie.),.. Mont Dauphin, ( Fort.).. MONTELIMART Nions, ( Baronnie.)… Romans Saint-Bonnet ( en Champfaur.) Saint-Paul-trois-Chateaux.. VaLiNCE, ,..,… — I IE Dif. des Mcrid. Latitude. D. Y 4 3 M. 4i’, 4 M » 9

  • 7 » 3

54, 6 02, 2 08, 1 44,’ 22, 9 55, «  30, o 20, 2 00, 7 08, 8 16, 6 14. » 5 47, * 42, 8 44, 5 15, 6 33, 1 33, o IX 45° 44 45 45 44 44 44 45 44 44 45 45 44 44 44 44 45 44 44 44 4S M. 10’ o 3’, 4 53 ? 9 21, 9 43, 4 46, 1 34, «  33, 9 11, 9 16, 8 46, 3 32, 2 03, 8 M, 5 39 » 9 33, 7 21, 8 02, 4 40, 8 21, I 55, 9 Jii 7 On a confulté fur ces Gouvernemens, la Provence, de Bompar ; la Provence, par de Lille, 1715 ; celle de Jaillot 1707 ; Comté & Gouvernement de Provence, felon les Mémoires d’Honoré Bouche, Robert de Briançon, Pétré, par Nolin. Les côtes de Provence levées géométriquement : on trouve cette carte dans le Voyage à la Louiliane, du Père Laval.

Il refte à citer une carte de Provence, en 1 feuilles, dont on a fait ufage ; mais celui qui en a pris l’extrait, en a coupé &c perdu les marges, qui étoient enrichies des monumens antiques du pays, marges qui renfermoient le titre & fans doute auffi le nom du favant Auteur de la carte. Elle montre les lieux où fe font panes les faits les plus remarquables des Romains clans cette Province ; elle indique le nom des peuples qui l’habitoient avant ce peuple conquérant. On y voit que cette Province faifoit partie de la Gaule Celtique, 103 1 ans avant la fondation de Rome ; on y indique les Auteurs qui en ont parlé ; on y trouve la lifte des 27 Comtes de Provence, depuis Rosbald, qui en fut le premier Comte l’an 900, jufqu’en 148 1 011 elle fut réunie à la France.

On y voit les accroiffemens progreffifs, du terrain aux bouches du Rhône, depuis 1350 jufqu’en 1508, depuis cette époque jufqu’en 1704, &c depuis ce temps-là jufqu’en 1758 ; on y trouve la notice des principaux Corps de la Province féants à Aix, du Corps de la Marine à Toulon, de la Chambre & Corps du Commerce à Marfeille ; on y a infcrit les noms des deux Archevêchés, & des onze Evêchés de la Provence ; on y fait l’énumération des Vigueries & celle des Villes, Bourgs & villages de la Province ; enfin, l’on y marque les longitudes & latitudes des cinq principales Villes de Provence, qui font Aix, Antibes, Avignon, Marfeille & Toulon. Quoique ces longitudes y foient toutes trop fortes d’un demi-degré & que les latitudes y foient foibles, fpécialement celles de Marfeille & d’Avignon, cette carte fuppofe un grand travail ; elle eft une des plus curieufes & des plus utiles qui aient parues fur la Provence.

Le Dauphiné. par Beins, Ingénieur du Roi ; celui de l’Atlas de Boudet, 1754 ; celui de Jaillot. Idem, felon les Mémoires de J. Beins, de Nicolas Chorier… par le fieur de Tillemont, publié par Nolin.

On ajoutera enfin fur tout le Royaume de France, la carte de l’Académie des Sciences, en 181 feuilles de grand-aigle. On a confulté, avec beaucoup d’avantage, les 160 feuilles qui paroiffent de cette grande carte géométrique. On regrette de n’y pas trouver les divifions politiques ; mais des travaux


conftans de ce genre, n’admettent fans doute pas, des chofes fi amovibles.

