Grand Traité d’instrumentation et d’orchestration modernes/Le Tambour

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LE TAMBOUR.

Les Tambours proprement dits, appelés aussi Caisses claires, sont rarement bien placés ailleurs que dans les grands orchestres d’instruments à vent. Leur effet est d’autant meilleur et s’ennoblit d’autant plus qu’ils sont en plus grand nombre, un seul tambour, surtout quand il figure au milieu d’un orchestre ordinaire, m’a toujours paru mesquin et vulgaire. Disons cependant que M. Meyerbeer a su tirer une sonorité particulière et terrible de l’association d’un tambour avec les timbales pour le fameux roulement en crescendo de la bénédiction des poignards, dans les Huguenots. Mais huit, dix et douze tambours et plus, exécutant dans une marche militaire des accompagnements rhythmés ou des crescendo en roulements, peuvent être pour les instruments à vent de magnifiques et puissants auxiliaire. De simples rhythmes sans mélodie, ni harmonie, ni tonalité, ni rien de ce qui constitue réellement la musique, destinés seulement à marquer le pas des soldats, deviennent entraînants, exécutés par une masse de quarante ou cinquante tambours seuls. Et c’est peut être l’occasion de signaler le charme singulier autant que réel qui résulte pour l’oreille de la multiplicité des unissons, où de la reproduction simultanée par un très grand nombre d’instruments de même nature, du bruit quelconque qu’ils produisent. Ainsi, on peut avoir remarqué ceci en assistant aux exercices des soldats d’infanterie : aux commandements de porter et de déposer les armes, la petite crépitation des capucines du fusil et le coup sourd de la crosse tombant sur la terre ne signifient rien d’aucune manière quand un, ou deux, ou trois, ou même dix et vingt hommes les font entendre ; mais que la manœuvre soit exécutée par mille hommes, et aussitôt ces mille unissons d’un bruit insignifiant par lui même donneront un ensemble brillant qui attire et captive involontairement l’attention, qui plait, et dans lequel je trouve même quelques vagues et secrètes harmonies.

On emploie les tambours voilés comme les timbales, mais, au lieu de couvrir la peau d’un morceau de drap, les exécutans se contentent souvent de lâcher les cordes du timbre, ou de passer une courroie entre elles et la peau inférieure, de manière à en empêcher les vibrations. Les tambours prennent alors un son mat et sourd, assez analogue à celui qu’on produirait en voilant la peau supérieure et qui les rend propres seulement aux compositions d’un caractère funèbre ou terrible.