Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


TABLE DES MATIÈRES


I

MARS 1843. — Théâtre-Français : les Biaryraves, trilogie par M. Victor llugo. — Analyse de la pièce. — La composition ct le style. — Attitude du public. — Qualité dominante chez M. llugo. — Lcsgénies malcs et les génies féminins.- Les acteurs.- Maliens : représentation au bénéfice de madame Grisi. — Olcllo. — Uenthousiasmc rétrospectif. — ltlario. Innovation dans le costume du More de Vcnise. — Tamburini, Lablache. —’ariétés : une Nuit de mardi 91'113. — Le cancan. — Opéra : Charles VI, paroles de MM. Casimir et Germain Delavigne, musique de M. llalévy.-La-pièce et la partition, — Le cortège de Lancastre. — Où les classiques rendent des points aux romantiques. — Baroilhet, madame Stoltz. ‘5


II

AVRIL 1845. -'- Palais-Royal : les llares graves. — Variétés : les Buses graves. — En quoi consiste le comique des parodies. — Quels sont les vrais parodistes. — N’est pas parodié qui vent, — Ambigu files Enfants trouvés, par M. Bouehardy. — L’auteur absent de son œuvre. — Tort du la critique. — Italiens : concert de Sivori. — Le Carnaval de Venise. — Variétés : les Caravanes de Moyeux. — Des types originaux créés par l’époque actuelle. — Début de Neuville. — Le comique dans la difformité. — Rentrée de Dolorès et de Camprubi. — La rondalla..... .. 55


III

MAI l8L5. — Théâtre-Français : ‘ludilh, tragédie de madame Émile de Girardin. — Grandeur et décadence de la tragédie. — Corneille et Racine. — Crébillonlct Voltaire.- La révolution romantique. — La néo tragédie. — Mademoiselle Rachel. — Tentative ‘de restauration classique. — Judith est moins une pièce qu’un rôle. — Les décorations et la mise en scène. Le costume de mademoiselle Rachel. — Beauvallet. -'odéon : Lucrèec, tragédie de lll. Ponsard. — Les maladroits amis. — Caractère du talent de M. Ponsard.- Sa pièce ; la composition et le style. — Madame Dorval, Bouchet, Bocage. -l’orte-Saint-lllartin : Mademoiselle de la Vatlière, drame en vers de M. Adolphe Damas. — Les abstractions au théâtre.-Frédérick Lemaître, mademoiselle Klotz, Clarence........ ‘ ‘il


IV

JUIN 1813. - Gymnase : Luerêce d Poitîers, ou les Ëlablea dülugias, par M’Léonard (de Cliatellerault). — M. Ponsard. — Le fétîchismelittóraire. — Ce qu’on appelle une époque de décadence. — Un toast de Léon Gozlan. — Lucrèce atteinte et convaincue de romantisme. — Prosodie de l’école moderne. — Variétés : la Que-nouille et le lllétier. — Pourquoi pas la Qucnouüle de Barberùwi‘ - Les Chinois de Paris. — Grande irrévérence du critique. — Les soleils couchés et les soleils levanls. — L’odéon subventionne-Gaieté : reprise de la Chavnbre ardente, drame de MM. llleiesville et Boyard. — Quand les vaudevillistes s’en mêlent ! — Analyse qui réclame un chimiste. — lllademoiselle Georges. — À propos de la pluie et du beau temps. 56


V

JUILLET 1845. — Opéra : reprise d’0Edipe à Colonne, de Gaillard et Saeehini. — Du simple et du composé en fait d’art. — Qualités de la musique de Saeehini. — Ifopera ancien et l’opéra moderne. — Porte-Saint’Martin : Lénore, drame de MM. Cogniard frères.- La ballade de Burger. — Ce qu’en ont fait llllll. Cogniard. — Madame Dorval. — Opéra : La Péri, ballet de MM. Théophile Gantier et Corally, musique de lll. Burgmuller. — A M‘ Gérard de Ncrval, au Cairc. — La nostalgie des âmes. L’orient rue Lepellctier. — Métamorphose 1l’un poëme en ronds de jambe. — Couleur locale et réalisme. — Carlotta Grisi. — Le pas de lälhcille. T‘ La musique de M. Burgmuller. 70


VI

AOÛT 1845. — Ambigu : un Français en Sibérie, drame de MM. Noël Parfait et Charles Lafont. — Un canard qui a des chevrons. — Les dramaturges naïfs et convaincus. — Le seul qui existe ù l’heure qu’il est. Un nouveau Japhet. — Chauvinisme de deux hommes d’esprit. — Matis, Verner, Bousquet-Salle Ventadour : Pigeon vole, ou Flûte cl Poignard, opéra de M. Castil Blaze. — Revanehtfcontre XXX. — Les paroliers. Lu poésie et la musique. — Opéra : reprise des Martyrs, de MM. Scribe et Donizetti. — Massol, madame Dorus. — Un dieu déchu... ’. B5


VII

SEPTEMBRE 1845. -Palni5-lloyal : Paris, Orléavxs et Rotæn, par MM. Boyard et Varin. — Le vaudeville a la vapeur‘ -Alcide Tousez, lluvel, Sainville, Grasset. -‘opéra-Comique : Lamberl Simnel, paroles de MM. Scribe et lllélesville, musique de feu Hippolyte Monpou, — Originalité du talent de Monpou. — Œuvres qui ont fondé sa réputation. Son œuvre posthume. — Masset, mademoiselle Dareier. -Gymnase : l’A1nour et le Hasard, par M. de Lucy (lisez : Vial).- Une plaisanterie de M. Poirson. — Gaieté : Paméla Giraud, drame de M. de Balzac. — Ténacité de l’auteur du Père Goriot. — Elle a fait son génie : — ; Fucullés dramatiques de M. de Balzae. — Ses premières tentatives au théâtre. -’ Sa nouvelle pièce. — Ambigu : les Bohémien’ ? de Paris, drame de MM. l)ennery et Grange. — ll y a bohème et bohème. — Succès de décorations 935


VIII

OCTOBRE 1845. — Italiens : réouverture. — Débuts de Salvi et de ltonconi. — La sainte ampoule des artistes. — Cirque-Olympique : Don Quijote et Sancho Pança, par MM. Ferdinand Laloue et Anicct Bourgeois. — Une victime de l’art théâtral. — Les types de Rossinante, de don Quijote et de Sancho. — Parallèle entre Pane turc et Pane espagnol. — Portée philosophique du roman de Cervnntès. — Palais-Royal : Brelan de troupiers, par MM‘ Dumanoir et Étienne Arago. — Levassor. — Variétés : Jacquot, par MM. Gabriel et Paul Vermond. — llaine aux perroquets. — Ncuville et ses imitations. — Lepcintre jeune. — Italiens : Uclisaria, opéra de M. Donizetli. — La pièce, la musique et Pexéeulion. — Début de Fornasari. -Vaudeville= Madame liolund, par madame Virginie Ancelot. — Ne touchez pas à la hache 108


IX

NOVEMBRE 1845. — Théâtre-Français : Éve, drame de M. Lêan Gozlan. — La pièce et les acteurs. — Opéra-Comique : reprise du Déserlcur, de Sedaine et Monsîgny. — La simplicité de nos pères. — Odéon : débuts de M. Rapliaël et de mademoiselle Rébccca Félix dans le Cid. Opéra : Dom Sébasticvz de Porlugal, paroles de M. Scribe, musique de M. Donizctti. — Le livret et la partition. — Duprez, Baroilliet. — Le champ de bataille dfltlcazar-Kélnir. — Italiens : Illaria du‘ Rohart, opéra dîzM. Donizetti. — Inconvénient de la fécondité. — Vaudeville : ïHornnze blasé, par MM. Duvert et Lausanne-Arnal 122