Les lieux fixés dans l’étendue de la France, font affez nombreux, pour difpenfer de toutes combinaifons géographiques, elles feroient ici déplacées. Les méthodes d’approximations, ne font accueillies que quand l’exactitude manque. Les points déterminés, pourroient être indéfiniment en plus grand nombre, fur ce Royaume ; mais ceux qui précèdent ont paru bien fuffifans.

Pour s’entretenir, en général, des mefures itinéraires de France, on obfervera d’abord que, dans la Flandre françoife, il y a des lieues ou milles de 14 5/6 ou plutôt de 15 au degré ; chacune de ces mefures eft de 10000 aunes de Cambrai, de 20000 pieds germains ou de 24000 pieds grecs, au lieu de 24000 pieds rhinlandiques.

Dans les Provinces méridionales de ce Royaume, telles que font la Provence, le Languedoc & la Gafcogne, les lieues font de 19 au degré ; fi cette lieue étoit de 18 1/4 dans le degré, elle feroit de 4 milles romains, ou de 20000 pieds de ce peuple célèbre ; mais fi cette lieue étoit de 19 1/5 au degré, elle feroit de 20000 pieds d’Europe ; la première évaluation, peut convenir davantage à la Provence, & l’autre peut être plus propre’à la Gafeogne, à caufe de fon voifinage de l’Efpagne. Le palme de Marfeille, eft de 444444 4/9 au degré ; car, felon le Père Pezenas, Jéfuite, il eft de 9 pouces 3 lignes de Paris ; il ne faudrait diminuer ce palme que d’un feul point, afin qu’il répondît parfaitement à cette indication. Le palme eft de la même longueur à Montpellier : maintenant, fi l’on divife 444444 4/9 par 600 palmes que contient le ftade, on trouvera 740 20/27 de ces ftades au degré.

A Marfeille, le mille eft de 10 ftades, par conféquent le degré contient 74 7/17 de ces milles. La lieue de Provence eft de 4 milles Marfeillois, donc cette lieue eft de 18 20/27 ; il fuit de là que le palme de Marfeille eft les 1/4 du pied breton d’Antonin. Ce palme en vaut 1 1/2 de celui d’Ariftote.

Il y a dans cette Province, comme ailleurs, des lieues de différentes longueurs. La dernière carte qu’on en a citée, a une feule échelle de 5 lieues, qui font de 20 1/8 au degré ; cela feroit le pied d’Aix de 9 pouces 11 lignes 10 points, & non de 10 pouces précifément ; car cette lieue ne peut être que de 20000 pieds d’Aix.

Il n’y a rien de furprenant, dans le rapport du palme de Marfeille, avec celui d’Ariftote, Précepteur d’Alexandre. Marfeille fut fondée par les Phocéens, Grecs des environs du Mont-Parnaffe, 5 ou 600 ans avant Jefus-Chrift ; ce qu’il y a d’étonnant, c’eft qu’après environ 2300 ans, cette mefure ait conſervé, à un ſeul point près, ſa vraie longueur.

A Toulouſe & à Montauban, le palme eſt de 500000 au degré, la canne eſt de 8 palmes ou de 6 pieds romains, ainſi il y a 61500 cannes au degré ; la lieue en contient 3333 1/3 ; en conſéquence, il y a 18 1/2 de ces lieues au degré.

A Bordeaux, le pied d’arpentage eſt les 6/5 du pied romain, il eſt de 312500 au degré, il a, comme celui de Cracovie, 1P. 1F. 1lig. 8pes. 7/9 du pied de Paris ; on préſume être ſuffiſamment informé, que la lieue, en Guyenne & Gaſcogne, contient 16666 2/3 de ces pieds ; conſéquemment cette lieue eſt de 18 au degré.

