Habakuk - Crampon

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Habakuk
Version Chanoine Crampon - 1923


Note de Wikisource


Ce texte de la Bible dans la traduction d’Augustin Crampon, édition révisée de 1923, comporte quelques déviations et inexactitudes. Il est remplacé par un texte dont la conformité à l’édition papier a été contrôlée, et le lecteur est invité à s’y référer : Bible Crampon 1923.


Chapitre 1[modifier]

  1. Sentence dont Habacuc, le prophète, eut la vision.
  2. Jusques à quand, Yahweh, t’implorerai-je, sans que tu m’entendes, crierai-je vers toi à la violence, sans que tu me délivres ?
  3. Pourquoi me fais-tu voir l’iniquité, et contemples-tu la souffrance ? La dévastation et la violence sont devant moi, il y a des querelles et la discorde s’élève ;
  4. à cause de cela la loi se meurt, et la justice ne voit plus le jour ; car le méchant circonvient le juste ; c’est pourquoi le droit sort faussé.
  5. Jetez les yeux sur les nations et regardez ; soyez étonnés, stupéfaits. Car je vais faire en vos jours une œuvre, que vous ne croiriez pas si on vous la racontait.
  6. Car voici que je suscite les Chaldéens, peuple féroce et impétueux, qui s’avance vers les larges espaces de la terre, pour s’emparer de demeures qui ne sont pas à lui.
  7. Il est terrible et formidable, et c’est de lui-même que vient son droit et sa grandeur.
  8. Ses chevaux sont plus légers que les léopards, plus ardents que les loups du soir. Ses cavaliers s’élancent, ses cavaliers viennent de loin, ils volent comme l’aigle pressé de dévorer.
  9. Tout ce peuple vient pour exercer la violence ; leurs regards avides se portent en avant ; il amasse les captifs comme du sable.
  10. Lui, il se moque des rois, et les princes sont sa risée ; il se rit de toutes les forteresses, il entasse de la poussière et les prend.
  11. Puis l’ouragan s’avance et passe ; et il se rend coupable ; sa force à lui, voilà son Dieu !
  12. N’es-tu pas dès le commencement, Yahweh mon Dieu, mon saint ? Nous ne mourrons pas. Yahweh, tu as établi ce peuple pour le droit, ô mon Rocher, tu l’as affermi pour châtier.
  13. Tes yeux sont trop purs pour voir le mal, et tu ne peux contempler la souffrance. Pourquoi regarderais-tu les perfides, et te tairais-tu, quand le méchant dévore un plus juste que lui ?
  14. Tu traiterais donc les hommes comme les poissons de la mer, comme les reptiles qui n’ont point de chef !...
  15. Il prend le tout à l’hameçon, il le tire avec son filet, le rassemble dans ses rets ; et c’est pourquoi il est dans la joie, il jubile.
  16. C’est pourquoi il sacrifie à son filet, et il offre de l’encens à ses rets ; - car par eux sa portion est grasse, et sa nourriture succulente.
  17. Continuera-t-il donc de vider son filet, et toujours égorgera-t-il sans pitié les nations !

Chapitre 2[modifier]

  1. Je veux me tenir à mon poste, et me placer sur la tour de garde ; et j’observerai pour voir ce que me dira Yahweh, et ce que je répondrai à la remontrance qui me sera faite.
  2. Et Yahweh me répondit et dit : Écris la vision et grave-la sur les tables, afin qu’on y lise couramment.
  3. Car il y a encore une vision pour un temps fixé ; elle se hâte vers son terme et ne mentira pas ; si elle tarde, attends-là, car elle arrivera certainement, elle ne manquera pas
  4. Celui dont l’âme s’enfle au-dedans de lui n’est pas dans le droit chemin ; mais le juste vivra par sa foi.
  5. Et de plus le vin est perfide ! L’homme arrogant ne subsistera pas, lui qui s’est fait un appétit large comme le schéol, qui, comme la mort, est insatiable ; il rassemble vers lui toutes les nations, et ramasse à lui tous les peuples.
  6. Est-ce que ceux-ci, eux tous, ne prononceront pas à son sujet des sentences, des fables et des énigmes à son adresse ? On dira : Malheur à qui amasse ce qui n’est pas à lui, -jusques à quand ? - à qui met sur soi un fardeau de gages !
  7. Tes créanciers ne se lèveront-ils pas soudain, tes bourreaux ne se réveilleront-ils pas, et ne deviendras-tu pas leur proie ?
  8. Parce que tu as dépouillé beaucoup de nations, tous les peuples qui restent te dépouilleront, à cause du sang humain répandu, des violences faites à la terre, à la ville et à tous ses habitants.
  9. Malheur à qui amasse pour sa maison des gains iniques, afin de placer son nid bien haut, pour échapper à l’atteinte du malheur !
  10. Tu as médité la honte de ta maison ; en détruisant beaucoup de peuples, tu as péché contre toi-même.
  11. Car la pierre criera de la muraille, et la poutre lui répondra de la charpente.
  12. Malheur à qui bâtit une ville dans le sang, et fonde une cité sur l’injustice !
  13. N’est-ce pas, ceci, la volonté de Yahweh des armées que les peuples travaillent pour le feu, et que les nations se fatiguent pour le néant ?
  14. Car la terre sera remplie de la connaissance de la gloire de Yahweh, comme les eaux recouvrent le fond de la mer.
  15. Malheur à qui fait boire son prochain, à toi qui lui verses ta fureur jusqu’à l’enivrer, pour regarder sa nudité !
  16. Tu t’es rassasié d’opprobre, au lieu de gloire ; bois, toi aussi, et montre ton incirconcision ; la coupe de la droite de Yahweh se retournera sur toi ; l’ignominie couvrira ta gloire.
  17. Car la violence faite au Liban retombera sur toi, ainsi que la destruction des animaux frappés d’épouvante, à cause du sang humain répandu, des violences faites à la terre, à la ville et à tous ses habitants.
  18. A quoi sert l’image taillée, pour elle son auteur la taille, l’idole de fonte, et l’oracle de mensonge, pour que l’auteur de cet ouvrage se confie en lui, en façonnant des divinités silencieuses ?
  19. Malheur à qui dit au bois : "Lève-toi !" "Réveille-toi !" à la pierre muette. Enseignera-t-elle ?... Voici qu’elle est plaquée d’or et d’argent, et il n’y a pas au dedans d’elle un souffle de vie.
  20. Mais Yahweh est dans son saint temple ; tais-toi, devant lui, ô terre toute entière !

Chapitre 3[modifier]

  1. Prière d’Habacuc le prophète. Sur le mode dithyrambique.
  2. Yahweh, j’ai entendu ce que tu as fait entendre, je suis saisi de crainte, Yahweh ! Ton œuvre, dans le cours des âges, fais-la vivre ; dans le cours des âges fais-la connaître ! Dans ta colère, souviens-toi d’avoir pitié.
  3. Dieu vient de Théman, et le Saint de la montagne de Pharan (Séla). Sa majesté a couvert les cieux, et la terre a été remplie de sa gloire.
  4. C’est un éclat comme la lumière du soleil levant ; des rayons partent de ses mains ; là se cache sa puissance.
  5. Devant lui marche la mortalité, et la fièvre brûlante est sur ses pas.
  6. Il s’est arrêté et a fait trembler la terre, il a regardé et a secoué les nations ; les montagnes éternelles se sont brisées, les collines antiques se sont affaissées ; Il suit ses voies d’autrefois.
  7. J’ai vu dans la détresse les tentes de Cuschan ; les pavillons de la terre de Moab frémissent.
  8. Est-ce contre des fleuves que Yahweh s’est irrité ? Ou bien est-ce contre les fleuves que s’enflamme ta colère ; contre la mer que se déchaîne ta fureur, lorsque tu montes sur tes chevaux, sur tes chars de délivrance ?
  9. A nu ton arc se découvre ; tes traits sont les serments que tu as prononcés (Séla). En torrents tu fends la terre.
  10. Les montagnes t’ont vu et tremblent ; une trombe d’eau a passé ; l’abîme a fait entendre sa voix, il tend ses mains en haut.
  11. Le soleil et la lune sont restés dans leur demeure ; on marche à la clarté de tes flèches à la lueur des éclairs de ta lance.
  12. Tu parcours la terre avec fureur, tu foules les nations avec colère.
  13. Tu es sorti pour la délivrance de ton peuple ; pour la délivrance de ton Oint ; tu as brisé le faîte de la maison du méchant, mettant à nu les fondements jusqu’en bas (Sela).
  14. Tu as percé de ses propres traits le chef de ses bandes, qui se précipitaient pour me disperser, en poussant des cris de joie, comme s’ils allaient dévorer le malheureux dans leur repaire.
  15. Tu foules la mer sous les pieds de tes chevaux, l’amas des grandes eaux.
  16. J’ai entendu, et mes entrailles se sont émues ; à cette voix mes lèvres frémissent, la carie entre dans mes os, mes genoux tremblent sous moi, de ce que je dois attendre en repos le jour de détresse ; où l’ennemi montera contre un peuple pour l’opprimer.
  17. Car alors le figuier ne fleurira pas, il n’y aura rien à récolter dans les vignes ; le fruit de l’olivier manquera, et les champs ne donneront pas de nourriture ; la brebis disparaîtra de la bergerie, et il n’y aura plus de bœufs dans les étables.
  18. Et moi, je veux me réjouir en Yahweh, tressaillir de joie dans le Dieu de mon salut.
  19. Yahweh, le Seigneur, est ma force ; il rend mes pieds pareils à ceux des biches, et me fait marcher sur mes lieux élevés. Au chef des chantres, sur mes instruments à cordes.