Fables créoles

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Fables créoles


1828


L'AIGRETTE TROP VANTARD

Approç moussié la Gourgu' dans n'lit haut bras d'civrette,
L'avait ein trop vantard z'aigrette,
Çà l'était fier tout comme ein Paon
Pour li n'a point quinq'çôs plaisant ;
Quand qu'li voit di l'eau claire et belle
Li mir' di dans, li fair' çinill' brinzelle,
Li març en tortillant, li navigue au roulis
Comment plis d'ein manzell' dans la vill' Saint-Denis.
Ein matin li descend, pour fair' voir son visaze,
Li s'en va l'étang Saint-André
Li' mazin' côté la trouver son badinaze,
Qu'li f'ra son l'embarras quand mêm' bon gré, mal gré.
Quand qu'li l'approç li bord, bel milets y promène
Comm' pour dire à li : bon manzer !
Mais nout' vantard z'aigrett' dit : "çà n'a pas la peine
N'a pas encor' l'hèr dézéner."
Li pique ein cours' di côté di Bois-Rouze,
Son l'appétit y commence gratte à li,
La çaler la rend' son patt' rouze,
Li l'a r'grett' milets li la vi.
Mais n'a plis là. Li voit des loç bien grasse
Qui dort tout au bord dans di l'eau.
Li l'a commenç fait la grimace :
" — Des loç ! manzer canaill' ; moi vé poisson plis beau."

Li sorte encor'… son l'estomac cacaille
Qu'l'a 'blizé dir : "Courons vite à l'Étang,
Manzons, si n'a pas d'aut' ; ça failli loç canaille ;
Mon la faim commenç l'est trop grand."
Mais loç l'a plonze au fond ; cabots s'il y rencontre
Encor' n'a pas beaucoup qui montre.
Z'aigrette y prend colèr : "A qu'faire à moi cabot
Avec ça gros-ball' là moi bourrer mon zabot ?
Autant vaut grinouitt' la rigole,
Ou biçiq' à trois sous la bole.
Moi r'tourn mon cas'…" Arriv' mitant d'cimin
Li n'en pé plis, l'est enrazé la faim !
Devin' quouqu' la manz' nout' z'aigrette
Qu'son vantard dans n'son coer y pète ?
Li la trouve ein gros l'escargot
Et l'aval' comm' ein citt', pour plein-ventre son zabot.
Moi razist' là li zouli fille
Li mamzell' z'aut' y dit d'famille ;
Quand qu' la saison vient pour marier,
Z'aut vantard y commence babier.
"Moi vé pas zène' homme là son gros nez l'est trop longue,
Moi vé pas cé l'aut là, son bouç comment bouç'rongue,
Moi vé pas z'aut voisin, avar' comment banian,
Li donn'ra pas calèç ni des rob' à volant."
Mais qui r'fis' mis' comm' li blancs y raconte
Et z'aut' parol' vient parfinir mon conte.
Z'aigrett' trop fier finit par souque ein escargot
Et mamzell' trop çipéq' épous'ra vié magot.

L'ANE ET LE PETIT CHIEN

 Saint' Sizann' çez Bonhomm' Zozet,
L'avait ein vié-vié bourriquet,
Son dos l'était plein carapate,
L'était lourd comm' criol' batate,
Tou' son la peau l'était flatri
Comment li cou d' maman-Torti.
Quand qu'li tir' son mine allonzée
Z'aut y moque à li la zournée.
"Quoi diab', l'a dit, ça n'a pas bon!
"Moi gagn' misèr pays Bourbon,
"E! hé, moi va çanz' mon manière
"A c'thèr' moi connaît quoiqu' moi faire.
"Moi fair' comm' pitit çien zizi,
"Li gagn' manzer, n'en a kary,
"Avec son pitit badinaze
"Li hall' la viande ensemb' fromaze.
"Allons flatt' not' maitr'…" Pa Zozet
L'était didans son cabinet,
Li n'avait son pipe allimée,
Li hallait douc'ment son fimée,
Mazinant pas pour d'être camis,
Li causait ensemb' son z'amis.
Avlà qu'dans n'mitant d'son boutique,
Zoreill' haut, arriv' li bourrique.
Hi! han! hi! Han! L'a mât' dibout,
Li calbit la pip' par li bout,

Dret dans la bouç li bourr' son patte,
Brital comm' caffr' qui hall' la gratte…
Li maîtr' timb' , son bouç tout en sang…
Dimand' voir si l'était content,
"Hola, mon noir! Otoi 'Tanase,
"Aq' fair' bourriq' rentr' dans mon case?
"Dipis quand ça qu'bourriq' malin…
"Pique à li cinquant' coups d'rotin."

 Ein quéq'çôs' vous l'accoutim' faire
Fais ça mêm', çanz' pas vout' manière ;
Bourriq' la contrefait Zizi,
Mais rotin la coumagne à li.

LES ANIMAUX MALADES DE LA PESTE

 Ein bien mauvais malad' l'était 'friç' tout bébête,
Ein bien mauvais malad' z'aut' y nomm' choléra ;
Dans tout' 'plaç'ment où qu' çà malad' y pète,
Tout' li bébêt' flambés comm' z'allimette
Dipis l'alphant zisqu'à li rat.
Li roi lion l'a rôd' dans n'çaque espèce
Çà qu'plis gross' têt' pour fair' son conseil colonial ;
Li 'mazin' ein kabar pour envoie à confesse,
Çà qu'là resté vivants parmi tout' z'animal.
Li mêm' tout' li premier li vid' son tent' malgace :
"Z'amis, l'a dit, 'coute à vous mon pécé!
" Çà qu'moi l'a fait, moi bien facé,
"Moi l'a pèr qu'dans n'l'enfer moi va bril' comm' bagasse…
"Quand qu'moi l'a trouv' dimond', li boef, ou bien mouton,
"Souvent, quand qu'mon bouç' y démanze,
"Au lié manzer marmit' di canze,
"Moi la trové z'aut' viand' plis bon.
"Moi la touill' z'aut'! à qu'faire à moi caciète?
"Moi 'blizé dir' la vérité."
A c'thèr' pitit renard fité
L'a r'pond : "Vous pouvait bien mett' z'aut' dans vout' l'assiette,
"Ein fois qu'vous roi, çà mêm' pour fait vout' volonté ;
"Li z'homme, d'ailleurs, la mérité,
"Pisqu' z'aut' y donne à nous la çasse,
"Tout' z'animal z'aut' y tracasse…"
Tigres, loulous, tout' z'aut' faut' acquisait