En Eourgogne, il y a une lieue de 1652 toiſes, il y auroit 21 1/2 de ces lieues au degré ; elle n’a point pour élément le pied de Dijon, ni celui de Beſançon ; le pied de Dijon eſt le même que celui du Rhin, & celui de Beſançon eſt le pied grec, qui diffère très-peu du précédent. Le pied de Dole, ancienne capitale du Comté de Bourgogne, eſt de 312000 au degré ; la lieue contient 14400 de ces pieds, elle eſt de 21 2/3 au degré, & la lieue de Bourgogne, définie à 2652 toiſes, n’auroit dû l’être qu’à 2633 toiſes ; de plus, l’aune de Bourgogne, qui eſt à peu près de 2 pieds & 1/2 de Dijon, eſt exactement de 2 pieds 1/4 de Dole ; il y en a 6400 dans la lieue de cette Province.

Dans le Lyonnois, la lieue eſt de 14400 pieds, ou de 1920 perches de 7 pieds & 1/2 chacunes. Le pied de Lyon devroit être de 333333 1/3 au degré ; ſi nous ſommes exactement informés de ſa véritable longueur, il eſt trop long de 3lig. 2/9, pour remplir cette indication, il devroit égaler le pied breton d’Antonin ; alors, la lieue y feroit de 23 4/27 au degré, elle feroit triple du mille ſtatué d’Angleterre: c’est la même meſure dans le Bourbonnois, & le pied élémentaire de cette lieue doit y être de 1P 0269 de Paris.

Dans le Maine-Perche & dans le Poitou, la lieue y eſt de 24 au degré, & cette lieue contient 13000 pieds du Perche, lequel a 13 pouces de long, que l'on croit, par erreur, être du pied de roi ; mais au bas-Maine 4 pieds du Perche y compoſent l’aune de Laval, laquelle vaut d’ailleurs 1 aune 1/5 de Paris; or, celle des Merciers à Paris, qui eſt fort peu trop longue, eſt de 3P. 7p. 10lig. 40pts., ( M. de l’Ac. des Sc., 1746) ainſi, l’aune de Laval eſt de 4P 4p. 8lig. 1/5, dont le quart 1P.1p. 2lig. 1/20 eſt le pied de 13r. du Perche, que l’on peut réduire à 13 pouces 2 lignes, de celui de Paris. Ce pied eſt 312000 fois dans le degré comme à Dole, & la lieue du Perche en contient exactement 13000.

Dans le Maine-Perche, la chaîne pour l’arpentage eſt de 24 pieds du Perche ; ainſi, il y a 13000 de ces chaînes au degré, c'eſt-à-dire que dans cette


Province, le degré eſt à la chaîne, comme la lieue eſt au pied.

La lieue commune de France, eſt de 25 au degré ; on n’en connoît guères d’autres dans la Flandre Françoiſe, en Picardie, en Normandie, en Champagne, en Lorraine, &c. Dans la Flandre, cette lieue eſt de 14400 pieds grecs, lequel eſt plus court que le rhinlandique d’1/60 eu environ.

Dans le Ponthieu, à Clermont-en-Beauvoiſis, en Normandie, on ſe ſert du pied romain, ou du moins on y emploie un pied qui a, s’il eſt bien défini, 11 pouces de celui de Paris. La lieue commune de France, contient 15000 pieds romains, plutôt que 14533 1/3 de celui de 11 pouces de Paris.

En Champagne, l’aune de Troyes eſt les 2/3 de celle de Paris ; l’aune de Troyes eſt les 8/3 du pied romain ; ainſi, elle eſt 5625 fois dans la lieue de 25 au degré.

En Lorraine, le pied eſt de 384000 au degré ; c’eſt le pied de ville de Strasbourg ; c’eſt auſſi le pied de Pâle, &c. La perche y eſt de 10 pieds ; ainſi, la lieue de 25 au degré contient 1536 de ces perches. L’aune de Lorraine ne paroît pas avoir la même origine que le pied de ce Duché ; l’aune y eſt de 2 pieds 1/4 de Caſtille, c’eſt la plus petite aune de Saint-Malo, & le pied d’Europe y eſt de 1 pied 1/24 auſſi du pied de Caſtille ; en forte qu’en Lorraine l’aune eſt au pied, comme 54 eſt à 25 ; c’eſt comme à Berlin, avec cette différence qu’en Brandeburg, ce qui vaut 16 aunes ou 16 pieds, ne vaut en Lorraine que 15 aunes ou 15 pieds.

