100%.png

Histoire de France (Jules Michelet)/édition 1893/Moyen Âge/Livre 4/Chapitre 1er

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Œuvres complètes de J. Michelet
(Histoire de France, édition 1893p. ch. 1-125).

LIVRE IV


CHAPITRE PREMIER

L’an 1000. Le roi de France et le pape français. Robert et Gerbert. — France féodale.

Cette vaste révélation de la France, que nous venons d’indiquer dans l’espace, et que nous allons suivre dans le temps, elle commence au dixième siècle, à l’avènement des Capets. Chaque province a dès lors son histoire ; chacune prend une voix, et se raconte elle-même. Cet immense concert de voix naïves et barbares, comme un chant d’église dans une sombre cathédrale pendant la nuit de Noël, est d’abord âpre et discordant. On y trouve des accents étranges, des voix grotesques, terribles, à peine humaines ; et vous douteriez quelquefois si c’est la naissance du Sauveur, ou la Fête des fous, la Fête de l’âne. Fantastique et bizarre harmonie, à quoi rien ne ressemble, où l’on croit entendre à la fois tout cantique, et des Dies iræ, et des Alléluia.

C’était une croyance universelle au moyen âge, que le monde devait finir avec l’an 1000 de l’Incarnation[1]. Avant le christianisme, les Étrusques aussi avaient fixé leur terme à dix siècles, et la prédiction s’était accomplie. Le christianisme, passager sur cette terre, hôte exilé du ciel, devait adopter aisément ces croyances. Le monde du moyen âge n’avait pas la régularité extérieure de la cité antique, et il était bien difficile d’en discerner l’ordre intime et profond. Ce monde ne voyait que chaos en soi ; il aspirait à l’ordre, et l’espérait dans la mort. D’ailleurs, en ces temps de miracles et de légendes, où tout apparaissait bizarrement coloré comme à travers de sombres vitraux, on pouvait douter que cette réalité visible fût autre chose qu’un songe. Les merveilles composaient la vie commune. L’armée d’Othon avait bien vu le soleil en défaillance et jaune comme du safran[2]. Le roi Robert, excommunié pour avoir épousé sa parente, avait, à l’accouchement de la reine, reçu dans ses bras un monstre. Le diable ne prenait plus la peine de se cacher : on l’avait vu à Rome se présenter solennellement devant un pape magicien. Au milieu de tant d’apparitions, de visions, de voix étranges, parmi les miracles de Dieu et les prestiges du démon, qui pouvait dire si la terre n’allait pas un matin se résoudre en fumée, au son de la fatale trompette ? Il eût bien pu se faire alors que ce que nous appelons la vie fût en effet la mort, et qu’en finissant, le monde, comme ce saint du Légendaire, commençât de vivre et cessât de mourir. « Et tunc vivere incepit, morique desiit. »

Cette fin d’un monde si triste était tout ensemble l’espoir et l’effroi du moyen âge. Voyez ces vieilles statues dans les cathédrales du dixième et du onzième siècle, maigres, muettes et grimaçantes dans leur roideur contractée, l’air souffrant comme la vie, et laides comme la mort. Voyez comme elles implorent, les mains jointes, ce moment souhaité et terrible, cette seconde mort de la résurrection, qui doit les faire sortir de leurs ineffables tristesses et les faire passer du néant à l’être, du tombeau en Dieu. C’est l’image de ce pauvre monde sans espoir après tant de ruines. L’empire romain avait croulé, celui de Charlemagne s’en était allé aussi ; le christianisme avait cru d’abord pouvoir remédier aux maux d’ici-bas, et ils continuaient. Malheur sur malheur, ruine sur ruine. Il fallait bien qu’il vînt autre chose, et l’on attendait. Le captif attendait dans le noir donjon, dans le sépulcral in-pace ; le serf attendait sur son sillon, à l’ombre de l’odieuse tour ; le moine attendait, dans les abstinences du cloître, dans les tumultes solitaires du cœur, au milieu des tentations et des chutes, des remords et des visions étranges, misérable jouet du diable qui folâtrait cruellement autour de lui, et qui le soir, tirant sa couverture, lui disait gaiement à l’oreille : « Tu es damné[3] ! »

Tous souhaitaient sortir de peine, et n’importe à quel prix ! Il leur valait mieux tomber une fois entre les mains de Dieu et reposer à jamais, fût-ce dans une couche ardente. Il devait d’ailleurs avoir aussi son charme, ce moment où l’aiguë et déchirante trompette de l’archange percerait l’oreille des tyrans. Alors, du donjon, du cloître, du sillon, un rire terrible eût éclaté au milieu des pleurs.

