Fables de La Fontaine (éd. Barbin)/1/Le Cygne et le Cuisinier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FablesClaude Barbin & Denys ThierryTome Premier : livres i, ii, iii (p. 193-195).

Chauveau - Fables de La Fontaine - 03-12.png




XII.

Le Cigne & le Cuiſinier.




DAns une ménagerie
De volatiles remplie
Vivoient le Cigne & l’Oiſon :
Celuy-là deſtiné pour les regards du Maître,

Celuy-cy pour ſon gouſt ; l’un qui ſe piquoit d’eſtre
Commenſal du jardin, l’autre de la maiſon.
Des foſſez du Chaſteau faiſant leurs galeries,
Tantoſt on les eût vûs coſte à coſte nager.
Tantoſt courir ſur l’onde, & tantoſt ſe plonger,
Sans pouvoir ſatisfaire à leurs vaines envies.
Un jour le Cuiſinier ayant trop bû d’un coup,
Prit pour Oiſon le Cigne ; & le tenant au cou,
Il alloit l’égorger, puis le mettre en potage.
L’oiſeau preſt à mourir, ſe plaint en ſon ramage.
Le Cuiſinier fut fort ſurpris,
Et vid bien qu’il s’eſtoit mépris.

Quoy ? je mettrois, dit-il, un tel chanteur en ſoupe ?
Non, non, ne plaiſe aux Dieux que jamais ma main coupe
La gorge à qui s’en ſert ſi bien.

Ainſi dans les dangers qui nous ſuivent en croupe,
Le doux parler ne nuit de rien.