Essais de Théodicée/Préface

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres philosophiques de Leibniz, Texte établi par Paul JanetFélix Alcan2 (p. 1-26).

ESSAIS DE THÉODICÉE

SUR

LA BONTÉ DE DIEU, LA LIBERTÉ DE L’HOMME

ET L’ORIGINE DU MAL


… Quid mirum noscere mundum. Si possunt homines ; quibus est et mumdus in ipsis, Exemplumque Dei quisque est sub imagine parva.


PRÉFACE

On a vu de tout temps que le commun des hommes a mis la dévotion dans les formalités : la solide piété, c’est-à-dire la lumière et la vertu, n’a jamais été le partage du grand nombre. Il ne faut point s’en étonner, rien n’est si conforme à la faiblesse humaine ; nous sommes frappés par l’extérieur, et l’interne demande une discussion dont peu de gens se rendent capables. Comme la véritable piété consiste dans les sentiments et dans la pratique, les formalités de dévotion l’imitent, et sont de deux sortes : les unes reviennent aux cérémonies de la pratique, et les autres aux formulaires de la croyance. Les cérémonies ressemblent aux actions vertueuses, et les formulaires sont comme des ombres de la vérité et approchent plus ou moins de la pure lumière. Toutes ces formalités seraient louables, si ceux qui les ont inventées les avaient rendues propres à maintenir et à exprimer ce qu’elles imitent ; si les cérémonies religieuses, la discipline ecclésiastique, les règles des communautés, les lois humaines, étaient toujours comme une haie à la loi divine, pour nous éloigner des approches du vice, nous accoutumer au bien, et pour nous rendre la vertu familière. C’était le but de Moïse et d’autres bons législateurs, des sages fondateurs des ordres religieux, et surtout de Jésus-Christ, divin fondateur de la religion la plus pure et la plus éclairée. Il en est autant des formulaires de créance ; ils seraient passables, s’il n’y avait rien qui ne fût conforme à la vérité salutaire, quand même toute la vérité dont il s’agit n’y serait pas. Mais il n’arrive que trop souvent que la dévotion est étouffée par des façons, et que la lumière divine est obscurcie par les opinions des hommes.

Les païens, qui remplissaient la terre avant l’établissement du christianisme, n’avaient qu’une seule espèce de formalités : ils avaient des cérémonies dans leur culte, mais ils ne connaissaient point d’articles de foi, et n’avaient jamais songé à dresser des formulaires de leur théologie dogmatique. Ils ne savaient point si leurs dieux étaient de vrais personnages, ou des symboles des puissances naturelles, comme du soleil, des planètes, des éléments. Leurs mystères ne consistaient point dans des dogmes difficiles, mais dans certaines pratiques secrètes où les profanes, c’est-à-dire ceux qui n’étaient point initiés, ne devaient jamais assister. Ces pratiques étaient bien souvent ridicules et absurdes, et il fallait les cacher pour les garantir du mépris. Les païens avaient leurs superstitions, ils se vantaient de miracles ; tout était plein chez eux d’oracles, d’augures, de présages, de divinations ; les prêtres inventaient des marques de la colère ou de la bonté des dieux, dont ils prétendaient être les interprètes. Cela tendait à gouverner les esprits par la crainte et par l’espérance des événements humains ; mais le grand avenir d’une autre vie n’était guère envisagé, on ne se mettait point en peine de donner aux hommes de véritables sentiments de Dieu et de l’âme.

De tous les anciens peuples, on ne connaît que les Hébreux qui aient eu des dogmes publics de leur religion. Abraham et Moïse ont établi la croyance d’un seul Dieu, source de tout bien, auteur de toutes choses. Les Hébreux en parlent d’une manière très digne de la souveraine substance, et on est surpris de voir des habitants d’un petit canton de la terre plus éclairés que le reste du genre humain. Les sages d’autres nations en ont peut-être dit autant quelquefois, mais ils n’ont pas eu le bonheur de se faire suivre assez, et de faire passer le dogme en loi. Cependant Moïse n’avait point fait entrer dans ses lois la doctrine de l’immortalité des âmes : elle était conforme à ses sentiments, elle s’enseignait de main en main, mais elle n’était point autorisée d’une manière populaire, jusqu’à ce que Jésus-Christ leva le voile, et, sans avoir la force en main, enseigna avec toute la force d’un législateur, que les âmes immortelles passent dans une autre vie, où elles doivent recevoir le salaire de leurs actions. Moïse avait déjà donné les belles idées de la grandeur et de la bonté de Dieu, dont beaucoup de nations civilisées conviennent aujourd’hui ; mais Jésus-Christ en établissait toutes les conséquences, et il faisait voir que la bonté et la justice divine éclatent parfaitement dans ce que Dieu prépare aux âmes. Je n’entre point ici dans les autres points de la doctrine chrétienne, et je fais seulement voir comment Jésus-Christ acheva de faire passer la religion naturelle en loi, et de lui donner l’autorité d’un dogme public. Il fit lui seul ce que tant de philosophes avaient en vain tâché de faire : et les chrétiens ayant enfin eu le dessus dans l’Empire romain, maître de la meilleure partie de la terre connue, la religion des sages devint celle des peuples. Mahomet depuis ne s’écarta point de ces grands dogmes de la théologie naturelle : ses sectateurs les répandirent même parmi les nations les plus reculées de l’Asie et de l’Afrique, où le christianisme n’avait point été porté ; et ils abolirent en bien des pays les superstitions païennes, contraires à la véritable doctrine de l’unité de Dieu, et de l’immortalité des âmes.

L’on voit que Jésus-Christ, achevant ce que Moïse avait commencé, a voulu que la divinité fût l’objet, non seulement de notre crainte et de notre vénération, mais encore de notre amour et de notre tendresse. C’était rendre les hommes bien heureux par avance, et leur donner ici-bas un avant-goût de la félicité future. Car il n’y a rien de si agréable que d’aimer ce qui est digne d’amour. L’amour est cette affection qui nous fait trouver du plaisir dans les perfections de ce qu’on aime, et il n’y a rien de plus parfait que Dieu ni rien de plus charmant. Pour l’aimer, il suffit d’en envisager les perfections ; ce qui est aisé, parce que nous trouvons en nous leurs idées. Les perfections de Dieu sont celles de nos âmes, mais il les possède sans bornes ; il est un océan, dont nous n’avons reçu que des gouttes : il y a en nous quelque puissance, quelque connaissance, quelque bonté ; mais elles sont tout entières en Dieu. L’ordre, les proportions, l’harmonie nous enchantent, la peinture et la musique en sont des échantillons ; Dieu est tout ordre, il garde toujours la justesse des proportions, il fait l’harmonie universelle : toute la beauté est un épanchement de ses rayons.

Il s’ensuit manifestement que la véritable piété, et même la véritable félicité, consiste dans l’amour de Dieu, mais dans un amour éclairé, dont l’ardeur soit accompagnée de lumière. Cette espèce d’amour fait naître ce plaisir dans les bonnes actions qui donne du relief à la vertu, et rapportant tout à Dieu, comme au centre, transporte l’humain au divin. Car en faisant son devoir, en obéissant à la raison, on remplit les ordres de la suprême raison, on dirige toutes ses intentions au bien commun qui n’est point différent de la gloire de Dieu ; l’on trouve qu’il n’y a point de plus grand intérêt particulier que d’épouser celui du général, et on se satisfait à soi-même en se plaisant à procurer les vrais avantages des hommes. Qu’on réussisse ou qu’on ne réussisse pas, on est content de ce qui arrive, quand on est résigné à la volonté de Dieu, et quand on sait que ce qu’il veut est le meilleur : mais avant qu’il déclare sa volonté par l’événement on tâche de la rencontrer, en faisant ce qui paraît le plus conforme à ses ordres. Quand nous sommes dans cette situation d’esprit, nous ne sommes point rebutés par les mauvais succès, nous n’avons du regret que de nos fautes ; et les ingratitudes des hommes ne nous font point relâcher de l’exercice de notre humeur bienfaisante. Notre charité est humble et pleine de modération, elle n’affecte point de régenter : également attentifs à nos défauts et aux talents d’autrui, nous sommes portés à critiquer nos actions, et à excuser et redresser celles des autres : c’est pour nous perfectionner nous-mêmes, et pour ne faire tort à personne. Il n’y a point de piété où il n’y a point de charité, et sans être officieux et bienfaisant, on ne saurait faire voir une dévotion sincère.

