100%.png

Hélène au cheval

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Inscriptions lues au soir tombant
La Cité des eauxMercure de France (p. 168-169).


HÉLÈNE AU CHEVAL


 
Le cheval gigantesque est debout ; un grand rire
L’entoure. Entends grincer le câble qui le tire,
Et la foule le traîne et le pousse au jarret.
Un dard qui vibre encor tremble à son flanc secret,
Et quel mystère noir lui gonfle ainsi la panse ?
Obèse et monstrueux, il oscille et s’avance.
Et chacun rit tout haut de la bête de bois.
Le seul Laocoon a maudit par trois fois
Le don douteux du Grec que le Troyen rapporte
Et l’a frappé d’un trait quand il passa la porte
À peine haute assez pour son échine, au bruit
Des boucliers d’airain que heurtaient devant lui

Les guerriers, lance au poing et le glaive à la hanche.
En le voyant, Priam rit dans sa barbe blanche
Et svelte, et souriante, et belle, s’avançant
Droit au monstre stupide, immobile et pesant,
Qui, muet, la regarde à lui venir, Hélène
Vers les rouges naseaux lève ses deux mains pleines
L’une de blé de cuivre et l’autre d’orge d’or.
Mais la vaste rumeur qui dilate et qui tord
Du remous de sa danse et du cri de sa joie,
Les femmes, les enfants et les hommes de Troie
L’empêche en s’approchant d’entendre au ventre obscur
Sourdre le stratagème et le fléau futur,
Et, d’un brusque sursaut de la Bête applaudie,
Le meurtre s’ébrouer et hennir l’incendie.