Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain, traduction Guizot, tome 13/LXVII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

HISTOIRE
DE LA DÉCADENCE ET DE LA CHUTE
DE L’EMPIRE ROMAIN,
TRADUITE DE L’ANGLAIS
D’ÉDOUARD GIBBON.


NOUVELLE ÉDITION, entièrement revue et corrigée, précédée d’une Notice sur la vie et le caractère de GIBBON, et accompagnée de notes critiques et historiques, relatives, pour la plupart, à l’histoire de la propagation du christianisme ;


PAR M. F. GUIZOT.

TOME TREIZIÈME.

À PARIS,
CHEZ LEFÈVRE, LIBRAIRE,
RUE DE L’ÉPERON, No 6.

1819.
CHAPITRE LXVII.
Schisme des Grecs et des Latins. Règne et caractère d’Amurath II. Croisade de Ladislas, roi de Hongrie. Sa défaite et sa mort. Jean Huniade. Scanderberg. Constantin Paléologue, dernier empereur de Constantinople.

Comparaison de Rome et de Constantinople.

UN Grec éloquent, le père des écoles de l’Italie, a comparé et célébré les villes de Rome et de Constantinople[1]. Le sentiment qu’éprouva Manuel Chrysoloras à la vue de cette ancienne capitale du monde, siège de ses ancêtres, surpassa toutes les idées qu’il avait pu s’en former ; et il cessa de blâmer l’ancien sophiste qui s’écriait que Rome était un séjour fait non pour les hommes, mais pour les dieux. Ces dieux et ces hommes avaient disparu depuis long-temps ; mais aux yeux de l’enthousiaste éclairé, la majesté de ses ruines reproduisait l’image de son ancienne prospérité. Les monumens des consuls et des Césars, des martyrs et des apôtres, excitaient de toutes parts la curiosité du philosophe et celle du chrétien. Manuel confessa que les armes et la religion de Rome avaient été destinées à régner dans tous les temps sur l’univers ; mais sa vénération pour les beautés respectables de la mère patrie ne lui faisait point oublier les charmes de la plus belle de ses filles, dans le sein de laquelle il avait pris naissance. Le patriote Byzantin célèbre avec autant de chaleur que de vérité les avantages naturels et éternels de Constantinople, ainsi que les monumens plus fragiles de la puissance et des arts dont elle était ou avait été embellie. (Cependant il observe modestement que la perfection de la copie ne fait que tourner à la gloire de l’original, et que les parens se voient avec plaisir retracés ou même surpassés par leurs enfans. « Constantinople, dit l’orateur, est située sur une colline entre l’Europe et l’Asie, entre l’Archipel et la mer Noire. Elle joint ensemble, pour l’avantage commun des nations, les deux mers et les deux continens, et tient à son gré les portes du commerce ouvertes ou fermées. Son port, environné de tous côtés par le continent et la mer, est le plus vaste et le plus sûr de l’univers. On peut comparer les portes et les murs de Constantinople à ceux de Babylone : ses tours hautes et nombreuses sont construites avec la plus grande solidité ; le second mur ou la fortification extérieure suffirait à la défense et à la majesté d’une capitale ordinaire. On peut introduire dans ses fossés un courant fort et rapide ; et cette île artificielle peut être alternativement environnée, comme Athènes[2], de la terre ou des eaux. » On allègue deux causes qui durent contribuer naturellement et fortement à perfectionner le plan de la nouvelle Rome. Le monarque qui la fonda commandait aux plus illustres nations du monde ; et dans l’exécution de son dessein, il employa aussi utilement les sciences et les arts de la Grèce, que la puissance des Romains. La grandeur de la plupart des autres villes a dépendu du temps et des événemens ; on trouve toujours dans leurs beautés un mélange de désordre et de difformité ; et les habitans, attachés à l’endroit qui les a vu naître, ne peuvent rectifier ni les vices du sol ou du climat, ni les erreurs de leurs ancêtres. Mais le plan de Constantinople, et son exécution, furent l’ouvrage libre d’un seul génie ; et ce modèle primitif fut seulement perfectionné par le zèle obéissant de ses sujets et de ses successeurs. Les îles adjacentes offraient une inépuisable quantité de marbres : on transporta les autres matériaux du fond de l’Europe et de l’Asie ; les édifices publics et particuliers, les palais, les églises, les acquéducs, les citernes, les portiques, les colonnes, les bains et les hippodromes furent tous construits sur des dimensions convenables à la grandeur de la capitale de l’Orient. Le superflu des richesses de la ville se répandit le long des rivages de l’Europe et de l’Asie ; et les alentours de Byzance jusqu’à l’Euxin, à l’Hellespont et au grand mur, ressemblaient à un populeux faubourg ou à une suite continuelle de jardins. Dans ce tableau enchanteur, l’orateur confond adroitement le passé avec le présent, les temps de prospérité avec celui de la décadence ; mais la vérité lui échappe involontairement, et il avoue, en soupirant, que sa malheureuse patrie n’est plus que l’ombre ou le tombeau de la superbe Byzance. Les anciens ouvrages de sculpture avaient été défigurés par le zèle aveugle des chrétiens ou par la violence des Barbares. Les plus beaux édifices étaient démolis ; on brûlait les marbres précieux de Paros et de la Numidie pour en faire de la chaux, ou on les employait aux usages les plus grossiers. La place de la plupart des statues était marquée par un piédestal vide ; on ne pouvait juger des dimensions de la plupart des colonnes que par les restes d’un chapiteau brisé. Les débris des tombes des empereurs étaient dispersés sur le sol ; les ouragans et les tremblemens de terre avaient secondé les coups du temps, et la tradition populaire ornait les espaces vides de monumens fabuleux d’or ou d’argent. Il distingue toutefois de ces merveilles, qui n’existaient que dans la mémoire ou n’avaient peut-être existé que dans l’imagination, le pilier de porphyre, la colonne et le colosse de Justinien[3], l’église et surtout le dôme de Sainte-Sophie, qui termine convenablement son tableau, puisqu’il ne peut, dit-il, être décrit d’une manière digne de ses beautés, et qu’après en avoir parlé, on ne peut nommer aucun autre objet. Mais il oublie d’observer que dans le siècle précédent, les fondemens du colosse et de l’église avaient été soutenus et réparés par les soins actifs d’Andronic l’ancien. Trente ans après que l’empereur eut consolidé Sainte-Sophie, au moyen de deux nouveaux supports ou pyramides, l’hémisphère oriental du dôme s’écroula tout à coup ; les images, les autels et le sanctuaire furent écrasés sous les ruines : mais le mal ne tarda pas à être réparé. Les citoyens de toutes les classes travaillèrent avec persévérance à déblayer les décombres ; et les Grecs employèrent les tristes débris de leur richesse et de leur industrie à rétablir le plus magnifique et le plus vénérable temple de l’Orient[4].

Schisme grec après le concile de Florence. A. D. 1440-1448.

Menacés d’une destruction prochaine, la ville et l’empire de Constantinople fondaient un dernier espoir sur la réunion de la mère et de la fille, sur la tendresse maternelle de Rome et l’obéissance filiale de Constantinople. Au concile de Florence, les Grecs et les Latins s’étaient embrassés, avaient signé, avaient promis ; mais ces démonstrations d’amitié étaient perfides et inutiles[5] ; et tout l’édifice de l’union, dénué de fondemens, disparut bientôt comme un songe[6]. L’empereur et ses prélats partirent sur les galères de Venise ; mais lorsqu’ils relâchèrent dans la Morée, dans les îles de Corfou et de Lesbos, les sujets des Latins se plaignirent hautement de l’union prétendue qui ne devait servir, disaient-ils, que d’un nouvel instrument à la tyrannie. En débarquant sur la rive de Byzance, ils furent salués ou plutôt assaillis par le murmure général du zèle blessé et du mécontentement. Depuis plus de deux ans, qu’avait duré leur absence, la capitale était privée de ses chefs civils et ecclésiastiques, et le fanatisme fermentait dans l’anarchie ; des moines turbulens gouvernaient la conscience des femmes et des dévots, et leur prêchaient la haine des Latins, pour eux le premier sentiment de la nature et de la religion. Avant son départ pour l’Italie, l’empereur avait flatté ses sujets d’un prompt et puissant secours ; et le clergé, rempli du sentiment de son orthodoxie et de sa science, s’était promis et avait promis à son troupeau une victoire facile sur les aveugles pasteurs de l’Occident, Les Grecs, trompés dans cette double espérance, se livrèrent à l’indignation ; les prélats qui avaient souscrit sentirent leur conscience se réveiller ; le moment de la séduction était passé : ils avaient plus à craindre de la colère publique qu’à espérer de la protection du pape et de l’empereur. Loin de vouloir excuser leur conduite, ils confessèrent humblement leur faiblesse et leur repentir, et implorèrent la miséricorde de Dieu et de leurs compatriotes. Lorsqu’on leur demanda d’un ton de reproche quels avaient été le résultat et l’avantage du concile d’Italie, ils répondirent, avec des soupirs et des larmes : « Nous avons composé une foi nouvelle ; nous avons changé la piété pour l’impiété ; nous avons renoncé à l’immaculé sacrifice, nous sommes devenus azymites. » On appelait azymites ceux qui communiaient avec du pain azyme ou sans levain ; et ceci pourrait me forcer à rétracter ou à expliquer l’éloge que j’ai fait plus haut de la philosophie renaissante. « Hélas, continuaient-ils, nous avons succombé à la misère, on nous a séduits par la fraude, par les craintes et les espérances d’une vie transitoire. Nous méritons qu’on abatte la main qui a scellé notre crime, qu’on arrache la langue qui a prononcé le symbole des Latins. » Ils prouvèrent la sincérité de leur repentir par un accroissement de zèle pour les plus minutieuses cérémonies, pour les dogmes les plus incompréhensibles. Ils se séquestrèrent et n’eurent de communication avec personne, pas même avec l’empereur, dont la conduite fut un peu plus décente et plus raisonnable. Après la mort du patriarche Joseph, les archevêques d’Héraclée et de Trébisonde eurent le courage de refuser le poste qu’il laissait vacant : et le cardinal Bessarion préféra l’asile utile et commode que lui offrait le Vatican. Il ne restait à élire à l’empereur et à son clergé que Métrophanes de Cyzique, qui fut sacré dans l’église de Sainte-Sophie ; mais elle resta vide. Les porte-croix abandonnèrent le service des autels. La contagion se communiqua de la ville aux villages, et Métrophanes fit inutilement usage des foudres de l’Église contre un peuple de schismatiques. Les regards des Grecs se tournèrent vers Marc d’Éphèse, le défenseur de son pays ; les souffrances de ce saint confesseur furent payées par un tribut d’applaudissement et d’admiration. Son exemple et ses écrits propagèrent la flamme de la discorde religieuse. Il succomba bientôt sous le poids de l’âge et des infirmités ; mais l’Évangile de Marc n’était pas une loi de miséricorde ; il demanda à son dernier soupir qu’on n’admît point à son convoi les adhérens de Rome, qu’il dispensait de prier pour lui.

