Grand dictionnaire universel du XIXe siècle/atlas colonial, par henri mager (supplément 2)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Index Général A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Administration du grand dictionnaire universel (17, part. 1p. 390).

Atlas colonial, par Henri Mager (Paris, 1885, ii)-4°). Cet ouvrage est le premier recueil cartographique que nous ayons eu sur nos colonies. Il contient la carte de nos possessions les plus récentes (comme Obock et le Congo), ou les plus inconnues (comme les lies Kerguelen et le rocher Clipperton), en même temps que celles des pays placés sous notre protectorat. Cela constitue déjà une réunion précieuse de documents ; mais M. Mager ne s’est pas borné à mettre sous nos yeux d’excellentes cartes ; il s’est, de plus, adressé à des spécialistes pour obtenir d’eux des notices et sur nos colonies, et sur la plupart des sujets propres à intéresser les études coloniales. Le général Faidherba s’est donc occupé du Sénégal ; Grandidier et de Mahy, de Madagascar ; Isaac, de la Guadeloupe ; Harmand, de l’Indo-Chine ; Jean Dupuis, du Tonkin ; Le Myre de Villers, de la Cochinchine ; Dutreuil de Rhins, du Congo ; Soleillet, d’Obook, etc. Ces noms suffisent à montrer que chaque notice a pour auteur un écrivain d’une parfaite compétence.

À côté des études particulières à chacune de nos possessions, d’autres collaborateurs ont traité avec autorité un certain nombre de généralisations. M. Paul Bert examine, sous toutes ses faces, ce qu’il appelle l’Esprit colonisateur ; M. Gaffarel embrasse, d’une vue d’ensemble, l’Histoire de la colonisation ; M. Levasseur nous entretient du Commerce de la France avec ses colauies ; M. de Lesseps nous parle des Grandes voies de communication, et l’amiral Aube nous expose ses idées sur la Défense des colonies comparée à la défense nationale.