Et renard touzours séquisait,
Car z'aut' l'était besoin pour nourrir z'aut' marmaille,
Et çà n'a pas bébêt' qui manz' di riz en paille.
Enfin vié bourriquet, tout ladre et tout pelé,
Qui çarriait ball' çarbon pour z'habitans d'brilé,
En baissant son li zié comm' pour dire son rosaire,
Tout comment vié dévot' la racont' son z'affaire ;
"Z'amis l'a dit, pisqu'n'a rien pou cacé,
"Moi dir' dans n'vout' l'oreille çà qu'mon plis gros pécé.
"La honte y 'touffe à moi!…Ein zour, sous ein voitire,
"Dans li coin d'l'équiri de la quire,
"Moi l'a trouv' paquet d'herb' tout frais,
"Bon fataq', ma foi dié! va dir' la mett' exprès
"Pour voir si mon li dents l'est longue!
"Moi la gliss' sous n'hangar vacoi,
"(Li diable aussi çatouille à moi),
"Et moi saut' sis l'fataq' comm' z'anguille sis bouç'rongue.
"Moi, malahél' , l'a dévoré
"Tout' li fourraz' d'moussié l'quiré.
"Ah! qu'fataq' l'était bon! doux comment confitire!"
Tout' bébêt' l'a guélé : "manzer fataq' la quire!!!…
" Çà mêm' bon Dié l'envoyer choléra ;
"Pour nous tout' li-mêm' qui paîra.
"Prendre ein quéq'çôs' li prêtre! Ça n'a pas badinaze…"
Z'aut' la coup' son collet sans tarder davantaze.

 Ein fois qu'vous pauvr' diabl' , si vous n'en a kabar,
Ensemb' man-la zistiç' , fait pas trop vout' vantard ;
Vous n'aura beau fignoler vout' parole,

 Vous l'est trop sir vous va passe à la zeole.

LA PECHE DES BICHIQUES

Bourbon ein bon payés quand même.
Oui, l'est bon comm' batate en crème.
Ça qu'plis pauv' n'a pas pèr la faim,
Li n'en a Bengal' dans n'son main ;
La fraid l'est pour li badinaze
Qui sacoué li pour faire l'ouvraze.
Quand qu'moi dit qu'Bourbon l'est vanté,
Guêtt' si n'a pas la vérité ?
Bon Dié mêm' donn' bon vivr' bien saine
Sans qu'n'en a besoin prend la peine ;
Nourritir' là, nous criol' nous connais…
Dire ein pé si pour nous n'a pas envoye exprès,
Ein' fois qu'moi n'aura nomm' biçique
N'a pas besoin qu'ein quéquein' y siplique,
Biçique çà cadeau di bon Dié
Pour nous souque, empare et çarrié.
Quand qu'nouvell' lun' la cacièt' son figuire
Ça pitit poisson là rentr' dans çaque emboucire.
Biçique y monte!!!…Quand qu'nouvell' la fané,
Tout li criol' z'aut' y dépêc' branné ;
Çaquein y d'send ensemb' son vouve ;
Çaquein y prend tout ça qui trouve ;
Li nigress' apport' z'aut' zipon
Pour fait barraz' pitit poisson.
Quand qu'l'arriv' la Rivièr, c'est là qu'n'en a tapaze,
C'est là qu'çaquein brouill' dans n'l'ouvraze,
Qu'z'aut' y sipit' pour bien placer,
Et pour z'aut' rigol' bien tracer.
Çi zour là n'a point camarade,
Li poings y roule, n'en a croçade ;
Et bataill' y' gomente entre çaq' travaillèr


Si li rhum y ferment' dans n' la têt' li pécèr' ,
Car tout li zens qui fait rigole
Dans n' bertell' n'en a son p'tit fiole,
" Allons toué, sort' d'ici, çà la plaç là pour moi!
"Pour toué…N'avait li çien…moi n'donn'rait pas li roi."
"Est-ce que n'en a la plaç gardée"
"Ti crois donc qui louait à l'année ?"
" Si toi fair' l'embarras, toi va gagner li z'ain,"
"Çauff pas trop mon la tête, et fil' dret ton cimin."
Li z'aut' côtés n'en a sipit' pareille,
Tant et tant qui çass' li z'oreille.
Pendant tout çà mic-mac ça qu'en a l'ambition,
Plonz' dans di l'eau zisqu'au menton,
A çaque instant y r'tir' son vouve,
Souvent à moitié pleine y trouve ;
Y souq' biçiq' qui bouille autant épais,
Qu'la sabl' quand qui couvr' les galets.
Y remplit tout son sacs, son paniers à la ronde,
Li tellement pleins qu'tout y débonde.
A c'thèr, fil' rondement nos zens sis Saint-Dinis,
Avlà l'moment qu'nous va faire nout' profits.
Et çaquin à la course, y galope sis la route
Et n'arrête ein minite rien qu'pour prend son la goutte.
Arrivés Saint-Dinis l'ensive y ronfl' trois coups.

 Biçique! à vlà biçiq!!! prend vite! La bol six sous.
Çaquin y timb' dissis, çaquin y vé son bole,
Autour çaqu' vendeur ein tas d'aç'teurs y colle.
N'a pas li temps dir : ouaye! …Biçiqu' la partazé,
Et li z'épaul' pêcer l'est vit' soulazé ;
Car tout di mond' St-Dinis y vé goûté çà manzaille,
Li zens riç pour biçiq' troque ein zour z'aut' volaille,
Et li puvr' qui n'a point l'embarras troq' li plats
L'est content qu'pour six sous, li pé faire ein bon r'pas.
Merci donc mon bon Dié, merci la nourritire,
Qu'nous donn' dans Mascarin pour tout' vout' criatire.
Çaq' fois qu'biçique y monte' , nous doit bénir à vous,
Pisque vout' Providençe' sonze à nourrir à nous.

LA CAILLE ENSEMBL' SON PETITS

 Ein maman caill' dans n' foutac Saint' Sizanne
Proç li coin d'ein çamp d'riz l'était cacièt' son nid.
L'était tout au bord la savanne,
Mais di riz dépass' mir. Par malhèr, çaq' pitit
L'était encore et tout tendre et tout ni.
Pa Zozoq' li maîtr' di plantaze,
Vient guett' son riz, li soir après l'ouvraze.
"Ah! soupelet! bon Dié! mon di riz l'est perdi,
"Si li vent va souffler, trop sir va grain' à li.
"Ein récolt si zouli, si plein ;
"Cours z'enfant vitement dimain çez tout' voisin
"Dire à z'aut' rondement viens donne à nous la main.
Li maman caill' dire à son p'tit famille
Qui pouvait pas bouzer : –"Brann' pas dans vout' couquille ;
N'a pas dimain zour d'embarras,
Masquein voisin n'y viendra pas.
Pendant trois jours n'entendre pas tapaze ;
Auquein voisin vé quitter son l'ouvraze,
Pa Zozoq' vient encore : "Di riz moi n'aura pas. "
"N'en a dézà qu'la timbe en bas…
"Cours z'enfans dir' z'amis : viens vitement sans faute,
"Manqu' pas vini, qu'moi compter sis tout' z'aute.
Caq' z'ami rest' mavouz' , aussi bien comm' voisin,
Masquein' vient pas serrer li grain.

