Enquête sur l’évolution littéraire/Les Naturalistes/M. Léon Hennique

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bibliothèque-Charpentier (p. 205-206).


M. LÉON HENNIQUE


L’un des cinq de Médan. Avait été auparavant romantique convaincu, et, depuis, est devenu quasi-symboliste. Il a toujours montré, dans ses différents avatars, beaucoup de talent, notamment dans Pœuf, un chef-d’œuvre de simplicité délicate, son originalité principale. Il a montré au Théâtre-Libre, avec un bonheur qui n’a pas été égalé, du dramatique suggestif : La mort du duc d’Enghien. Dans son dernier roman, Un Caractère, il étudie les phénomènes les plus compliqués de l’hypnotisme.

À travers ses tergiversations esthétiques, la probité artistique de M. Hennique est toujours restée entière.


« Ribemont (Aisne). Mai 1891.


» Monsieur et cher confrère,

» Je ne peux me résoudre à dauber les maîtres, à égratigner les écrivains de ma génération, à pourfendre mes jeunes confrères, ni sur un mode quelconque, à trompeter des choses médiocres et inutiles… ni même à parler de moi élogieusement. Donc, si vous le voulez bien, je ne vous en dirai pas plus.

» Veuillez agréer, monsieur et cher confrère, l’assurance de mes bons sentiments.


» Léon Hennique. »


P. S. — Je suis d’ailleurs hostile à toute espèce d’interview.