X

DÉCEMBRE 1843. — Théatre-Français : la Tutrice, ou PEmpIoi des richesses, comédie de M. Scribe. — Le Briarée dramatique. — La littérature et les travaux forcés. — Le public a la mémoire courte. — Opéra-Comique : PEscluve de Camoëns, paroles de M. de Saint-Georges, musique de M. de I-‘lottow. — Porte-Saint-Martin : les Iles Marquises, revue de l’année, par MM. Cogniard frères. — Un filon épuisé. — Des plaisanteries qui portentù faux. — M. Pull’, roi de l’époque. — Cirque-Olympique : le Vengeur, par M. Anicet Bourgeois. — Un drame qui n’a qu’une scène. — Odéon : le Médecin de son honneur, drame de Calderon, imité par M. Hippolyte Lucas. — Le dieu de Calderon. — Fleurs poétiques que I’on ne cultive plus. — Rouvière, mademoiselle ‘lulie Berthaud, Coup d’ceil rétrospectif. 154


XI

JANVIER 1844. — Théâtre-Français : Tibère, tragédie de Marie-Josepli Cliénier. — La pièce, les caractères et le style. — Ce qui manque, en général, à notre poésie dramatique.— Ligier, Geffroy, Guyonf-ltlademoiselle Araldiw-Odeon : le Laird de Dumbicky. comédie de M. Alexandre Dumas. — Heur et malheur. — Monrose, mademoiselle Virginie Bourbier. — André Chénier, drame en vers de M. Dallière. — Bouclict, mademoiselle Émilie Volet. -Théàtre-Français : Bérénice. «- Le mancenillier tragique. — De la versification de Racine. — Mademoiscllc Itachel. — Palais-Royal : les Ames en peine, par MM. ‘". — Les auteurs joués malgré eux 146


XII

FÉVRIER 1844. — Théâtre-Français : un Illénage parisien, comédie en vers de M. Bayard. — Opinion de Paris sur lui-même. — Où les Français mettent l’amour-propre national. — Variante à un vers de Boileau. — Le frae et la poésie. — Porte-Saint-Martin : les Mystères de Paris, drame de MM. Eugène Sue et Dinaux. — La pièce et la censure. —’ Le turtufe de mœurs. — Frédérick Lemaitre. — La mise en scène et les décorations. — Une rue de la Cité. — incident de la représentation. — Allocution du régisseur au public............... .. 158


XIII

MARS 1844. — Variétés yrrprise de la Fille de Fmzare, par MM. Boyard et Duport. — Le Grandet de M. de Balzac. — La poésie de l’avarice. Bouffe. — Ambigu z les Amants de lllurcie, drame de M. Frédéric Soulié. — Un grand producteur littéraire. — M. Soulié romancier et dramaturge. — Ce que coûte de nos jours une réputation de paresse. — Vieille histoire toujours nouvelle. — Madame Émilic Guyon. — Variétés : Trim, ou la Maîtresse du roi, par Mll. Duvert et Lauzanne.- Une réminiscence dangereuse- Slernc et son Trislram Shandy. — Question d’étymologie. — Les Trois Polkas. — Mademoiselle Maria Volet...-..... .. 165

XIV

AVRIL 11844. — Opéra z le Lazzarone, ou la Fortune vient en dormant, paroles de M. de Saint-Georges, musique de M. llalèvy. — De l’introduction du genre bouilÏe à l’Académie royale de musique. — Deux talents hors de leur voie. — Une question traitée mais non résolue. — Madame Stoltz. — La musique de M. llalévy.- Début de mademoiselle Lola Montès. -opéra-Comique : la Sirène, paroles de M. Scribe, musique de llLAuber. — La pièce et la partition. — Roger, mademoiselle Lavoye. Odéon : Jane Grcy, tragédie de M. Alexandre Soumet et de madame d’A|lenheym. — M. Soumet poète de transition. — Ses œuvres lyriques et dramatiques. — Sa nouvelle tragédie. — Mademoiselle Georges. Cuueerts de Liszt. 172


XV

MAI 1844. — Odéon : Sardanapale, tragédie de M. Lefévre. — Erratum à l’histoire. — Le Sardanapale de lord Byron. — Les spectacles forains. — Ilcreule et l’Amour. — Vaudeville : le Carlin- de la Marquise, par MM. Varin, ‘Iaime et Clairville. — Histoire de Fanfreluclie. — Odéon : la Ciguë, comédie en vers, de M. Émile Augier. — Un nouveau poëte dramatique. — Mademoiselle Émilic Volet, Monrosc, Mauzin, Bouchet.-Théâtre-Français : Calherine Il, drame en vers, de M. llippolyte Romand. — La pièce, les caractères et le style. — Mademoiselle Raelicl. lleauvallet. — Odéon : Fmtligonc de Sophoclc, . traduite par MM. Paul lllcuriec et Auguste Vacquérie. — Du goût grec et du goût latin. — La du père Brumoy. — La tragédie antique. — Sujet d’Antigone. — La mise en scène. — Le chœur. — La traduction. — Bocage, mesdemoiselles Virginie Bourbier et Emilie Volet, Rouvière. 184


XVI

JUIN 1844. — Opéra : rentrée de mademoiselle Taglioni. — Les transfuges et les revenants. — Les ailes des fourmis vierges. — Théâtre-Français : le Mari à la campagne, comédie de MM. Bayard et Jules de Wailly. — La pièce et. ses interprètes. — Opéra : le Dieu et la Bayadère. — La ballade de Gœthe arrangée par M. Scribe. — Les bayadères authentiques. — Amany. — Mademoiselle Taglioni, sa danse et sa pantomime. — Mademoiselle Sophie Dumilatre. — Porte-Saint-Martin : le Songe d’une Nuit d’été. — Une innovation dans la mise en scène. — Ce qu’elle laisse encore à désirer. — M. Risley et ses fils. — Une annexe qui serait utile à l’école de danse. — Les classiques de la chorégraphie. 209


XVII

JUILLET 1844. — Opéra : dernière représentation de mademoiselle Taglioni. — Les feuilletonistes dans Pemlgarras. — À propos des soirées tfadieux. — La Sylphide. — Le pas de POmbre. — Théâtre-Français : représentation au bénéfice des enfants Félix. — Mademoiselle Raebel dans Phèdre et dans le Dépil (ZÏIIONTCIIŒ. — Son jeu. — Les spécialistes. Reprise de la Camaraderic, de M. Scribe. — Le prétendu travers de la camaraderie. — Ce qu’on ne se dit pas a soi-même. — Opéra-Comique : les Quatre Fils Aymon, paroles de MM. de Lcnven et Brunswîek, musique de M. Balfe. — La bibliothèque bleue. -ï La vérité sur la monture des quatre [ils Aymon. — Bayard, élève de Penehanteur Maugis. — 'l’liéâtre-Français : Diégarias, drame en vers de M. Vietor Séjour. — Beauvallet, madame Mélingue. — Ambigu : le Illiracle des Roses, drame de llllll. Antony Béraud et llippolyte Ilostein. — La légende de sainte Élisabetli de Ilongric. — ltfélingue, madame Guyon. 225


XVIII

AOÛT 1844. — Porte-Saint-Martin : Don César de Bazan, drame de MM. Dumanoir et. Dennery. — Les pirates littéraires. — L’or et le plomb. — Frédériek Lemaître. — Mademoiselle Clarisse Miroy. — (iymnase : les Surprises, par M. Scribe. — Retour du vaudevilliste prodigue. — Nunia, mademoiselle Désirée. — Opéra : Iluclzarix, ballet de M. C0rally, musique de M. Deldevez. — Le Télémaqztc de Fénelom-Les nuages au thêalre.- Cours de mythologie ad usum Delphini. — Opéra-Comique : reprise de Gulistan. — Masset, madame Casimir. — Gaieté : les Sept Châteaux du Diable, féerie de MM. Dennery et Clairville.- La pièce, les costumes et les décorations. — Opéra-Comique : les Deux Gcnfilshommes, paroles de M. de Planard, musique de M. ‘lustin Cadaux. — Les grands prix de Rome induits en vaudevilles. -Nécessité d’un troisième théâtre lyrique-Variétés des Aventures de Télémaque, par MM. Dumersan, de Lcuven et Brunswick. — Ilyaciulhe. — Le Bal Habille, par llllll. Siraudin et Danvin. — La reine Pomaré. 240


XIX.