Le bon naturel, l’éducation avantageuse, la fréquentation de personnes pieuses et vertueuses, peuvent contribuer beaucoup à mettre les âmes dans cette belle assiette ; mais ce qui les y attache le plus, ce sont les bons principes. Je l’ai déjà dit, il faut joindre la lumière à l’ardeur, il faut que les perfections de l’entendement donnent l’accomplissement à celles de la volonté. Les pratiques de la vertu, aussi bien que celles du vice, peuvent être l’effet d’une simple habitude ; on y peut prendre goût ; mais quand la vertu est raisonnable, quand elle se rapporte à Dieu qui est la suprême raison des choses, elle est fondée en connaissance. On ne saurait aimer Dieu sans en connaître les perfections, et cette connaissance renferme les principes de la véritable piété. Le but de la vraie religion doit être de les imprimer dans les âmes : mais je ne sais comment il est arrivé bien souvent que les hommes, que les docteurs de la religion se sont fort écartés de ce but. Contre l’intention de notre divin maître, la dévotion a été ramenée aux cérémonies, et la doctrine a été chargée de formules. Bien souvent ces cérémonies n’ont pas été bien propres à entretenir l’exercice de la vertu, et les formules quelquefois n’ont pas été bien lumineuses. Le croirait-on ? des chrétiens se sont imaginé de pouvoir être dévots sans aimer leur prochain, et pieux sans aimer Dieu ; ou bien on a cru de pouvoir aimer son prochain sans le servir, et de pouvoir aimer Dieu sans le connaître. Plusieurs siècles se sont écoulés sans que le public se soit bien aperçu de ce défaut ; et i] y a encore de grands restes du règne des ténèbres. On voit quelquefois des gens qui parlent fort de la piété, de la dévotion, de la religion, qui sont même occupés à les enseigner ; et on ne les trouve guère bien instruits sur les perfections divines. Ils conçoivent mal la bonté et la justice du souverain de l’univers ; ils se figurent un Dieu qui ne mérite point d’être imité ni d’être aimé. C’est ce qui m’a paru de dangereuse conséquence, puisqu’il importe extrêmement que la source même de la piété ne soit point infectée. Les anciennes erreurs de ceux qui ont accusé la divinité ou qui en ont fait un principe mauvais, ont été renouvelées quelquefois de nos jours : on a eu recours à la puissance irrésistible de Dieu, quand il s’agissait plutôt de faire voir sa bonté suprême ; et on a employé un pouvoir despotique, lorsqu’on devait concevoir une puissance réglée par la plus parfaite sagesse. J’ai remarqué que ces sentiments, capables de faire du tort, étaient appuyés particulièrement sur des notions embarrassées qu’on s’était formées touchant la liberté, la nécessité et le destin ; et j’ai pris la plume plus d’une fois dans les occasions, pour donner des éclaircissements sur ces matières importantes. Mais enfin j’ai été obligé de ramasser mes pensées sur tous ces sujets liés ensemble, et d’en faire part au public. C’est ce que j’ai entrepris dans les Essais que je donne ici, sur la bonté de Dieu, la liberté de l’homme, et l’origine du mal. Il y a deux labyrinthes fameux où notre raison s’égare bien souvent : l’un regarde la grande question du libre et du nécessaire, surtout dans la production et dans l’origine du mal ; l’autre consiste dans la discussion de la continuité et des indivisibles qui en paraissent les éléments, et où doit entrer la considération de l’infini. Le premier embarrasse presque tout le genre humain, l’autre n’exerce que les philosophes. J’aurai peut-être une autre fois l’occasion de m’expliquer sur le second, et de faire remarquer que faute de bien concevoir la nature de la substance et de la matière, on a fait de fausses positions qui mènent à des difficultés insurmontables, dont le véritable usage devrait être le renversement de ces positions mêmes. Mais si la connaissance de la continuité est importante pour la spéculation, celle de la nécessité ne l’est pas moins pour la pratique ; et ce sera l’objet de ce traité, avec les points qui y sont liés, savoir la liberté de l’homme et la justice de Dieu.

Les hommes presque de tout temps ont été troublés par un sophisme que les anciens appelaient la raison paresseuse, parce qu’il allait à ne rien faire, ou du moins à n’avoir soin de rien, et à ne suivre que le penchant des plaisirs présents. Car, disait-on, si l’avenir est nécessaire, ce qui doit arriver arrivera quoi que je puisse faire. Or l’avenir, disait-on, est nécessaire, soit parce que la divinité prévoit tout, et le préétablit même, en gouvernant toutes les choses de l’univers ; soit parce que tout arrive nécessairement par l’enchaînement des causes ; soit enfin par la nature même de la vérité qui est déterminée dans les énonciations qu’on peut former sur les événements futurs, comme elle l’est dans toutes les autres énonciations, puisque l’énonciation doit toujours être vraie ou fausse en elle-même, quoique nous ne connaissions pas toujours ce qui en est. Et toutes ces raisons de détermination qui paraissent différentes, concourent enfin comme des lignes à un même centre : car il y a une vérité dans l’événement futur, qui est prédéterminé par les causes, et Dieu la préétablit en établissant les causes.

L’idée mal entendue de la nécessité, étant employée dans la pratique, a fait naître ce que j’appelle fatum mahumetanum, le destin à la turque ; parce qu’on impute aux Turcs de ne pas éviter les dangers, et de ne pas même quitter les lieux infectés de la peste, sur des raisonnements semblables à ceux qu’on vient de rapporter. Car ce qu’on appelle fatum stoicum n’était pas si noir qu’on le fait : il ne détournait pas les hommes du soin de leurs affaires ; mais il tendait à leur donner la tranquillité à l’égard des événements, par la considération de la nécessité qui rend nos soucis et nos chagrins inutiles : en quoi ces philosophes ne s’éloignaient pas entièrement de la doctrine de notre Seigneur, qui dissuade ces soucis par rapport au lendemain, en les comparant avec les peines inutiles que se donnerait un homme qui travaillerait à agrandir sa taille.

Il est vrai que les enseignements des stoïciens (et peut-être aussi de quelques philosophes célèbres de notre temps) se bornant à cette nécessité prétendue, ne peuvent donner qu’une patience forcée ; au lieu que notre Seigneur inspire des pensées plus sublimes, et nous apprend même le moyen d’avoir du contentement, lorsqu’il nous assure que Dieu, parfaitement bon et sage, ayant soin de tout, jusqu’à ne point négliger un cheveu de notre tête, notre confiance en lui doit être entière de sorte que nous verrions, si nous étions capables de le comprendre, qu’il n’y a pas même moyen de souhaiter rien de meilleur (tant absolument que pour nous) que ce qu’il fait. C’est comme si l’on disait aux hommes faites votre devoir, et soyez contents de ce qui en arrivera, non seulement parce que vous ne sauriez résister à la providence divine ou à la nature des choses, (ce qui peut suffire pour être tranquille et non pas pour être content) mais encore parce que vous avez affaire à un bon maître. Et c’est ce qu’on peut appeler fatum christianum.

Cependant il se trouve que la plupart des hommes, et même des chrétiens, font entrer dans leur pratique quelque mélange du destin à la turque, quoiqu’ils ne le reconnaissent pas assez. Il est vrai qu’ils ne sont pas dans l’inaction et dans la négligence, quand des périls évidents, ou des espérances manifestes et grandes se présentent ; car ils ne manqueront pas de sortir d’une maison qui va tomber, et de se détourner d’un précipice qu’ils voient dans leur chemin ; et ils fouilleront dans la terre pour déterrer un trésor découvert à demi, sans attendre que le destin achève de le faire sortir. Mais quand le bien ou le mal est éloigné, et douteux, et le remède pénible, ou peu à notre goût, la raison paresseuse nous paraît bonne : par exemple, quand il s’agit de conserver sa santé et même sa vie par un bon régime, les gens à qui on donne conseil là-dessus, répondent bien souvent que nos jours sont comptés, et qu’il ne sert de rien de vouloir lutter contre ce que Dieu nous destine. Mais ces mêmes personnes courent aux remèdes même les plus ridicules, quand le mal qu’ils avaient négligé approche. On raisonne à peu près de la même façon, quand la délibération est un peu épineuse, comme par exemple lorsqu’on se demande, quod vitae sectabor item ? quelle profession on doit choisir ; quand il s’agit d’un mariage qui se traite, d’une guerre qu’on doit entre prendre, d’une bataille qui se doit donner ; car en ces cas plusieurs seront portés à éviter la peine de la discussion et à s’abandonner au sort, ou au penchant comme si la raison ne devait être employée que dans les cas faciles. On raisonnera alors à la turque bien souvent (quoiqu’on appelle cela mal à propos se remettre à la Providence, ce qui a lieu proprement, quand on a satisfait à son devoir) et on emploiera la raison paresseuse, tirée du destin irrésistible, pour s’exempter de raisonner comme il faut ; sans considérer que si ce raisonnement contre l’usage de la raison était bon, il aurait toujours lieu, soit que la délibération fût facile ou non. C’est cette paresse qui est en partie la source des pratiques superstitieuses des devins, où les hommes donnent aussi facilement que dans la pierre philosophale, parce qu’ils voudraient des chemins abrégés, pour aller au bonheur sans peine.

