F. Chopin/2

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Breitkopf et Haertel (p. 27-56).

II.


Du reste, les tonalités de sentiment qui décèlent une souffrance subtile et des chagrins d’un raffinement peu commun, ne se rencontrent point dans les pièces plus connues et plus habituellement goûtées de l’artiste qui nous occupe. Ses Polonaises qui, à cause des difficultés qu’elles présentent, sont plus rarement exécutées encore qu’elles ne le méritent, appartiennent à ses plus belles inspirations. Elles ne rappellent nullement les Polonaises mignardes et fardées à la Pompadour, telles que les ont propagées les orchestres de bals, les virtuoses de concerts, le répertoire rebattu de la musique maniérée et affadie des salons.

Les rhythmes énergiques des Polonaises de Chopin, font tressaillir et galvanisent toutes les torpeurs de nos indifférences. Les plus nobles sentimens traditionnels de l’ancienne Pologne y sont recueillis. Martiales pour la plupart, la bravoure et la valeur y sont rendues avec la simplicité d’accent qui faisait chez cette nation guerrière le trait distinctif de ces qualités. Elles respirent une force calme et réfléchie, un sentiment de ferme détermination joint à une gravité cérémonieuse qui, dit-on, était l’apanage de ses grands hommes d’autrefois. L’on croit y revoir les antiques polonais, tels que nous les dépeignent leurs chroniques : d’une organisation massive, d’une intelligence déliée, d’une piété profonde et touchante quoique sensée, d’un courage indomptable, mêlé à une galanterie qui n’abandonne les enfans de la Pologne ni sur le champ de bataille, ni la veille, ni le lendemain du combat. Cette galanterie était tellement inhérente à leur nature, que malgré la compression que des habitudes rapprochées de celles de leurs voisins et ennemis, les infidèles de Stamboul, leur faisaient exercer jadis sur les femmes, en les refoulant dans la vie domestique et en les tenant toujours à l’ombre d’une tutelle légale, elle a su néanmoins glorifier et immortaliser dans leurs annales, des reines qui furent des saintes, des vassales qui devinrent des reines, de belles sujettes pour lesquelles les uns risquèrent, les autres perdirent des trônes, aussi bien qu’une terrible Sforza, une intrigante d’Arquien, une Gonzague coquette.

Chez les polonais des temps passés, une mâle résolution s’unissant à cette ardente dévotion pour les objets de leur amour qui, en face des étendards du croissant aussi nombreux que les épis d’un champ, dictait tous les matins à Sobieski les plus tendres billets-doux à sa femme, prenait une teinte singulière et imposante dans l’habitude de leur maintien, noble jusqu’à une légère emphase. Ils ne pouvaient manquer de contracter le goût des manières solennelles en en contemplant les plus beaux types dans les sectateurs de l’islam, dont ils appréciaient et gagnaient les qualités tout en combattant leurs envahissemens. Ils savaient comme eux faire précéder leurs actes d’une intelligente délibération, qui semblait rendre présente à chacun la devise du prince Boleslas de Poméranie : Erst wieg’s, dann wag’s ! (Pèse d’abord, puis ose !) Ils aimaient à rehausser leurs mouvemens d’une certaine importance gracieuse, d’une certaine fierté pompeuse, qui ne leur enlevait nullement une aisance d’allures et une liberté d’esprit accessibles aux plus légers soucis de leurs tendresses, aux plus éphémères craintes de leur cœur, aux plus futiles intérêts de leur vie. Comme ils mettaient leur honneur à la faire payer cher, ils aimaient à l’embellir et, mieux que cela, ils savaient aussi aimer ce qui l’embellissait, révérer ce qui la leur rendait précieuse.

Leurs chevaleresques héroïsmes étaient sanctionnés par leur altière dignité et une préméditation convaincue. Ajoutant les ressorts de la raison aux énergies de la vertu, ils réussissaient à se faire admirer de tous les âges, de tous les esprits, de leurs adversaires mêmes. C’était une sorte de sagesse téméraire, de prudence hasardeuse, de fatuité fanatique, dont la manifestation historique la plus marquante et la plus célébre fut l’expédition de Sobieski, alors qu’il sauva Vienne et frappa d’un coup mortel l’empire ottoman, vaincu enfin dans cette longue lutte soutenue de part et d’autre avec tant de prouesse, d’éclat et de mutuelles déférences, entre deux ennemis aussi irréconciliables dans leurs combats que magnanimes dans leurs trêves.

Durant de longs siècles la Pologne a formé un État dont la haute civilisation, tout-à-fait autonome, n’était conforme à aucune autre et devait rester unique dans son genre. Aussi différente de l’organisation féodale de l’Allemagne qui l’avoisinait à l’occident, que de l’esprit despotique et conquérant des Turcs qui ne cessaient d’inquiéter ses frontières d’orient, elle se rapprochait d’une part de l’Europe par son christianisme chevaleresque, par son ardeur à combattre les infidèles, d’autre part elle empruntait aux nouveaux maîtres de Byzance les enseignemens de leur politique sagace, de leur tactique militaire et de leurs dires sentencieux. Elle fondait ces élémens hétérogènes dans une société qui s’assimilait des causes de ruine et de décadence, avec les qualités héroïques du fanatisme musulman et les sublimes vertus de la sainteté chrétienne[1]. La culture générale des lettres latines, la connaissance et le goût de la littérature italienne et française, recouvraient ces étranges contrastes d’un lustre et d’un vernis classiques. Cette civilisation devait nécessairement apposer un cachet distinctif à ses moindres manifestations. Peu propice aux romans de la chevalerie errante, aux tournois et passes d’armes, ainsi qu’il était naturel à une nation perpétuellement en guerre qui réservait pour l’ennemi ses prouesses valeureuses, elle remplaça les jeux et les splendeurs des joûtes simulées par d’autres fêtes, dont des cortéges somptueux formaient le principal ornement.