Cet effroyable espoir du jugement dernier s’accrut dans les calamités qui précédèrent l’an 1000, ou suivirent de près. Il semblait que l’ordre des saisons se fût interverti, que les éléments suivissent des lois nouvelles. Une peste terrible désola l’Aquitaine ; la chair des malades semblait frappée par le feu, se détachait de leurs os, et tombait en pourriture. Ces misérables couvraient les routes des lieux de pèlerinage, assiégeaient les églises, particulièrement Saint-Martial, à Limoges ; ils s’étouffaient aux portes, et s’y entassaient. La puanteur qui entourait l’église ne pouvait les rebuter. La plupart des évêques du Midi s’y rendirent, et y firent porter les reliques de leurs églises. La foule augmentait, l’infection aussi ; ils mouraient sur les reliques des saints[4].

Ce fut encore pis quelques années après. La famine ravagea tout le monde depuis l’Orient, la Grèce, l’Italie, la France, l’Angleterre. « Le muid de blé, dit un contemporain[5], s’éleva à soixante sols d’or. Les riches maigrirent et pâlirent ; les pauvres rongèrent les racines des forêts ; plusieurs, chose horrible à dire, se laissèrent aller à dévorer des chairs humaines. Sur les chemins, les forts saisissaient les faibles, les déchiraient, les rôtissaient, les mangeaient. Quelques-uns présentaient à des enfants un œuf, un fruit, et les attiraient à l’écart pour les dévorer. Ce délire, cette rage alla au point que la bête était plus en sûreté que l’homme. Comme si c’eût été désormais une coutume établie de manger de la chair humaine, il y en eut un qui osa en étaler à vendre dans le marché de Tournus. Il ne nia point, et fut brûlé. Un autre alla pendant la nuit déterrer cette même chair, la mangea, et fut brûlé de même. »

« … Dans la forêt de Mâcon, près l’église de Saint-Jean de Castanedo, un misérable avait bâti une chaumière, où il égorgeait la nuit ceux qui lui demandaient l’hospitalité. Un homme y aperçut des ossements, et parvint à s’enfuir. On y trouva quarante-huit têtes d’hommes, de femmes et d’enfants. Le tourment de la faim était si affreux que plusieurs, tirant de la craie du fond de la terre, la mêlaient à la farine. Une autre calamité survint : c’est que les loups, alléchés par la multitude des cadavres sans sépulture, commencèrent à s’attaquer aux hommes. Alors les gens craignant Dieu ouvrirent des fosses, où le fils traînait le père, le frère son frère, la mère son fils, quand ils les voyaient défaillir ; et le survivant lui-même, désespérant de la vie, s’y jetait souvent après eux. Cependant les prélats des cités de la Gaule, s’étant assemblés en concile pour chercher remède à de tels maux, avisèrent que, puisqu’on ne pouvait alimenter tous ces affamés, on sustentât comme on pourrait ceux qui semblaient les plus robustes, de peur que la terre ne demeurât sans culture. »

Ces excessives misères brisèrent les cœurs et leur rendirent un peu de douceur et de pitié. Ils mirent le glaive dans le fourreau, tremblants eux-mêmes sous le glaive de Dieu. Ce n’était plus la peine de se battre, ni de faire la guerre pour cette terre maudite qu’on allait quitter. De vengeance, on n’en avait plus besoin ; chacun voyait bien que son ennemi, comme lui-même, avait peu à vivre. À l’occasion de la peste de Limoges, ils coururent de bon cœur aux pieds des évêques, et s’engagèrent à rester désormais paisibles, à respecter les églises, à ne plus infester les grands chemins, à ménager du moins ceux qui voyageraient sous la sauvegarde des prêtres ou des religieux. Pendant les jours saints de chaque semaine (du mercredi soir au lundi matin), toute guerre était interdite : c’est ce qu’on appela la paix, plus tard la trêve de Dieu[6].

Dans cet effroi général, la plupart ne trouvaient un peu de repos qu’à l’ombre des églises. Ils apportaient en foule, ils mettaient sur l’autel des donations de terres, de maisons, de serfs. Tous ces actes portent l’empreinte d’une même croyance : « Le soir du monde approche, disent-ils ; chaque jour entasse de nouvelles ruines ; moi, comte ou baron, j’ai donné à telle église pour le remède de mon âme… » Ou encore : « Considérant que le servage est contraire à la liberté chrétienne, j’affranchis un tel, mon serf de corps, lui, ses enfants et ses hoirs. »