Je ne parle pas ici de ceux qui s’abandonnent à la fortune, parce qu’ils ont été heureux auparavant, comme s’il y avait là-dedans quelque chose de fixe. Leur raisonnement du passé à l’avenir est aussi peu fondé que les principes de l’astrologie et des autres divinations ; et ils ne considèrent pas qu’il y a ordinairement un flux et reflux dans la fortune, una marea, comme les Italiens jouant à la bassette ont coutume de l’appeler, et ils y font des observations particulières, auxquelles je ne conseillerais pourtant à personne de se trop fier. Cependant cette confiance qu’on a en sa fortune sert souvent à donner du courage aux hommes, et surtout aux soldats, et leur fait avoir effectivement cette bonne fortune qu’ils s’attribuent, comme les prédictions font souvent arriver ce qui a été prédit, et comme l’on dit que l’opinion que les mahométans ont du destin les rend déterminés. Ainsi les erreurs mêmes ont leur utilité quelquefois ; mais c’est ordinairement pour remédier à d’autres erreurs, et la vérité vaut mieux absolument.

Mais on abuse surtout de cette prétendue nécessité du destin, lorsqu’on s’en sert pour excuser nos vices et notre libertinage. J’ai souvent ouï dire à des jeunes gens éveillés, qui voulaient faire un peu les esprits forts, qu’il est inutile de prêcher la vertu, de blâmer le vice, de faire espérer des récompenses et de faire craindre des châtiments, puisqu’on peut dire du livre des destinées, que ce qui est écrit, est écrit, et que notre conduite n’y saurait rien changer ; et qu’ainsi le meilleur est de suivre son penchant, et de ne s’arrêter qu’à ce qui peut nous contenter présentement. Ils ne faisaient point réflexion sur les conséquences étranges de cet argument, qui prouverait trop, puisqu’il prouverait (par exemple) qu’on doit prendre un breuvage agréable, quand on saurait qu’il est empoisonné. Car par la même raison (si elle était valable) je pourrais dire : s’il est écrit dans les archives des Parques que le poison me tuera à pré sent, ou me fera du mal, cela arrivera, quand je ne prendrais point ce breuvage ; et si cela n’est point écrit, il n’arrivera point, quand même je prendrais ce même breuvage ; et par conséquent je pourrai suivre impunément mon penchant à prendre ce qui est agréable, quelque pernicieux qu’il soit : ce qui renferme une absurdité manifeste. Cette objection les arrêtait un peu, mais ils revenaient toujours à leur raisonnement, tourné en différentes manières, jusqu’à ce qu’on leur fît comprendre en quoi consiste le défaut du sophisme. C’est qu’il est faux que l’événement arrive quoi qu’on fasse ; il arrivera, parce qu’on fait ce qui y mène ; et si l’événement est écrit, la cause qui le fera arriver est écrite aussi. Ainsi la liaison des effets et des causes, bien loin d’établir la doctrine d’une nécessité préjudiciable à la pratique, sert à la détruire.

Mais sans avoir des intentions mauvaises et portées au libertinage, on peut envisager autrement les étranges suites d’une nécessité fatale ; en considérant qu’elle détruirait la liberté de l’arbitre, si essentielle à la moralité de l’action ; puisque la justice et l’injustice, la louange et le blâme, la peine et la récompense ne sauraient avoir lieu par rapport aux actions nécessaires, et que personne ne pourra être obligé à faire l’impossible ou à ne point faire ce qui est nécessaire absolument. On n’aura pas l’intention d’abuser de cette réflexion pour favoriser le dérèglement, mais on ne laissera pas de se trouver embarrassé quelquefois quand il s’agira de juger des actions d’autrui, ou plutôt de répondre aux objections, parmi lesquelles il y en a qui regardent même les actions de Dieu, dont je parlerai tantôt. Et comme une nécessité insurmontable ouvrirait la porte à l’impiété, soit par l’impunité qu’on en pourrait inférer, soit par l’inutilité qu’il y aurait de vouloir résister à un torrent qui entraîne tout, il est important de marquer les différents degrés de la nécessité, et de faire voir qu’il y en a qui ne sauraient nuire, comme il y en a d’autres qui ne sauraient être admis sans donner lieu à de mauvaises conséquences.

Quelques-uns vont encore plus loin : ne se contentant pas de se servir du prétexte de la nécessité pour prouver que la vertu et le vice ne font ni bien ni mal, ils ont la hardiesse de faire la divinité complice de leurs désordres, et ils imitent les anciens païens, qui attribuaient aux dieux la cause de leurs crimes, comme si une divinité les poussait à mal faire. La philosophie des chrétiens, qui reconnaît mieux que celle des anciens la dépendance des choses du premier auteur, et son concours avec toutes les actions des créatures, a paru augmenter cet embarras. Quelques habiles gens de notre temps en sont venus jusqu’à ôter toute action aux créatures ; et M. Bayle, qui donnait un peu dans ce sentiment extraordinaire, s’en est servi pour relever le dogme tombé des deux principes, ou de deux dieux, l’un bon, l’autre mauvais, comme si ce dogme satisfaisait mieux aux difficultés sur l’origine du mal ; quoique, d’ailleurs, il reconnaisse que c’est un sentiment insoutenable, et que l’unité du principe est fondée incontestablement en raisons a priori ; mais il en veut inférer que notre raison se confond et ne saurait satisfaire aux objections, et qu’on ne doit pas laisser pour cela de se tenir ferme aux dogmes révélés, qui nous enseignent l’existence d’un seul Dieu, parfaitement bon, parfaitement puissant et parfaitement sage. Mais beaucoup de lecteurs qui seraient persuadés de l’insolubilité de ces objections, et qui les croiraient pour le moins aussi fortes que les preuves de la vérité de la religion, en tireraient des conséquences pernicieuses.

Quand il n’y aurait point de concours de Dieu aux mauvaises actions, on ne laisserait pas de trouver de la difficulté en ce qu’il les prévoit et qu’il les permet, les pouvant empêcher par sa toute-puissance. C’est ce qui fait que quelques philosophes, et même quelques théologiens, ont mieux aimé lui refuser la connaissance du détail des choses, et surtout des événements futurs, que d’accorder ce qu’ils croyaient choquer sa bonté. Les sociniens et Conrad Vorstius[1] penchent de ce côté-là ; et Thomas Bonartes[2], jésuite anglais pseudonyme, mais fort savant, qui a écrit un livre De concordia scientiae cum fide, dont je parlerai plus bas, paraît l’insinuer aussi. Ils ont grand tort sans doute ; mais d’autres n’en ont pas moins, qui, persuadés que rien ne se fait sans la volonté et sans la puissance de Dieu, lui attribuent des intentions et des actions si indignes du plus grand et du meilleur de tous les êtres, qu’on dirait que ces auteurs ont renoncé en effet au dogme qui reconnaît la justice et la bonté de Dieu. Ils ont cru qu’étant souverain maître de l’univers, il pourrait, sans aucun préjudice de sa sainteté, faire commettre des péchés, seulement parce que cela lui plaît, ou pour avoir le plaisir de punir ; et même qu’il pourrait prendre plaisir à affliger éternellement des innocents, sans faire aucune injustice, parce que personne n’a droit ou pouvoir de contrôler ses actions. Quelques-uns même sont allés jusqu’à dire que Dieu en use effectivement ainsi ; et sous prétexte que nous sommes comme un rien par rapport à lui, ils nous comparent avec les vers de terre, que les hommes ne se soucient point d’écraser en marchant, ou en général avec les animaux qui ne sont pas de notre espèce, que nous ne nous faisons aucun scrupule de maltraiter.

