Grand dictionnaire universel du XIXe siècle/Restaut (Pierre)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Administration du grand dictionnaire universel (13, part. 3p. 1057).
◄  Restaurer
Reste  ►

RESTAUT (Pierre), grammairien français, né à Beauvais en 1696, mort à Paris en 1764. C’était un esprit sagace, studieux, logique, un homme d’un caractère honorable et qui sut se concilier l’estime générale. Restaut abandonna la carrière de l’enseignement pour étudier le droit. Pourvu de la charge d’avocat au conseil du roi en 1740, d’Aguesseau l’en félicita de la manière la plus honorable, en lui exprimant le désir de trouver souvent de pareils sujets pour cette compagnie. Sans négliger les soins de sa profession, Restaut trouvait le temps de cultiver les lettres, les sciences et les arts. C’était là. son délassement et son bonheur. Il a publié, sous le titre de Principes généraux et raisonnes de la grammaire française (1739, in-12), le premier ouvrage vraiment élémentaire qui ait été fait pour l’étude de notre langue. Il en fit paraître lui-même un Abrégé en 1732. Ces deux livres, composés d’après les vœux du célèbre Rollin, adoptés par l’Université et pour l’éducation des enfants de France, eurent un succès qui se soutint pendant un siècle. On les réimprimait encore en Belgique et dans nos provinces sous l’Empire et la Restauration ; la dernière édition des Principes généraux est de Lyon (1817) ; celle de l’Abrégé est d’Alais (1824). Ils sont tout à fait abandonnés aujourd’hui. Restaut avait adopté la méthode par demandes et par réponses, la forme des déclinaisons latines et mêlé la syntaxe à la partie élémentaire. Il publia en outre : Vraie méthode pour enseigner à lire (1759) et une nouvelle édition du Traité de l’orthographe françoise en forme de dictionnaire (1752, in-8°), livre connu sous le nom de Dictionnaire de Poitiers, dû. À Ch. Leroy, prote dans une imprimerie de cette ville, et dont la première édition avait paru en 1739. On doit encore à Restaut, janséniste zélé, une traduction du latin d’une satire violente d’Inchoffer contre les jésuites, la Monarchie des Solipses (1754, in-12).