Zèle des Russes et des Orientaux.

Le schisme ne se renferma point dans les limites étroites de l’empire grec : tranquilles sous celui des mamelucks, les patriarches d’Alexandrie, d’Antioche et dé Jérusalem assemblèrent un nombreux synode, désavouèrent leurs représentans à Ferrare et à Florence, condamnèrent le symbole et le concile des Latins, et menacèrent l’empereur de Constantinople des censures de l’Église d’Orient. Parmi les sectaires de la communion grecque, les Russes étaient les plus puissans, les plus ignorans et les plus superstitieux. Leur primat, le cardinal Isidore, courut rapidement de Florence à Moscou[7], pour réduire sous le joug du pape cette nation indépendante ; mais les évêques russes avaient puisé leurs principes au mont Athos, et le souverain, ainsi que les sujets, suivaient les opinions théologiques de leur clergé. Le titre, le faste et la croix latine du légat, ami de ces hommes impies qui rasaient leur barbe, célébraient le service divin avec des gants aux mains et des bagues aux doigts, furent pour les Russes autant de sujets de scandale. Isidore fut condamné par un synode ; ou renferma dans un monastère, et ce cardinal n’échappa qu’avec beaucoup de difficulté à la fureur d’un peuple féroce et fanatique[8]. Les Russes refusèrent le passage aux missionnaires de Rome, qui allaient travailler à convertir les païens au-delà du Tanaïs[9], et justifièrent leur refus par cette maxime que le crime de l’idolâtrie est moins damnable que celui du schisme. L’aversion des Bohémiens pour le pape fit excuser leurs erreurs, et le clergé grec sollicita, par une députation, l’alliance de ces enthousiastes sanguinaires[10]. Tandis qu’Eugène triomphait de la réunion des Grecs et de leur orthodoxie, ses partisans étaient circoncrits dans les murs ou plutôt dans le palais de Constantinople : le zèle de Paléologue, excité par l’intérêt, fut bientôt refroidi par la résistance ; il craignit d’exposer sa couronne et sa vie en contraignant la conscience d’une nation qui n’aurait pas manqué de secours étrangers et domestiques pour soutenir sa pieuse révolte. Le prince Démétrius, son frère, qui avait gardé en Italie un silence conforme à la prudence et fait pour lui concilier la faveur publique, menaçait de s’armer pour la cause de la religion, et l’intelligence apparente des Grecs et des Latins alarmait le sultan des Turcs.

Règne et caractère d’Amurath II. A. D. 1421-1451, 9 février.

« Le sultan Murad ou Amurath vécut quarante-ans, et régna trente ans six mois et huit jours. C’était un prince courageux et équitable, d’une âme grande, patient dans les travaux, instruit, clément, pieux et charitable : il aimait et encourageait les hommes studieux et tout ce qui excellait dans quelque art ou science que ce fût. C’était un bon empereur et un grand général. Aucun homme ne remporta plus ou de plus grandes victoires. Belgrade seule résista à ses attaques. Sous son règne, le soldat fut toujours victorieux ; le citoyen, riche et tranquille. Lorsqu’il avait soumis un pays, son premier soin était de construire des mosquées, des caravanserais, des colléges et des hôpitaux. Il donnait tous les ans mille pièces d’or aux fils du prophète ; il en envoyait deux mille cinq cents aux personnes pieuses de la Mecque, de Médine et de Jérusalem[11]. » Ce portrait est tiré d’un historien de l’empire ottoman. Mais les plus cruels tyrans ont obtenu des louanges d’un peuple esclave et superstitieux ; et les vertus d’un sultan ne sont souvent que les vices qui lui sont le plus utiles ou qui sont le plus agréables à ses sujets. Une nation qui n’a jamais connu les avantages égaux pour tous des lois et de la liberté, peut se laisser imposer par les saillies du pouvoir arbitraire. La cruauté du despote prend à ses yeux le caractère de la justice ; elle appelle libéralité ce qui n’est que profusion, et décore l’obstination du nom de fermeté. Sous le règne de celui qui rejette les excuses les plus raisonnables, il se trouve peu d’actes de soumission impossible, et le coupable doit nécessairement trembler où l’innocence n’est pas toujours tranquille. Des guerres continuelles maintinrent la tranquillité des peuples et la discipline des soldats. La guerre était le métier des janissaires ; ceux qui échappaient aux dangers partageaient les dépouilles et applaudissaient à la généreuse ambition de leur souverain. La loi de Mahomet recommandait aux musulmans de travailler à la propagation de la foi. Tous les infidèles étaient leurs ennemis et ceux de leur prophète, et le cimeterre était l’unique instrument de conversion dont les Turcs sussent faire usage. Cependant la conduite d’Amurath attesta sa justice et sa modération. Les chrétiens eux-mêmes la reconnurent ; ils ont considéré la prospérité de son règne et sa mort paisible comme la récompense de son mérite extraordinaire. Dans la vigueur de son âge et de sa puissance militaire, il déclara rarement la guerre sans y avoir été forcé : la soumission le désarmait facilement après la victoire ; et dans l’observation des traités, sa parole était sacrée et inviolable[12]. Les Hongrois furent presque toujours les agresseurs. La révolte de Scanderberg l’irrita. Le perfide Caramanien, vaincu deux fois, obtint deux fois son pardon du monarque ottoman. Thèbes, surprise par le despote, justifia l’invasion de la Morée : le petit-fils de Bajazet put enlever aux Vénitiens Thessalonique, si récemment achetée par eux ; et après le premier siége de Constantinople, l’absence, les malheurs de Paléologue, les injures qu’il en reçut, n’engagèrent jamais le sultan à hâter les derniers momens de l’empire de Byzance.

Ses deux abdications successives. A. D. 1442-1444.

Mais le trait le plus frappant du caractère et de la vie d’Amurath, est sans doute d’avoir abdiqué deux fois le trône ; si ses motifs n’eussent pas été dégradés par un mélange de superstition, nous ne pourrions refuser des louanges à un monarque philosophe[13] qui, à l’âge de quarante ans, sut discerner le néant des grandeurs humaines. Après avoir remis le sceptre entre les mains de son fils, il se retira dans l’agréable retraite de Magnésie ; mais il y chercha la société des saints et des ermites. Ce n’était pas avant le quatrième siècle de l’hégyre que la religion de Mahomet s’était laissé corrompre par une institution si opposée à son caractère ; mais durant les croisades, l’exemple des moines chrétiens et même latins multiplia les divers ordres de derviches[14]. Le maître des nations s’asservit à jeûner, à prier et à tourner continuellement en rond avec des fanatiques qui prenaient l’étourdissement de la tête pour la lumière de l’esprit[15]. Mais l’invasion des Hongrois réveilla bientôt de ce rêve d’enthousiasme ; et son fils prévint le vœu du peuple en s’adressant à son père au moment du danger. Sous la conduite de leur ancien général, les janissaires furent vainqueurs ; mais il revint du champ de bataille de Warna prier, jeûner et tourner avec ses compagnons de retraite de Magnésie. Le danger de l’état interrompit une seconde fois ses pieuses occupations. L’armée victorieuse dédaigna l’inexpérience de son fils : Andrinople fut abandonnée au meurtre et au pillage, et l’émeute des janissaires décida le divan à solliciter la présence d’Amurath pour prévenir leur révolte. Ils reconnurent la voix de leur maître, tremblèrent et obéirent ; et le sultan fut forcé à supporter malgré lui sa brillante servitude, dont au bout de quatre ans il fut délivré par l’ange de la mort. L’âge ou les infirmités, le caprice ou l’infortune ont fait descendre plusieurs princes du trône, et ils ont eu le temps de se repentir de cette démarche irrévocable. Mais le seul Amurath, libre de choisir, et après avoir essayé de l’empire et de la solitude, fit une seconde fois de la vie privée l’objet de sa préférence.

Eugène forme une ligue contre les Turcs. A. D. 1443.