Je crois que plusieurs personnes, d’ailleurs bien intentionnées, donnent dans ces pensées, parce qu’ils n’en connaissent pas assez les suites. Ils ne voient pas que c’est proprement détruire la justice de Dieu ; car quelle notion assignerons- nous à une telle espèce de justice, qui n’a que la volonté pour règle : c’est-à-dire où la volonté n’est pas dirigée par les règles du bien, et se porte même directement au mal ; à moins que ce ne soit la notion contenue dans cette définition tyrannique de Thrasymaque chez Platon, qui disait que juste n’est autre chose que ce qui plaît au plus puissant[3] À quoi reviennent, sans y penser, ceux qui fondent toute l’obligation sur la contrainte, et prennent par conséquent la puissance pour la mesure du droit. Mais on abandonnera bientôt des maximes si étranges, et si peu propres à rendre les hommes bons et charitables par l’imitation de Dieu, lorsqu’on aura bien considéré qu’un Dieu qui se plairait au mal d’autrui ne saurait être distingué du mauvais principe des manichéens, supposé que ce principe fût devenu seul maître de l’univers ; et que, par conséquent, il faut attribuer au vrai Dieu des sentiments qui le rendent digne d’être appelé le bon principe.

Par bonheur ces dogmes outrés ne subsistent presque plus parmi les théologiens ; cependant quelques personnes d’esprit, qui se plaisent à faire des difficultés, les font revivre : ils cherchent à augmenter notre embarras en joignant les controverses que la théologie chrétienne fait naître aux contestations de la philosophie. Les philosophes ont considéré les questions de la nécessité, de la liberté et de l’origine du mal ; les théologiens y ont joint celles du péché originel, de la grâce et de la prédestination. La corruption originelle du genre humain, venue du premier péché, nous paraît avoir imposé une nécessité naturelle de pécher, sans le secours de la grâce divine ; mais la nécessité étant incompatible avec la punition, on en inférera qu’une grâce suffisante devrait avoir été donnée à tous les hommes ; ce qui ne paraît pas trop conforme à l’expérience.

Mais la difficulté est grande, surtout par rapport à la destination de Dieu sur le salut des hommes. Il y en a peu de sauvés ou d’élus ; Dieu n’a donc pas la volonté décrétoire d’en élire beaucoup. Et puisqu’on avoue que ceux qu’il a choisis ne le méritent pas plus que les autres, et ne sont pas même moins mauvais dans le fond, ce qu’ils ont de bon ne venant que du don de Dieu, la difficulté en est augmentée. Où est donc sa justice (dira-t-on) ou du moins, où est sa bonté ? La partialité ou l’acception des personnes va contre la justice ; et celui qui borne sa bonté sans sujet n’en doit pas avoir assez. Il est vrai que ceux qui ne sont point élus sont perdus par leur propre faute, ils manquent de bonne volonté ou de la foi vive ; mais il ne tenait qu’à Dieu de la leur donner. L’on sait que, outre la grâce interne, ce sont ordinairement les occasions externes qui distinguent les hommes, et que l’éducation, la conversation, l’exemple corrigent souvent ou corrompent le naturel. Or Dieu faisant naître des circonstances favorables aux uns, et abandonnant les autres à des rencontres qui contribuent à leur malheur, n’aura-t-on pas sujet d’en être étonné ? Et il ne suffit pas (ce semble) de dire avec quelques-uns que la grâce interne est universelle et égale pour tous, puisque ces mêmes auteurs sont obligés de recourir aux exclamations de saint Paul, et de dire, O profondeur ! quand ils considèrent combien les hommes sont distingués par les grâces externes, pour ainsi dire, c’est-à-dire qui paraissent dans la diversité des circonstances que Dieu fait naître, dont les hommes ne sont point les maîtres, et qui ont pourtant une si grande influence sur ce qui se rapporte à leur salut.

On ne sera pas plus avancé pour dire avec saint Augustin, que les hommes étant tous compris sous la damnation par le péché d’Adam, Dieu les pouvait tous laisser dans leur misère, et qu’ainsi c’est par une pure bonté qu’il en retire quelques-uns. Car outre qu’il est étrange que le péché d’autrui doive damner quelqu’un, la question demeure toujours, pourquoi Dieu ne les retire pas tous, pourquoi il en retire la moindre partie, et pourquoi les uns préférablement aux autres. Il est leur maître, il est vrai, mais il est un maître bon et juste ; son pouvoir est absolu, mais sa sagesse ne permet pas qu’il l’exerce d’une manière arbitraire et despotique, qui serait tyrannique en effet. De plus, la chute du premier homme n’étant arrivée qu’avec permission de Dieu, et Dieu n’ayant résolu de la permettre qu’après en avoir envisagé les suites, qui sont la corruption de la masse du genre humain et le choix d’un petit nombre d’élus, avec l’abandon de tous les autres ; il est inutile de dissimuler la difficulté, en se bornant à la masse déjà corrompue : puisqu’il faut remonter, malgré qu’on en ait, à la connaissance des suites du premier péché, antérieure au décret par lequel Dieu l’a permis, et par lequel il a permis en même temps que les réprouvés seraient enveloppés dans la masse de perdition, et n’en seraient point retirés ; car Dieu et le sage ne résolvent rien, sans en considérer les conséquences.

On espère de lever toutes ces difficultés. On fera voir que la nécessité absolue, qu’on appelle aussi logique et métaphysique, et quelquefois géométrique, et qui serait seule à craindre, ne se trouve point dans les actions libres ; et qu’ainsi la liberté est exempte, non seulement de la contrainte, mais encore de la vraie nécessité. On fera voir que Dieu même, quoiqu’il choisisse toujours le meilleur, n’agit point par une nécessité absolue ; et que les lois de la nature que Dieu lui a prescrites, fondées sur la convenance, tiennent le milieu entre les vérités géométriques, absolument nécessaires, et les décrets arbitraires : ce que M. Bayle et d’autres nouveaux philosophes n’ont pas assez compris. On fera voir aussi qu’il y a une indifférence dans la liberté, parce qu’il n’y a point de nécessité absolue pour l’un ou pour l’autre parti ; mais qu’il n’y a pourtant jamais une indifférence de parfait équilibre. L’on montrera aussi qu’il y a dans les actions libres une parfaite spontanéité, au-delà de tout ce qu’on en a conçu jusqu’ici. Enfin l’on fera juger que la nécessité hypothétique et la nécessité morale qui restent dans les actions libres n’ont point d’inconvénient, et que la raison paresseuse est un vrai sophisme.

Et quant à l’origine du mal, par rapport à Dieu, on fait une apologie de ses perfections, qui ne relève pas moins sa sainteté, sa justice et sa bonté, que sa grandeur, sa puissance et son indépendance. L’on fait voir comment il est possible que tout dépende de lui, qu’il concoure à toutes les actions des créatures, qu’il crée même continuellement les créatures, si vous le voulez, et que néanmoins il ne soit point l’auteur du péché. Où l’on montre aussi comment on doit concevoir la nature privative du mal. On fait bien plus ; on montre comment le mal a une autre source que la volonté de Dieu, et qu’on a raison pour cela de dire du mal de coulpe, que Dieu ne le veut point et qu’il le permet seulement. Mais ce qui est le plus important, l’on montre que Dieu a pu permettre le péché et la misère, et y concourir même et y contribuer, sans préjudice de sa sainteté et de sa bonté suprêmes : quoique absolument parlant, il aurait pu éviter tous ces maux.

Et quant à la matière de la grâce et de la prédestination, on justifie les expressions les plus revenantes, par exemple : que nous ne sommes convertis que par la grâce prévenante de Dieu, et que nous ne saurions faire le bien que par son assistance : que Dieu veut le salut de tous les hommes, et qu’il ne damne que ceux qui ont mauvaise volonté ; qu’il donne à tous une grâce suffisante pourvu qu’ils en veuillent user ; que Jésus Christ étant le principe et le centre de l’élection, Dieu a destiné les élus au salut, parce qu’il a prévu qu’ils s’attacheraient à la doctrine de Jésus-Christ par la foi vive ; quoiqu’il soit vrai que cette raison de l’élection n’est pas la dernière raison, et que cette prévision même est encore une suite de son décret antérieur ; d’autant que la foi est un don de Dieu, et qu’il les a prédestinés à avoir la foi par des raisons d’un décret supérieur, qui dispense les grâces et les circonstances suivant la pro fondeur de sa suprême sagesse.