SEPTEMBRE 1844. - Théâtre-Français : reprise de lioméo et Julictle, de M. Frédéric Soulió. — La pièce de Shakspeare. — Le dénomment de Garriek. — Logique des changements à vue. — Opéra :'l’OtIzello de Rossini, paroles françaises de MM. Alphonsc Boyer et Gustave Vaëz. — La science musicale et le génie de la musique. — La partition d’Olllcllo au point de vue du poëme. — Les exécutants. — Une voix qui s’en’va.‘-‘ TilËtÏlFC-FPKIHÇÜÎS : Fllérilïèrc, ou un Coup de partie, drame de M. Empis. — Du drame bourgeois en général et de celui de M. Empis en particulier. — Opéra-Comique : la Suinte-Cécilc, paroles de MM‘ Ancclot et île Comberousse, musique de "M. Montfort. — Le genre Ancclot ou pseudo-Pompadour. — Carle Vanloo. — {tladamc Anna Thillon, Mocker... 262


XX

OCTOBRE 1844. — Cirque-Olympique : représentation au bénéfice du jeune Ducrow. — Panem et circçnses. — Le nouvel Hippodrome. — Le jeune Duerow.- Les lutteurs anglais. — Auriol. -'Üuc eentauressc. — Opéra : Richard en Palcslinc, paroles de M. Paul Fouché, musique de M. Adolphe Adam. — Inquiétudes des dilettante sérieux. — L’ennui à la mode en France.- Le livret de Richard et la partition. — Madame Dorus, ltlznrié, Baroilltet, Levasseur. — Cirque-Olylnpique : la Corde de pendu, féerie. — À ceux qui demandent du nouveau. — l/opéra du Soleil et le mélodrame de la Lune‘ - Un préjugé qui tend ù se perdre. — Conseils aux faiseurs de fécries. — La vrai couleur du diable...... .. 274

XXI

NOVEMBRE 1844. — Odéon : les Nuécs, comédie dülristophane, traduite par M. llippolyte Lueas. — Ilesprit comique des anciens. — [touviizrc. — Théâtre-Français : le Tiaserazztl de Ségovic, drame dUllareon, traduit. par M. Ilippolytc Lueas. — Des traductions et imitations des chefs-d'œuvre étrangers. — Opéra-comique : reprise du llluçon, de M H. Scribe, Germain Delavigne et Auber. — Jeunesse de la partition. Mockcr, mademoiselle Darcicr. — Odéon : Ic Roi Leur, drame de Shaks- peare, imilé par MM. Élie Sauvage et Dulnomme. — Les beautés choquantes.

Aux jeunes gens. — Palais-Royal : Doua : Papas très-bimz,

par MM. Lefranc et Labiche. — L’éducation des pères par les enfants. Théàtre-Français : une Fennmcple quarante ans, comédie de M‘ Clëun Galoppe d’oncqua ire. — Les femmes sur le retour.- La plus triste des comédies. — ‘Porte-Saint-lllarlin = la Dame de ‘Saint-Trapez, drame de MM. Anicet Bourgeois et Dennery‘. -Frédérick Lemaître..... 283 s XXll '

DÉCEMBRE 18H. — Trois chœurs de Rossini. — Lülchille musical.-M. Troupenas. — Deux portraits du maestro. — Ses trois chœurs. Italiens : le Canlalrici villune, de Fioravanti. — La partition, la pièce. Lablache, Roneoni, madame Persiani. — Un comparse ambitieux. Opéra : Illarie Smart, paroles de M. Thóodore Anne, musique de lll. Nicdermeyer. — Le domaine de la musique. — Poêles, peintres et musiciens : — Le paradis de Part. — Le livret de M. Théodore Anne et la partition de M. Niedermeyer. — Début du ténor Gardoni. — Italiens : reprise d’il Pirala, de Bellini. — La pièce. — Caractère du talent de Bellini. — Mario, Giulia Grisi. — Concert de Félicien David : le Désert, symphonie. — l’a bonne nouvelle. — Gymnase : Rébccca, par M. Scribe. — Mesdemoiselles Rose Chéri et Désirée. — Les acteurs anglais. — Othello. — Hamlel. La poétique de Shakspeare.- Macready, miss Helen Faucit. — Italiens : Béatrice di Tenda, de Bellini. — Londres à Paris. 294


FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES



TABLE DES MATIÈRES

JANVIER 1845. Sallc Venladour deuxième exécution du Déserl, ode-symphonie de M. Félicien David.- Cours des billets. L’auditoire. La France conquise par l’Algérie. Effet de la symphonie. Acteurs anglais Werner, tragédie de lord Byron. Macready. Gymnase ,lladame de Cérigny, par MM. Bayard et Regnault. Numa, Tisserant, mademoiselle Rose Chéri. Odéon Inez, oit la Chute d’un ministre, drame de Navarrete, imité par don Carlos de Algarra. Acteurs anglais Macbeth. Les données dramatiques. Macready, miss Helen Faueit. Italiens la Rinegala (Lucrezia Borgia), paroles de M. Gianone, musique de M. Donizetti. On n’emprunte qu’aux riches. Acteurs anglais dernière représentation. Henry IV. Roméo et Ju- liette. The Day after the Wedding. Mademoisdle Plessy dans un rôle anglais. Opéra les petites danseuses viennoises. Gymnase la Morale en action, ou les Quatre Masques, par MM. Jaime et de Villeneuve. Italiens Don Giovanni, opéra de Mozart. -Don Juan type et symbole. Qualités nécessaires pour jouer ce rôle. Vaudeville les Trois Loges, par MM. Clairville et Hostein.—Gymnase un Bal d’enfants, par M31. Dumanoir et Dennery. Gaieté Forte Spada, drame de M. Félicien Mallefille. 5 TABLE DES MATIÈRES Page:Gautier - Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans, 4e série.djvu/401 Page:Gautier - Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans, 4e série.djvu/402 Page:Gautier - Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans, 4e série.djvu/403 Page:Gautier - Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans, 4e série.djvu/404 Page:Gautier - Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans, 4e série.djvu/405 Page:Gautier - Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans, 4e série.djvu/406 de Saint-Germain en Laye Ilamlet, drame en vers, de M. Paul Meurice. Les pièces de Shakspeare en Angleterre. Un dénoûment de M. Alexandre Dumas. Rouvière, Barré, madame Pcrson. ThéâtreFrançais Don Guzman, ou la Journée d’un Séducteur, comédie en vers de M. Decourcelles. La comédie de cape et d’épée. Mademoiselle Augustine Brohan, Regnier. Vaudeville la Nouvelle Héloise, par M. Michel Delaporte. De la contagion des idées.— l’Héloïse de Rousseau et celle de M. Delaporte. Munié, madame Albert. Porte-SaintMartin les Tableaux vivants. Théâtre des Funambules Pierrot, valet de la Mort, pantomime de M. Champfleury. La danse macabre. 323