Après le départ des Grecs, Eugène n’avait point oublié leurs intérêts temporels, et sa tendre sollicitude pour l’empire de Byzance était animée par la crainte de voir les Turcs s’approcher des côtes de l’Italie et peut-être bientôt les envahir. Mais l’esprit qui avait produit les croisades n’existait plus, et les Francs montrèrent une indifférence aussi déraisonnable que l’avait été leur tumultueux enthousiasme. Dans le onzième siècle, un moine fanatique avait su précipiter l’Europe sur l’Asie pour la délivrance du Saint-Sépulcre ; dans le quinzième, les plus pressans motifs de politique et de religion ne purent réunir les Latins pour la défense commune de toute la chrétienté. L’Allemagne était un inépuisable magasin d’armes et de soldats[16] ; mais pour mettre en mouvement ce corps languissant et compliqué, il aurait fallu l’impulsion d’une main ferme et vigoureuse, et le faible Frédéric III ne jouissait ni de l’influence d’un empereur, ni d’aucune considération personnelle. Une longue guerre avait diminué les forces de la France et de l’Angleterre sans épuiser leur animosité[17]. Mais le duc de Bourgogne, prince vain et fastueux, se fit, sans danger et sans frais, un mérite de l’aventureuse piété de ses sujets, qui firent voile sur une flotte bien équipée des côtes de la Flandre vers celles de l’Hellespont. Les républiques de Gênes et de Venise, plus à portée du théâtre de la guerre, réunirent leurs flottes sous l’étendard de saint Pierre. Les royaumes de Pologne et de de Hongrie, qui couvraient, pour ainsi dire, les barrières intérieures de l’Église latine, étaient les plus intéressés à s’opposer aux progrès des Turcs. Les armes étaient le patrimoine des Scythes et des Sarmates et ces nations paraissaient propres à soutenir la lutte, si elles eussent dirigé contre l’ennemi commun les forces militaires qui s’entre-détruisaient dans leurs discordes civiles. Mais le même esprit les rendait également incapables d’accord et d’obéissance. Le pays était trop pauvre et le monarque trop peu puissant pour entretenir une armée régulière ; les corps irréguliers de cavalerie hongroise et polonaise manquaient des armes et des sentimens qui, en quelques occasions, donnèrent à la chevalerie française une force invincible. De ce côte, cependant, les desseins d’Eugène et l’éloquence de son légat, le cardinal Julien, furent soutenus par des circonstances favorables[18], la réunion des deux couronnes sur la tête de Ladislas[19], guerrier jeune et ambitieux, et la valeur d’un héros, Jean Huniades, dont le nom était déjà fameux parmi les chrétiens et redoutable aux Turcs. Le légat répandit un inépuisable trésor de pardons et d’indulgences ; un grand nombre de guerriers allemands et français s’enrôlèrent sous l’étendard sacré, et de nouveaux alliés d’Europe et d’Asie rendirent ou firent paraître la croisade un peu plus formidable. Un despote fugitif de Servie exagéra la détresse et l’ardeur des chrétiens qui habitaient au-delà du Danube ; ils avaient, disait-d, unanimement résolu de défendre leur religion et leur liberté. L’empereur grec[20], avec un courage inconnu à ses ancêtres, se chargeait de garder le Bosphore, et promettait de sortir de Constantinople à la tête de ses troupes nationales et mercenaires. Le sultan[21] de Caramanie annonçait la retraite d’Amurath et une diversion puissante dans l’Anatolie ; et si les flottes de l’Occident pouvaient occuper au même instant le détroit de l’Hellespont, la monarchie ottomane se trouvait inévitablement partagée et détruite. Le ciel et la terre devaient sans doute contribuer avec joie à la destruction des mécréans ; et le légat répandait, en termes prudemment équivoques, l’opinion d’un secours invisible du Fils de Dieu et de sa divine mère.

Ladislas, roi de Pologne et de Hongrie, marche contre les Turcs.

La guerre sainte était le cri unanime des diètes de Pologne et de Hongrie ; et Ladislas, après avoir passé le Danube, conduisit l’armée de ses sujets confédérés jusqu’à Sophie, la capitale des Bulgares. Ils remportèrent dans cette expédition deux brillantes victoires, qui furent attribuées, avec raison, à la valeur et à la conduite de Huniades. À la première affaire, il commandait une avant-garde de dix mille hommes avec lesquels il surprit le camp des Turcs ; à la seconde, il défit et prit le plus renommé de leurs généraux, malgré le double désavantage du terrain et du nombre. L’approche de l’hiver et les obstacles naturels et artificiels qu’opposait le mont Hœmus arrêtèrent ce héros, que six jours de marche auraient pu conduire du pied des montagnes aux tours ennemies d’Andrinople ou la capitale hospitalière de l’empire grec. L’armée fit paisiblement sa retraite ; et son entrée à Bude eut en même temps l’air d’un triomphe militaire et d’une procession religieuse. Le roi, accompagné de ses guerriers, suivait à pied une double file d’ecclésiastiques ; il pesa dans une balance égale le mérite et les récompenses des deux nations, et l’humilité chrétienne tempéra l’orgueil de la conquête. Treize pachas, neuf étendards et quatre mille prisonniers étaient d’irrécusables trophées de la victoire ; et les croisés, que tout le monde était disposé à croire et que nul n’était présent pour contredire, multiplièrent sans scrupule les myriades d’Ottomans qu’ils avaient laissées le champ de bataille[22]. [Paix des Turcs.]La preuve la plus incontestable et l’effet le plus salutaire de leurs succès furent une députation du divan, chargée de solliciter la paix, de racheter les prisonniers et d’évacuer la Servie et la frontière de Hongrie. Par ce traité conclu dans la diète de Segedin, le roi, le despote et Huniades, obtinrent tous les avantages publics et particuliers qu’ils pouvaient raisonnablement désirer. On convint d’une trêve de dix ans ; les disciples de Jésus-Christ et ceux de Mahomet jurèrent sur l’Évangile et sur le Koran ; ils invoquèrent également le nom de Dieu comme le protecteur de la vérité et le vengeur du parjure. Les ambassadeurs turcs proposèrent de substituer à l’Évangile l’eucharistie et la présence réelle du Dieu des catholiques ; mais les chrétiens refusèrent de profaner leurs saints mystères. Une conscience superstitieuse se sent beaucoup moins retenue par le serment en lui-même, que par les formes extérieures et visibles dont on se sert pour le garantir[23].

Infraction du traité de paix. A. D. 1444.

Durant toute cette transaction qu’il désapprouvait, le cardinal légat, trop faible pour s’opposer seul à la volonté du peuple et du monarque, observa un morne silence ; mais la diète n’était pas encore rompue lorsque Julien apprit, par un envoyé, que le Caramanien était entré dans l’Anatolie, et que l’empereur grec avait envahi la Thrace ; que les flottes, de Venise, de Gênes et de Bourgogne occupaient l’Hellespont, et que les alliés, informes de la victoire de Ladislas, et ignorant le traité, attendaient impatiemment le retour de son armée. « Est-ce donc ainsi, s’écria le cardinal relevé par ces heureuses nouvelles[24], que vous tromperez leurs espérances et que vous abandonnerez votre propre fortune ? C’est à eux, c’est à votre Dieu et aux chrétiens vos frères que vous avez engagé votre foi ; cette première obligation annulle un serment imprudent et sacrilége fait aux ennemis de Jésus-Christ. Le pape est son vicaire dans ce monde ; vous ne pouvez légitimement ni promettre ni agir sans sa sanction. C’est en son nom que je sanctifie vos armes et que je vous absous du parjure. Suivez-moi dans le chemin du salut et, de la gloire ; et s’il vous reste encore des scrupules, rejetez sur moi le crime et le châtiment. » L’inconstance des assemblées populaires et le caractère sacré du légat secondèrent ses funestes argumens : on résolut la guerre dans le même lieu où l’on venait de jurer la paix ; et en exécution du traité, les Turcs furent attaqués par les chrétiens, auxquels ils purent alors, avec quelque raison, donner le nom d’infidèles. Les maximes du temps pallièrent le parjure de Ladislas, dont le succès et la délivrance de l’Église latine auraient été la meilleure excuse ; mais le traité qui aurait dû lier sa conscience, avait diminué ses forces. Les volontaires allemands et français, lorsqu’ils avaient entendu proclamer la paix, s’étaient retirés avec des murmures d’indignation. Les Polonais étaient fatigués d’une expédition si éloignée de leur pays, et peut-être dégoûtés d’obéir à des chefs étrangers ; leurs palatins se hâtèrent de profiter de la permission de se retirer dans leurs provinces ou dans leurs châteaux. Les Hongrois mêmes étaient divisés par des factions, ou retenus par des scrupules louables ; et les débris de la croisade qui entreprirent cette seconde expédition, se trouvèrent réduits au nombre insuffisant de vingt mille hommes. Un chef des Valaques, qui joignit l’armée royale avec ses vassaux, osa observer que le sultan était souvent suivi d’une troupe aussi nombreuse dans ses parties de chasse ; et le don qu’il fit à Ladislas de deux chevaux d’une vitesse extraordinaire aurait pu indiquer ce qu’il augurait de l’événement ; mais le despote de Servie, après avoir recouvré son royaume et retrouvé ses enfans, se laissa tenter par la promesse de nouvelles possessions. L’inexpérience de Ladislas, l’enthousiasme du légat et la présomption du vaillant Huniades lui-même, leur persuadèrent que tous les obstacles devaient céder à l’invincible pouvoir de l’épée et de la croix. Après avoir passé le Danube, deux routes différentes pouvaient également les conduire à Constantinople et à l’Hellespont ; l’une, directe, escarpée et difficile, traverse le mont Hœmus ; l’autre, plus longue et plus sûre, conduit par des plaines et le long des côtes de la mer Noire, où ils pouvaient, suivant l’ancienne coutume des Scythes, avoir toujours leurs flancs couverts du mobile rempart de leurs chariots. Ils préférèrent judicieusement cette seconde route. L’armée catholique traversa la Bulgarie, brûlant et saccageant impitoyablement les églises et les villages des chrétiens du pays, et prit son dernier poste à Warna, lieu situé près du bord de la mer, et dont le nom est devenu célèbre par la défaite et la mort de Ladislas[25].