Or, comme un des plus habiles hommes de notre temps, dont l’éloquence était aussi grande que la pénétration, et qui a donné de grandes preuves d’une érudition très vaste, s’était attaché par je ne sais quel penchant à relever merveilleusement toutes les difficultés sur cette matière que nous venons de toucher en gros, on a trouvé un beau champ pour s’exercer en entrant avec lui dans le détail. On reconnaît que M. Bayle (car il est aisé de voir que c’est de lui qu’on parle) a de son côté tous les avantages, hormis celui du fond de la chose ; mais on espère que la vérité (qu’il reconnaît lui même se trouver de notre côté) l’emportera toute nue sur tous les ornements de l’éloquence et de l’érudition, pourvu qu’on la développe comme il faut ; et on espère d’y réussir d’autant plus que c’est la cause de Dieu qu’on plaide, et qu’une des maximes que nous soutenons ici porte que l’assistance de Dieu ne manque pas à ceux qui ne manquent point de bonne volonté. L’auteur de ce discours croit en avoir donné des preuves ici, par l’application qu’il a apportée à cette matière. Il l’a méditée dès sa jeunesse, il a conféré là-dessus avec quelques-uns des premiers hommes du temps et il s’est instruit encore par la lecture des bons auteurs. Et le succès que Dieu lui a donné (au sentiment de plusieurs juges compétents) dans quelques autres méditations pro fondes, et dont il y en a qui ont beaucoup d’influence sur cette matière, lui donne peut-être quelque droit de se flatter de l’attention des lecteurs qui aiment la vérité et qui sont propres à la chercher.

Il a encore eu des raisons particulières assez considérables, qui l’ont invité à mettre la main à la plume sur ce sujet. Des entretiens qu’il a eus là-dessus avec quelques personnes de lettres et de cour, en Allemagne et en France, et surtout avec une princesse des plus grandes et des plus accomplies[4], l’y ont déterminé plus d’une fois. Il avait eu l’honneur de dire ses sentiments à cette princesse sur plusieurs endroits du dictionnaire merveilleux de M. Bayle, où la religion et la raison paraissent en combattantes, et où M. Bayle veut faire taire la rai son après l’avoir fait trop parler ; ce qu’il appelle le triomphe de la foi. L’auteur fit connaître dès lors qu’il était d’un autre sentiment, mais qu’il ne laissait pas d’être bien aise qu’un si beau génie eût donné occasion d’approfondir ces matières aussi importantes que difficiles. Il avoua de les avoir examinées aussi depuis fort longtemps, et qu’il avait délibéré quelquefois de publier sur ce sujet des pensées dont le but principal devait être la connaissance de Dieu, telle qu’il la faut pour exciter la piété et pour nourrir la vertu. Cette princesse l’exhorta fort d’exécuter son ancien dessein, quelques amis s’y joignirent, et il était d’autant plus tenté de faire ce qu’ils demandaient, qu’il avait sujet d’espérer que dans la suite de l’examen les lumières de M. Bayle l’aideraient beaucoup à mettre la matière dans le jour qu’elle pourrait recevoir par leurs soins. Mais plusieurs empêchements vinrent à la traverse ; et la mort de l’incomparable reine ne fut pas le moindre. Il arriva cependant que M. Bayle fut attaqué par d’excellents hommes qui se mirent à examiner le même sujet ; il leur répondit amplement et toujours ingénieusement. On fut attentif à leur dispute et sur le point même d’y être mêlé. Voici comment :

J’avais publié un système nouveau qui paraissait propre à expliquer l’union de l’âme et du corps : il fut assez applaudi par ceux mêmes qui n’en demeurèrent pas d’accord, et il y eut d’habiles gens qui me témoignèrent d’avoir déjà été dans mon sentiment, sans être venus à une explication si distincte, avant que d’avoir vu ce que j’en avais écrit. M. Bayle l’examina dans son Dictionnaire historique et critique, article Rorarius[5]. Il crut que les ouvertures que j’avais données méritaient d’être cultivées ; il en fit valoir l’utilité à certains égards, et il représenta aussi ce qui pouvait encore faire de la peine. Je ne pouvais manquer de répondre comme il faut à des expressions aussi obligeantes et à des considérations aussi instructives que les siennes, et pour en profiter davantage, je fis paraître quelques éclaircissements dans l’Histoire des ouvrages des savants, juillet 1698. M. Bayle y répliqua dans la seconde édition de son dictionnaire. Je lui envoyai une duplique, qui n’a pas encore vu le jour ; et je ne sais s’il a tripliqué.

Cependant il arriva que M. Le Clerc[6] ayant mis dans sa Bibliothèque choisie un extrait du Système intellectuel de feu M. Cudworth, et y ayant expliqué certaines natures plastiques, que cet excellent auteur employait à la formation des animaux, M. Bayle crut (voyez la Continuation des Pensées diverses, chap. 21, art. II) que ces natures manquant de connaissance, on affaiblissait, en les établissant, l’argument qui prouve, par la merveilleuse formation des choses, qu’il faut que l’univers ait une cause intelligente. M. Le Clerc répliqua (4e art. du 5e tome de sa Biblioth. choisie) que ces natures avaient besoin d’être dirigées par la sagesse divine. M. Bayle insista (7e art. de l’Hist. des ouvr. des savants, août 1704) qu’une simple direction ne suffisait pas à une cause dépourvue de connaissance, à moins qu’on ne la prît pour un pur instrument de Dieu, auquel cas elle serait inutile. Mon système y fut touché en passant ; et cela me donna occasion d’envoyer un petit mémoire au célèbre auteur de l’Histoire des ouvrages des savants, qu’il mit dans le mois de mai 1705, art. 9, ou je tâchai de faire voir qu’à la vérité le mécanisme suffit pour produire les corps organiques des animaux, sans qu’on ait besoin d’autres natures plastiques, pourvu qu’on y ajoute la préformation déjà tout organique dans les semences des corps qui naissent, contenues dans celles des corps dont ils sont nés, jusqu’aux semences premières ; ce qui ne pouvait venir que de l’auteur des choses, infiniment puissant et infiniment sage, lequel faisant tout d’abord avec ordre, y avait préétabli tout ordre et tout artifice futur. Il n’y a point de chaos dans l’intérieur des choses, et l’organisme est partout dans une matière dont la disposition vient de Dieu. Il s’y découvrirait même d’autant plus qu’on irait plus loin dans l’anatomie des corps ; et on continuerait de le remarquer, quand même on pour rait aller à l’infini, comme la nature, et continuer la subdivision par notre connaissance, comme elle l’a continuée en effet.

Comme pour expliquer cette merveille de la formation des animaux je me servais d’une harmonie préétablie, c’est-à-dire du même moyen dont je m’étais servi pour expliquer une autre merveille qui est la correspondance de l’âme avec le corps, en quoi je faisais voir l’uniformité et la fécondité des principes que j’avais employés, il semble que cela fit ressouvenir M. Bayle de mon système, qui rend raison de cette correspondance, et qu’il avait examiné autrefois. Il déclara (au chap. 180 de sa Rép. aux questions d’un provincial, p. 1253, tome 3) qu’il ne lui paraissait pas que Dieu put donner à la matière ou à quelque autre cause la faculté d’organiser, sans lui communiquer l’idée et la connaissance de l’organisation ; et qu’il n’était pas encore disposé à croire que Dieu, avec toute sa puissance sur la nature et avec toute la prescience qu’il a des accidents qui peuvent arriver, eût pu disposer les choses, en sorte que, par les seules lois de la mécanique, un vaisseau (par exemple) allât au port où il est destiné, sans être pendant sa route gouverné par quelque directeur intelligent. Je fus sur pris de voir qu’on mît des bornes à la puissance de Dieu, sans en alléguer aucune preuve, et sans marquer qu’il y eût aucune contradiction à craindre du côté de l’objet, ni aucune imperfection du côté de Dieu, quoique j’eusse montré auparavant, dans ma duplique, que même les hommes font souvent par des automates quelque chose de semblable aux mouvements qui viennent de la raison ; et qu’un esprit fini (mais fort au-dessus du nôtre) pour rait même exécuter ce que M. Bayle croit impossible à la Divinité : outre que Dieu, réglant par avance toutes les choses à la fois, la justesse du chemin de ce vaisseau ne serait pas plus étrange que celle d’une fusée qui irait le long d’une corde dans un feu d’artifice, tous les règlements de toutes choses ayant une parfaite harmonie entre eux, et se déterminant mutuellement. Cette déclaration de M. Bayle m’engageait à une réponse, et j’avais dessein de lui représenter qu’à moins de dire que Dieu forme lui-même les corps organiques par un miracle continuel, ou qu’il a donné ce soin à des intelligences dont la puissance et la science soient presque divines, il faut juger que Dieu a préformé les choses, en sorte que les organisations nouvelles ne soient qu’une suite mécanique d’une constitution organique précédente ; comme lorsque les papillons viennent des vers à soie, où M. Swammerdam[7] a montré qu’il n’y a que du développement. Et j’aurais ajouté que rien n’est plus capable que la préformation des plantes et des animaux de confirmer mon système de l’harmonie préétablie entre l’âme et le corps, où le corps est porté par sa constitution originale à exécuter, à l’aide des choses externes, tout ce qu’il fait suivant la volonté de l’âme, comme les semences par leur constitution originale exécutent naturellement les intentions de Dieu par un artifice plus grand encore que celui qui fait que dans notre corps tout s’exécute conformément aux résolutions de notre volonté. Et puisque M. Bayle lui- même juge avec raison qu’il y a plus d’artifice dans l’organisation des animaux que dans le plus beau poème du monde, ou dans la plus belle invention dont l’esprit humain soit capable, il s’ensuit que mon système du commerce de l’âme et du corps est aussi facile que le sentiment commun de la formation des animaux, car ce sentiment (qui me paraît véritable) porte en effet que la sagesse de Dieu a fait la nature en sorte qu’elle est capable, en vertu de ses lois, de former les animaux ; et je l’éclaircis et en fais mieux voir la possibilité par le moyen de la préformation. Après quoi on n’aura pas sujet de trouver étrange que Dieu ait fait le corps en sorte qu’en vertu de ses propres lois il puisse exécuter les desseins de l’âme raisonnable, puisque tout ce que l’âme raisonnable peut commander au corps est moins difficile que l’organisation que Dieu a commandée aux semences. M. Bayle dit (Réponse aux questions d’un provincial, chap. 182, p. 1294) que ce n’est que depuis peu de temps qu’il y a eu des personnes qui ont compris que la formation des corps vivants ne saurait être un ouvrage naturel ; ce qu’il pourrait dire aussi, suivant ses principes, de la correspondance de l’âme et du corps, puisque Dieu en fait tout le commerce dans le système des causes occasionnelles adopté par cet auteur. Mais je n’admets le surnaturel ici que dans le commencement des choses, à l’égard de la première formation des animaux, ou à l’égard de la constitution originaire de l’harmonie préétablie entre l’âme et le corps ; après quoi je tiens que la formation des animaux et le rapport entre l’âme et le corps sont quelque chose d’aussi naturel à présent que les autres opérations les plus ordinaires de la nature. C’est à peu près comme on raisonne communément sur l’instinct et sur les opérations mer veilleuses des bêtes. On y reconnaît de la raison, non pas dans les bêtes, mais dans celui qui les a formées. Je suis donc du sentiment commun à cet égard ; mais j’espère que mon explication lui aura donné plus de relief et de clarté, et même plus d’étendue.