Il n’y a rien de nouveau assurément à dire que tout un côté du caractère des peuples se décèle dans leurs danses nationales. Mais, nous pensons qu’il en est peu dans lesquelles, comme dans la Polonaise, sous une aussi grande simplicité de contours, les impulsions qui les ont fait naître se traduisent aussi parfaitement dans leur ensemble, en se trahissant aussi diversement par les épisodes qu’il était réservé à l’improvisation de chacun de faire entrer dans le cadre général. Dès que ces épisodes eurent disparu, que la verve en fut absente, que nul ne se créa plus un rôle spécial dans ces courts intermèdes, qu’on se contenta d’accomplir machinalement l’obligatoire pourtour d’un salon, il ne resta plus que le squelette des anciennes pompes.

Le caractère primitif de cette danse essentiellement polonaise est assez difficile à deviner maintenant, tant elle est dégénérée au dire de ceux qui l’ont vu exécutée au commencement de ce siècle encore. On comprend à quel point elle doit leur sembler devenue fade, en songeant que la plupart des danses nationales ne peuvent guère conserver leur originalité primitive, dès que le costume qui y était approprié n’est plus en usage. La Polonaise surtout, si absolument dénuée de mouvemens rapides, de pas véritables dans le sens chorégraphique du mot, de poses difficiles et uniformes ; la Polonaise, inventée bien plus pour déployer l’ostentation que la séduction, fut, par une exception caractéristique, surtout destinée à faire remarquer les hommes, à mettre en évidence leur beauté, leur bel air, leur contenance guerrière et courtoise à la fois. (Ces deux épithètes ne définissent elles pas le caractère polonais ?..) Le nom même de la danse est du genre masculin dans l’original. (Polski.) Ce n’est que par un mal-entendu évident qu’on l’a traduit au féminin. Elle dût forcément perdre de sa suffisance quelque peu ampoulée, de sa signification orgueilleuse, pour se changer en une promenade circulaire peu intéressante, sitôt que les hommes furent privés des accessoires nécessaires pour que leurs gestes vinssent animer par leur jeu et leur pantomime, sa formule si simple, rendue aujourd’hui décidément monotone.

En écoutant quelques-unes des Polonaises de Chopin on croit entendre la démarche plus que ferme, pesante, d’hommes affrontant avec l’audace de la vaillance tout ce que le sort pourrait avoir de plus glorieux ou de plus injuste. Par intervalle, l’on croit voir passer des groupes magnifiques, tels que les peignait Paul Véronèse. L’imagination les revêt du riche costume des vieux siècles : épais brocarts d’or, velours de Venise, satins ramages, zibelines serpentantes et moelleuses, manches accortement rejetées sur l’épaule, sabres damasquinés, joyaux splendides, turquoises incrustées d’arabesques, chaussures rouges du sang foulé ou jaunes comme l’or ; — guimpes sévères, dentelles de Flandres, corsages en carapace de perles, traînes bruissantes, plumes ondoyantes, coiffures étincelantes de rubis ou verdoyantes d’émeraudes, souliers mignons brodés d’ambre, gants parfumés des sachets du sérail ! Ces groupes se détachent sur le fond incolore du temps disparu, entourés des somptueux tapis de Perse, des meubles nacrés de Smyrne, des orfèvreries filigranées de Constantinople, de toute la fastueuse prodigalité de ces magnats qui puisaient le Tokay dans des fontaines artistement préparées, avec leurs gobelets de vermeil bosselés de médaillons ; qui ferraient légèrement d’argent leurs coursiers arabes lorsqu’ils entraient dans les villes étrangères, afin qu’en se perdant le long des voies les fers tombés témoignent de leur libéralité princière aux peuples émerveillés ! Surmontant leurs écussons de la même couronne que l’élection pouvait rendre royale, les plus fiers d’entr’eux méprisaient les autres. Ils ne portaient qu’elle seule, comme insigne de leur glorieuse égalité, au dessus de leurs armoiries, appelées le Joyau de la famille, car l’honneur de chacun de ses membres devait répondre de son intégrité. Aussi, particularité unique du blason polonais, avait-il son nom qui remontait d’ordinaire à quelqu’origine anecdotique et que n’avaient pas droit de prendre d’autres armoiries semblables, parfois identiques, mais appartenant à un autre sang.

On n’imaginerait pas les nombreuses nuances et la mimique expressive introduites jadis dans la Polonaise, plus jouée encore que dansée, sans les récits et les exemples de quelques vieillards qui portent jusques à présent l’ancien costume national. Le kontusz d’autrefois était une sorte de kaftan, de férédgi occidental raccourci jusqu’aux genoux ; c’est la robe des orientaux modifiée par les habitudes d’une vie active, peu soumise aux résignations fatalistes. D’une étoffe aussi riche que d’une couleur voyante pour les grandes occasions, ses manches ouvertes laissaient paraître le vêtement de dessous, le żupan, d’un satin uni si le sien était ouvragé, d’une étoffe fleurie et brochée si la sienne était d’une façon unie. Souvent garni de fourrures coûteuses, luxe de prédilection alors, le kontusz devait une partie de son originalité à ce qu’il obligeait à un geste fréquent, susceptible de grâce et de coquetterie, par lequel on rejetait en arrière le simulacre de ses manches pour mieux découvrir la réunion, plus ou moins heureuse, parfois symbolique, des deux couleurs amies qui formaient l’ensemble de la toilette du jour.