Bataille de Warna. 10 nov. 1444.

Ce fut sur ce terrain funeste qu’au lieu d’apercevoir la flotte qui devait seconder leurs opérations, ils apprirent qu’Amurath, sorti de sa solitude de Magnésie, arrivait avec toutes ses forces d’Asie au secours de ses conquêtes d’Europe. Quelques écrivains prétendent que l’empereur grec, intimidé ou séduit, lui avait livré le passage du Bosphore ; et l’amiral génois, catholique et neveu du pape, n’a pu se laver du reproche de s’être laissé corrompre pour livrer la garde de l’Hellespont. D’Andrinople le sultan s’avança à marches forcées à la tête de soixante mille hommes ; et lorsque Huniades et le légat eurent examiné de plus près l’ordre et le nombre des Turcs, ces ardens guerriers proposèrent trop tard une retraite devenue impraticable. Le roi se montra seul résolu de vaincre ou de périr, et peu s’en fallut que sa généreuse résolution ne fût couronnée de la victoire. Les deux monarques combattaient au centre en face l’un de l’autre, et les Beglerbegs, ou généraux de l’Anatolie et de la Romanie, commandaient la droite et la gauche, vis-à-vis des divisions d’Huniades et du despote. Dès la première charge, les ailes de l’armée turque furent rompues ; mais cet avantage devint un malheur. Dans l’ardeur de la poursuite, les vainqueurs dépassèrent l’armée des ennemis, et privèrent leurs compagnons d’un secours nécessaire. Lorsque Amurath vit fuir ses escadrons, il désespéra de sa fortune et de celle de l’empire ; un janissaire vétéran saisit la bride de son cheval ; et le sultan eut la générosité de pardonner et même d’accorder une récompense au soldat qui avait osé apercevoir la terreur de son souverain et s’opposer à sa fuite. Les Turcs avaient exposé en tête de l’armée le traité de paix, monument de la perfidie chrétienne ; on dit que le sultan, tournant ses regards vers le ciel, implora la protection du Dieu de vérité, et demanda au prophète Jésus-Christ de venger cette dérision impie de son nom et de sa religion[26]. Avec un corps inférieur en nombre et des rangs en désordre, Ladislas se précipita courageusement sur les ennemis, et perça jusqu’à la phalange impénétrable des janissaires. [Mort de Ladislas]Amurath, si l’on en croit les annales ottomanes, perça d’un javelot le cheval du roi de Hongrie[27] ; Ladislas tomba sur les lances de l’infanterie ; et un soldat turc s’écria d’une voix forte : « Hongrois, voilà la tête de votre roi ! » La mort de Ladislas fut le signal de leur défaite ; et Huniades, accourant de son imprudente poursuite, déplora son erreur et le malheur public. Après avoir tâché inutilement de retirer le corps du roi, accablé par la multitude confuse des vainqueurs et des vaincus, il employa les derniers efforts de son courage et de son habileté à sauver les restes de sa cavalerie valaque. Dix mille chrétiens périrent à la désastreuse bataille de Warna ; la perte des Turcs fut plus considérable, mais moins sensible relativement à leur nombre. Le sultan philosophe n’eut cependant pas honte d’avouer qu’une seconde victoire semblable entraînerait la destruction du vainqueur. Il fit élever une colonne à l’endroit où Ladislas était tombé ; mais la modeste inscription de ce monument célébrait la valeur et déplorait l’infortune du jeune roi, sans blâmer son imprudence[28].

Le cardinal Julien.

Je ne puis me décider à m’éloigner du champ de Warna sans donner à mon lecteur une esquisse du caractère et de l’histoire des deux principaux personnages de cette entreprise, Jean Huniades et le cardinal Julien. Julien Césarini[29] sortait d’une noble famille romaine. Ses études avaient embrassé l’érudition des Grecs et celle des Latins, la jurisprudence et la théologie, et la flexibilité de son génie lui avait assuré des succès dans les écoles, à la cour et dans les camps. À peine était-il revêtu de la pourpre romaine, qu’on le chargea d’aller en Allemagne solliciter l’empire d’armer contre les rebelles et les hérétiques de la Bohême. L’esprit de persécution est indigne d’un chrétien, et la profession des armes ne convient point à un prêtre ; mais les mœurs du temps excusaient l’une, et Julien ennoblit l’autre par l’intrépidité qui le fit demeurer seul et inébranlable au milieu de la honteuse déroute des Allemands. En qualité de légat du pape, il ouvrit le concile de Bâle ; mais, président de ce concile, il se montra bientôt le plus zélé champion de la liberté ecclésiastique, et prolongea l’opposition, durant sept années, par son zèle et son intelligence. Après avoir fait prendre les mesures les plus vigoureuses contre l’autorité et la personne d’Eugène, quelque motif d’intérêt ou de conscience lui fit quitter brusquement le parti populaire. Le cardinal se retira de Bâle à Ferrare ; et dans les débats des Grecs et des Latins, les deux nations admirèrent la sagacité de ses argumens, et la profondeur de son érudition théologique[30]. Nous avons vu dans l’ambassade de Hongrie les funestes effets de ses sophismes et de son éloquence ; il en fut la première victime. Le cardinal, qui faisait à la fois le métier de prêtre et celui de soldat, périt dans la déroute de Warna. On raconte les circonstances de sa mort de plusieurs manières ; mais on croit assez généralement que l’or, dont il était chargé, retarda sa fuite et tenta la barbare rapacité de quelques-uns des fuyards chrétiens.

Jean Corvin Huniades.

D’une origine obscure ou au moins douteuse, Huniades s’était élevé par son mérite au commandement des armées de Hongrie. Son père était Valaque, et sa mère Grecque. Il est possible que sa race inconnue remontât aux empereurs de Constantinople. Les prétentions des Valaques et le surnom de Corvinus, du lieu où il avait pris naissance, pourraient fournir des prétextes pour lui supposer quelque consanguinité avec les patriciens de l’ancienne Rome[31]. Dans sa jeunesse, il fit les guerres d’Italie, et fut retenu avec douze cavaliers par l’évêque de Zagrad. Sous le nom du chevalier Blanc[32], il acquit une renommée brillante ; sa fortune s’augmenta par une noble et riche alliance, et en défendant les frontières de la Hongrie, il remporta dans la même année trois victoires sur les Ottomans. Ce fut par son crédit que Ladislas de Pologne obtint la couronne de Hongrie ; le titre et l’office de waivode de Transylvanie furent la récompense de ce service important. La première croisade de Julien ajouta deux lauriers à la couronne militaire d’Huniades ; dans la détresse générale on oublia la fatale erreur de Warna, et durant l’absence et la minorité de Ladislas d’Autriche, roi titulaire, Huniades fut nommé général et gouverneur de la Hongrie ; dans les premiers momens, ce fut la crainte qui imposa silence à l’envie ; un règne de douze ans annonce qu’il unissait les talens du politique à ceux du guerrier. Cependant l’examen de ses exploits ne présente point l’idée d’un général consommé. Le chevalier Blanc combattit moins de la tête que du bras, et comme chef d’une horde de Barbares indisciplinés qui attaquent sans crainte et fuient sans honte. Sa vie militaire est composée d’une alternative romanesque de victoires et de revers. Les Turcs, qui se servaient de son nom pour effrayer les enfans indociles, rappelaient par corruption jancus laïn ou le maudit ; cette haine est une preuve de leur estime. Ils ne purent jamais pénétrer dans le royaume dont Huniades était le gardien, et au moment où ils se flattaient de le voir perdu sans ressource ainsi que son pays, ce fut alors qu’il se montra le plus redoutable. Au lieu de se borner à une guerre défensive, quatre ans après la défaite de Warna, Huniades pénétra une seconde fois dans le cœur de la Bulgarie, et soutint jusqu’au troisième jour, dans la plaine de Cossovie, les efforts d’une armée ottomane quatre fois plus nombreuse que celle qu’il commandait. Le héros abandonné fuyait seul à travers les forêts de la Valachie, lorsqu’il fut arrêté par deux voleurs ; mais tandis qu’ils se disputaient une chaîne d’or qui pendait à son cou, il reprit son épée, tua un des brigands, et mit l’autre en fuite. Après avoir couru de nouveaux dangers pour sa liberté et pour sa vie, Huniades consola par sa présence un peuple affligé. [Sa défense de Belgrade et sa mort. A. D. 1456, 22 juillet, 4 sept.]La défense de Belgrade contre toutes les forces ottomanes commandées par Mahomet II, fut le dernier et le plus glorieux exploit de sa vie. Après un siége de quarante jours, les Turcs, parvenus jusque dans la ville, furent forcés de se retirer. Les nations pleines de joie célébrèrent Huniades et Belgrade comme les boulevards de la chrétienté[33] ; mais cette grande délivrance fut suivie, environ un mois après, de la mort de celui qui l’avait opérée, et l’on peut regarder comme la plus brillante de ses épitaphes le regret du sultan Mahomet, de ne pouvoir plus espérer de se venger du seul adversaire par lequel il eût jamais été vaincu. À la première vacance du trône, les Hongrois reconnaissans nommèrent et couronnèrent son fils Mathias Corvin, alors âgé de dix-huit ans. Son règne fut long et prospère ; Mathias aspira à la gloire de saint et à celle de conquérant ; mais son mérite le plus certain est d’avoir encouragé les sciences, et la mémoire d’Huniades a dû son éclat à l’éloquence des orateurs et des historiens latins que son fils attira de l’Italie[34].

