Franck - Dictionnaire des sciences philosophiques/2e éd., 1875/Alcuin

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Dictionnaire des sciences philosophiques
par une société de professeurs et de savants

ALCUIN {Flaccus Albinus Alcuinus), né, sui­vant les conjectures les plus probables, dans le Yorkshire, vers 735, fut élevé dans l’école du mo­nastère d’York, sous les yeux de l’archevêque Egbcrg. Quelques historiens pensent qu’il a reçu des leçons de Bède le Vénérable ; mais comme il ne le nomme jamais parmi ses maîtres, cette opi­nion, qui d’ailleurs s’accorde difficilement avec la chronologie, n’est pas en général admise. On présume qu’il était abbé de Cantorbéry, lorsqu’en 780, au retour d’un voyage entrepris à Rome par les ordres du nouvel archevêque d’York, Eanbald, il rencontra Charlemagne à Parme, et sur ses pressantes sollicitations, consentit à venir se fixer en France. Charlemagne, qui cherchait alors les moyens de ranimer dans son royaume la culture intellectuelle à peu près éteinte, ne pouvait trou­ver, pour l’exécution de ses projets, un ministre plus éclairé et plus actif. Par ses conseils et sous la direction d’Alcuin, on s’occupa de recueillir et de reviser les.manuscrits de la littérature latine ; les vieilles écoles de la Gaule furent restaurées ; de nouvelles s’établirent près des monastères de Tours, de Fulde, de Ferrières, de Fontenelle ; landis qu’aux portes mêmes du palais impérial, i 1 organisait un enseignement régulier, destiné au prince et aux membres de sa famille. Ces diverses occupations ne l’empêchaient pas de se livrer à d’autres soins et de prendre part aux disputes théologiques. Elispand, archevêque de Tolède, et Félix, évêque d’Urgel, ayant avancé des opinions hétérodoxes sur la distinction des deux natures en J. C., il composa un livre pour les réfuter, et assista aux conciles de Francfort (794) et d’Aix la-Chapelle (799), où leur doctrine fut condamnée. Cependant une vie aussi active, peut-être même l’amitié importune du prince, finirent à la longue par le lasser. Il insista vivement pour obtenir la permission de quitter la cour, et Charlemagne la lui ayant accordée en l’année 800, il se retira à Tours, dans l’abbaye de Saint-Martin, qu’il tenait de la munificence impériale. Ce fut dans cette retraite qu’il termina ses jours en 804, âgé de soixante-dix ans.

Le nom d’Alcuin appartient moins à l’histoire de la philosophie qu’à celle de l’Église et à l’his­toire générale de la civilisation. Cependant on distingue dans la collection de ses œuvres quelques traités qui sont consacrés aux matières philoso­phiques, comme un opuscule, de Ratione animez un autre, de Virtutibus et vitiis, et des dialogues sur la grammaire, la rhétorique et la dialectique. La méthode y mangue d’originalité comme le fond qui est emprunte presque tout entier à Boëce et aux Pères ; mais le style en est généralement supérieur, par la précision, à celui des écrivains de cet âge. Quelquefois même Alcuin parvient, par la finesse du tour, à s’approprier les idées de ses modèles, comme dans le passage suivant. Après avoir dit que l’âme possède l’intelligence, la volonté et la mémoire, « ces trois facultés, con— tinue-t-il, ne constituent pas trois vies, mais une vie ; ni trois pensées, mais une pensee ; ni trois substances, mais une substance… Elles sont trois en tant qu’on les considère dans leurs rapports ex­térieurs. La mémoire est la mémoire de quelque chose ; l’intelligence est l’intelligence de quelque chose ; la volonté est la volonté de quelque chose, et elles se distinguent en cela. Cependant il y a en elles une certaine unité. Je pense que je pense, que je veux et que je me souviens ; je veux pen­ser et me souvenir et vouloir ; je me souviens que j’ai pensé et voulu et que je me suis souvenu ; et ainsi ces trois facultés se réunissent en une seule {de Rat. animœ, Opp., t. II). » Ajoutons que chez Alcuin l’esprit théologique ne règne pas seul ; que si les Pères, S. Jérôme, S. Augustin, lui sont familiers, Pythagore, Aristote, Platon, Homère, Virgile, Pline reviennent aussi dans sa mémoire ; qu’en lui enfin, comme l’a remarqué M. Guizot, commence l’alliance de ces deux élé­ments dont l’esprit moderne a si longtemps porté l’incohérente empreinte, l’antiquité et l’Eglise, le goût, le regret de là société païenne, et la sincé­rité de la foi chrétienne, l’ardeur à étudier ses mystères et à défendre son pouvoir.

Les œuvres d’Alcuin ont été réunies par André Duchesne, in-f°, Paris, 1617, et par le chanoine Frobben, 2 vol. in-f°, Ratisbonne, 1777. Cette se­conde édition est beaucoup plus complète et plus soignée que la première qui ne renferme pas le livre de Ratione animœ, et qui attribue à Alcuin un traité des Arts libéraux de Cassiodore. On peut consulter sur la vie et les ouvrages d’Alcuin, Ma— billon, Acta sanctorum ord. S. Benedicti, t. V ; Histoire littéraire de France, t. IV ; une leçon de M. Guizot, Histoire de la civilisation en France, t. II ; et une savante monographie de M. MonnierJ Alcuin. Paris, 1853, in-8.C. J.