Ceux qui n’ont jamais porté ce costume, aussi éclatant que pompeux, pourraient difficilement saisir la tenue, les lentes inclinaisons, les redressemens subits, les finesses de pantomime muette usités par leurs aïeux, pendant qu’ils défilaient dans une Polonaise comme à une parade militaire, ne laissant jamais oisifs leurs doigts, occupés soit à lisser leurs longues moustaches, soit à jouer avec le pommeau de leur sabre. L’un et l’autre faisaient partie intégrante de leur mise, formant un objet de vanité pour tous les âges également, que la moustache fut blonde ou blanche, que le sabre fut encore vierge et plein de promesses ou déjà ébréché et rougi par le sang des batailles. Escarboucles, hyacinthes et saphirs, étincelaient souvent sur l’arme suspendue au-dessous des ceintures de cachemire frangées, de soie lamée d’or ou d’écailles d’argent, fermées par des boucles aux effigies de la Vierge, du roi, de l’écusson national, faisant valoir des tailles presque toujours un peu corpulentes ; plus souvent encore la moustache voilait, sans la cacher, quelque cicatrice dont l’effet surpassait celui des plus rares pierreries. La magnificence des étoffes, des bijoux, des couleurs vives, étant poussé aussi loin chez les hommes que chez les femmes, ces pierreries se retrouvaient, ainsi que dans le costume hongrais[2], aux boutons du kontuszet du żupan, aux agrafes du cou, aux bagues de rigueur, aux aigrettes des bonnets d’une nuance brillante, parmi lesquelles prédominaient l’amaranthe servant de fond à l’aigle-blanc de la Pologne, le gros-bleu servant de fond au cavalier, pogoń, de la Lithuanie[3]. Savoir pendant la Polonaise, tenir, manier, passer de l’une à l’autre main ce bonnet, où une poignée de diamans se cachait dans les plis du velours, avec l’accentuation piquante qu’on pouvait donner à ces gestes rapides, constituait tout un art, principalement remarqué dans le cavalier de la première paire qui, comme chef de file, donnait le mot d’ordre à toute la compagnie.

C’est par cette danse qu’un maître de maison ouvrait chaque bal, non avec la plus jeune, non avec la plus belle, mais avec la plus honorée, souvent la plus âgée des femmes présentes, la jeunesse n’étant pas seule appelée à former la phalange dont les évolutions commençaient toute fête, comme pour lui offrir en premier plaisir une complaisante revue d’elle-même. Après le maître de la maison, c’étaient d’abord les hommes les plus considérables qui suivaient ses pas, choisissant, les uns avec amitié, les autres avec diplomatie, ceux-ci leurs préférées, ceux-là les plus influentes. L’amphitryon avait à remplir une tâche moins aisée qu’aujourd’hui. Il était tenu de faire parcourir à la troupe alignée qu’il conduisait mille méandres capricieux, à travers tous les appartemens où se pressait le reste des invités, plus tardifs à faire partie de sa brillante suite. On lui savait gré d’atteindre aux galeries les plus éloignées, aux parterres des jardins confinant à leurs bosquets illuminés où la musique n’arrivait plus qu’en échos affaiblis. En revanche, elle accueillait son retour dans la salle principale avec un redoublement de fanfares. Changeant toujours ainsi de spectateurs, qui rangés en haie sur son passage l’observaient minutieusement, car ceux qui n’appartenaient point à cette procession guettaient immobiles son passage comme celui d’une comète resplendissante, jamais le maître de maison, conducteur de la première paire, ne négligeait de donner à son port et à sa prestance cette dignité mêlée de gaillardise qu’admirent les femmes et que les hommes jalousent. Vain et joyeux à la fois, il eût cru manquer à ses hôtes en n’étalant point à leurs yeux, avec une naïveté qui ne manquait pas de mordant, l’orgueil qu’il éprouvait de voir rassemblés chez lui de si illustres amis, de si notables partisans, tous empressés en le visitant à se parer richement pour lui faire honneur.

On traversait, guidé par lui dans cette pérégrination première, des détours inopinés dont les aspects étaient parfois dûs à des surprises ménagées d’avance, à des supercheries d’architecture ou de décoration, dont les ornemens, les transparens, les lacs et entre-lacs, étaient adaptés aux plaisirs du jour. Le châtelain en faisait les honneurs de quelque manière aussi imprévue que galante, s’ils renfermaient quelque monument de circonstance, quelque hommage au plus vaillant ou à la plus belle. Plus il y avait d’inattendu dans ces petites excursions, plus elles dénotaient de fantaisie, d’inventions heureuses ou divertissantes, et plus la partie juvénile de la société applaudissait, plus elle faisait entendre d’acclamations bruyantes et de charmans chœurs de rires aux oreilles du coryphée, qui gagnait ainsi en réputation, devenait un partner privilégié et recherché. S’il était déjà d’un certain âge il recevait maintes fois, au retour de ces rondes d’exploration, des députations de jeunes filles venant le remercier et le complimenter au nom de toutes. Par leurs récits, les jolies voyageuses fournissaient un aliment aux curiosités des convives et augmentaient l’entrain avec lequel se formaient les Polonaises subséquentes.

