Texte validé

Haillons/Bête sournoise

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

HaillonsE. Sansot & Cie (p. 60-61).

BÊTE SOURNOISE



Mon mal insinuant est la bête qui ronge,
Qui ronge et se repaît insatiablement ;
Et mon mal se blottit pour guetter le moment
Où se croit délivré l’essor triste du songe.

Je crois tout oublier de l’ancienne rancœur…
Dans la splendeur du soir mon âme se pavoise
De l’or des étendards… Mais la bête sournoise
M’enfonce lentement ses griffes dans le cœur.


Jamais ne s’adoucit un peu, ni ne s’arrête
La volonté du mal dans ses regards ardents…
Mon cœur garde toujours l’empreinte de tes dents,
Ô chagrin d’autrefois, vile et puante bête !