Pendant tout' ci temps là, li p'tit caill' y proufite
La plim' dans n'son z'aile y pouss' vite,
Pa Zozoq' y vient voir ein troisièm' fois son çamp
A force colèr li pliç son dent :
Li dir son garçon : "D'main, grand matin prends faucille,
"Moi fier pas davantaz' li voisins, la famille,
"Nous va commenç dès qu'nous voudra,
"Nous va finir quand qu'nous pourra.
Li maman calle y dit : "Allons lèv' nout' bagaze,
"Partons, dépéçons nous, sans tarder davantaze,
"Li p'tit caill' capé cap la train' son patt' dehors,
"L'endimain dans la plain' l’était cacièt z'aut' corps.
Vous n'a quéq'çôs' pressé pour faire?
Fais vit'ment vous-mêm' vout' z'affaire.
Si vous y rôd' parens, si vous y fier z'amis,
Vous va s'trouve enguézé, vous va rester camis.

LA CHUTE D'ICARE

 Moi dir' z'histoir'… N'avait in' fois,
(Çà li cont' grand' mond l'autrefois,)
Z'ouvrier z'aut' l'appell' Dédale,
Fort comment noir qui port' la malle,
Maliç tout comment bengali,
Ein roi l'était renferme à li
Ensemb' son z'enfant Icare ;
L'était misèr. Z'aut' manz' cambâre,
Touzours gros-ball, zamais kary…
Dédal' là lizèr' comm' cabri,
Car blanc n'a pas 'tait bourrique,
L'était fin comment Pacifique,
La commenç' dit : "Moi sauv' d'ici!
"Moi n'a pas zens bêt' Dié merci.
"Moi la maziné bon montire
"Pour nous s'en va…"L'a prend la cire
Dipis la têt' zisqu'à li dos,
Li la coll' la plim' z'albatros.
L'a razist' la z'ail' son z'épaule,
Pour grimp' rempart comment criole.
Quand tout son quéq' çôs' la fini,
Li dit son garçon : "Men ami,
"Quand qu'moi fini mett' vout' la z'aile,
"Fais pas faraud comm' z'hirondelle ;
"Ma foi Dié, si vous grand tourdi,
"Prend gard' vout' la z'ail' va fondi.
"Voler

là n'a pas badinaze,
"Mont' pas comment s'en va Salaze.
"Moi dire à vous mont' pas trop haut
"Prends garde, à caus' soleil l'est çaud.
"Si vous y fait comm' vout' manière
"Vous va gagner mauvais z'affaire."
(Li babiait pour grond' son garçon,
A caus' ça z'enfant polisson.)
Icar' fronté comm' l'ordinaire,
L'a répond : "N'avait mauvais z'affaire!
"Vous dir' à moi mont' pas trop haut,
"Vous m'azin' donc moi noir nouveau,
"Voler là n'a pas grand mystère,
"Moi v'nir à bout, quitte à moi faire,
N'a pas dit à caus' moi vanter
"Mais mon siprit vous va guetter."
Z'aut' dé s'en va, z'aut' dé mont' monte,
Icar' là : "A moi gagner la honte
"Si moi lourd comm' pigeon patti,
"Ou comm' caffr' qui port' sombouli,
"Moi vé monter plis davantaze
"Pour moi voir mié fait mon voyaze."
L'a dit, l'a fait ; arrive en haut,
Soleil tout di bon l'était çaud,
Son la z'ail' commenç' vini molle,
La plim tout' en caniqui vole,
La cir' l'a fondr'…poc! poc! v'là pas
Mon z'Icar' li timbe en bas!
Dans la mer l'a touff'à forç' boire,
L'a néyé…çà mêm' mon z'histoire.

 Li cont' là li fait pour z'enfants
Çà qui n'acout' pas z'aut' parents.

LE JUGEMENT DE PARIS

 D'aut' fois, rois n'a pas 'tait faraud,
Z'aut' fill' l'avait linz' dans n'risseau,
Quand qu'l'eine à l'aut' y rend visite
Z'aut' mêm' mette au fé z'aut' marmite,
Ein zèn princ' donc dans ci temps là
L'était gardien boefs son papa,
Ein zour li l'était dans n' savane,
Assis sous ein gros pied d'banane ;
Pendant qu'tout' son boefs reposer
Li zouer di bobr' pour s'amiser.
V'là trois femmes' çaquèn' la plis belle,
Déess'! (comm' cà qu'blancs z'aut' appelle)
En sipitant l'entoure à li,
Cataq'!! li la rest' tout cami…
Eine i commenc': "Pâris, acoute,
"Après nous va payer la goutte ;
"N'en a grand cabâr à zizer ;
"Vous tout sèl capab' arranzer.
"Moi va sipliquer nout' z'histoire :
"Si vous n'a pas perd' vout' mémoire,
"Vous souviens la noç' ma-Thétis!
"– Oui, moi souviens, l'a r'pond' Pâris.–
Zinon plis vif çà qu'trois déesses
Coup'divant…"N'a pas cont' nigresses ;
"Moi dire à vous la vérité.
" Ça qu'ein noç' ! Z'aut'i pé vanté!
"La tié

coçons, n'avait biciques
"Vin d'provenc' y boir' par barriques.
"Trois noirs 'tendis, cefs couisiniers,
"La couit manzersous n'badamiers.
"N'a point la zèn' , çà qui vé rentre,
"Caquên' y manzer son plein ventre ;
"A v'là pas' quand qu'larriv' dessert
"Ein pomm' timb' dret n'mitant d'couvert.
"Ein vié femm' maman la Discorde,
"(Son zip l'amarr' morceau la corde),
"Capé-cap l'arrive en misouk,
"Li tir' son bras long' comm' bibouk,
"Li fris' son zou' flatrie et maigre
"Comm' z'ouritt' trempé dans n'vinaigre,
"Son voix sec comm' li cri d'taill' vents
"L'a guélé : Çà pour vous nos zens!
"Li pomm' là , moi donn' la plis belle,
"Sipite à l'entor vout' gamelle."
Sitôt qu'li la tir' son français
Milef, li! Salam, cours après!
Pa-zipiter dans n'haut d'la table
Li dit : "Na qu'trois pour gagner cacable
"A c'thèr Pallas, Viniss et moi,
"Nous la vient trouve a vous, ma foi!
"Nous l'a quitt' sambrocal' , saucisse,
"Pour vous vient rôder la zistice.
"Nous connaît vous gaillard fité!
" Çà qu'na pas droit s'ra dégoté."