En ce pays d’aristocratique démocratie, d’élections turbulentes, il n’était pas le moins indifférent d’émerveiller les assistans des tribunes de la salle de bal, puisque là se rangeaient les nombreux dépendans des grandes maisons seigneuriales, tous nobles, quelquefois même de plus ancienne et plus hargneuse noblesse que leurs patrons, mais trop pauvres pour devenir castellan ou woiewode, chancellier ou hetman, hommes de cour ou hommes d’État. Ceux d’entre eux qui restaient dans leurs propres foyers, en rentrant des champs dans leurs maisons qui ressemblaient à des chaumières, répétaient glorieusement : « Tout noble derrière sa haie, est l’égal de son palatin ». Szlachcić na zagrodzie, rówien wojewodzie. Mais, il y en avait beaucoup qui préféraient courir les chances de la fortune et se mettre eux mêmes ou leur famille, fils, sœurs, filles, au service des riches seigneurs et de leurs femmes. Aux jours des grandes fêtes, leur manque de parure, leur abstention volontaire, pouvaient seuls les exclure du privilège de se joindre à la danse. Les maîtres de la maison ne dédaignaient pas le plaisir de les éblouir, lorsque le cortège ruisselant des feux irisés d’une élégance somptueuse passait devant leurs yeux avides, devant leurs regards admiratifs, en qui parfois perçait l’envie, quoique cachée sous les applaudissemens de la flatterie, sous les dehors de l’honneur et de l’attachement.

Pareille à un long serpent aux chatoyans anneaux, la bande rieuse qui glissait sur les parquets, tantôt se déroulait dans toute sa longueur, tantôt se repliait pour faire scintiller dans ses contours sinueux le jeu des couleurs les plus variées, pour faire bruire comme des sonnettes assourdies les chaînes d’or, les sabres traînans, les lourds et superbes damas brodés de perles, rayés de diamans, parsemés de nœuds et de rubans aux frou-frou bavards. Le murmure des voix s’annonçait de loin, semblable à un gai sifflement, ou bien il s’approchait pareil au jacassement des flots de cette rivière flambante.

Mais, le génie de l’hospitalité qui en Pologne paraissait autant s’inspirer des délicatesses que la civilisation développe, que de la touchante simplicité des mœurs primitives, ne faisant défaut à aucune de leurs bienséances, comment ne l’eût-on pas retrouvée dans les détails de leur danse par excellence ? Après que le maître de la maison avait rendu hommage à ses convives en inaugurant la soirée, en guidant le premier sur le parcours préparé la plus noble, la plus fêtée, la plus importante des femmes présentes, chacun de ses hôtes avait le droit de venir le remplacer auprès de sa dame et de se mettre ainsi à la tête du cortége. Frappant des mains d’abord pour l’arrêter un instant, il s’inclinait devant celle qu’il avait devant lui en la priant de l’agréer, pendant que celui à qui il l’enlevait rendait la pareille à la paire suivante, exemple que tous suivaient. Les femmes, tout en changeant par là de cavalier aussi souvent qu’un nouveau venu réclamait l’honneur de conduire la première d’entre elles, restaient cependant dans la même succession ; tandis que les hommes, se relayant constamment, il arrivait que celui qui avait commencé la danse se trouvait avant sa fin en être le dernier, sinon tout à fait exclu.

Le cavalier qui se plaçait à la tête de la colonne s’efforçait de surpasser son prédécesseur en pertise, par des combinaisons inusitées, par les circuits qu’il faisait décrire, lesquels, bornés à une seule salle, pouvaient encore se faire remarquer en dessinant de gracieuses arabesques et même des chiffres ! Il décelait son art et ses droits au rôle qu’il avait pris en les imaginant serrés, compliqués, inextricables, en les décrivant néanmoins avec tant de justesse et de sûreté que le ruban animé, contourné en tous sens, ne se déchirait jamais en se croisant ; que nulle confusion, nul heurtement n’en résultaient. Quant aux femmes et à ceux qui n’avaient qu’à continuer l’impulsion déjà donnée, il ne leur était cependant point permis de se traîner indolemment sur le parquet. La démarche devait être rhythmée, cadencée, ondulée ; elle devait imprimer au corps entier un balancement harmonieux. On n’avait garde d’avancer avec hâte, de se déplacer précipitamment, de paraître mû par une nécessité. On glissait comme les cygnes descendent les fleuves, comme si des vagues inaperçues soulevaient et abaissaient les tailles flexibles !

L’homme offrait à sa dame tantôt une main, tantôt l’autre, effleurant parfois à peine le bord de ses doigts, parfois les serrant tous dans sa paume ; il passait à sa gauche ou à sa droite sans la quitter et ces mouvemens, imités par chaque paire, parcouraient comme un frisson toute l’étendue de la gigantesque couleuvre. Pendant cette courte minute on entendait les conversations cesser, les talons de bottes se heurter pour marquer la mesure, la crépitation de la soie s’accentuer, les colliers résonner comme des clochettes minuscules légèrement touchées. Puis, toutes les sonorités interrompues reprenaient leur cours ; les pas légers et les pas lourds recommençaient, les bracelets heurtaient les bagues, les éventails frôlaient les fleurs, les voix, les rires reprenaient et la musique engloutissait tous les chuchottemens dans ses retentissemens. Quoique préoccupé , absorbé en apparence par ces multiples manœuvres qu’il lui fallait inventer ou reproduire fidèlement, le cavalier trouvait encore le temps de se pencher vers sa dame et, profitant de quelque instant favorable, lui glisser à l’oreille, de doux propos si elle était jeune, des confidences, des sollicitations, des nouvelles intéressantes, si elle ne l’était plus. Après quoi, se relevant fièrement, il faisait sonner l’or de ses éperons, l’acier de ses armes, caressait sa moustache, et donnait à tous ses gestes une expression qui obligeait la femme à y répondre par une contenance compréhensive et intelligente.