En Berri, la lieue eſt de 12000 pieds, lequel eſt le même que celui du Perche ; ainſi, cette lieue eſt de 26 au degré.

En Artois, aux environs de Paris, dans la Sologne & en Toiuaine, la lieue eſt de 2000 toiſes ; la définition en eſt moderne, ſans doute, mais cette lieue n’en paroît pas moins ancienne, elle eſt les 2/3 de celle du midi de la France. Par exemple, la lieue de Provence eſt de 4 milles romains, celle dont il s’agit fera de 4 milles romains X 7 ; la première eſt de, 18 — au degré ; la ſéconde y fera de 18 7 X 7 = 28 7. Si au lieu du mille romain, on eût introduit dans cette évaluation, le mille marſeillois, on eut trouvé pour réſultat, une lieue de 28 j au degré.

Dans le Gâtinois, en Beau ce, en Anjou ce en Bretagne, il y a des lieues de 33 1/3 au deg:é ; elles font chacune d’une lieue 1/2 gauloiſe, de 50 au degré, ou bien elles font compoſées chacune, de 10000 pieds bretons d’Antonin.

On aurait peut-être, dû placer la lieue marine, entre celle du Languedoc & celle de Bourgogne; mais comme cette lieue, n'eſt propre à aucune Province de France en particulier, on a cru devoir la renvoyer, à la fin de cet article. La lieue marine de 20 au degré, fur les côtes de la Méditerranée, fera communément évaluée, en Provence & en Languedoc à 28000 aunes. En Gafcogne, à Saint Jean-de-Luz, à Bayonne, elle vaudra 20000 pieds de Caftille ou 6666 2/3 vares. En Guyenne, en Saintonge, dans le pays d’Aunis & en Poitou, cette lieue contiendra, 15625 pieds d’arpentage de Bordeaux. En Bretagne, elle aura 4000 aunes de Rennes &c de Nantes ou de Bretagne, excepté Saint-Malo, où il y a deux aunes différentes ; la lieue marine, en contiendra 8888 8/9 de la plus petite, laquelle vaut 2 pieds 1/4 de Caftille ; & la plus grande eft la vare, qui eft de 3 des mêmes pieds. A l’égard des 4000 aunes de Rennes, qu’il y a dans cette lieue, laquelle vaut 4 migegeries d’Efpagne ou 4 milles d’Europe, dont chacun fera compofé convenablement, de 1000 aunes de Bretagne ; cette aune devroit valoir 4P. 3p. 4lig. 1pr. 2/3 mefure de Paris. Il ne faudroit peut-être, pas augmenter l’aune de Nantes, de plus d’une ligne 1/4, pour qu’elle fût de cette longueur ; on parviendroit égale-


ment à ce but, en diminuant l’aune de Rouen pour les toiles, de 2 lignes 15/16. En Normandie & en Picardie, la lieue marine fera de 18750 pieds romains ou de 3125 cannes romaines, c’eft celle de Montauban. Dans la partie la plus feptentrionale de la France, cette lieue contiendra 18000 pieds grecs ou 3000 orgyes.

Cette dernière évaluation, eft parfaitement analogue à la divflion de cette lieue en 3 milles, dont chacun eft une minute de degré du méridien terreftre ; car ce mille vaut 1000 orgyes grecoues ; ainfi, fa dénomination eft exactement d’accord, avec le nombre de parties qu’il contient. Il n’en eft pas de même dans’a Marine, ni en France, ni en Angleterre, où ce mille eft du plus fréquent ufage : là on appelle mille, ce qui ne vaut que 951 toifes ; ici on appelle mille, ce qui vaut 1013 Fathoms. Le favoir, la philofophie, n’ont prefque point de part, dans l’inftitution de nos mefures modernes ; elles paroiffent la plupart, le produit du hafard, plutôt que des fruits d’une raifon réfléchie.



Fin de la première Partie.







A ORLÉANS, de l’Imprimerie de Couret de Villeneuve, Imprimeur du Roi, & des Affemblées Provinciales.