XX

NOVEMBRE 1846. Odéon l’Univers et la Maison, comédie en vers de M. Méry. Histoire et analyse de la pièce. Bocage, Delaunay. Théâtre-Français le Nœud gordien, drame de, madame Casa-Maior. De la prose rhythmée. Rentrée de mademoiselle Rachel. Vaudeville le Bonhomme Job, par Émile Souvestre. Bardou. Le Capitaine de voleurs, par MM. Duvert et Lauzanne.—Arnal.—Porte-Saint-Martin la Juive de Constanline, drame de MM. Théophile Gautier et Noël Parfait. La théorie du mélodrame. Légende. Un loup sur le théâtre. Décorations et mise en scène. Scepticisme des Français à l’endroit de l’Algérie.—Opéra-Comique Gibby da Cornemuse, paroles de MM. de Leuven et Brunswick, musique de M. Clapisson.-La pièce et la parlition. Cirque-Olympique poses plastiques. Gœthe et son ami Frédéric. Le maillot au point de vue de l’art et de la morale. Madame Keller, mademoiselle Denneker. La plastique et la poésie. Variétés Pierre Février, par M. Davenne. La genèse des noms humains. Étymologie d’Arlhur. Mademoiselle Flore, Bouffé. Des accessoires vrais. Gymnase l’Article 213, par MM. Dennery et Gustave Lemoine. Numa, Landrol, mademoiselle Melcy. Les vieux d’aujourd’hui. 543


XXI

DÉCEMBRE 1846. Gymnase la Protégéé sans lesavoir, par M. Scribe. L’Honorine de DI. de Balzac. Mademoiselle Rose Chéri, Bressan, Numa, Tisserant. Les claqueurs modèles. Palais-Royal la Poudre de coton, revue de MM. Dumanoir et Clairville. Vaudeville une Planète à Paris, autre revue. Incendie de Leclère. Les imitations de Neuville. Variétés une Fille terrible, par M. Eugène. Deligny. Mesdemoiselles Flore et Lagier, Rébard. Le bal des Variétés. Vaudeville Trénilz. Odéon Agnès de Méranie, tragédie de M. Ponsard. Action et réaction littéraires. —M. Ponsard obligé à un chef-d’œuvre. Sa nouvelle pièce. La composition et le style. Bocage, madame Dorval, Randaux. 444


FIN DE LA TABLE DES MATIRRES



TABLE DES MATIÈRES


I

JANVIER 1847. Opéra Robert Bruce, paroles de MM. Alphonse Royer et Gustave Vaëz, musique de Rossini. pièce uouvelle, partition d’emprunt. Une incartade de madame Stoltz.— Rossini plus muet que jamais. Vaudeville reprise de Pierre le Rouge. Rentrée de mademoiselle Suzanne Brohan. Engagement de mademoille Darcier. Théâtre-Français l’Ombre de Molière, par M. Jules Barbier?- A-propos inopportun. Reprise du Doit Juan de Molière. Le fantastique sur la scène française.- Le type de don Juan aux mains des poëles. Les pièces de Molière et leurs intermèdes.—Comment devrait être jouée la tragédie. Opéra-Comique Ne touchez pas à la reine! paroles de MM. Scribe et Gustave Vaëz, musique de M. Boisselot. La pièce, la partition et l’exécution. Gymnase Maître Jean, ou la Comédie à la cour, par MM. Scribe et Dupin.—Théâtre des Funambules Pierrot pendu, par M. Champfleury. Décadence et régénération de la pantomime. Contre-sens admis sous l’autorité de Debureau. Arlequin et Polichinclle. Recherches sur les origines de Pierrot. La pièce de M. Champfleury. Querelle à propos de poissons rouges. 5


II

FÉVRIER 1847. Vaudeville Trois Rois, trois Dames, par M. Léon Gozlan. Réhabilitation de l’esprit. Pièce à l’appui. Félix, Bardou, mesdames Figeac et Doche. Opéra-Comique le Sultan Saladin, paroles de M. Dupin, musique de M. Bordèse. —L’ex-Fou de Péronne.— ThéâtreHistorique ouverture. La Reine Margot, drame de MM. Alexandre Dumas et Auguste Maquet. Précaution oratoire: Architecture et décoration du nouveau théâtre. Coupe nouvelle de la salle. Le pla- fond de MM. Séchan, Diéterle et Despléchin. Neuf heures de spectacle. Cours populaire d’histoire de France. Les acteurs. 35


III

MARS 1847. Théâtre-Français reprise du Mariage d’argent, de M. Scribe. Mérites et défauts de cette comédie. La salle du Théâtrefrançais. Urgence d’une restauration. Avantages des petites salles de spectacle.- Le confort que réclame le temps présent. Vaudeville les Collaborateurs, comédie en vers, de M. Jousserandot.-Les prétendus martyrs de la collaboration. D’où vient la nécessité des œuvres collectives. La pièce de M. Jousserandot. La versification. Les acteurs. Odéon l’Alceste d’Euripide, arrangé par M. Hippolyte Lucas. L’œuvre du poète grée. Son but religieux. L’hospitalité antique. De la peur de la mort chez les anciens. La traduction de M. Ilippolyte Lucas. Les chœurs de M. Elwart. Théâtre-Français Notre fille est princesse, comédie de M. Léon Gozlan, Nécrologie mademoiselle Mars, Grandville. 48


IV

AVRIL 1847. Théâtre-Français reprise d’Athalie. Beautés de la mise en scène. -Les soldats de Dieu et les joueurs de théorbe. Mademoiselle Rachel. Ligier. La petite Dinah dans le rôle d’Éliacin. La pépinière Félix. Un professeur expert pour le Conservatoire. —Odéon le Paquebot comédie de M. Méry. Mauzin, Delaunay, mesdames Delvil et Blonval. Porte-Saint-Martin Palma, ou la Nuil du vendredi saint, drame de MM. Octave Feuillet et Paul Bocage. Théâtre-Français le Poële, drame en vers, de N. Jules Barbier. Clémence de la saison théâtrale. Succès géminés. La pièce et le style de M. Barbier. Mademoiselle Judith, Geffroy 66


V

MAI 1847. Variétés Léonard, par MM. Dumanoir et Clairville. Bouffé. Vaudeville Ce que femme veut, Dieu le veut, par MM. Duvert et Lauzanne. Arnal, mademoiselle Nathalie. Gymnase une femme qui se jette par la fenêtre, par MM. Scribe et Gustave Lemoine. Odéon la Course à l’héritage, comédie en vers, de M. Viennet. Reprise des Templiers, de N. Raynouard. La tragédie au point de vue de l’économie domestique. Palais-Royal Père et Portier, par MM. Bayard et Varner. Une situation poignante. Porte-Saint-Martin le Chiffonnier de Paris, drame de M. Félix Pyat. Frédérick Lemaître. Italiens: représentation extraordinaire. Mademoiselle Rachel dans Britannaicus. Opéra-Comique le Malheur d’être jolie, paroles de M. Charles Desnoyers, musique de M. François Bazin. Théâtre-Historique l’École des Familles, drame en vers, de M. Adolphe Dumas. Paris équestre. Le Jockey-Club. Palais-Royal le Trottin de la modiste, par M. Clairville. Odéon Damon et Pylhias, comédie en vers, de M. le marquis de Belloy. Théâtre-Français Scaramouche et Pascariel, comédie en vers, de M. Michel Carré. 75


VI

JUIN 1847. Opéra la Bouquetière, paroles de M. Hippolyte Lucas, musique de M. Adolphe Adam. -Les levers de rideau.- Le jour et. la nuit à Paris. Les vers à écho. La partition de M. Adam. Mademoiselle Nau, Ponchard fils. Variétés les Trois Portiers. Vernet. L’aristocratie du cordon. Odéon Spartacus, tragédie de M. Hippolyle Magen. Les travaux du comité de l’Odéon, pour faire suite aux travaux d’Hercule. Persistance de l’épidémie tragique. ThéâtreHistorique Intrigue et Amour, étude d’après Schiller, par M. Alexandre Dumas. Mélingue, mademoiselle Person. Palais-Royal un Père d’occasion, par M. Paul de Kock. 103


