Fables de La Fontaine (éd. Mame 1897)/Les Voleurs et l’Âne

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Livre I
FablesMame (p. 26-27).


XIII

LES VOLEURS ET L’ÂNE


Pour un âne enlevé deux voleurs se battaient :
L’un voulait le garder, l’autre le voulait vendre.
Tandis que coups de poing trottaient,
Et que nos champions songeaient à se défendre,
Arrive un troisième larron,
Qui saisit maître Aliboron.


L’âne, c’est quelquefois une pauvre province :
Les voleurs sont tel et tel prince,
Comme le Transylvain, le Turc et le Hongrois.
Au lieu de deux, j’en ai rencontré trois :
Il est assez de cette marchandise.
De nul d’eux n’est souvent la province conquise :
Un quart voleur survient, qui les accorde net
En se saisissant du baudet.

Attention : la clé de tri par défaut « voleurs et l ane » écrase la précédente clé « voleurs et l'ane ».