Mais le plus souvent tout cela ne les rassurait point, ils aspiraient à quitter l’épée, le baudrier, tous les signes de la milice du siècle ; ils se réfugiaient parmi les moines et sous leur habit ; ils leur demandaient dans leurs couvents une toute petite place où se cacher. Ceux-ci n’avaient d’autre peine que d’empêcher les grands du monde, les ducs et les rois de devenir moines, ou frères convers. Guillaume Ier, duc de Normandie, aurait tout laissé pour se retirer à Jumièges, si l’abbé le lui eût permis. Au moins, il trouva moyen d’enlever un capuchon et une étamine, les emporta avec lui, les déposa dans un petit coffre, et en garda toujours la clef à sa ceinture[7]. Hugues Ier, duc de Bourgogne, et avant lui l’empereur Henri II, auraient bien voulu aussi se faire moines. Hugues en fut empêché par le pape. Henri, entrant dans l’église de l’abbaye de Saint-Vanne, à Verdun, s’était écrié avec le Psalmiste : « Voici le repos que j’ai choisi, et mon habitation aux siècles des siècles ! » Un religieux l’entendit, et avertit l’abbé. Celui-ci appela l’empereur dans le chapitre des moines, et lui demanda quelle était son intention. « Je veux, avec la grâce de Dieu, répondit-il en pleurant, renoncer à l’habit du siècle, revêtir le vôtre, et ne plus servir que Dieu avec vos frères. — Voulez-vous donc, reprit l’abbé, promettre, selon notre règle et à l’exemple de Jésus-Christ, l’obéissance jusqu’à la mort ? — Je le veux, reprit l’empereur. — Eh bien ! je vous reçois comme moine, dès ce jour j’accepte la charge de votre âme : et ce que j’ordonnerai, je veux que vous le fassiez avec la crainte du Seigneur. Or, je vous ordonne de retourner au gouvernement de l’empire que Dieu vous a confié, et de veiller de tout votre pouvoir, avec crainte et tremblement, au salut de tout le royaume[8]. » L’empereur, lié par son vœu, obéit à regret. Au reste, il était moine depuis longtemps ; il avait toujours vécu en frère avec sa femme. L’Église l’honore sous le nom de saint Henri.

Un autre saint, qu’elle n’a pas canonisé, est notre Robert, roi de France. « Robert, dit l’auteur de la Chronique de Saint-Bertin, était très pieux, sage et lettré, passablement philosophe et excellent musicien. Il composa la prose du Saint-Esprit : Adsit nobis gratia ; les rythmes Judea et Hierusalem, Concede nobis quæsumus, et Cornelius centurio, qu’il offrit, mis en musique et notés, sur l’autel de Saint-Pierre à Rome, de même que l’antiphone Eripe, et plusieurs autres belles choses. Il avait pour femme Constance, qui lui demanda un jour de faire quelque chose en mémoire d’elle ; il écrivit alors le rythme O constantia martyrum ! que la reine, à cause du nom de Constantia, crut avoir été fait pour elle. Le roi venait à l’église de Saint-Denis dans ses habits royaux, et couronné de sa couronne, pour diriger le chœur à matines, à vêpres et à la messe, chanter avec les moines et les défier au combat du chant. Aussi, comme il assiégeait certain château le jour de Saint-Hippolyte, pour qui il avait une dévotion particulière, il quitta le siège pour venir à Saint-Denis diriger le chœur pendant la messe ; et tandis qu’il chantait dévotement avec les moines Agnus Dei, clona nobis pacem, les murs du château tombèrent subitement, et l’armée du roi en prit possession ; ce que Robert attribua toujours aux mérites de saint Hippolyte[9]. »

« Un jour qu’il revenait de faire sa prière, où il avait, comme d’habitude, répandu une pluie de larmes, il trouva sa lance garnie par sa vaniteuse épouse d’ornements d’argent. Tout en considérant cette lance, il regardait s’il ne verrait pas dehors quelqu’un à qui cet argent fût nécessaire ; et trouvant un pauvre en haillons, il lui demande prudemment quelque outil pour ôter l’argent. Le pauvre ne savait ce qu’il en voulait faire ; mais le serviteur de Dieu lui dit d’en chercher au plus vite. Cependant il se livrait à la prière. L’autre revient avec un outil ; le roi et le pauvre s’enferment ensemble, et enlèvent l’argent de la lance, et le roi le met lui-même de ses saintes mains dans le sac du pauvre en lui recommandant, selon sa coutume, de bien prendre garde que sa femme ne le vît. Lorsque la reine vint, elle s’étonna fort de voir sa lance ainsi dépouillée ; et Robert jura par plaisanterie le nom du Seigneur qu’il ne savait comment cela s’était fait[10]. »

« Il avait une grande horreur pour le mensonge. Aussi, pour justifier ceux dont il recevait le serment, aussi bien que lui-même, il avait fait faire une châsse de cristal toute entourée d’or, où il eut soin de ne mettre aucune relique : c’est sur cette châsse qu’il faisait jurer ses grands, qui n’étaient point instruits de sa fraude pieuse. De même, il faisait jurer les gens du peuple sur une châsse où il avait mis un œuf. Oh ! avec quelle exactitude se rapportent à ce saint homme les paroles du Prophète : « Il habitera dans le tabernacle du Très-Haut, celui qui dit la vérité selon son cœur, celui dont la langue ne trompe pas, et qui n’a jamais fait de mal à son prochain[11] ! »