VII

JUILLET 1847, Opéra changement de direction. M. Nestor Itoqucplan. Les directeurs habiles elles directeurs heureux. Projets de restauration. -Gymnase Charloile Corday, par MM. Dumanoir et Clairville. Un manifeste directorial. Os à ronger pour les dogues de la critique. Ne touchez pas à la reine! Charlotte Corday et Adam Lux. Simple réflexion à t’adresse des claqueurs du Gymnase. Relâche général. Paris désert. 115


VIII

AOUT 1847. Le Château des Fleurs inauguration. ThéâtreHistorique le Chevalier de Maison-Rouge, drame de MM. Alexandre Dumas et Auguste Maquet. La pièce, l’exécution et la mise en scène. Palais-Royal les Chiffonniers, par MM. Bayard, Sauvage et Frédéric de Courcy. La misère peut-elle être un élément comique? CirqueOlympique boxe, bâton et savate. Les frères Lecourt. Thomas Kay et Charles Latois. Variétés les Foyers d’acteurs, par MM. Clairville, Grangé et Dennery. L’envers du rideau. Les comédiens d’aujourd’hui. Physionomie réelle des foyers de théâtre. Le pas des miroirs. Ambigu le Fils du Diable, drame de MM. Paul Féval et Saint-Yves. 124


IX

SEPTEMBRE et OCTOBRE 1847.- Palais-Royal Jocrisse maître et Jocrisse valet, parade de Dorvigny, retouchée par M. Varin. -Hyacinthe et Alcide Tousez. Théâtre des Funambules Pierrot marquis, par M. Champfleury. Avénement de la pantomime réaliste. M. Paul. Opéra la salle restaurée. La Fille de marbre, ballet de M. SaintLéon.— Début de mademoiselle Fanny Cerrito. La femme et la danseuse. Théâtre-Français réouverture. —Autre restauration. Les Femmes savantes. Le Alalade imaginaire. Provost. Mesdemoiselles Judith et Augustine Bruhan. 148


X

NOVEMBRE 1847. Théâtre-Français les Aristocraties, comédie en vers de M. Étienne Arago. De la complication du nœud dans les pièces modernes. Le dialogue économique. La comédie de M. Arago. Son but philosophique. La versification Les acteurs. OpéraComique le Braconnier, paroles de MM. de Lenven et Brunswick, musique de M. Gustave Héquet. Théâtre-Français Mithridate. Analogie de l’action avec celle de l’Avare. Beauvallet. Vaudeville Elle ou la mort! par M. Blum. De la solidarité entre les acteurs et les auteurs.—Théâtre-Français Cléopâtre, tragédie de madame Emile de Girardin. Le type de Cléopâtre, La pièce. Mademoiselle Rachel. Opéra-National ouverture. Les adieux de M. Gallois a sa garde. Les Premiers Pas, ou les Deux Génies, paroles de MM. Alphonse Royer et Gustave Vaëz, musique de MM. Auber, Halévy, Carafa et Adam. Gastibelza, ou le Fou de Toléde, paroles de MM. Dennery et Cormon, musique de M. Maillard. La guitare de Victor lIugo. Opéra Jérusalem, paroles de MM. Alphonse Royer et Gustave Vaëz, musique de M. Verdi.Théâtre-Français un Caprice, comédie-proverbe de M. Alfred de Musset. Le poëte et le public. Une mine à exploiler pour la ComédieFrançaise. Brindeau, mesdames Allan et Judith. 157


XI

DÉCEMBRE 1847. Variétés une Dernière Conquête, par M. Rosier. Lafont, mademoiselle Marquet. Théâtre-Historique Hamlet, traduit en vers par MM. Alexandre Dumas et Paul lleurice. Shakspeare commenté par Gœthe. Rouvière. Italiens la Cenerentola. Débuts de madame Alboni. Sa personne et son talent. Ce qui constitue le chant dramatique. Lablache, Ronconi. Théâtre-Français le Château de cartes, comédie en vers, de M. Bayard. La pièce et le style. Reprise de Don Juan d’Autriche, de Casimir Delavigne. Mademoiselle Judith, Brindeau. 196


XII

JANVIER et FÉVRIER 1848. Théâtre-Français le Puff, on Mensonge et Vérité, comédie de M. Scribe. La véritable comédie du puff. Le dieu Capital. Caractères de la pièce de M. Scribe. ThéâtreHistorique Monte-Cristo, drame en deux soirées, par MM. Alexandre Dumas et Auguste Maquet. Les spectateurs devenus habitants du théâtre. Les personnages légendaires. Mise en scène et décorations. Mélingue, Boutin, mesdames Lacressonnière et Person. ThéâtreFrançais Thersite. comédie en vers, de M. Roland de Villarceaux. Les Grecs et les Romains en robe de chambre.— Le Thersite d’Homère et celui de M. de Villarceaux. Les acteurs. Le poëte. OpéraComique la Nuit de Noël, paroles de M. Scribe, musique de M. Henri Reber. Le fantastique à la façon de M. Scribe. M. Reber. ThéâtreFrançais reprise des Fausses Confidences, de Marivaux. Madame Allan dans le rôle d’Araminte. Les rôles du vieux répertoire et les interprètes nouveaux. 212 XIII MARS 1848.-Opéra-Comique Gilles le Ravisseur, paroles de M. Sauvage, musique de M. Albert Grisar. l’orte-Saint-6lartin Guillaume Tell, ou le Réveil du Peuple, drame imité de Schiller, par M. Virgile Boileau. Théâtre de la Nation (Opéra) la Muette de Portici. L’art et la Révolution. Théâtre de la République (Français) rentrée de mademoiselle Rachel. La Marseillaise. Odéon la Fille d’Eschyle, étude antique par M. Autran. Théâtre de la République l’Aventurière, comédie en vers, de M. Émile Augier. La Lucrère de M. Ponsard. Mademoiselle Rachel dans le rôle créé par madame Dorval. Le public et les vers à allusion. 257 XIV AVRIL 1848. Théâtre de la République représentation nationale. Le Roi attend, comédie de madame George Sand. Les Horaces. Le Malade imaginaire.—Théâtre-Montansier (Palais-Royal): Vestris Ier, ou le Diou ile la danse, par MM. Mélesville et Gustave Lemoine. Levassor. Théâtre de la République Il faut qu’une porte soit ouverte on fermée, comédie-proverbe de M. Alfred de Musset.— Madame Allan, Brindeau. Gymnase le Marchand de jouets d’enfant, par MM. Mélesville et Léon Guillard. Charles Dickens et ses romans. Mademoiselle Rose Chéri, Numa 252 XV MAI 1848. Porte-Saint-Martin reprise de Robert Macaire et de Ruy Rlas. La comédie aristophanique. Frédérick Lemaitre. Ilippodrome les Phrygiennes. La question du maillot. Gymnase Horace et Caroline, par MM. Bayard et de Biéville. Une thèse société. Bressan, Landrol, mesdemoiselles Meley et Marthe. Théâtres forains des Champs-Elysées. Le cirque Loyal. Le doyen des acrobates. Tableaux peu vivants. Madame de Saint-Léon. -Le phoque qui parle français.— Les marionnettes.—Théâtre-Historique: la Marâtre, drame De M. Honoré de Balzac.— Une liberté qui manque encore au théâtre Du drame intime. La pièce M. de Balzac. Les acteurs. 260