Naissance et éducation de Scanderbeg, prince de l’Albanie. A. D. 1404-1413.

Dans la liste des héros, on associe assez généralement Jean Huniades et Scanderbeg[35], et ils ont mérité l’un et l’autre notre attention en occupant les armes ottomanes de manière à différer la ruine de de l’empire grec. Jean Castriot, père de Scanderbeg, était[36] souverain héréditaire d’un petit district de l’Épire ou de l’Albanie, entre les montagnes et la mer Adriatique. Trop faible pour résister à la puissance du sultan, Castriot acheta la paix en se soumettant à la dure condition de payer un tribut. Il donna ses quatre fils pour otages ou garans de sa fidélité ; et les quatre jeunes princes, après avoir été circoncis, furent élevés dans la religion de Mahomet, et formés à la politique et à la discipline des Turcs[37]. Les trois aînés restèrent confondus dans la foule des esclaves, et périrent, dit-on, par le poison ; mais l’histoire ne fournit point de preuve qui autorise à rejeter ou à admettre cette imputation. Elle paraît peu probable, lorsque l’on considère les soins et l’attention avec lesquels on éleva George Castriot, le quatrième frère, qui annonça dès sa plus tendre jeunesse la vigueur et l’intrépidité d’un soldat. Il obtint la faveur d’Amurath par trois victoires successives sur un Tartare et deux Persans qui avaient fait un défi aux guerriers de la cour ottomane, et le nom Turc de Scanderbeg, Iskender Beg ou le seigneur Alexandre, atteste également sa gloire et sa servitude. La principauté de son père fut réduite en province ; mais on lui accorda pour indemnité le titre et le rang de sangiac, le commandement de cinq mille chevaux et la perspective des premières dignités de l’empire. Il servit avec honneur dans les guerres d’Europe et d’Asie ; et l’on ne peut se défendre de sourire à l’artifice ou à la crédulité de l’historien qui suppose que Scanderbeg ménageait les chrétiens dans toutes les rencontres, tandis qu’il se précipitait comme la foudre sur tout ennemi musulman. La gloire d’Huniades est sans reproche ; il combattit pour sa patrie et sa religion : mais les ennemis qui ont loué la valeur du patriote hongrois, ont flétri son rival des épithètes ignominieuses de traître et d’apostat. Aux yeux des chrétiens, la révolte de Scanderbeg est justifiée par les injures de son père, par la mort suspecte de ses trois frères, par sa propre dégradation et l’esclavage de son pays. Ils admirent le zèle généreux, quoique tardif, avec lequel Scanderbeg défendit la foi et l’indépendance de ses ancêtres ; mais depuis l’âge de neuf ans, ce guerrier professait la doctrine du Koran, et l’Évangile lui était inconnu. L’autorité et l’habitude déterminent la religion d’un soldat, et il est assez difficile de démêler quelle lumière nouvelle vint l’éclairer à l’âge de quarante ans[38]. Ses motifs paraîtraient moins suspects d’intérêt ou de vengeance, s’il eût rompu sa chaîne dès qu’il en sentit le poids ; mais un si long oubli de ses droits les avait sans doute diminués, et chaque année de soumission et de récompense cimentait les liens mutuels du sultan et de son sujet. Si Scanderbeg converti à la foi chrétienne médita long-temps le dessein de se révolter contre son bienfaiteur, toute âme droite condamnera cette lâche dissimulation qui servait pour trahir, qui promettait pour se parjurer, et qui contribuait avec activité à la ruine temporelle et spirituelle de tant de milliers de ses malheureux frères. Louerons-nous sa correspondance secrète avec Huniades, tandis qu’il commandait l’avant-garde de l’armée ottomane ? [Il trahit et charge l’armée des Turcs. A. D. 1143, 28 nov.]L’excuserons-nous d’avoir déserté ses étendards, et arraché par sa trahison la victoire à son protecteur ? Dans la confusion d’une déroute, Scanderbeg suivait des yeux le reis effendi ou principal secrétaire ; lui appuyant un poignard sur la poitrine, il l’obligea de dresser un firman ou patente du gouvernement d’Albanie, et de peur qu’une trop prompte découverte ne nuisît à ses projets, il fit massacrer, avec toute sa suite, l’innocent complice de sa fourberie. Suivi de quelques aventuriers instruits de son dessein, il se rendit précipitamment, à la faveur de la nuit, du champ de bataille dans ses montagnes paternelles. À la vue du firman, Croya lui ouvrit ses portes : dès qu’il fut maître de la citadelle, Scanderbeg quitta le masque de la dissimulation, et renonçant publiquement au prophète et au sultan des Turcs, il se déclara le vengeur de sa famille et de son pays. Les noms de religion et de liberté allumèrent une révolte générale ; la race martiale des Albanais jura unanimement de vivre et de mourir avec son prince héréditaire, et les garnisons ottomanes eurent le choix du martyre ou du baptême. À l’assemblée des états d’Épire, on choisit Scanderbeg pour conduire la guerre contre les Turcs, et tous les alliés s’engagèrent à fournir leur contingent d’argent et de soldats. Leurs contributions, ses domaines et les riches salines de Selina lui procurèrent un revenu annuel de deux cent mille ducats[39], dont, sans rien distraire pour les besoins du luxe, il employa exactement la totalité pour le service public. Affable dans ses manières et sévère dans sa discipline, il bannissait de son camp tous les vices inutiles, et maintenait son autorité en donnant l’exemple. Sous sa conduite, les Albanais se crurent invincibles et le parurent à leurs ennemis. Attirés par l’éclat de sa renommée, les plus braves aventuriers de France et d’Allemagne accoururent et furent accueillis sous ses drapeaux. Ses troupes permanentes consistaient en huit mille chevaux et sept mille hommes d’infanterie. Ses chevaux étaient petits et ses guerriers actifs ; [Sa valeur.]mais Scanderbeg jugeait habilement des obstacles et des ressources qu’offraient ses montagnes ; des torches allumées annonçaient le danger, et toute la nation se distribuait dans des postes inaccessibles. Avec ces forces inégales, Scanderbeg résista durant vingt-trois années à toute la puissance de l’empire ottoman, et deux conquérans, Amurath II et son fils plus grand que lui, échouèrent toujours contre un rebelle qu’ils poursuivaient avec un mépris simulé et un ressentiment implacable. Amurath entra dans l’Albanie suivi de soixante mille chevaux et de quarante mille janissaires. Il put sans doute ravager les campagnes, occuper les villes ouvertes, convertir les églises en mosquées, circoncire les jeunes chrétiens et immoler les captifs inviolablement attachés à leur religion ; mais ses conquêtes se bornèrent à la petite forteresse de Sfetigrade, dont la garnison, qui résista constamment aux assauts, fut vaincue par un artifice grossier et par les scrupules de la superstition[40]. Amurath perdit beaucoup de monde devant Croya, la forteresse de la résidence des Castriot, et en leva honteusement le siége. Durant sa marche, son attaque et sa retraite, il eut toujours à se défendre d’un ennemi presque invincible qui le harcelait sans cesse[41], et le dépit de cette humiliante expédition contribua peut-être à abréger les jours du sultan[42]. Dans la gloire de ses conquêtes, Mahomet II ne put arracher cette épine de son sein, il permit à ses lieutenans de négocier une trêve ; et le prince d’Albanie mérite d’être considéré comme le défenseur habile et zélé de la liberté de son pays. L’enthousiasme de la religion et de la chevalerie a placé son nom entre ceux d’Alexandre et de Pyrrhus, qui ne rougiraient pas sans doute de leur intrépide compatriote ; mais la faiblesse de sa puissance et de ses états le place à une grande distance des héros qui ont triomphé de l’Orient et des légions romaines. Une saine critique doit peser dans de justes balances le récit brillant de ses exploits, les pachas et les armées vaincues, et les trois mille Turcs qu’il immola de sa propre main. Dans la solitude obscure de l’Épire, et contre un ennemi ignorant, ses biographes ont pu permettre à leur partialité toute la latitude accordée aux romans ; mais l’histoire d’Italie jette sur leurs fictions le jour de la vérité. Ils nous apprennent eux-mêmes à nous défier de leur sincérité, par le récit fabuleux qu’ils nous donnent de ses exploits, lorsque, passant la mer Adriatique à la tête de huit cents hommes, il vint secourir le roi de Naples[43]. Ils auraient pu avouer sans ternir sa gloire, qu’il fut à la fin forcé de céder à la puissance ottomane. Réduit aux dernières extrémités, il demanda un asile au pape Pie II, et ses ressources étaient probablement épuisées, puisqu’il mourut fugitif à Lissus dans le territoire de Venise[44]. [Et sa mort. A. D. 1467, 17 janv.]Sa sépulture fut bientôt violée par les Turcs devenus maîtres de ce pays ; mais la pratique superstitieuse des janissaires, qui portaient ses os enchâssés dans un brasselet, annonce involontairement leur vénération pour sa valeur. La ruine de sa patrie, qui suivit immédiatement sa mort, est encore un monument de sa gloire ; mais s’il eût judicieusement balancé les suites de la soumission et de la résistance, un patriote généreux aurait peut-être renoncé à une lutte inégale dont tout le succès dépendait de la vie et du génie d’un seul homme. Scanderbeg fut probablement soutenu par l’espérance raisonnable, bien qu’illusoire, que le pape, le roi de Naples et la république de Venise, se réuniraient pour défendre un peuple libre et chrétien qui gardait les côtes de la mer Adriatique et le passage étroit qui sépare la Grèce de l’Italie. Son fils encore enfant fut sauvé du désastre ; les Castriot[45] furent investis d’un duché dans le royaume de Naples, et leur sang s’est perpétué jusqu’à nos jours dans les plus illustres familles du royaume. Une colonie d’Albanais fugitifs obtint un établissement dans la Calabre, où ils conservent encore le langage et les mœurs de leurs ancêtres[46].

