Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Laboureur et ses Enfants

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2 gray&blue.svgPour les autres utilisations de ce mot ou de ce titre, voir Le Laboureur et ses enfants.

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Laboureur et ses Enfants (Ésope).

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 39).
83


LE LABOUREUR ET SES ENFANTS


Un laboureur, sur le point de terminer sa vie, voulut que ses enfants acquissent de l’expérience en agriculture. Il les fit venir et leur dit : « Mes enfants, je vais quitter ce monde ; mais vous, cherchez ce que j’ai caché dans ma vigne, et vous trouverez tout. » Les enfants s’imaginant qu’il y avait enfoui un trésor en quelque coin, bêchèrent profondément tout le sol de la vigne après la mort du père. De trésor, ils n’en trouvèrent point ; mais la vigne bien remuée donna son fruit au centuple.

Cette fable montre que le travail est pour les hommes un trésor.