Franck - Dictionnaire des sciences philosophiques/2e éd., 1875/Acte

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Dictionnaire des sciences philosophiques
par une société de professeurs et de savants
◄  Acron
Activité  ►

ACTE. La signification vulgaire de ce mot n’a pas besoin d’être définie ; mais il est employé par Aristote avec un sens spécial et rigoureux qu’il importe de préciser.

Nous voyons les objets passer d’un contraire à l’autre, du chaud au froid ; mais ce n’est pas le contraire qui devient son contraire, le chaud qui devient froid. Il y a nécessairement quelque chose en quoi le changement s’opère ; nécessairement aussi ce quelque chose avait les deux contraires en puissance et était indifférent à l’un et à l’au­tre. Ce quelque chose c’est la matière qui ne se distingue pas de la puissance. Mais pouvoir, ce n’est pas agir ; être en puissance froid ou chaud, ce n’est pas être froid ou chaud. Pour être froid ou chaud, la puissance a besoin d’être réalisée, et lorsqu’elle est réalisée le froid ou le chaud est, non plus en puissance, mais en acte ; de sorte que l’acte et la puissance s’excluent mutuelle­ment. Lorsqu’une chose est en puissance, elle n’est pas en acte ; lorsqu’elle est en acte, elle n’est plus en puissance. L’acte n’est cependant pas la réalisation de la puissance, mais la fin de la puissance qui se réalisé. La réalisation de la puissance est le passage de la puissance à l’acte, ce qu’Aristote appelle le mouvement.

Voy. Aristote, Actuel. A. L.