Ainsi, ce n’était point une promenade banale et dénuée de sens qu’on accomplissait ; c’était un défilé où, si nous osions dire, la société entière faisait la roue et se délectait dans sa propre admiration, en se voyant si belle, si noble, si fastueuse et si courtoise. C’était une constante mise en scène de son lustre, de ses renommées, de ses gloires. Là, les évêques, les hauts prélats et gens d’église’), les hommes blanchis dans les camps

1) Jadis les primats, les évêques, les prélats, s’associaient à la polonaise et y occupaient le premier rang durant son premier parcours. ou les joûtes de l’éloquence, les capitaines qui avaient plus souvent porté la cuirasse que les vêtemens de paix, les grands dignitaires de l’État, les vieux sénateurs, les palatins belliqueux, les castellans ambitieux, étaient les danseurs attendus, désirés, disputés par les plus jeunes, les plus brillantes, les moins graves, dans ces choix éphémères où l’honneur et les honneurs égalisaient les années et pouvaient donner l’avantage sur l’amour lui-même. En nous entendant raconter par ceux qui n’avaient point voulu quitter le zupan et le kontusz antiques, dont la chevelure était rasée aux tempes comme celle de leurs ancêtres, les évolutions oubliées et les à-propos disparus de cette danse majestueuse, nous avons compris à quel point cette nation si fière d’elle-même avait l’instinct inné de la représentation ; à quel point elle s’en faisait besoin et combien, par le génie de la grâce que la nature lui a départi, elle poétisait ce goût ostentatoire en y mêlant le reflet des nobles sentimens et le charme des fines intentions.

Les convenances no permettaient pas qu’on leur enlève la dame en les relayant ; on attendait pour cela qu’ayant achevé le tour de la salle, ils la ramènent à sa place avant de s’en séparer. Les dignitaires de l’Église demeuraient alors simples spectateurs, pendant que la promenade se continuait sous leurs yeux. Dans les derniers temps, quand les délicatesses du savoir-vivre propres à ces mœurs toutes particulières s’effacèrent, sous l’influence des contactes sociaux trop fréquens avec les autres nations ; quand une plus grande réserve fut imposée au clergé dans tous les pays, les personnages ecclésiastiques s’abstinrent de participer à la danse nationale et même de paraître aux bals qu’elle commençait.

Lorsque nous nous sommes trouvés dans la patrie de Chopin, dont le souvenir nous accompagnait comme un guide qui excite l’intérêt, il nous a été donné de rencontrer de ces individualités traditionelles et historiques qui de jour en jour deviennent partout plus rares, tant la civilisation européenne, quand elle ne modifie pas le fond des caractères nationaux, efface du moins leurs aspérités et lime leurs formes extérieures. Nous avons eu la bonne chance de nous rapprocher de quelques-uns de ces hommes d’une intelligence supérieure, cultivée, érudite, puissamment exercée par une vie d’action, mais dont l’horizon ne s’étend pas au delà des bornes de leur pays, de leur société, de leur littérature, de leurs traditions. Nous avons pu entrevoir dans nos entretiens avec eux, (qu’un interprète rendait possible ou facilitait), dans leur manière de juger le fond et les formes des mœurs nouvelles, quelques échappées des temps passés et de ce qui constituait leur grandeur, leur charme et leur faiblesse. Cette inimitable originalité d’un point-de-vue complétement exclusif, est curieuse à observer. En diminuant la valeur des opinions sur beaucoup de points, elle dote l’esprit d’une singulière vigueur, d’un flair acut et sauvage à l’endroit des intérêts qui lui sont chers ; d’une énergie que rien ne peut distraire de son courant, tout, hormis son but, lui restant étranger. Ceux qui ont conservé cette originalité peuvent seuls représenter, comme un miroir fidèle, le tableau exact du passé en lui maintenant son vrai jour, son coloris, son cadre pittoresque. Seuls ils reflètent, en même temps que le rituel des coutumes qui se perdent, l’esprit qui les avait créées.

Chopin était venu trop tard et avait quitté ses foyers trop tôt pour posséder cette exclusivité de point de-vue ; mais, il en avait connu de nombreux exemples et, à travers les souvenirs de son enfance, non moins sans doute qu’à travers l’histoire et la poésie de sa patrie, il a si bien trouvé par induction le secret de ses anciens prestiges, qu’il a pu les faire sortir de leur oubli et les douer dans ses chants d’une éternelle jeunesse. Aussi, comme chaque poëte est mieux compris, mieux apprécié par les voyageurs auxquels il est arrivé de parcourir les lieux qui l’ont inspiré en y cherchant la trace de leurs visions ; comme Pindare et Ossian sont plus intimement pénétrés par ceux qui ont visité les vestiges du Parthénon éclairés des radiances de leur limpide atmosphère, les sites d’Ecosse gazés de brouillards, de même le sentiment inspirateur de Chopin ne se révèle tout entier que lorsqu’on a été dans son pays, qu’on y a vu l’ombre laissée par les siècles écoulés, qu’on a suivi ses contours grandissans comme ceux du soir, qu’on y a rencontré son fantôme de gloire, ce revenant inquiet qui hante son patrimoine ! Il apparaît pour effrayer ou attrister les cœurs alors qu’on s’y attend le moins et, en surgissant aux récits et aux remémorations des anciens temps, il porte avec lui une épouvante semblable à celle que répand parmi les paysans de l’Ukraine la belle vierge blanche comme la Mort, la Mara ceinte d’une écharpe rouge qu’on aperçoit, disent-ils, marquant d’une tache de sang la porte des villages que la destruction va s’approprier.