Or, devant justifier mon système contre les nouvelles difficultés de M. Bayle, j’avais dessein en même temps de lui communiquer les pensées que j’avais eues depuis longtemps sur les difficultés qu’il avait fait valoir contre ceux qui tâchent d’accorder la raison avec la foi à l’égard de l’existence du mal. En effet, il y a peut-être peu de personnes qui y aient travaillé plus que moi. A peine avais-je appris à entendre passablement les livres latins, que j’eus la commodité de feuilleter dans une bibliothèque : j’y voltigeais de livre en livre ; et comme les matières de méditation me plaisaient autant que les histoires et les fables, je fus charmé de l’ouvrage de Laurent Valla contre Boëce[8], et de celui de Luther contre Érasme, quoique je visse bien qu’ils avaient besoin d’adoucissement. Je ne m’abstenais pas des livres de controverse et, entre autres écrits de cette nature, les Actes du Colloque de Montbéliard, qui avaient ranimé la dispute, me parurent instructifs. Je ne négligeais point les enseignements de nos théologiens ; et la lecture de leurs adversaires, bien loin de me troubler, servait à me confirmer dans les sentiments modérés des églises de la confession d’Augsbourg. J’eus occasion dans mes voyages de conférer avec quelques excellents hommes de différents partis, comme avec M. Pierre de Wallenbourg[9], suffragant de Mayence ; avec M. Jean-Louis Fabrice, premier théologien de Heidelberg ; et enfin avec le célèbre M. Arnauld, à qui je communiquai même un dialogue latin de ma façon sur cette matière, environ l’an 1673, où je mettais déjà en fait que Dieu ayant choisi le plus parfait de tous les mondes possibles, avait été porté par sa sagesse à permettre le mal qui y était annexé, mais qui n’empêchait pas que, tout compté et rabattu, ce monde ne fût le meilleur qui pût être choisi. J’ai encore depuis lu toute sorte de bons auteurs sur ces matières, et j’ai tâché d’avancer dans les connaissances qui me paraissent propres à écarter tout ce qui pouvait obscurcir l’idée de la souveraine perfection qu’il faut reconnaître en Dieu. Je n’ai point négligé d’examiner les auteurs les plus rigides, et qui ont poussé le plus loin la nécessité des choses, tels que Hobbes et Spinoza, dont le premier a soutenu cette nécessité absolue, non seulement dans ses Éléments physiques et ailleurs, mais encore dans un livre exprès contre l’évêque Bramhall[10]. Et Spinoza veut à peu près, comme un ancien péripatéticien nommé Straton[11], que tout soit venu de la première cause ou de la nature primitive, par une nécessité aveugle et toute géométrique, sans que ce premier principe des choses soit capable de choix, de bonté et d’entendement.

J’ai trouvé le moyen, ce me semble, de montrer le contraire d’une manière qui éclaire et qui fait qu’on entre en même temps dans l’intérieur des choses. Car ayant fait de nouvelles découvertes sur la nature de la force active et sur les lois du mouvement, j’ai fait voir qu’elles ne sont pas d’une nécessité absolument géométrique, comme Spinoza paraît l’avoir cru ; et qu’elles ne sont pas purement arbitraires non plus, quoique ce soit l’opinion de M. Bayle et de quelques philosophes modernes ; mais qu’elles dépendent de la convenance, comme je l’ai déjà marqué ci-dessus, ou de ce que j’appelle le principe du meilleur ; et qu’on reconnaît en cela, comme en toute autre chose, les caractères de la première substance, dont les productions marquent une sagesse souveraine et font la plus parfaite des harmonies. J’ai fait voir aussi que c’est cette harmonie qui fait encore la liaison, tant de l’avenir avec le passé que du présent avec ce qui est absent. La première espèce de liaison unit les temps et l’autre les lieux. Cette seconde liaison se montre dans l’union de l’âme avec le corps, et généralement dans le commerce des véritables substances entre elles et avec les phénomènes matériels. Mais la première a lieu dans la préformation des corps organiques ou plutôt de tous les corps, puisqu’il y a de l’organisme partout, quoique toutes les masses ne composent point des corps organiques : comme un étang peut fort bien être plein de poissons ou autres corps organiques, quoiqu’il ne soit point lui-même un animal ou corps organique, mais seulement une masse qui les contient. Et puisque j’avais tâché de bâtir sur de tels fondements, établis d’une manière démonstrative, un corps entier des connaissances principales que la raison toute pure nous peut apprendre, un corps, dis-je, dont toutes les parties fussent bien liées, et qui pût satisfaire aux difficultés les plus considérables des anciens et des modernes, je m’étais formé aussi par conséquent un certain système sur la liberté de l’homme et sur le concours de Dieu. Ce système me paraissait éloigné de tout ce qui peut choquer la raison et la foi, et j’avais envie de le faire passer sous les yeux de M. Bayle aussi bien que de ceux qui sont en dispute avec lui. Il vient de nous quitter, et ce n’est pas une petite perte que celle d’un auteur dont la doctrine et la pénétration avaient peu d’égales ; mais comme la matière est sur le tapis, que d’habiles gens y travaillent encore, et que le public y est attentif, j’ai cru qu’il fallait se servir de l’occasion pour faire paraître un échantillon de mes pensées.

Il sera peut-être bon de remarquer encore, avant que de finir cette préface, qu’en niant l’influence physique de l’âme sur le corps ou du corps sur l’âme, c’est-à-dire une influence qui fasse que l’un trouble les lois de l’autre, je ne nie point l’union de l’un avec l’autre qui en fait un suppôt ; mais cette union est quelque chose de métaphysique qui ne change rien dans les phénomènes. C’est ce que j’ai déjà dit en répondant à ce que le R. P. de Tournemine[12], dont l’esprit et le savoir ne sont point ordinaires, m’avait objecté dans les Mémoires de Trévoux. Et par cette raison on peut dire aussi, dans un sens métaphysique, que l’âme agit sur le corps et le corps sur l’âme. Aussi est-il vrai que l’âme est l’entéléchie ou le principe actif, au lieu que le corporel tout seul ou le simple matériel ne contient que le passif, et que par conséquent le principe de l’action est dans les âmes, comme je l’ai expliqué plus d’une fois dans le Journal de Leipzig, mais plus particulièrement en répondant à feu M. Sturm[13], philosophe et mathématicien d’Altdorf, où j’ai même démontré que s’il n’y avait rien que de passif dans les corps, leurs différents états seraient indiscernables. Je dirai aussi à cette occasion qu’ayant appris que l’habile auteur du livre de la Connaissance de soi-même[14] avait fait quelques objections dans ce livre contre mon système de l’harmonie préétablie, j’avais envoyé une réponse à Paris, qui fait voir qu’il m’a attribué des sentiments dont je suis bien éloigné ; comme a fait aussi depuis peu un docteur de Sorbonne anonyme, sur un autre sujet. Et ces mésentendus auraient paru d’abord aux yeux du lecteur, si l’on avait rapporté mes propres paroles, sur lesquelles on a cru se pouvoir fonder.