XVI

JUIN 1848. Théâtre de la République: la Rue Quincampoix, drame de M. Ancelot. Le Comte de Horn. Delaunay. Vaudeville le Club des maris et le Club des femmes, par MM. Clairville et Jules Cordier. M. Clairville fournisseur d’à-propos. Les bénéfices du coiffeur. Théâtre-Montansier le Club champenois.—La réaction polilique dans les théâtres. Hyacinthe, Aleide Tousez. Théâtre de la Nation l’Apparition, paroles de M. Germain Delavigne, musique de M. Benoit.—Les contes fantastiques de Charles Nodier. Théâtre de la République: les Frais de la guerre, comédie de M. Léon Guillard. De la comédie d’analyse.Regnier, madame Allan. 279 XVII AOUT 1848. Théâtre de la République Il ne faut jurer de rien, comédie-proverbe de M. Alfred de Musset Mademoiselle Luther, Cot Provost, mademoiselle Mante. Porte-Saint-Martin Tragaldabas, pièce bouffonne, de M. Auguste Vacquerie. Du bon goût et des hardiesses au théâtre. Le porc aux choux. Frédérick Lemaître.—Théâtre-Historique le Chandelier, comédie de M. Alfred de Musset.—La pièce et les acteurs. Variétés un Petit de la Mobile, nouvel a-propos de MM. Clairville et Jules Cordier. Leclère, Charles Pérey. Gaieté Marceau, ou les Enfants de la République, drame de MM. Anicet Bourgeois et Michel Masson. 295 XVIII SEPTEMBRE 1848. Théàtre de la République les Jeux de l’Amouret du Hasard. Début de mademoiselle Judith. Les héroïnes de Marivaux. Le rôle de Sylvia. -Comment le jouait mademoiselle Mars. -Ambigu Joséphine ci Napoléon, drame en vers, de M. Dallière.—De la difficulté de mettre au théâtre les personnages historiques modernes.Titus et Bérénice. Napoléon élégiaque. —Mesdames Guyon el Naplal, Montdidier. Variétés Candide, imité du roman de Voltaire, par MM. Clairville, Chollet et Saint-Yves. -Nouvelle audace de Clairville. Mademoiselle Delorme, Charles Pérey, Leclère, Rébard 309

F[14 DE LA TABLE DES MATIERES
TABLE DES MATIÈRES


I

OCTOBRE et NOVEMBRE 1848. Vaudeville : le Chemin de traverse, par MM. Dumanoir, Clairville et Dennery. — Le roman de Jules Janin. — Félix, Luguet, mesdames Paul-Ernest et Albert. Théâtre de la Nation : la Vivandière. — Fanny Cerrito. — Saint-Léon. — Théâtre Montansier : les Parades de nos pères. — Les personnages du théâtre de la Foire. — Hyacinthe, René Luguet, mademoiselle Lagier. — Théâtre de la République : la Vieillesse de Richelieu, drame de Octave Feuillet et Paul Bocage. — Le type de Richelieu et celui de don Juan. — Bocage. — Opéra-Comique : le Val d’Andorre, paroles de M. de Saint-Georges, musique de M. Halévy. — Gymnase : Ô amitié ! par MM. Scribe et Varner. — Encore le scepticisme de M. Scribe. 5


II

DÉCEMBRE 1848. — Théâtre de la République : André del Sarte, drame de M. Alfred de Musset. — La pièce. — Le dénoûment modifié. — Geffroy, Maillart, mademoiselle Rimblot. — Vaudeville : la Propriété, c’est le vol, folie socialiste, par MM. Clairville et Jules Cordier. Ambroise, Delannoy, madame Octave. Digression philosophique. CirqueOlympique la Poule aux œufs d’or, féerie de MM. Dennery et Clairville. Nouvelle épreuve, même moule. L’ile de l’Harmonie. Mademoiselle Dimier, Neuville. Gymnase Élevés ensemble, par MM. Fournier et Charles Potier. Les amitiés d’enfance. Théâtre de la République l’École des Femmes. La Critique de l’École des Femmes. Provost. Interprétation nouvelle du rôle d’Arnolphe. 18


III

JANVIER f849. Opéra-Comique le Caïd, paroles de M. Sauvage, musique de M. Ambroise Thomas. La pièce, la partition et les interprètes. Gymnase Madame Marneffe, ou le Père prodigue, imité du roman de Balzac, par M. Clairville. L’auteur de la Comédie humaine. Les Parents pauvres. Madame Marneffe devenue rosière de par M. Clairville. Madame Rose Chéri, Tisserant. Italiens réouverture. La nouvelle direction. La Cenerentola. Madame Alboni. Du privilége des théâtres et de la censure dramatique. Italiens l’Italiana in Algeri. Ronconi, madame Alboni 35


IV

FÉVRIER 1849. Théâtre de la République: l’Amilié des Femmes, comédie de M. Mazères.— Un adepte de M. Scribe. Variétés le Berger de Souvigny, par MM. Bayard et de Biéville. Des grands acteurs et des rôles léonins. Bouffé. Théâtre-Historique la Jeunesse des Mousquetaires, drame de MM. Alexandre Dumas et Auguste Alaquet. Les personnages d’Alexandre Dumas. Ses romans et son théâtre, Mélingue, mademoiselle Person. Italiens la Gazza ladra. Madame Alboni dans le rôle de Ninetta. Mademoiselle Méric, Ronconi. Théâtre de la République Louison, comédie de 11. Alfred de Musset. Querelle d’ami. Variétés l’Habit vert, par MM. Alfred de Musset et Émile Augier. Ca pièce et les acteurs. 48


V

MARS 1849. Vaudeville la Poésie des amours et. par MM. Duvert et Lauzanne. Le style arnalesque. L’énigme du titre expliquée. Gymnase lcs Grenouilles qui demandent un roi, par MM. Clairville et Jules Cordier. La fable de la Fontaine retournée. Le coup de pied de l’âne. Théâtre de la République représentation de retraite de mademoiselle Anais Aubert. Le Moineau de Lesbie, comédie en vers, de M. Armand Barthet. Mademoiselle Rachel. Gymnase la Danse aux écus, par MM. Marc Fournier et Henri de Kock. Interdiction de la pièce. Vaudeville la Foire aux idées, par MM. de Leuven et Bruns wick. La satire politique au théâtre. 62


VI

AVRIL 1849.-Opéra-Comique les Monténégrins, paroles de MM. Gérard de Nerval et Alboize, musique de M. Limnander.— La pièce et la partition Madame Ulgade, Bauche. Variétés Vendredi, vaudeville de hl. Joseph Bouchardy.— 7’u quoque Bouffé. Théâtre de la République Adrienne Lecouvreur, drame de MM. Scribe et Ernest Legouvé. Mademoiselle Rachcl dans les pièces modernes. La prose et la poudre. Le rôle d’Adrienne. Théâtre de la Nation le Prophète, paroles de M Scribe, musique de M. Meyerbeer. Événement musical. Qualités dramatiques de M. Meyerbeer.— Ses précédentes œuvres. Son nouvel opéra. La pièce, la partition et la mise en scène. Roger, madame Viardot-Garcia. 70


VII

MAI et JUIN 1849.- Concert de madame Pleyel. Ambigu un Drame de famille, par MM. Jules Barbier et Michel Carré.-Un poëte à tous crins. Paulin Ménier. De la parodie du romantisme.— Italiens représentation de retraite de mademoiselle Georges. Clytemnestre et Lucrèce Borgia. Poëtes, compositeurs, peintres et comédiens. Le feuilleton de t’avenir. Vaudeville l’Ane à Baptiste, ou le Berceau du Socialisme, parodie du Prophète, par MM. Clairville et Siraudin.— Caïn et Prométhée. Mort de madame Dorval. Sa carrière dramatique, son talent, ses principales créations 93


