Essai sur la nature du commerce en général/Partie II/Chapitre 2

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Partie II, Chapitre 1 Partie II, Chapitre 2 Partie II, Chapitre 3




Supposons les Bouchers d’un côté & les Acheteurs de l’autre. Le prix de la viande se déterminera après quelques altercations ; & une livre de Bœuf sera à-peu-près en valeur à une piece d’argent, comme tout le Bœuf, qu’on expose en vente au Marché, est à tout l’argent qu’on y apporte pour acheter du Bœuf.

Cette proportion se regle par l’altercation. Le Boucher soutient son prix sur le nombre d’acheteurs qu’il voit ; les Acheteurs, de leur côté, offrent moins selon qu’ils croient que le Boucher aura moins de débit : le prix reglé par quelques-uns est ordinairement suivi par les autres. Les uns sont plus habiles à faire valoir leur marchandise, les autres plus adroits à la décréditer. Quoique cette méthode de fixer les prix des choses au Marché n’ait aucun fondement juste ou géométrique, puisqu’elle dépend souvent de l’empressement ou de la facilité d’un petit nombre d’Acheteurs, ou de Vendeurs; cependant il n’y a pas d’apparence qu’on puisse y parvenir par aucune autre voie plus convenable. Il est constant que la quantité des denrées ou des marchandises mises en vente, proportionnée à la demande ou à la quantité des Acheteurs, est la base sur laquelle on fixe, ou sur laquelle on croit toujours fixer, les prix actuels des Marchés ; & qu’en général, ces prix ne s’écartent pas beaucoup de la valeur intrinseque.

Autre supposition. Plusieurs Maîtres d’hôtels ont reçu l’ordre, dans la premiere saison, d’acheter des Pois verds. Un Maître a ordonné l’achat de dix litrons pour 60 liv. un autre de dix litrons pour 50 liv. un troisieme en demande dix pour 40 l. & un quatrieme dix pour 30 l. Afin que ces ordres puissent être exécutés, il faudroit qu’il y eut au Marché quarante litrons de pois verds. Supposons qu’il ne s’y en trouve que vingt : les Vendeurs voïant beaucoup d’Acheteurs soutiendront leur prix, & les Acheteurs monteront jusqu’à celui qui leur est prescrit ; de sorte que ceux qui offrent 60 liv. pour dix litrons seront les premiers servis. Les Vendeurs, voïant ensuite que personne ne veut monter au-dessus de 50 liv. lâcheront les dix autres litrons à ce prix, mais ceux qui avoient ordre de ne pas excéder 40 & 30 livres s’en retourneront sans rien emporter.

Si au lieu de quarante litrons, il s’en trouve quatre cens, non-seulement les Maîtres d’hôtels auront les pois verds beaucoup au-dessous des sommes qui leur étaient prescrites, mais les Vendeurs, pour être préférés les uns aux autres par le petit nombre d’acheteurs, baisseront leurs pois verds, à-peu-près à leur valeur intrinseque, & dans ce cas plusieurs Maîtres d’hôtels qui n’avoient point d’ordre en acheteront.

Il arrive souvent que les Vendeurs, en voulant trop soutenir leur prix au Marché, manquent l’occasion de vendre avantageusement leurs denrées, ou leurs marchandises, & qu’ils y perdent. Il arrive aussi qu’en soutenant ces prix ils pourront souvent vendre plus avantageusement un autre jour.

Les Marchés éloignés peuvent toujours influer sur les prix du Marché où l’on est: si le blé est extrêmement cher en France, il haussera en Angleterre & dans les autres Païs voisins.