Nous aurions certainement hésité à parler de la Polonaise, après les beaux vers que Mickiewicz lui consacra et l’admirable description qu’il en fit dans le dernier chant du Pan Tademz, si cet épisode n’était renfermé dans un ouvrage qu’on n’a point encore traduit et qui n’est connu que des compatriotes du poëte. Il eût été téméraire d’aborder, même sous une autre forme, un sujet déjà esquissé et coloré par un tel pinceau, dans cette épopée familière, ce roman épique, où les beautés de l’ordre le plus élevé sont encadrées dans un paysage comme les peignait Ruysdaël, lorsqu’il faisait luire un rayon de soleil entre deux, nuées d’orage, sur un de ces bouleaux fracassé par la foudre dont la plaie béante semble rougir de sang sa blanche écorce. Chopin s’est certainement inspiré bien des fois du Pan Tadeusz, dont les scènes prêtent tant à la peinture des émotions qu’il reproduisait de préférence. Son action se passe au commencement de notre siècle, alors qu’il se rencontrait encore beaucoup de ceux qui avaient conservé les sentimens et les manières solennelles des antiques polonais, à côté d’autres types plus modernes qui sous l’empire napoléonien représentaient des passions pleines d’entrain, mais ephémères ; nées entre deux campagnes et oubliées durant la troisième, « à la française ». On rencontrait encore souvent à cette époque le contraste que formaient ces militaires bronzés au soleil du midi et devenus, eux aussi, quelque peu fanfarons après des victoires fabuleuses, avec ces hommes de l’ancienne école, graves et superbes, que la conventionalité qui envahit et façonne la haute société de toutes les contrées fait à présent rapidement disparaître.

A mesure que ceux qui conservaient encore le cachot national devenaient plus rares, on goûta moins la peinture des mœurs d’autrefois, des manières de sentir, d’agir, de parler et de vivre de jadis. On aurait pourtant tort de croire que ce fut de l’inditférence ; cet éloignement, ce délaissement des souvenirs encore récens, mais poignans, rappelle le navrement des mères qui ne peuvent rien contempler de ce qui avait appartenu à un enfant qui n’est plus, pas même un vêtement, pas même un bijoux ! A l’heure qu’il est, les romans de Czaykowski, ce Walter Scott podolien que les connaisseurs en littérature mettent presque à l’égal du fécond écrivain écossais, pour la qualité et le caractère national de son talent, si non pour la quantité prodigieuse de ses thèmes ; rOwruczanin, le Wemyhora, les Powiesci Kozackie, ne rencontrent plus guère, assure-t-on, de lectrices émues par leurs vivans récits, de jeunes lecteurs enthousiastes de leurs ravissantes héroïnes, de vieux chasseurs touchés aux larmes devant des paysages dont la poésie si profondément sentie, si pleine de fraicheur et de lueurs matinales, de ramages et de garouillemens dans les grands bois ombrés, ne perd rien, au dire de qui s’y entend, devant les plus splendides toiles des paysagistes les plus renommés, de Hobbéma à Dupré, du Berghem de velours à Morgenstern ! Mais que le jour de la résurrection arrive, que le mort bien-aimé rejette son linceul, que le triomphe de la vie apparaisse, et l’on verra aussitôt tout le passé, enseveli, non oublié, resplendir dans les cœurs, dans les imaginations, sous la plume des poètes et des musiciens, comme il resplendit déjà sous le pinceau des peintres.

La musique primitive des Polonaises, dont il ne s’est point conservé d’échantillon qui remonte au delà d’un siècle, a peu de prix pour l’art. Celles qui ne portent pas de nom d’auteur, mais dont la date est indiquée par des noms des héros sous l’invocation desquels un heureux sort les a placés, sont pour la plupart graves et douces. La Polonaise, dite de Kosciuszko, en est le modèle le plus répandu ; elle est tellement liée à la mémoire de son époque, que nous avons vu des femmes à qui elle en rappelait le souvenir ne pouvoir l’entendre sans éclater en sanglots. La princesse F. L. qui avait été aimée de Kosciuszko, n’était sensible dans ses derniers jours, alors que l’âge avait affaibli toutes ses facultés, qu’à ces accords retrouvés encore sur le clavier par ses mains tremblantes, car ses yeux n’en apercevaient plus les touches. Quelques autres de ces musiques contemporaines sont d’un caractère si affligé, qu’on les prendrait d’abord pour les notes d’un convoi funèbre.

Les Polonaises du Pce Oginski ’), dernier grandtrésorier du Grand-Duché de Lithuanie, venues ensuite, acquirent bientôt une grande popularité en imprégnant de langueur cette veine lugubre. Se ressentant encore de cette coloration assombrie, elles la modi6ent par une tendresse d’un charme naïf et mélancolique. Le rhythme s’affaisse, la modulation apparaît, comme si un cortége, solennel et bruyant jadis, devenait silencieux et recueilli en passant auprès de tombes dont le voisinage éteint l’orgueil et le rire. L’amour seul survit, errant dans ces alentours et répétant le refrain que le barde de la verte Erin surprit aux brises de son île : Love born of sorrow, like sorrow, is truel L’amour né de la douleur, est vrai comme elle.