Constantin, dernier des empereurs romains ou grecs. A. D. 1458, nov. l. A. D. 1453, mai 29.

Après avoir parcouru la longue carrière de la décadence et de la chute de l’Empire romain, je suis enfin parvenu au règne du dernier de ces empereurs de Constantinople, qui soutinrent si faiblement le nom et la majesté des Césars. Après la mort de Jean Paléologue, qui survécut environ quatre ans à la croisade de Hongrie[47], la famille royale se trouva réduite, par la mort d’Andronic et la profession monastique d’Isidore, aux trois fils de l’empereur Manuel, Constantin, Démétrius et Thomas. Le premier et le dernier étaient au fond de la Morée ; mais Démétrius, qui possédait le domaine de Sélymbrie, se trouvait dans les faubourgs à la tête d’un parti. Le malheur de son pays ne refroidissait pas son ambition, et la paix de l’empire avait été déjà troublée par sa conspiration avec les Turcs et les schismatiques. On enterra l’empereur défunt avec une précipitation extraordinaire et même suspecte. Démétrius se servit, pour justifier ses prétentions au trône, d’un sophisme faible et usé. Il observa qu’il était l’aîné des fils nés dans la pourpre et sous le règne de son père ; mais l’impératrice mère, le sénat et les soldats, le clergé et le peuple, se déclarèrent unanimement pour le successeur légitime ; et le despote Thomas qui, sans avoir été prévenu de l’événement, était revenu par hasard à Constantinople, soutint avec chaleur les droits de son frère Constantin. On députa sur-le-champ à Andrinople l’historien Phranza en qualité d’ambassadeur. Amurath le reçut avec honneur et le renvoya chargé de présens ; mais sa bienveillante approbation annonçait sa suzeraineté et la chute prochaine de l’empire d’Orient. Constantin fut couronné à Sparte par deux illustres députés. Il partit au printemps de la Morée, évita la rencontre d’une escadre turque, entendit avec satisfaction les acclamations de ses sujets, célébra son avénement par des réjouissances, et épuisa par ses largesses les trésors ou plutôt la pauvreté de ses états. Il céda immédiatement à ses frères la possession de la Morée, et les deux princes Démétrius et Thomas s’unirent en présence de leur mère, par des sermens et des embrassemens, gage peu solide de leur fragile amitié. L’empereur s’occupa ensuite du choix d’une épouse. On proposa la fille du doge de Venise ; mais les nobles de Byzance objectèrent la distance qui se trouvait entre un monarque héréditaire et un magistrat électif ; et dans la détresse où ils se trouvèrent bientôt après, le magistrat de cette puissante république n’oublia pas l’affront qu’il avait reçu. Constantin hésita entre les familles royales de Géorgie et Trébisonde, et les détails de l’ambassade de Phranza, soit par rapport à ses fonctions publiques, soit par rapport à sa vie privée, nous peignent les derniers momens de l’empire grec[48].

Ambassades de Phranza. A. D. 1450-1452.

Phranza, protovestiaire ou grand chambellan, partit de Constantinople chargé des pouvoirs de l’empereur, et le reste des richesses et du luxe de l’empire fut employé à l’environner de la pompe convenable. Sa nombreuse suite était composée de nobles, de gardes, de moines et de médecins ; on y joignit une troupe de musiciens ; et cette ambassade dispendieuse fut prolongée durant plus de deux ans. À son arrivée en Géorgie ou Ibérie, les habitans des villes et des villages s’attroupèrent autour des étrangers ; et telle était leur simplicité, qu’ils prenaient le plus grand plaisir à entendre des sons harmonieux sans savoir ce qui les produisait. Dans la foule se trouvait un vieillard âgé de plus de cent ans, qui avait été emmené en captivité par les Barbares[49], et amusait ses auditeurs du récit des merveilles de l’Inde[50], d’où il était retourné en Portugal par une mer inconnue[51]. De cette terre hospitalière, Phranza continua son voyage jusqu’à Trébisonde, où il apprit du prince de cet empire la mort récente d’Amurath. Loin de s’en réjouir, ce politique expérimenté laissa voir la crainte qu’un prince jeune et ambitieux n’adhérât pas long-temps au système sage et pacifique de son père. Après la mort du sultan, Marie sa veuve[52], chrétienne et fille du despote de Servie, avait été reconduite honorablement dans sa famille. Sur la réputation de son mérite et de sa beauté, l’ambassadeur la désigna comme la plus digne de fixer le choix de l’empereur. Phranza détaille et réfute toutes les objections qu’on pouvait élever contre cette proposition. La majesté de la pourpre suffit, dit-il, pour anoblir une alliance inégale ; l’obstacle de la parenté peut se lever par la dispense de l’Église au moyen de quelques aumônes ; l’espèce de tache attachée à son mariage avec un Turc est une circonstance sur laquelle on a toujours fermé les yeux, et Phranza ajoute que quoique la belle Marie fût âgée de près de cinquante ans, elle pouvait encore espérer de donner un héritier à l’empire. Constantin prêta l’oreille à cet avis, que son ambassadeur lui fit passer par le premier vaisseau qui partit de Trébisonde ; mais les factions de la cour s’opposèrent à ce mariage, et la sultane le rendit impossible en consacrant pieusement le reste de sa vie à la profession monastique. Réduit à la première alternative, Phranza donna la préférence à la princesse de Géorgie, et son père, ébloui d’une alliance si glorieuse, renonça non-seulement à demander, selon la coutume nationale, un prix pour sa fille, mais offrit de plus une dot de cinquante-six mille ducats et cinq mille de pension annuelle[53]. Il assura l’ambassadeur que ses soins ne resteraient pas sans récompense, et que comme l’empereur avait adopté son fils au baptême, la future impératrice de Constantinople se chargerait de l’établissement de sa fille. À l’arrivée de Phranza, Constantin ratifia le traité, imprima de sa main trois croix rouges sur la bulle d’or qui en était le garant, et assura l’envoyé de Géorgie qu’au commencement du printemps ses galères iraient chercher la princesse. Après avoir terminé cette affaire, l’empereur prit à part le fidèle Phranza, et l’embrassant, non pas avec la froide approbation d’un souverain, mais connue un ami pressé de répandre dans le sein de son ami les secrets de son âme après une longue absence. [Situation de la cour de Byzance.]« Depuis que j’ai perdu ma mère et Cantacuzène, qui me conseillaient, seuls sans intérêt ni passions personnelles[54], je suis environné, dit le souverain de Byzance, d’hommes auxquels je ne puis accorder ni amitié, ni confiance, ni estime. Vous connaissez Lucas Notaras, le grand-amiral ; obstinément attaché à ses propres sentimens, il assure partout qu’il dirige à son gré mes pensées et mes actions. Le reste des courtisans est conduit par l’esprit de parti ou par des vues d’intérêt personnel : faut-il donc que je consulte des moines sur des projets de politique ou de mariage ? J’aurai encore long-temps besoin de votre zèle et de votre activité. Au printemps, vous engagerez un de mes frères à aller solliciter en personne le secours des puissances de l’Occident. De la Morée vous irez en Chypre exécuter une commission secrète, et de là vous passerez en Géorgie, d’où vous ramènerez la future impératrice. — Vos ordres, sire, répondit Phranza, sont irrésistibles ; mais daignez considérer, ajouta-t-il avec un grave sourire, que si je m’absente continuellement de ma famille, ma femme pourrait être tentée de chercher un autre époux ou de se jeter dans un monastère. » Après avoir plaisanté sur ses craintes, l’empereur prit un ton plus sérieux, l’assura qu’il l’éloignait pour la dernière fois ; qu’il destinait à son fils une riche et illustre héritière, et à lui l’important office de grand-logothète ou de principal ministre d’état. On arrangea sur-le-champ le mariage ; mais l’amiral avait usurpé l’office, quoique incompatible avec sa place. Il fallut quelque temps pour négocier, pour obtenir son consentement et convenir d’une indemnité. La nomination de Phranza fut à moitié déclarée et à moitié cachée de peur de déplaire à un favori insolent et puissant. On fit durant l’hiver les préparatifs de l’ambassade, et Phranza résolut de saisir cette occasion d’éloigner son fils, et de le placer, à la moindre apparence de danger, chez les parens de sa mère, dans la Morée. Tels étaient les projets publics et particuliers qui furent dérangés par la guerre des Turcs, et ensevelis sous les ruines de l’empire.


