Excursion archéologique dans le canton de Conques

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Collectif
Texte établi par Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron (p. 195-211).
EXCURSION ARCHÉOLOGIQUE
DANS LE
CANTON DE CONQUES
DU 1er AU 15 AOUT 1876
Par MM. GONZAGUE GRINDA et le P. LOUIS DE GONZAGUE.


Compte-rendu par F. LOUIS DE GONZAGUE.


La confection des cartes paroissiales, ordonnée par Monseigneur l’évêque de Rodez, ayant nécessité la visite de toutes les paroisses du district, nous en profitâmes pour visiter en même temps toutes les églises, les châteaux, les anciennes maisons, les endroits déjà célèbres par d’antiques découvertes, et c’est le fruit de ses voyages que nous consignons dans les pages que l’on va lire.

Le lecteur verra que quantité d’objets précieux, inconnus ou négligés, ont été appréciés et restitués à leur véritable destination. Nul doute qu’un semblable inventaire général du mobilier sacré et des richesses monumentales de l’Aveyron ne sauvât d’une ruine imminente nombre d’objets exposés à périr, et n’enrichît l’histoire du Rouergue et l’histoire de l’art des plus brillantes pages.

CONQUES.

L’examen archéologique de Conques formera une étude à part, mais dès aujourd’hui nous signalerons l’importante découverte d’un temple païen qui éclaire, d’une vive lumière, les origines encore si obscures de la célèbre abbaye.

DÉCOUVERTE D’UN TEMPLE PAÏEN A CONQUES[1].
4 août 1876.

Le vendredi 4 de ce mois, les ouvriers maçons qui travaillent en ce moment, sous les ordres du Gouvernement, Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/216 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/217 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/218 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/219 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/220 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/221 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/222 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/223 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/224 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/225 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/226 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/227 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/228 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/229 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/230 Page:Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, tome 11.djvu/231


  1. A été publié dans la Revue religieuse de Rodez, du 25 août 1876.