La charité de Robert s’étendait à tous les pécheurs. « Comme il soupait à Étampes, dans un château que Constance venait de lui bâtir, il ordonna d’ouvrir la porte à tous les pauvres. L’un d’eux vint se mettre aux pieds du roi, qui le nourrissait sous la table. Mais le pauvre, ne s’oubliant pas, lui coupa avec un couteau un ornement d’or de six onces qui pendait de ses genoux, et s’enfuit au plus vite. Lorsqu’on se leva de table, la reine vit son seigneur dépouillé, et, indignée, se laissa emporter contre le saint à des paroles violentes : « Quel ennemi de Dieu, bon seigneur, a déshonoré votre robe d’or ? — Personne, répondit-il, ne m’a déshonoré ; cela était sans doute plus nécessaire à celui qui l’a pris qu’à moi, et, Dieu aidant, lui profitera. » — Un autre voleur lui coupant la moitié de la frange de son manteau, Robert se retourna, et lui dit : « Va-t’en, va-t’en ; contente-toi de ce que tu as pris ; un autre aura besoin du reste. » Le voleur s’en alla tout confus. — Même indulgence pour ceux qui volaient les choses saintes. Un jour qu’il priait dans sa chapelle, il vit un clerc nommé Ogger qui montait furtivement à l’autel, posait un cierge par terre, et emportait le chandelier dans sa robe. Les clercs se troublent, qui auraient dû empêcher ce vol. Ils interrogent le seigneur roi, et il proteste qu’il n’a rien vu. Cela vint aux oreilles de la reine Constance ; enflammée de fureur, elle jure par l’âme de son père qu’elle fera arracher les yeux aux gardiens, s’ils ne rendent ce qu’on a volé au trésor du saint et du juste. Dès qu’il le sut, ce sanctuaire de piété, il appela le larron, et lui dit : « Ami Ogger, va-t’en d’ici, que mon inconstante Constance ne te mange pas. Ce que tu as te suffit pour arriver au pays de ta naissance. Que le Seigneur soit avec toi ! » Il lui donna même de l’argent pour faire sa route ; et quand il crut le voleur en sûreté, il dit gaiement aux siens : « Pourquoi tant vous tourmenter à la recherche de ce chandelier ? Le Seigneur l’a donné à son pauvre. » — Une autre fois enfin, comme il se relevait la nuit pour aller à l’église, il vit deux amants couchés dans un coin ; aussitôt il détacha une fourrure précieuse qu’il portait au cou et la jeta sur ces pécheurs. Puis il alla prier pour eux[12]. »

Telle fut la douceur et l’innocence du premier roi capétien. Je dis le premier roi ; car son père, Hugues-Capet[13], se défia de son droit, et ne voulut jamais porter la couronne : il lui suffit de porter la chape, comme abbé de Saint-Martin de Tours. C’est sous ce bon Robert que se passa cette terrible époque de l’an 1000 ; et il sembla que la colère divine fût désarmée par cet homme simple, en qui s’était comme incarnée la paix de Dieu. L’humanité se rassura et espéra durer encore un peu ; elle vit, comme Ézéchias, que le Seigneur voulait bien ajouter à ses jours. Elle se leva de son agonie, se remit à vivre, à travailler, à bâtir : à bâtir d’abord les églises de Dieu. « Près de trois ans après l’an 1000, dit Glaber, dans presque tout l’univers, surtout dans l’Italie et dans les Gaules, les basiliques des églises furent renouvelées, quoique la plupart fussent encore assez belles pour n’en avoir nul besoin. Et cependant les peuples chrétiens semblaient rivaliser à qui élèverait les plus magnifiques. On eût dit que le monde se secouait et dépouillait sa vieillesse, pour revêtir la robe blanche des églises[14]. »

Et en récompense il y eut d’innombrables miracles. Des révélations, des visions merveilleuses firent partout découvrir de saintes reliques, depuis longtemps enfouies, et cachées à tous les yeux : « Les saints vinrent réclamer les honneurs d’une résurrection sur la terre, et apparurent aux regards des fidèles, qu’ils remplirent de consolations[15]. » Le Seigneur lui-même descendit sur l’autel ; le dogme de la présence réelle, jusque-là obscur et caché à demi dans l’ombre, éclata dans la croyance des peuples : ce fut comme un flambeau d’immense poésie qui illumina, transfigura l’Occident et le Nord. « Tout cela se trouvait annoncé comme par un présage certain dans la position même de la croix du Seigneur quand le Sauveur y était suspendu sur le Calvaire. En effet, pendant que l’Orient avec ses peuples féroces était caché derrière la face du Sauveur, l’Occident, placé devant ses regards, recevait de ses yeux la lumière de la foi dont il devait être bientôt rempli. Sa droite toute-puissante, étendue pour le grand œuvre de miséricorde, montrait le Nord qui allait être adouci par l’effet de la parole divine, pendant que sa gauche tombait en partage aux nations barbares et tumultueuses du Midi[16]. »