 –Pallas coup' Zinon son parole :
"Assez, l'a dit, vous fair' l'école
"Qu'vous babié-babié rondement
"Comm' professèr ensemb' z'enfant,
"Maman vous n'gagn'ra pas la pomme
"En flattant vout' ziz' comm' vout' n'homme.
"Vié nénen' quand qu'la grain' li dents
"N'a pas cacab' pour gagn' galants.
"Guette ein pé! ça dézà grand' mère
"Et li vé rôde encor' mystère ;
"Caciète ein pé vout' civé blancs,
"La pomm' trop dir' pour vout' vié dents."
Pallas l'enraz' dans son colère.
"Ma cèr' mèr…mêl' pas mon z'affaire!
"Avec moi vous va pliç' vout' dents
"Pointi comm'

çà qu'vié caïmans,
"A caus' çà qu'vout' fangouni monte,
"Vous voudra qu'moi gagner la honte?
"Si moi vié, quel âz' vous n'en a?
"Dimand' à vout' cousin' Vesta,
"Dimand' à vout' tantin' Cybèle,
"Fais pas tant vout' cinill' brinzelle,
"Vout' zéness' là n'a pas tout frais,
"L'a r'mont' li temps Labourdonnais.
"Mon pauvr' ! moi n'a pas vout' yambane ;
"Vous n'aura ni pomm' ni banane.
"Mais vaut mié moi va frèm li bec ;
"A tou vié' mond' moi doit respect."
Viniss y riait tout comme ein folle.
A son tour li prend la parole :
"Pâris, li dit, si moi lé mié,
"Toi pé guetter, toi n'a bons zié ;
"Pisq' nous la prend à toi pour zize,
"Faut déballer la marçandise,
"Sèl'ment si la pomm' l'est pour moi,
"M'a donn' ein zouli femme à toi."
Pâris Mâca comment li diabe,
(Pour flatt' femm' tout' fair' li cacabe)
L'a r'vir' : "N'a pas besoin plis long,
"Quand mêm' Pallas, quand mêm' Zinon,
"N'a point visaze comment la vôtre ;
"A vous la pomm' ! n'a point pour d'autre."
Comm' çà mêm' li ziz'ment d'Pâris ;
Qui çà content? l'était Viniss.

 Quand mêm' li cont' là vié z'histoire,
Li mond' n'a pas çanzé 'faut croire ;
Azourd'hi, pour vant' z'aut' beauté,
Li femm's rôde encor sipité.

LA LAITIERE ET LE POT AU LAIT

 La vaç mon voisin Nicolas,
Dans n'haut d'Bitor, (vous pé bien croire,)
Li mois passé l'était mett' bas…
" Ç'a bon l'arzent pour mon l'armoire",
Bonhomm' y dit : "moi vendr' mon lait.
"Dépéç à vous, mon femm' Toinette,
"D'çarrier bazar dès que vous s'ra prêt."
Man-Toinette souq' son gargoulette,
Lav' visaz', trapp' zipon d'patna,
Rond'ment li fignol' son toilette,
Ensemb' son corsaz' zacona.
Palliacat env'lopp' son z'oreilles,
Sis son têt' li mett' sombouli,
Car, pour porter quatorz' bouteilles,
Faut faire attention, mon ami!
En mordant di pain gros la croûte,
Li l'allonz li pas rondement,
Son coer zoyès tout l'long de la route,
Li çante à forç qu'li l'est content.
"Ho! Ho! li dit, moi va bien vendre!
"A c'thère di mond' gourmand di lait.
"Ensemb' l'arzent quoi ça quoi ça qu'moi prendre?
"Long temps qu'moi rôde élèv' poulet ;
"Aç'tons li zoefs, oh! Oui, ça même,
"Qui meillèr çôs moi pé cercer?
"Nous n'a plis dans li temps d'carême,
"Li zoefs

y bouille à bon marçé,
"C'à qui vaut mié pour nout' ménaze ;
"Ma foi Dié moi là bien trouvé!
"Mon poul' noir cacaill' pour couvé.
"Moi va rapporte à li l'ouvraze.
"Moi gagner vingt zoulis poulets,
"Va profit' sans donner la peine ;
"A c'thèr que l'a fini volaill' faits,
"Moi larguer tou't la mêm' simaine.
"Li volaill' comm' l'à va si bien!
"C'àq mèr poule y vaut son roupie,
"Moi va rapport' mon bours' tout plein,
"Pour moi content' mon l'aut' l'envie,
"Ensemb' monnai' moi prend coçon,
"L'espèç mangous la plis meillère,
"Moi va soigner proç la maison…
"Ah! vous aut', çà qu'ein bonne affaire!
"Mon coçon quand qu'lacète à li,
" L'était dézà pas mal en viande,
"A c'thèr qu'manioc l'a bourre à li,
"Pour gras n'a pas ein qui commande.
"Qué bel coçon dans n'son l'enclos!
" Ç'à qui pé vanter pour la graisse!
"Li souris lozer dans'n son dos,
"Va touffer! Allons vend' , dépèce.
"C'coup là qu'moi fair' ein bon marcé!
"Mon pauv' vaç tout sèl y s'ennuie.
"L'arzent d'coçon va déboursé
"Pour donne à li la compagnie ;
"Moi va mett' dé, trois dans'n troupeau,

 "Par bonhèr n'en a ein' li pleine,
"Dès que l'arrivé, li fait son veau…
"Pour rien moi n'a pas donn' la peine.
"Vous aut', dire ein pé qué bonhèr
"Quand qu'dans'n parc moi va zett' fataque,
"Comm' cabri dans son bonne himèr,
"D'voir sauter mon p'tit veau cataque!
"Mon coer, mon zambe y saute aussi."
Toinett' prend z'élan, brann' son tête…
Couh !!!…panier ç'app' di sombouli…
(Toinett', maman, vous l'était bête!)
Dans'n cimin tout' lait l'a fané,
L'a fait ein rigol' dans'n la route ;

Di mond' qui pass' tout étonné,
Dimand' si ça di l'eau d'rouroute?
Pauv' ma Toinett' gagn' camiça,
Tout' hontès' li cacièt' visaze.
Quoi qu'va dir' son gross talinga,
Quand qu'li va rentr' dans son ménaze?
Toinett' l'a pèr, l'a bien raison.
Prends gard', voisin' , li coups de bâton,
Vout' n'homm' quand qu'son fangouni monte,
N'accout' pas ça qui rôd'li conte.

LI LIEVRE ENSEMB' MAN-TORTI

 Ein zour maman Torti demande à Lièvr' faraud
Pour z'aut' parier ein cours' çà qu'arriv'ra plis tôt.
Lièvr' commenç' moque à li. –"Comment, mon gros commère,
"Vous' mazin' tout di bon va quitte à moi derrière!
"Mais vous la dépass' fou!…Vout' n'âm' vous va hallé,
"Comm' çarrett' di Géni' dans n'cimin di brilé.
Torti la r'poud : "Assez, 'stin' pas moi davantaze,
"Gros pied di bois là-bas va serve à nous bittaze.
"Lièvre y révir! Arranz' vous, pis q'vous y vé bitté,
"Tant mié pour moi…Bien sir, vous y s'ra dégoté.
L'a partis, man-torti hall' son gros carapace
Et li lièvre en misouk faire à li la grimace.
"Hall' li dit, gros commèr, hall' tout ton l'emplacement
"Comm' milets embourbés quand la rivièr' descend :
"Moi va març' à mon ais' ; quand qu'li trouve ein z'herbaze
Li mord' ein pé didans comm' pour fait badinaze.
Temps en temps sis son fess' li debout en fiçant
Comm' pour dire : "Man-torti, ah bon dié qu'vous l'est lent!
Pour moque encor' plis fort li dit dans n'son langaze :
"Gros commèr, moi n'a l'temps nettoyer mon visaze."
Avec son patt' di d'vant li gratter son miseau,
Comm' si va fair' son barb', ou comme ein vié zacquot.
Enfin pour mié fait voir tout son vantard cataque,
Li l'allonz' tout son long dans n'mitant la fataque.