Dans ces motifs si connus du Pce Oginski, on croit toujours entendre quelque distique d’une pensée analogue, planer entre deux haleines amoureuses ou se faire deviner dans des yeux baignés de larmes. Plus tard, les tombeaux sont dépassés, ils reculent ; on ne les aperçoit plus que de loin en loin. La vie, l’animation reprennent leur cours ; les impressions douloureuses

1) L’une d’elles, celle en fa majeur, est restée particulièrement célèbre. Elle à été publiée avec une vignette qui représente l’auteur se brûlant la cervelle d’un coup de pistolet, commentaire romanesque qu’on a longtemps pris à tort pour un fait véritable. se changent en souvenirs et ne reviennent qu’en échos. La fantaisie n’évoque plus des ombres glissant avec précaution comme pour ne pas réveiller les morts de la veille… et déjà dans les Polonaises de Lipimki on sent que le cœur bat joyeusement… étoui(liment… comme il avait battu avant la défaite ! La mélodie se dessine de plus en plus, répandant un parfum de jeunesse et d’amour printanier ; elle s’épanouit en un chant expressif, parfois rêveur. Elle n’est point destinée à mesurer les pas de hauts et graves personnages, qui ne prennent plus que peu de part aux danses pour lesquelles on l’écrit ; elle ne parle qu’aux jeunes cœurs, pour leur souffler de poétiques fictions. Elle s’adresse à des imaginations romanesques, vives, plus occupées de plaisirs que de splendeurs. Mayseder avança sur cette pente où ne le retenait aucune attache nationale ; il finit par atteindre à la coquetterie la plus sémillante, au plus charmant entrain de concert. Ses imitateurs nous ont submergés de morceaux de musique intitulés Polonaises, qui n’avaient plus aucun caractère justifiant ce nom.

Un homme de génie lui rendit subitement son vi-" goureux éclat. Weber fit de la Polonaise un dithyrambe, où se retrouvèrent soudain toutes les magnificences évanouies avec leur éblouissant déploiement. Pour réverbérer le passé dans une formule dont le sens était si altéré, il réunit les ressources diverses de son art. Ne cherchant point à rappeler ce que devait être l’antique musique, il transporta dans la musique tout ce qu’était l’antique Pologne. Il accentua le rhythme, se servit de la mélodie comme d’un récit, la colora par la modulation avec une profusion que le sujet ne comportait pas seulement, qu’il appelait impérieusement. Il fit circuler dans la Polonaise la vie, la chaleur, la passion, sans s’écarter de l’allure hautaine, de la dignité cérémonieusement magistrale, de la majesté naturelle et apprêtée à la fois qui lui sont inhérentes. Les cadences y furent marquées par des accords qu’on dirait le bruit des sabres, remués dans leurs fourreaux. Le murmure des voix au lieu de faire entendre de tièdes pourparlers d’amour, fit retentir des notes basses, pleines et profondes, comme celles des poitrines habituées à commander, auxquelles répond le hennissement éloigné et fougueux de ces chevaux du désert de si noble et élégante encolure, piaffant avec impatience, regardant de leur œil doux, intelligent et plein de feu, portant avec tant de grâce les longs caparaçons cousus de turquoises ou de rubis dont les surchargeaient les grands seigneurs polonais’). Weber connaissait-il la

1) Au trésor des princes Radziwiti dans l’ordinat de Nieswirz, on voyait aux temps de sa splendeur douze harnachemens incrustés de pierres fines, chacun d’une autre couleur. On y voyait’aussi les douze apôtres, de grandeur naturelle, en argent massif. Ce luxe n’étonne point lorsqu’on songe que cette famille, descendante du dernier grand pontife de la Lithuanie, (auquel furent donnés en propriété quand il embrassa le christianisme tous les bois et toutes les terres qui avaient été consacrées au culte des dieux païens), possédait encore 800,000 serfs vers Pologne d’autrefois ?… Avait-il évoqué un tableau déjà contemplé pour en déterminer ainsi le groupement ? Questions oiseuses ! Le génie n’a-t-il pas ses intuitions et la poésie manque-t-elle jamais de lui révéler ce qui appartient à son domaine ?…

Lorsque l’imagination ardente et nerveuse de Weber s’attaquait à un sujet, elle en exprimait comme un suc tout ce qu’il contenait de poésie. Elle s’en emparait d’une façon si absolue qu’il était difficile de l’aborder après, avec l’espoir d’atteindre aux mêmes effets. Pourtant, — quoi d’étonnant ?— Chopin le surpassa dans cette inspiration autant par le nombre et la variété de ses écrits en ce genre, que par sa touche plus émouvante et ses nouveaux procédés d’harmonie. Ses Polonaises en la et en la-bémol majeur, se rapprochent surtout de celle de Weber en mi majeur par la nature de leur élan et de leur aspect. Dans d’autres, il a quitté cette large manière, il a traité ce thème différemment.

la fin du dernier siècle, quoique ses richesses fussent déjà considérablement diminuées. Une pièce non moins curieuse du trésor dont nous parlons et qui subsiste encore, est un tableau représentant saint JeanBaptiste entouré d’une banderole avec cet exergue latine : Au nom du Seigneur, Jean, tu seras vainqueur. Il a été trouvé par Jean Sobieski lui-même, après la victoire qu’il remporta sous les murs de Vienne, dans la tente du grand visir Kara-Mustapha et fut donné après sa mort par sa veuve, Marie d’Arquin, à un prince Radziwitt, avec une inscription de sa main qui indique son origine et le don qu’elle en fait. L’autographe, muni du sceau royal, se trouve sur le revers même de la toile. En 1843, celle-ci se trouvait encore à Werki, près Wilna, entre les mains du Prince Louis Wittgenstein qui avait épousé la fille du Prince Dominique Radziwill, seule héritière de ses immenses biens. Dirons-nous plus heureusement toujours ? Le jugement est chose épineuse en pareille matière. Comment restreindre les droits du poëte sur les diverses faces de son sujet ? Ne lui serait-il point permis d’être sombre et oppressé au milieu des allégresses mêmes, de chanter la douleur après avoir chanté la gloire, de s’apitoyer avec les vaincus en deuil après avoir répété les accents de la prospérité ?

Sans contredit, ce n’est pas une des moindres supériorités de Chopin d’avoir consécutivement embrassé tous les jours sous lesquels pouvait se présenter ce thème, d’en avoir fait jaillir tout ce qu’il a d’étincelant, comme tout ce qu’on peut lui prêter de pathétique. Les phases que ses propres sentimens subissaient ont contribué à lui offrir cette multiplicité de points de vue. L’on peut suivre leurs transformations, leur endolorissement fréquent, dans la série de ces productions spéciales, non sans admirer la fécondité de sa verve, même alors qu’elle n’est plus portée et soutenue par les côtés avantageux de son inspiration. Il ne s’est pas toujours arrêté à l’ensemble des tableaux que lui présentaient son imagination et ses souvenirs ; plus d’une fois, en contemplant les groupes de la foule brillante qui s’écoulait devant lui, il s’est épris de quelque figure isolée, il a été arrêté par la magie de son regard, il s’est complu à en deviner les mystérieuses révélations et n’a plus chanté que pour elle seule.

On doit ranger parmi ses plus énergiques conceptions, la Grande Polonaise en fa-dièzc mineur. Il y a intercale une Mazoure, innovation qui eut pu devenir un ingénieux caprice de bal s’il n’avait connue épouvanté la mode frivole, en l’employant avec une si sombre bizarrerie dans une fantastique évocation. On dirait aux premiers rayons d’une aube d’hiver, terne et grise, le récit d’un rêve fait après une nuit d’insomnie, rêvepoëme, où les impressions et les objets se succèdent avec d’étranges incohérences et d’étranges transitions, comme ceux dont Byron dit :

»…. Dreams in their dcvclopmenl have brcath,

And tears, and tortures, and the touch of joy ; They have a weight upon our waking thoughts,

And look like heralds of Eternity. » (A Dream.)

Le motif principal est véhément, d’un air sinistre, comme l’heure qui précède l’ouragan ; l’oreille croit saisir des interjections exaspérées, un défi jeté à tous les élémens. Incontinent, le retour prolongé d’une tonique au commencement de chaque mesure fait entendre comme des coups de canon répétés, comme une bataille vivement engagée au loin. A la suite de cette note se déroulent, mesure par mesure, des accords étranges. Nous ne connaissons rien d’analogue dans les plus grands auteurs au saisissant effet que produit cet endroit, brusquement interrompu par une scène champêtre, par une Mazoure d’un style idyllique qu’on dirait répandre les senteurs de la menthe et de la marjolaine ! Mais, loin d’effacer le souvenir du sentiment profond et malheureux qui saisit d’abord, elle augmente au contraire par son ironique et amer contraste les émotions pénibles de l’auditeur, au point qu’il se sent presque soulagé lorsque la première phrase revient et qu’il retrouve l’imposant et attristant spectacle d’une lutte fatale, délivrée du moins de l’importune opposition d’un bonheur naïf et inglorieux ! Comme un rève, cette improvisation se termine sans autre conclusion qu’un morne frémissement, qui laisse l’âme sous l’empire d’une désolation poignante.

Dans la Polonaise-fantaisie, qui appartient déjà à la dernière période des œuvres de Chopin, à celles qui sont surplombées d’une anxiété fiévreuse, on ne trouve aucune trace de tableaux hardis et lumineux. On n’entend plus les pas joyeux d’une cavalerie coutumière de la victoire, les chants que n’étouffe aucune prévision de défaite, les paroles que relève l’audace qui sied à des vainqueurs. Une tristesse élégiaque y prédomine, entrecoupée par des mouvemens effarés, de mélancoliques sourires, des soubresauts inopinés, des repos pleins de tressaillemens, comme les ont ceux qu’une embuscade a surpris, cernés de toutes parts, qui ne voient poindre aucune espérance sur le vaste horizon, auxquels le désespoir est monté au cerveau comme une large gorgée de ce vin de Chypre qui donne une rapidité plus instinctive à tous les gestes, une pointe plus acérée à tous les mots, une étincelle plus brûlante à toutes les émotions, faisant arriveV l’esprit à un diapason d’irritabilité voisine du délire.

Peintures peu favorables à l’art, comme celles de tous les momens extrêmes, de toutes les agonies, des râles et des contractions où les muscles perdent tout ressort et où les nerfs, en cessant d’être les organes de la volonté, réduisent l’homme à ne plus devenir que la proie passive de la douleur ! Aspects déplorables, que l’artiste n’a avantage d’admettre dans son domaine qu’avec une extrême circonspection !

  1. On sait de combien de noms glorieux la Pologne a enrichi le calendrier et le martyrologe de l’Église. Rome accorda à l’ordre des Trinitaires, (Frères de la Rédemption), destiné à racheter les chrétiens tombés en esclavage chez les infidèles, le privilège exclusif pour ce pays de porter une ceinture rouge sur leur habit blanc, en mémoire des nombreux martyrs qu’il fournit, principalement dans les élablissemens rapprochés des frontières, tels que celui de Kamieniec-Podolski.
  2. On se souvient encore en Angleterre du costume hongrais porté par le prince Nicolas Esterhazy au couronnement de George IV, d’une valeur de plusieurs millions de florins.
  3. Lorsque les meurtriers de S. Stanislas, évêque de Cracovie, furent jugés, on défendit a leurs descendans de porter dans leur habillement, durant un certain nombre de générations, l’amaranthe, couleur nationale.