Farai un vers pos mi sonelh

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Les chansons de Guillaume IX
Paris, H. Champion (p. 32-37).

V. — Farai un vers, pos mi somelh[1]

Farai un vers, pos mi somelh,
E.m vauc e m’estauc al solelh ;
Domnas i a de mal conselh,
E sai dir cals :
Cellas c’amor de cavalier
Tornon a mals.


Domna fai gran pechat mortal
Qe no ama cavalier leal :
Mas si es monges o clergal,
Non a raizo :
Per dreg la deuri’ hom cremar
Ab un tezo.

En Alvernhe, part Lemozi,
M’en aniey totz sols a tapi :
Trobei la moller d’en Guari
E d’en Bernart ;
Saluderon mi simplamentz
Per sant Lanart.
 
La una.m diz en son latin :
« E Dieus vos salf, don pelerin :
Mout mi semblatz de bel aizin,
Mon escient ;
Mas trop vezem anar pel mon
De folla gent. »


Ar auzires qu’ai respondut ;
Anc no li diz ni bat ni but,
Ni fer ni fust no ai mentaugut, 27
Mas sol aitan :
« Babariol, babariol,
Babarian. »
 
So diz n’Agnes a n’Ermessen :
« Trobat avem que anam queren.
Sor, per amor Deu, l’alberguem, 33
Qe ben es mutz,
E ja per lui nostre conselh
Non er saubutz. »

Launa.m pres sotz son mantel,
Menet m’en sa cambra, al fornel.
Sapchatz qu’a mi fo bon e bel,
E · l focs fo bos,
Et eu calfei me volentiers
Als gros carbos.

A manjar mi deron capos,

E apchatz ac i mais de dos,
E no.i ac cog ni cogastros,
Mas sol nos tres,
E · l pans fo blanc e.l vins fo bos
E · l pebr’  espes.
 
« Sor, aquest hom es enginhos,
E laissa lo parlar per nos :
Nos aportem nostre gai ros
De mantenent,
Qe.l fara parlar az estros,
Si de re.nz ment. »
 
N’Agnes anet per l’enujos,
E fo granz et ag loncz guinhos ;
Et eu, can lo vi entre nos,
Aig rfespavent,
Q’à panc non perdei la valor
E l’ardiment.
 
Qant aguem begut e manjat,
Eu mi despoillei a lor grat.

Detras m’aporteron lo gat
Mal e felon ;
La una.l tira del costat
Tro al tallon.

Per la coa ; de mantenen,
Tira.l gat et el escoissen :
Plajas mi feron mais de cen
Aqella ves ;
Mas eu no.m mogra ges enguers,
Qui m’ausizes.
 
« Sor, diz n’Agnes a n’Ermessen,
Mutz es, qe ben es conoissen ;
Sor, del banh nos apareillem
E del sojorn. »
Ueit jorns ez encar mais estei
En aquel forn.
 
Tant las fotei com auzirets :
Cen e quatre vint et ueit vetz,
Q’a pauc no.i rompei mos coretz
E mos arnes ;

E no.us puesc dir lo malaveg
Tan gran m’en pres.
 
ges no.us sai dir lo malaveg
Tan gran m’en pres.

  1. V, 1. — Je ferai un « vers », puisque je suis endormi et que je marche, tout en restant au soleil. Il y a des dames pleines de mauvais desseins, et je puis vous dire qui elles sont : ce sont celles qui tournent à mal (méprisent) l’amour des chevaliers.

    II. — Elle fait un grand péché, un péché mortel, la dame qui n’aime pas un loyal chevalier ; si celui qu’elle aime est un moine ou un clerc, elle a tort : on devrait la brûler sur des tisons ardents.

    III. — En Auvergne, de l’autre côté du Limousin, je m’en allais, seul et sans bruit, quand je rencontrai la femme de sire Garin et celle de sire Bernard ; elle me saluèrent aimablement, au nom de saint Léonard.

    IV. — L’une me dit en son langage : « Dieu vous soit en aide. sire pèlerin ; vous me semblez de fort bonne race ; mais nous voyons aller par le monde bien des fous. »

    V. — Or, sachez ce que je lui répondis ; je ne lui dis ni « bat » ni « but », je ne lui parlai ni d’outil ni de manche, mais lui dis seulement : « Babariol, babariol, babarian. »

    VI. — Alors, Agnès dit à Ermessen : « Nous avons trouvé ce que nous cherchons. Ma sœur, pour l’amour de Dieu, hébergeons-le, car il est vraiment muet : jamais par lui notre conduite ne sera connue. »

    VII. — L’une me prit sous son manteau et me mena dans sa chambre, près du fourneau. Sachez que cela me plut fort ; le feu était bon, et je me chauffai volontiers auprès des gros charbons.

    VIII. — Elles me firent manger des chapons ; sachez qu’il y en avait plus de deux. Il n’y avait là ni cuisinier ni marmitons, mais nous trois seulement ; le pain était blanc, le vin bon et le poivre en abondance.

    IX. — « Sœur, cet homme est perfide et se retient de parler à cause de nous : apportons tout de suite notre chat roux, qui le fera parler sans retard, s’il essaie de nous tromper. »

    X. — Agnès alla chercher la déplaisante créature : il était gros et avait de longues moustaches. Quand je le vis entre nous, j’en eus peur, et peu s’en fallut que je ne perdisse ma valeur et ma hardiesse.

    XI. — Quand nous eûmes bu et mangé, je me dévêtis à leur volonté. Derrière moi elles apportèrent le chat méchant et félon, et l’une le tira le long de mes côtes jusqu’au talon.

    XII. — Par la queue, sans retard, elle tire le chat, et lui [me] griffe ; je reçus ce jour-là plus de cent plaies ; mais je n’eusse pas bougé, quand on eût dû me tuer,

    XIII. — « Sœur, dit Agnès à Ermessen, il est vraiment muet, c’est visible. Préparons donc le bain et songeons à nous donner du bon temps. » Huit jours et davantage je restai en ce lieu.

    XIV. — · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

    XV . — · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·