Li guett' torti marçer qui débatt' et qui soué,
Tout comm' ein gros soufflèr sis les récifs éçoué.
Enfin l'i r'gard' di côté di bittaze…
Li voit torti bien proç qui hallait son couraze.
"Allons , l'est temps!" Li dit. Li la prend son z'élan,
Li court comment cabri qui sauv' Villiers Adam.
Mais li n'en a beau fair, l'a s'trouv' bien camiçatte,
Quand qu'li voit qu'man-torti la touç' la born' son patte.
Qui çà qu'Lièvr'? – Z'écoliers ça qui gaspill' z'aut' temps.
Qui çà qu'Torti ? – Z'élèv' çà qu'l'est bien travaillans.
Moi raziss' çà tout li z'enfans collèze,
N'en a qu'la têt légèr comment bouçon di lièze.
Comm' z'aut' n'en a bon têt' , z'aut' y fait z'aut' vantard,
Au z' é z'aut' y mett' vit' , y mett' au travail tard.
Mais laquell va gaigner ? Tout mavouz' sans cervelle,
Ç'à mêm' va gaign' couronn' ? N'a point, va gagn' miguèle
Zécoliers raisonnab' çà qu'blancs y nomm' piocèrs,
Va racler tout li prix…Couraze aux travaillèrs.

LE MEUNIER, SON FILS ET L'ANE

 Moin l'entendi conté (sait pas trop qué l'endroit,
Sais pas côté Saint-Paul, ou côté Saint-Bénoit),
Zens libr' l'était condir' au bazar z'aut' bourrique,
Pour z'aut' payé vingt piast' z'aut' y doit man Mounique.
Z'aut' l'était parti dé, li papa, son z'enfant.
Pour fair' faraud z'aut' bêt', pour nana l'air fringant,
Z'aut' l'amarr' son quat' patt' , la pass' gros bois gaulette.
A c'thèr' li papa, son garçon,
L'a souq' pardé bouts z'aut' tacon,
Et z'aut y çarriait li com' mamzell' qu'en toilette.
A peine bourriq' en l'ai y pendiait dan'cimin,
Comment battant la cloç' , à v'là qu'ein noir malin :
"Compèr' , dire à moi vous, ça la mod' mozambique
"Qu'di mond' comment volaill' y taconn' z'aut' bourrique,
" Çà qu'ein zouli madam' pour va rôd' palaquin,
"Allons fait rigaga, oui va, n'avait!!!…li cien…
"Adié, moi press' li pas, moi quitte à vous darrière,
"Vous va fait moque à vous dan' tout' cimin entière."
Z'enfant dit : "Tout di bon, ça l'est pour crâs' mon z'os.
"Bourriq' la lass' mon reins, moi s'en va lass' son dos."
Saut' dissis. Li papa tout lambin par darrière,
Li train' son zambe. A v'là qu'ein maman bazadière.
(vous connaît bazardiér' , ça l'est touzours 'fronté,
Çà n'a point d'aut' travail qu'fair' z'aut' lang' trotté.)
La commenç' moque à li : " Çà la façon nouvelle!
"Ton papa 'touff' di çaud, comment vié haridelle,
"Et

toi z'enfant lou-lou, toi fais ton sais pas quoi,
"Toi fais comment li blancs qui promèn' baraçoi.
"Allons, descends, m'avouz'." Z'enfant n'a pas 'té bête,
Li la r'lève à son tour : "Prends gard', maman, vout' tête,
"Vous sacouill' vout' panier avec vout' l'embarras,
"Sombli fini çappé, brinzell' va timbe en bas."
Mais quand mêm' son raison, la gagné grand la honte;
Arrive ein pé plis loin, li d'scend, li papa monte,
Z'aut' la 'mazin' bien faire avec z'aut' l'arranz'ment,
Mais fait tout ça qui vé di mond' zamais content ;
Ça qui vé flatte à li nana trop fort l'ouvraze,
Pour fait tout' volonté faut qu'nana bon couraze.
A v'là pas qu'arrivé proç' ein pied tamarin,
Z'aut' l'a r'zoindr' trois négress' après vend' flangourin.
Acoute à vous li fill' : "Guett', ma cèr', vié papangue,
"Son z'enfant 'touff' di çaud, li tiré son la langue,
"Et çà verrat l'engrais li roulé son li rein,
"Comment di mond' malad' s'a va rôd' cirizien ;
"Vous n'a pas gouvernèr, visaz' coulèr' marmite,
"Pour fait lèv' la poussièr' ensembl' li pion vout' souite."
Li papa prend colèr' : "Dis, toi n'a pas bésoin
"Zett' ton mauvais raison çà qu'di mond' dans n'cimin,
"Ton la lang' l'est trop l'zèr' , mett' pas moin dans ton conte ;
"Ha dié! bon dié, zourd'hi moi gagné trop la honte,
"Mont' z'enfant vitement si la croup' mon z'ânon."
Pauv' diab' ! Quand son dé maîtr' l'était califourçon,
Li souait, li dos pliait comment bâton vié bobre.
(Rié pas, z'histoir' li vrai, çà l'arriv' mois d'octobre),
Son z'oreille y brannait comment la feill' bambou.
Et pour chant' son manièr', ma foi! n'a point li goût ;

 Li va quéti, quéti. Quand qu'l'arriv' Sainte-Marie,
Z'aut' l'a r'zoindr' ein gros blanc, li la commenç qui crie :
"Papa, si ton zân' mert, au moins garde la peau,
"Z'en prendrai des souliers ; porte-là cez Rambeau."
Ça mêm' l'acève à z'aut' : Pauvre papa maïoque!
Quand li voit li blancs mêm' la commenç qui s'en moque ;
A terr' z'aut' dé. A c'thèr' bourriquet, z'oreill' haut,
Comment gros négociant, li promèn' en faraud.
Mais n'a pas tout encor : arrive à proç' la Mare,
La bande moussié Frion l'était fouillé cambâre.
(Moin crois bien commandèr manièr' n'a pas té là),
La commenç' pourgalé : "holà, z'amis, holà!
"Dire ein pé ça z'ânon, cousin di roi Radame,
"Quz'aut'

y flatte à li comment mari son femme ;
"Mais z'aut' l'a dépass' bêt' ! Quand qu'ein maîtr' l'est trop bon,
"Bourriq' dit dans son coer : moi li maîtr' li qu'zânon!"
Li papa la r'viré : "Oui, moi z'ânon z'arabe,
"Moi milet la Plata, tout bourriq' qu'vous cacabe,
"Appell' à moi bourriq', appell' à moi milet,
"Bourriq' n'en a bon têt' , comm' mon famill' moi fait,
"Z'aut' montre à moi siprit, avant moi l'était bête,
"Azourd'hi qu'moi bourriq' moi va faire à mon tête."