Notes du chapitre LXVII
  1. L’épître de Manuel Chrysoloras à l’empereur Jean Paléologue ne blessera point des yeux ni des oreilles adonnés à l’étude de l’antiquité (ad calcem Codinus, De antiquitatibus C. P., 107-126) ; la suscription prouve que Jean Paléologue fut associé à l’empire avant l’année 1414, époque de la mort de Chrysoloras. L’âge de ses deux plus jeunes fils, Démétrius et Thomas, l’un et l’autre Porphyrogénètes, indique une date encore plus ancienne, au moins l’année 1408. (Ducange, Fam. byzant., p. 224-247.)
  2. Un écrivain a observé qu’on pouvait naviguer autour de la ville d’Athènes (τις ειϖ εν την πολιν των Αβηναιων δυνασβαι και παραϖλειν και ϖεριϖλειν). Mais ce qui peut être vrai, rhétoriquement parlant, de la ville de Constantinople, ne convient point à celle d’Athènes, située à cinq milles de la mer, et qui n’est ni environnée ni traversée par des canaux navigables.
  3. Nicéphore Grégoras a décrit le colosse de Justinien (l. VII, 12) ; mais ses dimensions sont fausses et contradictoires. L’éditeur Boivin a consulté son ami Girardon, et le sculpteur lui a donné les justes proportions d’une statue équestre. Pierre Gyllius a encore vu celle de Justinien : elle n’était plus sur une colonne, mais dans la cour extérieure du sérail. Il était à Constantinople lorsqu’on la fondit et qu’on la convertit en une pièce de canon (De topograph. C. P., l. II, c. 17).
  4. Voyez les ruines et les réparations de Sainte-Sophie dans Grégoras (l. VII, 12 ; l. XV, 2). Andronic la fit étayer en 1317, et la partie orientale du dôme s’écroula en 1345. Les Grecs exaltent avec la pompe ordinaire de leur style la sainteté et la magnificence de ce paradis terrestre, le séjour des anges et de Dieu lui-même, etc.
  5. D’après le récit original et sincère de Syropulus (p. 312-351), le schisme des Grecs s’annonça dès la première fois qu’ils officièrent à Venise, et fut confirmé par l’opposition générale du clergé et du peuple de Constantinople.
  6. Relativement au schisme de Constantinople, voyez Phranza (l. II, c. 17), Laonicus Chalcocondyles (l. VI, p. 155, 156) et Ducas (c. 31). Le dernier s’exprime avec franchise et liberté. Parmi les modernes, on peut distinguer le continuateur de Fleury (t. XXII, p. 338, etc., 401, 402, etc.) et Spondanus (A. D. 1440, no 30). Dès qu’il est question de Rome et de la religion, le bon sens du dernier se noie dans une mer de préjugés et de préventions.
  7. Isidore était métropolitain de Kiow ; mais les Grecs sujets de la Pologne ont transporté ce siége des ruines de Kiow à Lemberg ou Léopold (Herbestein, in Ramusio, t. II, p. 127) ; d’un autre côté, les Russes transportèrent leur obéissance spirituelle à l’archevêque, depuis 1588 patriarche de Moscou. Lévesque (Hist. de Russie, t. III, p. 188-190), extrait d’un manuscrit de Turin, Iter et labores archiepiscopi Arsenii.
  8. Le curieux récit de Lévesque (Hist. de Russie, t. II, p. 342-347) est extrait des archives du patriarchat. Les événemens de Ferrare et de Florence y sont décrits avec autant de partialité que d’ignorance. Mais on peut en croire les Russes relativement à leurs propres préjugés.
  9. Le chamanisme ou l’ancienne religion des chamans ou gymnosophistes, a été repoussé par la religion plus populaire des brames de l’Inde dans les déserts du Nord. Des philosophes qui allaient tout nus, furent obligés de s’envelopper dans des fourrures. Ils dégénérèrent à la longue en magiciens ou charlatans. Les Morvans ou Tchérémisses de la Russie européenne professent cette religion constituée d’après le modèle terrestre d’un roi ou Dieu, de ses ministres ou anges, et des esprits rebelles qui contrarient son gouvernement. Comme ces tribus du Volga n’admettent point les images, elles pouvaient, avec beaucoup plus de justice, rétorquer sur les Latins le nom d’idolâtres que leur donnaient les missionnaires. (Lévesque, Hist. des Peuples soumis à la domination des Russes, t. I, p. 194-237, 423-460.)
  10. Spondanus, Annal. ecclés., t. II, A. D. 1451, no 13. L’épître des Grecs avec la traduction latine existe encore dans la bibliothéque du collége de Prague.
  11. Voyez Cantemir (Hist. de l’Empire ottoman, p. 94). Murad ou Morad serait peut-être plus correct ; mais j’ai préféré le nom généralement connu à cette exactitude minutieuse, et très-peu sûre lorsqu’il faut convertir des caractères orientaux en lettres romaines.
  12. Voyez Chalcocondyles (l. VII, p. 186-198), Ducas (c. 33) et Marin Barletius, dans la Vie de Scanderberg (p. 145, 146). Sa bonne foi pour la garnison de Sfetigrade fut un exemple et une leçon pour son fils Mahomet.
  13. Voltaire (Essai sur l’Histoire générale, c. 8, p. 283, 284) admire le philosophe turc. Aurait-il fait le même éloge d’un prince chrétien qui se serait retiré dans un monastère ? Voltaire était à sa manière bigot et intolérant.
  14. Voyez dans la Bibliothéque orientale de d’Herbelot les articles derviche, fakir, Nasser, Rohbaniat. Cependant les écrivains arabes et persans ont traité superficiellement ce sujet ; et c’est parmi les Turcs que ces espèces de moines se sont principalement multipliés.
  15. Rycault (dans l’État présent de l’empire ottoman, p. 242-268) donne beaucoup de détails qu’il tira de ses conversations personnelles avec les principaux derviches, qui font pour la plupart, remonter leur origine au règne d’Orchan. Il ne parle point des Zichides de Chalcocondyles (l. VII, p. 286), parmi lesquels se retira Amurath. Les Seids de cet auteur sont les descendans de Mahomet.
  16. Dans l’année 1431, l’Allemagne leva quarante mille chevaux ou hommes d’armes pour faire ta guerre aux hussites de la Bohème (Lenfant, Hist. du conc. de Bâle, t. I, p. 318). Au siége de Nuys sur le Rhin, en 1474, les princes, les prélats et les villes, envoyèrent chacun leur contingent ; et l’évêché de Munster (qui n’est pas des plus grands), fournit quatorze cents chevaux, six mille hommes d’infanterie, tous habillés de vert, et douze cents chariots. Les forces réunies du roi d’Angleterre et du duc de Bourgogne étaient à peine égales à un tiers de cette armée allemande (Mém. de Philippe de Comines, l. IV, c. 2). Les puissances de l’Allemagne entretiennent six ou sept cent mille soldats bien payés et admirablement disciplinés.
  17. Ce ne fut qu’en 1444 que la France et l’Angleterre convinrent d’une trève de quelques mois. (Voy. les Fœdera de Rymer et les Chroniques des deux nations.)
  18. Pour la croisade de Hongrie, Spondanus (Ann. ecclés., A. D. 1443-1444) m’a servi de guide. Il a lu avec soin et comparé en critique les écrits des Grecs et ceux des Ottomans, les historiens de Hongrie, de Pologne et de l’Occident. Son récit est clair, et lorsqu’il peut se dépouiller des préjugés religieux, son jugement n’est pas à mépriser.
  19. J’ai supprimé dans le nom de Ladislas la lettre W, par laquelle la plupart des écrivains le commencent (Wladislas), soit pour se conformer à la prononciation polonaise, ou pour le distinguer de l’infant Ladislas d’Autriche son rival. Callimaque (l. I, part. II, p. 447-486), Bonfinius (Dec. III, l. IV), Spondanius et Lenfant parlent en détail de leur concurrence pour le trône de Hongrie.
  20. Les historiens grecs, Phranza, Chalcocondyles et Ducas, ne représentent point leur prince comme un personnage fort actif dans cette croisade ; il paraît qu’après l’avoir sollicitée il la contraria par sa timidité.
  21. Cantemir lui attribue l’honneur du plan, et cite sa lettre pressante au roi de Hongrie. Mais les puissances mahométanes sont rarement instruites des affaires de la chrétienté, et la situation des chevaliers de Rhodes, ainsi que leur correspondance, donnent lieu de croire qu’ils eurent part à ce plan du sultan de Caramanie.
  22. Dans leurs lettres à l’empereur Frédéric III, les Hongrois tuèrent trente mille Turcs en une seule bataille. Mais le modeste Julien réduit le nombre des morts à six mille, ou même deux mille infidèles. (Æneas Sylvius, in Europ., c. 5, et epist. 44-81, apud Spondanus).
  23. Voyez l’origine de la guerre des Turcs et la première expédition de Ladislas, dans les cinquième et sixième livres de la troisième Décade de Bonfinius, qui imite avec assez de succès le style et la division de Tite-Live. Callimaque (l. II, p. 487-496) est cependant plus pur et plus authentique.
  24. Je ne prétends pas garantir l’exactitude littérale du discours de Julien, dont les expressions varient dans Callimaque (l. III, p. 505-507), dans Bonfinius (Décade III, l. VI, p. 457, 458) et dans d’autres historiens, qui ont peut-être employé leur propre éloquence en faisant parler les orateurs de ce siècle : mais ils conviennent tous qu’il conseilla le parjure que les protestans ont censuré amèrement, et que les catholiques, découragés par la défaite de Warna, ont faiblement défendu.
  25. Varnes ou Warna était, sous la dénomination grecque d’Odessus, une colonie de Milésiens, qui fut nommée ainsi en l’honneur d’Ulysse (Cellarius, t. I, p. 374 ; d’Anville, t. I, p. 312). Selon la description de l’Euxin, par Arrien (p. 24, 25, dans le premier vol. des Géographes d’Hudson), elle était située à dix-sept cent quarante stades de l’embouchure du Danube, à deux mille cent quarante de Byzance, et à trois cent soixante au nord du promontoire du mont Hœmus, qui avance dans la mer.