La lutte de l’Occident et de l’Orient, cette grande idée qui vient de tomber en paroles enfantines de la bouche ignorante du moine, c’est la pensée de l’avenir et le mouvement de l’humanité. De grands signes éclatent, des multitudes d’hommes s’acheminent déjà un à un, et comme pèlerins, à Rome, au mont Cassin, à Jérusalem. Le premier pape français, Gerbert, proclame déjà la croisade ; sa belle lettre, où il appelle tous les princes au nom de la cité sainte[17], précède d’un siècle les prédications de Pierre-l’Ermite. Prêchée alors par un Français et sous un pape français, Urbain II, exécutée surtout par des Français, la grande entreprise commune du moyen âge, celle qui fit de tous les Francs une nation, elle nous appartiendra, elle révélera la profonde sociabilité de la France. Mais il faut encore un siècle, il faut que le monde s’assoie avant d’agir. En l’an 1000, un politique fonde la papauté, un saint fonde la royauté : je parle de deux Français, de Gerbert et de Robert.

Ce Gerbert, disent-ils, n’était pas moins qu’un magicien. Moine à Aurillac, chassé, réfugié à Barcelone, il se défroque pour aller étudier les lettres et l’algèbre à Cordoue. De là, à Rome ; le grand Othon le fait précepteur de son fils, de son petit-fils. Puis il professe aux fameuses écoles de Reims ; il a pour disciple notre bon roi Robert. Secrétaire et confident de l’archevêque, il le fait déposer, et obtient sa place par l’influence d’Hugues-Capet. Ce fut une grande chose pour les Capets d’avoir pour eux un tel homme ; s’ils aident à le faire archevêque, il aide à les faire rois.

Obligé de se retirer près d’Othon III, il devient archevêque de Ravenne, enfin pape. Il juge les grands, il nomme des rois (Hongrie, Pologne), donne des lois aux républiques ; il règne par le pontificat et par la science. Il prêche la croisade ; un astrologue a prédit qu’il ne mourra qu’à Jérusalem. Tout va bien ; mais un jour qu’il siégeait à Rome dans une chapelle qu’on appelait Jérusalem, le diable se présente et réclame le pape. C’est un marché qu’ils ont passé en Espagne chez les musulmans. Gerbert étudiait alors ; trouvant l’étude longue, il se donna au diable pour abréger. C’est de lui qu’il apprit la merveille des chiffres arabes, et l’algèbre, et l’art de construire une horloge, et l’art de se faire pape. Eût-il pu sans cela ? Il s’est donné ; donc il est à son maître. Le diable prouve, et puis l’emporte. « Tu ne savais pas que j’étais logicien ![18] »

Sauf leur amitié pour cet homme diabolique, il n’y eut dans les premiers Capets aucune méchanceté. Le bon Robert, indulgent et pieux, fut un roi homme, un roi peuple et moine. Les Capets passaient généralement pour une race plébéienne, Saxonne d’origine. Leur aïeul Robert-le-Fort avait défendu le pays contre les Normands ; Eudes combattit sans cesse les empereurs qui soutenaient les derniers Carlovingiens ; mais les rois qui suivent jusqu’à Louis-le-Gros n’ont rien de militaire. Les chroniques ne manquent pas de nous dire, à l’avènement de chacun de ces princes, qu’il était fort chevalereux ; nous voyons cependant qu’ils ne se soutiennent guère que par le secours des Normands et des évêques, surtout celui de Reims. Vraisemblablement les évêques payaient, les Normands combattaient pour eux. Ces princes, amis des prêtres, auxquels ils devaient leur grandeur, cherchaient sans doute par leur conseil à se rattacher au passé, et, par de lointaines alliances avec le monde grec, à primer les Carlovingiens en antiquité. Hugues-Capet demanda pour son fils la main d’une princesse de Constantinople[19]. Son petit-fils Henri ier épousa la fille du czar de Russie, princesse byzantine par une de ses aïeules, qui appartenait à la maison macédonienne. La prétention de cette maison était de remonter à Alexandre-le-Grand, à Philippe, et par eux à Hercule. Le roi de France appela son fils Philippe, et ce nom est resté jusqu’à nous commun parmi les Capets. Ces généalogies flattaient les traditions romanesques du moyen âge, qui expliquait à sa manière la parenté réelle des races indo-germaniques, en tirant les Francs des Troyens et les Saxons des Macédoniens, soldats d’Alexandre[20].