LES AVENTURES DE PHAETON

 Soleil l'était dans son maison,
Quand ein zour son fils Phaéton
Rentr' dans la çambr' tout en colère.
Li morgrogn', li l'était qui plère,
Visaz' l'était rouz' comm' piment
A forç' son çagrin l'était grand.
Li dit : " Ça n'a pas ein la honte!
"Ça même li sang mon visaz' monte,
"Di mond' , (comment qu'moi va dir' çà?)
"L'a dit qu'vous n'a pas mon papa…
"Ah ! Dié! Bon dié! Mon coer y saigne,
" Ça même moi viens rôd' bon z'enseigne,
"Et pour z'aut' la guèl' moi fermer,
"Qui quéq'çôs' moi viens demander.
"Faut qu'vous prêt' à moi vout' voitire,
"Et vout' cival blanc pour montire,
"A c'thèr' z'aut' va dir' : Phaéton,
" Ça z'enfant soleil tout di bon.
"Papa, prête à moi vout' carriole,
"Vout' cival ça qui caracole,
"Moi connais vous là l'est trop bon
"Pour vous cacab' dire à moi non."
Soleil, en branlant son la tête,
La r'pond : " Ça qui trop bon li bête,
"Vous y vient flatt' flatter mon coer,
"Prend' gard' çà mêm' pour vou' malhèr,
"Vous

dimande à moi mon voitire,
"Mais ça l'est malaisé condire,
"Arranz' -vous! Pour pass' vout' çagrin,
"Vous pé prend' sél'ment pour dimain."
A c'thèr' Phaéton prend son botte,
A forç' zoyès' son coer y saute;
Li court, li vir', dans son plac'ment,
Li vient fou à caus' trop content.
Li dit son noir : "Allons, dépèce,
"pour toi vient frotter mon calèce,
"Coupe à moi li fouet là bien grand
"Pour moi piq' cival rondement."
L'a parti dans n'cimin ride,
A droite à gauç' li hall' la bride ;
Et pour li fair' voir son faraud,
Li va, li vient, en bas, en haut.
Cival qui trouv' son main lizère :
"N'a pas ça mon maît' l'ordinaire!
"Ah! pitit garçon vous 'tourdi,
"Moi va fait mon farce azourdi.
"Moi l'entendi, la s'maine dernière,
"N'en a bel cival sis la terre,
"Sais pas si l'est fait comme à nous,
"Contr' cival là moi l'est zaloux
"Allons voir si zouli montire
"Si comm' moi n'en a l'encolire."
A c'thèr' li l'a piq' dret en bas ;
Phaéton li mett' son dé bras

 Pour esseye arrêter la bride ;
Mais v'là qu'li casse ein la guide!
Cival, ein fois qu'brid' l'a pété,
Li commence fait son volonté,
L'est dézà rendi presqu'à terre,
Di l'eau y bouill' dans la rivière,
Forêts y broul', di monde maté
A caus' voitir' trop proç l'a té.
Pa Zipiter, dans n'coin d'z'olimpe,
L'après ammar' d'Zinon la Guimpe,
Quand qu'li la guett' tout çà mic-cac,
Li dit pas rien mais…cra, cra, crac!
Li fait ronfle ein coup son tonnerre,
Ein coup qui fait trembler la terre,
A peine ça grand coup l'a parti
Qu'Phaéton

l'a calbit' rôti.
Son corps l’a timb' dans la rivière!
Soleil çagrin mais…quoi qu'va faire ?

 Moi razist' çà li z'habitans.
N'en a qui fait li négocians,
Mais comm' z'aut' connaît pas la route,
Z'aut' y calbit' , y fait banq'route :
Çà fait voir faut pas essayer
Ein quéq'çôs' n'est pas not' métier.

LE RAT DE VILLE ET LE RAT DES CHAMPS

 Salaz' , dans n'la grande Ilette,
N'avait ein rat, vié zhabitant ;
Sous ein gros roç, à proç ein bois d'gaulette,
Li n'avait bâti son boucan.
Dans n'son p'tit cas li vivr' tranquille ;
Li content batat' , bred' lastron ;
Li 'mazin' pas sèl'ment la ville,
Son coer l'amarré 'bitation.
Ein jour li l'entend grand tapaze,
Ça l'était ein rat Saint-Dinis
Qui gratt-grattait la port' son case ;
Quand qu'li la rouvr' , la rest' camis.
(Dans n'son grand-bois l'était hontèse
Caq' fois qu'li guett' di mond' 'tranzer) ;
Mais li rat Saint-Dinis dans ein n'son façon joyèze
Dit : "Moi vient voir à vous, si n'a pas déranzer ;
"A la vill' moi l'était malade,
"Mon l'appétit n'a pas 'tait grand,
(Zens trop riç souvent mal portant!)
"Moi l'a vient prend' li-zeaux pour faire ein promenade,
"Med'cin l'a dit qu'l'est bon pour mon tempérament ;
"Comm' moi l'annoui' la sourç' , moi vir'vir la zournée,
"Tout' li côtés, moi sauter comm' cabri;
"Pendant qu'après rôder, moi l'avis vout' fimée,
" Ça mêm' que moi la rentre ici
–"Vous l’a bien fait l'a r'pond li maîtr' la case,
"Moi l'est bien content voir à vous ;
"Et nous va fait z'amis sans tarder davantaze ;
"Vous va prend' ein coup d'sec et diz'ner ensenbl' nous."
A c't'her, rat d'Salazi' li branner son ménaze,

Pour li parpar son dizéner ;
(Traite ein zens Saint-Dinis, ma foi! grand l'ouvraze.)
Ça qu'li n'en a d'meillèr li pourgal' pour donner.
Quand qu'li diz'ner l'est prêt, z'aut' dé l'assise à terre.
Li rat d'vill' l'alonz' sis bersac,
(L'était la plaç d'honnèr,) l'aut' li rat rest' darrière
Pour règl' son politess' prend gard' va fair' mic-mac;
Li serv' sis feill' banan' li sonz' ensembl' batate,
Mais li rat Saint-Dinis goût' ça li bout d'son dent.
Li pé pas envaler, li trouv' qu'li sonze y gratte,
Et pour manzer batat' , ma foi! n'a pas gourmand.
Li pauvr' rat 'bitation (li la 'mazin' bien faire),
L'a vouli mett' à tabl'morceau tang' boucané
Qu'li l'était gard' l'année entière,
L'était dir comm' di couir tanné.
A pein' li rat gros-têt' la senti l'odèr tangue,
La lève ein coup, la sauv' dihors boucan,
Son l'estomac la r'mont zisqu'à son langue :
"Moi mal au coer, li dit ça prendre à moi souvent ;
"Mon cer ami, bien grand merci vout' tangue,
"Mon tour aussi moi va régale à vous ;
"Sivre à moi Saint-Dinis, quitte ein pé vout' zang-zangue,
"N'a pas zist' vous rester comment vié toulouroux
"Dans n'mitant vout' grand bois ; allons nous fair' bombance,
"Sivre à moi Saint-Dinis, voir tout' quéq'çôs' nouveaux ;
"Allons nous prend' la dilizence ;