  26. Quelques auteurs chrétiens affirment qu’il tira de son sein une autre hostie que celle sur laquelle on avait juré d’observer le traité. Les Musulmans supposent avec plus de simplicité un appel de leur souverain au prophète Jésus-Christ ; et cette opinion semble être celle de Callimaque (l. III, p. 516 ; Spondan., A. D. 1444, no 8).
  27. Un critique judicieux croira difficilement à ces spolia opima d’un général victorieux, si rarement obtenues par la valeur, et si souvent inventées par l’adulation (Cantemir, p. 90, 91). Callimaque (l. III, p. 517) dit plus simplement et avec plus de vraisemblance : Supervenientibus janizaris, telorum multitudine, non tam confossus est, quam obrutus.
  28. Outre quelques passages précieux d’Æneas Sylvius, soigneusement recueillis par Spondanus, nos meilleures autorités sont trois historiens du quinzième siècle, Philippe Callimaque (De rebus à Wladislao Polonorum atque Hungarorum rege gestis, libri iii, in Bell., scriptor. rer. hungar., t. I, p. 433-518), Bonfinius (Décad. III, l. V, p. 460-467) et Chalcocondyles (l. VII, p, 165-179). Les deux premiers étaient Italiens ; mais ils passèrent leur vie en Pologne et en Hongrie (Fabricius, Bibl. lat. medii infimæ ætatis, t. I, p. 324 ; Vossius, De Hist. lat., l. III, c. 8-11 ; Dictionn. de Bayle, Bonfinius) ; voyez, pour le théâtre de la guerre au quinzième siècle, un petit Traité de Félix Petancius, chancelier de Segnie (ad calcem Cuspinian. de Cæsaribus, p. 716-722}.
  29. M. Lenfant nous a fait connaître l’origine du cardinal Julien (Hist. du concile de Bâle, t. I, p. 247, etc.) et ses campagnes de Bohême (p. 315, etc.). Spondanus et le continuateur de Fleury ont rapporté par occasion ses services à Bâle et à Ferrare, et sa fin malheureuse.
  30. Syropulus fait un éloge généreux des talens d’un ennemi (p. 117) : τοιαντα τινα ειϖεν ο ΡȢλιανος, πεϖλατυσμς ως αγαν και λογικως, και μετ εϖιςημης και δεινοτητος Ρητορικης.
  31. Voy. Bonfinius (Décad. III, l. IV, p. 423). Comment les Italiens pouvaient-ils prononcer sans honte, ou le roi de Hongrie entendre sans rougir la flatterie ridicule qui confondait le nom d’un village de Valachie avec le surnom glorieux, mais accidentel, d’une branche de la famille Valérienne de l’ancienne Rome ?
  32. Philippe de Comines (Mém., l. VI, c. 13) le cite sur l’autorité de la tradition du temps, et en fait le plus brillant éloge sous le nom singulier du chevalier Blanc de Valeigne (Valachia). Chalcocondyles et les Annales turques de Leunclavius osent mettre en doute sa fidélité et sa valeur.
  33. Voy. Bonfinius (Décad. III, l. VIII, p. 492) et Spondanus (A. D. 1466, nos 1-7). Huniades partagea la gloire de la défense de Belgrade avec Capistran, moine de l’ordre de saint François ; et dans leurs récits respectifs ni le saint ni le héros ne daignent parler du mérite de leur rival.
  34. Voyez Bonfinius (Déc. III, l. VIII ; Déc. IV, l. VIII). Les observations de Spondanus sur le caractère et la vie de Mathias Corvin sont curieuses et d’une saine critique (A. D. 1464, no 1 ; 1475, no 6 ; 1476, nos 14-16 ; 1490, nos 4, 5). L’admiration de l’Italie était l’objet de son ambition. Pierre Ranzanus, Sicilien, a célébré ses exploits dans l’Epitome rerum hungaricarum (p. 322-412). Galestus Martius de Narni a recueilli tous ses bons mots et ses sentences (p. 528-568) ; et nous avons une relation particulière de son mariage et de son couronnement. Ces trois ouvrages sont réunis dans le premier volume des Scriptores rerum hungaricarum de Bell.
  35. Sir William Temple, dans son agréable Essai sur les vertus héroïques (vol. III, p. 385 de ses Œuvres), les place au nombre de sept chefs qui méritèrent la couronne sans la porter, Bélisaire, Narsès, Gonzalve de Cordoue, Guillaume Ier, prince d’Orange, Alexandre, duc de Parme, Jean Huniades et George Castriot ou Scanderbeg.
  36. Je désirerais trouver quelques Mémoires simples et authentiques écrits par un ami de Scanderbeg, qui me représentassent le lieu, l’homme et les temps. La vieille histoire nationale de Marinus Barletius, prêtre de Scodra (De vitâ, moribus et rebus gestis Georgii Castrioti, etc., l. XIII, p. 367, Strab. 1537, in-fol.), ne nous le laisse voir qu’empêtré dans un vêtement bizarre et chargé d’ornemens mensongers. Voyez Chalcocondyles, l. VII, page 185 ; l. VIII, p. 229.
  37. Marinus parle légèrement et avec répugnance de son éducation et de sa circoncision (l. I, p. 6, 7).
  38. Si Scanderbeg mourut A. D. 1466, dans la soixante-troisième année de son âge (Marinus, l. XIII, p. 370), il naquit en 1403. S’il fut arraché à ses parens par les Turcs à l’âge de neuf ans, novennis (Marinus, l. I, p. 1-6), cet événement doit être arrivé en 1412, neuf ans avant l’accession d’Amurath II au trône : ce prince hérita donc de l’esclave albanais, et n’en fit pas lui-même l’acquisition. Spondanus a relevé cette contradiction, A. D. 1341, no 31 ; 1443, no 14.
  39. Marinus nous a heureusement instruits de ses revenus (l. II, p. 44).
  40. Il y avait deux Dibras, le supérieur et l’inférieur ; l’un en Bulgarie et l’autre en Albanie. Le premier à soixante dix milles de Croya (l. I, p. 17) était contigu à la forteresse de Sfetigrade, dont les habitans refusèrent de boire l’eau d’un puits où l’on avait eu la perfidie de jeter un chien mort (l. V, p. 139, 140). Il nous manque une bonne carte de l’Épire.
  41. Comparez le récit du Turc Cantemir avec la déclamation prolixe du prince albanais (l. IV, V et VI), qui a été copié par toute la séquelle des étrangers et des modernes.
  42. En l’honneur de son héros, Barletius (l. VI, p. 188-192) fait mourir le sultan sous les murs de Croya, de maladie à la vérité ; mais cette fable ridicule est anéantie par les Grecs et les Turcs, qui conviennent unanimement de l’époque et des circonstances de la mort d’Amurath à Andrinople.
  43. Voyez ses exploits dans la Calabre, neuvième et dixième livres de Marinus Barletius, auxquels on peut opposer le témoignage ou le silence de Muratori (Ann. d’Ital., t. XIII, p. 291) et de ses auteurs originaux, Jean Simonetta (De rebus Francisci Sfortiæ, in Muratori, Scriptor. rerum ital., t. XXI, p. 728, et aliàs). La cavalerie albanaise devint bientôt fameuse en Italie sous le nom de Stradiots (Mém. de Comines, l. VIII, c. 5).
  44. Spondanus, d’après les meilleures autorités et les plus sages réflexions, a réduit le colosse de Scanderbeg à une taille ordinaire (A. D. 1461, no 20 ; 1463, no 9 ; 1465, nos 12, 13 ; 1467, no 1). Ses propres lettres au pape et le témoignage de Phranza, réfugié dans l’île de Corfou, voisine du lieu où il s’était retiré, démontrent sa détresse, que Marinus essaie gauchement de dissimuler (l. X).
  45. Voyez la famille des Castriot dans Ducange, Fam. dalmat., etc. XVIII, p. 348-350).
  46. M. Swinburne (Voyage dans les Deux-Siciles, vol. I, p. 350-354) cite cette colonie d’Albanais.
  47. La Chronique de Phranza est claire et authentique, mais au lieu de quatre ans et sept mois, Spondanus (A. D. 1445, no 7) donne sept ou huit ans au règne du dernier Constantin ; il se fonde sur une lettre supposée d’Eugène IV au roi d’Éthiopie.
  48. Phranza (l. III, c. 1-6) mérite estime et confiance.
  49. En supposant qu’il ait été pris en 1394, lorsque Timour fit sa première invasion en Géorgie (Sherefeddin, l. III, c. 50), il est possible qu’il ait suivi son maître Tartare, dans l’Indoustan en 1398, et qu’il se soit embarqué de là pour les îles aux épices.
  50. Les heureux et vertueux Indiens vivaient au-delà de cent cinquante ans, et jouissaient des plus parfaites productions du règne végétal et du règne minéral ; les animaux étaient d’une taille colossale, des dragons de soixante-dix coudées, des fourmis longues de neuf pouces (formica indica), des moutons comme des éléphans, des éléphans comme des moulons. Quid libet audendi ? etc.
  51. Il s’embarqua dans un vaisseau des îles aux épices, pour un des ports extérieurs de l’Inde, invenitque navem grandem ibericam quâ in Portugalliam est delatus. Ce passage, écrit en 1477 (Phranza, l. III, c. 30), vingt ans avant la découverte du cap de Bonne-Espérance, est supposé ou miraculeux ; mais cette nouvelle géographie est entachée de l’erreur ancienne et absurde, qui plaçait dans l’Inde les sources du Nil.
  52. Cantemir, qui la nomme la fille de Lazare Ogli, et l’Hélène des Serviens, fixe l’époque de son mariage avec Amurath dans l’année 1424. On ne croira pas aisément que durant vingt-six années de cohabitation le sultan corpus ejus non tetigit. Après la prise de Constantinople elle se réfugia auprès de Mahomet II. (Phranza, l. III, c. 22.)
  53. Le lecteur instruit se rappellera les offres d’Agamemnon (Iliade, I-V, 144) et l’usage général de l’antiquité.
  54. Cantacuzène (j’ignore s’il était parent de l’empereur de ce nom) était grand-domestique, défenseur zélé du symbole grec, et frère de la reine de Servie, chez laquelle il fut envoyé en qualité d’ambassadeur. (Syropulus, p. 37, 38-45)