L’élévation de cette dynastie fut, comme nous l’avons dit, l’ouvrage des prêtres, auxquels Hugues-Capet rendit ses nombreuses abbayes ; l’ouvrage aussi du duc de Normandie, Richard-sans-Peur. Celui-ci, traité si mal dans son enfance par Louis-d’Outre-mer[21], plus d’une fois trahi par Lothaire, avait de bonnes raisons de haïr les Carlovingiens. Hugues-Capet était son pupille et son beau-frère. Il convenait d’ailleurs au Normand de se rattacher au parti ecclésiastique et à la dynastie que ce parti élevait ; il espérait sans doute y primer par l’épée. C’était de même l’espérance de la maison normande de Louis, Tours et Chartres ; ceux-ci, qui possédaient en outre les établissements éloignés de Provins, Meaux et Beauvais, descendaient d’un Thiébolt, selon quelques-uns parent de Rollon, mais lié avec le roi Eudes, comme Rollon avec Charles-le-Simple. Thiébolt avait épousé une sœur d’Eudes, s’était fait donner Tours, et avait acquis Chartres du vieux pirate Hastings[22]. Son fils, Thibault-le-Tricheur, épousa une fille d’Herbert de Vermandois, l’ennemi des Carlovingiens, et soutint les Capets contre les empereurs d’Allemagne. Rivaux jaloux des Normands de Normandie, les Normands de Blois refusèrent quelque temps de reconnaître Hugues-Capet, en haine de ceux qui l’avaient fait roi. Mais il les apaisa en faisant épouser à son fils, le roi Robert, la fameuse Berthe, veuve d’Eudes Ier de Blois (fils de Thibault-le-Tricheur). Cette veuve, héritière du royaume de Bourgogne par le roi Rodolphe, son frère, pouvait donner aux Capets quelques prétentions sur ce royaume, légué par Rodolphe à l’Empire. Aussi, le pape allemand, Grégoire V, créature des empereurs, saisit-il le prétexte d’une parenté éloignée pour forcer Robert de quitter sa femme et l’excommunier sur son refus. On connaît l’histoire ou la fable de l’abandon de Robert, délaissé de ses serviteurs, qui jetaient au feu tout ce qu’il avait touché, et la légende de Berthe qui accoucha d’un monstre. On voit au portail de plusieurs cathédrales la statue d’une reine qui a un pied d’oie, et qui semble désigner l’épouse de Robert[23]

Berthe avait eu du comte de Blois, son premier époux, un fils nommé Eudes, comme son père, et surnommé le Champenois, parce qu’il ajouta à ses vastes domaines une partie de la Brie et de la Champagne. Eudes osa entreprendre une guerre contre l’Empire. Il se mit en possession du royaume de Bourgogne, auquel il avait droit par sa mère ; il soumit tout jusqu’au Jura, et fut reçu dans Vienne. Appelé à la fois par la Lorraine et par l’Italie, qui le voulait pour roi[24], il prétendit relever l’ancien royaume d’Ostrasie. Il prit Bar, et marcha vers Aix-la-Chapelle, où il comptait se faire couronner aux fêtes de Noël. Mais le duc de Lorraine, le comte de Namur, les évêques de Liège et de Metz, tous les grands du pays vinrent à sa rencontre et le défirent. Tué en fuyant, il ne put être reconnu que par sa femme, qui retrouva sur son corps un signe caché[25] (1037).

Ses États, divisés dès lors en comtés de Blois et de Champagne, cessèrent de composer une puissance redoutable. Famille plus aimable que guerrière, poètes, pèlerins, croisés, les comtes de Blois et Champagne n’eurent ni l’esprit de suite ni la ténacité de leurs rivaux de Normandie et d’Anjou.