Cette disposition des hommes à se méprendre en représentant les sentiments d’autrui, fait aussi que je trouve à propos de remarquer que lorsque j’ai dit quelque part que l’homme s’aide du secours de la grâce dans la conversion, j’entends seulement qu’il en profite par la cessation de la résistance surmontée, mais sans aucune coopération de sa part ; tout comme il n’y a point de coopération dans la glace lorsqu’elle est rompue. Car la conversion est le pur ouvrage de la grâce de Dieu, où l’homme ne concourt qu’en résistant ; mais sa résistance est plus ou moins grande, selon les personnes et les occasions. Les circonstances aussi contribuent plus ou moins à notre attention et aux mouvements qui naissent dans l’âme ; et le concours de toutes ces choses jointes à la mesure de l’impression et à l’état de la volonté, détermine l’effet de la grâce, mais sans le rendre nécessaire. Je me suis assez expliqué ailleurs, que, par rapport aux choses salutaires, l’homme non régénéré doit être considéré comme mort ; et j’approuve fort la manière dont les théologiens de la confession d’Augsbourg s’expliquent sur ces sujets. Cependant cette corruption de l’homme non régénéré ne l’empêche point d’ailleurs d’avoir des vertus morales véritables et de faire quelque fois de bonnes actions dans la vie civile, qui viennent d’un bon principe, sans aucune mauvaise intention, et sans mélange de péché actuel. En quoi j’espère qu’on me le pardonnera, si j’ai osé m’éloigner du sentiment de S. Augustin[15], grand homme sans doute et d’un merveilleux esprit, mais qui semble porté quelquefois à outrer les choses, surtout dans la chaleur de ses engagements. J’estime fort quelques personnes qui font profession d’être disciples de S. Augustin, et entre autres le R. P. Quesnel[16], digne successeur du grand Arnauld, dans la poursuite des controverses qui les ont commis avec la plus célèbre des compagnies. Mais j’ai trouvé qu’ordinairement dans les combats entre des gens d’un mérite insigne (dont il y en a sans doute ici des deux côtés), la raison est de part et d’autre, mais en différents points, et qu’elle est plutôt pour les défenses que pour les attaques, quoique la malignité naturelle du cœur humain rende ordinairement les attaques plus agréables au lecteur que les défenses. J’espère que le R. P. Ptolemei[17], ornement de sa compagnie, occupé à remplir les vides du célèbre Bellarmin[18], nous donnera sur tout cela des éclaircissements dignes de sa pénétration et de son savoir, et, j’ose même ajouter, de sa modération. Et il faut croire que parmi les théologiens de la confession d’Augsbourg, il s’élèvera quelque nouveau Chemnice ou quelque nouveau Calixte[19] ; comme il y a lieu de juger que des Usserius[20] ou des Daillé[21] revivront parmi les réformés, et que tous travailleront de plus en plus à lever les mésentendus dont cette matière est chargée. Au reste, je serais bien aise que ceux qui voudront l’éplucher lisent les objections mises en forme, avec les réponses que j’y ai données, dans le petit écrit que j’ai mis à la fin de l’ouvrage, pour en faire comme le sommaire. J’y ai tâché de prévenir quelques nouvelles objections : ayant expliqué, par exemple, pourquoi j’ai pris la volonté antécédente et conséquente pour préalable et finale, à l’exemple de Thomas, de Scot[22] et d’autres ; comment il est possible qu’il y ait incomparablement plus de bien dans la gloire de tous les sauvés qu’il n’y a de mal dans la misère de tous les damnés, quoiqu’il y en ait plus des derniers ; comment, en disant que le mal a été permis comme une condition sine qua non du bien, je l’entends non pas suivant le principe du nécessaire, mais suivant les principes du convenable ; comment la prédétermination que j’admets est toujours inclinante et jamais nécessitante ; comment Dieu ne refusera pas les lumières nécessaires nouvelles à ceux qui ont bien usé de celles qu’ils avaient ; sans parler d’autres éclaircissements que j’ai tâché de donner sur quelques difficultés qui m’ont été faites depuis peu. Et j’ai suivi encore le conseil de quelques amis, qui ont cru à propos que j’ajoutasse deux appendices : l’un sur la controverse agitée entre M. Hobbes et l’évêque Bramhall, touchant le libre et le nécessaire ; l’autre sur le savant ouvrage de l’Origine du mal, publié depuis peu en Angleterre.

Enfin j’ai tâché de tout rapporter à l’édification ; et si j’ai donné quelque chose à la curiosité, c’est que j’ai cru qu’il fallait égayer une matière dont le sérieux peut rebuter. C’est dans cette vue que j’ai fait entrer dans ce discours la chimère plaisante d’une certaine théologie astronomique, n’ayant point sujet d’appréhender qu’elle séduise personne, et jugeant que la réciter et la réfuter est la même chose. Fiction pour fiction, au lieu de s’imaginer que les planètes ont été des soleils, on pourrait concevoir qu’elles ont été des masses fondues dans le soleil et jetées dehors, ce qui détruirait le fondement de cette théologie hypothétique. L’ancienne erreur des deux principes, que les Orientaux distinguaient par les noms d’Oromasdes et d’Arimanius, m’a fait éclaircir une conjecture sur l’histoire reculée des peuples, y ayant de l’apparence que c’étaient les noms de deux grands princes contemporains : l’un, monarque d’une partie de la Haute-Asie, où il y en a eu depuis d’autres de ce nom ; l’autre, roi des Celto-Scythes, faisant irruption dans les états du premier, et connu d’ailleurs parmi les divinités de la Germanie. Il semble en effet que Zoroastre[23] a employé les noms de ces princes comme des symboles des puissances invisibles, auxquelles leurs exploits les faisaient ressembler dans l’opinion des Asiatiques. Quoique d’ailleurs il paraisse par les rapports des auteurs arabes, qui pourraient être mieux informés que les Grecs de quelques particularités de l’ancienne histoire orientale, que ce Zerdust ou Zoroastre, qu’ils font contemporain du grand Darius, n’a point considéré ces deux principes comme tout à fait primitifs et indépendants, mais comme dépendants d’un principe unique suprême ; et qu’il a cru, conformément à la cosmogonie de Moïse, que Dieu, qui est sans pair, a créé tout et a séparé la lumière des ténèbres ; que la lumière a été conforme à son dessein original, mais que les ténèbres sont venues par conséquence comme l’ombre suit le corps, et que ce n’est autre chose que la privation. Ce qui exempterait cet ancien auteur des erreurs que les Grecs lui attribuent. Son grand savoir a fait que les Orientaux l’ont comparé avec le Mercure ou Hermès des Égyptiens et des Grecs ; tout comme les Septentrionaux ont comparé leur Wodan ou Odin avec ce même Mercure. C’est pourquoi le mercredi, ou le jour de Mercure, a été appelé Wodansdag par les Septentrionaux, mais jour de Zerdust par les Asiatiques, puis qu’il est nommé Zarschamba ou Dsearschambe par les Turcs et par les Persans, Zerda par les Hongrois venus de l’Orient septentrional, et Sreda par les Esclavons, depuis le fond de la grande Russie jusqu’aux Wendes du pays de Lunebourg ; les Esclavons l’ayant appris aussi des Orientaux. Ces remarques ne déplairont peut-être pas aux curieux ; et je me flatte que le petit dialogue, qui finit les Essais opposés à M. Bayle, donnera quelque contentement à ceux qui sont bien aises de voir des vérités difficiles, mais importantes, exposées d’une manière aisée et familière. On a écrit dans une langue étrangère, au hasard d’y faire bien des fautes, parce que cette matière y a été traitée depuis peu par d’autres, et y est lue davantage par ceux à qui on voudrait être utile par ce petit travail. On espère que les fautes du langage qui viennent non seulement de l’impression et du copiste, mais aussi de la précipitation de l’auteur, qui a été assez distrait, seront pardonnées ; et si quelque erreur s’est glissée dans les sentiments, l’auteur sera des premiers à les corriger, après avoir été mieux informé : ayant donné ailleurs de telles marques de son amour de la vérité, qu’il espère qu’on ne prendra pas cette déclaration pour un compliment.