VIII

JUILLET et AOUT 1849. Ambigu le Juif errant, drame de M. Eugène Sue.— Vaudeville la Foire aux idées (suite), par MM. de Leuven et Brunswick. Les insultes aux vaincus. Théâtre de la République reprise de la Mère coupable. Le Beaumarchais comique et le Beaumarchais dramatique. Tort que l’un a fait à l’autre. Du simplisme dans les arts. Les premiers pas du drame en France. La préface d’Eugénie et la préface de Cromwell. Madame Mélingue, Bouchot, Samson, Geffroy. Beaumarchais inventeur de la science des planches.—Qualités rhylhmiques de sa prose. Un coupletde Figaro. Variétés les Compatriotes, par M. Henry Monnier. De l’inconvénient d’être né quelque part. Galerie d’originaux. Les types populaires d’Henry Monnier i06


IX

OCTOBRE 1849. Porte-Saint-Martin Rome, drame à spectacle, de MAI. Ferdinand Laloue et Fabrice Labrousse. Optique des faits, nécessaire an théâtre. Mise à la scène des personnages religieux. Les VI. 29. mystères et les auto-sacramentales. La pièce de MM. Laloue et Labrousse. Les décorations. Effet produit sur le public. Mazzini et Garibaldi acclamés Du rétablissement de la censure. Gymnase Graziella, tiré des Confidences de Lamartine, par MM. Jules Barbier et Michel Carré. Les créations de Lamartine. Le salon nankin submergé. Madame Rose Chéri 116


X

NOVEMBRE 1849. Théâtre de la République le Testament de César, drame en vers, de M. Jules Lacroix. Humaniores litterœ. Le César de Voltaire et le César de Shakspeare. Emprunts que leur a faits M. Jules Lacroix. Le caractère de Brutus. Epilogue de la pièce nouvelle. La griffe d’un maitre. Style et versification de M. Lacroix. -Geffroy, Beauvallet, Ligier.— Théâtre-Historique le Comte Hermann, drame de M. Alexandre Dumas. Retour de l’auteur d’Antony à sa première manière.— Variétés la Vie de Bohème, par MM. Henri Murger et Théodore Barrière. Le théâtre et le journalisme. La bohème de l’art. L’esprit de M. Murger. Mademoiselle Thuillier, Charles Pérey. 121


XI

DÉCEMBRE 1849. — Odéon François le Champi, drame de madame George Sand. — La bienvenue à l’auteur. Sa nouvelle oeuvre dramatique. Le cadre et le tableau. Les paysans nature. Le style berrichon. Clarence, Deshayes, mesdames Laurent, Moreau-Sainti et Volnais. — Théâtre de la Républiqne Gabrielle, comédie en vers, de M. Émile Augier. Mœurs théâtrales nouvelles. Décadence du jeune premier. Georges Dandin triomphant, et Clitandre confondu. — La comédie de M. Augier ; l’idée, le style et les interprètes. Chicane philosophique 135


XII

JANVIER 1850. Gymnase Diviser pour régner, par M. Adrien Decourcelles. Milord à la recherche d’une position commode. Bressan.—Théâtre de la République anniversaire de la uaissance de Molière. —Une représentation, en 1665, de l’Amour médeci.—Avis au lecteur.Entr’actes dialogués de M. Alexandre Dumas. L’illusion du théâtre. Les spectateurs sur la scène. L’homme à grands canons des Fâcheux. Mesdemoiselles Judith, Augustine Brohan, Delphine Fix et Marie Favart. Un public peu lettré. — Molière chuté pour Dumas. 141


XIII

FÉVRIER et MARS 1850. Théâtre de la République reprise de Mademoiselle de Belle-Isle, de M. Alexandre Dumas.— Mademoiselle Rachel. Concert de madame Sontag (comtesse Rossi). La femme et la cantatrice. Iphigénie en Tauride. Gaieté le Courrier de Lyon, ou l’Attaque de la malle-poste, drame de MM. Siraudin, Moreau et Delacour. L’Ouvrier de Messine, de Caigniez. Lesurques. Les erreurs de la justice humaine.— Théâtre de la République Charlotte Corday, drame en vers, de M. Ponsard. La pièce et le sujet. Caractère de l’héroïne. Portraits de Danton, de Robespierre et de Marat. Mademoiselle Judith, Geffroy, Bignon. 145


XIV

AVRIL 1850. Théâtre-Historique Urbain Grandier, drame de MM. Alexandre Dumas et Auguste Maquet.— La pièce et la mise en scène. Porte-Saint-Martin Toussaint Louverture, drame en vers, de M. Alphonse de Lamartine. La politique et la littérature. Une Marseillaise noire. Le caractère de Toussaint. Frédérick Lemaitre, mademoiselle Lia Félix. Variétés la Petite Fadette, tirée du romande George Sand, par MM. Charles Lafont et Anicet Bourgeois. Le rurodrame. Les paysans au théâtre. Les paysans de M. de Balzac et ceux de madame Sand. Charles Pérey, mademoiselle Thuillier.. 160


XV

MAI 1850. Théâtre de la Nation madame Alboni dans le Prophète. Son jeu et son chant. l’orte-Saint-llartin la Alisère, drame de M. Ferdinand Dugué. Odéon le Chariot d’enfant, drame du roi Soudraka, traduit par MM. Méry et Gérard de Nerval. Chronologie de la pièce. Le roi poëte. Le théâtre chez les Hindous. Les interprètes du roi Soudraka.— Théâtre de la Républiqne reprise d’Angelo, tyran de Padoue. La prose dramatique. Lesage, Marivaux, Beaumarchais. Avantages et inconvénients du vers alexandrin, Liberté métrique de la poésie théâtrale chez les Anglais, les Allemands et les Espagnols.Mademoiselle Rachel dans le rôle de la Tisbé. Comment mademoiselle Mars jouait ce rôle. Côté plastique du talent de mademoiselle Rachel. Étude de son jeu. Mademoiselle Rébecca, Beauvallet. Théâtre de la Nation reprise du Rossignol, paroles d’Fiienne, musique de Lebrun. — Madame Laborde. 171


XVI

JUIN-AOUT 1850.— Gymnase Pruneau, par MM. Cogniard frères. Inconvénients sociaux d’un nom grotesque. Charles Potier. Théâtre de la République Horace et Lydie, comédie en vers de M. Ponsard. La pièce et le style. Mademoiselle Rachel dans le rôle de Lydie. — Brindeau, mademoiselle Marie Favart. Théâtre-Historique la Chasse au chastre, pièce bouffonne, de M. Alexandre Dumas.— Qu’est-ce qu’un chastre. Les infortunes de M. Louet. Décoration panoramatique. Numa. — Le chastre symbolique. 185


XVII

DÉCEMBRE 1850. Théâtre-Montansier les Extases de M. Hochenez, par M. Marc Michel. Retour d’Italie. Amende honorable. -Le vaudeville cosmopolite. Bienfaits de la traduction. Le magnétisme au point de vue comique. Sainville, Hyacinthe, Kalekaire. Gaieté Paillasse, drame de MM. Dennery et Marc Fournier.—Frédérick Lemaître.— Théâtre de la République le Joueur de flute, comédie en vers, de M. Émile Augier. La forme grecque. La Courtisane amoureuse. Opéra-Comique la Dame de pique, paroles de M. Scribe (d’après Pouschkine), musique de M. Halévy. La pièce, la partition et la mise en scène. Une veine heureuse 201


XVIII

JANVIER 1851. Porte-Saint-Martin Claudie, drame de madame George Sand. Le théâtre rustique. Profonde ignorance des littérateurs, en général, sur les choses de la campagne. La nouvelle idylle berrichonne. Bocage, Fecbter, mademoiselle Lia Félix. Théâtre de la République débuts de mademoiselle Madeleine Brohan dans le Legs et les Jeux de l’Amour et dit Hasard.— Affinités entre les comédies de Marivaux et celles de Shakspeare.- Madeleine et Augustine. Dangers de l’émulation.- Samson.— Gymnase la Dot de Marie, par MM. Clairville et Jules Cordier. Les enfarits au théâtre. La petite Judith Ferreyra.- Lesueur. 210