La maison d’Anjou n’était ni normande comme celles de Blois et de Normandie, ni saxonne comme les Capets, mais indigène. Elle désignait comme son premier auteur un Breton de Rennes, Tortulf, le fort chasseur[26]. Son fils se mit au service de Charles-le-Chauve, et combattit vaillamment les Normands ; il eut en récompense quelques terres dans le Gâtinais, et la fille du duc de Bourgogne. Ingelger, petit-fils de Tortulf, et les deux Foulques, qui vinrent ensuite, furent d’implacables ennemis des Normands de Blois et de Normandie, aussi bien que des Bretons, disputant aux premiers et aux seconds la Touraine et le Maine ; aux troisièmes ce qui s’étend d’Angers à Nantes. Plus unis et plus disciplinables que les Bretons ; plus vaillants que les Poitevins et Aquitains, les Angevins remportèrent au midi de grands avantages, s’étendirent de l’autre côté de la Loire, et poussèrent jusqu’à Saintes. Ils succédèrent à la prépondérance qu’avaient eue un instant les comtes de Blois et de Champagne. Quand le roi Robert fut obligé de quitter Berthe, veuve et mère de ces comtes, l’Angevin Foulques Nerra lui fit épouser sa nièce Constance, fille du comte de Toulouse[27]. Le frère de Foulques, Bouchard, était déjà comte de Paris, et possédait les châteaux importants de Melun et de Corbeil ; le fils de Bouchard devint évêque de Paris. Ainsi le bon Robert, dans la main des Angevins, docile à sa femme Constance et à son oncle Bouchard, put à son aise composer des hymnes et vaquer au lutrin. Hugues de Beauvais, un de ses serviteurs, qui essaya de rappeler Berthe, fut tué impunément sous ses yeux. Beauvais appartenait aux comtes de Blois, dont Berthe était la veuve et la mère. L’évêque de Chartres, Fulbert, écrivit à Foulques une lettre où il le désignait comme auteur de ce crime. Foulques, déjà fort mal avec l’Eglise pour les biens qu’il lui enlevait chaque jour, partit pour Rome avec une forte somme d’argent, acheta l’absolution du pape, fit un pèlerinage à Jérusalem, et bâtit au retour l’abbaye de Beaulieu près Loches : un légat la consacra, au refus des évêques. Toute la vie de ce méchant homme fut une alternative de victoires signalées, de crimes et de pèlerinages ; il alla trois fois à la terre sainte. La dernière fois, il revint à pied et mourut de fatigue à Metz. De ses deux femmes, il avait relégué l’une à Jérusalem et brûlé l’autre comme adultère. Mais il fonda une foule de monastères (Beaulieu, Saint-Nicolas d’Angers, etc.), bâtit force châteaux (Montrichard, Montbazon, Mirebeau, Château-Gonthier). On montre encore à Angers sa noire Tour du Diable. C’est le vrai fondateur de la puissance des comtes d’Anjou. Son fils, Geoffroy Martel, défit et tua le comte de Poitiers, prit celui de Blois et exigea la Touraine pour rançon. Il gouvernait aussi le Maine comme tuteur du jeune comte. Malgré ses discordes intérieures, la maison d’Anjou finit par prévaloir sur celle de Blois et Champagne. Toutes deux se lièrent par mariage aux Normands conquérants de l’Angleterre. Mais les comtes de Blois n’occupèrent le trône d’Angleterre qu’un instant, tandis que les Angevins le gardèrent du douzième au treizième siècle, sous le nom de Plantagenets[28], y joignirent quelque temps tout notre littoral de la Flandre aux Pyrénées, et faillirent y joindre la France.

L’Île-de-France et le roi, que les Angevins avaient eus quelque temps dans leurs mains, leur échappèrent de bonne heure. Dès l’an 1012, nous voyons l’Angevin Bouchard se retirer à l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés, et laisser Corbeil aux Normands. Ceux-ci dominent alors sous le nom du roi Robert, et essayent de lui donner la Bourgogne. Ce qui les eût rendus maîtres de tout le cours de la Seine. Le pauvre Robert qu’ils tenaient avec eux, voyant contre lui les évêques et les abbés de Bourgogne, leur demandait pardon de leur faire la guerre[29]. La liaison était ancienne entre les Capets et les ducs de Bourgogne. Le premier duc, Richard-le-Justicier, père de Boson, roi de Bourgogne cisjurane, eut pour fils Raoul, qui fit roi de France le duc Robert en l’an 922, et le fut ensuite lui-même ; puis un gendre de Richard fît passer le duché de Bourgogne à deux frères de Hugues-Capet. Le dernier de ces deux frères adopta le fils de sa femme, Otto-Guillaume, Lombard par son père, mais Bourguignon par sa mère. Cet Otto-Guillaume, fondateur de la maison de Franche-Comté, attaqué par les Normands et Robert, menacé d’un autre côté par l’empereur, qui réclamait le royaume de Bourgogne, fut obligé de renoncer au titre de duché. Je dis au titre, car les seigneurs étaient si puissants dans ce pays que la dignité ducale n’était guère alors qu’un vain nom. Le fils cadet de Robert, nommé comme lui, fut le premier duc capétien de Bourgogne (1032). On sait que cette maison donna des rois au Portugal, comme celle de Franche-Comté à la Castille.