  1. Vorst, ministre protestant, né en 1624 à Wesselbourg (Holstein), mort à Berlin en 1676. P. J.
  2. Barton (Thomas), voir plus loin, p. 86. P. J.
  3. Voir la Républ. de Platon, l. I. P. J.
  4. Sophie-Charlotte, reine de Prusse, sœur de Georges 1er. P. J.
  5. Rorario (Jérôme), né à Pordenone en 1483, mort en 1556. Il n’est célèbre que par l’article que Bayle lui a consacré. Son opuscule Quod animalia bruta sœpe ratione utanrur melius homine, publié par Gab. Mandé, avec une dissertation de celui-ci, De animâ brutorum, est son seul ouvrage authentique. P. J.
  6. LECLERC (Jean), célèbre critique, né à Genève en 1657. Il se fixa en Hollande en 1683, et mourut en 1736. Le nombre de ses ouvrages est considérable. Nous citerons surtout ses Entretiens sur diverses matières de théoloyie, Amsterdam, 1685, et sa Bibliothèque universelle et historique (1GS4-1693), à laquelle fait suite la Bibliothèque choisie (1703-1713), formant ensemble 54 vol. in-12. C’est une mine bibliographique inépuisable sur le xviie siècle. P. J.
  7. Swammerdam (Jean), célèbre anatomiste hollandais, né en 1657, à Amsterdam, mort dans cette ville en 1680, célèbre surtout par ses travaux sur les insectes. Ses principaux ouvrages sont Miraculum naturw, seu uteri mulieris fabrica, où il expose tout le système de la génération (Leyde, 1672, in-'l"). Histoire générale des insectes, en hollandais (IHrecht, 1669, in 4°), traduction française (Utrecht, 1671, in-4°). Histoire de t’ép/témère, qui passe pour son chef-d'œuvre (en hollandais, Amsterdam, 1676, in-3°), trad. en latin (Londres, 1681, in-<t°) ; enfin sa Bihlia natimn, ouvrage posthume (Leyde, 1727), trad. en français dans les tomes IV et V de la Collection académique de Dijon. P. J.
  8. Boèce, l’un des derniers grands hommes de l’antiquité, né à Rome en 470. ministre de Théodoric, empoisonné par ce prince et mis à mort en 526. Son ouvrage le plus connu est sa Consolation de la philosophie (Leyde, 1656, in-8°). La plus ancienne édition de ses œuvres est celle de Venise. 1491, in-fol. la meilleure est celle de Ride, 1.870. in-fol. P. J.
  9. Wallenbourg ou Vallenbidrah (Pierre de), et son frère Adrien, illustres théologiens catholiques du xvnc siècle, sont inséparables l’un de l’autre. Nés à Rotterdam, ils se consacrèrent l’un et l’autre à la théologie et à la défense du catholicisme. Adrien mourut à Cologne en 1669. Pierre, suffragant de Mayence, mourut en 1675. Leurs œuvres complètes ont été réunies par eux-mêmes en 2 vol. in-fol. (Cologne, 1669-71). P. J.
  10. Bramhall, théologien anglican et métropolitain d’Irlande, né dans le comté d’York en 1593, mort en 1663. Ses œuvres ont été publiées à Dublin.
  11. Straton DE Lampsaque, philosophe péripatéticien, successeur de Théophraste surnommé le physicien, dans le IIIe siècle de notre ère. On n’a de lui que des fragments. P. J.
  12. Tournemine (P.), savant jésuite, né à Rennes en 1661, mort à Paris en 1739. Il inséra de nombreuses dissertations dans les Mémoires de Trévoux de 1702 à 1736. On a de lui des Réflexions sur l’athéisme, et une Lettre sur l'âme adressée à Voltaire. P. J.
  13. Sturm (Jean-Christophe), savant illustre, né en 1635 à Hilpostein (comté de Neubourg), professeur à l’Académie de Altdorf, mort en 1703. Ou a de lui une Philosophia eclectica, Nuremberg, 1686, in-8°, et une Physica hypothetica ibid., 1697, in-4°, 2 vol. P. J.
  14. Dom Lami (Dom François), bénédictin, qu’il ne faut pas confondre avec le P. Lami de l’oratoire, né à Montreau, près de Chartres, en 1636. On a de lui un traité de la Connaissance de soi-même, 6 vol. in-12 ; Paris, 1621-1696, 8° édition en 1710, fort complète. Le Nouvel athéisme renversé ou réfulalion de Spinoza ; Paris, 1696, in-12,
  15. Saint Augustin, illustre Père de l’Église latine, né à Tagasle, en Afrique, en 354. Tout le monde connaît l’histoire de sa conversion, racontée dans ses Confessions il fut évêque d’Hippone en 395. Il combattit énergiquement les Manichéens, les Donatistes et les Pélagiens. Son nom est resté attaché à la question de la grâce. Ses OEnvres complètes ont été données par les Bénédictins en 11 tomes in-fol., 1671 et suiv. P. J.
  16. Quesnel (P.), célèbre janséniste, né à Paris en 1634, mort à Amsterdam en 1719. On connaît ses Réflexions Morales, publiées en 1694, qui furent l’origine de la seconde guerre janséniste, et l’occasion de la fameuse bulle Uniycnitus. Ses ouvrages théologiques sont très nombreux. P. J.
  17. PTOLEMEI ou Tolomei, cardinal, quoique jésuite, né à Florence en 1653, mort en 1726. On a de lui une PhilosoplUa mentis et seiimum, Rome, 1696, in-fol, Son Supplément aux controverses de Bellurmin est demeuré inédit. P. J.
  18. Bellarmin, célèbre controversiste du a xvie siècle, archevêque de Capoue, né en Toscane en 1542, mort en 1621, connu par ses Controverses (Ingolstadt, 1587, 1 vol. iu -fol.), parmi lesquelles on remarque le De Iîomano ponli/ice, manuel des Doctrines ultramontaines. P. J.
  19. CALIXTE, pape en 218, mort en 222. On trouve des détails curieux sur son pontificat, dans l’ouvrage de saint Hippolyte, récemment retrouvé et publié en 1851 par M. Miller sous ce titre Philosophumena. P. J.
  20. Usserius ou Usher (Jacques), théologien anglican, archevêque d’Armag, né à Dublin en 1580, mort en 1656. Il écrivit à la fois contre les catholiques et contre les Arminiens. Il publia un grand nombre d’ouvrages théologiques, et entre autres. sur l’ordre de Charles Ier, un ouvrage sur le Pouvoir du souverain où il défend la doctrine de l’obéissance passive (1661). P. J.
  21. Daillé, controversiste protestant, né à Chàtellerault en 1594, mort à Charenton en 1670. Il fut estimé même des catholiques. On n’a de lui que des traités théologiques, sans aucun rapport à la philosophie. P. J.
  22. Duns (Jean) ou Duns Scot, illustre scholastique de l’ordre des Cordeliers, né en Écosse dans la petite ville de Duns, à une date qui n’est pas connue. On sait qu’il mourut en 1308 à Cologne, Il fut, comme on sait, le chef de l’école Scotiste opposée aux Thomistes dans la question de la grâce et dans la question des Universaux. Ses œuvres complètes, données par le P. WaddingLyon, 1635), comprennent 12 vol. in-fol. P. J.
  23. Zoroastre, fondateur du Magisme ou Mazdéisme, religion des anciens Perses, qui s’est conservée jusqu’à nos jours sous le nom de Parsisme. On ne sait absolument rien sur ce personnage mystérieux. Le livre sacré, qui lui est attribué, est le Zeml-Aoesla, dont le texte Zeml a été rapporté en Europe par Anquetil Du Perron, et publié avec une traduction française, aujourd’hui très-dépassée, Paris, 1771, 2 vol. en 3 tomes. Klcnker en a donné une traduction allemande en 3 vol. in-4°, Higa, 1761 ; Eugène Burnouf, dans son Commentaire sur l’Yaçna, en a traduit et expliqué une partie. On sait que cet illustre savant est arrivé à restituer la langue zend, que personne ne comprenait avant lui, les traductions d’Anquetil Duperron ayant été faites sur des intermédiaires.