 "Moi fair' manze à vous bon morceaux.
Zab! zab! zab! z'aut y court, z'aut arriv' la grand'route,
Z'aut' cacièt' proç la case à Prosper Valentin.
Li rat d'Saint-Dinis y dit : "La voitire vient! Acoute…
"Acout' sonnett' cival, acout' …drelin, drelin!…"
Pendant qu'Moussié Zilien la d'scend boir son la goutte,
Li dé z'amis la coul' sous l'paquets vitement…
Fouett' cocer, rondement comm' l'armée en déroute ;
Z'aut' l'arriv' Saint-Dinis à proç soleil couçant.
A terr' z'aut' dé …z'aut y gliss' sous la paille
Pour laisser timber la clarté.
Dès qui fait noir : "Allons nous fair' ripaille,"
Commenç dir' li rat d'vill' fité.
"L'Hôtel Zoinvill' nous pé vanté.
"Zistement tout li capitaines
"Azourd'hi l'a donn' grand diner ;
Nous va trouver li tabl' tout' pleines,

Nout' dents n'aura pour travailler.
Comm' ça qu'li rat d'la vill' li l'arranz' son z'affaire.
Son camarad' sivre à li doucement,
Son coer y fait tic-tac, li guett' souvent darrière,
Li la pèr, Saint-Dinis si grand!
Z'aut' dé la passé dissous la porte,
Z'aut la rentr' dans n'mitant d'salon,
Bon manzer z'aut' y trouv' tout' sorte,
Volaill', pâté, censerv', zambon.
Faut voir comment z'aut dé grignotte!
Croc, croc, z'aut' y friç, hardiment,
M'assir' à vous, n'a pas besoin piment.
Mais vlà qu'ein domestique y rentre…
Couh'…nout' dé rats la saute en bas.
Z'aut n'a pas 'tait moitié plein ventre
Qu'z'aut' l'est dézà dans l'embarras.
Li domestique y sort…à c'thèr li rat d'la ville
L'a dit : "Allons nous manze encor ;
Mais li rat'bitation rest' bêt', n'a pas tranquille,
Di pèr l'est dézà moitié mort.
Li r'commenç' pourtant son boucée,
Li bourr' pâté dans n'son zabot…
Miaou! Vlà, qu'ein gros matou la saut' par la croisée,
Li vé gaigner son part d'fricot.
Li dé z'amis lance ein coup par la f'nêtre ;
(L'étail rest' ouvert' par bonhèr.)
Li rat d'vill' dit : "Tal'hèr, pét-être,
"Nous pourra rentrer. –Moi la pèr,
"Moi la pèr trop ; salam, compère,
La r'viré li rat'bitation.
"Grand merci vout’l’invitation
"Moi n'embrass' plis vout' bonn' çère,
"Saint-Dinis troubl' mon dizestion ;
"Pour moi manz' tranquill' mon ration,
"La grande Ilette l'est plis meillère ;
"Moi s'en va r'zoindre' mon brèd' lastron,
"Moi n'acout'ra plis l'ambition,
"Vaut mié manzer gros balle et dort la nouit entière.

LE RENARD ET LA CIGOGNE
(Li cien ensemb' z'aigrette)

 Li cien noir d'François Magallon
L'était invit' commér' z'aigrette
Pour vient manzer rougaill' civrette,
Kary brinzell' et brèd' cresson.
Li dit tout bas : "(Guett' son mal faire!)
"Vous n'manz'ra pas tout mon commére ;
"Li grain manzer piti piti morceau."
Li fait soso di riz, soso clair comm' di l'eau.
Quand qu'manzer finit couit, z'aut' dé l'assis' à table,
Mais li tout sèl pour manzer l'est cacable,
Li baliait li plat rondement
Et man z'aigrett' y guett' sél'ment.
Son la bec l'est trop long', li piq' piq' comm' çà même,
Li pé pas manz' manzer l'est mou comment la crème,
Mais li fait pas semblant li dit :"Merci, z'ami,
"Vout' tour aussi mon cas' vous va vini,
"Quand qu'moi n'a r'joind' di monde honnête,
"Tout comment vous, moi coutim' rend' z'aut' fête.
"Moi n'en a cousin' Bras-Panon,
"Zédi va port' à moi la viande ensemb' graton…
"-Va porte à vous la viande! soupelait, mon commère,
"Ci zour là nous va fair' bonn' cère.
"N'a point quéq'çôs' qui va fair' moi rester ;
"Zédi matin vous pé compter."
Zédi matin li l'arrive avant l'hère.
Z'aigrett' visaz' çagrin l'a commence : "Ah! compère,
"Vous

là voudra bien séquiser,
" Çat la saut' sis la tabl' , tout' li plats l'a brisé.
"Moi l'était blizé mett' manzer dans n'gargoulette."
(n'avait siprit commèr' z'aigrette!)
"Allons-nous manz' touzours. " Son grand la bec pointi
Plonz', quand même li trou l'est piti,
Li hall' hardiment bon bouçée,
Et li cien tant sél'ment li sentir la fimée.
Faut voir vilain grimaç qu'li fait,
Quand qu'li souq' gargoulett' pour avis' li collet.
Ein’ fois qu'z'aigrette plein ventr', li dit : "Salam, compère,
"Moi s'en va, moi n'en a z'affaire."
Quand qu'z'aut' l'a séparé , n'a pas 'tait bons amis.
Li cien, li ventr'plat, tout camis,
La r'tourn' la cas' son maîtr' , son qué rentr' son patte."

 Vous donne à moi manioc, moi rendre à vous batate.