À l’époque où les Angevins gouvernaient les Capétiens, sous Hugues-Capet et Robert, ils semblent avoir essayé de se servir d’eux contre le Poitou, comme les Normands s’en servirent ensuite contre la Bourgogne. Mais, malgré ce que l’on nous conte d’une prétendue victoire d’Hugues-Capet sur le comte de Poitou, le Midi resta fort indépendant du Nord. C’est même plutôt le Midi qui exerça quelque influence sur les mœurs et le gouvernement de la France septentrionale. Constance, fille du comte de Toulouse, nièce de celui d’Anjou, régna, comme on a vu, sous Robert. Pour prolonger cette domination après la mort de son mari (1031), elle voulait élever au trône son second fils Robert, au préjudice de l’aîné, Henri ; mais l’Église se déclara pour l’aîné. Les évêques de Reims, Laon, Soissons, Amiens, Noyon, Beauvais, Châlons, Troyes et Langres assistèrent à son sacre, ainsi que les comtes de Champagne et de Poitou. Le duc des Normands le prit sous sa protection, efforça Robert de se contenter du duché de Bourgogne. C’est la tige de cette première maison de Bourgogne qui fonda le royaume de Portugal. Toutefois le Normand ne donna la royauté à Henri qu’affaiblie et désarmée pour ainsi dire. Il se fit céder le Vexin, et se trouva ainsi établi à six lieues de Paris. Henri essaya en vain d’échapper à cette servitude et de reprendre le Vexin, à la faveur des révoltes qui eurent lieu contre le nouveau duc de Normandie, Guillaume-le-Bâtard. Ce Guillaume, dont nous parlerons tout au long dans le chapitre suivant, battit ses barons et battit le roi. Ce fut peut-être le salut de celui-ci, que le duc ait tourné contre l’Angleterre ses armes et sa politique.

Henri et son fils, Philippe Ier (1031-1108), restèrent spectateurs inertes et impuissants des grands événements qui bouleversèrent l’Europe sous leur règne. Ils ne prirent part ni aux croisades normandes de Naples et d’Angleterre, ni à la croisade européenne de Jérusalem, ni à la lutte des papes et des empereurs ; ils laissèrent tranquillement l’empereur Henri III établir sa suprématie en Europe, et refusèrent de seconder les comtes de Flandre, Hollande, Brabant et Lorraine, dans la grande guerre des Pays-Bas contre l’Empire. La royauté française n’est guère encore qu’une espérance, un titre, un droit. La France féodale, qui doit s’absorber en elle, a jusqu’ici un mouvement tout excentrique. Qui veut suivre ce mouvement, il faut qu’il détourne les yeux du centre encore impuissant, qu’il assiste à la grande lutte de l’Empire et du Sacerdoce, qu’il suive les Normands en Sicile, en Angleterre, sous le drapeau de l’Église, qu’enfin il s’achemine à la terre sainte avec toute la France. Alors il sera temps de revenir aux Capets, et de voir comment l’Église les prit pour instruments à la place des Normands, trop indociles ; comment elle fit leur fortune, et les éleva si haut qu’ils furent en état de l’abaisser elle-même.

  1. App. 42.
  2. Raoul Glaber.
  3. App. 43.
  4. App. 44.
  5. Glaber. Sur soixante-treize ans, il y en eut quarante-huit de famines et d’épidémies. — An 987, grande famine et épidémie. — 989, grande famine. — 990-994, famine et mal des ardents. — 1001, grande famine. — 1003-1008, famine et mortalité. — 1010, famine, mal des ardents, mortalité. — 1027-1029, famine (anthropophages). — 1031-1033, famine atroce. — 1035, famine, épidémie. — 1045-1046, famine en France et en Allemagne. — 1053-1058, famine et mortalité pendant cinq ans. — 1059, famine de sept ans, mortalité.
  6. App. 45.
  7. Guillaume de Jumièges.
  8. Vie de saint Richard.
  9. Chronique de Sithiu.
  10. Helgaud.
  11. Id.
  12. Helgaud.
  13. App. 46.
  14. Glaber.
  15. Glaber.
  16. Id.
  17. App. 47.
  18. Dante, Inferno, c. XXVIII :

    Tu non pensavi qu'io loico fossi !

    Les deux grands mythes du savant identifié avec le magicien, ce sont, dans les légendes du moyen âge, Gerbert et Albert-le-Grand. Ce qui est remarquable, c’est qu’ici la France ait sur l’Allemagne l’initiative de deux siècles. En récompense, le sorcier allemand laisse une plus forte trace, et ressuscite au quinzième siècle dans Faust, l’inventeur de l’imprimerie.

  19. Lettre de Gerbert.
  20. App. 48.
  21. Louis le tenait prisonnier, mais un de ses serviteurs le sauva en l’emportant dans une botte de fourrage. (Guillaume de Jumièges.)
  22. Alberic, ad ann. 904.
  23. App. 49.
  24. Glaber.
  25. Id. C’est l’Histoire d’Harold reconnu par sa maîtresse Édith. Elle se reproduit à la mort de Charles-le-Téméraire.
  26. Voy. tome I, p. 323, et App. 186.
  27. Raoul Glaber se plaint de ce que la nouvelle reine attire à la cour une foule d’Aquitains et d’Auvergnats, « pleins de frivolité, bizarres d’habits comme de mœurs, rasés comme des histrions, sans foi ni loi ». App. 50.
  28. Ce nom est expressif pour qui a vu la Loire.
  29. Il allait entreprendre le siège du couvent de Saint-Germain-d’Auxerre, lorsqu’un brouillard épais s’éleva de la rivière ; le roi crut que saint Germain venait le combattre en personne, et toute l’armée prit la fuite. (Glaber.)