Fables de La Fontaine (éd. Barbin)/2/La Montagne qui accouche

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Pour les autres utilisations de ce mot ou de ce titre, voir La Montagne qui accouche.


X.

La Montagne qui accouche.



Une Montagne en mal d’enfant,
Jettoit une clameur ſi haute,
Que chacun au bruit accourant,
Crut qu’elle accoucheroit, ſans faute,
D’une Cité plus groſſe que Paris :

Elle accoucha d’une Souris.

Quand je ſonge à cette Fable,
Dont le recit eſt menteur,
Et le ſens est veritable,
Je me figure un Auteur,
Qui dit : Je chanteray la guerre
Que firent les Titans au Maiſtre du tonnerre.
C’eſt promettre beaucoup ; mais qu’en ſort-il ſouvent ?
Du vent.