LE RENARD ENSEMBL' LI BOUC

 Pitit renard fité l'était faire ein voyage,
Ensenble ein papa bouc gras comm' vié négociant ;
Son li corn' l'était long' comment les dents z'alphant.
Z'aut' dex amis' la route en contant badinaze.
Mais, quand qu'la travers' Grand-Brûlé,
Z'aut' la lang' dans' n'la gorz' v'là qu'la commenç collé.
Li bouc commenç : "Moi tout en naze!
"La soif y touffe, y 'trangle à moi ;
"Moi n'a pas cacab' davantaze,
"Mon la lang' vini sec comm' çà qu'milet d'çarroi.
Enfin z'aut' l'arriv' Saint-Philippe,
Li bouc la gué l’encor' : "Bon Dié! Moi l'est fini?
"La soif y broulé mon la tripe,
"Trouve ein pé di l'eau, mon z'ami.
Li renard l'a r'viré! "Guette!…Ein puits!…Bon couraze,
"N'en a beaucoup di l'eau dans n'fond,
"Vous va rafraichir vout' visaze ;
"Embarrass' pas si l'est profond.
Tout' dé saut' en brital, sans casser z'aut' la patte;
(Ma foi Dié! Z'aut' l'avait bonhèr),
Z'aut' y détremp' gosier qui gratte ;
Mas'sire à vous z'aut' y boir di bon coeer.
Z'aut' y boire, y boire grand gorzée,
Z'aut ventr' l'est gonflé comm' ballon,
Faut voir z'aut' moustaç tout' frisée,
Qui plonz' sous l'eau zisqu'au menton.
Enfin li

bouc la r'prendre haleine :
"Ha!!! moi la bien boir', Dié merci,
"Moi l'a rempli mon gros bedaine.
"Mais comment qu'va sortir d'ici,
Pitit renard fité la r'pond : "Dalon, acoute,
"Çà qu'mon siprit t'à l'hèr' vient d'maziner.
"Moi la trové moyen de r'tourn' dans la bonn' route,
"En haut di puits moi l'est sir nous ram'ner.
"Dibout' à vous contr' la miraille,
"Moi grimper tout di long vout' dos ;
"Moi n'a pas plis lourd qu'ein marmaille,
"Vous n'sentira pas l'poids d'mon z'os.
"Arrive en haut, moi tendre à vous la patte,
"Pour bien halle à vous en montant…
Li bouç bébêt' comment criol' batate,
Laiss' fair' …Renard dehors, la commenç son fiçant :
"Z'ami, siquise à moi, n'en a beaucoup z'affaire,
"Salam, moi quitte à vous darrière ;
"Mais commenç plis quéq'çôs' vous n'a pas sir finir,
"Descends plis dans ein plaç vous n'a pas si sortir.

LE REQUIN

 A proç' li cap bon l'Espérance,
Ein jour ein gros papa réquin
L'était rôdé pour remplir son la panse ;
Çà bébêt nana toujours faim.
A v'là qu'li la guette ein navire.
"Ho! Ho! la dit , moi gagn' manzer."
Li pliç' son dents, li tourn', li vire,
Son la bouç' commenç' démanzer.
Mais capitain' n'a pas té bête,
La souque ein gros morceau di lard.
"Réquin, li dit, ton viand' li prête,
"T'al'hèr toi payé ton vantard."
Li réquin l'appell' son pilote :
"Pilot' , la dit, moi fair' ribotte."
Piti pilot' l'était fité :
"Manz' pas, réquin, quand mêm' pâté,
"Quand mêm' zambon, quand mêm' saucisse,
"Car li blancs là nana malice ;
"Moi dire à vous manz' pas réquin
"Car sous la viande nanali z'ain."
Li réquin l'a répond tout en colère :
"Pilot' vous nana trop mystère
"Moi vois bien vous là laç' li coer,
"Nous pé sauver si vous la pèr."
Li lanç' ein coup! Li l'attrap' son bocée,
Mais v'là son la guèle accrocée…


Halle à bord! Tout' li matilot
Bourr' gros di bois dans son zabot,
Z'aut' zir' à li dan' tout' manière
Z'aut' fait passe à li la misère.
Quand tout matilot la bien ri,
Z'aut' y fait couit' , pour faire cari ;
Dans n'mât z'aut' y clout' son mâçoire.
Ça même la finis mon z'histoire.

 Fais pas comment réquin, z'ami,
Son gourmand la fait mort à li.

LA TORTUE ET LES DEUX CANARDS

 Moi tire ein cont' pays Bourbon.
En bas d'rempart d'la Possession
L'avait ein torti vié grand' mère,
Mais quand mêm' vié son têt' l'était lizère ;
Au lié rest' tranquill' dans son coin,
Vlà pas la mazin' s'en va loin.
Li dit dans n'fond d'son coer : "Zécoliers gagn'vacance,
"Tout' blancs gros'têt' s'en va promène en France,
"Moi tout sèl moi rest' dans mon trou!
"N'a point! …moi va rôd' ein bambou,
"Moi louer houit gros canards manille,
"Va porte à moi St-Lé pour voir mon famille."
(Quand qu'femm' n'en a son volonté
N'a point li diab' qui va faire arrêté ;
Çà qu'femme y vé l'est sir pour faire ;
Çà qu'torti vé, moi crois bien mêm' z'affaire.)
Li frem la port' son cas', li'va rôd' son portèr,
Li prend namsim maïs pour donne à z'aut' di coer,
Li mett' l'arrack dans n'son bretelle
Pour bien mett' en train z'aut' la zaile.
Quand qu'canatds fini boir', z'aut' y commenc' flatter,
Son 'mazination z'aut' vanter ;
Z'aut' y dit : "Man-torti, vous va fait bell' voyaze,
"Vous va voir tout' sort' badinaze,
"Vous va connaît' quoi çà qu'zens Saint-Lé dit,
"Z'aut' façons, z'aut' mod', z'aut' z'habits,
"

Comm' çà qu'Ulyss' l'a fait…Guett' ein pé son parole!
Canards y nomm' Ulyss' comm' blancs qui montr' l'école,
Faut dir' aussi canards qui parl' latin,
Qui suivr' z'enfants collèz' quand qu'après manz' z'aut' pain.
Enfin z'aut' la cont' tant d'nouvelle,
Qu'man-torti perd' net son cervelle
Li dit : "Allons-nous vit'" , canards dit : "Tiens-vous bon,
"Souqué bien ni mitant d'bâton,
"Trap' li bambou par son traverse,
"Prends gard' va timber la renverse.
"Laç'pas maman, si vous çappé,
"Vous va donn' marrons grand soupé."
Li r'pond tout en faraud : "Allez, moi n'a pas bête;
"Allez-vous!" Li l'allonz' son tête,
Lir tir' son patte en bas, en haut,
Comment grinouitt' qui dort sis l'eau.
Quand qu'tout l'a fini prêt…frrr…canards y s'envole;
Pique en l'air!…Noirs-commin' l'était qui fouill' rigole,
Au d'sis d'Saint-Paul, dans n'cimin Bernica;
Tout' la commenç' crier: "Guett', çà torti maca!
"Où çà qu'torti bébêt' pour gagn' montire?
"Çà la rein' qu'li n'en a voitire?…
"Oui, moi la rein' , bande…" Ouah! N'a pas l'tems dir' plis long,
Li la timbé lourd comm' di plomb ;
Son z'écaill' la 'crâse en haut de roce,
Gaspard, gros noir gourmand, l'était travaill' tout proce,
La saut' dissis, la gagn' manzer,
Encor' n'a point la pein' plicer.

 Zens qui trop grand parler, acout' siprit mon conte ;

 Nout' la langue y ramasse malhèr ensemb' la honte ;
Çaud la langu' li zist' pour perdi ;
Bli pas li cont' maman torti.