Escal-Vigor/Partie I/Chapitre VI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Société dv Mercvre de France (p. 91-96).

VI

Leur saison charnelle ne dura point. Quand leurs liens physiques se furent relâchés, puis dissous, Blandine ne s’en affligea guère et en fut à peine surprise. Pourtant elle l’aimait plus passionnément que jamais, et elle lui gardait une idolâtre reconnaissance de l’hommage qu’il lui avait rendu, s’estimant heureuse et fière de son attachement.

La douairière avait soupçonné leur bonne entente, mais elle ignora toujours jusqu’à quel point ils s’étaient aimés. Elle souriait à cette affection, car elle s’habituait de plus en plus à considérer Blandine comme sa petite-fille, comme la sœur, sinon la femme de son Henry.

Mme de Kehlmark admirait, elle aussi, son petit-fils, mais lucide, avertie par sa sollicitude même, elle le devinait exceptionnel jusqu’à l’anomalie ; quelque chose lui disait, à elle aussi, que le jeune comte serait malheureux s’il ne l’était déjà. Elle s’alarmait de cette promptitude, ou plutôt de cette inquiétude de son génie. Il travaillait par boutades, s’enfermait dans sa chambre, demeurait des semaines sans voir la rue, lisant, rimant, composant des partitions, se saturant l’âme de Beethoven, Schumann et Wagner, barbouillant des toiles, rangeant ses paperasses ; puis, à ces claustrations excessives, succédaient des périodes où il éprouvait un besoin féroce de s’étourdir, où il se complaisait à battre les quartiers interlopes, à courir les bouges à matelots et à chaloupiers, se livrant à un noctambulisme effréné, disparaissant durant plusieurs jours, passant des carnavals entiers sans voir son lit, et lorsqu’il venait s’y abattre, à la façon d’une épave échouée sur la grève ou d’un fauve pourchassé et blessé qui a pu se traîner jusqu’à sa tanière, à bout, démoli, c’était pour ne plus en sortir non plus de plusieurs jours et dormir, dormir, et dormir encore !

On juge des transes par lesquelles passèrent les deux femmes. Le plus souvent, elles ne savaient ce qu’il était devenu. En partant pour ces caravanes, il se gardait de dire où il se rendait, tout comme à son retour il se taisait sur l’emploi de son temps et la nature de ses hantises. Comment concilier ces déportements avec la ferveur filiale qu’il entretenait pour son aïeule ! Au retour de ces équipées, il pleurait comme un enfant, demandait pardon à la bonne dame, mais, disait-il, c’était plus fort que lui ; il lui avait fallu ce changement, cette diversion tumultueuse ; il avait besoin de s’étourdir, de se griser de mouvement et de tapage pour chasser le diable sait quelle préoccupation ; car, sur celle-ci, il refusait de s’expliquer. Ou bien il prétextait des maux de tête, des névralgies, reste de sa grave maladie d’autrefois à la pension.

Il lui arriva un jour, sur les instances de Mme de Kehlmark, de conduire Blandine au bal le plus folâtre de la saison. Vers l’aube, il l’entraîna, à la faveur du domino, dans des bastringues de moindre étage, l’acoquina avec des masques de rencontre, lui fit prendre sa part d’un plaisir canaille, dans des milieux qui l’enivraient, lui, comme un mauvais alcool, mais sans lui procurer la joie ou seulement l’illusion de la joie. On remarqua à la ville qu’il ne frayait guère avec les gens de sa caste et qu’il recherchait au contraire la camaraderie d’artistes et de lettrés besoigneux ou même de parasites infimes. Réfractaire à l’étiquette et au code mondain, il ne se montrait dans aucun salon.

Ses goûts et ses penchants offraient de bizarres contradictions. Ainsi, le même dilettante acquéreur de rares estampes et amateur de reliures de prix, collectionnait des défroques et des outils de pauvres, des couteaux de matelot, de sordides tickets d’entrées de bals faubouriens.

Après s’être montré d’une grande expansion, le jeune Kehlmark se rencognait dans une contrainte farouche. Sa joie même était désordonnée et une rauque intonation de voix en révélait parfois la sombre arrière-pensée, au point que Blandine douta longtemps qu’il eût connu un jour de véritable sérénité. Son plaisir grimaçait, son rire grinçait. Il avait l’air de porter au dedans de lui cette aigre fumée dont parle le Dante : portando dentro accidioso fummo. Il semblait vouloir étouffer un mal secret, imposer silence à l’on ne savait quel remords ! Dans ses grands yeux outre-mer, il y avait souvent de la provocation et de l’offensive, mais lorsqu’il cessait de se composer un visage, ses yeux s’inondaient de cette navrance sans bornes que Blandine y avait surprise et qui l’avait conjurée pour la vie, cette navrance comparable aux affres d’une bête acculée, d’un supplicié montant à l’échafaud, ou mieux encore au regard à la fois sinistre et sublime d’un Prométhée ravisseur du feu défendu.

Généreux jusqu’à la prodigalité, passionné pour les causes justes, révolté par les vilenies de la multitude, sensible à l’excès, il en arrivait à ne plus admettre la contradiction et à s’emporter contre quiconque s’avisait de le contrarier. Ainsi, un jour que Blandine voulait lui reprendre un gentil enfant de pauvres gens venus en visite chez Mme de Kehlmark, et pour lequel Henry s’était pris de tendresse, il s’oublia jusqu’à poursuivre son amie un poignard à la main et jusqu’à la blesser à l’épaule… Une détente se produisit aussitôt et, fou de désespoir, il se faisait horreur, menaçant de tourner contre lui l’arme qu’il avait dirigée contre Blandine.

Justement alarmée à la suite de cette alerte, la douairière lui ménagea, à son insu, pour ne pas l’impressionner fâcheusement, une entrevue avec un praticien célèbre, qui se rendit à la villa sous prétexte de demander à Kehlmark un renseignement bibliophilique. Le médecin étudia longuement le jeune homme, à la faveur d’une causerie sur la littérature à base scientifique.

Ayant revu la comtesse, le docteur diagnostiqua une irritabilité nerveuse dont ils s’ingénièrent vainement à découvrir la cause. À tout hasard, il prescrivit un régime hydrothérapique, la natation, l’escrime, le patinage, le cheval, et déclara, au surplus, n’avoir découvert chez le sujet, aucune lésion organique, aucune tare morbide. Au contraire, il prétendit n’avoir jamais rencontré plus souple intelligence, jugement aussi sain, pareille élévation de vues dans une nature plus vibrante ; et il finit par féliciter l’aïeule, en disant avec cette rude bonhomie professionnelle : « Madame, ou bien je suis une parfaite ganache, ou ce jeune exalté fera honneur à votre nom. Il a du génie, votre petit-fils ; il est de la trempe de ceux chez qui l’avenir recrute les artistes, les conquérants ou les apôtres ! » — « Que n’est-il plutôt de la trempe des élus du bonheur ! » soupira la douairière, peu ambitieuse, mais sensible pourtant à ces prédictions de gloire.