XIX

FÉVRIER et MARS 1851. -Opéra-Comique Bonsoir, monsieur Pantalon, paroles de M. Lockroy, musique de M. Albert Grisar. La pièce et la partition. Théâtre de la République Valéria, drame de MM. Jules Lacroix et Auguste Maquet.— Une médisance de Juvénal. Réhabilitation de Messaline.— Les Alénechmes au féminin. Mademoiselle Rachel dans son double rôle. Provost. Porte-Saint-Martin les Routiers, drame en vers, de M. Latour (de Saint-Ybars). Un classique dévoyé. De qui se moque-t-on ici? Théâtre de la République Bataille de dames, comédie de MM. Scribe et Ernest Legouvé. Molière in-douze.- Les bravos égoïstes.— Madame Allan, Provost, Maillart. 220


XX

AVRIL 1851. Odéon les Contes d’Hoffmann, drame fantastique, de MM. Jules Barbier et Michel Carré. Hoffmann et ses créations. La vraisemblance dans l’incroyable. La pièce de MM. Barbier et Carré. Du mélange des vers et de la prose dans le dialogue scénique. Madame Laurent, Tisserant. Théâtre de la Nation Sapho, paroles de M. Émile Augier, musique de M. Gounod. La légende de Sapho. — La fable de M. Augier. — Le rocher de Leucate. — La chanson du chevrier. Madame Viardot-Garcia, Gueymard. La partition. Caractère du talent de M. Gounod. Reproche aux auteurs à propos de l’omission du ballet. Opinion de Goethe sur la danse mimique 230


XXI

MAI et JUIN 1851. Gaieté Molière, drame de madame George Sand. Idée philosophique de la pièce. Se dégage-t-elle clairement de la situation ? — Le caractère d’Armande tel que l’a fait l’auteur. Diffusion d’intérêt qui en résulte. Bocage, MI. et madame Lacressonnière, mademoiselle Hortense Jouve. — Théâtre de la République les Caprices de Marianne, comédie de MI. Alfred de Musset. Manière d’esquiver les changements à vue. Modifications malheureuses. Succès quand même. — Ambigu les Vengeurs, drame de MI. Plouvier. Le plaisir des dieux Des diverses formes de la vengeance, depuis Cain jusqu’à nos jours. — Théâtre de la République les Bâtons flottants, comédie en vers, de M. Liadières. — Le vers de la Fontaine réalisé. — Un écrivain amateur. Portraits de fantaisie. La prétendue inanité du pouvoir. Versification d’un ancien homme d’État. 238


XXII

JUILLET-SEPTEMBRE 1851. — Porte-Saint-Martin Salvator Rosa, drame de M. Ferdinand Dugué. Une figure qui revenait au drame. Les peintres brigands. Mélingue, Rouvière. Gymnase Mercadet, comédie posthume d’Honoré de Balzac. — La mort d’un homme de génie. Les vivants de San-Servolo. Une lecture de Mercadet aux Jardies. Ce que c’est qu’un faiseur. Physiologie des débiteurs et des créanciers. — Arrangements discrets de M. Dennery. Geoffroy, Lesueur. — Opéra-Comique reprise de Joseph vendu par ses frères, paroles d’Alexandre Duval, musique de Méhul. Vacances des cuivres. La partition de Méhul. Le style du livret. Delaunay-Riequier, Bussine, mademoiselle Lefèvre. Querelle à propos de costumes. 245


XXIII

OCTOBRE et NOVEMBRE 1851. — Théâtre de la République le Dernier Abencérage, drame en vers, de M. Beauvallet. Des acteurs auteurs. Le poète et le comédien. Les panoplies de Beauvallet. Gymnase Bettine, comédie de M. Alfred de Musset. La pièce. Madame Rose Chéri, Geoffroy, Lesueur. Théâtre de la République Mademoiselle de la Seiglière, comédie de M. Jules Sandeau. De l’invention au théâtre. Les romans modernes. Un type de ci-devant. Samson, Regnier, Delaunay, mademoiselle Madeleine Brohan. Variétés Alignon, par M. Gaston de Montheau.— Les types de femmes créés par Gœthe. Mademoiselle Marie Favart 261 XXIV DËCEMBRE 1851. Opéra-National (second théâtre lyrique) la Perle du Brésil, paroles de MM. Gabriel et Sylvain Saint-Étienne, musique de M. Félicien David. La musique pure et la musique dramatique. Le livret de MM. Gabriel et Saint-Étienne. La partition. Junca.— Porte-Saint-Martin l’Imagier de Harlent, drame fantastique, de MM. Gérard de Nerval et Méry.— La pièce et la mise en scène. Affabulation. Un aphorisme de M. Nestor Roqueplan. La prose et les vers alternés 275


XXV

JANVIER 1852. Odéon les Marionnettes du docteur, drame miparti vers et prose, de MM. Jules Barbier et Michel Carré. Un subterfuge d’action.— Fantasmagorie au bénéfice de la morale. Le langage des dieux dans la bouche d’un portier.— Faut de la morale, pas trop n’en faut. Variétés une Queue-rouge, par MM. Duvert et Lauzanne. Le Collinet d’Édouard Ourliac. Un mauvais choix d’acteur. Arnal, mademoiselle Page. 288


XXVI

FÉVRIER 1852. Porte-Saint-Martin la Poissarde, drame de MM. Deslandes, Dupeuty et Bourget.- Le type de la dame de la lialle. Mesdames Laurent et Lia Félix, Boutin, Colbrun. Vaudeville: la Dame aux Camellias, par N. Alexandre Dumas fils. Est-ce invention? est-ce réalité?— Marie Duplessis. Une vente après décès.— Le luxe de la courtisane. Chœur de femmes honnêtes. Le fantôme de la morte. Le perroquet et le commissaire-priseur. Les camellias. La pièce de M. Dumas fils. Madame Doche, Fechter. Palais-Royal las Dansorès espagnolas, par MM. Bayard et de Biéville. Mademoiselle Aline Duval, Grassot, Lhéritier. Théâtre-Français Diane, drame en vers, de M. Émile Augier. La vérité due au talent. La Alarion Delorme de l’école du bon sens. Mademoiselle Rachel, Delaunay, Brindeau, Geffroy. 295


XXVII

MARS 1852. Gymnase les Vacances de Pandolphe, par madame George Sand.- Le rêve du voyage à Cythère. La nature à la Watteau. Les romans de George Sand et son théâtre. Abus de la simplicité devant la rampe. Palais-Royal la Maman Sabouleux, par MM. Labiche et Marc Michel. L’art dans la farce. La petite Montalant, Grassot, Hyacinthe. Théâtre-National (ancien Cirque) Geneviève, patronne de Paris, drame-légende, de M. Latour (de Saint-Ybars). La légende et l’histoire. Une pièce sans poudre au Cirque. Théorie de l’ennui. Le combat à la hache et au sabre. Un anachronisme qui eût aidé au succès. Des barbares trop sauvages. Mademoiselle Périga. 315


XXVIII

AVRIL 1852. Gymnase le Piano de Berthe, par Alnl. Théodore Barrière et Jules Lorin. Madame Rose Chéri, Bressan. Variétés un Monsieur qui prend la mouche, par MM. Lefranc et Marc Michel. Arnal, Leclère, Kopp. Porte-Saint-Martin Benvenuto Cellini, drame de M. Paul Meurice.— Le héros de la pièce. Son caractère, son génie et ses œuvres.— Nlélingue, madame Person. Théâtre-Français le Bonhomme Jadis, comédie de M. Henri Murger.— Le feuilleton découpé en pièce. Originalité du talent de M. Murger. —Sa nouvelle comédie. Provost, Delaunay, mademoiselle Fix 324


FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES